Versione classicaVersione mobile

Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques

 | 
Sabine Caillaud
, 
Virginie Bonnot
, 
Ewa Drozda-Senkowska

Troisième partie. Agir sur les menaces

Se rappeler ses propres transgressions : d’une menace environnementale à un défi pour le soi

Lolita Rubens e David Vaidis

Testo integrale

1Le réchauffement climatique et la pénurie annoncée de certaines ressources naturelles posent constamment la question de la modification des comportements individuels. En effet, les données liées à l’évolution de notre environnement sont alarmantes et présentent une menace bien réelle pour la survie de l’humanité. Aussi, elles devraient conduire les individus vers des comportements plus adaptés permettant de préserver les ressources naturelles. Pourtant, ce n’est pas parce que nous sommes face à cette donnée factuelle que nous réduisons spontanément notre impact sur l’environnement. En dépit de se sentir concernés par ces problèmes, les individus ne vont que très difficilement changer leurs comportements, et cela d’autant moins dans le domaine de l’environnement (Kollmuss et Agyeman, 2002).

2Toutefois, ces circonstances constituent également une opportunité pour une procédure appelée l’hypocrisie induite (Aronson, Fried et Stone, 1992). Cette technique dérivée de la théorie de la dissonance cognitive (Festinger, 1957) consiste à souligner une contradiction entre le discours et les actes, ce qui conduit les individus à vouloir maintenir une image de soi positive. D’un point de vue pratique, la procédure d’hypocrisie induite consiste à faire prendre conscience de l’incompatibilité entre une opinion défendue et un comportement passé. Les intérêts de cette procédure sont, qu’en utilisant les bons paramètres, les individus vont résoudre cette situation en adoptant les comportements conformes aux attentes sociales et à leurs discours. Ainsi, pour amener les individus à changer leurs mauvaises habitudes relatives à l’écologie, plutôt que de les exposer à une menace réelle (par exemple la pénurie des ressources) à laquelle ils sont régulièrement confrontés et pour laquelle ils disposent déjà d’une représentation cohérente, l’hypocrisie induite consiste à souligner l’inadéquation entre les discours et les actes. Dans ce cas précis, l’individu n’est plus menacé par l’environnement direct en tant que tel, mais parce qu’il perçoit la situation comme menaçante pour lui-même, pour son intégrité morale. Il s’agit d’une menace endogène, une menace pour le soi.

Hypocrisie induite : provoquer la menace

3Imaginons qu’au cours d’un repas arrosé entre amis, vous soyez amené à discuter des problématiques d’eau et d’écologie. Vous n’aurez aucun mal à vous accorder sur le fait qu’il s’agit d’une ressource rare et qu’il est essentiel de la préserver. Lorsque vous prenez la parole, emporté par votre élan lyrique, vous affirmez qu’il faut que chacun fasse des efforts et prenne ses responsabilités pour adopter une consommation réfléchie et ainsi réduire le gaspillage de l’eau potable. Alors que l’un de vos amis exprime des doutes quant à l’impact que peuvent avoir ces actions, vous vous levez, insurgé, et vous défendez durant plusieurs minutes le fait qu’il est moralement inacceptable de nettoyer sa voiture à l’eau potable alors que des populations entières n’ont que difficilement accès à cette ressource. Vous clôturez votre intervention en affirmant que laisser plusieurs litres d’eau s’écouler pour se laver les dents est totalement déraisonné et participe à l’épuisement de ressources vitales. Vous avez dit ce qui devait être dit. Votre ami semble acquiescer et vous vous rasseyez fièrement, satisfait de votre discours. Le fait que nous soyons tous d’accord sur ces opinions rend la tâche aisée et il serait en réalité plutôt difficile de défendre le point de vue inverse. Mais avez-vous fait ce vous avez prôné ?

4Juste après votre laïus, imaginons qu’un autre de vos amis vous fasse remarquer qu’en dépit de vos opinions et de vos bonnes paroles, vous n’adoptez pas toujours les comportements escomptés. Vous vous rappelez alors les nombreuses fois où vous avez agi d’une manière contraire à ce que vous venez de défendre : intérieurement, vous vous sentez mal à l’aise, vous vous trouvez foncièrement hypocrite. Le soir venu, en vous rappelant cette incompatibilité, il y a tout à parier que vous ne laisserez pas couler l’eau en vous brossant les dents… Nous pouvons être confrontés à des situations comme celles-ci dans notre vie quotidienne, et ainsi nous sentir hypocrites. Lorsque ces situations sont provoquées dans le cadre d’interventions ou d’expérimentations, elles constituent une procédure d’hypocrisie induite.

