Version classiqueVersion mobile

Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques

 | 
Sabine Caillaud
, 
Virginie Bonnot
, 
Ewa Drozda-Senkowska

Première partie. Penser et saisir les menaces

Menaces, risques, dangers dans la pensée profane

Christine Bonardi

Texte intégral

1C’est avec l’étude d’un phénomène de portée sociétale, le terrorisme, qu’ont débuté les travaux de recherche sur la menace que nous rapportons en partie ici. Contrairement à la littérature psychosociale récente, concernée principalement par l’engagement dans la violence (Moghaddam, 2005 ; McCauley et Moskalenko, 2008) ou par la gestion de la peur dans les conflits intergroupes (Pyszczynski, Greenberg et Solomon, 1997 ; Motyl et Pyszczynski, 2009), nous avons étudié les réactions émotionnelles, cognitives et comportementales face aux menaces.

2Une dizaine d’années de travaux menés en laboratoire permettent de faire l’hypothèse que les menaces résultent d’un processus en trois étapes (Mannoni et Bonardi, 2012). Dans un premier temps, un événement provoque un ébranlement émotionnel d’intensité variable, une rupture de l’état habituel de quiétude chez l’individu. Cette émotion peut s’épuiser assez vite si l’événement négatif s’estompe ou disparaît. Si son retentissement ou sa durée sont plus importants, alors l’individu s’engage dans une évaluation de l’événement et des moyens dont il croit disposer, ou non, pour y faire face. C’est la deuxième étape. Dans un troisième temps, si cette évaluation n’aboutit pas à un sentiment de maîtrise de la part de l’individu, alors un climat d’inquiétude plus diffus s’installe durablement et ne se résorbera qu’avec la disparition de l’événement négatif (crimes en série, pollutions, maladies). Une forte récurrence de l’événement négatif, sa persistance dans le temps, dans l’imaginaire individuel et collectif, ou un traitement médiatico-politique de grande ampleur (guerres, terrorisme, plans sociaux), peuvent amener ce climat délétère à se pérenniser, à se cristalliser. Cette dernière phase correspond à ce que nous avons nommé un « sentiment de menace ». Certains aspects de cette hypothèse semblent d’ailleurs rejoindre ce que Jodelet (dans cet ouvrage) rapporte à propos du vécu des situations extrêmes.

3Aussi, nos résultats nous ont amenés à considérer que la menace peut correspondre à une situation et un vécu singuliers, aussi riches conceptuellement que ceux décrits par les approches des évaluations profanes des risques (Slovic, Fischhoff et Lichtenstein, 1982 ; Fischhoff, Watson et Hope, 1984 ; Chauvin et Hermand, 2006). Pour nourrir ce premier constat, il convient de circonscrire la place que le concept de menace peut occuper dans l’approche psychosociale. En effet, dans la littérature, les définitions des termes risque, danger et menace sont fluctuantes et correspondent à des objectifs de recherche très variables. Par exemple, les travaux dédiés au terrorisme utilisent, au titre d’expressions substituables les unes aux autres, perception du danger/de la menace, sentiment de menace, groupes dangereux/menaçant, risques d’attentats, etc. (voir, par exemple, le numéro spécial sur le terrorisme de la Revue Internationale de Psychologie Sociale, 2009). Ailleurs (Krauth-Gruber, Bonnot et Drozda-Senkowska, 2013), dans une analyse de la peur collective, la menace désigne une pluralité de phénomènes (extinction physique, avenir d’un groupe, informations ou événements menaçants…). Enfin (Delouvée et Rateau, 2013), dans les sciences humaines et sociales, risque et menace semblent masquer ou recouvrir partiellement la notion de peur. Et cette diversité s’observe aussi dans bon nombre de travaux sur le risque. La contribution précédente (Jodelet, dans cet ouvrage) a déjà apporté des arguments en faveur de la pertinence des menaces en tant que concept scientifique à part entière, et nous ne cherchons pas ici à confirmer ou infirmer les distinctions conceptuelles proposées du côté de la science. Mais, puisque dans la littérature les appellations de risque, danger et menace ne se recouvrent pas exactement, et puisque les menaces semblent renvoyer à un processus bien spécifique, il nous a semblé possible que, pour le profane aussi, elles correspondent à des réalités subjectives différentes. Nous souhaitons donc interroger les représentations subjectives de ce que sont les risques, les dangers et les menaces. Les profanes font-ils eux aussi une différence entre ces notions ? Renvoient-elles à des représentations distinctes ? Si oui, lesquelles ? Et quels sont les liens éventuels que les profanes perçoivent entre ces concepts ?

