Version classiqueVersion mobile

L’espace en partage

 | 
Yves Bonny
, 
Nicolas Bautès
, 
Vincent Gouëset

Première partie. Voisinages, coprésence, appropriations

Le rapport au lieu de vie

Une lecture de la cohabitation entre agriculteurs et résidents périurbains (Hérault, France)

Brigitte Nougarèdes, Jacqueline Candau et Christophe Soulard

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’attrait pour la maison individuelle ne se dément pas trente ans après son initiation dans les ann (...)

1Depuis les années 1970, la périurbanisation se développe en France. Caractéristique de la société urbaine actuelle, la périurbanisation est tantôt perçue comme un facteur de renouveau pour les campagnes (Kayser, 1996), tantôt critiquée pour ses conséquences environnementales et sociales. En effet, elle traduit l’émiettement d’une ville au développement non maîtrisé, ce qui accentue la pression sur les espaces naturels (Charmes, 2011 ; Estèbe, 2004). Les dynamiques sociales qui sous-tendent ce processus révèlent aussi l’aspiration des Français à accéder à la propriété et leur désir de vivre en maison individuelle1 dans un cadre campagnard (Kayser, 1996). Elle s’accompagne aussi d’un développement de la mobilité et en particulier de l’« automobilité » (Urry, 2004) favorisé par une politique d’aide à l’accession à la propriété tournée vers le logement individuel pavillonnaire (Jaillet, Jalabert, 1982). Ainsi, la vie dans les lotissements périurbains est devenue un nouveau mode de vie (Haumont et al., 1966). Plusieurs auteurs indiquent que ce mode de vie traduit le rejet de l’altérité et la quête d’un « entre-soi protecteur » basé sur l’homogénéité sociale du périurbain (Donzelot, 2004 ; Jaillet, 2004). Une sociabilité labile s’installe, fondée sur l’évitement et le retranchement sur la sphère privée (Charmes, 2005), pouvant aller jusqu’à des formes de sécession sociale (Jaillet, 1999). Toutefois, certains travaux nuancent cette analyse du mode de vie périurbain, réfutant notamment l’homogénéité sociale présumée de ces espaces (Dodier, 2007/1) ou relativisant la quête d’un « entre-soi » face à la multitude des facteurs intervenant dans le choix du lieu de vie (Djefal, Eugène, 2004 ; Cailly, 2007).

2Ce chapitre entend contribuer à ce débat en interrogeant plus spécifiquement les relations entre habitants et agriculteurs du périurbain qui n’ont suscité que de rares travaux (Bernard et al., 2006). Il repose sur une enquête réalisée dans des communes périurbaines de l’Hérault, un département en forte croissance urbaine où de nouveaux types d’habitat agricole ont été mis en place pour pérenniser l’activité agricole tout en l’adaptant au contexte de périurbanisation des villages. Ces types d’habitat traduisent selon nous la manière dont la cohabitation entre agriculteurs et résidents évolue et se renégocie en périurbain. Qu’en est-il des relations sociales entre agriculteurs et autres habitants ? Retrouve-t-on les logiques de repli sur la sphère privée ? Observe-t-on au contraire des relations sociales plus intenses et plus ouvertes ? Qu’est-ce qui tient aux spécificités de l’activité agricole (ici viticole) ? Qu’est-ce qui tient aux profils sociaux et relationnels des habitants ?

3Pour répondre à ces questions, le concept de « rapport au lieu de vie » nous sert de fil conducteur pour étudier la manière d’habiter d’un individu – inséré dans son ménage – selon les dimensions spatiales, sociales et politiques. Il vise à appréhender la manière dont les habitants du périurbain – ici les agriculteurs et leurs voisins résidents – cohabitent et s’approprient (ou se partagent) l’espace communal. Précisons tout d’abord pourquoi cette question a pris de l’importance aujourd’hui.

La cohabitation entre agriculteurs et résidents : une question posée dans l’Hérault

  • 2 Loi d’orientation foncière n° 67-1253 du 30 décembre 1967.
  • 3 « Peuvent être classés en zone agricole les secteurs de la commune, équipés ou non, à protéger en r (...)
  • 4 Selon les dispositions de l’article R. 123-7, « les constructions et installations nécessaires aux (...)
  • 5 La commune étant la seule compétente pour délivrer les permis de construire et élaborer le document (...)
  • 6 Les services instructeurs peuvent être les communes elles-mêmes, les intercommunalités ou les servi (...)

