Version classiqueVersion mobile

Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques

 | 
Sabine Caillaud
, 
Virginie Bonnot
, 
Ewa Drozda-Senkowska

Deuxième partie. D’où viennent les menaces ? Où mènent-elles ?

Introduction

Sabine Caillaud, Virginie Bonnot et Ewa Drozda-Senkowska

Texte intégral

1Un des principaux éléments de définition proposés par Denise Jodelet au début de cet ouvrage concerne la dimension interactive des menaces : elles ne se situent ni à l’extérieur du sujet (ce qui est le cas des risques ou des dangers) ni à l’intérieur du sujet (il s’agirait ici d’émotions, le plus souvent la peur qui renvoie au sentiment éprouvé du fait de la menace, mais pas à la menace en tant que telle). La menace doit donc être envisagée dans cette interaction entre un menaçant et un menacé. Autrement dit, c’est dans une interaction toujours spécifique que menacé et menaçant accèdent à ce statut, une interaction où la vulnérabilité du menacé rencontre le dommage potentiel que représente le menaçant. Autrement dit, il n’y a pas de menaces en soi, elles ont une réalité sociale. Pour ne reprendre qu’un exemple, celui des sectes, elles ne sont pas perçues comme menaçantes pour soi par ceux qui n’adhèrent pas à leurs croyances. De plus, les cibles de menace sont variées : l’individu, un groupe, la collectivité, le système… aussi, un même objet peut ne pas être menaçant pour l’individu mais peut l’être pour son groupe ou pour le système. C’est par exemple le cas des problématiques écologiques : le changement climatique n’est pas nécessairement perçu comme une menace pour l’individu, mais peut être considéré comme une menace pour notre groupe d’appartenance (nous les Français) ou pour la pérennité de notre système social et économique.

2Certaines conditions sont donc nécessaires pour qu’un objet (ou une personne) devienne menaçant : le mal doit être perçu comme inéluctable, il est le plus souvent vague, mais toujours particulièrement grave et surtout nous nous sentons menacés par ce à quoi nous ne sommes pas libres d’échapper. Si l’on retrouve ces caractéristiques des menaces aussi dans le sens commun (comme le souligne Christine Bonardi dans cet ouvrage), l’idée d’interaction quant à elle, est bien de l’ordre de la définition du concept, et c’est cet aspect que les contributions suivantes développent chacunes à leur façon.

3Face à cette polymorphie des menaces, et à la complexité du concept, poser la question des antécédents et des conséquences s’avère bien délicat… La typologie des sources de la menace proposée par exemple par Jodelet ne doit pas laisser penser qu’à un type d’objet correspondrait un type de menace perçue. Ce serait justement ignorer la dimension interactive, et donc nécessairement dynamique, des menaces. Autrement dit, nous passerions à côté de l’idée qu’un même objet peut revêtir un caractère menaçant pour un groupe mais pas pour un autre, à un moment T mais plus à un autre, etc. Aussi, plutôt que de penser en termes d’antécédents et de conséquences, qui sous-entend une causalité linéaire et qui ne rend donc que partiellement compte des interactions mises en jeu entre menaçant et menacé, nous posons les questions suivantes : d’où viennent les menaces ? Où mènent-elles ? Ces questions reconnaissent le caractère dynamique et complexe des menaces.

4Certes, un premier niveau de réponse a été apporté lors de la précédente partie : les menaces résultent d’une interaction entre une personne (ou un groupe), qui présente une vulnérabilité spécifique, et un objet (matériel ou humain) qui représente un dommage potentiel pour cette personne (ou ce groupe) dans la mesure où il lui renvoie cette vulnérabilité. Mais il s’agit ici d’une réponse abstraite et générale et, en réalité, la polymorphie des menaces mérite que l’on s’attache à observer plus concrètement d’où viennent les menaces. De la même manière, Jodelet souligne que la confrontation avec la menace peut mener au déni comme au défi, mais les menaces entraînent une multitude de processus sociaux, cognitifs, comportementaux et émotionnels qui méritent d’être analysés. Les contributions suivantes ne visent donc pas à répondre de manière exhaustive aux questions : « D’où viennent les menaces ? Où mènent-elles ? » Mais elles apportent des exemples concrets qui viennent illustrer les réponses générales déjà apportées. Par ces illustrations variées, les contributions soulignent toutes la pertinence du concept de menace.

