Version classiqueVersion mobile

Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques

 | 
Sabine Caillaud
, 
Virginie Bonnot
, 
Ewa Drozda-Senkowska

Première partie. Penser et saisir les menaces

Entrepreneurs de cause et construction sociale des menaces

Laurent Bonelli

Texte intégral

1Le politiste, comme la plupart de ses homologues, est toujours inquiet à l’heure de présenter ses travaux en dehors de son champ disciplinaire. Malgré les apports évidents de l’interdisciplinarité et les multiples injonctions bureaucratiques à la mettre en œuvre – dans les contrats de recherche européens par exemple – celle-ci reste peu pratiquée. Le cloisonnement demeure la norme et rares sont les auteurs qui traversent – on pourrait presque dire transgressent – les frontières entre les disciplines. Ce propos liminaire n’est pas une simple formule de circonstance. Ces barrières pèsent en effet sur les problématisations, les questionnements, ou les modes d’administration de la preuve. En caricaturant un peu, l’historien sera souvent qualifié d’objectiviste par le politiste, le sociologue français raillé par le psychologue social pour ses penchants pour l’enquête qualitative, et tous feront sourire le philosophe par le caractère empirique – presque trivial – de leurs travaux. Il faudrait ainsi revenir à l’histoire des luttes d’autonomisation progressive des sciences de la société – luttes qui sont inséparablement académiques (des chaires, des départements, des étudiants, des revues) et épistémologiques (des manières de penser, des méthodologies) ; des luttes qui bien sûr prennent des formes différentes selon les pays – pour comprendre comment se constitue dans les faits l’incommunicabilité entre disciplines et les anathèmes qui l’accompagnent. L’internationalisation de la circulation du savoir, sa spécialisation accrue et le gonflement des références obligées et exigées (notamment pour les plus jeunes) viennent sans doute durcir encore les coupures.

2Cette contribution n’échappe hélas pas à ces biais et pourrait apparaître au mieux comme exotique, au pire comme décalée pour des lecteurs plus habitués à la psychologie. Elle se voudrait néanmoins une introduction aussi pédagogique que possible sur un type de regard que la science politique peut porter sur les mécanismes par lesquels certaines situations sociales sont constituées comme menaçantes. Elle ne porte donc pas sur les peurs individuelles, mais sur les menaces collectives, entendues comme celles faisant l’objet d’un investissement politique et d’une prise en compte, même minimale, par des institutions publiques. Elle laisse également de côté un pan important – qu’explore précisément la psychologie sociale – qui est la manière dont les individus perçoivent ces menaces collectives et y adaptent leurs comportements. Tous les citoyens américains n’ont pas nécessairement peur des menées d’Al Qaeda après le 11 septembre 2001 mais cette question a été constituée en problème public aux États-Unis, au point de déclencher des guerres (en Afghanistan puis en Irak), de modifier les lois (le Patriot Act par exemple), de créer des institutions nouvelles (comme le Department of Homeland Security), voire même de transformer les registres de justification politiques (avec le recours à la torture, à la détention illimitée sans procès ou aux enlèvements de suspects).

3Cette contribution porte donc sur les processus d’objectivation des menaces même si elle reviendra en conclusion sur leur intériorisation, de sorte à relier le collectif et l’individuel, qui ne peuvent être séparés qu’artificiellement.

Pas de menace sans entrepreneurs de menace

4D’abord, les menaces collectives n’existent pas à l’état naturel dans nos sociétés. Une large série de faits sociaux peuvent constituer une menace objective pour certains groupes, même larges sans pour autant être constitués comme tels. L’historien Georges Vigarello (1998) a par exemple montré que le viol a longtemps été considéré comme un simple aléas de l’existence des femmes et qu’il n’était guère poursuivi par la justice que dans des cas exceptionnels (notamment lorsque la victime appartenait à un milieu social bien supérieur à l’auteur). La mortalité routière reste largement supérieure aux homicides dans la plupart des pays occidentaux et n’a pendant longtemps pas fait l’objet d’une attention particulière de leurs gouvernements. Les menaces ont donc besoin pour accéder à ce statut du travail d’entrepreneurs de causes – pour reprendre l’expression du sociologue Howard Becker (1985) – c’est-à-dire du travail politique et symbolique de certains agents sociaux pour les constituer comme problèmes collectifs. Pas de prohibition de l’alcool aux États-Unis au début du xxe siècle sans mobilisation des ligues de tempérance ; pas de débats parlementaires sur les « menaces environnementales » sans l’action d’organisations écologiques ; et sans doute pas de préoccupation publique pour « l’insécurité » en France sans les efforts de certains élus locaux pour faire exister cette cause dans leurs partis (Bonelli, 2008).