4Le département de l’Hérault est un cas exemplaire des nouveaux rapports qui se nouent entre agriculteurs et résidents du périurbain. La croissance démographique y est une des plus fortes de France. Mais ici, c’est par le biais des politiques d’aménagement que les communes se sont saisies du problème des relations entre agriculteurs et résidents. En effet, depuis l’instauration des documents d’urbanisme communaux2, les zones dites agricoles3 sont devenues inconstructibles, bien que les exploitants agricoles bénéficient, de par leur statut d’agriculteur, d’une dérogation leur permettant d’y construire bâtiments d’exploitation et logements. La situation s’est durcie depuis la promulgation de la loi Solidarité et Renouvellement urbains en 2000 qui promeut un développement urbain durable et une protection renforcée des espaces agricoles périurbains. La réglementation des zones agricoles se voit alors restreinte via l’introduction d’un principe de « nécessité4 » qui réduit le droit à construire des agriculteurs, limitant en particulier leur possibilité de construire des logements en zone agricole. Cette loi est mise en œuvre dans le cadre de la décentralisation qui octroie la compétence de gestion des usages du sol aux communes5, sous le contrôle de services instructeurs6 et des services de l’État. Cette politique étant dès lors mise en œuvre par les collectivités territoriales, la restriction d’accès à la construction de logements pour les agriculteurs relève d’une négociation locale entre élus, services instructeurs et professionnels agricoles, impliquant parfois des interventions d’habitants. La place de l’activité agricole dans la vie locale peut alors se trouver mise en débat.

5Dans l’Hérault, des actions ont été initiées pour simultanément répondre à la demande de logements d’agriculteurs et prévenir ou résoudre des conflits de voisinage liés à la proximité entre les espaces résidentiels et l’activité agricole, tout en cherchant à préserver les paysages. Sous l’impulsion du département, des collectivités locales ont opté pour un regroupement des constructions agricoles. Ces regroupements peuvent prendre plusieurs formes : la délimitation de sous-secteurs constructibles dans les zones agricoles, le regroupement de hangars agricoles ou leur intégration dans une zone d’activités économiques, voire la création d’un lotissement agricole accueillant bâtiments techniques et logements pour agriculteurs, ce lotissement pouvant être inséré dans un quartier nouvellement loti. Ces divers regroupements peuvent être localisés en ceinture de l’espace bâti ou à l’extérieur du village, ce en fonction des opportunités foncières, mais aussi en fonction des visions politiques de la « bonne cohabitation » recherchée entre activité agricole et pratiques résidentielles (Nougarèdes, 2015).

6Notre hypothèse est que ces projets fonciers créent une situation propice à une mise en évidence des relations qui se nouent – se jouent – entre les agriculteurs et les résidents du voisinage, entre des agriculteurs pour qui ce lieu est à la fois un lieu de travail et un lieu de vie, et les résidents du voisinage qui, pour la majorité d’entre eux, ont leur logement ici tout en travaillant à l’extérieur de la commune. Nous avons donc choisi d’observer les relations dans les communes où se déroulaient de tels projets, et de placer le focus sur les relations de voisinage au sein de ces lieux de regroupement des bâtiments et/ou logements agricoles.

7Une première enquête, réalisée en 2006, nous a conduits à analyser la perception de l’activité agricole par les résidents de deux communes de l’Hérault. Cette enquête a mis en évidence une diversité de perceptions des nuisances liées à l’activité agricole. Cette diversité se comprenait en partie par les configurations spatiales qui font varier le niveau d’exposition aux nuisances, ainsi que les effets des rythmes temporels du travail agricole, ce travail pouvant déranger les résidents à leurs heures de repos. Pour autant, nous avions également constaté que l’appréciation des gênes sonores ou olfactives par les résidents mitoyens, donc exposés aux mêmes phénomènes, différait non seulement en termes d’intensité ressentie mais aussi en termes de jugement, certains trouvant agréable ce que d’autres pouvaient trouver incommodant. Nous avons alors fait l’hypothèse qu’il n’y avait pas de jugements partagés sur l’attrait ou le rejet d’un voisinage agricole, mais que cela renvoyait à un rapport au lieu de vie plus complexe, faisant appel à d’autres dimensions de l’habiter, comme par exemple la proximité sociale avec le milieu agricole ou encore les motifs à l’origine du choix d’aller habiter en périurbain. Il convient dès lors de préciser le sens théorique que nous donnons ici au concept de rapport au lieu de vie.

