Version classiqueVersion mobile

Menaces sociales et environnementales : repenser la société des risques

 | 
Sabine Caillaud
, 
Virginie Bonnot
, 
Ewa Drozda-Senkowska

Préface

Jacques Philippe Leyens

Note de l’éditeur

Jacques-Philippe Leyens nous a quittés le 24 janvier 2017. Sa disparition nous a beaucoup affectés, comme elle a affecté toute la communauté des psychologues sociaux. Cette préface, qu’il a écrite avec beaucoup d’enthousiasme et d’engagement, est fort probablement l’un de ses derniers textes.

Texte intégral

1Étudiant.e.s qui voulez partir à la découverte de la psychologie sociale, lisez ce livre et remplissez-en les marges ! Il est plein de phénomènes qui vous sont d’une pertinence importante, d’innovations à poursuivre, de théories établies avec des vérifications à admirer, interroger ou recevoir avec scepticisme. C’est avec plaisir que je vous en donne un avant-goût.

2Ce livre traite les menaces de différents points de vue qui se complètent mais peuvent surprendre. À quelle menace se réfère, selon vous, la citation « des meneurs agissant avec des consignes venues de l’étranger qui ont pris les choses en main avec la volonté affirmée de renverser le régime » ? S’agit-il des attentats commis à Charlie Hebdo ou au Bataclan ? Des émeutes des banlieues de 2005 qui font songer à une guerre civile ? Non, il s’agit de la révolte euphorique, libératrice au regard de beaucoup, de Mai 1968 ! L’auteur de la citation avait dirigé l’ancienne Surveillance du territoire (DST) et restait obnubilé par la menace qui ne pouvait venir que de l’extérieur de la France. Est-ce la façon dont vous vous représentez ce que vous avez entendu de cette période ? L’avis du directeur de la DST correspond-il à ma vision et mes adjectifs ? Serait-ce l’interprétation d’un Cohn-Bendit ?

3Alors que la menace peut provenir d’un élément naturel comme un séisme ou l’éruption d’un volcan, la plupart des contributions de ce livre examine les menaces qui émanent des interactions entre personnes ou groupes. Les coordinatrices du livre définissent d’ailleurs la menace comme une interaction, soit un processus à la fois étranger, à l’extérieur, un danger, et à l’intérieur, une émotion, des personnes. En découle l’idée que la réalité, c’est les interprétations, ou significations, de la perception qui devront se prolonger dans des actions, des comportements dans le langage des psychologues. Ces interprétations peuvent être tellement consensuelles qu’elles donnent l’impression que les menaces sont objectives comme dans le cas, par exemple, d’un tsunami. Vous avez sans doute des souvenirs de celui de 2004 dans l’océan Indien. Vous rappelez-vous les images omniprésentes des catastrophes en Thaïlande, surtout à Phuket, et au Sri Lanka, où il y avait énormément de touristes occidentaux ? Celles plus indifférentes sur le drame en Indonésie ? Celles presque inexistantes de l’Inde ? Un même phénomène, objectif, était perçu de façons très variées quand on évaluait la menace incontrôlable. Dès que ce phénomène devient une menace, il passe de l’objectivité à la subjectivité et sans doute faudrait-il parler des menaces plutôt que de la menace.

4Ce sera l’intérêt de ce livre de montrer que l’impression ou l’affirmation des menaces, ainsi que les réponses, dépendent de la place occupée dans la société : le groupe d’appartenance, l’identification à celui-ci, le statut, le pouvoir, l’idéologie, ou la responsabilité. Elles dépendent aussi de la source de la menace qui peut aussi bien être soi-même que des groupes particuliers comme, entre-autres, les jeunes de banlieue, les femmes voilées, les homosexuels ou le FN. Les menaces varient aussi en fonction des caractéristiques qu’elles impliquent par rapport à d’autres concepts comme le danger et le risque – intention, prédiction, proximité, intensité, contrôle –, des émotions qu’elles provoquent – colère, peur, dégoût, pitié, culpabilité- et des réponses – défi, déni, indifférence, justification, oubli.

5Certaines contributions correspondent à des exposés « doctoraux » sur la définition et la spécificité de la menace par rapport à d’autres concepts comme le risque, le danger ou la peur (contributions de Jodelet et de Bonelli). D’autres résument des recherches des auteurs (cf. Bonardi et Krauth-Gruber et Drozda-Senkowska), exposent des programmes de recherches (les contributions de Normand, de Roebroeck et Guimond, de Badea et Aebischer, de Haas, Caillaud et Demoures et de Krauth-Gruber et Drozda-Senkowska) ou, plus souvent, situent les menaces dans différents cadres théoriques (comme c’est le cas de Normand, de Krauth-Gruber et Drozda-Senkowska, de Roebroeck et Guimond, de Rubens et Vaidis, de Jury et al., de Bonnot et Verniers).

6Un grand mérite de ce livre est qu’aucune contribution ne se limite à une recherche de la science pour la science, entendez de l’art pour l’art, ou de la recherche du sexe des astres. Au contraire, toutes se préoccupent de problèmes bien concrets. Sans vouloir être exhaustif, j’ai aimé les exemples du terrorisme, l’image de Vichy, la destruction d’une usine toulousaine, l’écologie comparée, les inondations dans la Somme, les émeutes des banlieues en 2005, la réussite ou non de tâches intellectuelles ainsi que l’apprentissage coopératif. Les contributions eussent-elles pu être écrites plus récemment, je suis persuadé que le problème, et la menace, de la déchéance de nationalité auraient reçu une place de choix. Mon attention a aussi été attirée et enthousiasmée par l’approche théorique et empirique des réactions face à des groupes menaçants aux yeux de vos camarades ainsi que la discussion sur la réussite universitaire en fonction du milieu, plus ou moins favorisé, d’origine. Je suis certain que vous serez vous aussi séduits par l’exposition de ces phénomènes.