5Plus largement, tout entrepreneur de cause devient – parfois malgré lui – un entrepreneur de menace. En effet, faire émerger une cause revient également à définir ce contre quoi elle se construit, ce qui la limite ou la menace. Un militant nationaliste définit en positif des marqueurs d’appartenance à la communauté imaginée qu’il promeut et en négatif tout ce qui la met en question (Thiesse, 1999). Un activiste homosexuel fabrique une identité collective tant par le regroupement d’une série de valeurs et de pratiques que par la mise en question de l’ordre hétéro-normé qui les rejette ou les condamne. Les débats sur l’homo-nationalisme aux États-Unis – le soutien d’une part de la communauté gay aux entreprises guerrières de l’administration de Georges W. Bush, au nom de ce qu’ils considèrent comme une vision rétrograde de l’Islam vis-à-vis de l’homosexualité – montrent clairement ce lien entre la construction des identités et celle des menaces (Puar, 2012).

6Les propriétés de ces entrepreneurs de menaces, et des coalitions, parfois hétérogènes qu’ils constituent influent sur le cadrage du problème, sur la manière dont il va se donner publiquement à voir (Gusfield, 2009). Les associations de charité du xixe siècle européen et les mouvements ouvriers naissants, tous deux préoccupés par la misère populaire n’en avaient par exemple pas la même perception et ne partageaient pas les solutions à y apporter (Procacci, 1993). La structure et l’organisation des différents types d’États sociaux en Europe reflètent ainsi largement l’histoire des rapports de forces entre les uns et les autres (Esping-Andersen, 2007).

7Du SIDA au nationalisme, du nucléaire aux migrations, de l’alcoolisme au crime, les entreprises de construction sociale de causes « menaçantes » sont assez largement documentées par les sciences sociales. Et la plupart des auteurs mesurent généralement leur « succès » à leur degré de prise en compte par les autorités publiques, de la constitution d’une commission à la création d’institutions en charge de s’en occuper en passant par des modifications législatives ou budgétaires. Ceci constitue un indicateur important, mais peut être insuffisant.

Autorité de l’État et définition des menaces

8En effet, tous les entrepreneurs de menaces ne se valent pas. Certains disposent d’un crédit et d’une autorité sans commune mesure avec les autres, parce qu’ils sont liés à l’État et participent activement à son maintien et à sa perpétuation.

9Des auteurs comme Max Weber, Norbert Elias ou Charles Tilly, ont montré que le processus historique de construction de l’État en Europe à partir du xiie siècle repose sur la constitution progressive des monopoles militaire et fiscal. L’un et l’autre s’alimentant circulairement : l’argent permet de lever des forces militaires pour écraser des rivaux internes et externes et cette force coercitive permet en retour de lever l’impôt, qui à son tour peut être utilisé pour payer des troupes. Mais l’État n’est pas que coercition. Celle-ci n’est en réalité possible que parce qu’elle s’habille d’un discours de légitimation : il faut des impôts pour faire la guerre ; la guerre nous concerne tous ; il faut se défendre contre l’ennemi étranger, etc. Les discours de sécurité nationale se sont construits ainsi, dans une relation dialectique entre la menace et la protection. Tilly écrit même de manière provocatrice :

« Les défenseurs de gouvernements particuliers et du gouvernement en général font communément valoir, précisément, que les gouvernements offrent une protection contre la violence intérieure et extérieure […] Mais considérons qu’un racketteur est celui qui crée une menace et fait ensuite payer pour s’en protéger. Selon cette définition, la fourniture de protection par les gouvernements apparaît souvent comme du racket. […] Puisque les gouvernements eux-mêmes simulent, stimulent et même fabriquent des menaces de guerre extérieures et puisque les activités répressives et extractives des gouvernements constituent souvent les plus grandes menaces pour les moyens d’existence de leurs propres citoyens, de nombreux gouvernements opèrent exactement comme des racketteurs. À cette différence près, bien entendu, que les racketteurs, au sens conventionnel du terme, agissent sans disposer du caractère sacré des gouvernements » (Tilly, 2000, p. 99).