5La personne qui prend conscience d’une inconsistance entre ses valeurs prônées et ses comportements passés ressent un inconfort psychologique qui la motive à réduire, de la manière la plus efficace et la moins coûteuse possible, cet état d’inconfort. Cela le plus souvent en adoptant un comportement compatible avec ce qu’elle vient de défendre.

6Dans la procédure d’hypocrisie induite, les participants sont invités, dans un premier temps, à défendre une conduite dite pro-attitudinale (c’est-à-dire compatible avec leurs opinions personnelles), laquelle est socialement valorisée et a des conséquences positives pour autrui. Dans un second temps, il leur est demandé de se rappeler les fois où ils n’auraient pas agi dans ce sens. Cette situation rend saillante l’inconsistance qui existe entre l’image que les gens se font d’eux-mêmes (honnêtes par exemple) et ce qu’ils sont vraiment (des personnes qui peuvent prôner ce qu’elles ne font pas elles-mêmes). Cette situation conflictuelle les amène à restaurer une image favorable d’eux-mêmes, en adoptant notamment les comportements prêchés dès qu’ils en ont l’occasion. Pour mieux comprendre cette procédure d’hypocrisie induite, il faut revenir à la théorie de la dissonance cognitive formulée par Leon Festinger dans les années 1950.

La dissonance cognitive, un état d’inconfort…

7Dans la conception initiale de la théorie de la dissonance cognitive, Festinger (1957) considère que les individus cherchent à maintenir un univers cognitif cohérent. Une personne serait motivée à maintenir une cohérence entre ses cognitions : c’est-à-dire ses comportements, connaissances, opinions ou croyances concernant le monde extérieur, soi-même ou autrui. Pour exemple, la cognition relative au fait de se « considérer comme concerné par les problématiques environnementales » est cohérente avec le comportement qui consiste à « signer une pétition pour limiter les gaz à effet de serre ». Toutes les cognitions ne sont pas pertinentes les unes avec les autres. Pour exemple, « aimer la peinture » n’entretient fort probablement aucune relation pertinente avec les cognitions relatives à l’écologie. Pour Festinger, c’est lorsqu’un individu dispose à l’esprit de cognitions incompatibles entre elles qu’il va ressentir un état d’inconfort psychologique : c’est l’état de dissonance cognitive qui le motive à restaurer un état satisfaisant (Vaidis et Hamili-Falkowicz, 2007).

8Cet état d’inconfort est également d’autant plus important que les cognitions concernent des domaines ou valeurs importants pour l’individu. Dans l’exemple précédent, le comportement qui consiste à « signer une pétition pour l’installation d’une usine fortement polluante » est donc dissonant avec le fait de se sentir concerné par l’environnement. Aussi, plus la protection de l’environnement est une cause importante pour l’individu, plus la situation générera un état de dissonance important, et par conséquent plus l’individu sera motivé à réduire cette dissonance.

9Très rapidement dans l’élaboration de la théorie, les développements se sont focalisés sur le concept de soi (voir Greenwald et Ronis, 1978). L’individu ressent un état de dissonance cognitive non pas simplement parce qu’il perçoit une inconsistance entre des cognitions, mais parce que ces cognitions remettent en question la validité de son positionnement : il se sent menacé dans sa perception d’être un individu doué de raison, intelligent, intègre et honnête (Aronson, 1969).

… qui menace le soi

10Les révisions récentes de la théorie de la dissonance ont développé des approches basées sur le soi pour lesquelles la motivation sous-jacente à la dissonance s’apparente à une menace du soi (cf. Vaidis, 2011 ; Voisin, Girandola et Doridot, 2013) : il s’agit de maintenir ou de protéger un soi positif. Les situations qui mettent en péril cet équilibre génèrent une émotion négative régulée dans un second temps par l’adoption de stratégies visant à restaurer cette image de soi, ce qui passe notamment par une réévaluation des comportements ou des attitudes en question. La procédure d’hypocrisie induite découle de ces travaux sur le soi. Le fait de percevoir une incompatibilité saillante entre nos actes et nos pensées menace notre intégrité morale et nous amène à restaurer une image positive en adoptant le comportement adéquat. Toutefois les révisions basées sur le soi ne se limitent pas à l’hypocrisie induite et s’appliquent in fine à une multitude d’autres situations de dissonance.

