Version classiqueVersion mobile

Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques

 | 
Sabine Caillaud
, 
Virginie Bonnot
, 
Ewa Drozda-Senkowska

Deuxième partie. D’où viennent les menaces ? Où mènent-elles ?

Ces groupes qui ne nous laissent pas indifférents : menaces et émotions intergroupes

Silvia Krauth-Gruber et Ewa Drozda-Senkowska

Texte intégral

1La vie en société nous impose une forme d’organisation sociale avec ses découpages, ses subdivisions et leur hiérarchisation. Nous sommes soit « dans » soit « en dehors » de tel ou tel groupe, de telle ou telle catégorie ou de telle ou telle communauté. Tous ces groupes, qu’ils soient nos groupes d’appartenance (dit « endogroupes) ou non (dit « exogroupes »), ne disposent pas des mêmes ressources et n’occupent pas la même place dans la hiérarchie sociale. Les relations que les groupes et leurs membres entretiennent entre eux (dites « relations intergroupes ») ne sont donc ni simples ni toujours très paisibles. Nous nous intéresserons ici aux relations intergroupes menaçantes et, plus précisément, au lien entre les menaces posées par différents exogroupes, les émotions qu’ils suscitent et les comportements concomitants. Si certains groupes mieux lotis que nous suscitent notre admiration, d’autres groupes suscitent notre envie. Si à l’égard de certains groupes moins bien lotis que nous nous éprouvons de la pitié et nous apportons notre aide ou soutien, à l’égard d’autres groupes nous ressentons la colère et l’hostilité. L’approche que nous présenterons ici part du principe que l’évaluation de la situation intergroupe, par rapport à nos buts, nos valeurs, nos besoins, etc., détermine en grande partie le caractère plus ou moins menaçant des autres. Proposant comme point de départ l’analyse de la relation qu’entretient l’endogroupe avec les exogroupes, cette approche a permis d’y intégrer les émotions (cf. appraisal theories, Scherer, 1999 ; voir aussi Niedenthal, Krauth-Gruber et Ric, 2008) et en particulier les émotions intergroupes (Smith, 1993 ; Mackie et Smith, 2003). Considérées comme fonctionnelles, les réactions émotionnelles en réponse à l’évaluation de la situation intergroupe activeraient les tendances à agir (comportements ou intentions comportementales) leur correspondant.

2En résumé, puisque tous les exogroupes ne sont pas reliés à notre (ou à nos) groupe(s) d’appartenance de la même manière, ils ne présentent pas tous une menace, ou pas tous la même menace. Puisqu’ils n’ont ni le même statut ni le même pouvoir, ils ne peuvent pas avoir le même impact. Autrement dit, tous les exogroupes ne sont pas équivalents et par conséquent nos réactions à leur égard diffèrent.

3Cette idée est bien présente dans plusieurs modèles théoriques. Si certains parmi eux sont davantage focalisés sur les menaces intergroupes (Cottrell et Neuberg, 2005 ; Stephan et Renfro, 2002), et d’autres sur les émotions intergroupes (Alexander, Brewer et Livingstone, 2005 ; Fiske, Cuddy et Glick, 2002, Cuddy, Fiske et Glick, 2007 ; Smith, 1993), tous apportent des idées sur les aspects de la situation intergroupe pertinents pour l’analyse de la qualité de leurs relations.

4Inspirées par ces travaux et réflexions nous avons voulu savoir quels groupes sociaux (ou catégories sociales) sont considérés, en France, comme menaçants par de jeunes étudiants français, quelle(s) menace(s) spécifique(s) ils présentent à leurs yeux, et quelle(s) réaction(s) spécifique(s) ils suscitent chez eux. À notre connaissance, aucune étude de ce type n’a été menée en France par des psychologues sociaux. Pourtant, la société française, comme bien d’autres, est régulièrement confrontée aux problèmes sérieux liés à ses différents découpages sociaux, à l’intégration des anciennes et des nouvelles vagues d’immigration. Les médias ne se privent ni d’évoquer à ce propos des menaces politique, sociale, économique ou démographique, ni de mobiliser toute une panoplie d’émotions. Ainsi, il nous a semblé intéressant de présenter ici quelques fondements de l’analyse des menaces intergroupes issus des modèles théoriques mentionnés ci-dessus avant de relater, à titre d’illustration, notre étude exploratoire et les interrogations qu’elle soulève.

Menaces et émotions intergroupes

5Dans les travaux sur les relations intergroupes, le terme « menace » est défini d’une manière assez classique (voir la partie 1 de cet ouvrage). Il se réfère à l’anticipation des conséquences négatives que les relations avec l’autre pourraient avoir pour soi et son groupe (Stephan et Renfro, 2002). Ainsi, une menace peut venir de toute personne ou groupe de personnes qui, par son existence ou son comportement a (ou est perçu comme ayant) la possibilité de nuire, sur le plan physique, matériel ou symbolique, à d’autres personnes ou groupes de personnes. Pour cette raison, comme nous le verrons plus loin, différents types de menaces perçues sont envisagés. On admet également que la menace ne renvoie pas seulement à la présence réelle ou imaginée d’un danger extérieur, mais aussi à un état intérieur, un sentiment. Enfin, on insiste sur l’idée que la menace implique une vulnérabilité du groupe qui ne se croit pas en mesure d’y faire face, c’est-à-dire que ses membres considèrent que les ressources de leur groupe, y compris en terme de connaissances des autres, de capacités physiques et matérielles, sont insuffisantes pour pouvoir répondre de manière appropriée à la menace.

