Version classiqueVersion mobile

Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques

 | 
Sabine Caillaud
, 
Virginie Bonnot
, 
Ewa Drozda-Senkowska

Troisième partie. Agir sur les menaces

Quand système menacé rime avec système renforcé : la justification du système, un défi ?

Virginie Bonnot et Catherine Verniers

Texte intégral

« J’ai peur pour mon pays, j’ai peur qu’il se fracasse contre le Front national. »
Déclaration de Manuel Valls, Premier ministre, 8 mars 2015.

1Nous sommes tous les jours confrontés à bon nombre d’informations inquiétantes relatives à l’état de notre système social, politique ou économique : la crise économique (« Pourquoi la France ne survivra pas à la crise », NY Times, 2013), l’accroissement des inégalités (« La crise creuse les inégalités en France », Le Figaro, 2014), la crise écologique (« Réchauffement climatique : la France aussi est menacée », Sciences et Avenir, 2014), les crises institutionnelles et politiques (« Réforme du collège : le génie français en péril », Le Figaro, 2015), les changements sociaux (« Le mariage homo menace-t-il l’avenir de l’humanité ? », Atlantico, 2012), et récemment les attaques terroristes (« Cette fois c’est la guerre », Le Parisien, au lendemain des attentats ayant fait 130 victimes à Paris le 13 novembre 2015). Un événement, un contexte, une situation peuvent être perçus comme menaçants dès lors qu’ils sont vus comme ayant le potentiel de déstabiliser le statu quo, l’équilibre du système (social, économique ou politique), ou de remettre en cause sa légitimité, et que nous considérons avoir peu voire aucun contrôle sur leur survenue et/ou leurs conséquences. Face à ce que nous considérons être une menace, nous avons tendance à défendre notre système, en le rationalisant (i. e., en cherchant à expliquer son fonctionnement par des motifs logiques et cohérents) et en le justifiant, par le biais de différents moyens (e. g., en décrédibilisant les informations relatives à la menace). La défense du statu quo en réponse à des circonstances menaçant sa légitimité et sa stabilité peut paradoxalement nous conduire à soutenir un système contraire à nos intérêts et aux intérêts des groupes auxquels nous appartenons (e. g., favoriser des politiques qui accroissent les inégalités dont notre groupe souffre par ailleurs). La conséquence en est le renforcement du statu quo et de ses inégalités plutôt que leur remise en cause. C’est précisément ce que propose la théorie de la justification du système.

La théorie de la justification du système

2Originellement la théorie de la justification du système (TJS) a été développée pour rendre compte du rôle des stéréotypes en tant qu’outils idéologiques dans le maintien des arrangements sociaux inégalitaires (Jost et Banaji, 1994). Depuis lors elle s’est considérablement enrichie (Costa-Lopes, Dovidio, Pereira et Jost, 2013 ; Jost et Hunyady, 2002) notamment en considérant les processus par lesquels ces arrangements sont maintenus (e. g., Liviatan et Jost, 2014), les différentes idéologies qui permettent le maintien de ces inégalités (e. g., Jost et Hunyady, 2005), et les contextes qui les favorisent (e. g., Kay et Friesen, 2011). L’idée centrale de cette théorie est qu’il existe « une motivation à justifier le système par laquelle les personnes justifient et rationalisent la façon dont les choses sont, de sorte que les arrangements sociaux existants sont perçus comme justes et légitimes, et même naturels et inévitables » (Jost et Hunyady, 2002, p. 119, notre traduction). Jost et ses collègues définissent la notion de « système social » comme « un réseau structuré de relations sociales » qui implique une hiérarchisation des individus dans l’ordre social. « Ces systèmes peuvent être relativement tangibles, tels que les familles, institutions, entreprises, et même la société considérée comme un tout, ou ils peuvent être plus abstraits et intangibles, tels que les règles et normes non écrites mais clairement reconnaissables qui prescrivent les comportements interpersonnels et intergroupes appropriés » (Jost, Liviatan, Van der Toorn, Ledgerwood, Mandisodza et Nosek, 2010, p. 176, notre traduction).