11Ainsi, et de manière générale, l’individu ressent un état de dissonance parce qu’un comportement réalisé est incompatible avec ses standards personnels de conduite. Cet écart entre comportement observé et attentes personnelles menace sa perception d’individu cohérent, bon, intègre et compétent. L’état de dissonance généré par la situation motive alors l’individu à opter pour des stratégies permettant de restaurer l’intégrité du soi. Le processus qui sous-tend la procédure d’hypocrisie induite peut être divisé en deux parties (Elliot et Devine, 1994). Il y a d’une part une phase d’éveil de la dissonance : l’individu ressent un inconfort qui le motive ; et d’autre part une phase de réduction de la dissonance : l’individu utilise une stratégie permettant de restaurer un état acceptable. Le fait que les individus ont une image de soi plus ou moins positive est susceptible de moduler la dissonance lors de ces deux moments clés (Stone et Cooper, 2001).

12Lors du premier moment (la phase d’éveil), le soi peut moduler le niveau de menace à travers l’effet de consistance du soi (Aronson, 1969). La phase d’éveil correspond en réalité à une situation d’auto-évaluation, et c’est l’inadéquation entre un comportement et un standard personnel qui va menacer l’estime de soi. Autrement dit, je considère que mon comportement ne correspond pas à ce que je pense de moi. Or, nous ne disposons pas nécessairement de standards personnels similaires. C’est pour cela que l’on parle de consistance de soi. Selon le niveau d’estime de soi, les personnes vont réagir différemment. Les personnes disposant d’une forte estime de soi – c’est-à-dire celles qui ont une conception fortement positive d’elles-mêmes – sont plus à même de se sentir hypocrites dans la situation. Plus l’écart entre le comportement et le standard spécifique est important, plus la personne va se sentir menacée par la situation. À l’opposée, si des personnes disposent d’une faible estime de soi (qu’elles se considèrent en quelque sorte comme des ratés), la situation ne générerait pas ou peu de dissonance. Néanmoins, la valeur du soi dont il est question renvoie ici à un standard spécifique, à un domaine bien précis, et non pas à une estime de soi globale. Ainsi dans le cadre général de la dissonance, un individu sûr de lui, pensant tout connaître des problèmes environnementaux et qui passe un test de connaissance sur internet ressentira de la dissonance si les résultats du test lui indiquent qu’il n’y connaît rien. Mais face à une situation identique, un individu évaluant ses connaissances comme très faibles ne ressentira quant à lui aucun inconfort à échouer au test. En contrepartie, les effets de consistance du soi permettent également d’envisager que si l’individu conscient de ses piètres connaissances réussit avec brio ledit test, il risque cette fois-ci de ressentir de la dissonance parce que cela va à l’encontre de ses standards personnels négatifs. Néanmoins, dans la mesure où la grande majorité des personnes dispose d’une estime de soi positive, la remise en question d’un standard de conduite positif génère la plupart du temps un état de dissonance (Aronson, 1969). La menace est donc relative à la perception que l’individu se fait de lui-même, et l’état de dissonance sera proportionnel à cet écart entre standards personnels et réalité perçue.

13Lors du deuxième moment (la phase de réduction de la dissonance), le soi peut servir de ressource pour gérer plus efficacement l’état de dissonance : c’est l’effet d’affirmation de soi (Steele, 1988 ; Steele et Liu, 1983). Dans ce cas, c’est l’estime de soi globale qui va permettre de modérer ce besoin de réduire la dissonance. Contrairement à la première phase, il s’agit alors d’une valeur globale du soi et non plus du standard de conduite spécifiquement menacé. Une personne ayant l’opportunité de mettre en avant des cognitions positives relatives au soi (c’est-à-dire de s’affirmer) va disposer de ressources pour maintenir une image positive et par conséquent elle va moins ressentir le besoin d’opter pour des stratégies de réduction de la dissonance. Toutefois, cela n’est possible que lorsque les cognitions mobilisées n’entretiennent pas de relations pertinentes avec la source de la dissonance (Stone et Cooper, 2001). D’un point de vue mécanique, l’idée générale de la proposition de Steele (1988) est que l’affirmation du soi sert de substitut à la réduction de la dissonance. L’affirmation de soi permet de maintenir, protéger et restaurer l’image de soi.