4S’intéresser à la signification subjective de ces termes est une question à part entière, qui permet de mettre en évidence si, oui ou non, les profanes opèrent des distinctions entre différentes catégories d’événements négatifs, et s’ils recourent (même de façon implicite) à une typologie de ces événements.

5Nous tenterons donc ici de clarifier ce que représentent pour les profanes les termes risque, danger et menace. Après avoir présenté les principaux résultats d’une étude par associations de mots, nous discuterons des résultats à la lumière des distinctions théoriques effectivement opérées entre risque, danger et menace.

Représentations des risques, dangers et menaces

6Dans les travaux sur le risque, les chercheurs sélectionnent eux-mêmes les risques (par exemple, addictions, conduite automobile, comportements à risque, etc.) et ils demandent aux participants de les évaluer à partir de divers critères (Johnston et Glasford, 2014 ; Mandel et Vartanian, 2010). Mais cette sélection préalable ne permet pas de juger de la centralité de ces risques dans le système d’appréciation personnel des individus. Peut-être les exemples présentés ne sont-ils pas perçus comme des risques, mais plutôt comme des menaces. Et comment être sûr que les risques pertinents pour les participants font partie de la liste qu’on leur présente ? Or, pour nous, l’intérêt d’une approche subjective réside dans la possibilité d’une évocation spontanée car, tel risque pris au sérieux et décrété gravissime par les instances politico-judiciaires peut être négligeable pour les profanes, et, à l’inverse, un risque officiellement étiqueté comme d’intensité moyenne peut sembler beaucoup plus négatif ou grave aux individus.

  • 1 Nous tenons à remercier Yohanna Gomez, étudiante en master à l’université de Nice pour sa contribut (...)

7Aussi, nous avons eu recours à une méthode d’association spontanée à un terme inducteur : les participants à notre étude étaient invités à lister librement trois choses qu’ils considéraient eux-mêmes comme étant véritablement soit des risques (groupe 1) soit des dangers (groupe 2) soit des menaces (groupe 3). L’enquête utilisant le terme inducteur de danger a été menée en 2010-2011 auprès d’un échantillon représentatif de la population française comportant 322 sujets (231 questionnaires complets et correctement renseignés ont finalement été retenus). Les stimuli inducteurs de menace et de risque ont été explorés en 2014 sur un échantillon plus restreint (respectivement 55 participants pour le risque et 36 pour la menace), mais avec le même type de populations et les mêmes questionnements1. Cette façon de procéder est proche de la méthode d’associations libres utilisée pour détecter les éléments centraux et périphériques des représentations sociales (Moliner, 1996 ; Abric, 2003). Son intérêt est de permettre l’accès aux perceptions et représentations quotidiennes.

8Puis les participants devaient évaluer chacune de leurs associations sur un certain nombre de caractéristiques. Pour cela, nous nous sommes inspiré des travaux sur le risque (cf. Fischhoff, Watson et Hope, 1984 ; Navarro-Carrascal et Michel-Guillou, 2004), de nos précédentes études. Les participants devaient ainsi répondre à 5 questions pour chacun des trois éléments librement évoqués comme des risques vs dangers vs menaces : ils devaient indiquer son caractère aléatoire (probabilité de sa survenue), son caractère redoutable (intensité), la vulnérabilité perçue (proximité par rapport à soi), le sentiment d’insécurité éprouvé et leur possible maîtrise (degré de contrôle). Chaque évaluation se faisait à l’aide d’une échelle en 10 points (allant de 1 « pas du tout » à 10 « totalement »).