3Ainsi, nous serions motivés à rationaliser et à justifier les systèmes dans lesquels nous vivons, tout comme nous sommes par ailleurs motivés à nous percevoir de façon positive et à justifier nos propres actions (justification de l’ego) et que nous sommes motivés à percevoir favorablement notre (nos) groupe(s) d’appartenance et à en justifier les actions (justification du groupe). Selon Jost et ses collaborateurs, les membres des groupes avantagés dans la société bénéficient d’une situation où ces trois motivations concordent (ils bénéficient d’une position sociale supérieure qui les renvoie à une image positive d’eux-mêmes et de leur groupe). En revanche, pour les membres des groupes désavantagés, ces trois motivations s’opposent : la nécessité de justifier le système, et par là même une position sociale défavorable, s’oppose à la motivation à conserver une image positive de soi et du groupe ; rationaliser leur place de subordonnés dans la hiérarchie sociale implique pour les membres de ces groupes de se percevoir et de percevoir leur groupe comme méritant moins, comme possédant des caractéristiques (qu’elles soient positives ou négatives) qui ne permettent pas de réussir socialement. Les stéréotypes, tout particulièrement grâce à leur dimension de complémentarité, constituent à cet égard un instrument très utile de rationalisation des inégalités (Bonnot et Jost, 2014 ; Jost et Banaji, 1994 ; Verniers, Bonnot, Darnon, Dompnier et Martinot, 2015). La complémentarité des stéréotypes désigne le fait que les groupes sont censés posséder des attributs à la fois positifs et négatifs, complémentaires de ceux des autres groupes, les groupes socialement désavantagés se voyant attribuer des caractéristiques certes positives, mais dont l’utilité sociale (i. e., la propension pour ceux qui les possèdent à atteindre un statut élevé dans la hiérarchie sociale) est pour le moins médiocre. L’utilité sociale des caractéristiques associées aux groupes socialement avantagés étant bien sûr plus importante. Ainsi, les femmes posséderaient des qualités altruistes complémentaires des qualités assertives des hommes ; les noirs posséderaient des qualités sportives quand les blancs posséderaient les qualités intellectuelles ; les gens pauvres bien qu’ayant peu seraient heureux, quand les gens riches posséderaient tout à l’exception du bonheur…

4Intéressant pour notre propos, Jost et Hunyady (2002), faisant référence au modèle du stress psychologique de Lazarus et Folkman (1984), proposent que les idéologies de justification du système (telles que les stéréotypes, l’idéologie méritocratique, la croyance en un monde juste…) permettent aux individus (1) de considérer que le contexte social est « stable, compréhensible, prédictible, cohérent/constant, sensé et juste » (p. 147) et donc de limiter leur perception des menaces qui pourraient déstabiliser le système, (2) de faire face aux événements menaçants en renforçant notamment leur sentiment de contrôle sur ce qui arrive et (3) de gérer le stress généré par leur position au sein de la hiérarchie sociale (qu’elle soit élevée ou faible). En ce sens, la justification du système a donc une fonction palliative : elle permet de se sentir relativement bien au sein dudit système ou a minima, de réduire les émotions négatives qui pourraient résulter d’une conscience aiguë des dysfonctionnements du système social. Néanmoins, le fait de légitimer les systèmes au sein desquels nous évoluons a des conséquences particulièrement délétères pour les individus et les groupes, et contribue à renforcer le système social tel qu’il est établi, ce que nous détaillerons dans la partie suivante.

