Version classiqueVersion mobile

L’espace en partage

 | 
Yves Bonny
, 
Nicolas Bautès
, 
Vincent Gouëset

Quatrième partie. Positionnements et narrativités (inter)disciplinaires

Et au milieu coule une cafetière… Ou comment des géographes discutent de l’interdisciplinarité à la pause-café

Vincent Banos, Anne Gassiat, Sabine Girard, Alain Gueringer, Baptiste Hautdidier, Marie Houdart, Sophie Le Floch et Françoise Vernier

Texte intégral

1Pièce en trois actes

  • Doreen Ferguson, chargée de recherche

  • Élisée Isolé, jeune chercheur contractuel

  • Pierrette Dessources, ingénieure du ministère de l’environnement

  • Une voix-off

  • Un secrétaire

2La scène se déroule de nos jours, dans la salle café d’un institut de recherche publique sur l’environnement.

3Avertissement

4Les personnages et les situations de ce récit sont fictifs. Toutefois, toute ressemblance avec des personnes existantes est parfaitement intentionnelle.

5Prologue

  • Une salle café. Une table, trois chaises, une cafetière, quelques tasses.

  • Pierrette Dessources est attablée.

  • Élisée Isolé, debout, consulte un panneau d’affichage.

  • 1 Les protagonistes ne développeront pas le sigle… mais on peut imaginer qu’il renvoie à (...)

6La scène à laquelle vous allez assister se déroule dans la salle café d’un institut de recherche publique sur l’environnement : l’IREV1. Dans cet organisme, on croise des titulaires et des Cdd mais, au regard du fonctionnement actuel de la recherche, cela n’est pas vraiment une spécificité. Ce qui distingue plus particulièrement l’IREV, c’est son double rattachement aux ministères en charge de la recherche et de l’environnement. Cela a deux conséquences. La première est que l’établissement emploie à la fois des ingénieurs d’État appartenant à différents corps du ministère de l’environnement et des chargés de recherche, ayant un cursus et une qualification universitaires. Mais si leurs origines et leurs postures diffèrent, précisons néanmoins que tout ce beau monde est soumis aux mêmes règles d’évaluation scientifiques qui font notre bonheur quotidien. La deuxième conséquence de ce double rattachement est que la recherche se veut appliquée, c’est-à-dire orientée vers la résolution de problématiques environnementales en partenariat avec les acteurs. Ces couplages chercheurs/ingénieurs et recherche/expertise sont au fondement de l’IREV et sont clairement affichés comme des moteurs de l’interdisciplinarité revendiquée par l’institut. Ces grandes lignes institutionnelles esquissées, avec ses singularités qui le sont de moins en moins et ses contradictions qui le sont de plus en plus, il est plus que temps de s’intéresser à nos valeureux praticiens de la géographie qui, a priori, ne peuvent que s’épanouir dans un organisme érigeant l’environnement et l’interdisciplinarité en mots d’ordre. Pourtant, force est de constater qu’ils occupent une petite place au sein des équipes de sciences sociales – ces dernières étant il est vrai elles-mêmes relativement récentes au sein de l’IREV. Alors, même si « small is beautiful », les géographes s’interrogent. Ils s’interrogent sur ce que c’est que d’être géographe au sein d’un collectif interdisciplinaire, et ils s’interrogent d’autant plus que la hiérarchie vient paradoxalement de les inviter à mieux définir et structurer leur discipline.

7Les trois géographes que vous allez maintenant découvrir ont des parcours et des points de vue variés sur leur discipline et les pratiques de l’interdisciplinarité. Il s’agit tout d’abord de Pierrette Dessources, une ingénieure du ministère de l’Environnement qui travaille dans le domaine de « l’agro-géographie ». Ensuite, d’Élisée Isolé, en CDD, qui navigue depuis quelques années déjà au gré des projets de recherches tout en cultivant son ancrage dans les théories pragmatistes de la spatialité. Enfin, de Doreen Ferguson, une chargée de recherche, entrée à l’IREV en même temps que le paysage mais qui, aujourd’hui, s’est repositionnée sur une géographie des politiques environnementales.

Acte premier

Ou comment se révèlent des parcours et des postures variés de géographes et comment s’engage un débat sur l’interdisciplinarité

8Doreen Ferguson entre dans la salle commune, un papier à la main et se dirige vers la cafetière.

9Doreen Ferguson – Bonjour, bonjour ! Il reste du café ? Dites, je viens de recevoir la date de ma prochaine évaluation à Paris dans six mois… Vous avez reçu la vôtre aussi ? On pourrait prendre le même train ?

10Élisée Isolé – Désolé mais ça sera sans moi. Être CDD offre au moins l’avantage de pouvoir échapper à ce type de réjouissance. Et puis de toute façon, je ne sais même pas si je serai encore là ; faut voir si on trouve un financement pour la suite du projet « BigMetaEuro »…

11Pierrette Dessources – De mon côté, je n’ai encore rien reçu. Mais, de toute façon, ça m’étonnerait bien que cela tombe le même jour parce qu’en général je suis évaluée avec les agronomes. Toi, Doreen, tu vas être encore avec les sociologues, non ?

12É. I. – Attendez là… vous faites toutes les deux de la géographie mais vous n’êtes pas évaluées ensemble ? Ah oui, c’est assez original et… pour le moins paradoxal quand on songe à la demande qui nous est faite de mieux structurer la discipline au sein de l’établissement.

13D. F. – Vu de l’extérieur, ça peut effectivement faire sourire. Moi-même, je ne m’explique toujours pas ce tour de passe-passe disciplinaire. Quand j’ai été recrutée il y a dix ans en tant que chargée de recherche, c’était pour travailler sur le paysage. Or, que je sache ce concept relève davantage de la géographie que de la sociologie ! Certes, ma mission était de développer cette thématique dans le champ des sciences sociales et pas spécifiquement en géographie, mais…

14É. I. – Pour le coup, ça cadre bien avec le type d’interdisciplinarité qu’on revendique à l’IREV.

15D. F. – Sauf que ça démontre surtout que lorsque la direction scientifique dit « sciences sociales », elle pense d’abord et avant tout à la sociologie et à l’économie. Bien entendu, ce type de raccourci n’est pas spécifique à notre établissement ; mais il est d’autant plus présent que les sciences sociales y sont relativement récentes. Du coup, ça m’interroge sur l’interdisciplinarité qu’on est censé construire.

16É. I. – Et en quoi, je ne vois pas bien ?

  • 2 Voir notamment : Billaud J. P., « L’interdisciplinarité : un alibi ou un fermen (...)

