Version classiqueVersion mobile

Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques

 | 
Sabine Caillaud
, 
Virginie Bonnot
, 
Ewa Drozda-Senkowska

Première partie. Penser et saisir les menaces

Introduction

Ewa Drozda-Senkowska, Sabine Caillaud et Virginie Bonnot

Texte intégral

1Le titre de notre ouvrage Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques peut paraître à première vue un peu paradoxal. Y a-t-il là une vraie matière à repenser dans ce qui hélas remplit de plus en plus notre quotidien (à tort ou à raison d’ailleurs) ? L’analyse en termes de menaces constitue-t-elle une réelle alternative à l’analyse en termes de risques ?

2Sans surprise, nous pensons et essayerons de montrer tout au long de cet ouvrage que oui. Si l’utilisation du terme « menaces » est omniprésente dans les discours médiatique et politique, la réflexion sur le concept de menace l’est beaucoup moins. Quant aux recherches sur les sources, conséquences et réactions à l’égard des menaces, elles restent relativement peu connues. Cet ouvrage a pour ambition de proposer un panorama non exhaustif de ces recherches et d’amener le lecteur à saisir leur intérêt en particulier eu égard à la multiplicité des ouvrages sur cette autre notion voisine mais conceptuellement différente : celle du risque. Le concept de menace paraît sur de nombreux aspects tout aussi, voire plus, intéressant et pertinent que celui de risque.

3À nous de vous le faire découvrir et, par la même occasion, de vous faire découvrir la psychologie sociale. En effet, la quasi-totalité des contributions à cet ouvrage, à une exception près, présente le point de vue de chercheurs de cette discipline sur les menaces. La grande majorité de ces contributions a fait l’objet de débats lors des « Journées de réflexions sur le concept de menace » que nous avons organisées à l’université Paris Descartes en 2012. C’était avant l’horreur des attentats de janvier 2015 et de novembre 2015, avant l’exode des réfugiés syriens, avant les attentats de Bruxelles en mars 2016… mais il s’agissait déjà de réfléchir à la manière dont l’actualité sociale et le fonctionnement de la société façonnent notre vie.

4De quelles menaces parle-t-on ? En quoi une approche en termes de menaces est-elle pertinente ? Quels éléments spécifiques paraissent constitutifs de cette approche ? Dans quelle mesure ces menaces sont-elles « objectives » ou apparaissent par constructions sociales, dans lequel le rapport entre objet menaçant et individus est central ? Comment en appréhender les conséquences et de quels moyens dispose-t-on pour les affronter ? L’ensemble de l’ouvrage est construit de sorte à proposer des pistes de réflexion sur ces questions, autour de trois parties. Tout naturellement la première partie se focalise plus précisément sur la question centrale du concept.

5Dans le langage courant, le mot menace véhicule l’idée d’une intimidation, d’un mauvais présage, d’un spectre, d’un ultimatum… En résumé, la menace n’annonce rien de bon. Mais que signifie-t-elle au juste ? Quelle est sa quiddité ? Posée de cette façon, la question suggère déjà que nous appréhendions la menace non pas en tant que simple terme ou simple notion dont le sens partagé et prescrit est accessible dans nos dictionnaires, mais en tant que concept.

6Ainsi, avec Denise Jodelet dans la contribution « Les menaces et leur conceptualisation » par laquelle commence cet ouvrage, nous verrons toute la difficulté à passer du mot au concept, à traduire des phénomènes sociaux observés en un construit théorique. Si la clarification du concept de menace nous a mobilisés, c’est parce qu’il apparaît comme un concept « parapluie », une sorte de « couvre-tout » qui au nom de sa clarté apparente (à première vue tout le monde comprend le mot !) semble peu exigeant. Ainsi, on l’utilise souvent comme synonyme de risque, de danger, de peur ou d’anxiété, de péril, etc. Pourtant, comme le remarque Denise Jodelet, les acceptions courantes du terme menace renvoient non seulement à l’existence d’un danger, d’un mal, mais également à la vulnérabilité de la cible. C’est bien parce que le menacé est vulnérable que le menaçant (la situation, l’événement, autrui, le groupe, etc.) peut lui faire craindre des conséquences négatives. Toutefois, en tant qu’avertissement visant notre vulnérabilité, la menace exige une lecture, une interprétation. Ainsi, elle implique deux grandes catégories de processus dont certains seront abordés dans d’autres parties de cet ouvrage. Les premiers interviennent dans l’élaboration du sens (cf. les processus attentionnels, perceptifs, mnémoniques, évaluatifs, émotionnels), les seconds dans son « objectivation », c’est-à-dire dans sa validation sociale (cf. les processus du partage social, du consensus). Une fois partagée et validée, l’interprétation « s’autonomise » et devient une réalité.

7Comme le rappelle Laurent Bonelli dans sa contribution « La construction sociale des menaces : un point de vue de science politique » à propos des menaces collectives, « les menaces collectives n’existent pas à l’état naturel dans nos sociétés ». Elles ont besoin des entrepreneurs de causes, de tout un travail de construction et d’objectivation qui lie le collectif à l’individuel.