6Dans la littérature, on distingue différents types de menaces intergroupes. Par exemple, Stephan et Renfro (2002) dans leur théorie intégrative de la menace qui s’intéresse notamment aux antécédents des menaces, évoquent deux types de menaces, chacun pouvant se situer à un niveau individuel ou groupal. Les menaces réalistes concernent les besoins tangibles d’un groupe (i. e., la sécurité physique et matérielle, le territoire, le pouvoir), tandis que les menaces symboliques se réfèrent aux menaces pour les systèmes de valeurs et de croyances et pour la vision du monde de son groupe. Elles peuvent être dirigées vers son groupe d’appartenance (menaces groupales) ou vers l’individu (menaces individuelles). Par exemple, des messages relatés par les media sur le grand nombre de travailleurs immigrés, en provenance de certains pays nouveaux membres de la Communauté européenne, qui tentent d’entrer sur le marché du travail peuvent amener à considérer cette arrivée comme présentant des menaces réalistes groupales (craindre une hausse du chômage dans son pays), tandis que l’arrivée de ces travailleurs immigrés sur son lieu de travail peut présenter une menace réaliste individuelle (craindre un gel de son salaire ou de perdre son emploi).

7D’autres chercheurs distinguent les menaces matérielles des menaces culturelles (Ben-Nun-Bloom, Feldman et Lahav, 2008), les menaces sécuritaires, des menaces économiques et des menaces culturelles (Lahav et Courtemanche, 2012), ou encore les menaces physiques des menaces obstacles (Kamans, Otten et Gordijn, 2011).

8La liste la plus exhaustive des différentes menaces intergroupes, dont nous nous sommes inspirées dans notre étude, a été proposée par Neuberg et Cottrell (Cottrell et Neuberg, 2005 ; Neuberg et Cottrell, 2002). Dans leur « approche socio-fonctionnelle des menaces et émotions intergroupes », ils partent du principe, emprunté à l’approche évolutionniste, selon lequel la survie d’un groupe exige différents types de ressources matérielles et symboliques. L’accès, le partage et le maintien de ces ressources constituent un enjeu qui est la source principale de menaces dans les relations intergroupes. Ces auteurs répertorient 11 menaces intergroupes spécifiques dont une partie renvoie aux ressources de l’endogroupe (menace pour la sécurité physique, pour les biens matériels, le territoire, le pouvoir) et l’autre se réfère à son intégrité (confiance, respect de la coordination sociale, valeurs). Dans le tableau 1 sont présentées les 5 classes de menaces qui pèsent sur le bon fonctionnement des relations intergroupes, selon les émotions principales et secondaires qu’elles suscitent, ainsi que les intentions comportementales associées.

Tableau 1. – Menaces spécifiques perçues, émotions principales et secondaires et comportements (adapté de Cottrell et Neuberg, 2005).

MENACES PERÇUES

ÉMOTIONS

Principales / Secondaires

COMPORTEMENTS

Obstruction à la réalisation d’un but :

M. pour ressources économiques

M. pour les biens propriétés

M. pour la liberté

M. pour la réciprocité (par choix)

M. pour la coordination sociale

M. pour les relations de confiance

Colère

Envie/peur

Peur

Dégoût

Dégoût

Peur

Peur

Enlever l’obstacle :

Reprendre le contrôle économique

Protéger les biens

Protéger liberté

Contamination physique/morale :

M. pour la santé/contagion

M. pour les valeurs

Dégoût

Peur/pitié/colère

Colère/peur

Éviter/rejeter la personne/l’objet/l’idée

Menace physique

Peur

Colère

Se protéger/éviter/fuir

Menace pour la réciprocité
(par incapacité)

Pitié

Colère

Comportements d’aide

Menace pour l’image endogroupe

Culpabilité

Colère

Réconciliation, Approche

9Par exemple, une menace physique qui pèse sur les membres de son groupe éveillera en premier lieu la peur (émotion principale) et induira le désir de se protéger, soi et son groupe. En plus, la menace physique, comme toute menace, entrave les objectifs de l’endogroupe (la sécurité physique). Elle peut par la suite induire la colère en tant que réaction émotionnelle secondaire, et conduire par exemple à se mobiliser afin de supprimer la source d’insécurité. Les émotions sont donc fonctionnelles dans le sens où elles motivent des comportements adaptés pour répondre aux menaces.

10Neuberg et Cottrell, tout comme Stephan et Renfro, distinguent également la menace individuelle de la menace groupale. Selon eux, lorsque la menace est dirigée vers un membre du groupe, elle éveille les émotions correspondant à une préoccupation pour sa propre situation (sa propre sécurité), telle que la peur. En revanche, lorsqu’elle est dirigée vers le groupe entier, elle éveille des émotions liées à une préoccupation pour la situation du groupe (sa sécurité, sa réputation) telles que la colère, la tristesse ou la culpabilité collective. Selon le cas, les objectifs et les tendances à agir peuvent différer. Tout dépend de l’évaluation du potentiel individuel et/ou groupal de faire face à la menace. La peur conduit souvent à fuir lorsque nous nous sentons seuls et faibles, mais elle peut se traduire par l’attaque lorsque nous sommes nombreux ou que nous nous sentons soutenus par les autres. Autrement dit, non seulement les réactions émotionnelles, mais également les objectifs et les tendances à agir qu’elles activent, dépendraient de la perception des ressources relatives du groupe.

11Selon Cottrell et Neuberg (2005), chaque menace spécifique active une émotion spécifique et à chaque émotion correspond l’activation d’une tendance à vouloir agir de manière spécifique (attaquer/agresser, ou éviter). Les recherches empiriques de ces auteurs (Cottrell, Neuberg et Asher, 2001 ; Cottrell et Neuberg, 2005) suggèrent que les mesures classiques de la menace (cf. menace générale) et des préjugés (cf. attitudes et sentiments négatifs) à l’égard des exogroupes ne rendent pas compte de la diversité des réactions envers eux, et notamment des réactions émotionnelles à l’origine des tendances à agir. Cottrell et Neuberg (2005) montrent que différents groupes qui, aux États-Unis, sont victimes de préjugés et de discrimination ne sont pas seulement associés à différents types de menaces, mais aussi à une variété d’émotions, pour la plupart négatives. Les Mexicains et les Afro-Américains, par exemple, sont considérés comme menaçants pour la sécurité physique et suscitent la peur, d’autres comme les Américains Natifs sont perçus comme incapables de contribuer au système social dont ils profitent et suscitent la pitié, d’autres encore tels les Homosexuels sont associés à une menace pour la santé et induisent le dégoût.