17D. F. – Je suis de celles qui pensent qu’il n’y pas d’interdisciplinarité possible sans discipline solide. Mais, a contrario, sans la reconnaissance d’un minimum de diversité, je ne vois vraiment pas l’intérêt de promouvoir des pratiques interdisciplinaires. Et puis, de toute façon, il ne faut pas se leurrer ! Même si les injonctions à l’interdisciplinarité se renforcent en amont de la recherche, l’évaluation scientifique, elle, reste plus que jamais disciplinaire2, pour ne pas dire disciplinée.

  • 3 Mathieu N., « Géographie et interdisciplinarité, rapport naturel ou rapport interdit ? », (...)

18É. I. – Il faut quand même reconnaître que, vue sous cet angle, notre discipline n’a pas très bonne réputation. Ces dernières décennies, on a plutôt l’impression qu’elle est surtout passée au filtre des Tontons flingueurs : « Éparpillé[e] par petits bouts façon puzzle » ! La formule peut paraître excessive mais, finalement, Nicole Mathieu ne dit pas autre chose : la géographie, ce n’est plus la science de l’universel concret, ça serait plutôt la science en miettes3 !

19P. D. – Il faut avouer que ce n’est pas mal trouvé, mais je ne sais pas s’il faut vraiment se focaliser sur la géographie, car ce que je vois surtout et ce qui m’énerve vraiment, c’est qu’au final, avec leurs pseudo-critères d’excellence scientifique, l’interdisciplinarité recule. Ce qui est quand même un comble dans un institut de recherche appliquée sur l’environnement ! Tiens, je vais vous raconter une petite anecdote qui me paraît assez révélatrice. (S’adressant à Élisée Isolé.)

20Agronome de formation, j’ai fait dix ans dans les services déconcentrés du ministère de l’environnement avant d’entrer dans cette maison sur un poste d’ingénieur « agro-géographe » qui demandait des compétences en agronomie, en géographie physique et en SIG. Eh bien, lors de mon évaluation post-recrutement, ils ont réussi à me reprocher d’être trop focalisée sur l’espace et pas assez sur les acteurs… Mais quand même, mieux comprendre les pratiques agricoles et voir comment réduire leurs impacts sur l’environnement, c’est bien un peu s’intéresser aux acteurs, non ? Pour moi, ce type de remarque illustre parfaitement le décalage existant entre des débats intra-disciplinaires et des pratiques quotidiennes de recherche en prises avec des questions sociétales toujours plus transdisciplinaires.

21D. F., en colère et s’adressant à Pierrette Dessources. – Attends, tu ne vas quand même pas me dire que la géographie est logée à la même enseigne que les autres disciplines ? Tu trouves ça normal, toi, qu’on soit les seuls à être évalués en plusieurs commissions, les seuls à ne pas avoir de directeur de recherche ? Et en plus on nous invite au nom de l’interdisciplinarité à nous rapprocher des sociologues. Soit. Mais est-ce qu’on leur demande à eux, qui pourtant ont pris « le tournant spatial » avec la sociologie de l’environnement, de se rapprocher des géographes ? Tous ces messages contradictoires et ce manque de réciprocité ont le don de m’irriter.

  • 4 Voir notamment : Besnier J. M. et Perriault J. (dir.), « Interdiscipl (...)

22P. D. – Peut-être, mais là, tu t’enfermes toi aussi dans un raisonnement disciplinaire. Et sur ce terrain, même si on peut le regretter, force est de constater que la géographie souffre d’un déficit de lisibilité auprès de notre hiérarchie. Sans doute est-elle jugée trop diversifiée pour répondre aux mêmes standards que les autres disciplines. Mais pour moi, cette ouverture, ce n’est pas une faiblesse, c’est même plutôt une qualité ! Si j’ai décidé de faire une thèse sur le tard, c’est bien parce que la géographie m’ouvrait des perspectives pour appréhender des problèmes complexes qui obligent à sortir des carcans disciplinaires. À mon sens, si on veut répondre aux défis posés par un champ comme l’environnement où les questions d’interdépendances et d’interactions sont cruciales, il faut quand même un minimum d’inventivité dans nos pratiques. Alors ce n’est peut-être qu’une étape, mais la géographie a au moins le mérite de donner du grain à moudre à la posture d’« indisciplinée4 » que j’aimerais pouvoir afficher !

23D. F. – La formule est jolie, mais je te rappelle quand même que c’est justement en raison de cette prétendue « ouverture » que la géographie est régulièrement accusée d’être le refuge d’une interdisciplinarité « molle », c’est-à-dire un moyen de fuir la confrontation.

24P. D. – Arrête, tu sais aussi bien que moi que ce genre d’accusation n’est souvent qu’un prétexte ; une manière pour certains de rester confortablement à l’abri d’un prêt-à-penser disciplinaire et de préserver leur pré carré. On est toi et moi depuis suffisamment longtemps dans le métier pour savoir qu’on est toujours la science molle des autres…

25É. I. – C’est marrant, mais en vous écoutant, je me dis qu’être géographe et précaire, cela fait au moins un handicap de trop à surmonter ! Mais bon, j’aime bien cette idée d’« indiscipline » dont tu parles, Pierrette. Même si je n’en avais pas forcément conscience au début, j’avais quand même l’espoir que l’espace me permettrait d’explorer des champs de savoirs différents. Mais du coup, je n’ai pas du tout la même lecture du fondement interdisciplinaire de la géographie que toi. Moi, je considère qu’il est beaucoup plus dans la dimension spatiale des pratiques sociales et ce d’autant plus qu’avec le tournant « constructiviste », on a vraiment l’occasion d’affirmer que l’espace n’est ni un simple cadre, ni même un facteur explicatif mais bien une dimension constitutive des rapports sociaux. Ce qui fait que bon… Pour être franc, j’ai quand même beaucoup plus d’affinités avec la sociologie ou l’anthropologie qu’avec la géographie physique. D’ailleurs, même si cela peut paraître insensé de dire cela ici, j’ai toujours eu un doute sur cette articulation Homme-Environnement comme cœur épistémologique supposé de la géographie…

  • 5 L’interdisciplinarité est au cœur de la ligne éditoriale de cette revue. Voir par exemple (...)

26P. D. – Ah non, tu ne vas pas t’y mettre toi aussi ! Tu ne vas quand même pas te faire le relais des soupçons ridicules de « déterminisme » dont pâtit encore parfois la géographie ? Non, parce que pour le coup, la question est réglée au moins depuis les années 1970. J’irais même plus loin, cette relation Homme-Environnement est quand même au cœur de l’une des rares revues interdisciplinaires qui existent actuellement dans notre champ d’étude, à savoir Natures Sciences Sociétés pour ne pas la citer5.

