Version classiqueVersion mobile

Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques

 | 
Sabine Caillaud
, 
Virginie Bonnot
, 
Ewa Drozda-Senkowska

Première partie. Penser et saisir les menaces

Les menaces : passer du mot au concept

Denise Jodelet

Texte intégral

1Parmi les questions sociales que les sciences humaines sont amenées à traiter au cours du devenir historique, celle que posent les menaces individuelles, sociales et collectives devient aujourd’hui prégnante et appelle des réponses innovantes. Avec le propos d’ébaucher quelques remarques pour éclairer l’abord de cette question, j’adopterai une posture à la Candide. En effet, n’ayant pas d’expérience personnelle dans l’approche spécifique d’un champ qui a fait l’objet de nombreuses recherches en psychologie sociale et cognitive au cours de ces dernières années, c’est avec un regard « naïf » que je serai amenée à formuler quelques considérations conceptuelles. Un regard naïf, certes, mais pas tout à fait profane. Car il se trouve que j’ai fait des recherches dans des domaines où était présente la question du risque, du danger et de la menace. Les champs concernés par ces études ont touché à divers domaines :

21) En psychologie de l’environnement avec la gestion des risques environnementaux, abordés à travers les représentations institutionnelles, les prises de position au niveau individuel ou communautaire, les effets des messages politiques et médiatiques (Jodelet, 1992, 1998, 2001 ; Jodelet et Scipion, 1998).

32) En psychologie de la santé, où j’ai rencontré les menaces liées à la présence de la folie dans l’espace social, à la contagion qu’elle soit de la maladie mentale ou des maladies transmissibles, notamment le sida, ou celles qui sont sous-jacentes à la stigmatisation des personnes souffrant de troubles psychiques (Jodelet, 1989a, 1989b, 1994, 2011b).

43) En psychologie sociale avec l’étude des formes de la peur et des effets de sa manipulation politique, ou celle du rapport à l’altérité et la construction des dangers qu’elle présente (Jodelet, 1996, 2005, 2011a, 2015).

5Partant de cette expérience, de ses acquis indirectement liés à la question de la menace, je vais essayer de formuler quelques interrogations qui prendront parfois la forme de provocation à la réflexion et d’invite à élargir et structurer le champ d’étude des menaces qui inclut des secteurs divers des sciences humaines et sociales. Je suivrai pour cela l’ordre des trois axes proposés pour organiser cet ouvrage. Je tenterai dans un premier temps de délimiter les acceptions de la notion de menace. J’aborderai ensuite la question des temporalités de la menace, ou plutôt des menaces, car, comme je le montrerai, il est impossible, illusoire, de prétendre dégager un modèle unitaire pour traiter de phénomènes qui prennent dans la vie sociale des formes concrètes variées selon leurs échelles, leurs processus, leurs acteurs, leurs cibles et leurs enjeux. En effet, ces phénomènes qui relèvent tous d’une approche psychosociologique peuvent être différenciés selon leur nature, leur source, leur cible, leur mode d’action, leurs enjeux et leurs effets individuels et collectifs, les manières de les affronter. J’y reviendrai avant d’aborder la question du rapport aux menaces qui peut aller du déni au défi.

Éléments de définition

6Quand on parcourt la littérature, on est frappé par deux caractéristiques. D’une part, le fait que le terme menace est souvent confondu avec, ou rapproché d’autres termes qui engagent une vision inquiétante d’un état de choses actuel ou futur. Il y a des glissements subreptices entre le terme de menace et ceux de risque, de péril, danger, nuisance, stress, crainte, peur. Ce qui réclame que l’on dégage la spécificité de la menace pour qu’elle cesse d’apparaître comme une notion parapluie ou une métaphore recouvrant plusieurs phénomènes. D’autre part, si l’on considère la façon dont les menaces sont opérationnalisées et conceptualisées dans les recherches expérimentales, force est de constater, comme le soulignent Thorisdottir et Jost (2011), le manque d’exactitude des définitions. Comment définir la ou les menaces pour passer des phénomènes sociaux observés à un construct théorique ?