12Les résultats de leurs recherches suggèrent qu’il existe un lien systématique entre les menaces spécifiques que représentent un groupe et les réactions émotionnelles que les Américains éprouvent envers ces groupes. De plus, les groupes qui présentent des menaces similaires provoquent aussi des réactions émotionnelles similaires. C’est cette valeur prédictive de l’approche de Cottrell et ses collègues qui nous a paru intéressante à retenir. Par rapport aux aspects pertinents à prendre en compte dans l’analyse de la situation intergroupe, retenons la nécessité de spécifier la nature des menaces intergroupes.

13D’autres modèles théoriques insistent davantage sur le positionnement réciproque des groupes. Parmi eux, deux nous ont paru particulièrement pertinents pour notre étude.

14Le premier est la « théorie de l’image » de Brewer et Alexander (2002) qui est issue d’une analyse des conflits internationaux. Selon cette théorie trois dimensions sous-jacentes aux relations intergroupes déterminent les réactions émotionnelles et les tendances à agir à l’égard d’un exogroupe. La première concerne l’appréciation de la compatibilité des objectifs de l’exogroupe par rapport aux objectifs de l’endogroupe, la deuxième se réfère à l’évaluation de son statut/positionnement social et/ou politique, et la troisième porte sur l’évaluation de sa force, son pouvoir/influence toujours par rapport à l’endogroupe. Ces trois dimensions (objectifs, statut, pouvoir) définissent différents patterns relationnels. Chaque pattern relationnel détermine l’image particulière qu’on se fait de l’exogroupe. Parmi ces images, cinq paraissent les plus fréquentes et pertinentes : l’ennemi, le barbare, l’impérialiste, le dépendant ou l’allié (Alexander, Brewer et Hermann, 1999). Ces images sont des représentations mentales qui résument en quelques sortes les stéréotypes entretenus à l’égard de ces groupes et servent à justifier les comportements envers eux (voir tableau 2). À titre d’exemple, l’image « barbare » est associée à un exogroupe possédant un statut social faible mais un pouvoir supérieur, et qui menace les ressources et/ou valeurs de l’endogroupe (incompatibilité des objectifs poursuivis par les deux groupes) suscitant la peur et le désir de protéger son groupe. Ce serait par exemple le cas des Islamistes radicaux. Par contre, un exogroupe dont les buts sont incompatibles mais qui possède un statut et un pouvoir semblable à celui de l’endogroupe (e. g., industriels étrangers) provoque plutôt la colère ainsi que le désir de l’attaquer et serait associé à l’image « d’ennemi ».

15Les résultats de l’une des recherches empiriques menées par les auteurs de cette théorie afin d’analyser les relations entre les Blancs et les Noirs américains confirment la pertinence de ces trois dimensions. Les participants évaluaient la compatibilité des objectifs de leur groupe d’appartenance par rapport à l’autre groupe (dont les avantages de la discrimination positive), leur statut respectif (dont la supériorité culturelle) et leur pouvoir respectif (dont le pouvoir politique et la richesse). Ensuite, ils remplissaient un questionnaire concernant les émotions et les sentiments ressentis à l’égard de l’exogroupe (mépris, dégoût, colère, peur, envie, sympathie, confiance, respect, etc.) et évaluaient leur degré d’accord avec les différentes images d’exogroupe. Les résultats montrent qu’aussi bien les Blancs que les Noirs considèrent que les Blancs possèdent plus de pouvoir, mais chaque groupe attribue à l’autre groupe plus de pouvoir que ce groupe ne s’attribue à lui-même. Les Noirs ressentent à l’égard des Blancs surtout de la colère et leur attribuent l’image « des impérialistes », tandis que les Blancs ressentent à l’égard des Noirs la peur et leur attribuent l’image « des barbares ».

Tableau 2. – Émotions, tendances comportementales et images suscitées par l’exogroupe en fonction du pattern relationnel (adapté de Brewer et Alexander, 2002).