  • 6 Voir notamment : Mathieu N., « Interdisciplinarité interne, interdisciplinarité externe, (...)
  • 7 Voir notamment : Bühlera È.-A., Cavaillé F. et Gambino M., « Le jeune chercheur et (...)

27É. I. – Non bien sûr, ce n’est pas ça. Je voulais juste dire que les rapports Homme-Nature sont aussi une dualité autour de laquelle la géographie s’est quand même beaucoup déchirée. Au point que certains ont poussé les géographes à se pencher sur leur « interdisciplinarité interne6 » avant d’aller plus loin. Alors entre « interdisciplinarité molle » et « interdisciplinarité interne »… je trouve que ça commence à faire beaucoup. Ça ne veut pas dire que je renie la pertinence des problématiques environnementales ; simplement, je pense que l’approche par les dimensions spatiales peut permettre d’entretenir un dialogue interdisciplinaire tout en renforçant la cohérence de notre propre discipline. Et c’est là que je te rejoins complètement, Doreen. On ne peut pas faire totalement abstraction du contexte institutionnel quand on évoque l’interdisciplinarité. Surtout dans ma position de jeune chercheur. Parce que si « l’ouverture » de la géographie peut être un atout pour monter à bord des grands programmes de recherche pluridisciplinaires, in fine, cette sensibilité interdisciplinaire peut aussi devenir une sacrée faiblesse quand il s’agit de s’insérer plus durablement dans un métier qui reste marqué du sceau de la spécialisation7 !

28D. F. – C’est vrai qu’au-delà des problèmes de concurrence entre disciplines, on peut se demander s’il n’y a pas une certaine convergence entre l’injonction à l’interdisciplinarité et les nouvelles formes de management de la recherche. Et le pilotage « par projet » en est la quintessence… J’ai refait du café, quelqu’un en veut ?

Acte deuxième

Où l’on se demande si certains mots créent des passerelles ou mènent à des impasses dans la pratique de l’interdisciplinarité

29Pierrette Dessources et Élisée Isolé sont assis. Ce dernier est plongé dans la consultation d’un épais rapport intermédiaire du projet européen auquel est adossé son CDD. Pierrette Dessources est songeuse face au public. Doreen Ferguson se sert à nouveau du café.

  • 8 Deffontaines J. P., Les sentiers d’un géo-agronome, textes réunis par M. Benoît(...)

30P. D. – Je voudrais quand même rebondir sur ce que vous venez de dire tous les deux… Je ne dis pas que la situation de la géographie est facile et je suis la première à penser que les cloisonnements académiques condamnent bien souvent l’interdisciplinarité. Mais je persiste à croire que la complexité des enjeux et des défis auxquels sont confrontées nos sociétés auront raison de ces habitudes désastreuses. D’ailleurs, le fait que la plupart des appels à projets privilégient désormais des approches par objet ou thématique aux logiques disciplinaires va plutôt dans le bon sens même si, bien sûr, tout cela reste insuffisant et potentiellement pernicieux. C’est bien pourquoi on doit faire preuve d’audace. Regardez un chercheur comme Jean-Pierre Deffontaines8 – il était quoi… agronome, géographe, historien… Bref, n’empêche que son « agronomie des territoires », c’est génial et tellement d’actualité !

31É. I. – Ah bon ? Mon monde, ça serait plutôt les théories de la spatialité, donc je dois avouer que je connais mal ce versant de la géo…

  • 9 Voir notamment : Caron P., « À quels territoires s’intéressent les agronomes ? Le point d (...)

32P. D. – Bon, pour faire court, disons que les agronomes ont depuis longtemps une réflexion critique sur le fait de penser les systèmes de production ou les règles de décision des agriculteurs en raisonnant à l’échelle de la parcelle ou de l’exploitation agricole. On s’est aperçu que si on voulait expliciter les interdépendances entre des pratiques agricoles, des mesures agro-environnementales et des zonages d’intervention publique élaborés à différentes échelles, il fallait prendre en compte le territoire et agir à ce niveau pour mettre en œuvre des démarches intégrées9

  • 10 Dont témoignent, par exemple, l’affluence soutenue aux éditions des colloques Territoire, (...)

33É. I. – Pour le coup, c’est vrai que le territoire peut apparaître comme une success story de la géographie10. Mais c’est un mot qui est aussi victime de son succès. Il est devenu tellement commun, tellement polysémique qu’on se demande ce qu’il désigne réellement et quelle est sa consistance théorique…

34P. D. – Justement, c’est ce qui fait sa force : il parle à tout le monde ! Moi, je pense que la géographie a un rôle majeur à jouer dans le champ interdisciplinaire des « sciences du territoire ».

35É. I. – D’accord, mais si le territoire est devenu une référence partagée, est-ce qu’il signifie vraiment la même chose pour un économiste, un politologue, un sociologue et un géographe ? J’ai quelques doutes. Est-ce que le territoire désigne des logiques de proximités organisationnelles, un type particulier de lien social, une unité géographique cohérente ou juste un espace approprié ? Est-ce qu’il est forcément enraciné, ou est-ce qu’il peut être fluide, voire éclaté ? Est-ce qu’il est synonyme de développement local ? Ou est-ce qu’il se retrouve à toutes les échelles ? Bref, ça devient très difficile de s’y retrouver. À moins de considérer que tout est territoire et que le territoire est partout.

  • 11 Voir notamment : Ripoll F. et Veschambre V., « Face à l’hégémonie du territoire : élément (...)

36D. F. – Je partage tout à fait ton point de vue, Élisée. Pour moi, le territoire, c’est un peu comme la multifonctionnalité. Ce sont des notions qui se sont imposées comme des catégories d’action incontournables des politiques publiques. Elles sont devenues plus prescriptives et normatives que descriptives. Qu’est-ce qu’on ne nous fait pas avaler au nom du territoire ! Et j’ai du mal à croire que les seules vertus « holistiques11 » de ces mots suffisent à bâtir de l’interdisciplinarité.

37P. D. – Je vous trouve quand même très négatifs ! On ne peut pas vouloir faire de l’interdisciplinarité et refuser que les mots circulent et soient appropriés par d’autres. Et ce n’est pas parce que le territoire est repris par les politiques et la société qu’il faut l’écarter d’un revers de main. Au contraire, cela lui confère une certaine opérationnalité ! C’est justement parce qu’il permet de réunir autour d’un même projet de développement des scientifiques mais aussi des élus et des acteurs de terrain, que ce cadre d’analyse est pertinent. Dans le domaine agro-environnemental, l’objectif c’est quand même de traiter des problèmes et d’agir pour les résoudre. Non seulement cette finalité sociale fait partie intégrante de notre mission, mais, d’après mon expérience, elle est aussi une condition sine qua non des pratiques interdisciplinaires.