7Pour clarifier les sens du terme menace, il n’est pas inutile de partir de ses acceptions courantes, dans la mesure où les modèles scientifiques de la psychologie entretiennent un rapport étroit avec les connotations du langage usuel et les conceptions du sens commun, comme le dit si bien Kelley (1992, p. 22) :

« Ne pas tenir compte du bagage que fournit la psychologie de sens commun nous conduirait à nous priver des vastes sources de connaissances qui ont été accumulées au cours de l’histoire humaine. La psychologie de sens commun constitue à la fois une limite et un héritage pour la psychologie scientifique. Comme tout ce dont nous héritons, nous avons peu ou pas de choix en la matière. Et comme tous les autres héritages, en même temps qu’il crée des contraintes et des problèmes pour nous, il nous fournit une base utile et riche de potentialités pour notre croissance et notre développement. »

8Les grands dictionnaires français, le Littré et le Robert, insistent sur la dimension interpersonnelle du régime de la menace considérée comme la manifestation par laquelle on marque à quelqu’un sa colère, avec l’intention de lui faire craindre le mal qu’on lui prépare. Assimilée à un avertissement, une intimidation, un chantage, elle est l’expression du projet de nuire à autrui. Moins dramatiquement, elle peut simplement supposer un pacte ou un contrat social instituant une conditionnalité dans l’échange où la malfaisance annoncée vient en rétorsion de la non-satisfaction d’une demande ou d’un désir. Par ailleurs, dans l’usage courant, menacer est équivalent à mettre quelqu’un en danger, lui laisser craindre un mal. Etre menacé renvoie à l’existence d’un danger et à la fragilité de sa cible. La référence au danger, au mal, à la vulnérabilité trouve aujourd’hui un écho amplifié dans les préoccupations qui ont surgi en raison des situations collectives propres à notre modernité.

9Divers auteurs qui se sont occupés des variations du sens et de l’imaginaire du mal à travers l’histoire rapportent à notre époque historique une nouvelle « angoisse du mal ». En particulier, depuis les horreurs humaines, politiques et guerrières commises au xxe siècle, l’angoisse du mal serait difractée dans les interrogations des sciences humaines et de la philosophie (Watthée-Delmotte et Deproost, 2000). De son côté Moscovici (2011, 2012) a souligné que l’attention portée par les sciences humaines sur la victimisation est étroitement liée aux exactions des régimes totalitaires et surtout du nazisme, même si elle met en évidence des processus traversant le temps. Il souligne que la victime est une nouvelle figure où l’on peut pointer l’aspect moral de l’expérience humaine. À quoi l’on pourrait ajouter que les changements dus à la mondialisation et aux progrès technologiques sont venus renforcer cette angoisse, en raison des commentaires catastrophiques qu’ils ont induits dans les écrits des penseurs de notre temps (Baumann, Beck, Jonas, Dupuy, etc.). Ne peut-on penser qu’en psychologie, l’émergence de l’attention portée aux menaces serait un reflet de ce processus ? Auquel cas il faudrait raisonner non seulement au plan des relations interpersonnelles et intergroupes mais au plan collectif en faisant référence à des menaces qui ne relèvent pas seulement de l’interaction sociale mais du cours de l’histoire et de l’évolution du monde et appellent un nouveau regard engageant des valeurs dans l’analyse des rapports sociaux sur une échelle humaine et temporelle plus vaste.

10Les acceptions courantes focalisant sur l’interaction les jeux de la menace se trouvent bien illustrées dans les recherches en psychologie sociale qui insistent sur les relations interpersonnelles ou intergroupes comme en témoignent plusieurs contributions présentées dans cet ouvrage. Cependant, elles comportent des connotations qui ne sont pas toujours, ou pas suffisamment prises en compte dans les recherches centrées sur les processus cognitifs et sociocognitifs liés à la perception de la menace au niveau individuel, même quand il s’agit de rendre compte d’attitudes ayant une portée sociale comme dans le cas de la psychologie politique. La définition courante suppose, outre la présence du mal, une intentionnalité de la part de la source et une interprétation de la part de la cible, l’existence d’une forme de contrat social et l’anticipation des conséquences que comporte sa rupture. Cette vision qui rejoint celle de Hobbes n’est pas toujours représentée dans les recherches. Par ailleurs, centrée sur l’interaction, elle manque à saisir le caractère collectif d’une menace. Ce dernier trait se retrouve également dans les recherches de psychologie sociale.