Pattern relationnel

Émotions intergroupes

Tendances comportementales

Images exogroupe

Buts compatibles

Statut égal

Pouvoir égal

Admiration
Confiance

Coopération

ALLIÉ

Buts incompatibles

Statut égal

Pouvoir égal

Colère

Attaque ou retenue

ENNEMIE

Buts incompatible

Statut faible

Pouvoir élevé

Peur

Intimidation

Défense/Protection

BARBARE

Buts indépendants

Statut faible

Pouvoir faible

Dégoût

Mépris

Exploitation
Paternalisme

DÉPENDANT

Buts indépendants

Statut élevé

Pouvoir élevé

Jalousie

Sentiments négatifs

Résistance
Rébellion

IMPÉRIALISTE

16L’autre modèle théorique pertinent pour notre étude, est le « modèle du contenu du stéréotype » (Fiske, Cuddy et Glick, 2002). Sur le plan général, ce modèle propose de prendre en compte les dimensions de la situation intergroupe (le caractère compétitif/collaboratif de la relation et le statut social des autres groupes) en apparence semblables à celles suggérées par la théorie de l’image (compatibilité des objectifs, statut social, pouvoir/influence). Toutefois, contrairement à cette dernière qui se réfère à nos croyances concernant les relations intergroupes, le modèle du contenu du stéréotype part de nos stéréotypes à l’égard des exogroupes. Plus précisément, ce modèle postule que nous différencions les exogroupes sur deux dimensions fondamentales de la perception d’autrui : les compétences et la sociabilité. Le modèle avance également que notre appréciation de la compétence des membres des exogroupes se fera en fonction de leur statut social et celle de leur sociabilité en fonction de la nature compétitive/collaborative de notre relation avec eux. À chacune de ces quatre combinaisons seront associées des émotions spécifiques. Ainsi, les exogroupes perçus comme compétitifs mais d’un bas statut social seront considérés peu compétents et peu sociables et induiront le mépris (les Roms, les Obèses), tandis que les exogroupes coopératifs et d’un statut social élevé seront perçus comme sociables et compétents et susciteront l’admiration (Blancs de classe moyenne). Les exogroupes compétitifs (peu sociables) et de statut social élevé (compétents) induiront l’envie (les riches, les PDG) tandis que les exogroupes coopératifs (sociables) et de bas statut social (peu compétents) susciteront la pitié (les handicapés, les femmes au foyer). Ainsi, les émotions intergroupes seraient fonction du contenu particulier de nos stéréotypes en termes de sociabilité et compétence associés aux exogroupes (voir figure 1). Les résultats d’une des recherches menées par l’équipe de Fiske (Lee et Fiske, 2006) sur les différents groupes d’immigrés aux États-Unis confirment ces hypothèses. Ils montrent par exemple que les immigrés venant du Mexique, de l’Amérique du Sud et de l’Afrique occupant des positions faibles sur les échelles de compétence et de sociabilité suscitent plutôt le mépris que la pitié. Les immigrés venant de l’Europe de l’Ouest et du Canada, situés aussi bien par rapport aux compétences qu’à la sociabilité à proximité de l’endogroupe, suscitent l’admiration. Enfin, les immigrés venant des pays d’Asie considérés comme compétents, mais peu sociables (et très compétitifs) suscitent la jalousie et/ou l’envie.

17Pour rendre compte des tendances comportementales suscitées par différents exogroupes, Fiske et ses collègues (Cuddy, Fiske et Glick, 2007) ont spécifié les liens systématiques entre contenu du stéréotype, émotions et tendances comportementales (voir figure 1). Selon qu’elle est élevée ou faible, la sociabilité perçue prédit des comportements actifs de facilitation qui consistent à aider activement les membres de l’exogroupe en soutenant par exemple des programmes éducatifs (agir pour l’autre) ou des comportements actifs de nuisance qui sont censés desservir l’exogroupe, comme par exemple soutenir une politique discriminatoire (agir contre). Une forte compétence perçue prédit des comportements passifs de facilitation, comme par exemple, accepter de coopérer avec l’exogroupe mais en pensant plutôt à son propre bénéfice, c’est-à-dire sans but altruiste (agir avec), ou, lorsque la compétence perçue est faible, des comportements passifs de nuisance qui consistent à ignorer ou exclure l’exogroupe, à ne pas prendre en compte les besoins de ses membres ou encore à éviter le contact avec eux (agir sans).

18Pour résumer, les exogroupes différenciés par leurs compétences et leur sociabilité peuvent susciter des réactions émotionnelles et des tendances comportementales plus ou moins facilitatrices ou nuisibles, mais également plus ou moins actives ou passives, en fonction à la fois de la nature de notre relation avec eux (compétition/collaboration) et de leur positionnement social (faible/élevé). Rappelons que Cottrell et Neuberg intègrent à leur manière ces idées en évoquant les émotions, les objectifs et les tendances à agir, qui dépendraient de l’appréciation de la vulnérabilité de l’endogroupe et notamment son positionnement par rapport aux exogroupes.

Fig. 1. – Représentation schématique des émotions et comportements intergroupes en fonction des stéréotypes intergroupes en termes de compétence (faible ou forte) et de sociabilité (faible ou forte ; d’après Cuddy, Fiske & Glick, 2007).

Fig. 1. – Représentation schématique des émotions et comportements intergroupes en fonction des stéréotypes intergroupes en termes de compétence (faible ou forte) et de sociabilité (faible ou forte ; d’après Cuddy, Fiske & Glick, 2007).

19De cette revue de question, il ressort que l’analyse des relations intergroupes en termes de menace a tout intérêt à prendre en compte :

  • l’existence des menaces spécifiques (Cottrell et Neuberg, 2005) ;

  • l’évaluation de la compatibilité des objectifs des groupes (Brewer et Alexander, 2002) ;

  • le positionnement social perçu des groupes en termes de statut et de pouvoir/influence (Brewer et Alexander, 2002 ; Fiske et al., 2002) ;

  • les contenus des croyances/connaissances sur les compétences et la sociabilité des groupes (Fiske et al., 2002).

20Ces dimensions seraient à l’origine des émotions spécifiques (Brewer et Alexander, 2002 ; Cottrell et Neuberg, 2005 ; Fiske et al., 2002) et de tendances à agir à l’égard des exogroupes tout aussi spécifiques, tant en ce qui concerne leur caractère actif ou passif, facilitateur ou nuisible à la relation sociale (Cuddy et al., 2007). Aussi, nous les avons intégrés dans notre étude exploratoire concernant les menaces, les réactions émotionnelles et comportementales suscitées par différents groupes ethniques, nationaux et sociaux chez des jeunes étudiants français.

Les jeunes étudiants français face aux différents groupes sociaux

21Les groupes retenus dans notre étude ont été choisis à partir d’une enquête préliminaire qui visait à repérer les groupes qui étaient à la fois pertinents pour les étudiants français et qui présentaient différents types de menaces. Ainsi, comme c’est souvent le cas, nous nous sommes retrouvées avec des entités sociales très variées, à savoir, les groupes ethniques tels que les Africains, les Maghrébins, les Chinois (ici ce terme renvoie aux Asiatiques), mais également les groupes/catégories d’opinions tels que les Femmes voilées, les Membres du Front national, les catégories fondées sur une orientation sexuelle telles que les Homosexuels, ou encore les communautés telles que les Jeunes de banlieues (Krauth-Gruber et Drozda-Senkowska, 2008).