Comprendre la cohabitation grâce au concept de rapport au lieu de vie

8Selon le Centre national des ressources textuelles et lexicales, la cohabitation recouvre deux significations : i) la situation de plusieurs personnes vivant dans une habitation commune ; ii) et par extension, le sens de voisinage, de vie commune. Selon le dictionnaire Larousse, cohabiter c’est aussi « vivre avec un autre groupe (ethnique, politique, etc.) présent sur le même territoire ou dans le même espace juridique, sans remettre en cause le système existant ». Reprenant cette acception du terme, la cohabitation renvoie pour nous au partage d’un territoire entre divers usagers, le territoire étant conçu comme un espace à la fois géographique et social (Di Méo, 1998). Les deux dimensions, spatiale et sociale, sont donc constitutives de la notion de cohabitation. Il s’agit d’une composante de l’habiter de chaque individu, celle qui renvoie aux interactions entre habitants qui partagent un même espace.

  • 7 Voir Cailly, Dodier, 2007/4 ; Cailly, 2008 ; Stock, 2006.

9Nous pouvons alors nous référer au concept de mode d’habiter élaboré par les géographes depuis les années 1990. La plupart des géographes abordent l’habiter du point de vue du rapport de l’individu à l’espace7. Il s’agit alors de déceler les processus identitaires et d’appropriation des lieux, qui sous-tendent la question du partage de l’espace, et qui renvoient aux « valeurs », « normes » et « représentations symboliques » que représentent les lieux pour les individus (Cailly, 2008). Bien que ce rapport individuel à l’espace soit fondamental, on ne peut ignorer la dimension sociale inhérente à l’habiter, qui intègre de fait le « cohabiter », chaque lieu constituant potentiellement un espace de socialisation et de confrontation des différents modes d’habiter. De plus, on ne peut évacuer le fait que la référence identitaire à un lieu, le fait « d’être d’ici » par exemple, est élaborée en référence à un groupe social. Selon Sencébé (2004), le sentiment d’appartenance locale combine en fait deux notions : l’espace d’appartenance et l’espace de référence. Le premier correspond au sentiment d’être « chez soi », c’est le rapport au groupe social. Le second correspond à la familiarité des lieux fréquentés, c’est l’espace de référence (Rémy, 1998, cité par Sencébé, 2004).

10Par ailleurs, en multipliant les lieux de résidence et d’activité, la mobilité conduit au développement de modes d’habiter « poly-topiques » (Stock, 2006), au sens où les individus pratiquent plusieurs lieux, ce qui les conduit à combiner plusieurs espaces d’appartenance et de référence. Si, autrefois, le quartier ou le village étaient des lieux de vie hérités, aujourd’hui ces lieux sont non seulement choisis, mais leur caractère permanent disparaît. Ils sont changeants et multiples. On peut donc supposer que cette multiplication des lieux de références façonne le rapport actuel au lieu de vie. Cette proposition est étayée par les travaux qui mettent en évidence des modes d’habiter peu ancrés localement, caractéristiques de rapports fonctionnels au lieu de vie, fondés par exemple sur un choix stratégique par rapport à l’accès aux services (Jaillet, 2004) et caractérisés par un faible attachement au lieu lui-même, au point que celui-ci peut devenir interchangeable (Leloup, 2005).

11Ces mobilités modifient aussi les relations sociales, remettant en question l’appartenance à des groupes sociaux, notamment les formes traditionnelles d’appartenance (Kaufmann, 2001 ; Gauchet, 1998/2). Ceci se traduit par le développement « d’affinités électives » (Forsé, 1991) aux dépens ou en parallèle de relations sociales instituées (famille, parti, église, école, etc.).

12La diversité des modes d’habiter questionne le rapport au lieu de vie et la construction des réseaux de sociabilités. Le concept de rapport au lieu de vie vise à appréhender le rapport de l’individu à l’espace simultanément physique et social. Au-delà d’une analyse en termes d’appartenance, il vise aussi à mettre en évidence le mode d’appropriation du lieu dans ses dimensions spatiales (via les pratiques quotidiennes sur le lieu de résidence), sociales (via la construction ou non de relations sociales au sein du lieu de vie) et politiques (via les représentations de ce lieu et des politiques qui y sont conduites). Dans notre cas d’étude, il consiste à confronter comment se vit et se régule le partage de l’espace communal entre : i) les ménages agricoles dont on fait l’hypothèse qu’ils auront souvent un rapport au lieu de vie plus ancré à cause parfois d’un héritage familial local et/ou d’une activité professionnelle exercée sur place ; et ii) des ménages de résidents non agriculteurs dont le rapport au lieu se caractérise majoritairement par des modes d’habiter poly-topiques. Mais, ces propositions caricaturales se retrouvent-elles sur le terrain ? Et surtout, quelles en sont les conséquences sur la cohabitation entre agriculteurs et résidents ? Regardons alors comment concevoir et mener l’enquête pour décrire ces rapports au lieu de vie.