11Souligner la dimension du mal qu’implique la menace est une voie pour en spécifier la nature et la différencier des termes qui lui sont associés et renvoient à deux ordres de réalités. D’une part un état de chose potentiellement dommageable pour le sujet et extérieur à lui dans le cas du danger, du risque, du péril ou de la nuisance. D’autre part à l’état intérieur du sujet : les émotions ou le vécu subjectif dans le cas de la crainte ou de la peur, le cas du stress désignant à la fois un processus externe et l’état psychologique qu’il induit. Arrêtons-nous un instant sur ces classes de phénomènes et à leur rapport à la menace.

12Une première distinction tient au caractère objectif, quantifiable, probable, contrôlable par des mesures préventives, d’évitement ou de suppression ou encore par des mesures correctives ou protectives, que présentent les dangers et les risques auquel s’oppose le caractère vague, indéfini du sentiment associé à la menace qui reste de l’ordre du possible et dont la construction sociale met en jeu des émotions et des interprétations des situations vécues et des projections imaginaires. Sans compter le fait qu’un danger réel, comme ce fut le cas avec la vache folle dans la catégorie des risques alimentaires, n’implique pas forcément une exposition au risque et n’est pas nécessairement assorti d’un sentiment de menace de la part des individus qui peuvent ou croient contrôler leur exposition au risque – dans le cas de la vache folle en choisissant un boucher auquel ils font confiance (Masson, 2011 ; Vialles, 2004). Ce processus révèle un paradoxe du rapport individuel ou collectif à la menace : il faut poser l’inéluctabilité d’un phénomène à potentialité délétère pour qu’il devienne menace, d’où résulte qu’il peut y avoir des maux sociaux qui ne sont pas ressentis comme menaçants au niveau personnel. Prenons l’exemple des sectes étudiées en psychologie sociale (Rouquette, 2003) : elles peuvent être identifiées comme un danger et un mal social, elles ne sont pas pour autant posées comme menaçantes par ceux qui n’adhèrent pas à leurs croyances. Serait ici en jeu la question de la liberté : le risque auquel je ne suis pas libre d’échapper devient menace ; en revanche si je suis libre de ne pas m’y soumettre, il ne me menace pas. Cette question de la liberté est opérationnalisée en psychologie sociale et cognitive sous l’espèce du contrôle. Mais elle implique en outre une implication et un engagement psychologiques qui mériteraient d’être étudiés. Un mal social peut aussi renvoyer à un risque objectif et intervenant de manière massive, comme les risques environnementaux. Il faut pour les identifier un travail d’information et de désignation par la collectivité à travers la diffusion des informations scientifiques, les discours politiques ou médiatiques. Le caractère menaçant d’un processus ou d’un événement est alors établi par la gravité qu’il présente pour la collectivité humaine ou le monde naturel, la nature du mal qu’il engendre avec en arrière-fond des processus mortifères pour les hommes, les espèces vivantes, les ressources naturelles. Mais les écologistes savent que pour alerter l’attention il faut faire intervenir l’idée de catastrophe menaçante. Nous y reviendrons. Pour résumer on peut isoler les facteurs qui font passer du risque, et du danger à la menace :

  • l’importance du dommage qui peut aller jusqu’à la mort ;

  • la dimension du mal qui renvoie à l’imaginaire ;

  • les dimensions émotionnelles du rapport à la menace (anxiété, peur…) ;

  • la vulnérabilité de la cible ;

  • l’imminence de la possibilité d’apparition de la menace ;

  • les effets sur la victime au plan du vécu et des processus cognitifs ;

  • le caractère de punition, rétorsion de la menace quand il y a rupture du contrat social ;

  • la culpabilisation des populations vulnérables qui deviennent une menace ;

  • les dimensions personnelles mises en jeu par la menace : image de soi, identité sociale ou personnelle. Mais quand la vie est en cause, l’enjeu change : il ne s’agit plus de défendre une image de soi mais une intégrité physique, morale ou sociale. Ce qui va donner aux menaces biologiques un statut particulier dont il conviendrait d’étudier la spécificité.