22Bien évidemment, il s’agit d’entités difficilement comparables entre elles et dont la visibilité sociale à l’origine de leur distinction dépend dans certains cas de l’actualité médiatisée du moment. En effet, ces dernières années, avec la crise économique et la forte augmentation du chômage, on parle beaucoup des immigrés en France et ailleurs en Europe. Qui sont-ils ? En 2008, l’INSEE recense 5,3 millions d’immigrés en France métropolitaine, représentant 8,4 % de la population (Breuil-Genier, Borrel et Lhommeau, 2014). Parmi les immigrés, définis comme des personnes nées étrangères à l’étranger et résidants en France, 38 % viennent de l’Europe dont plus de la moitié des pays de l’Europe du Sud (Portugal, Italie et Espagne). 42,5 % des immigrés viennent de l’Afrique dont 70 % des pays du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie). Les immigrés des pays d’Asie représentent 14 % des immigrés en France, dont la moitié arrive des pays comme la Chine ou le Sri-Lanka.

23D’autres groupes/catégories ont également attiré l’attention des médias et du public ces dernières années. C’est le cas des Jeunes de banlieue dont on a beaucoup parlé depuis les émeutes de 2005 dans les banlieues des grandes villes françaises, et des Femmes voilées auxquelles on s’intéresse davantage depuis l’entrée en vigueur de la loi de mars 2004 qui interdit le port des signes religieux dans les écoles, notamment du voile islamique, et de la loi d’octobre 2010 qui interdit de dissimuler son visage dans l’espace public, notamment par la burqa et le niqab. Les Homosexuels constituent un autre groupe au cœur de l’actualité depuis un certain temps et récemment réactivée par le débat autour du mariage pour tous. Enfin, sur la scène politique française la montée du Front National dans les élections nationales, régionales et locales est considérée comme une menace pour la démocratie, et suscite l’inquiétude et la peur, au moins chez une grande partie de la population.

24Notre étude proprement dite, qui concernait ces sept groupes, a été réalisée à l’aide d’un questionnaire administré à quatre-vingt-quatre étudiants d’origine française dont aucun ne déclarait faire partie d’un de ces sept groupes cibles. Il incluait des mesures des différents concepts présentés précédemment.

25La perception des menaces était mesurée à l’aide de 12 affirmations, dont 11 concernaient la perception des menaces spécifiques (par exemple : « les X, en général, profitent de la situation économique en France ») et une mesurait la perception d’une menace générale (« les X, en général, constituent une menace pour la société française » ; voir tableau 3), inspirées des travaux de Cottrell et Neuberg (2005).

26Les participants devaient également indiquer, pour chacun des groupes, dans quelle mesure ils ressentaient 18 émotions spécifiques (tristesse, joie, colère, dégoût, peur, frustration, honte, culpabilité, mépris, jalousie/envie, pitié, compassion, ressentiment, admiration, embarras, fierté, sympathie, curiosité). De plus, ils devaient indiquer le degré global de sentiments positif et négatif suscités par chaque groupe. Ces deux derniers items permettaient de mesurer le niveau général de préjugé et notamment de voir si le groupe suscitait plus de sentiments négatifs que positifs.

27Les réactions comportementales envisagées face aux différents groupes étaient mesurées à l’aide de 24 items incluant des comportements de facilitation active (e. g., « encourager des programmes d’aide à l’école et au travail ») et de facilitation passive (e. g., « assigner une tâche simple aux X »), des comportements de nuisance active (e. g., « boycotter les produits fabriqués par les X ») et de nuisance passive (e. g. « essayer d’éviter au maximum d’avoir des contacts avec les X »), inspirés des travaux de Cuddy et al. (2007).

28Pour cerner le contenu des stéréotypes en termes de sociabilité et compétence (Fiske et al., 2002) les participants devaient évaluer le caractère chaleureux (sympathique et sociable) et compétent (doué, habile) de chaque groupe. Enfin, pour mesurer l’appréciation de la nature des relations intergroupes et leur positionnement par rapport à l’endogroupe (Brewer et al., 2002), ils devaient également évaluer le statut social et le pouvoir décisionnel de chaque groupe, ainsi que la compatibilité de leurs objectifs politiques, économiques, religieux et sociaux avec ceux de la société française.

29Nous nous attendions à ce que la mesure générale de menace et de préjugé (en termes de sentiment négatif) masque la diversité des menaces spécifiques, des émotions spécifiques et des réactions comportementales que ces groupes peuvent susciter. Nous nous attendions également à ce que les menaces perçues et les réactions émotionnelles et comportementales suscitées dépendent de la nature de la relation que ces groupes entretiennent avec l’endogroupe en termes de statut social, de pouvoir et d’(in)compatibilité des buts poursuivis, ainsi que du contenu des stéréotypes en termes de sociabilité et compétence associés aux groupes.

Tableau 3. – Les items du questionnaire mesurant la menace générale et les 11 menaces spécifiques (adapté de Cottrell et Neuberg, 2005). Les participants devaient indiquer leur accord avec chaque proposition sur une échelle allant de 1 (pas du tout d’accord) à 9 (tout à fait d’accord).