7Figurez-vous que j’ai alterné la lecture des contributions avec les discours prononcés lors de l’intronisation de chaque nouvel immortel. Contraste complet mais source d’inspiration. « L’avenir sans le passé est aveugle ; le passé sans l’avenir est stérile », dit Jean d’Ormesson dans son discours de réception à l’Académie Française de la première femme (née en Belgique), Marguerite Cleenewerck de Crayencour, plus connue sous son pseudonyme de Yourcenar. Cette perle s’applique à merveille à la recherche qui est un processus continu, se basant sur les recherches antérieures pour soulever de nouvelles questions sans que jamais réponse ne s’impose comme vérité indubitable. Le livre de Sabine Caillaud Virginie Bonnot et Ewa Drozda-Senkowska fourmille d’exemples. Je n’en citerai que quelques-uns.

8Une contribution rassemble des classifications antérieures de menaces pour les unifier afin d’évaluer les réactions face à des groupes potentiellement menaçants. Cette approche suscite des distinctions et rapprochements originaux, inédits à l’endroit de ces groupes. Elle permet de réunir certains d’entre eux et de décrire les différences d’évaluations, ou d’interprétations avec d’autres. Des résultats qui soulèvent de nouvelles interrogations.

9Deux types de menace font partie de la tradition en psychologie sociale, les menaces réalistes qui englobent la peur de perdre des biens matériels, et les menaces symboliques dues aux différences de valeurs. Plusieurs contributions reprennent cette distinction mais adoptent des approches originales : la causalité entre ces menaces et les préjugés ou discriminations, la croyance en l’inégalité des groupes, le choix d’idéologies, l’identification au groupe d’appartenance, l’auto-affirmation de ses qualités et les stratégies de « vivre ensemble ».

10J’avoue que mon intérêt pour les discours de l’Académie était provoqué à l’origine par l’élection récente d’un charlatan raciste, Alain Finkielkraut, qui confond les (remarquables) citations d’auteurs avec un raisonnement qui se limite à un postulat : la France est en état de déliquescence. Les menaces réelles sont déjà transformées en catastrophes : laïcité, école républicaine et, surtout, identité française sont enterrées au regard du passé. La raison de ce drame est un autre postulat, ou axiome : la guerre provoquée par les immigrants qui ne sont pas « interchangeables » avec les « vrais Français ». « Ils ne sont pas coulés dans le même moule, ils n’ont pas la même manière d’habiter ni de comprendre le monde. » Alors que la recherche, et le livre, montrent que les préjugés nécessitent souvent la présence simultanée de menaces réalistes et symboliques, il est normal que les dernières soient suffisantes pour quelqu’un qui réfute l’égalité entre les êtres humains.

11Heureusement, tous les académiciens ne partagent pas la même vision. Aucun n’est psychologue car l’institution conservatrice s’est privée de la gloire d’élire quelqu’un comme Jean Piaget. Peu importe. Plusieurs contributions du livre qui attend votre enthousiasme traitent du « vivre ensemble ». Celui-ci oppose principalement l’assimilation à l’intégration. Alors que la première exige que tout le monde se conforme aux normes dominantes de la société, l’intégration accepte les spécificités de différents groupes ethniques. Dans une étude à peine citée dans le livre, Guimond, Streith et Roebroeck ont effectué la remarquable constatation que si les Français adhèrent en majorité à l’intégration ils s’imaginent que leurs compatriotes préfèrent en masse la politique officielle de l’assimilation. Voici ce qu’écrit Amin Maalouf : « La faute séculaire des puissances européennes n’est pas d’avoir voulu imposer leurs valeurs au reste du monde, mais très exactement l’inverse : d’avoir constamment renoncé à respecter leurs propres valeurs dans leurs rapports avec les peuples dominés. » Ce que signifie Maalouf est qu’avec l’exigence de l’assimilation, la valeur de tolérance a été oubliée. Et il conclut : « Soit nous saurons bâtir en ce siècle une civilisation commune à laquelle chacun puisse s’identifier, soudée par les mêmes valeurs universelles, guidée par une foi puissante en l’aventure humaine, et enrichie de toutes nos diversités culturelles ; soit nous sombrerons ensemble dans une commune barbarie. »

12Le livre que vous tenez en main n’est pas un roman et ne se lit pas comme tel. Heureusement. Je rêve que vous lisiez des collines de littérature en psychologie, sans que vous oubliiez les forêts de romans. Je n’ai jamais été aussi ébaubi que lorsqu’un philosophe, internationalement reconnu comme une des plus belles intelligences de la seconde moitié du vingtième siècle, me rétorqua sur un air de réprobation qu’il n’avait jamais lu un seul roman parce que la vie était plus intéressante. Je travaillais à l’époque à mon doctorat mais je ne suis pas encore d’accord avec ce philosophe. Si, pour le psychologue social, la réalité est souvent difractée en interprétations et significations, le fictif peut alimenter l’effectif.

Auteur

Jacques-Philippe Leyens est professeur émérite de psychologie sociale à l’université de Louvain à Louvain-la-Neuve. Ancien président de la European Association of Social Psychology, il est titulaire de la Tajfel Award. Auteur de nombreux ouvrages, chapitres et articles scientifiques, il a notamment écrit Psycho Polar. Détectives de fiction et vrais psychologues et L’humanité écorchée. Humanité et infrahumanisation.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search