13Si la relation entre danger, risque et menace est contingente, celle établie avec la crainte et la peur est substantielle. Le couple « menace-peur » est indissociable, au point qu’elles sont souvent confondues. De fait, c’est la dimension de peur qui constitue l’armature du sentiment de menace. C’est elle qui retient le plus souvent l’attention des chercheurs pour plusieurs raisons. Au fondement du sentiment de menace, la peur ou les peurs qui appartiennent au champ des émotions, individuelles ou socialement partagées (Rimé, 2005), sont des phénomènes plus purs que les menaces associant un état interne et externe. On dispose pour ce faire d’un appareil théorique solide, fondé sur une longue tradition de recherche. En tant qu’émotion la peur offre une opportunité rare d’associer les neurosciences avec la psychologie cognitive et sociale, le niveau individuel et le niveau collectif. De plus, devenue objet de discours social, elle donne lieu à une véritable « culture de la peur » (Glassner, 2000) qui permet de pointer les dimensions sociales cruciales dans l’élaboration des menaces et leur manipulation politique. Enfin l’approche de la peur permet de mettre en rapport les processus primaires et secondaires qui régissent la pensée et l’action et sont liés à la maîtrise des rapports sociaux et des processus de formation ou de résolution de conflit intergroupe (Bar Tal et Teichamn, 2005).

14J’ai eu l’occasion de faire une revue de l’approche de la peur en psychologie sociale et dans les sciences sociales (Jodelet, 2011a, 2015). Référant à ce qui fut sans doute le premier essai sur la psychologie sociale de la peur et les relations existant entre peur et savoir (Riezler, 1944), j’ai essayé de cerner les processus psychologiques et sociaux de la peur comme émotion et mode d’appréhension d’événements surgissant dans le milieu de vie ; les différents types de peur : la peur « partielle » (suscitée par une menace particulière) ou « totale » (correspondant à une anxiété existentielle qui colore les perceptions du cours de la vie) ; le rôle des représentations et des « productions de sens » qui interviennent comme un « bouchon symbolique » permettant d’affronter les menaces et la peur qu’elles suscitent ; la mise en forme des menaces par les média et leur manipulation par le pouvoir politique qui favorisent le jeu de la peur dans les relations intergroupes, entraînant notamment un repli sur l’endogroupe, et un rejet de l’exogroupe. J’en ai tiré la conviction que la psychologie sociale doit respecter la complexité des phénomènes de menace et aborder de conserve leurs aspects psychologiques et sociaux, individuels et collectifs.

Pour une classification des menaces

15Pour ce faire, il est possible en s’appuyant sur les travaux déjà existant de proposer les cadres d’un champ d’analyse en se fondant sur un classement des cibles, des sources, des modes d’intervention, des contextes historiques et sociaux.

Les cibles des menaces

16On se demandera alors pour qui ou quoi tel événement constitue une menace mettant en jeu des existences, des modes d’être, des identités et des valeurs. Il peut s’agir de :

  • L’individu. Le soi redoute alors une atteinte de son intégrité physique qui peut aller jusqu’à la mort, ou de son intégrité matérielle, comme de son identité personnelle et sociale.

  • Le groupe d’appartenance, depuis le groupe local défini territorialement, culturellement ou fonctionnellement jusqu’au groupe national. L’atteinte redoutée vise alors son existence, sa pérennité ou son identité.

  • La collectivité où se jouent essentiellement la sécurité et la paix.

  • Le système social qui peut être perturbé dans son fonctionnement ou dans sa structuration, que l’on songe aux crises sociales, politiques ou économiques.

17J’ai souligné précédemment l’importance qu’il faudrait attacher à l’interprétation que les cibles font de la menace. Cette interprétation fait appel à la valeur attachée aux propriétés mises en cause par la menace, varie avec le niveau de connaissance, le niveau d’incertitude, l’imminence du mal.

Les sources de la menace

18La distinction généralement retenue porte sur le caractère humain ou non de la source. Ainsi Rouquette (2007) a proposé une classification prenant en considération l’affectation d’une origine (humaine ou non humaine) à la menace et la présence ou non d’une intention (intentionnelle/non intentionnelle). Si l’on veut couvrir les différentes sortes de menace, d’autres distinctions doivent être introduites.

19Tout d’abord concernant la source humaine, le type d’implication de cette dernière. La source peut agir de façon directe, la menace émane alors d’un agent identifiable : individu, groupe, collectif social. L’évaluation de la menace se basera alors sur l’image que l’on se fait de la source. Dans une étude faite sur une communauté villageoise de Bosnie Herzégovine, Claverie (2004) a montré que le génocide des Croates et des Musulmans par les Serbes n’avait pas été anticipé par les victimes malgré des signes annonciateurs de la menace, et ce en raison des relations harmonieuses de voisinage, socialement codées et enracinées depuis longtemps qu’ils avaient établies avec ceux qui allaient devenir leurs bourreaux. Ces derniers, persuadés par les discours des meneurs que la disparition de la Yougoslavie entraînerait leur massacre, ont agi préventivement, portés par ailleurs par le discours de Milosevic qui en 1989 a rappelé devant une audience dépassant le millier de personnes la défaite nationale devant les Ottomans 600 ans plus tôt. On voit ici le poids que peut revêtir la mémoire sociale et les interprétations données par les acteurs de l’histoire.