14Dans l’exemple précédent où notre individu sûr de lui est confronté à un résultat catastrophique lors de son test sur l’écologie, si nous lui donnons l’opportunité de se remémorer ses excellentes performances dans les domaines académiques, alors son échec sera surmonté sans qu’il ait besoin de remettre en question ses standards de conduite. La possibilité de réaffirmer sa valeur (son estime de soi globale) permet de protéger l’individu. En revanche, si la possibilité de s’affirmer avait porté sur des domaines en lien avec l’écologie, la situation aurait été d’autant plus menaçante.

15Néanmoins, la plupart du temps, dans le cadre des procédures d’hypocrisie, il n’est pas indispensable de prendre en compte ces grandes variations concernant l’estime de soi. Cela parce que d’une part, comme nous l’avons déjà dit, les personnes disposent généralement d’une image positive d’elles-mêmes, et parce que d’autre part, l’affirmation de soi ne sera permise que si les connaissances relatives au soi et non pertinentes avec la situation sont activées au moment de la réduction (Stone et Cooper, 2001), ce qui s’avère in fine être relativement rare. Par conséquent, pour la majorité des individus, l’estime de soi va peu moduler l’état de dissonance généré par une situation d’hypocrisie induite et l’individu devra donc trouver un autre moyen de gérer cette remise en cause de son intégrité.

De la menace au défi : réduction de l’hypocrisie induite

16D’un point de vue général, la menace se définit par la perception d’un danger réel ou symbolique pour l’individu et va être associée à une réaction émotionnelle négative. Face à une situation potentiellement stressante, les modèles de régulation émotionnelle (Blascovich et Tomaka, 1996 ; Lazarus et Folkman, 1984) distinguent différentes appréciations cognitives de la situation. Un individu exposé au danger vivra la situation différemment selon l’évaluation qu’il en fait, mais également selon les ressources et compétences disponibles dont il se sent pourvu. Lorsque le danger perçu excède le sentiment de pouvoir y faire face, la situation est perçue comme une menace. A contrario lorsque les ressources et compétences sont perçues comme suffisantes, la situation est vécue comme un défi.

17Pour l’hypocrisie induite, il s’agit avant tout d’une menace générée par la perception que l’individu se fait de lui-même. Dans la distinction défi/menace, la situation ne peut que difficilement être considérée en tant que défi dans la mesure où, si l’individu perçoit une potentialité de perte en termes de considération pour lui-même, il n’est pas en mesure d’envisager un gain dans la situation : son image positive est remise en cause et il n’y a pas véritablement de moyen d’en ressortir plus fort. Il s’agit alors, à tout le moins dans un premier temps, de restaurer cette image positive. Dans des cadres similaires, Baumeister, Smart et Boden (1996) parlent de menace de soi quand l’image positive de soi est remise en cause. Cette menace apparaît parce que les individus sont fortement motivés à maintenir une image positive de soi. À un niveau général, la menace dans le domaine de l’auto-évaluation consiste à considérer une personne comme menacée chaque fois que l’auto-évaluation lui permet de conclure, consciemment ou non, que sa performance ou son comportement ne satisfont pas ses exigences (Muller et Butera, 2007a ; Tesser, 2000).

18La procédure d’hypocrisie induite, en tant que dérivée de la dissonance cognitive, suit une logique similaire aux modèles de régulation émotionnelle des menaces. En réalité, le modèle de la théorie de la dissonance cognitive est un précurseur des modèles plus récents de régulation (voir Blascovich et Tomaka, 1996) : un écart perçu (par exemple entre des attentes et une situation réelle), un éveil et la réduction d’affects négatifs, et enfin la motivation à modifier des cognitions pour réduire l’écart. La procédure d’hypocrisie induite se traduit ainsi par un éveil émotionnel négatif qui constitue le moteur motivationnel du processus (voir Elliot et Devine, 1994 ; ou encore Martinie et Priolo, 2013 pour un panorama récent).