1. Les X, en général, profitent de la situation économique en France (RE).

2. Les X, en général, mettent en danger les biens personnels des Français (PR).

3. Les X, en général, entravent la liberté d’expression et/ou la liberté de mouvement des Français (LI).

4. Les X, en général, constituent une menace pour la société française (MG).

5. Les X, en général, ne peuvent pas redonner à la France ce qu’ils en tirent (RRI).

6. Les X, en général, dérangent le fonctionnement quotidien de la société française (CS).

7. En général, les Français ne peuvent pas vraiment faire confiance aux X (CO).

8. Les X, en général, augmentent le risque de propagation des maladies dans la population française (SA).

9. Les X, en général, ont des valeurs incompatibles avec les valeurs françaises (VA).

10. Les X, en général, contribuent à l’augmentation de la violence en France (SP).

11. Les X, en général, rappellent aux Français des périodes troubles de l’histoire du point de vue des valeurs morales (ME).

12. Les X, en général, prennent plus de la France qu’ils ne sont prêts à donner en retour (RRC).

CO relation de confiance, CS coordination sociale, LI liberté, ME moralité endogroupe, MG menace générale, PR propriété, RE ressources économiques, RRC relation réciprocité par choix, RRI relation réciprocité par incapacité, SA Santé, SP sécurité physique, VA valeurs

30Les résultats suggèrent que les étudiants français considèrent la plupart des exogroupes choisis pour cette étude, à l’exception des homosexuels, comme globalement plus menaçants pour la société française que l’endogroupe (étudiants). Cependant, pour tous les exogroupes que nous qualifions de « menaçants », le niveau de menace générale perçue est faible (inférieur ou égal à 3 sur une échelle en 9 points), sauf pour le Front national qui est considéré comme particulièrement menaçant (M = 6,1). Le groupe le plus menaçant (FN) suscite aussi le sentiment le plus hostile et le moins positif. En revanche, l’exogroupe le moins menaçant (homosexuels) est, avec l’endogroupe, aussi celui envers lequel les étudiants expriment les attitudes les moins hostiles et les plus positives (voir figure 2). Les résultats révèlent aussi que le niveau de menace générale est positivement lié au sentiment négatif et au comportement d’évitement (nuisance passive) et négativement lié au sentiment de sympathie. Autrement dit, plus un groupe est perçu comme menaçant et plus il suscite un sentiment hostile et un désir d’éviter tout contact avec lui, et moins il induit la sympathie et le désir de se lier d’amitié avec lui. Cependant, et c’est là où réside la contribution principale de notre étude, les analyses plus détaillées portant sur les menaces et les émotions spécifiques en lien avec les patterns relationnels, montrent que derrière ce lien en apparence simple « menace-hostilité-évitement » se cache une réalité bien plus complexe.

Fig. 2. – Menace générale et sentiments positif et négatif ressentis envers 9 groupes en France. FN Front national, JE Jeunes de banlieue, MAG Maghrébins, FE Femmes voilées, CH Chinois, AFR Africains, HO Homosexuels, ETU Étudiants.

Fig. 2. – Menace générale et sentiments positif et négatif ressentis envers 9 groupes en France. FN Front national, JE Jeunes de banlieue, MAG Maghrébins, FE Femmes voilées, CH Chinois, AFR Africains, HO Homosexuels, ETU Étudiants.

L’exogroupe « ennemi » : Le Front national

31Le groupe du FN (globalement considéré comme l’exogroupe le plus menaçant) est associé à des menaces spécifiques pour les valeurs et le fonctionnement quotidien de la société française ainsi que pour la liberté d’expression et suscite chez les étudiants français surtout de la colère et du dégoût/mépris, mais aussi de la peur. Ce groupe, associé au stéréotype « peu sociables et modérément compétents, est le seul à déclencher le désir d’attaquer et de nuire (nuisance active), par exemple en votant pour une législation qui réglemente le rassemblement de ce groupe ou en protestant ouvertement contre la présence d’un membre de ce groupe au gouvernement. Parmi les exogroupes proposés, le FN est également évalué comme le groupe dont les objectifs sont les moins compatibles avec ceux de la société française, mais dont le statut et le pouvoir décisionnel est assez élevé. Ce pattern relationnel correspond à l’image « ennemi » qui est caractérisée par une attitude hostile, par la colère et le désir d’attaquer.

L’exogroupe « allié » : les homosexuels

32Les homosexuels sont globalement perçus comme non menaçants, et les étudiants français expriment à leur égard peu d’émotions négatives, davantage de sentiments positifs. En accord avec le stéréotype d’un groupe très sociable et compétent, les homosexuels suscitent surtout l’admiration et la sympathie et, par exemple, la volonté de faire savoir qu’on n’est pas d’accord avec la manière dont ils ont été traités dans le passé (facilitation active). Le pattern relationnel correspond à l’image d’« allié » dont les objectifs sont compatibles avec ceux de l’endogroupe, et qui possède un statut et un pouvoir décisionnel qui lui sont similaires.

33En accord avec le modèle socio-fonctionnel (Cottrell et Neuberg, 2005), les résultats révèlent que les exogroupes restant, Africains, Maghrébins, Chinois, Femmes voilées et Jeunes de banlieue, évoquent des profils de menaces et émotions spécifiques malgré un même faible niveau de menace générale et de préjugés (de sentiment négatif).

L’exogroupe « compétent » : les Chinois

34Les Chinois sont un groupe peu menaçant suscitant peu d’hostilité. Leur stéréotype est celui d’un groupe modérément sociable mais très compétent, avec des objectifs indépendants et un statut et pouvoir décisionnel similaire à l’endogroupe. Ce pattern relationnel qui se rapproche le plus de l’image « impérialiste » est associé à l’envie, une émotion par ailleurs globalement peu suscitée par les exogroupes étudiés. Les Chinois sont considérés comme posant plutôt une menace économique ce qui favorise les comportements de nuisance active, comme par exemple, boycotter les produits qu’ils fabriquent, et soutenir des lois protégeant la production et l’artisanat français.