10Ce que Tilly appelle « caractère sacré » renvoie en sociologie politique à la légitimité. Celle-ci repose largement sur la capacité de l’État à produire, reproduire et à faire incorporer – en particulier par le système scolaire – des structures cognitives communes, sous forme de classifications sociales, d’identités sociales légitimes, etc. Comme l’explique le sociologue Pierre Bourdieu, au terme d’un processus lent, graduel et conflictuel, des agents qui construisent l’État ont réussi un coup de force extraordinaire qui consiste « à faire accepter universellement, dans les limites d’un certain ressort territorial, l’idée que tous les points de vue ne se valent pas et qu’il y a un point de vue qui est dominant et légitime » (2012, p. 116). C’est le monopole de la violence symbolique, dont il fait une condition du fonctionnement effectif des deux autres monopoles.

11Or, nombre de menaces définies comme collectives sont précisément celles qui mettent radicalement en question l’ordre symbolique que l’État contribue à produire et à reproduire. De l’agression militaire à la subversion politique, du séparatisme aux épidémies, de l’immigration au changement climatique, de la démographie à l’évasion fiscale, en passant par la ségrégation urbaine ou – en France – le prosélytisme religieux, toutes ces « menaces » ont à voir avec le maintien d’un ordre symbolique largement construit par l’État.

12Celles-ci mobilisent – souvent de manière permanente – des agents d’État en charge de les évaluer et d’y faire face. Des agents que l’on peut qualifier, au moins provisoirement, de professionnels de la menace, parce qu’ils partagent au moins une croyance commune (une illusio dirait Bourdieu) dans le caractère « dangereux » du monde social et qu’ils occupent des positions stabilisées avec lesquelles doivent composer tout type d’entrepreneur de cause. Ainsi, derrière les débats sur les menaces démographiques ou migratoires, apparaissent généralement des chercheurs d’institutions comme l’INED (Institut national des études démographiques), derrière ceux sur les risques sanitaires des membres de l’INVS (Institut national de veille sanitaire) et bien sûr derrière les menaces sécuritaires, les militaires, les services de renseignement et les policiers. Il faudrait ainsi faire le compte de ces milliers d’agents, qui dans les institutions publiques participent directement ou indirectement à ce maintien de l’ordre symbolique.

13Tous ces agents bénéficient de l’autorité que leur confère leur position d’État en même temps que de l’accès privilégié à un immense capital informationnel : la statistique comme les services secrets comptent parmi les plus anciennes administrations de l’État. Qui peut sérieusement remettre en question l’autorité de la direction générale du Trésor en matière de prévisions macro-économiques ? de l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) en matière d’indicateurs sociaux ? de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) en matière d’épidémiologie ? de l’INED pour les évolutions démographiques ? ou de la police et de la gendarmerie en matière d’évaluation de la délinquance ?

14Cet accès privilégié prend même souvent la forme d’un accès exclusif, lorsque cette information est protégée par le secret, comme c’est le cas dans de nombreux secteurs, depuis le nucléaire jusqu’à la lutte antiterroriste. Le secret qui entoure une information la place d’emblée en dehors de l’alternative du vrai et du faux. Toute critique est alors d’emblée disqualifiée au nom de la possession supposée d’éléments que l’on ne peut pas communiquer. L’exemple des Control Orders imposés en Grande-Bretagne en matière de terrorisme entre 2005 et 2011 est édifiant. Un juge pouvait être amené à prononcer une série de mesures privatives de liberté (assignation à résidence, interdiction d’utiliser Internet, un téléphone mobile, etc.) pour des individus que les services de renseignement avaient signalés comme « dangereux ». Mais d’une part, les mêmes services de renseignements étaient incapables de fournir la moindre preuve recevable dans un procès pénal – auquel cas, nul besoin de Control Order – et d’autre part, ils ne communiquaient au juge aucun des éléments permettant d’évaluer cette dangerosité, au nom de la protection de leurs sources. L’éclatante ignorance des députés français appelés à voter la loi sur le renseignement au printemps 2015 quant aux pratiques des professionnels relève de la même logique.