38É. I. – Non mais… Avec Doreen, ce que l’on remet en cause, c’est la portée théorique du « territoire » et sa pertinence en tant qu’outil analytique. Pour le reste…

39P. D. – Oui, mais justement le reste est aussi très important. Moi, ce que je vois c’est que le territoire permet, en gros, trois choses. La première, c’est qu’il permet d’investir collectivement des objets complexes. Ensuite, de faire sens du point de vue des pratiques de terrain. Enfin, le territoire permet de partager un engagement commun autour du caractère finalisé de la recherche. Or, ces trois éléments sont des moteurs importants de l’interdisciplinarité. Mais, pour en avoir souvent discuté avec toi Doreen, je sais bien que tu n’es pas d’accord.

40D. F., s’adressant à Pierrette Dessources. – Disons que je ne partage pas ton optimisme. Le parallèle avec le cas du paysage, que je connais mieux, me paraît tout à fait éclairant. On a un concept, appartenant classiquement à la géographie, qui a vu comme le territoire son emploi s’étendre dans les discours scientifiques et politiques. Et comme le territoire, il est apparu susceptible de jouer un rôle majeur dans l’interdisciplinarité. Bref, il a été quasiment érigé en emblème de la montée en puissance des préoccupations environnementales.

41P. D. – Reconnais quand même que, dans un institut comme le nôtre, il a justement permis de faire progresser la sensibilité environnementale et la prise en considération d’une gestion agro-écologique des espaces ruraux… D’ailleurs, le projet d’établissement autour des « aménités » aurait pu être l’occasion de participer à la construction et à la mise en œuvre d’une politique du paysage dans les territoires…

42D. F. – Sauf que le paysage, c’est autre chose que le seul produit matériel et vertueux de la production agricole ! Il traduit des idéologies ! Il permet de lire des rapports de pouvoirs ! Son appropriation par les différents groupes sociaux est loin d’être consensuelle ! Je sais que ça peut choquer mais oui, le paysage peut aussi engendrer des externalités négatives et, oui, le paysage, c’est aussi une source de conflits ! Après, forcément, à partir du moment où l’on parle d’« aménités », on évacue tous ces questionnements ! D’ailleurs, pourquoi en est-on venu à parler d’« aménités » ? Est-ce que c’est pour renforcer l’opérationnalité du concept de paysage ou bien parce que l’économie a mis la main sur cette notion censée symboliser l’interdisciplinarité ?

43P. D. et É. I., à l’unisson. – Tu exagères !

  • 12 Duncan J. S., Duncan N. G., « The Aestheticization of the Politics of Landscape Preservat (...)
  • 13 Cosgrove D. E, Social formation and symbolic landscape, Madison, University of Wisconsin (...)
  • 14 Mitchell D., « Cultural landscapes: just landscapes or landscapes of justice? », (...)
  • 15 Le Floch S., Devanne A. S., Deffontaines J. P., « La “fermeture du paysage” : au-delà du (...)

44D. F., qui retourne vers le coin café et se retourne vers Pierrette Dessources. – D’ailleurs, je vais te dire, là où je me suis sentie la plus utile et la plus pertinente, c’est justement quand on a déconstruit la notion de « fermeture du paysage » en marge de tous ces grands programmes ! C’est quand on a montré en s’inspirant des travaux de géographes tels que Duncan12, Cosgrove13 ou encore Mitchell14, comment cette notion de « fermeture » était instrumentalisée par des acteurs qui voulaient s’approprier et contrôler le façonnement des espaces ruraux15.

45Un secrétaire., pointant le nez par une porte de la salle. – Vous allez travailler, oui, au lieu de refaire le monde, là ? Et n’oubliez pas de me remplir vos indicateurs d’activité avant demain ! (Il repart.)

46D. F. – Qui veut un dernier café plutôt ?

Acte troisième

Ou comment quelques pistes se dessinent pour construire une interdisciplinarité « équilibrée »

47É. I. – Mine de rien, notre discussion fait écho à certains de mes questionnements actuels. Comme Pierrette, je suis convaincu que des problématiques transversales comme le changement climatique, la transition énergétique ou même les services éco-systémiques constituent une opportunité formidable pour tous ceux qui s’intéressent à la dimension spatiale des sociétés. Mais…

48D. F. – Je ne voudrais pas te faire de la peine, mais ce potentiel reste fragile. Regarde le destin du paysage. Il n’y a même pas dix ans, on en faisait un porte-drapeau de l’environnement et aujourd’hui, il n’est même plus dans les axes stratégiques de l’établissement. C’est le risque quand on choisit de structurer la recherche sur des objets définis en fonction de leur intérêt sociétal et politique. En plus, quand on voit comment l’importance des questions environnementales fluctue au gré de l’actualité médiatique et des agendas politiques, cela laisse songeur… En tout cas, moi, cela m’a vaccinée des approches focalisées sur des objets.

49É. I. – Arrête, tu vas vraiment finir par nous casser le moral ! En plus, ce que je voulais dire va plutôt dans ton sens. Quand tu regardes le cadre analytique des grands programmes dits pluridisciplinaires, tu te rends compte qu’il relève bien souvent de l’ordre d’un métalangage, rédigé dans une forme de « globish », dont le décryptage constitue déjà un travail de recherche en soi. Tiens, prends « BigMetaEuro ». (Il saisit le rapport resté sur la table et le brandit.) C’est l’exemple parfait. C’est un projet sur la gestion intégrée des écosystèmes… pays… articulation entre sciences du vivant et SHS. Eh bien après plus d’un an et demi, je n’ai toujours pas compris ce que signifiait « gestion intégrée »… Si c’était vraiment différent de multifonctionnalité et quels étaient les ancrages théoriques de ce truc. Peut-être que les coordinateurs le savent et encore, parfois, j’ai des doutes…

50P. D. – Attends, mais ça c’est le propre des projets européens qui sont quand même souvent des usines à gaz…

51D. F. – Non, ce n’est pas que ça. Je crois que le problème est d’une autre nature. Beaucoup de projets s’affichent pluridisciplinaires mais dans les faits, que se passe-t-il ? Une ou deux disciplines tendent à imposer leurs définitions tant du problème que de l’objectif à atteindre et elles instrumentalisent les autres disciplines. Vous allez dire que je me répète encore…

52P. D. – Tu te répètes…

53D. F. – Mais pour moi, l’essor de notions telles que « aménités » ou « services éco-systémiques » traduit clairement l’emprise d’une lecture économique du monde !