5Avant de présenter les différentes contributions qui constituent cette partie, nous souhaitons inviter le lecteur à adopter lors de sa lecture un point de vue sur les menaces qui met l’accent sur l’interaction. Si la méthode expérimentale (parfois utilisée dans ces contributions) permet effectivement de mettre en évidence des liens de causalité, elle permet surtout d’effectuer un découpage bien pratique d’une réalité complexe pour en étudier des aspects spécifiques. En ce sens, les liens mis en évidence sont à repenser ensuite dans une interaction. Prenons un exemple, Élodie Roebroeck et Serge Guimond montrent que les préjugés à l’égard de la Turquie n’augmentent que si l’entrée de la Turquie en Europe est présentée comme ayant des conséquences négatives pour la situation économique et pour l’identité culturelle des États membres. Une seule de ces conséquences négatives ne suffit pas à augmenter les préjugés. Ici, l’augmentation des préjugés nous indique, en quelque sorte, les conditions nécessaires pour que l’entrée de la Turquie dans l’Europe soit perçue comme une menace. Mais les auteurs montrent que cela dépend aussi des caractéristiques du percevant, autrement dit la menace est le résultat d’une interaction entre menacé et menaçant. Enfin, nous savons en psychologie sociale que, lorsque nous avons des préjugés vis-à-vis d’autrui, nos comportements à son égard vont l’amener en retour à adapter ses comportements envers nous et, paradoxalement, à confirmer nos préjugés (cf. prophéties auto-réalisatrices). On le voit, les menaces se situent bien dans un jeu d’interactions complexes.

6Les contributions présentées ici abordent donc l’aspect dynamique des menaces. Ces contributions varient en fonction de la cible de la menace (pour reprendre la typologie présentée par Jodelet) : la première contribution ayant pour cible l’individu (le soi), les suivantes ayant pour cible le groupe d’appartenance ou la collectivité.

7La contribution d’Alice Normand porte sur la menace que représente un contexte d’évaluation et apporte un éclairage sur les processus cognitifs permettant d’expliquer les effets délétères ou, au contraire, positifs sur les performances. Cette contribution montre comment l’évaluation, considérée comme une situation menaçante pour l’image de soi, amène à un filtrage attentionnel qui opère même à un niveau très bas du traitement de l’information (nous serions tentés de dire, à un niveau inconscient). Aussi, cette menace de l’évaluation a des conséquences différentes en fonction du type de tâche effectuée : le filtrage attentionnel pouvant être nécessaire ou non à la réussite. Ce résultat suggère bien toute l’importance qu’il faut accorder à démêler les processus cognitifs qui sont en jeu.

8La contribution sur les émotions et les relations intergroupes (Silvia Krauth-Gruber et Ewa Drozda-Senkowska) propose une approche spécifique des menaces. Partant de différents modèles théoriques sur les relations intergroupes et des résultats d’une enquête menée en France, il apparaît que les différents groupes sociaux (Africains, jeunes de banlieues, militants du FN, etc.) renvoient, en fonction des relations entretenues avec eux, à des menaces perçues très différentes (menaces pour la sécurité physique, pour les ressources économiques, pour la moralité, etc.). Ces menaces spécifiques sont attachées à des émotions tout aussi spécifiques et qui favorisent des tendances comportementales différentes (évitement, comportement de nuisance active, etc.). Enfin, les auteurs soulignent que, bien qu’un groupe ne soit pas perçu globalement comme menaçant, il peut l’être à un niveau plus spécifique. Cette approche des menaces permet alors de révéler des menaces là où on les pensait inexistantes, et avec des conséquences souvent plus insidieuses. Aussi, cette contribution permet d’attirer l’attention du lecteur sur le fait que la caractérisation des menaces dépend du contexte de son émission : les différents groupes sociaux sont perçus comme plus ou moins menaçants en fonction des relations que l’on entretient avec eux. Ici, la dimension intergroupe des menaces est particulièrement saillante.