9Dans un premier temps, nous allons présenter la nature des termes associés à chacun des trois inducteurs (risque, menace, danger). La totalité des associations spontanées (966) a fait l’objet d’une analyse de contenu thématique (Bardin, 2007) qui a permis de dégager 5 catégories d’éléments de nature différente :

  • les catastrophes (n = 122) : où se trouvent regroupées des catastrophes d’ordre naturel (n = 71 telles que dérèglements climatiques, séismes, tsunamis, fonte de la banquise…) et des catastrophes d’ordre technologique (n = 51 tels que explosions, accidents d’usines, nucléaire et des pollutions d’origine chimique ou agricole) ;

  • la santé (n = 232), qui fait référence aux maladies (MST, épidémies, cancers…), addictions (tabac, drogues, alcool), problèmes alimentaires (pesticides, engrais portant atteinte à la nourriture) et sanitaires (OGM, Maladies animales…) ;

  • les crimes (n = 227), qui recouvrent tous types de délits, violences et agressions, des plus courants (vols, escroqueries) aux plus remarquables (agressions, usage d’armes à feu et crimes en série) ;

  • les accidents (n = 200), qui engagent responsabilités individuelle (routiers, domestiques, du travail) et collective (insécurité, transports en commun de tous types) ;

  • les problèmes de société (n = 142), qui rassemblent toutes les problématiques concernant de larges fractions de population : crise économique, pauvreté, précarité, chômage, exclusions et marginalisations de groupes sociaux (nommés ou pas), problèmes de gouvernance (dictatures, conspirations), guerres et terrorisme.

10Une dernière catégorie (n = 41) concerne des problèmes à caractère proprement personnel (échecs, relations sociales, solitude, abandon) ; sa faiblesse quantitative et son contenu diversifié ont conduit à l’évincer des analyses quantitatives menées ensuite. Ce sont donc au final 925 termes évoqués qui ont été classifiés et analysés.

11À première vue (cf. figure 1), les cinq catégories regroupant les occurrences négatives importantes pour nos sujets apparaissent pour les trois inducteurs. Mais leurs proportions varient de l’un à l’autre : les risques renvoient majoritairement aux accidents et problèmes de santé et très peu aux crimes et catastrophes. Les menaces renvoient essentiellement aux problèmes de société, aux crimes et aux catastrophes. Les dangers présentent un profil voisin de celui des risques quant au poids des accidents et de la santé, mais, comme pour les menaces, les crimes y sont conséquents. On peut aussi observer des différences entre les trois inducteurs à l’intérieur même des catégories catastrophes et accidents. En effet, les catastrophes naturelles composent plus de la moitié de celles évoquées pour les dangers (62 %) et les risques (60 %), mais seulement 44 % de celles évoquées pour les menaces, ce qui porte à conclure que les menaces semblent davantage que les risques et dangers associées à l’intervention humaine de type technologique. De plus, les accidents impliquant une responsabilité individuelle représentent 36,66 % de ceux évoqués pour les dangers et 60,87 % de ceux mentionnés pour les risques. Autrement dit, les dangers sont plus largement associés à des aspects du fonctionnement en collectivité et les risques à des événements individuels ou proximaux.

Fig. 1. – Fréquences des différents types d’associations pour les catégories risques, dangers et menaces.

Fig. 1. – Fréquences des différents types d’associations pour les catégories risques, dangers et menaces.

12Ces résultats nous permettent d’ores et déjà de souligner que les risques, dangers et menaces semblent bien renvoyer pour les profanes à des catégories d’événements relativement distinctes. Les évaluations des événements selon les différents critères vont nous aider à les distinguer également de manière plus qualitative.

13La figure 2 illustre l’ensemble des résultats obtenus.

Fig. 2. – Évaluation des risques, dangers et menaces évoqués spontanément.

Fig. 2. – Évaluation des risques, dangers et menaces évoqués spontanément.

14Proches des risques, les dangers sont toutefois moins redoutables (intensité), moins aléatoires (probabilité de survenue) et moins insécurisants. De manière surprenante, ils sont aussi moins contrôlables que les risques. Si l’on rapproche ce résultat des catégories auxquelles sont associés les dangers, nous sommes tentés de dire qu’il s’agit de ces accidents de la vie, certes incontrôlables, mais dont la probabilité de survenue reste assez faible et avec lesquels il faut composer : ils font partie de la vie.