54É. I. – Là, tu me rassures un peu, si j’ose dire ! J’avais l’impression que le fait d’être surtout affecté à des tâches de diagnostics de territoires ou de cartographie, en tout cas des travaux plus proches de l’ingénierie que de la recherche, était lié à mon statut de jeune chercheur !

  • 16 Leroy P., « Sciences environnementales et interdisciplinarité : une réflexion partant des (...)

55D. F., s’adressant à Élisée Isolé. – Disons que ce n’est pas que ça. Tu liras Pieter Leroy16 et tu verras qu’il explique très bien que le mode de coordination des projets interdisciplinaires repose bien souvent sur une division nette des tâches qui tend à enfermer certaines disciplines dans un rôle de simple auxiliaire. Vous en connaissez beaucoup, vous, des grands projets coordonnés par des géographes au sein de notre établissement ? Voilà pourquoi j’ai décidé : premièrement, de ne plus participer à ce type de projet si justement il n’y a pas en amont un travail interdisciplinaire de problématisation, et deuxièmement, d’éviter au maximum de faire de « l’interdisciplinarité de proximité », c’est-à-dire de bosser avec les sciences sociales connexes, comme la sociologie ou l’économie. Le risque d’instrumentalisation et de confusion est trop grand. Ce n’est plus du partage de l’espace, c’est de la prédation !

  • 17 En l’occurrence : Lussault M., L’homme spatial : la construction sociale de l’espace huma (...)

56É. I. – Alors pour le coup, autant je partage ton analyse, autant ta conclusion me paraît excessive. Mais si je ne suis pas d’accord, c’est surtout parce que… c’est la nature même des dynamiques contemporaines qui est une mine d’or pour ceux qui s’intéressent comme nous aux dimensions spatiales des sociétés. Alors, je n’ai pas ton recul et je me fais peut-être des illusions, mais pour moi, la légitimité du regard géographique n’est pas contestable. Les grands mots dont on a parlé : changement climatique, transition énergétique, services éco-systémiques, territoires ou même encore multifonctionnalité… on est d’accord, ce sont davantage des catégories d’actions que des concepts. Mais ce qui est justement passionnant, c’est de voir comment les acteurs qui s’en saisissent sont amenés à composer avec les ressources et les contraintes de leur environnement, à se construire un stock d’aptitudes spatiales et à fabriquer des dispositifs avec tout ce que cela implique de jeux de distances, d’appropriation, de placement, de marquages ou de franchissement… (Doreen fait des moulinets au fil de sa tirade, signifiant le caractère très académique des arguments d’Élisée. Ce dernier s’en aperçoit.) Oui, je récite mon « Lussault17 » ! ... Bon, toujours est-il que ce sont des clés de lecture essentielles pour comprendre les relations – y compris conflictuelles – et les modes de régulations entre acteurs.

  • 18 Voir notamment Goeldner-Gianella L., « Quelle place pour la géographie dans les (...)

57P. D. – Il me semble aussi que tu noircis trop le tableau, Doreen. D’accord, vu ton positionnement, je veux bien comprendre ta méfiance à l’égard de la montée en puissance de disciplines voisines telles que la sociologie de l’environnement ou l’économie spatiale. Mais, même si je ne suis pas tout à fait sur la même longueur d’onde qu’Élisée, je partage son sentiment quant à l’idée qu’il y a de véritables attentes de la part des gestionnaires mais aussi de nos collègues en sciences sociales. Je le vois sur la spatialisation des données, la modélisation des interactions spatiales ou encore les approches multi-scalaires18. Franchement, je me régale à travailler avec eux. Ce sont des domaines qu’ils ne maîtrisent pas forcément et j’ai un peu l’impression de construire un langage partagé. Dernièrement, j’ai justement participé à un projet qui réunissait des sociologues, des politistes et des écologues et, d’une certaine manière, ce sont les travaux qu’on a pu mener en analyse spatiale qui ont servi de médiation et permis de faire avancer les échanges ! Personnellement, même si je ne ferais pas que ça, je trouve ce travail de « passeurs de frontières » particulièrement valorisant et utile.

58É. I. – Même si ce n’est pas trop ma tasse de thé, je suis également assez convaincu que les analyses spatialisées peuvent contribuer à nourrir le dialogue interdisciplinaire. Mais, après, vu tout ce qu’on a dit, ça me paraîtrait légèrement suicidaire de réduire l’apport de la géographie à ces seuls aspects instrumentaux. Je ne crois pas que l’interdisciplinarité puisse seulement s’organiser autour d’outils ou de modèles.

59D. F. – Effectivement. Même si cela est séduisant et à la mode, au final, je crois que la géographie et même l’interdisciplinarité ont plus à y perdre qu’à y gagner… Mais le fait est qu’on viendra toujours nous solliciter sur ces savoir-faire en matière d’analyse ou de modélisation spatiales. Et ce d’autant plus que ces outils sont devenus incontournables dans l’action publique ou collective, que ce soit dans les processus de diagnostic, de négociation ou de décision. Mais ce qui me semble alors important, c’est de conserver et même de cultiver un regard critique sur l’usage de ces outils. Et là, je crois que l’on rejoint un point important mentionné par Élisée. En tant que géographes, nous avons un rôle à jouer dans la déconstruction des qualifications et partitions spatiales. La capacité à mener des analyses critiques sur la manière dont ces récits et indicateurs, cartes et modèles, sont conçus et opèrent dans le champ social constitue assurément un atout de la géographie dans la perspective d’un dialogue interdisciplinaire équilibré.

60P. D. – Ah, je suis heureuse de voir qu’on revient à des considérations plus optimistes…

61É. I., avec un air faussement dépité. – Oui, ça fait du bien au moral ! J’étais à deux doigts d’aller acheter une corde… Blague à part, en plus, c’est quand même un peu ce qu’on fait au quotidien. Alors, certes, ce n’est peut-être pas très visible dans les grands programmes pluridisciplinaires…. Ni même dans les axes stratégiques de l’établissement. Mais finalement on y arrive quand même de manière assez informelle, par des relations de confiance qu’on peut tisser avec les collègues d’autres disciplines.

62D. F. – C’est vrai qu’il ne faut pas sous-estimer le rôle des relations interpersonnelles dans ces nouvelles formes de la recherche mais on ne peut pas non plus tout faire reposer sur ça. En plus, vue la position plus que fragile de la géographie au sein de l’établissement, il nous faut aller plus loin.

63P. D. – Bravo Doreen ! Quel progrès en matière d’optimisme !