9Les deux contributions suivantes (Élodie Roebroeck et Serge Guimond, Constantina Badea et Verena Aebisher) portent également sur la perception des relations intergroupes et leurs conséquences en termes de préjugés. Elles développent toutes deux l’idée que percevoir un groupe comme menaçant est associé à une adhésion aux préjugés.

10Roebroeck et Guimond s’interrogent d’abord sur le seuil de perception de danger qui déclenche l’adhésion aux préjugés et mettent en évidence que ce seuil est plus ou moins faible en fonction de la propension de chaque individu à soutenir des relations intergroupes hiérarchiques et inégalitaires (c’est-à-dire en fonction de l’orientation à la dominance sociale). Ils révèlent par ailleurs que l’adhésion aux préjugés n’est pas systématique et que, dans certains cas, les individus vont adopter des stratégies plus subtiles. Par exemple, certaines idéologies, comme la laïcité, feront l’objet d’interprétations différentes permettant de faire face aux menaces perçues.

11Badea et Aebischer proposent elles aussi que des variables individuelles (comme l’identification à son groupe d’appartenance) permettent d’expliquer les menaces perçues à l’égard des membres d’un autre groupe. Ces auteures précisent en outre que le lien entre menaces et préjugés n’est pas direct : percevoir un groupe comme menaçant conduit à adhérer à des modèles d’intégration différents (assimilation versus multiculturalisme) qui viennent supporter ensuite les préjugés. Enfin, avec la contribution de Badea et Aebicher, nous entamerons une réflexion qui annonce la troisième partie de cet ouvrage : comment agir sur les menaces ? La stratégie proposée ici consiste à renforcer une image de soi positive, autrement dit, plutôt que d’agir sur l’objet perçu comme menaçant (en essayant par exemple de donner une image positive du groupe envers lequel on a des préjugés), on agit sur les caractéristiques du percevant.

12Ces auteurs apportent donc des éléments empiriques venant étayer l’idée que la menace n’est pas contenue uniquement dans la source de la menace : en effet, percevoir un autre groupe comme menaçant ou non dépend, en partie, des caractéristiques de la personne se sentant menacée (orientation à la dominance sociale, identification à son groupe social). Mais les résultats de Roebroeck et Guimond confirment aussi que la menace n’est pas uniquement du côté du menacé : ainsi si le menaçant semble représenter à la fois un danger économique et symbolique, les individus vont se sentir menacés. Ces résultats seront donc à interpréter au regard des résultats de la contribution sur les émotions intergroupes qui souligne que la menace est bien une affaire d’interaction entre menacé et menaçant.

13Toutes ces contributions nous permettront ainsi d’avoir une bonne idée des processus (cognitifs, émotionnels et sociaux) se jouant à un niveau individuel face aux menaces. La dernière contribution (Valérie Haas, Sabine Caillaud et Amélie Demoures) s’engage quant à elle à dégager les processus intervenant à un niveau collectif. Il s’agit alors de comprendre par quels processus des groupes sociaux font face collectivement à des menaces sociales (des menaces pour le groupe). Les auteurs proposent d’aborder cette question sous l’angle de la « pensée sociale » et montrent à travers différents exemples, essentiellement issus de recherches en milieu naturel, comment les groupes organisent, sélectionnent et transforment leurs savoirs, leurs représentations. L’oubli de certains événements, mais aussi les rumeurs acquièrent alors une fonction sociale, apparaissent comme une stratégie groupale pour faire face aux menaces. Mais ces réorganisations de la pensée sociale n’aboutissent pas pour autant à toujours faire disparaître la menace… et les auteures montrent que, dans certains cas, ce travail de la pensée ne fait que reconstruire d’autres menaces. Enfin, à travers les différents exemples de cette contribution, il apparaît que ce travail collectif de la pensée prend corps et s’exprime à travers différents canaux : les discours, les comportements mais aussi la manière d’organiser et de construire notre environnement.