15La divulgation de ces secrets par ceux qui en sont les détenteurs – ce que l’on appelle improprement les fuites – semble exonérer ceux qui les reçoivent de s’interroger sur leur véracité ou plus simplement sur la manière dont elles sont construites ou les raisons – parfois stratégiques – pour lesquelles elles ont été transmises. Ainsi, on ne compte plus les Unes de journaux ou de magazines ou les essais qui reprennent sans distance ce type de documents et en font leur principal argument. L’autorité et l’accès à l’information de ces agents d’État constitue ainsi un véritable enjeu. Ceci vaut tant pour des militants du réseau « Sortir du nucléaire » quand ils cherchent à enrôler un ancien ingénieur de EDF dans leur combat que pour des grandes entreprises, lorsqu’elles invitent d’anciens responsables des services de renseignement ou des inspecteurs des finances à « pantoufler » chez elles. C’est également ce qui explique que la plupart des compagnies de sécurité privées, nationales ou internationales emploient des anciens membres des institutions coercitives (police et armée principalement), lorsque ces derniers n’en sont pas simplement les fondateurs.

16Les menaces collectives nécessitent, pour accéder à ce statut, un travail d’entrepreneurs de cause, dont les propriétés pèsent sur la définition du problème. Mais ceux-ci doivent compter avec l’existence de professionnels qui disposent d’une légitimité, d’une autorité et de ressources bien différentes pour tout ce qui touche à l’ordre étatique. Pour autant, ces professionnels ne s’accordent pas toujours et sont pris dans de multiples concurrences pour définir la nature et la hiérarchie des menaces.

Définition des menaces comme espace concurrentiel dans l’État

17L’État, c’est une banalité, n’est pas une institution unifiée. Un enseignant-chercheur et un policier, un inspecteur des finances et un médecin, s’ils peuvent partager un sens de l’État – une idée de service public par exemple – ne s’accordent pas nécessairement à l’heure de définir ce que doit être l’État et quelles doivent être ses priorités (Lacroix, 1985). L’État sous ce rapport n’est guère qu’une désignation sténographique. Il apparaît – pour reprendre la formule de Bourdieu – comme un « réservoir de capital symbolique, qui est à la fois une ressource pour certains agents et un enjeu de lutte entre ces agents » (Bourdieu, 2012, p. 110). Ceci veut dire que l’État se fabrique et se refabrique en permanence, notamment sous l’effet des luttes entre les groupes qui le composent. Or, l’un des aspects de ces luttes porte précisément sur la définition de la hiérarchie des menaces puisque celle-ci détermine – en partie au moins – la puissance au jeu des groupes qui composent l’État. C’est-à-dire leur « importance », en termes matériels (crédits, personnels) et symboliques (honneurs, prestige).

18Pour prendre un exemple concret, la guerre froide, longtemps pensée sous l’angle d’un affrontement armé entre le bloc occidental et l’URSS, a donné un poids prépondérant aux militaires. Du développement du parapluie nucléaire à la construction des chars Leclerc en passant par le positionnement des bases militaires dans le pays, une part importante de l’allocation des ressources de l’État était subordonnée à ce qui apparaissait alors comme la principale menace existentielle. À en juger par les coupes budgétaires et les réductions de personnel que connaît le ministère de la Défense depuis quelques années, il semble que la situation ait drastiquement changé. Le Bloc de l’Est a certes disparu entre-temps et de nombreuses voix font valoir que les forces armées doivent être réorganisées et redimensionnées. En d’autres termes, la situation nouvelle ne serait que le reflet naturel de l’évolution des menaces. Pourtant, l’OTAN, explicitement créée pour affronter les forces du pacte de Varsovie, leur a survécu. Elle a même élargi le spectre de ses missions et sa sphère d’influence, comme on a pu le voir avec l’Afghanistan et la Lybie. Il n’existe donc pas de lien mécanique – qu’aiment généralement établir les professionnels de la menace et certains analystes – entre l’existence d’une menace et la « réponse » à cette dernière. Il faut renverser le questionnement et s’intéresser à la fois à la manière dont ces professionnels définissent les menaces auxquelles ils vont faire face ; et aux configurations dans lesquelles ils vont réussir à faire primer leurs vues sur celles de leurs concurrents.