64D. F. – Tu peux te moquer, je sais bien qu’il est plus facile de rester dans son coin à critiquer. Mais il faut reconnaître que les solutions ne sont pas évidentes. (Pause.) Cela dit, l’échange qu’on vient d’avoir me conforte dans l’idée qu’il y a une piste qui mériterait d’être explorée… Une piste dans le sillage de ce qui s’est fait dans le monde anglo-saxon autour de la « political ecology »…

65P. D. – La quoi ?

66D. F., avec un accent américain prononcé. – La politchiiqueulecology !

67É. I., avec un accent bien français.La po-li-ti-ca-lé-co-lo-gie…

  • 19 Voir notamment Benjaminsen T. A., Svarstad H., « Qu’est-ce que la “political ecology” ? », Natures (...)

68D. F. – Tu vois ce que c’est ? C’est une approche résolument problématisée et critique des rapports Hommes-Environnement19. Elle permet d’interroger la dimension politique de ces rapports. C’est une approche qui ne considère pas seulement les impacts biophysiques des politiques ou des conflits environnementaux mais qui met également l’accent sur les logiques de contrôle social et d’accès aux ressources. (Pause.) Et il me semble que là, on a un cadre d’échanges interdisciplinaires qui permet de retrouver beaucoup de nos positionnements. Pour toi, Pierrette, des pratiques de terrain et un engagement auprès des acteurs. Pour toi, Élisée, une déconstruction critique des discours, des aménagements et, plus globalement, des dispositifs spatiaux qui accompagnent les actions environnementales. De mon côté, cela me permet de bâtir des ponts, pas tant avec les autres sciences sociales – vous savez ce que j’en pense –, mais surtout avec l’écologie et les sciences du vivant ! Je crois qu’il y aurait vraiment moyen de s’enrichir mutuellement autour de la construction/déconstruction des nouveaux types de négociations société-nature… et de leurs dimensions éminemment spatiales.

69P. D. – Je suis d’accord qu’il y a là des intentions et des pistes intéressantes, même si nous ne sommes pas sortis d’affaire à mon avis… Mais bon, je ne vais pas commencer à jouer le rabat-joie ! En attendant, vous m’excuserez, mais comme l’a rappelé notre secrétaire, j’ai des indicateurs d’activité à remplir. D’ailleurs, je me demande si je ne vais pas comptabiliser cette discussion ! Allez, j’y vais. À plus tard !

70(Pierrette Dessources quitte la pièce.)

71D. F. – Et toi, Élisée, qu’en penses-tu ?

72É. I. – Oui, il y a certainement des choses à faire autour de cette lecture critique de la dimension spatiale des actions environnementales. Après, est-ce qu’il faut appeler cela géographie sociale de l’environnement ou « political ecology », je ne sais pas trop…

73D. F. – Géographie sociale ? Tu sais que cela n’a jamais vraiment parlé à notre direction… Par contre, un beau terme anglais, peut-être que…

  • 20 Arendt H., Qu’est-ce que la politique ? Paris, Le Seuil, 1995. Et à défaut : Audiard M., (...)

74É. I. – Dans tous les cas, le plus important est de ne pas oublier que la politique prend toujours naissance dans « l’espace-qui-est-entre les hommes ». Et ça… ce n’est pas du Audiard20 !

75Fin.

Illustration 1 : Doreen Ferguson (Sabine Girard), Pierrette Dessources (Marie Houdart) et Élisée Isolé (Baptiste Hautdidier) en pleine discussion – représentation théâtrale au colloque « L’espace en partage », Rennes, 9 avril 2014, UMR ESO.

Illustration 1 : Doreen Ferguson (Sabine           Girard), Pierrette Dessources (Marie Houdart) et Élisée Isolé           (Baptiste Hautdidier) en pleine discussion – représentation           théâtrale au colloque « L’espace en partage », Rennes, 9 avril 2014,           UMR ESO.

Note d’intention

76La création de cette communication théâtralisée n’est pas le fruit d’une méthodologie aboutie concernant de nouvelles modalités de partage ou de nouvelles manières de « tenir colloque ». Géographes au sein d’un organisme de recherche, notre intention initiale, « classique », était de présenter et de discuter certains de nos résultats sur une ou deux thématiques transversales. Très vite, la pluralité de nos visions et pratiques de l’interdisciplinarité nous interpelle, et ce d’autant plus que dans le même temps notre hiérarchie nous invite à une clarification disciplinaire. Dès lors, le déploiement et la mise en partage de cette confrontation d’expériences deviennent une piste pour contribuer aux enjeux soulevés par la problématique de « L’espace en partage ».

  • 21 Ce qui est ici l’occasion de rappeler deux sources d’inspiration : Latour B., « Comment fin (...)
  • 22 Pour Pierrette, cf. ibid. Les figures d’Élisée et de Doreen renvoient respectivemen (...)

77Les organisateurs du colloque sollicitant des propositions rompant avec le format traditionnel des communications, nous nous lançons dans l’élaboration d’une narration entremêlant les codes de la représentation théâtrale et du raisonnement scientifique. Cette construction, conçue pour être jouée sur scène devant un public, s’avère chemin faisant un exercice collectif très enrichissant. L’obligation de placer la pensée et l’écriture sous le signe de la pratique ordinaire du dialogue est un moyen efficace et ludique d’identifier et de souligner des points de tensions, puis d’explorer et d’examiner l’articulation successive d’argumentaires distincts, voire opposés21. Parallèlement, le dialogue théâtralisé permet de mélanger, sur un mode léger, des savoirs académiques et des savoirs directement issus de situations éprouvées, via l’incorporation d’anecdotes ou d’indications gestuelles. Cette perspective, qui est notamment au fondement des « conférences gesticulées », autorise à raconter une histoire en incluant des explications rationnelles mais aussi des expériences et des ressentis qui demeurent souvent de l’ordre de l’indicible dans les pratiques de recherche. La constitution des personnages emprunte également aux deux univers de la science et du théâtre. En effet, nous avons cherché à façonner des figures cohérentes et contrastées22 tout en veillant à les habiller – au sens figuré comme au sens propre – pour qu’ils contribuent, par leurs caractères et leurs comportements, à une transmission incarnée de cette confrontation d’expériences.

78Au final, cette aventure s’est nourrie des débats actuels autour des porosités croissantes entre sciences et sociétés. On peut tout d’abord penser aux théories « non représentationnelles » qui invitent à des modes d’expressions scientifiques vivants et créatifs. Par ailleurs, l’observation de l’emprise grandissante, dans nos propres pratiques de recherche et d’enseignement, de méthodologies hybrides visant à explorer et mieux comprendre des situations complexes et incertaines (scénarios, jeux de rôles…) a également fortement influencé notre démarche. Enfin, cette représentation d’une discussion à plusieurs voix fait écho à la difficulté récurrente des sessions traditionnelles de communications scientifiques à générer du débat. Nous ignorons si ce type d’animation peut vraiment contribuer à résoudre ce problème. En revanche, il est certain qu’elle amène notre collectif à cultiver un dialogue interne et à progresser dans une compréhension réciproque pour, in fine, arriver à reformuler et affiner notre questionnement :

  • Dans quelle mesure l’approche par les dimensions spatiales permet de compléter, de décaler ou de renouveler les fondements interdisciplinaires de la géographie ?