20Deux autres distinctions doivent être retenues quant à la source humaine. Celle-ci peut être considérée non seulement en tant qu’elle pose des actes ou manifeste des intentions nuisibles, mais aussi en tant qu’elle est porteuse de propriétés potentiellement nuisibles du fait de son appartenance sociale ou de ses traits caractéristiques qui sont jugés dangereux. On a alors affaire à des imputations de dangerosité dépendant des croyances et préjugés sociaux. La source humaine peut aussi être saisie sur un mode impersonnel. Ce n’est plus alors une personne ou un groupe défini qui est en cause, mais des positions socialement partagées et exprimées sur un mode général comme c’est le cas avec la stigmatisation ou les stéréotypes. On touche ici l’un des processus de construction sociale des menaces. Enfin, la source humaine peut agir de façon indirecte, la menace émane de la société comme dans le cas des menaces économiques et politiques. Elle peut aussi être provoquée par une situation ou un contexte résultant d’une initiative humaine combinée avec des circonstances échappant à la volonté ou au contrôle des acteurs, comme dans le cas des catastrophes de type nucléaire ou des famines.

21Les sources non humaines renvoient à des événements naturels (tremblements de terre, désordres climatiques) ou accidentels (crash d’avion, incendies d’usine par exemple) ou à des espèces animales ou végétales dommageables pour l’homme ou d’autres espèces (cas des algues polluantes ou du loup). Ces distinctions peuvent être utiles pour établir les niveaux de responsabilité qui influent sur l’intensité des menaces ressenties et les types de réponse, fataliste, défensive ou révoltée, qui leur sont données. Elles permettent aussi d’analyser les débats engagés autour de la responsabilité humaine qui peut être imputée comme préalable aux sources non humaines. Comme j’y reviendrai, cette question de la responsabilité et de la culpabilité qu’elle implique est un enjeu important dans la dynamique sociale liée à la gestion des menaces et mérite d’être explorée d’un point de vue psychosociologique. Elle pourrait être mise en regard d’une motivation sociale, la confiance (Fiske, 2008), qui favorise, par le partage des informations et des ressources, la vie et l’équilibre des groupes.

Les formes de la menace

22On pourrait aligner la typologie des formes que peuvent prendre les menaces sur celle des risques et des dangers inventoriés dans les différents secteurs de vie, depuis les risques sanitaires jusqu’aux risques écologiques. On remarque à ce propos que les discours de quelque registre qu’ils soient en termes d’expertise ou d’expression journalistique, politique ou profane portent souvent la trace de contenus anciens, et que les représentations de la modernité s’écartent peu des visions du passé en termes de qualification et évaluation des menaces.

23Le classement des formes de menace peut aussi s’établir en fonction de celui des peurs. La distinction entre peurs partielles et peurs totales proposée par Riezler est ici pertinente. Les peurs partielles sont définies d’une part par le caractère local et délimité des risques encourus. Ainsi en va-t-il pour les risques matériels rencontrés dans la vie quotidienne ou ceux de type courant repérés dans les domaines sanitaire, industriel, professionnel, etc. D’autre part, par le degré de savoir que l’on peut détenir sur la source ou la nature de la menace. Même si ce savoir est restreint, il permet de l’inscrire dans un domaine de connaissances permettant de l’appréhender et de s’y adapter.

24Les peurs totales ont pour parangon la peur de la mort qui a inspiré le modèle de la gestion de la terreur « Terror management theory » (Salomon, Greenberg et Psyszczunski, 1991) donnant lieu à des recherches importantes sur le changement d’attitude, le repliement sur l’endogroupe et la défense des visions du monde culturellement établies (Huddy, 2003). Les peurs totales sont désignées comme « peurs anthropologiques » (Paillard, 1993) auxquelles appartient aussi la peur de l’autre. Riezler y range également les peurs « de rien », les anxiétés existentielles, d’autant plus puissantes qu’elles résultent de l’effondrement des cadres de pensée communément admis par suite d’événements perturbant l’ordre social comme les guerres, les crises économiques et politiques.