19Une critique récurrente apportée à cette approche constructiviste est que ceux qui s’en réclament « nieraient la réalité ». Pourtant, lorsque le politiste Didier Bigo écrit « le terrorisme n’existe pas : ou plus exactement, ce n’est pas un concept utilisable par les sciences sociales et la stratégie » (2005), il n’ignore pas qu’il existe des attentats, des assassinats et des organisations clandestines. Il souligne simplement le caractère problématique d’une définition qui n’est pas séparable des enjeux proprement politiques qui lui donnent sens. Il suggère ainsi que le rôle du sociologue est sans doute moins de trancher ce qui relève du « terrorisme » et ce qui n’en relève pas que d’étudier les luttes autour de la notion. Dans le même ordre d’idée, il est incontestable que l’élévation du niveau des mers et de la température du globe produisent des déplacements de population de grande ampleur. Mais seront-elles catégorisées comme des migrants parmi d’autres ou comme des « réfugiés climatiques », comme le souhaitent certaines organisations internationales ? On perçoit immédiatement que le « problème » ne se posera pas dans les mêmes termes selon que l’une ou l’autre des définitions l’emportera et que les effets concrets sur les individus seront complètement différents (Cultures & Conflits, 2012). Le cadrage de la réalité sociale, c’est-à-dire l’imposition des catégories légitimes pour la penser apparaît ainsi lourd d’enjeux, politiques, idéologiques et bureaucratiques. Certains ne s’y trompent pas, comme l’hebdomadaire britannique The Economist, qui annonçait au sujet de l’effondrement du système financier qu’il percevait comme une menace très sérieuse : « Le secteur public et sa dette vont prendre une part plus importante dans l’économie de nombreux pays. Mais à long terme, beaucoup dépend de comment les responsabilités de cette catastrophe seront assignées. C’est là qu’une importante bataille intellectuelle doit et devra être gagnée » (18 octobre 2008). Il n’est ainsi pas de crise économique ou politique, de transformation sociale, environnementale ou technologique dont les effets concrets soient séparables de l’interprétation qui en est donnée. Donner le sens des choses, trouver les mots ou les catégories pour les dire constituent donc des batailles décisives. Imputer le chômage de masse à la rigidité du marché de l’emploi n’est pas la même chose que de l’analyser comme le résultat de la voracité des actionnaires ; décrire les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises comme la conséquence d’un relâchement moral et de l’autorité n’implique pas les mêmes conséquences que les penser en termes d’exclusion sociale, de racisme et de discrimination. La lutte pour la production de représentations du monde social constitue ainsi une dimension fondamentale des luttes politiques mais aussi bureaucratiques, puisqu’il en va de la place et du crédit de chaque institution dans l’État.

Définition institutionnelle des menaces et luttes bureaucratiques

20Les institutions fonctionnent de manière à réduire l’incertitude et à favoriser la prévisibilité. C’est la raison pour laquelle elles offrent à ceux et celles qui les habitent des catégories de pensée et d’intervention conformes à leurs exigences organisationnelles, relativement stables dans le temps (Douglas, 1999 ; Lagroye et Offerlé, 2010). Celles-ci se déclinent de manière formelle (par des catégories, des scénarios, des circulaires, des codes, des règlements intérieurs) mais aussi informelle, par la transmission par les anciens de ce qui se fait et ne se fait pas. Des mécanismes de récompense, de contrôle et de rappel à l’ordre, là aussi formels et informels viennent compléter l’acculturation des individus à l’institution, une acculturation bien entendu médiée par leur socialisation préalable.