  • Existe-t-il des objets ou des concepts privilégiés pour intégrer la dimension spatiale dans les pratiques interdisciplinaires ?

  • Enfin, dans un contexte de concurrence renforcée entre les disciplines, comment construire cette interdisciplinarité avec des « sciences sociales connexes » qui tendent également à adopter le « tournant spatial » ?

Bibliographie

Arendt H., Qu’est-ce que la politique ?, Paris, Le Seuil, 1995.

Arnauld de Sartre X., Petit O., « NSS + 20 : un collectif interdisciplinaire en mutation ? », Natures Sciences Sociétés, vol. 21, n° 3, 2013, p. 269-270.

Audiard M., Les tontons flingueurs (dialogue de film), 1963.

Barrué-Pastor M., « L’interdisciplinarité en pratiques », in M. Jollivet (dir.), Sciences de la nature, Sciences de la société, les passeurs de frontières, Paris, CNRS Éditions, 1992, p. 457-475.

Benjaminsen T. A., Svarstad H., « Qu’est-ce que la “political ecology” ? », Natures Sciences Sociétés, vol. 17, n° 1, 2009, p. 3-11.

Besnier J.-M., Perriault J. (dir.), « Interdisciplinarité : entre disciplines et indiscipline », Hermès, n° 67, 2013.

Billaud J. P., « L’interdisciplinarité : un alibi ou un ferment dans la réforme de la recherche ? », Natures Sciences Sociétés, vol. 16, n° 4, 2008, p. 315-316.

Bühlera È.-A., Cavaillé F., Gambino M., « Le jeune chercheur et l’interdisciplinarité en sciences sociales. Des pratiques remises en question », Natures Sciences Sociétés, vol. 14, n° 4, 2006, p. 392-398.

Caron P., « À quels territoires s’intéressent les agronomes ? Le point de vue d’un géographe tropicaliste », Natures Sciences Sociétés, vol. 13, n° 2, 2005, p. 145-153.

Cosgrove D. E., Social formation and symbolic landscape, Madison, University of Wisconsin Press, 1998 (1984).

Debarbieux B., « Territoire-Territorialité-Territorialisation : aujourd’hui encore, et bien moins que demain… », in M. Vanier (dir.), Territoires, Territorialité, Territorialisation. Controverses et perspectives, Rennes, PUR, 2009, p. 75-89.

Deffontaines J.-P., Les sentiers d’un géo-agronome, textes réunis par M. Benoît, C. Blanc-Pamard, J. Brossier et al., Paris, Arguments, 1998.

Duncan J.-S., Duncan N.-G., « The Aestheticization of the Politics of Landscape Preservation », Annals of the Association of American Geographers, vol. 91, n° 2, 2001, p. 387-409.

Goeldner-Gianella L., « Quelle place pour la géographie dans les études environnementales ? », L’Espace Géographique, vol. 39, n° 4, 2010, p. 289-294.

Latour B., « Comment finir une thèse de sociologie. Petit dialogue entre un étudiant et un professeur (quelque peu socratique) », Revue du Mauss, vol. 24, n° 2, 2004, p. 152-174.

Le Floch S., Devanne A. S., Deffontaines J.-P., « La « fermeture du paysage » au-delà du phénomène, petite chronique d’une construction sociale », L’Espace géographique, vol. 34, n° 1, 2005, p. 49-64.

Leroy P., « Sciences environnementales et interdisciplinarité : une réflexion partant des débats aux Pays-Bas », Natures Sciences Sociétés, vol. 12, n° 3, 2004, p. 274-284.

Lussault M., L’homme spatial : la construction sociale de l’espace humain, Paris, Le Seuil, 2007.

Massey D., « Geographies of responsibility », Geografiska Annaler: Series B, Human Geography, vol. 86, n° 1, 2004, p. 5-18.

Mathieu N., « Géographie et interdisciplinarité, rapport naturel ou rapport interdit ? », in M. Jollivet (dir.), Sciences de la nature, Sciences de la société, les passeurs de frontières, Paris, CNRS Éditions, 1992, p. 457-475.

Mathieu N., « Interdisciplinarité interne, interdisciplinarité externe, quel intérêt heuristique pour la géographie ? », in G. Nicolas (dir.), Géographie et langage, interface, représentation, interdisciplinarité, actes du colloque IUKB/IRI (UNIL), Sion, Institut universitaire Kurt Bösch/Société scientifique Ératosthène, 1997, p. 65-82.

Mathieu N., « L’interdisciplinarité entre natures et sociétés, vingt ans après : le point de vue d’une géographe engagée », Écologie & Politique, n° 45 (2), 2012, p. 71-81.

Mitchell D., « Cultural landscapes: just landscapes or landscapes of justice? », Progress in Human Geography, vol. 27, n° 6, 2003, p. 787-796.

Reclus É., « Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes », Revue des deux mondes, n° 63, 1866, p. 354-381. URL : [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k660328], consultée en mai 2016.

Ripoll F., Veschambre V., « Face à l’hégémonie du territoire : éléments pour une réflexion critique », in Y. Jean et C. Calenge (dir.), Lire les territoires, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2002, p. 261-267.

Robbins P., Political ecology: a critical introduction, Malden, Blackwell Publishers, 2004.

Notes

1 Les protagonistes ne développeront pas le sigle… mais on peut imaginer qu’il renvoie à l’« Institut de recherche pour un environnement vivable ».

2 Voir notamment : Billaud J. P., « L’interdisciplinarité : un alibi ou un ferment dans la réforme de la recherche ? », Natures Sciences Sociétés, vol. 16, n° 4, 2008, p. 315-316.

3 Mathieu N., « Géographie et interdisciplinarité, rapport naturel ou rapport interdit ? », in M. Jollivet (dir.), Sciences de la nature, Sciences de la société, les passeurs de frontières, Paris, CNRS Éditions, 1992, p. 457-475. Voir aussi : Mathieu N., « L’interdisciplinarité entre natures et sociétés, vingt ans après : le point de vue d’une géographe engagée », Écologie & Politique, n° 45 (2), 2012, p. 71-81.

4 Voir notamment : Besnier J. M. et Perriault J. (dir.), « Interdisciplinarité : entre disciplines et indiscipline », Hermès, n° 67, 2013.