5La TJS, qui est fondée sur d’autres approches théoriques s’en distingue néanmoins ; nous ne développerons pas toutes ces différences ici (voir Jost et Hunyady, 2002). Dans un souci de précision cependant nous distinguerons la TJS de la théorie de la croyance en un monde juste qui nous semble la plus proche. La croyance en un monde juste (Lerner, 1980) postule que les individus croient que les gens méritent leur sort (que celui-ci soit heureux ou malheureux) parce qu’ils ont besoin de penser qu’ils contrôlent dans une certaine mesure les choses qui leur arrivent. De cette croyance par conséquent ils tirent également un certain sentiment de justice. La TJS va plus loin en postulant qu’au-delà d’une « simple » motivation (ou besoin fondamental) à contrôler leur environnement, les individus sont motivés à percevoir le système comme juste, naturel, inévitable et que cette motivation les pousse à rationaliser et justifier ce système. Autrement dit, la TJS met la motivation à percevoir le système juste au premier plan, en tant que motivation fondamentale et non comme simple corollaire du besoin de contrôle. Ainsi, la TJS « insiste sur les processus de persuasion idéologique et d’apprentissage social qui conduisent les gens à rationaliser la façon dont les choses se déroulent » (Jost et Hunyady, 2002, p. 116, notre traduction). Dans ce cadre théorique, la croyance en un monde juste est une idéologie, parmi d’autres, permettant la justification des inégalités sociales.

Les conséquences d’une menace du système…

6Différents contextes peuvent nous conduire à justifier particulièrement le système. Kay et Friesen (2011) en énoncent quatre, reconnaissant toutefois la difficulté de les distinguer empiriquement tant l’un peut favoriser l’autre. Ainsi, certains contextes renforcent notre sentiment de dépendance aux systèmes dans lesquels nous vivons. C’est notamment le cas lorsqu’on insiste sur le fait que notre qualité de vie, la qualité de nos services publics, de nos emplois, de nos loisirs, en somme tous les aspects de notre vie, dépendent fortement du pays dans lequel nous vivons, du gouvernement qui le dirige et des politiques qu’il met en place. Lorsque ce sentiment de dépendance est renforcé, nous avons tendance à chercher à justifier le fonctionnement du système en question. Par exemple, il semble qu’accroître le sentiment de dépendance des étudiants au système social et universitaire les amène à davantage justifier le système, notamment en augmentant leur adhésion à l’idéologie méritocratique (i. e., ils sont plus en accord avec une phrase du type « la place des gens dans la société dépend largement de leur motivation à réussir » ; Bonnot et Krauth-Gruber, 2016). Par ailleurs, les contextes qui soulignent la difficulté à s’extraire de ces systèmes, par exemple, lorsque nous pensons que les possibilités de quitter notre pays, de changer d’université, sont très restreintes, sont également vecteurs de tendances justificatrices. De la même façon, lorsque nous percevons un manque de contrôle sur les choses qui nous arrivent, sur notre vie, nous sommes également amenés à justifier plus fortement les systèmes sociaux dont nous dépendons. Enfin, et nous concentrerons notre propos sur ce point, les contextes qui menacent directement le statu quo ou plus indirectement la légitimité du système (conditions résumées sous le terme « menace du système ») nous conduisent à justifier davantage le système et contribuent au maintien du statu quo.

7Tout comme il n’existe pas un, mais une multitude de systèmes – du niveau microsocial (e. g., la hiérarchie sociale entre élèves d’un lycée ; Wakslak, Jost, et Bauer, 2011) au niveau macrosocial (e. g., la nation) – la menace se révèle elle aussi protéiforme. Ainsi, dans le cadre de la TJS, certaines études manipulent expérimentalement l’exposition à la menace ciblant une nation, en utilisant un pseudo-article de presse dont le contenu critique le système, expliquant que les conditions sociales, économiques et/ou politiques du pays empirent (e. g., Kay, Jost, et Young, 2005), ou encore faisant état de la menace terroriste (Ullrich et Cohrs, 2007). Dans ce cas, c’est la légitimité et la stabilité de la nation en tant que système macrosocial qui sont directement menacées. D’autres études ont recours à des situations où les idéologies ou valeurs largement partagées socialement sont menacées, en montrant par exemple que travailler dur ne conduit pas nécessairement au succès, remettant ainsi en cause l’existence même de la méritocratie (Ledgerwood, Mandisodza, Jost et Pohl, 2011). Ici on peut considérer que le système est menacé indirectement, par la remise en cause des idéologies dominantes qui assurent sa pérennité. Tout aussi intéressantes bien que moins nombreuses sont les études qui manipulent la menace concernant les coutumes et les normes, en remettant par exemple en question la stabilité du modèle de la famille nucléaire (Wakslak, Jost et Bauer, 2011). Dans ces études, c’est plutôt la légitimité et la stabilité d’un système de niveau microsocial qui sont attaquées et qui seront donc défendues.

