Version classiqueVersion mobile

Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques

 | 
Sabine Caillaud
, 
Virginie Bonnot
, 
Ewa Drozda-Senkowska

Troisième partie. Agir sur les menaces

Introduction

Virginie Bonnot, Sabine Caillaud et Ewa Drozda-Senkowska

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les contributions précédentes peuvent donner une impression d’impuissance individuelle et collective face aux menaces. Comme nous allons le voir dans cette partie ce n’est bien sûr pas le cas. En effet les menaces sont susceptibles d’être envisagées ou transformées en des défis auxquels les individus sont finalement capables de se confronter, souvent grâce à des modifications dans les contextes ou situations qui permettent d’agir tant sur la perception de l’environnement que sur la perception des ressources disponibles pour y faire face. La lecture de ces contributions nous incite à nouveau à souligner l’importance de considérer l’interaction entre « l’objet » menaçant et la cible qui est menacée : c’est dans l’interprétation que la personne fait de « l’objet » auquel il est confronté (objet, situation, événement, contexte) que se joue l’évaluation de cet objet comme menace ou au contraire comme défi. De plus, chacune des contributions de cette partie aborde à nouveau la question de...

Auteurs

Virginie Bonnot est enseignante-chercheuse en psychologie sociale à l’université Paris Descartes au sein du Laboratoire de psychologie sociale : menaces et société. Elle est par ailleurs actuellement directrice adjointe de l’Institut de psychologie. Ses recherches portent sur les stéréotypes, notamment les stéréotypes de genre, la façon dont ils affectent les perceptions de soi et la performance dans certains domaines de compétence, et leur rôle dans le maintien du statu quo inégalitaire. Elle s’intéresse également aux émotions collectives et à la façon dont elles motivent les individus à adopter des comportements pro-environnementaux et des comportements intergroupes positifs.
Sabine Caillaud est enseignante-chercheuse en psychologie sociale à l’université Paris Descartes au sein du Laboratoire de psychologie sociale : menaces et société. Ses recherches portent sur les représentations sociales, et plus particulièrement sur la manière dont le contexte culturel ou législatif voire émotionnel contribue à la formation et à la transformation des représentations sociales. Ses recherches portent également sur l’usage et le développement des méthodes qualitatives, comme par exemple les focus groups.
Ewa Drozda-Senkowska est professeure de psychologie sociale à l’université Paris Descartes où elle a dirigé le Laboratoire de psychologie sociale et où elle dirige actuellement l’Institut de psychologie. Elle a coordonné différents ouvrages dont Irrationalités collectives, Les pièges du raisonnement, Psychologie de l’anticipation, elle est également l’auteure de Psychologie sociale expérimentale, coauteure de Psychologie sociale, etc., ainsi que de nombreux chapitres et articles dans des revues scientifiques. Ses principaux travaux portent sur le fonctionnement en groupe, ses travaux plus récents sur les menaces sociales.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search