25La nature des menaces peut également être définie à partir du type de cible auquel correspond un mode d’action spécifique de la menace. Au niveau individuel elle engage la relation interpersonnelle ou intergroupe et relève des modèles de l’interaction. Elle renvoie aussi aux agressions que peut subir la vie au plan biologique sous l’espèce des risques alimentaires, des épidémies, des maladies, de la mort. Quand les menaces sont orientées vers des groupes, elles sont portées par les phénomènes liés aux relations intergroupes : stigmatisation, stéréotypes, discrimination, affectant les hiérarchies et les identités sociales.

26La caractérisation d’une menace dépend aussi du contexte de son émission. La désignation de la menace dépendra alors de la définition sociale de la situation et des acteurs. Par exemple, la construction de l’autre comme menaçant sera tributaire de la défense d’un bien matériel, d’un territoire, d’une identité, ou du statut des personnes mises en question par la situation.

27Enfin les menaces portent la marque de l’époque dans laquelle elles se situent. Certaines époques sont plus menaçantes que d’autres et les travaux d’historiens mettent en exergue des attitudes spécifiques et des valeurs parfois opposées qui leurs sont appliquées, selon les périodes historiques (Delumeau, 1978). Notre époque à en croire les discours ambiants serait propice aux catastrophes qui présentent une physionomie nouvelle par leur caractère massif et la désagrégation du tissu social (Clavandier, 2004). Disons qu’elle donne un relief particulier aux menaces sociales et collectives avec le nucléaire ou le changement climatique, la saillance du terrorisme, et la mise en cause de la stabilité et de la légitimité des systèmes sociaux. Cette énumération mériterait d’être approfondie et détaillée. Elle peut en tout cas nous aider à aborder le troisième axe de réflexion proposé dans cet ouvrage.

Processus de la confrontation avec la menace : du déni au défi

28Selon le type de menace, plusieurs positions peuvent être adoptées qui vont du déni au défi et supposent des stratégies différentes. Je ne m’attarderai pas sur les modalités pratiques de la gestion collective des menaces et des peurs qui leur sont liées. On est alors en face de procédures qui engagent les instances publiques et politiques dont traite Laurent Bonelli. Je n’insisterai pas non plus sur les processus cognitifs qu’engage la confrontation avec la menace qui seront largement développés dans cet ouvrage. Il suffit de rappeler que la perception d’une menace, réelle ou imaginaire, entraîne des perturbations cognitives qui vont avoir une incidence sur les performances et les attitudes sociales des personnes qui se sentent menacées. Cette dynamique est à la base des postures sociales régressives comme l’ont montré les recherches inspirées par le modèle de la gestion de la terreur et les recherches en psychologie politique. À savoir : fermeture à l’information et à l’expérience, intolérance à l’ambiguïté, recherche de contrôle et de certitude, soumission à l’autorité et obéissance aux leaders, repli culturel et exclusion des exogroupes, conservatisme politique, etc. Comme je l’ai indiqué à propos des peurs collectives, les sciences sociales ont amplement montré comment ces processus sont utilisés par le pouvoir politique pour manipuler l’opinion publique, la dominer et détourner l’attention des vrais problèmes sociaux.

29On peut ranger dans la catégorie des modes de l’action collective, les mesures adoptées pour contrôler l’apparition des menaces à travers la prévention et l’application du principe de précaution. Il s’agit là d’un domaine qui prête à discussion et contestation en raison des difficultés et dérives que sont susceptibles d’entraîner les excès et les effets anxiogènes du contrôle social exercé dans différents domaines, notamment ceux de la santé et de l’environnement (Peretti-Watel et Moatti, 2009 ; Bronner et Géhin, 2010).

30En revanche, encore peu considéré, le rapport psychologique à la menace mérite que l’on s’y arrête. Il est marqué par une bipolarité supposant à la fois passivité et activité, un travail du négatif et une efficacité positive repérables aussi bien dans le déni de la menace et dans le défi qu’on lui oppose. Entre ces deux pôles se situent l’ensemble des procédures utilisées pour parer aux conséquences d’une menace ou en supporter les effets, s’y adapter, s’y ajuster. Ces procédures ont été largement étudiées sous l’espèce du « faire face », du « coping », particulièrement dans le champ de la santé et du stress. Je ne m’y arrêterai pas. Le déni et le défi ont moins retenu l’attention et appellent un développement.