21Chaque institution possède ainsi un domaine propre de compétence, pour lequel elle déploie des routines, des procédures standard d’évaluation et d’action qui lui permettent de faire face à la plupart des événements. « La meilleure indication du comportement d’une organisation au moment t est le moment t-1 » écrit le politiste américain Graham T. Allison (1969, p. 702). Il ajoute : « Lorsque les situations sortent de l’ordinaire, le style de recherches et les solutions sont largement déterminées par les routines existantes » (ibid., p. 701). De nombreux travaux récents en science politique et en sociologie convergent de la sorte sur l’idée qu’il existerait des formes de vision institutionnelles des problèmes, qu’ils les nomment « culture d’institution » (Biland, 2010), « ethos » (Spire, 2005) ou « habitus d’institution » (Bonelli et Ragazzi, 2014).

22Cette perspective peut s’illustrer à partir de terrains d’enquête menés depuis 1999 sur les services de renseignement français. Il existait jusqu’à la réforme de 2008, qui créait la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), rebaptisée en 2014 direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) deux grands services policiers : la direction de la surveillance du territoire (DST) et les renseignements généraux (RG). La DST devait « rechercher et prévenir, sur le territoire de la République française, les activités inspirées, engagées ou soutenues par des puissances étrangères et de nature à menacer la sécurité du pays, et plus généralement, lutter contre ces activités » (décret du 22 décembre 1982). En d’autres termes, elle s’occupait surtout du contre-espionnage et particulièrement de la lutte contre le KGB soviétique et ses homologues des pays du bloc de l’Est. Cette activité constituait le pôle d’excellence du service, c’est-à-dire à la fois celui qui autorisait les carrières professionnelles les plus brillantes et celui qui définissait ses normes, ses manières de faire et de voir. Schématiquement, les agents de la DST étaient donc portés à voir le monde sous l’angle des stratégies d’influence de professionnels du renseignement étrangers (des espions). Ainsi, lorsque Jean Rochet directeur de la DST de 1967 à 1972 analyse les mobilisations de mai 1968, il les perçoit comme une manipulation du malaise de la jeunesse française par « des meneurs agissant avec des consignes venues de l’étranger qui ont pris les choses en main avec la volonté affirmée de renverser le régime » (Rochet, 1985, p. 73).

  • 1 Les attentats qui secouèrent la France de juillet à octobre 1995, imputés aux GIA algériens firent (...)

23La force de ces représentations de la réalité sociale, sédimentées dans l’institution se donnent à voir avec une particulière clarté dans les moments de changement. La chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’URSS affectent largement l’activité reine de la DST et le contre-terrorisme tend graduellement à la remplacer. Mais la focale reste largement la même : les policiers du service s’intéressent d’abord à la violence politique « sponsorisée par des États », comme ils l’appellent. C’est-à-dire à des actions violentes dans lesquelles ils soupçonnent l’implication des services secrets étrangers, au premier rang desquels iraniens et libyens. Puis, avec l’éclatement de la guerre civile algérienne, après l’annulation des élections de décembre 1991, ils décalent graduellement leur analyse des États vers des organisations clandestines (les groupes islamiques armés notamment) sans modifier toutefois la structure de leur raisonnement. Pour eux, les principales menaces pour le territoire national viennent de l’étranger. Ainsi, lorsque la France est frappée par les attentats de 19951 et que Khaled Kelkal, un jeune Français de Vaulx-en-Velin fiché pour des faits de délinquance est identifié comme l’un des auteurs matériels, ils en font immédiatement un agent téléguidé depuis l’étranger, un membre de « cellules dormantes » activable selon les besoins du moment.

24Une analyse que rejettent pour l’essentiel leurs homologues de l’autre grand service de renseignement policier, les RG, qui s’occupent essentiellement de la lutte contre la subversion politique interne et ont à leur charge les « actions terroristes ne mettant pas en œuvre des agents d’États étrangers mais dépassant le cadre national » (note de service n° 643 du 19 mars 1976, sur la lutte contre le terrorisme). Investis sur le terrain des banlieues depuis le début des années 1990 (Bonelli, 2001), ils tentent au contraire de resituer l’affaire dans le cadre de la cité où elle était née, pour montrer les risques de radicalisation de jeunes Français issus de l’immigration, dont Kelkal serait un exemple type.