19Les approches en termes de menace considèrent généralement trois types différents de régulation : (a) la stratégie pro-active, (b) la stratégie défensive, ou (c) la stratégie d’évitement (Muller et Fayant, 2010). Si différents modes de réduction sont envisagés de manière générale dans le cadre de la dissonance cognitive (Voisin, Rubens, N’Gbala et Gosling, 2013), la procédure d’hypocrisie induite restreint fortement les conséquences de la dissonance au changement de comportement allant dans le sens de la position défendue. De la sorte, la régulation de la menace générée par l’hypocrisie induite passe avant tout par une stratégie que l’on peut qualifier de pro-active. L’adoption volontaire d’un comportement allant dans le sens de la position défendue permet de restaurer l’image positive de soi et participe à maintenir ou à élever le standard de conduite. Les deux autres types de stratégies de régulation sont moins présentes voire exclues dans le cadre de l’hypocrisie induite. Les stratégies défensives, qui consistent à remettre en cause la valeur du soi et réévaluer ses standards, s’avèrent coûteuses pour l’individu si elles ne s’accompagnent pas d’un renforcement de sa valeur dans d’autres domaines pour maintenir une image globalement positive de soi. Ces stratégies s’apparentent donc aux conséquences des effets de l’affirmation de soi et s’avèrent rares (voir précédemment). Les stratégies d’évitement, qui permettent généralement aux individus d’oublier les situations problématiques dans le cas de la dissonance, ne semblent être efficaces que lorsque le soi n’est pas menacé (Voisin, Rubens et al., 2013 ; Voisin, Girandola et Doridot, 2013) et ne vont de ce fait pas être utilisées.

20Deux raisons majeures vont également expliquer pourquoi les individus préfèrent adapter leur comportement (utiliser une stratégie pro-active). Premièrement, l’état de dissonance cognitive est un état orienté vers l’action (Harmon-Jones, Harmon-Jones, Fearn, Sigelman et Johnson, 2008) ; en effet, l’état de dissonance active des zones cérébrales qui sont impliquées dans la prise de décision et l’action. Face à une incompatibilité, les stratégies adaptatives consistant à agir et changer afin d’éviter l’immobilisme auraient été privilégiées au cours de l’évolution. En somme, les actions sont favorisées et celles qui consistent à adopter le « bon » comportement soutiennent l’estime de soi. Deuxièmement, un facteur primordial qui oriente la réduction de la dissonance concerne la résistance au changement (Vaidis, 2011 ; Vaidis et Gosling, 2011). Lorsque deux éléments sont incompatibles, ce sont les cognitions les moins résistantes au changement qui sont modulées pour s’accorder avec les cognitions les plus résistantes. Dans une procédure d’hypocrisie induite, les cognitions relatives au discours tenu sont plus résistantes que les autres. En effet, elles sont saillantes. Elles viennent d’être activées de manière publique et libre, c’est-à-dire que les individus ne peuvent attribuer qu’à eux-mêmes la responsabilité de leur acte. Il est donc très difficile pour l’individu de revenir sur ce plaidoyer. De plus, les transgressions passées sont contre-normatives (elles vont à l’encontre de ce que l’on considère comme bien) et surtout elles ne sont que très rarement des éléments définitionnels de l’identité de l’individu, qui préfère se référer à des comportements valorisés socialement plutôt que déviants. De ce fait, elles sont moins résistantes que le plaidoyer. Enfin, dans de rares situations, si les transgressions à la norme sont nombreuses et résistantes, il y a alors fort à parier que l’individu dispose d’un standard personnel compatible avec ces transgressions et il ne ressentira pas de dissonance.

21Par conséquent, lorsqu’il se voit offrir l’opportunité d’agir conformément à son plaidoyer, l’individu choisit la stratégie la plus efficace et finalement la moins coûteuse pour restaurer une image positive de soi. En adoptant les comportements prônés par son discours, mais également par la norme sociale, il conforte son image d’individu intègre, qui dit ce qui doit être dit et fait ce qui doit être fait.

Pour qu’hypocrisie induite rime avec défi

22La procédure d’hypocrisie induite part du postulat que si l’on fait prendre conscience aux individus qu’ils n’agissent pas toujours dans le sens de leurs attitudes, alors un éveil de la dissonance va se produire. Du point de vue de la consistance de soi, se rendre compte de son hypocrisie rentre en dissonance avec l’image de soi : prôner une conduite qu’on ne pratique pas nous-mêmes est incompatible avec notre représentation d’être une personne honnête et morale. La procédure d’hypocrisie induite permet donc de mettre le doigt sur des inconsistances qui existent déjà et de les rendre saillantes.

Menacer d’abord, pour mieux défier après

23Deux phases combinées sont considérées nécessaires pour assurer une efficacité à la procédure d’hypocrisie induite. Dans un premier temps, il s’agit de demander de défendre publiquement un comportement non problématique et socialement souhaitable (pro-normatif), autrement dit qui, en général, va dans le sens des attitudes initiales des individus (comportement pro-attitudinal). On parle ici de phase de plaidoyer. Puis, dans un second temps, il s’agit de se rappeler les fois où, par le passé, on n’aurait pas agi dans le sens du plaidoyer que l’on vient de faire. La phase est qualifiée de rappel des transgressions passées. Ce rappel fait prendre conscience aux individus qu’ils n’ont pas toujours agi dans le sens de leurs attitudes. C’est la combinaison des deux étapes qui permet une auto-évaluation qui génère une menace pour le soi.