31Le déni revient à ne pas voir, nier la menace. On a alors affaire à un aveuglement ou une dénégation reconnus comme une forme de défense contre la souffrance. Démontré dans le cas des troubles psychiques et biologiques, il peut aussi répondre au souci de préserver une sécurité psychologique, un intérêt matériel ou légitimer une position. Deux exemples pour illustrer cette différence. Dans une étude menée sur le site nucléaire de La Hague, Françoise Zonabend (1989) a montré que le déni du danger présenté par les installations chez les personnes y travaillant ou habitant à leur proximité était sous-tendu par l’impossibilité d’en assumer la conscience. Pour étudier la dynamique du phénomène Nimby (Jodelet, 2001), acronyme de « Not In My Back Yard » (« Pas dans mon jardin ») qui rend compte de la contradiction existant entre la reconnaissance de la nécessité d’une protection de l’environnement d’un point de vue général, et le refus de voir appliquer des mesures allant dans ce sens au sein de l’environnement proche, une enquête a été menée dans une Communauté Urbaine du centre de la France (Jodelet et al., 1994, 1997a, 1997b) à propos d’un projet d’établissement d’une déchetterie collective. Il est apparu que les habitants des communes directement concernées par cette implantation dont ils redoutaient l’incidence négative sur leur espace de vie, ont été conduits à nier les risques de la gestion des déchets existant jusqu’alors, tout en adhérant, ainsi que tous les membres de la Communauté Urbaine au principe d’une régulation des risques environnementaux. L’intérêt pour la protection de l’espace personnel primait sur les raisons d’une solidarité collective.

32Dans son beau livre, « Le ressort invisible », Gustave-Nicolas Fischer (1994) examine la façon dont l’individu vit, dans les situations extrêmes, avec plus ou moins d’angoisse des conditions menaçantes liées aux propriétés physiques de l’environnement, à des phénomènes naturels, à des circonstances de la vie ou à la volonté humaine. Il souligne les ruptures subies dans l’état de vie à la suite d’événements traumatisants comme une maladie létale, une expérience concentrationnaire, la guerre, etc. qui bouleversent les valeurs et les façons de voir le monde. Le déni, considéré comme un mode de défense « archaïque » intervient dans la première phase de l’adaptation à la situation menaçante, permettant de ne pas succomber à la panique. Loin d’être un refus de reconnaître un élément traumatisant de la réalité comme le pose la psychanalyse, il se caractérise par la coexistence de deux affirmations contradictoires : l’affirmation que la menace n’existe pas et le sentiment qu’elle est vraie. Mais après cette première adaptation, Fischer dégage les processus d’affrontement de la menace mis au service de la survie. On prend la menace à bras-le-corps et l’on affirme son potentiel de résistance, sa force de résilience, se mettant soi-même au défi de surmonter les situations présentant un risque majeur.

33Avec le défi, l’affrontement à la menace devient source de force et forme d’expression de cette force. Deux aspects de ce processus peuvent être isolés : le retournement des valeurs et le renversement de la situation. Le retournement revient à faire de la faiblesse dont on est taxé par les autres une force. Ainsi en fut-il de l’affirmation des noirs américains dans leur conquête contre les préjugés : « black is beautiful ». On peut interpréter dans le même sens le cas du « care » découlant de l’affirmation des positions féministes. La discussion des théories sur les compétences morales et le développement moral selon lesquelles hommes et femmes ont des façons différentes de trancher les dilemmes moraux, a conduit à valoriser la moralité développée par les femmes (amour, bienveillance, attachement et souci d’autrui) contre celle des hommes fondées sur la justice. Cette affirmation, posant comme valeur ce qui était stigmatisé comme insuffisance a abouti à l’émergence d’une notion nouvelle le « care » (Gilligan, 1982 ; Tronto, 1993 ; Nusbaum, 2000). Cette notion aujourd’hui prégnante dans le débat éthique et politique vient en appui de l’impératif de démocratisation et répond au besoin de valeurs partagées dans une société diversifiée, pluraliste et complexe (Haber, 2009).