25Il ne s’agit pas ici de trancher le bien-fondé ou la justesse de chacune des interprétations. L’engagement de Kelkal comporte à la fois des raisons endogènes (liées au racisme, à l’exclusion, à la confrontation rugueuse avec la police et la justice qu’il a pu expérimenter et dont il rend compte dans un entretien donné le 3 octobre 1992 au sociologue allemand Dietmar Loch, publié en partie par le quotidien Le Monde du 7 octobre 1995) et exogènes (notamment dans les liens familiaux avec l’Algérie et l’islamisme politique) et d’ailleurs, aucun service n’occulte complètement les unes ni les autres. Mais cet exemple illustre clairement comment les représentations et les routines préconstituées contribuent à lire une situation sous un angle plutôt que l’autre, c’est-à-dire à la cadrer de sorte à ce qu’elle corresponde aux compétences du service, à ses catégories, ses savoir-faire et ses scenarios. Les bureaucraties, explique justement le politiste américain Murray Edelman, ont tendance à construire les problèmes – et par conséquent les menaces – « comme justification des solutions » qu’elles proposent (1991, p. 53 et suivantes).

26Pour autant, lorsqu’il s’agit de questions d’une certaine ampleur, il est rare qu’une institution soit seule en charge d’y faire face. Comme le montre l’exemple ci-dessus, la violence politique mobilise plusieurs services proposant des analyses et des modalités d’action différentes. Quelle vision l’emporte alors ? Les enjeux sont considérables, puisqu’ils influent ensuite sur le et les crédits de chaque service, sur leur autorité dans l’État. Ceci déclenche donc une compétition – souvent publiquement présentée comme la « guerre des polices » – dans laquelle il est nécessaire, comme nous l’indiquaient deux agents du renseignement français, de « gagner des parts de marché » ou de « défendre son bout de gras » (entretiens, août 2007). Ces luttes pour les moyens et les honneurs ne peuvent être rabattues sur une sorte de cynisme de ceux qui les livrent : toute leur socialisation institutionnelle les pousse à croire, le plus souvent, à la supériorité de leurs analyses sur celles de leurs collègues.

27Il est délicat d’établir des généralités sur la façon dont les unes prennent le pas sur les autres auprès des gouvernants. Elles s’inscrivent en effet dans des configurations complexes – pour reprendre le concept du sociologue Norbert Elias (1991, p. 154 et suivantes) – qui font intervenir les interdépendances et les interactions entre plusieurs acteurs occupant des positions différentes de pouvoir, prises dans leur historicité. En suivant cette ligne, Allison (1969) a montré de manière convaincante comment les analyses et les propositions de la marine américaine (la Navy) l’avaient emporté sur toutes les autres institutions de sécurité, lors de la crise des missiles de Cuba en 1962. Au-delà des négociations (il parle de bargaining) observables lors d’une crise de ce type, il faut également revenir sur le travail de longue haleine que mènent les responsables de certaines institutions pour entretenir et conforter leur autorité sur certains secteurs. Des enquêtes d’initiative sur un sujet de prédilection d’un ministre, des informations soigneusement distillées à des journalistes choisis, à des parlementaires de la majorité ou de l’opposition ou les relations privilégiées entretenues avec un magistrat d’importance constituent par exemple autant de stratégies aussi routinières que peu visibles déployées par les chefs des services de renseignement pour consolider leur influence. Mais cette dernière reste toujours fragile et soumise à fluctuations. Des bouleversements géopolitiques ; la sortie d’un conflit (en Irlande du Nord ou peut-être au Pays basque) ; une crise particulièrement grave (une épidémie, une catastrophe naturelle, une vague d’attentats) ; un scandale qui touche une institution ; des mobilisations ; l’élaboration de Livres blancs (comme celui de la défense ou de la sécurité) ; des transformations du jeu politique constituent autant de moments dans lesquels les rapports de forces matériels et symboliques entre services peuvent être réévalués. Des « coups » deviennent jouables et les hiérarchies peuvent se transformer, plus ou moins durablement. Ainsi, le monopole sans partage d’une « approche DST » de la violence dite djihadiste qui caractérise la DCRI puis la DGSI a largement été battue en brèche par les attentats de Mohamed Merah, de Medhi Nemmouche, puis ceux de janvier et novembre 2015. Personne – ou presque – ne nie les compétences du service dès lors qu’un individu violent est identifié, mais il ne peut plus prétendre assumer seul la « détection précoce », comme il le revendiquait depuis sa création. Une large part des mesures récentes prises dans le cadre de la lutte contre la radicalisation peut dès lors s’interpréter comme une tentative pour reconstituer un renseignement « de proximité », sur le modèle des anciens RG, laminés par la réforme de 2008.