Les exogroupes « dépendants » : les Africains, les Maghrébins, les Jeunes de banlieue et les Femmes voilées

35Ces quatre groupes sont évalués comme possédant des objectifs indépendants et comme ayant un statut et un pouvoir décisionnel plutôt faibles. Selon la théorie de l’image, ce pattern relationnel correspond à l’image des « dépendants » qui susciteraient surtout des comportements bienveillants et autoritaires (cf. comportements de facilitation active). Mais malgré leur pattern relationnel semblable, les quatre groupes ne sont pas associés aux mêmes menaces spécifiques, et ne suscitent pas les mêmes émotions.

36Les Africains sont perçus comme profitant de la situation économique de la France (menace économique), comme étant incapables de redonner à la France ce qu’ils en tirent (menace de non-réciprocité par incapacité), et comme rappelant aux Français des périodes troubles de l’histoire (menace pour la moralité endogroupe). Ils sont évalués comme très sociables mais modérément compétents, et évoquent surtout des émotions de joie, de curiosité et de compassion. Ils induisent surtout des comportements de facilitation active, comme par exemple, encourager des programmes de soutien afin de les aider à l’école et au travail, ou faire savoir qu’on n’est pas d’accord avec la manière dont ils ont été traités dans le passé.

37Les Maghrébins sont considérés comme ayant des valeurs incompatibles avec les valeurs françaises (menaces pour les valeurs), comme menaçant les ressources économiques et comme prenant plus de la France qu’ils ne sont prêts à donner en retour (menace de non-réciprocité par choix). Comme les Africains, ils sont associés au stéréotype d’un groupe très sociable mais modérément compétent, suscitant également les émotions de joie, curiosité et compassion et encourageant les comportements de facilitation active.

38Les Jeunes de banlieue sont considérés comme une source d’augmentation de la violence en France (menace de la sécurité physique), comme un groupe à qui les Français ne peuvent pas faire confiance, qui dérange le fonctionnement quotidien de la société française, (menace de la coordination sociale). Ce groupe perçu comme modérément sociable et compétent suscite de la compassion mais aussi la peur et la colère, et induit des comportements de nuisance passive comme éviter le contact, déménager d’un quartier dans lequel ils font la loi ou changer de trottoir.

39Les Femmes voilées, évaluées de manière comparable aux Jeunes de banlieue comme modérément sociables et compétentes, sont perçues comme menaçant les valeurs françaises, mais aussi comme dérangeant le fonctionnement quotidien de la société française (menace de la coordination sociale). Pour les femmes voilées, qui suscitent la pitié et la compassion, mais aussi la tristesse et l’embarras, ce sont les comportements de facilitation active qui prédominent, comme par exemple, la volonté de soutenir des programmes éducatifs pour leur apprendre les valeurs de la société française.

40Dans l’ensemble nos résultats sont compatibles avec les prédictions des modèles théoriques auxquels nous nous sommes référées. Tous les exogroupes considérés comme menaçants ne présentent pas exactement la ou les mêmes menaces et ne suscitent donc ni les mêmes émotions ni les mêmes comportements. Toutefois, les résultats relatifs aux quatre derniers groupes correspondant à l’image de « dépendants » s’avèrent un peu plus complexes. Ces groupes considérés par les jeunes étudiants français comme ayant des objectifs indépendants diffèrent davantage quant à l’appréciation de leur sociabilité que de leur compétence (qui, indépendamment du groupe, est jugée modérée). Ainsi, d’un côté nous avons les sociables, les Africains et Maghrébins, d’un autre les moins sociables, les Jeunes de banlieue et Femmes voilées. En principe, selon le modèle du contenu de stéréotype, les premiers devraient être considérés comme les groupes plutôt collaboratifs et susciter les comportements de facilitation active et c’est le cas. Les seconds devraient être considérés comme les groupes plutôt compétitifs et susciter les comportements de nuisance passive. Seuls les Jeunes de banlieue qui présentent la menace pour la sécurité et la coordination sociale en éveillant la peur et la colère, suscitent les comportements de nuisance passive. Les Femmes voilées qui présentent la menace pour les valeurs et la coordination sociale, éveillent la pitié et suscitent les comportements de facilitation active. Il serait intéressant de vérifier si cette tendance n’est pas liée au fait que l’évaluation de la sociabilité (compétitivité) dépend de la « protection » sociale dont certains groupes, comme les femmes, profitent. Il est aussi possible qu’aux Femmes voilées, malgré la menace pour les valeurs et la coordination sociale, on attribue tout simplement le stéréotype des femmes (sociables, mais peu compétentes, suscitant la pitié et les comportements de facilitation active).