15En matière d’évaluation, ce sont les risques qui occupent une position intermédiaire entre dangers et menaces. Ils sont assez proches des dangers en ce qui concerne la probabilité perçue de leur survenue, leur caractère redoutable (intensité), sa propre vulnérabilité (proximité) et le sentiment d’insécurité. Néanmoins, les risques s’avèrent bien plus contrôlables que les dangers et surtout que les menaces. Ce sont des événements sociaux qui peuvent être maîtrisés.

16Comparées aux risques et aux dangers, les menaces suscitent des évaluations plus extrêmes, c’est-à-dire plus négatives et plus pessimistes, sur tous les indicateurs. Si le sentiment d’insécurité qui leur est associé est légèrement supérieur aux risques et aux dangers, elles sont par contre perçues comme largement plus redoutables et plus aléatoires dans leur survenue. Les répondants s’estiment plus vulnérables (plus grande proximité) aux menaces qu’aux risques et dangers. Enfin, on peut noter leur caractère nettement moins contrôlable que les risques et les dangers.

17Ainsi, l’inducteur menace présente des particularités quant aux types d’événements négatifs qu’on lui associe puisque les trois grandes catégories qui le caractérisent sont bien davantage du ressort du collectif que des individus. Et, surtout, les catégories d’événements relatifs aux menaces font l’objet d’évaluations spécifiques qui montrent que leurs conséquences dépassent également le cadre individuel proximal. Elles sont en effet estimées plus redoutables, plus aléatoires, plus proches et surtout bien moins contrôlables que les dangers et les risques. Elles semblent finalement relever majoritairement de l’environnement de vie et être donc assez extérieures à l’individu. On notera aussi, et on fera ici écho à Denise Jodelet (dans cet ouvrage), que les catégories d’événements associés aux menaces renvoient à des situations d’interactions sociales (crimes, problèmes de société, catastrophes), impliquant donc un autre menaçant.

18En conclusion, si les dangers sont de l’ordre du quotidien et relèvent de la sphère individuelle, et si les risques renvoient davantage à des événements à la fois personnels et sociaux mais que l’on peut maîtriser, les menaces quant à elles relèvent plus largement de la sphère collective et sont plutôt de l’ordre de l’incontrôlable.

Petit instantané en forme de portrait

19Il peut être intéressant de croiser nos résultats en matière de perceptions subjectives avec quelques réflexions issues de la littérature pour tenter d’esquisser une sorte de portrait de ces notions telles que vues par les profanes.

Les risques

20La survenue d’un risque est décrite comme un phénomène de « rupture violente » marquant « un avant et un après dans la vie des individus concernés » (Bourg, 2013, p. 111). Mais le sentiment d’insécurité qui lui est associé paraît assez bien assumé : par exemple, les personnes vivant dans une zone à risque renvoient la survenue de l’occurrence négative à un lointain futur en évoquant, comme preuve d’une continuité positive attendue, l’expérience d’un passé (durant lequel rien ne s’est produit), ceci au profit d’une cause supra ordonnée : la force de l’enracinement dans un lieu de vie ou de naissance, et le refus de se projeter dans un « vivre ailleurs que chez soi ». En somme, l’aléatoire est accepté parce que le caractère conditionnel du risque permet à chacun d’être raisonnablement optimiste, d’envisager un avenir aussi sécure que l’est le présent ou que l’a été le passé, et par conséquent, de vivre normalement avec la connaissance d’un risque sans doute concret, mais si dépourvu de substance réelle qu’il est acceptable ou supportable.