8Nombre de recherches montrent effectivement que lorsque notre système est menacé nous considérons que ce système fonctionne de façon équitable, juste et légitime, plus encore qu’en l’absence de menace. C’est le cas par exemple face à la menace du terrorisme (Ullrich et Cohrs, 2007) ou face à la menace du changement climatique (Feygina, Jost et Goldsmith, 2010). Kay, Gaucher, Peach, Laurin, Friesen, Zanna et Spencer (2009) mettent en évidence qu’un système menacé conduit les gens à soutenir le statu quo quel qu’il soit (par exemple qu’il soit égalitaire ou inégalitaire) ; autrement dit les individus sont motivés à voir les arrangements sociaux existants comme étant tels qu’ils devraient être. Wakslak, Jost et Bauer (2011) montrent en outre que lorsqu’un système particulier est menacé (e. g., le système social américain) les individus ont tendance à soutenir la légitimité d’autres systèmes également (e. g., le système familial ou scolaire) dans ce que les auteurs appellent une « propagation de la rationalisation ».

9Cette motivation à justifier et rationaliser le système se manifeste à différents niveaux : dans notre façon de nous percevoir, de percevoir autrui, de traiter les informations menaçantes, mais également dans nos attitudes et comportements. C’est par ces différents moyens que le système menacé est finalement renforcé.

… sur la perception de soi et d’autrui

10Ainsi, lorsque le système est menacé, nous avons tendance à recourir aux stéréotypes et à leur complémentarité pour évaluer les autres mais également pour notre propre évaluation. Par exemple (e. g., Kay et al., 2005), lorsque les mauvaises conditions sociales, économiques et politiques des États-Unis sont évoquées (i. e., le système est attaqué), des personnes qui ont du pouvoir sont évaluées comme possédant des caractéristiques méritoires (i. e., intelligence, indépendance), qui justifient qu’elles détiennent ce pouvoir. Mais elles sont censées être par ailleurs moins heureuses : on leur dénie un avantage, mais qui n’a de toute façon aucune utilité en termes de pouvoir (être heureux ou malheureux n’a a priori pas d’incidence sur le fait d’être en position de pouvoir, contrairement à l’intelligence et à l’indépendance). À l’inverse, des personnes obèses (i. e., de faible statut social) sont censées posséder peu de traits pertinents pour obtenir du pouvoir (i. e., elles seraient fainéantes), et posséder des caractéristiques positives mais qui elles non plus n’ont pas d’« utilité » pour obtenir du pouvoir (e. g., elles sont sociables). On retrouve ici la fonction de complémentarité des stéréotypes avec une évaluation des membres d’un groupe dévalorisé (i. e., les personnes obèses) positive en termes de sociabilité, mais négative en termes de compétence alors que c’est l’inverse qui se produit pour les membres des groupes valorisés (i. e., les personnes ayant du pouvoir étant parées des qualités permettant d’expliquer leur position mais n’étant pas très heureuses par ailleurs). Les stéréotypes permettent ainsi de maintenir l’illusion d’un système juste, dans lequel chaque groupe est à sa place, et équilibré puisqu’aucun groupe n’a le monopole des avantages.