Conclusion

41Dans leur ensemble, les résultats de notre étude exploratoire suggèrent que dans le contexte intergroupe le concept de menace, définie comme une anticipation des conséquences négatives pour son groupe, cache la complexité et la diversité des rapports que les individus entretiennent avec les autres qui va bien au-delà de la dichotomie danger – sécurité, ennemi – ami, haine – amour ou encore rejet – alliance. Les modèles théoriques que nous avons évoqués permettent de mieux capter cette complexité. Ils invitent à mieux décrire la situation relationnelle intergroupe en termes de contenus des stéréotypes, statut, pouvoir, et perception de la (in)compatibilité de buts, ainsi que des menaces spécifiques et des émotions spécifiques afin de mieux prédire les comportements à l’encontre des différents exogroupes. Toutefois, il est évident qu’il est nécessaire d’aller au-delà de leur simple superposition. Par exemple, aussi bien le modèle du contenu du stéréotype que la théorie des images partent de la nécessité d’une évaluation de la nature de la relation intergroupe. L’un le fait en termes de statut (cf. compétence) et de compétitivité (cf. sociabilité), l’autre en termes du statut/pouvoir/influence et d’incompatibilité des objectifs. Certes, ces deux modèles sont issus de travaux et réflexions différentes, mais on peut se demander s’ils avancent une même idée, traduite en termes différents et opérationnalisée de manières différentes, ou d’idées différentes. En effet, comme nous avons pu le constater à propos du Front national, groupe le plus menaçant, l’appréciation de sa compétence ne diffère pas beaucoup des autres groupes, l’appréciation de sa sociabilité est comparable à celle des Jeunes de banlieue et des Femmes voilées. En revanche, il constitue le seul groupe auquel on attribue des objectifs incompatibles, mais également le groupe dont le statut et le pouvoir sont considérés comme élevés. Puisque le pouvoir et le rapport de force entre personnes et entres groupes déterminent l’intensité de la menace perçue, il peut s’avérer pertinent de différencier les mesures du statut d’un exogroupe, de sa « force » perçue. Kamans et al. (2011, étude 1) ont en effet montré que ceux qui se sentent sans pouvoir et sans contrôle dans une situation intergroupe conflictuelle, se sentent aussi plus menacés et rapportent plus d’émotions négatives de peur ou de colère et plus de désir d’éviter la situation. L’intérêt de l’évaluation des rapports intergroupes en termes de « forces » réciproques est directement lié à l’appréciation de la vulnérabilité de son propre groupe. Cette dernière impose, entre autres, une mesure de l’identification au groupe. Selon la théorie de l’identité sociale (Tajfel et Turner, 1986), quand un individu s’identifie à son groupe d’appartenance, celui-ci devient une partie du soi, obtient ainsi une signification affective et sociale. En conséquence, un individu qui s’identifie fortement à son groupe d’appartenance pensera, évaluera, ressentira et réagira en tant que membre de son groupe (Tajfel et Turner, 1986). De nombreuses recherches ont montré que ceux qui s’identifient fortement à leur groupe, par exemple à leur pays, se sentent davantage menacés par d’autres groupes, tels les immigrés, les personnes qui ont d’autres convictions politiques ou religieuses, ou les personnes qui ont une autre orientation sexuelle (Falomir-Pichastor, 2013 ; Kamans et al., 2011, étude 2) et ont tendance à exprimer des attitudes exogroupes plus négatives (Bizman et Yinon, 2001 ; Tausch et al., 2007).

42Enfin, en nous prononçant clairement en faveur de l’approche qui prône l’intérêt de faire de la situation dans laquelle se trouvent les groupes le point de départ de l’analyse de leurs relations, nous nous sommes situées dans le « ici et maintenant », c’est-à-dire dans le présent sans évoquer ni le passé ni la projection dans le futur. Or, une relation est toujours inscrite dans le temps et elle évolue. S’il est admis qu’un passé conflictuel n’est pas une condition nécessaire aux relations intergroupes menaçantes, sa prise en compte s’avère souvent pertinente pour comprendre aussi bien la spécificité de certaines menaces, mais également des émotions et des tendances comportementales qu’elles suscitent (à propos des groupes des immigrés en France voir Drozda-Senkowska, Krauth-Gruber et Sanocka, 2008 ; voir aussi Bonnot, Krauth-Gruber, Drozda-Senkowska et Lopes, 2016). D’ailleurs, la théorie intégrative de la menace de Stephan et Renfro (2002) avance que parmi les antécédents de la menace intergroupe, en dehors des facteurs dispositionnels et situationnels, figurent les relations intergroupes. Ces mêmes auteurs, tout comme le font à leur manière Neuberg et Cottrell, évoquent également les facteurs culturels. Il est évident que ces derniers méritent une attention particulière, notamment parce que l’histoire des groupes et des sociétés diffèrent, mais également parce que les ressources, les normes, les valeurs et les idéologies diffèrent. Ainsi, il est probable que la typologie des menaces que nous avons empruntée à Neuberg et Cottrell, issue des analyses et travaux menés aux États-Unis, exige un certain nombre d’ajustement et/ou d’ajouts dictés par la spécificité européenne et française.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Représentation schématique des émotions et comportements intergroupes en fonction des stéréotypes intergroupes en termes de compétence (faible ou forte) et de sociabilité (faible ou forte ; d’après Cuddy, Fiske & Glick, 2007).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/142022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 2. – Menace générale et sentiments positif et négatif ressentis envers 9 groupes en France. FN Front national, JE Jeunes de banlieue, MAG Maghrébins, FE Femmes voilées, CH Chinois, AFR Africains, HO Homosexuels, ETU Étudiants.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/142022/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteurs

Silvia Krauth-Gruber est maître de conférences en psychologie sociale à l’université Paris Descartes. Ses travaux portent sur le rôle des émotions dans les jugements sociaux, ainsi que dans les relations intergroupes. Récemment elle a investi le rôle des émotions collectives dans les comportements sociaux. Elle est auteure de plusieurs articles et chapitres parmi lesquels un chapitre sur l’angoisse collective et plusieurs chapitres sur les menaces intergroupes et les émotions. Elle a coécrit avec Paula Niedenthal et François Ric Comprendre les émotions, paru chez Mardaga, et avec Sylvie Berthoz La face cachée des émotions, paru chez Universcience, Le Pommier.
Ewa Drozda-Senkowska est professeure de psychologie sociale à l’université Paris Descartes où elle a dirigé le Laboratoire de psychologie sociale et où elle dirige actuellement l’Institut de psychologie. Elle a coordonné différents ouvrages dont Irrationalités collectives, Les pièges du raisonnement, Psychologie de l’anticipation, elle est également l’auteure de Psychologie sociale expérimentale, coauteure de Psychologie sociale, etc., ainsi que de nombreux chapitres et articles dans des revues scientifiques. Ses principaux travaux portent sur le fonctionnement en groupe, ses travaux plus récents sur les menaces sociales.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search