21La représentation des risques que nous obtenons est assez en accord avec ces acquis : les risques ne sont pas totalement négligeables puisque les participants les disent redoutables, aléatoires et générateurs d’insécurité, mais l’estimation moyenne de sa propre vulnérabilité doublée d’un assez bon niveau de maîtrise (comparativement aux dangers et aux menaces), leur confère bien un caractère exceptionnel et conditionnel. Si l’on associe ces estimations aux catégories d’événements les plus évoquées (santé et accidents), on voit, d’une part, que les risques se présentent comme ce qui ne doit pas se produire dans le cours habituel de la vie, ce qui n’est pas attendu ou qui est occulté, même si on ne peut totalement en écarter l’existence. D’autre part, ils constituent des réalités concrètes sur lesquelles chacun peut avoir, ou pense avoir, une possibilité d’action. Les politiques nationales de prévention et de gestion de la santé et des accidents confortent d’ailleurs les populations dans l’illusion d’une maîtrise et d’un contrôle performants, tant individuels que collectifs ou législatifs. De nombreux travaux en psychologie se sont intéressés à la perception des risques, et notamment à l’écart existant souvent entre la description d’un risque par les experts et la perception de ce même risque par des profanes (voir la revue de littérature proposée par Breakwell, 2010). Ceci s’explique entre autres par le fait que les profanes estiment la probabilité de survenue d’un risque selon une autre logique que la logique d’experts : leur évaluation du risque se fait aussi à partir d’images, d’associations spontanées issues des expériences passées, auxquelles sont attachées des affects (Slovic, Finucane, Peters et MacGregor, 2004).

Les dangers

22D’une certaine manière, les dangers sont aussi du ressort de la sphère interpersonnelle : ils s’attachent, dans notre étude, aux catégories d’occurrences négatives les plus concrètes et les mieux connues (santé, accidents, crimes), ils impliquent directement le soi et peuvent avoir un impact sur la vie personnelle. Ils apparaissent ainsi comme des objets avec lesquels on est amené à vivre et à composer au quotidien, et peut être plus banalisés et familiers que les risques et menaces puisqu’ils sont évalués moins négativement. Nos sujets voient certes les dangers comme assez redoutables et tout de même générateurs d’insécurité, et donc un peu plus délicats à contrôler que les risques, mais leur caractère moyennement aléatoire et le sentiment de vulnérabilité plutôt bas qu’ils suscitent leur donnent somme toute un aspect plutôt ordinaire. Ils évoquent ainsi la dimension du « vivre avec ». Les dangers évoqués comme tels dans la littérature (cf. par exemple, Leplat, 2007) ont aussi cet aspect bien circonscrit : qu’ils émanent d’objets connus (ligne à haute tension, volcan, arme), de lieux spécifiques (lieu de travail, mer, haute montagne), de situations ponctuelles (pluies torrentielles, neige abondante), de comportements ou même d’individus et groupes suspects (criminel notoire, personne violente ou détentrice d’une arme, groupe politique ou sectaire), tous participent d’une certaine quotidienneté. Les dangers ont donc ce caractère quotidien qui explique qu’il soit aisé de les circonscrire et de se représenter leurs conséquences.

23La littérature avance aussi que le risque perçu signale l’existence d’un danger potentiel aux conséquences négatives (voir par exemple, Kouabenan, Cadet, Herman et Munoz-Sastre, 2007). Pour autant, le danger n’est pas assimilable au risque car il renvoie à ce qui relève de l’ordinaire : on reconnaît tout un ensemble de dangers comme intrinsèques à la vie humaine, mais on ne s’y sent pas forcément soi-même exposé ou confronté dans le cours de sa vie (Vialles, 2004), ce qui n’empêche pas d’évaluer et de se représenter en tant que tels bon nombre de dangers.

24Enfin, les dangers ont aussi une dimension imaginaire ou symbolique particulière, plus dépendante de la subjectivité personnelle (cas des phobies et des peurs attachées à des objets ou des êtres vivants, par exemple) que celle dont disposent les risques, ce qui renforce encore leur proximité et l’implication personnelle par rapport à eux. On gagnerait donc à aborder ce concept scientifiquement et spécifiquement par le moyen des perceptions et représentations, ainsi que par le degré d’implication des personnes et l’intensité des émotions suscitées par différents stimuli relevant des dangers.

Les menaces

25Dans la littérature, les menaces comme les dangers n’ont pas un statut conceptuel stable : elles sont souvent associées à des événements négatifs et globaux, teintés d’incertitude ou de peur (terrorisme, problème climatique, inondation, guerre, maladie grave). Et effectivement, dans notre étude, les menaces évoquent des événements négatifs globalement plus vastes (catastrophes et problèmes de société) que les risques et surtout que les dangers, et elles suscitent les jugements les plus extrêmes, les plus « pessimistes » en quelque sorte.