Conclusion

28« La sociologie, expliquait Bourdieu, doit prendre pour objet, au lieu de s’y laisser prendre, la lutte pour le monopole de la représentation légitime du monde social, cette lutte des classements qui est une dimension de toute espèce de lutte des classes, classes d’âge, classes sexuelles ou classes sociales » (1982, p. 13-14). Ce programme s’applique particulièrement bien aux recherches sur les menaces collectives, puisqu’elles constituent précisément le repoussoir, la définition en négatif de l’ordre social légitime. Comme ce dernier, elles n’ont donc pas de naturalité, mais font l’objet d’un travail de construction sociale. Celui-ci mobilise différents types d’acteurs qui luttent à la fois pour faire exister des menaces collectives, mais également pour en définir la nature, les causes, de même que les solutions à y apporter. Le spectre, la hiérarchie des menaces, tout comme leur qualification apparaissent ainsi comme un enjeu permanent de compétition et connaissent des réajustements périodiques. Des bouleversements majeurs, comme des variations infimes dans un secteur donné peuvent modifier l’équilibre du pouvoir entre acteurs et la force au jeu de chacun d’entre eux. Des options routinières se ferment, d’autres coups deviennent possibles, des alliances nouvelles voient le jour, qui rebattent les cartes.

29Bien qu’ils n’en aient pas le monopole, les entrepreneurs de menaces qui peuvent se prévaloir de l’autorité de l’État ont plus de chances que les autres de voir leur cause triompher. Ils bénéficient en effet de ressources considérables pour objectiver les menaces collectives. Ils peuvent en particulier construire de la mesure, au double sens de mesures statistiques (du nombre de violences urbaines à celui des personnes séropositives ou d’immigrés) et de mesures pratiques (de la loi aux personnels et aux dispositifs dédiés). Mais surtout, dans des sociétés contemporaines composées pour l’essentiel d’individus étatiques – c’est-à-dire socialisés dans et par des catégories d’État – ils ont également la capacité de leur faire intérioriser ces menaces collectives en les inscrivant dans les structures mentales. Programmes scolaires, discours politiques, Livres blancs, plans d’action, circulaires, célébrations publiques, action judicaire, etc. constituent autant de vecteurs pour inscrire ces constructions sociales dans l’ordre des choses, c’est-à-dire comme allant de soi. Ceci participe à accréditer ce qu’en filant la formule utilisée par Max Weber au sujet de l’Église, on pourrait appeler la prétention de l’État au « monopole de la manipulation légitime des biens de salut », terrestres, cette fois-ci. Le double mouvement d’objectivation et d’intériorisation qu’il organise et autorise permet sans doute de comprendre une menace collective « qui réussit ». En tout cas, cette question constitue sans doute une manière féconde d’ouvrir le dialogue entre la science politique et la psychologie sociale.

Notes

1 Les attentats qui secouèrent la France de juillet à octobre 1995, imputés aux GIA algériens firent huit morts et près de deux cents blessés.

Auteur

Laurent Bonelli est maître de conférences en science politique à l’université de Paris Ouest Nanterre et membre de l’Institut des sciences sociales du politique (UMR CNRS 7220). Il est co-rédacteur en chef de la revue Cultures & Conflits et Associate editor de International Political Sociology (Oxford University Press). Il a notamment publié La France a peur. Une histoire sociale de l’« insécurité » (La Découverte, Paris 2010) et co-dirigé Au nom du 11 septembre… Les démocraties à l’épreuve de l’antiterrorisme (La Découverte, Paris 2008), ainsi que L’État démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse (La Découverte, Paris 2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search