24Les premières études ont défini quatre conditions classiques pour évaluer l’efficacité de la procédure : (a) une condition d’hypocrisie induite où les deux étapes sont combinées (plaidoyer et rappel), (b) une condition de défense d’une conduite pro-attitudinale (phase de plaidoyer uniquement), (c) une condition de rappel des transgressions passées seulement (phase de rappel uniquement), et enfin, (d) une condition contrôle permettant d’avoir un point de référence, pour laquelle les participants ne font aucune des deux étapes détaillées ci-dessus (ni plaidoyer ni rappel).

25La première étude a été menée par Aronson et al. (1991) dans le cadre d’un programme de prévention auprès de jeunes adultes visant à augmenter l’utilisation du préservatif. Lors d’une première phase, les participants défendaient un comportement pro-attitudinal ayant des conséquences positives : l’utilisation du préservatif. Ils étaient invités à enregistrer un message vidéo de prévention à destination de lycéens. Cette première étape permettait d’affirmer l’attitude favorable des participants vis-à-vis de la cause défendue. Dans la seconde phase, les participants rappelaient leurs transgressions en répondant à quelques questions concernant les situations au cours desquelles ils n’avaient pas utilisé de préservatif. L’efficacité de la procédure était évaluée en mesurant l’intention des participants d’utiliser des préservatifs lors de futurs rapports sexuels et en leur donnant l’opportunité d’acheter des préservatifs à la fin de l’étude. Les résultats montrent que les participants de la condition hypocrisie induite (plaidoyer et rappel) sont plus nombreux à acheter des préservatifs à la fin de l’étude. C’est également dans cette condition que les fortes intentions d’agir trouvent une concrétisation : un suivi des participants par téléphone plusieurs semaines après l’étude démontre une plus grande utilisation de préservatifs.

Menace pour la ressource d’eau, défi pour le soi

26L’efficacité de la procédure a également été observée sur le terrain, dans le domaine de la protection de l’environnement. Dickerson, Thibodeau, Aronson et Miller (1992) ont mené une étude dans l’enceinte de la piscine d’un campus californien dont l’administration souhaitait sensibiliser les étudiants à l’économie d’eau. Les participantes étaient recrutées dans l’enceinte de la piscine de l’université, après leur baignade, alors qu’elles se dirigeaient vers les douches. Elles étaient abordées individuellement par une expérimentatrice qui leur demandait si elles se sentaient concernées par l’économie d’eau, puis après acquiescement, elles étaient assignées aléatoirement à l’une des quatre conditions classiques.

27Dans la condition plaidoyer seul, l’expérimentatrice leur proposait de participer aux efforts du campus en signant un dépliant sur lequel figurerait le slogan suivant : « S’il vous plaît, économisez l’eau. Prenez des douches plus courtes. Éteignez l’eau pendant que vous vous savonnez. SI JE PEUX LE FAIRE, VOUS AUSSI ! » Il était expliqué que les dépliants étaient joints à des affiches distribuées sur le campus pour encourager l’économie d’eau. Les participantes de la condition rappel seul devaient, quant à elles, répondre oralement à quatre questions visant à leur rappeler leurs comportements transgressifs passés : « Quand vous prenez votre douche, éteignez-vous toujours l’eau lorsque vous vous savonnez ou que vous vous lavez les cheveux ? Quand vous prenez votre douche, faites-vous toujours en sorte qu’elle soit aussi courte que possible, ou vous attardez-vous parfois plus que nécessaire ? Selon vous, combien de temps cela doit-il prendre en moyenne de prendre sa douche et de se laver les cheveux, sans gâcher de l’eau ? Combien de temps durent vos douches à la cité universitaire en moyenne ? » Dans la condition d’hypocrisie induite, les participantes passaient par les deux précédentes phases. C’est-à-dire que les nageuses répondaient aux questions de rappel des transgressions passées puis signaient le dépliant. Dans la condition contrôle, elles ne passaient par aucune des phases précédentes. Enfin, dans toutes les conditions, les nageuses rejoignaient alors les douches de la piscine où une observatrice notait discrètement à l’aide d’un chronomètre le temps que chaque participante passait sous la douche.