11On aura compris que les effets de l’utilisation de ces stéréotypes ne sont pas identiques selon la place que l’on occupe dans la hiérarchie sociale. Comme exposé précédemment, les membres de groupes désavantagés se trouvent confrontés à la nécessité de rationaliser leur infériorité sociale, ce qui ironiquement peut les conduire à favoriser le groupe dominant plutôt que le leur. Les membres des groupes désavantagés peuvent également, face à une menace, s’attribuer les traits stéréotypiques de leur groupe. Ainsi, par exemple lorsque l’idéologie méritocratique, affichée dans un premier temps, est ensuite contredite dans sa réalité par l’existence des inégalités de sexe, les femmes perçoivent moins de sexisme dans la société, adhèrent plus fortement aux stéréotypes de genre et se perçoivent, en accord avec les stéréotypes de genre, comme plus sociables et moins compétentes (McCoy et Major, 2007). Pour les auteures, ce biais dans la perception de soi et du groupe indique que le stéréotype de genre, en conjonction avec l’idéologie méritocratique, permet de restaurer la croyance en un système juste : les femmes étant supposément moins compétentes que les hommes, elles méritent donc leur statut subordonné. Les recherches montrent également que des hommes, confrontés à des informations menaçant la légitimité du système social, sont plus attirés, parmi quatre partenaires possibles, par celle qui correspond le mieux au stéréotype paternaliste de la femme vulnérable et innocente, c’est-à-dire par la partenaire incarnant un stéréotype qui ne remet pas en cause la hiérarchie sociale de genre (Lau, Kay et Spencer, 2008).

… et en termes de soutien aux institutions

12Nous l’avons vu jusqu’ici lorsqu’on menace la légitimité du système dans lequel nous vivons, nous biaisons nos jugements, la perception que nous avons de nous-mêmes, d’autrui et des groupes auxquels nous appartenons, dans un sens qui maintient les arrangements sociaux inégalitaires. Nous pouvons également plus directement maintenir une vision juste et légitime du système menacé en nous opposant à des politiques sociales ou programmes politiques qui tendent vers plus d’égalité, en accordant une confiance aveugle aux institutions, ou en manifestant des comportements de défense du système menacé.

13Ainsi par exemple, si le système social et économique est menacé, les individus qui justifient plus fortement le système de façon habituelle (et ce quelle que soit leur appartenance groupale) accordent moins de soutien à une législation qui punirait plus sévèrement les crimes de haine (e. g., crimes racistes, sexistes…) et qui accorderait plus de moyens financiers pour les combattre (Mallett, Huntsinger et Swim, 2011). Un tel résultat peut être interprété comme une forme d’opposition à un changement qui viendrait combattre des inégalités sociales, en d’autres termes comme un soutien au système social en vigueur. Dans la même veine, Thórisdóttir et Jost (2011) ont montré que lorsque la menace liée au terrorisme est explicitée, les individus font preuve d’une plus grande adhésion à une idéologie conservatrice. De plus, lorsque ce sont des membres d’un parti de centre-droit islandais qui sont confrontés à un texte suggérant que l’autonomie économique du pays est menacée, leurs attitudes politiques et sociales (e. g., envers les politiques de discrimination positive, l’augmentation des impôts pour les plus riches, la privatisation des médias publics nationaux, la nationalisation du système de santé…) deviennent plus conservatrices. Les résultats de cette dernière étude expérimentale sont intéressants sur un autre plan également : les résultats obtenus dans la condition dite « menace du système » diffèrent de ceux d’une condition dite « contrôle » (où les attitudes sont directement mesurées en l’absence de menace) mais pas de ceux obtenus dans deux autres conditions expérimentales où la menace cible leur groupe d’appartenance (leur parti politique) ou leur bien-être personnel. Il s’agit de l’une des rares recherches qui comparent les différents niveaux de menace : menace du système, du groupe et de soi. D’autres résultats cependant révèlent des effets de justification du système (e. g., adhésion à une idéologie qui essentialise les différences entre les groupes en les considérant comme biologiques) uniquement lorsque la menace se situe spécifiquement au niveau du système (e. g., Brescoll, Uhlmann et Newman, 2013). Les études futures devront déterminer dans quelle mesure, et de quelle façon, différents types de menace (ciblant le soi, le groupe auquel on appartient, ou le système dans lequel on vit) influencent les processus de légitimation du système et les diverses conséquences qu’ils produisent (pour soi, pour son groupe, pour la société).