34À ce mouvement va correspondre une autre forme de défi avec l’introduction de la notion de vulnérabilité : le renversement de la situation de certains groupes sociaux soumis à des menaces vitales. Ce que l’on appelle les populations des « sans » (sans domicile fixe, sans papiers, sans travail, sans protection sociale, etc.) souvent considérées comme dangereuses, deviennent avec les courants d’idées sur la victimisation et la vulnérabilité, objet de préoccupation central jusque dans les sciences humaines. Plus largement, la réalité de nos vulnérabilités serait, selon Paperman (2010), le point d’ancrage de la pensée morale et politique. On se demandera alors dans quelle mesure les menaces correspondant aux différents types de vulnérabilité (biologique, sociale, culturelle, écologique, etc.) ne sont pas justiciables d’une approche éthique. On pourrait le penser dès lors que la notion de menace est étroitement liée à celle de mal.

35Je conclurai par deux remarques sur ce point. La première concerne les menaces environnementales. Les penseurs de l’écologie ont souvent préconisé, à la suite de Hans Jonas (1990) avec « l’heuristique de la peur », de faire appel à la peur pour y sensibiliser. Contre notre insensibilité aux catastrophes et notre inaction, Dupuy (2002) préconise de recourir à une « ruse prudentielle » qui consiste à présenter comme fatalité ce dont nous sommes responsables. Ce procédé ne risque-t-il pas d’augmenter inutilement un sentiment de vulnérabilité qui renforcerait celui lié à l’impuissance sociale que les crises entretiennent ?

36De plus, « l’éthique de la responsabilité » suscite aujourd’hui un certain nombre de critiques. On impute au catastrophisme en matière écologique le risque de développer une « épistémophobie », une méfiance face à la connaissance, la science et ses applications techniques, ce qui appelle une redéfinition des « liens entre la science, la politique et les citoyens pour assurer la confiance » (Boy, 1999). On voit dans le principe de précaution qui en est un résultat « un fait idéologique majeur » dont les « implications juridiques, économiques et sociologiques » font « un danger redoutable pour nos sociétés » (Bronner et Géhin, 2010). Cette réflexion trouve un écho dans le domaine biologique avec les réserves exprimées à l’égard du principe de prévention dans le champ de la santé où « l’opposition entre conduites saines et malsaines acquiert une dimension morale » (Peretti-Watel et Moattti, 2009). On en vient ainsi à traiter l’appel aux menaces dans une perspective de morale sociale à laquelle il contreviendrait. Par ailleurs, les courants de la psychologie sociale de la paix (Vollhardt, 2011) qui s’intéressent aux obstacles cognitifs, affectifs, idéologiques, sociétaux entravant le maintien de relations sociales harmonieuses, renvoient à l’incidence de la peur engendrée par les menaces sur l’augmentation des tendances sociales à la violence concrète et symbolique. Or, les travaux sur les peurs sociales insistent sur l’importance de la connaissance qu’il s’agisse de l’évaluation et de l’évitement des menaces, du dépassement du traumatisme causé par les catastrophes (Clavandier, 2004), ou de la promotion de relations pacifiques et harmonieuses qu’entravent les peurs associées aux climats de conflit (Jarymowich et Bar Tal, 2006).

37Faute de pouvoir dégager un modèle unitaire de la menace, peut-être peut-on trouver dans la dynamique existant entre émotion, connaissance et valeur une voie d’accès pour traiter, du point de vue de la psychologie sociale, des formes que revêtent les menaces, des échos subjectifs qu’elles éveillent et des réponses individuelles et collectives qu’elles suscitent dans les différents secteurs de la vie humaine et sociale. Cette approche viendrait heureusement compléter les travaux centrés sur la construction du risque (Breakwell, 2010) qui fournissent des catégories utiles pour analyser la perception du risque, ses déterminants ainsi que les dimensions affectives et identitaires de ses représentations. Il y a là un espace de coopération et de progrès dont on peut espérer un véritable enrichissement.

Auteur

Denise Jodelet, directrice d’études retraitée à l’École des hautes études en sciences sociales, y a dirigé le Laboratoire de psychologie sociale, à la suite de Serge Moscovici et réalisé nombre de missions d’enseignement et d’orientation de la recherche en Amérique latine, Asie, Europe, Maghreb. Spécialiste de l’étude des représentations sociales, abordée sous l’angle théorique ou à propos de champs d’application spécifiques, elle a dirigé 32 thèses de doctorat, conduites par des chercheurs français et étrangers.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search