8C’est là où réside selon nous une des différences entre la réflexion en termes de risque et la réflexion en termes de menace. Rappelons le, dans le langage courant le terme « risque » renvoie à la probabilité que survienne un événement indésirable, mais celui-ci reste appréhendable puisque sa probabilité est connue au préalable. L’exposition au risque sous-entend une démarche consciente : puisque l’on connaît les facteurs de risque on fait le « choix » de s’y exposer ou non (cf. contingence connue au préalable). D’ailleurs on dit « je suis/je me sens menacé.e » et « je prends un risque ». Nous voyons bien que la menace, contrairement au risque, renvoie à deux ordres de la réalité. « D’une part un état de chose potentiellement dommageable pour le sujet et extérieur à lui… D’autre part à l’état intérieur du sujet : les émotions ou le vécu subjectif… » écrit Denise Jodelet.

9Un autre élément qui nous semble important pour définir les menaces concerne son inéluctabilité : pour déclencher la menace la situation doit être perçue comme inéluctable. Les « professionnels des menaces » le savent bien et, comme le montre Laurent Bonelli à l’aide d’exemples très convaincants, ils mettent en place et exigent des moyens parfois impressionnants pour faire admettre cette inéluctabilité.

10Après avoir posé quelques jalons pour mieux comprendre ce qui définit une « menace », la contribution suivante permettra de saisir la façon dont les individus se saisissent effectivement de ce concept, comment ils l’utilisent et la distinction qu’ils établissent avec d’autres termes proches tels celui de « risque ». Ainsi Christine Bonardi rapporte une étude sur ce que représentent pour les profanes les termes souvent confondus avec menace, tels que le risque et le danger. Ses résultats suggèrent quelques différences intéressantes qui reprennent en partie ce que nous venons de dire. Si aux yeux des profanes les dangers apparaissent comme les aléas de la vie quotidienne et relèvent de la sphère individuelle, les risques renvoient davantage aux phénomènes sociaux, mais restent maîtrisables. Quant aux menaces, elles relèvent de la sphère collective et sont de l’ordre de l’incontrôlable. Le terme menace, que ce soit dans son acception profane ou dans sa conceptualisation, laisserait donc moins de place aux illusions de maîtrise que ne le fait le concept de risque.

11Pour terminer cette introduction de la première partie de l’ouvrage relative à la définition du concept de menace, rappelons sa définition générale, proposée par Milburn et Watman (1981). Elle a l’avantage de mettre en exergue deux éléments essentiels de ce concept que nous retrouvons dans les trois contributions de cette première partie. Le premier renvoie à l’anticipation par l’individu ou un groupe d’une issue négative d’une situation, le second au fait que cette anticipation est associée à l’évaluation du potentiel individuel et/ou collectif pour y faire face, considéré comme insuffisant. Autrement dit, la menace implique non seulement une appréhension de ce qui peut se produire, mais également une appréhension de la vulnérabilité individuelle et/ou collective de la cible. De ce fait, elle engendre forcément des réactions émotionnelles négatives telles que la peur. En insistant sur l’importance de l’évaluation de la situation et du potentiel de lui faire face, c’est-à-dire sur une double interprétation, ce concept inclut l’idée d’une dynamique possible, d’une éventuelle transformation de la menace en un défi. Certes, le défi n’est ni la première ni la seule réaction à la menace, le déni en est une autre et entre ces deux extrêmes nous pouvons en distinguer encore d’autres (cf. parties II et III). Si les ressources pour faire face aux menaces aussi bien individuelles que collectives sont nombreuses, nos vulnérabilités le sont également et constituent autant d’accroches pour des menaces potentielles. On découvre les unes et les autres tous les jours. C’est aussi pour cette raison que la mobilisation du terme « menace » laisse la place à la « manipulation ». Les médias, les politiciens, en usent et abusent. Néanmoins, l’analyse, par les chercheurs en psychologie sociale, en termes de menace, parce qu’elle met justement l’accent sur cette construction sociale/ancrage social des menaces, sur la façon dont nous les interprétons, dont nous y réagissons, et dont nous les transformons, nous semble particulièrement nécessaire.

Auteurs

Ewa Drozda-Senkowska est professeure de psychologie sociale à l’université Paris Descartes où elle a dirigé le Laboratoire de psychologie sociale et où elle dirige actuellement l’Institut de psychologie. Elle a coordonné différents ouvrages dont Irrationalités collectives, Les pièges du raisonnement, Psychologie de l’anticipation, elle est également l’auteure de Psychologie sociale expérimentale, coauteure de Psychologie sociale, etc., ainsi que de nombreux chapitres et articles dans des revues scientifiques. Ses principaux travaux portent sur le fonctionnement en groupe, ses travaux plus récents sur les menaces sociales.
Sabine Caillaud est enseignante-chercheuse en psychologie sociale à l’université Paris Descartes au sein du Laboratoire de psychologie sociale : menaces et société. Ses recherches portent sur les représentations sociales, et plus particulièrement sur la manière dont le contexte culturel ou législatif voire émotionnel contribue à la formation et à la transformation des représentations sociales. Ses recherches portent également sur l’usage et le développement des méthodes qualitatives, comme par exemple les focus groups.
Virginie Bonnot est enseignante-chercheuse en psychologie sociale à l’université Paris Descartes au sein du Laboratoire de psychologie sociale : menaces et société. Elle est par ailleurs actuellement directrice adjointe de l’Institut de psychologie. Ses recherches portent sur les stéréotypes, notamment les stéréotypes de genre, la façon dont ils affectent les perceptions de soi et la performance dans certains domaines de compétence, et leur rôle dans le maintien du statu quo inégalitaire. Elle s’intéresse également aux émotions collectives et à la façon dont elles motivent les individus à adopter des comportements pro-environnementaux et des comportements intergroupes positifs.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search