14Outre ces effets sur les attitudes socio-politiques, lorsque notre système est menacé nous pouvons également être amenés à accorder plus encore de légitimité à nos institutions. Ainsi, lorsque des individus sont confrontés à des informations complexes concernant la crise économique, ils se perçoivent plus dépendants du gouvernement et lui accordent plus de confiance (Shepherd et Kay, 2012). Qui plus est, ils évitent la confrontation avec d’autres informations ayant trait à la menace, autrement dit, ils choisissent volontairement de rester dans une relative ignorance vis-à-vis de la menace. Par ailleurs plus les individus se perçoivent dépendants d’une autorité (e. g., gouvernement, police…) plus ils sont tentés d’accorder du respect et de la légitimité à cette autorité (Van der Toorn, Tyler et Jost, 2011).

15Enfin, menacer la légitimité du système peut nous conduire à biaiser notre évaluation des informations menaçantes et peut même nous pousser à adopter des comportements de défense du système. Par exemple, des travaux récents ont mis en évidence que des individus exposés à des informations menaçant leur système économique, comparés à des individus dont le système n’était pas menacé, étaient ensuite enclins à juger moins fiables les preuves du changement climatique (Hennes, Ruisch, Feygina, Monteiro et Jost, 2016). De même, lorsque le système est menacé, ou que l’idéologie méritocratique est remise en question, les gens jugent la qualité des arguments apportés en faveur de la méritocratie meilleure que celle des arguments qui s’opposent à cette idéologie, tout en exerçant moins leur esprit critique dans le premier cas. Enfin, ils redoublent d’efforts pour réaliser une tâche intellectuelle. Ainsi il apparaît que ces individus engagent des stratégies cognitives et comportementales destinées à défendre la croyance en un lien entre efforts et réussite, croyance elle-même nécessaire pour maintenir l’illusion d’un système juste. Ces résultats ne varient pas selon que les individus en question adhèrent ou rejettent explicitement l’idéologie méritocratique, suggérant que la motivation à justifier le système n’est pas forcément exercée à un niveau conscient (Ledgerwood et al., 2011).

Quid du changement social ?

16La TJS est une théorie de la résistance au changement plutôt qu’une théorie du changement social. En ce sens les recherches qui ont suivi la proposition princeps de Jost et Banaji (1994) se sont intéressées aux mécanismes qui conduisent les gens à rationaliser et justifier le système, et non aux conditions qui les amènent à remettre en cause l’ordre établi et les inégalités, première étape vers un changement social. Jost et Hunyady (2002) proposent néanmoins que le changement est possible dans la mesure où la motivation à se percevoir ou à percevoir son groupe positivement prend le pas sur la motivation à percevoir le système comme juste. De plus ces dernières années, l’étude des conditions (dont la menace du système) qui favorisent ces processus de légitimation du système a permis d’amorcer la réflexion sur les conditions qui les freinent. Si menacer notre système nous motive à le défendre, il est également possible de réduire cette motivation en ciblant la perception de la menace ou les ressources à mobiliser pour y faire face. Évoquons ici quelques-unes de ces études, et des perspectives de développement futur.

Affirmer le système

17Selon le même principe que l’affirmation de soi ou du groupe (i. e., affirmer ses qualités ou valeurs ou celles de son groupe pour contrer une menace qui cible le soi ou le groupe ; cf. dans cet ouvrage les contributions de Badea et Aebisher et de Jury et al.), Kay et al. (2009) proposent que le fait de souligner les qualités ou valeurs du système (i. e., « affirmation du système ») réduit la propension à vouloir le défendre et en conséquence permet de contrer les effets de justification du statu quo lorsque la motivation à le justifier a été par ailleurs particulièrement renforcée (i. e., par la lecture d’une information sur la difficulté croissante à pouvoir quitter le pays). Pour les auteurs, l’affirmation du système permettrait en effet de satisfaire la motivation de justification du système des individus, qui n’auraient dès lors plus besoin de biaiser leur perception du système ou d’adopter des comportements défensifs. En soi l’idée de présenter des informations uniquement positives à propos d’un système peut paraître bien peu séduisante et utile lorsqu’on s’intéresse à la façon de combattre les processus de maintien d’un statu quo inégalitaire. C’est sa combinaison avec les critiques qui en revanche pourrait l’être. Bien qu’aucune étude n’ait, à notre connaissance, testé cette assomption, certaines recherches peuvent appuyer notre argument. Par exemple, les gens sont plus enclins à protester contre le système lorsqu’on les amène à réfléchir à leur système (et donc potentiellement à ce qui fonctionne) et aux points d’achoppement sur lesquels ils pourraient conseiller les autres pays pour qu’ils ne fassent pas les mêmes erreurs (Jost, Chaikalis-Petritsis ; Abrams, Sidanius, van der Toorn, et Bratt, 2012).