26En de rares occasions, la menace entre dans les évaluations globales du risque : par exemple, dans l’estimation des probabilités et modalités du risque d’attaque chimique terroriste (Département américain de la sécurité nationale), elle s’agrège à la vulnérabilité des populations et installations militaires et aux conséquences des attaques. Dans ce cadre, elle correspond à « toute indication, circonstance ou événement ayant la capacité de causer des pertes ou des dommages à un bien ou une population » (Cox, 2008, p. 1750). Il faut souligner que la menace est associée dans ce contexte à la volonté humaine, « l’intention et la capacité d’un adversaire d’entreprendre des actions au détriment d’un bien ou d’une population ». Ceci dit, les estimations que font, chacun de leur côté, le menaçant et le menacé ont aussi nécessairement une composante subjective et dans ce jeu de stratégies croisées, la victoire reviendra au protagoniste le plus avisé. Pour les participants, c’est peut-être cette intentionnalité du menaçant qui caractérise en partie la catégorie des problèmes de société et surtout celle des crimes.

27Face à cela, l’individu est à la fois impuissant et confronté à des dilemmes : les menaces étant diffuses et incontrôlables, il n’y a ni solution définitive ni choix satisfaisant. Ce pour quoi chacun optera finalement sera imparfait mais constituera, à ses yeux seuls, la moins mauvaise alternative, celle comportant aussi peu de conséquences négatives que possible. On ne peut plus alors (comme pour le risque) se bercer de l’illusion d’une possible maîtrise personnelle ou collective des aléas du progrès technologique, et de leurs conséquences mondiales. Ces problématiques largement médiatisées font aussi l’objet d’interprétations contradictoires propres à déstabiliser les populations. Par exemple, dans les médias, la responsabilité du changement climatique sera tantôt attribuée à l’action humaine ou tantôt décrite comme une évolution naturelle de la planète. Les prises de position et les choix de comportements personnels (tri sélectif, transports en commun…) sont ainsi rendus délicats. Et dans le même temps, on pose les limites de l’agir individuel dans la gestion de ces menaces. Les acquis scientifiques sur la notion de risque ne peuvent rendre véritablement compte de telles problématiques dont la complexité correspond beaucoup mieux à notre avis à des situations de menace. Effectivement, pour les participants, les événements négatifs évoqués comme étant des menaces n’ont ni le caractère « rassurant » ni les potentialités de prévision et de maîtrise que l’on trouve dans la représentation des risques. En lieu et place des logiques de prévention qui s’attachent aux risques, les menaces viennent souligner les limites inhérentes à l’agir humain, ce qui restreint le sentiment de contrôle. Pour Papaux (2013), on assiste ainsi à la mutation irréversible des sociétés du risque en sociétés de la menace. C’est dire que cette dernière fait désormais partie intégrante du vécu collectif.

Conclusion

28Chez les participants, la faible capacité de contrôle des menaces, associée à de fortes évaluations de leurs caractères aléatoire et redoutable, à une grande vulnérabilité ressentie face à elles et au sentiment intense d’insécurité, montrent bien que les menaces échappent à la maîtrise personnelle ou sociétale.

29Les menaces, qui se caractérisent par l’absence de causes concrètes et palpables permettant d’identifier clairement un problème, par l’absence de possibilités effectives d’évitement et de contrôle, peuvent contribuer à créer durablement un contexte émotionnel déstabilisant, teinté d’incertitude ou d’inquiétude, et ce d’autant plus qu’elles ont un caractère continu et diffus. Ce vécu pourrait être, par exemple, celui de populations confrontées quotidiennement à des attentats terroristes ou baignant dans un climat économique, politique ou social instable. Ces particularités correspondent globalement à ce que nous avons décrit comme un « sentiment de menace » parce qu’il ne peut être consciemment assumé et rationalisé, alors que le risque l’est dans une certaine mesure. Les conséquences émotionnelles et psychologiques (colère, tristesse, peur, dépression, anxiété) d’un tel sentiment de menace pourraient aussi retentir, à plus long terme, sur les réactions physiologiques (déclenchement de maladies), comportementales (désengagement au travail, addictions) et même motivationnelles (apathie, perte d’intérêt) des individus qui y sont soumis.