28Les résultats (voir figure 1) attestent l’efficacité de la procédure sur une mesure comportementale directe. Tout d’abord, par rapport à la condition contrôle, les participantes ayant eu au moins une phase de rappel des transgressions ou de plaidoyer sont plus nombreuses à éteindre l’eau pendant qu’elles se savonnent. Mais ce sont quand même les nageuses qui ont répondu aux questions leur rappelant leurs transgressions passées et ayant affirmé leur engagement en faveur de l’économie d’eau (hypocrisie induite) qui restent le moins longtemps sous la douche.

29Ce sont les participantes qui avaient défendu publiquement l’importance des économies d’eau et qui avaient rappelé les fois où elles n’avaient pas agi dans ce sens qui ont modifié leur comportement dans le sens des économies d’eau. Ainsi, lorsque les personnes se perçoivent hypocrites et se sentent menacées dans leur intégrité morale, l’adoption d’un comportement permettant de restaurer une image positive de soi va être privilégiée.

Fig. 1. – Temps passé sous la douche selon les conditions (en secondes).

Fig. 1. – Temps passé sous la douche selon les conditions (en secondes).

Pour s’assurer le défi, et dépasser la menace

30Les recherches montrent que la procédure d’hypocrisie induite est particulièrement efficace et adaptée aux changements de comportements associés à des thèmes de société, tels que les discriminations raciales ou sexuelles, la prévention des comportements à risque, la santé, ou encore, dans le cas présent, l’écologie. Les études menées depuis plusieurs années ont permis de préciser la manière de mettre en œuvre la procédure si l’on veut modifier efficacement les comportements d’autrui (Stone et Fernandez, 2008). Différents paramètres, dont certains ont été abordés plus haut peuvent alors être considérés pour optimiser l’obtention de ce changement comportemental.

31Tout d’abord, il est préférable que la population cible soit constituée d’individus ayant une estime de soi positive, puisque ceux-ci sont plus sensibles à la menace de soi et donc aux effets de la procédure (Peterson, Haynes et Olson, 2008). Par ailleurs, plus la cause est importante pour eux, plus le fait de se percevoir hypocrite constituera une menace pour l’image de soi. Il est ensuite judicieux de faire entendre aux individus une information qui leur parle directement. En effet, annoncer aux participants que l’on est conscient qu’ils ont pu déjà transgresser la norme participe à augmenter la dissonance ressentie (Fointiat, 2004). Ainsi, rappeler aux individus que la transgression existe (« 95 % des ménages déclarent ne pas toujours trier les déchets. Il arrive à tout le monde de jeter des déchets valorisables ») en précisant que les individus peuvent en faire partie (« je suis sûr que cela vous est également arrivé au moins une fois ») rend la procédure plus efficace. À l’inverse, leur rappeler que la transgression existe mais en leur signifiant qu’elle ne les concerne pas (« je ne pense pas que vous apparteniez à cette catégorie. Je suis sûr que vous faites toujours attention à ne pas jeter de déchets valorisables ») minimise l’éveil de la dissonance. L’affirmation, par l’expérimentatrice, de l’intégrité du soi des participants avant la procédure d’hypocrisie induite semble bloquer la nécessité d’adopter des comportements valorisants.

32Les multiples études menées permettent d’affirmer que la phase de plaidoyer peut aisément prendre plusieurs formes et s’avère adaptable aux besoins du terrain, à la population et aux objectifs de la recherche : rédaction d’un discours persuasif, élaboration d’un argumentaire en petits groupes, signature d’une affiche de soutien, etc.

33Les recherches menées dans le cadre des théories de l’engagement sont également pertinentes. Pour exemple, soutenir une cause en apposant son nom, son prénom et ses coordonnées est plus engageant que de prendre un simple prospectus pour défendre une opinion. Renforcer l’engagement des individus lors de la phase du plaidoyer permet de favoriser l’adoption des comportements visés car les cognitions relatives au plaidoyer sont plus résistantes. Ainsi, pour qu’elle soit la plus efficace possible, cette phase peut être précédée d’une déclaration de liberté (« ce n’est pas obligatoire, vous êtes tout à fait libre d’accepter ou de refuser ») et faire l’objet d’un plaidoyer public (Fointiat et Grosbras, 2007). Les individus peuvent également trouver et élaborer collectivement l’argumentaire pour défendre cette conduite (Fointiat, 2008).