14Ainsi, l’ensemble de ces contributions permet de dégager les processus cognitifs, sociaux et émotionnels qui interviennent dans la construction des menaces et permettent de mieux en comprendre les dynamiques, de montrer d’où elles viennent et où elles mènent. L’originalité des contributions ainsi réunies est de proposer un double axe de lecture. Un premier axe de lecture est inhérent au regard de la psychologie sociale : c’est l’articulation des différents niveaux d’analyse (Doise, 1982). En effet, les analyses des menaces proposées ici se situent à un niveau d’analyse intra-individuel (processus cognitifs mis en jeu dans la contribution de Normand par exemple), à un niveau interpersonnel (par exemple, comment les relations entretenues avec d’autres groupes permettent d’expliquer les stéréotypes dans la contribution de Krauth-Gruber et Drozda), à un niveau positionnel (le rôle de l’identification nationale dans l’adhésion aux préjugés dans la contribution de Badea et Aebisher) et à un niveau idéologique (le rôle de la propension à soutenir des relations intergroupes inégalitaires et hiérarchiques dans la contribution de Roebroeck et Guimond). Souvent, ces différents niveaux d’analyse s’articulent dans une seule et même contribution, rendant compte de la complexité des menaces. À ce premier axe de lecture s’en ajoute un deuxième. Deux approches différentes, et pourtant complémentaires, des menaces se dessinent : une approche des menaces de type globale, en tant que sentiment diffus contaminant, mettant en jeu des dimensions nouvelles (voir Haas, Caillaud et Demoures), ou une approche plus spécifique, renvoyant dès lors à des émotions et des comportements spécifiques qu’il convient de cerner avec précision. Dès lors, nous sommes invités à utiliser simultanément les deux focales : analyser, de manière spécifique, certaines menaces, et prendre parfois un peu de hauteur pour comprendre quel retentissement insoupçonné les menaces peuvent avoir dans des domaines apparemment sans lien aucun.

15En posant les questions : « D’où viennent les menaces ? Où mènent-elles ? », et en y apportant cette fois des réponses concrètes, ces contributions confirment la réponse générale proposée dans la définition même du concept. Et elles soulignent surtout la pertinence de ce concept qui permet de saisir ce qui se joue dans des situations sociales très différentes. Enfin, l’analyse des menaces en termes de processus propose une analyse dynamique, une analyse pour mieux comprendre l’interaction menaçant-menacé. Situer l’analyse au niveau de l’interaction « objet menaçant – sujet se sentant menacé » offre alors l’opportunité de se décentrer de l’objet menaçant afin de proposer, comme c’est par exemple le cas dans la contribution de Badea et Aebisher (et dans la dernière partie de l’ouvrage), des modes d’intervention qui ne soient pas centrés uniquement sur l’objet menaçant.

Auteurs

Sabine Caillaud est enseignante-chercheuse en psychologie sociale à l’université Paris Descartes au sein du Laboratoire de psychologie sociale : menaces et société. Ses recherches portent sur les représentations sociales, et plus particulièrement sur la manière dont le contexte culturel ou législatif voire émotionnel contribue à la formation et à la transformation des représentations sociales. Ses recherches portent également sur l’usage et le développement des méthodes qualitatives, comme par exemple les focus groups.
Virginie Bonnot est enseignante-chercheuse en psychologie sociale à l’université Paris Descartes au sein du Laboratoire de psychologie sociale : menaces et société. Elle est par ailleurs actuellement directrice adjointe de l’Institut de psychologie. Ses recherches portent sur les stéréotypes, notamment les stéréotypes de genre, la façon dont ils affectent les perceptions de soi et la performance dans certains domaines de compétence, et leur rôle dans le maintien du statu quo inégalitaire. Elle s’intéresse également aux émotions collectives et à la façon dont elles motivent les individus à adopter des comportements pro-environnementaux et des comportements intergroupes positifs.
Ewa Drozda-Senkowska est professeure de psychologie sociale à l’université Paris Descartes où elle a dirigé le Laboratoire de psychologie sociale et où elle dirige actuellement l’Institut de psychologie. Elle a coordonné différents ouvrages dont Irrationalités collectives, Les pièges du raisonnement, Psychologie de l’anticipation, elle est également l’auteure de Psychologie sociale expérimentale, coauteure de Psychologie sociale, etc., ainsi que de nombreux chapitres et articles dans des revues scientifiques. Ses principaux travaux portent sur le fonctionnement en groupe, ses travaux plus récents sur les menaces sociales.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search