30La taxonomie des peurs collectives proposée par Rouquette (2013) fait quelque peu écho à notre partition catégorielle : la dimension qui, pour lui, décrit l’intervention humaine directe (action d’agents, d’ennemis) ou indirecte (effet en retour du progrès technique, d’une politique économique, de choix environnementaux), se retrouve dans les catégories des problèmes de société et des catastrophes, bien que sans la possibilité de distinguer dans notre étude la volonté ou non de susciter ces occurrences négatives. Et cette intentionnalité existe aussi sans doute dans la catégorie des crimes. Il semble donc pertinent d’insérer dans nos investigations futures des représentations de la menace, des estimations de l’intentionnalité et de la responsabilité humaine.

31Enfin, l’approche des peurs collectives vient aussi conforter notre hypothèse d’une installation en trois temps d’un sentiment de menace généralisé : par leur durabilité, les affects peuvent impacter tous les domaines de la vie personnelle et collective, et même se trouver détachés de l’occurrence qui les a produits. Et ce sentiment devient alors un élément intrinsèque à la vie quotidienne : en quelque sorte, une peur collective suscitant impuissance et désarroi selon Rateau (2013). C’est comme cela qu’on peut concevoir par exemple, les émotions ressenties face à une maladie grave ou au long cours, à un plan de licenciement programmé, à des épisodes terroristes, aux retombées d’une crise économique. Elles se diffusent effectivement à d’autres domaines de la vie que ceux immédiatement concernés par l’occurrence négative.

32Bien qu’il s’agisse là d’une supposition à étayer plus solidement, nous avons d’ores et déjà des indications permettant de penser que, par rapport aux risques et aux dangers, les situations de menace ont un caractère plus global et s’infiltrent plus profondément dans le quotidien. Comme les risques, les menaces peuvent correspondre à quelque chose de non-advenu et de conditionnel. Mais, leur probabilité de survenue n’étant ni connue ni mesurable, on peut penser que leur représentation les rattache à un vécu proximal présent, en fait des réalités inhérentes à la vie collective et aux problèmes de l’humanité entière. Les évaluations plus extrêmes des menaces, par rapport aux risques et dangers, semblent indiquer que nos sujets ont davantage de difficultés à les accepter. Dans la mesure où les menaces, contrairement au risque et au danger, mettent en jeu un autre menaçant et supposent une intentionnalité, on peut imaginer que cela les rend moins acceptables. D’autant plus que, contrairement au danger, on ne peut considérer les menaces comme un simple aléa de la vie avec lequel composer.

33Même si la représentation des menaces qui ressort des évaluations de nos sujets présente des aspects sombres et inquiétants, n’est-ce pas également parce que le traitement médiatique et social des problèmes d’envergure mondiale donne à voir un avenir relativement peu enthousiasmant ? On peut faire l’hypothèse que la dramatisation médiatique du chômage, des dysfonctionnements environnementaux et industriels ou encore du terrorisme, aboutit d’une part, à placer continument ces menaces sur le devant de la scène publique et, d’autre part, accentue l’impuissance des sociétés à déployer des mesures concrètes et efficaces pour les contrôler. C’est peut-être ce qui amène nos sujets à considérer qu’on ne viendra jamais à bout de ce type de menaces. Enfin, si les menaces renvoient bien à des causes floues et incertaines, on peut faire l’hypothèse qu’elles sont également plus aptes à convoquer la dimension imaginaire. Autant d’interrogations qui incitent à poursuivre les recherches dans des directions ici à peine esquissées.

Notes

1 Nous tenons à remercier Yohanna Gomez, étudiante en master à l’université de Nice pour sa contribution à l’enquête de 2014.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Fréquences des différents types d’associations pour les catégories risques, dangers et menaces.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/141992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 2. – Évaluation des risques, dangers et menaces évoqués spontanément.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/141992/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteur

Christine Bonardi est maître de conférences à l’université Côte d’Azur (université de Nice-Sophia Antipolis) et chercheur à la Maison des sciences de l’homme et de la société dans le cadre du LAPCOS (Laboratoire d’anthropologie et de psychologie cliniques, cognitives et sociales). Ses principaux thèmes de recherche concernent les représentations sociales, idéologies et croyances ; les menaces et dangers ; ainsi que les valeurs, le bien-être et la qualité de vie (en santé notamment).

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search