Changer la façon de percevoir les informations potentiellement menaçantes

18Une autre façon de limiter la motivation à défendre le système est de modifier notre perception du changement, non comme une menace mais au contraire comme une façon de préserver le statu quo. Ainsi les personnes qui justifient généralement le système (i. e., le considèrent comme juste et inévitable) sont également plus promptes à nier le réchauffement climatique et en conséquence à moins s’engager dans des comportements pro-environnementaux (Feygina et al., 2010). Il est néanmoins possible de les amener à changer d’intentions comportementales et de comportement (ici à signer une pétition pro-environnementale), à condition de leur présenter la défense de l’environnement comme indispensable pour préserver leur façon de vivre (i. e., le statu quo). Ainsi, considérer que le changement ne menace pas le système mais au contraire permet de le conserver semble être un bon moyen d’amener les gens à adopter les comportements qui remettent en cause l’état de fait (Feygina et al., 2010). Une extension de cette idée au domaine de l’égalité femme-homme pourrait être de promouvoir l’idée que les inégalités nuisent au développement économique du pays plutôt que d’insister uniquement sur l’existence de ces inégalités (cf. résultats mentionnés plus haut).

19Johnson et Fujita (2012) montrent également que lorsqu’on amène les gens à considérer qu’il est possible de changer un système (i. e., en leur prouvant que protester contre certains aspects d’un programme universitaire à destination des nouveaux entrants est efficace), ils sont alors motivés à changer ce système (i. e., ce programme universitaire) et à lire des informations négatives, donc potentiellement menaçantes, plutôt que positives concernant ce système (leur université). Bien que ce ne soit pas directement mesuré dans la recherche en question, il est possible que ces personnes, croyant que le système pouvait être amélioré, aient également perçu avoir davantage de contrôle sur ce système, ou se soient senties personnellement plus efficaces pour agir sur ce système. Augmenter les ressources personnelles de faire-face à la menace peut effectivement être un moyen intéressant pour contrer les effets négatifs d’une exposition à une information menaçante.

Augmenter les ressources personnelles de faire-face

20Dans la définition que nous avons donnée de la menace nous insistions sur le fait que notre perception de nos capacités à faire-face aux menaces était importante. Une façon de faire face est de rationaliser le système en recourant notamment à des idéologies de justification du système, tels les stéréotypes. Une autre façon serait de percevoir que nous disposons de ressources suffisantes pour faire face aux menaces en adoptant des attitudes et comportements qui défient plus qu’ils ne renforcent le statu quo : par exemple en augmentant le sentiment de maîtriser notre sort ou le sentiment d’auto-efficacité (i. e., la perception de capacité à mettre en place les actions qui conduisent au résultat souhaité ; Bandura, 2007). En effet, nous avons vu qu’il est important que les individus perçoivent que le changement social est possible pour amorcer un comportement susceptible de remettre en cause le système (Johnson et Fujita, 2012). Une notion telle celle d’auto-efficacité politique – la croyance que l’on peut avoir une influence sur les décisions politiques – semble être de prime abord une piste prometteuse dans la réflexion portant sur l’augmentation des ressources de faire-face. En effet, cette croyance est un prédicteur de l’engagement individuel dans les mouvements sociaux. Toutefois, il semble que l’auto-efficacité politique soit, ironiquement, associée à la justification du système, puisqu’elle implique de percevoir les institutions politiques comme étant ouvertes à la critique et disposées au changement, et donc, d’une certaine manière, comme étant justes et équitables (Osborne, Yogeeswaran et Sibley, 2015). Le concept d’auto-efficacité politique est néanmoins équivoque : certains l’utilisent dans le sens d’une perception d’efficacité générale à influencer les décisions politiques (c’est le cas de l’étude de Osborne et al., 2015) quand d’autres le définissent comme la croyance en sa capacité à « s’engager activement dans des activités politiques » (e. g., perception de capacité à informer les autres du programme politique du parti que l’on soutient ; Caprara, Vecchione, Capanna et Mebane, 2009). Il est également possible que la croyance en son efficacité à agir via des formes d’engagement non institutionnelles, alternatives aux partis politiques dans la promotion du changement social (e. g., engagement associatif), soit liée à moins de justification du système. Enfin, s’il est question ici de la perception d’efficacité personnelle les recherches menées dans le domaine de l’auto-efficacité s’intéressent de plus en plus à la notion d’efficacité collective, autrement dit la croyance d’un groupe en sa capacité à collectivement engager les actions qui lui permettront de parvenir à ses fins. Réfléchir à ce type de ressources collectives de faire-face aux menaces ciblant le système nous paraît tout aussi important.