34La phase de rappel peut également prendre plusieurs formes selon les besoins de l’étude : lister des situations dans lesquelles les individus ne se sont pas comportés dans le sens du comportement défendu précédemment, répondre à une série de questions permettant de connaître les circonstances ou la fréquence de ces situations, ou encore, sélectionner des comportements transgressifs réalisés dans une liste proposée, etc.

35Afin d’être la plus efficace possible, cette phase de rappel doit concerner plusieurs comportements que les individus auraient adoptés récemment (Fointiat, Morisot et Pakuszewski, 2008 ; Son Hing, Li et Zanna, 2002). Ainsi la menace du soi est plus forte lorsque les transgressions sont facilement accessibles en mémoire. Il est également préférable que ce rappel soit personnel et ne soit pas rendu public (Stone et Fernandez, 2008).

36Dans le cas de domaines pour lesquels la norme existante est très forte, le seul rappel des transgressions passées pourrait s’avérer suffisant pour amorcer une procédure d’hypocrisie induite (Liégeois, Cadou, Rubens et Priolo, in press). Ce rappel serait alors un élément activateur de la norme et suffirait à amener les individus à modifier leur comportement ou leurs intentions comportementales. Ce serait le cas dans le domaine de l’environnement pour lequel la norme écologique est très forte (Rubens, 2011) ou encore certains domaines de la santé, telle que la consommation de tabac (Priolo et Liégeois, 2008). Cette perspective ouvrirait la voie à une version allégée de la procédure d’hypocrisie induite, qui permettrait d’obtenir les effets attendus, avec une seule des deux phases.

Conclusion

37Forte de plusieurs décennies de recherche issue du développement de la théorie de la dissonance, nous disposons aujourd’hui d’une procédure d’hypocrisie induite bien définie qui maximise le changement comportemental et présente ainsi une stratégie pro-active bénéfique aux interventions psychosociales dans le domaine de l’éducation, la santé ou l’écologie. Cette procédure repose sur un modèle pertinent pour amener les individus à modifier leurs comportements. Ainsi, lorsque nous sommes confrontés à nos propres incohérences quant à des causes nobles, telle la préservation de l’environnement, notre intégrité morale d’individu juste, bon et honnête se voit malmenée. Cette auto-évaluation génère une menace pour le soi que nous cherchons à restaurer en adoptant des comportements salvateurs pour notre estime de soi.

38Lorsqu’il est question d’applications, l’hypocrisie induite est particulièrement adéquate pour traiter des sujets consensuels et normatifs. Finalement, nous sommes souvent convaincus de la nécessité de préserver l’eau, de réduire la pollution de l’air ou encore de trier les déchets. Nous savons également que ne pas le faire représente une véritable menace pour la survie de l’espèce. Le plus surprenant reste que cette menace réelle n’est pas suffisante pour nous amener à produire des comportements adaptés. Toutefois, lorsque nous refocalisons cette menace non plus sur l’environnement externe, mais sur l’individu moral que nous sommes, c’est notre intégrité qui est remise en cause et nous saisissons la moindre occasion pour restaurer ce besoin d’être, dans le fond, quelqu’un de bien. Voilà, dans le cas de l’écologie, une bien étrange situation : une menace symbolique plus forte qu’une menace réelle.

39Enfin, dans notre monde moderne où le maintien d’une image positive de soi est important, amener les individus à être honnête et sincère lorsqu’ils se retrouvent confrontés à leurs manquements concernant l’écologie s’avère finalement l’un des meilleurs moyens pour conduire au changement. Ainsi, la prise de conscience de notre hypocrisie nous amène tant bien que mal à passer d’une situation menaçante à un comportement adapté.

Indice delle illustrazioni

Titolo Fig. 1. – Temps passé sous la douche selon les conditions (en secondes).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/142082/img-1.jpg
File image/jpeg, 20k

Autori

Lolita Rubens est docteure en psychologie sociale et maîtresse de conférences à l’université Paris Est Créteil. Elle mène des recherches appliquées au sein du Laboratoire interdisciplinaire de recherches sur les transformations des pratiques éducatives et des pratiques sociales (LIRTES – EA 7313). Elle s’intéresse particulièrement à l’accompagnement des changements de comportement, notamment dans le domaine de l’environnement.
David Vaidis est maître de conférences en psychologie sociale à l’université Paris Descartes. Ses travaux de recherche portent sur l’exposition à l’inconsistante, la persuasion contre-attitudinale et de manière générale le modèle de la dissonance cognitive. Il a publié en 2011 un ouvrage de référence sur ce dernier domaine intitulé La dissonance cognitive : approches classiques et développements contemporains.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search