5 L’interdisciplinarité est au cœur de la ligne éditoriale de cette revue. Voir par exemple le « dossier interdisciplinarité » ouvert en 2004 (vol. 12, n° 1) et régulièrement alimenté au fil des ans ou, plus récemment, Arnauld de Sartre X. et Petit O., « NSS + 20 : un collectif interdisciplinaire en mutation ? », Natures Sciences Sociétés, vol. 21, n° 3, 2013, p. 269-270. Pierrette aurait également pu évoquer certains travaux précurseurs de cette mouvance, tel : Barrué-Pastor M., « L’interdisciplinarité en pratiques », in M. Jollivet (dir.), Sciences de la nature, Sciences de la société, les passeurs de frontières, Paris, CNRS Éditions, 1992, p. 457-475.

6 Voir notamment : Mathieu N., « Interdisciplinarité interne, interdisciplinarité externe, quel intérêt heuristique pour la géographie ? », in G. Nicolas (dir.), Géographie et langage, interface, représentation, interdisciplinarité, actes du colloque IUKB/IRI (UNIL), Sion, Institut universitaire Kurt Bösch/Société scientifique Ératosthène, 1997, p. 65-82.

7 Voir notamment : Bühlera È.-A., Cavaillé F. et Gambino M., « Le jeune chercheur et l’interdisciplinarité en sciences sociales. Des pratiques remises en question », Natures Sciences Sociétés, vol. 14, n° 4, 2006, p. 392-398.

8 Deffontaines J. P., Les sentiers d’un géo-agronome, textes réunis par M. Benoît, C. Blanc-Pamard, J. Brossier et al., Paris, Arguments, 1998.

9 Voir notamment : Caron P., « À quels territoires s’intéressent les agronomes ? Le point de vue d’un géographe tropicaliste », Natures Sciences Sociétés, vol. 13, n° 2, 2005, p. 145-153.

10 Dont témoignent, par exemple, l’affluence soutenue aux éditions des colloques Territoire, Territorialité, Territorialisation (TTT), la mise en place du Collège international des sciences du territoires, et plus généralement la prégnance de la notion dans l’action publique et différents champs disciplinaires (ressource territoriale, agronomie des territoires, territorialisation des politiques publiques…).

11 Voir notamment : Ripoll F. et Veschambre V., « Face à l’hégémonie du territoire : éléments pour une réflexion critique », in Y. Jean et C. Calenge (dir.), Lire les territoires, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2002, p. 261-267.

12 Duncan J. S., Duncan N. G., « The Aestheticization of the Politics of Landscape Preservation », Annals of the Association of American Geographers, vol. 91, n° 2, 2001, p. 387-409.

13 Cosgrove D. E, Social formation and symbolic landscape, Madison, University of Wisconsin Press, 1998 (1984).

14 Mitchell D., « Cultural landscapes: just landscapes or landscapes of justice? », Progress in Human Geography, vol. 27, n° 6, 2003, p. 787-796.

15 Le Floch S., Devanne A. S., Deffontaines J. P., « La “fermeture du paysage” : au-delà du phénomène, petite chronique d’une construction sociale », L’Espace géographique, vol. 34, n° 1, 2005, p. 49-64.

16 Leroy P., « Sciences environnementales et interdisciplinarité : une réflexion partant des débats aux Pays-Bas », Natures Sciences Sociétés, vol. 12, n° 3, 2004, p. 274-284.

17 En l’occurrence : Lussault M., L’homme spatial : la construction sociale de l’espace humain, Paris, Le Seuil, 2007.

18 Voir notamment Goeldner-Gianella L., « Quelle place pour la géographie dans les études environnementales ? », L’Espace Géographique, vol. 39, n° 4, 2010, p. 289-294.

19 Voir notamment Benjaminsen T. A., Svarstad H., « Qu’est-ce que la “political ecology” ? », Natures Sciences Sociétés, vol. 17, n° 1, 2009, p. 3-11 ; ainsi que Robbins P., Political ecology: a critical introduction, Malden, Blackwell Publishers, 2004.

20 Arendt H., Qu’est-ce que la politique ? Paris, Le Seuil, 1995. Et à défaut : Audiard M., Les tontons flingueurs (dialogue de film), 1963.

21 Ce qui est ici l’occasion de rappeler deux sources d’inspiration : Latour B., « Comment finir une thèse de sociologie. Petit dialogue entre un étudiant et un professeur (quelque peu socratique) », Revue du Mauss, vol. 24, n° 2, 2004, p. 152-174 ; ainsi que Debarbieux B., « Territoire-Territorialité-Territorialisation : aujourd’hui encore, et bien moins que demain… », in M. Vanier (dir.), Territoires, Territorialité, Territorialisation. Controverses et perspectives, Rennes, PUR, 2009, p. 75-89.

22 Pour Pierrette, cf. ibid. Les figures d’Élisée et de Doreen renvoient respectivement à Reclus É., « Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes », Revue des deux mondes, n° 63, 1866, p. 354-381 ; et Massey D., « Geographies of responsibility », Geografiska Annaler: Series B, Human Geography, vol. 86, n° 1, 2004, p. 5-18.

Auteurs

Vincent Banos est ingénieur-chercheur en géographie à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea), au sein de l’unité de recherche Environnement, territoires et infrastructures (ETBX), à Bordeaux.
Anne Gassiat est ingénieure-chercheure en géographie à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea), au sein de l’unité de recherche Environnement, territoires et infrastructures (ETBX), à Bordeaux.
Sabine Girard est ingénieure-chercheure en géographie au sein de l’unité de recherche Développement des territoires de montagne (DTM) de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea), membre du Laboratoire d’excellence innovation et territoire de montagne (LabEx ITEM), à Grenoble.
Alain Gueringer, combinant une double formation de géographe et d’agronome, est ingénieur-chercheur au sein de l’UMR Métafort à Clermont-Ferrand et rattaché à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea).
Baptiste Hautdidier est ingénieur-chercheur en géographie à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea), au sein de l’unité de recherche Environnement, territoires et infrastructures (ETBX), à Bordeaux.
Marie Houdart est chargée de recherche en géographie à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea), au sein de l’UMR Métafort (Mutations des activités, des espaces et des formes d’organisation dans les territoires ruraux), à Clermont-Ferrand.
Sophie Le Floch est chargée de recherche en géographie à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea), au sein de l’unité de recherche Environnement, territoires et infrastructures (ETBX), à Bordeaux.
Françoise Vernier est ingénieure-chercheure en agro-géographie à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea), au sein de l’unité de recherche Environnement, territoires et infrastructures (ETBX), à Bordeaux.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search