21Une autre façon d’augmenter nos ressources de faire-face est d’améliorer notre connaissance sur les problématiques potentiellement menaçantes. C’est ce que proposent Shepherd et Kay (2012). Pour ces auteurs, il est important que les connaissances transmises le soient d’une façon plus accessible (la complexité conduisant les individus à éviter de s’y confronter et à se déresponsabiliser) et moins catastrophiste (pour une revue des effets de la peur collective sur le traitement des informations, voir Krauth-Gruber, Bonnot et Drozda-Senkowska, 2013). Ces informations doivent également être délivrées dans un contexte où les individus ont le temps et l’attention nécessaires au traitement du message. Ainsi Laurin, Kay, Proudfoot et Fitzsimons (2013) montrent que les individus sont en mesure de s’opposer à une politique coercitive qui leur est présentée (ici la restriction des libertés individuelles), à la condition de disposer de toutes leurs ressources cognitives pour traiter cette information.

Conclusion

22Au début de cette contribution, nous avancions l’idée que la menace recouvrait les contextes et événements remettant en cause la stabilité ou la légitimité d’un système. Nous avons ensuite pu démontrer, en nous appuyant sur les travaux menés dans le champ théorique de la justification du système, que les contextes menaçants étaient propices à l’émergence chez l’individu d’une motivation à défendre et à justifier le statu quo, contribuant ainsi au maintien des inégalités sociales, et donc, paradoxalement, de la menace. Dans une autre contribution de cet ouvrage, Bonelli propose que les menaces sont édifiées, amplifiées et propagées par les institutions elles-mêmes à des fins utilitaires. La présente contribution nous paraît appuyer cet argument en montrant précisément comment ces menaces, parce qu’elles sollicitent le besoin psychologique qu’ont les individus de rationaliser et justifier l’ordre social, contribuent à renforcer les arrangements sociaux existants et à légitimer les systèmes dans lesquels ils évoluent. Néanmoins il apparaît que ce mouvement n’est pas inéluctable et qu’il est possible d’amener les individus à contester l’état de fait en agissant sur plusieurs leviers, notamment en améliorant la perception des ressources de faire-face à la menace.

Auteurs

Virginie Bonnot est enseignante-chercheuse en psychologie sociale à l’université Paris Descartes au sein du Laboratoire de psychologie sociale : menaces et société. Elle est par ailleurs actuellement directrice adjointe de l’Institut de psychologie. Ses recherches portent sur les stéréotypes, notamment les stéréotypes de genre, la façon dont ils affectent les perceptions de soi et la performance dans certains domaines de compétence, et leur rôle dans le maintien du statu quo inégalitaire. Elle s’intéresse également aux émotions collectives et à la façon dont elles motivent les individus à adopter des comportements pro-environnementaux et des comportements intergroupes positifs.
Catherine Verniers est enseignante-chercheuse en psychologie sociale à l’université Paris Descartes. Ses travaux de recherche s’inscrivent dans le champ de la psychologie sociale expérimentale, et portent principalement sur les explications de niveau idéologique favorisant la justification et la perpétuation des hiérarchies sociales de genre.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search