Décrypter les rapports au lieu de vie : une enquête dans trois communes périurbaines et viticoles

13Pour exposer notre démarche méthodologique, nous présentons d’abord les critères qui ont guidé le choix de notre terrain d’enquête et des personnes à interviewer. Puis nous exposons comment nous avons conçu et traité les entretiens destinés notamment à reconstituer les réseaux de sociabilité.

Figure 1 : Communes étudiées dans le département de l’Hérault.

Figure 1 : Communes étudiées dans le département de l’Hérault.

Des entretiens réalisés auprès de résidents et agriculteurs voisins

14Notre enquête repose sur l’analyse comparée de trois communes périurbaines situées dans la plaine littorale de l’Hérault. Le choix de ces communes tient au départ à l’existence dans chacune d’elle d’initiatives portant sur la gestion du bâti agricole étudiée dans le cadre d’une thèse (Nougarèdes, 2013). Elles n’ont donc pas la prétention à représenter toute la diversité socio-spatiale des zones périurbaines de l’Hérault. Par contre, ce sont des communes où les problèmes de cohabitation entre activités agricole et résidentielle se sont traduits par des projets de regroupement du bâti agricole, à des stades plus ou moins avancés. L’existence et l’implantation spatiale de ces projets ont orienté les lieux et individus sélectionnés pour l’enquête dans les trois communes.

15Saint-Georges-d’Orques, commune de 5 256 habitants (INSEE, 2009) insérée dans la première couronne à l’ouest de Montpellier, présente une croissance démographique et un solde migratoire annuel positif qui témoigne de l’apport de populations nouvelles. L’activité viticole y est encore présente sous des formes variées (caves coopératives et particulières, zone AOC). Des exploitations viticoles sont localisées dans le centre-bourg, en zone pavillonnaire et dans quelques mas isolés. Un projet de regroupement du bâti a émergé sans déboucher sur des réalisations.

16Saint-Geniès-des-Mourgues, commune de 1 621 habitants (INSEE, 2009) connaît une forte dynamique viticole (cave coopérative). Elle est localisée dans la deuxième couronne de Montpellier, à l’est. La croissance démographique de cette commune est plus modeste, limitée par une volonté affirmée de la municipalité de freiner l’étalement urbain. Une réglementation stricte des constructions agricoles a conduit à la réalisation de deux opérations d’aménagement : un regroupement de hangars viticoles construits au début des années 1990 et, à proximité, la création en 2006 d’un lotissement agricole intégré à un nouveau quartier résidentiel ; Pinet, commune viticole en cours de périurbanisation, compte 1 351 habitants (INSEE, 2009), et est située à proximité d’Agde et de Pézenas. Fer de lance de l’AOC Picpoul, la viticulture reste l’activité économique principale de la commune, avec 99 exploitations dont 40 professionnelles (source : Agreste, RGA 2000). Les sièges d’exploitations sont localisés dans le centre du village ou dans les lotissements pavillonnaires. En 1990, la municipalité a délimité deux secteurs constructibles au sein de sa zone agricole.

17Dans les trois communes, les personnes interviewées ont été choisies en privilégiant d’une part la proximité d’habitation entre agriculteurs et résidents, et d’autre part, en cherchant à couvrir une diversité de profils socio-professionnels. Les enquêtes ont été réalisées sur deux périodes : une première série effectuée en 2006 a porté sur les communes de Saint-Geniès-des-Mourgues (tous secteurs et secteur du premier regroupement de hangars agricoles) et de Saint-Georges-d’Orque (tous secteurs confondus). La deuxième série d’enquêtes, réalisée en 2011, a porté sur le secteur du nouveau lotissement agricole de Saint-Geniès-des-Mourgues et sur la commune de Pinet (tous secteurs confondus).

18Autant que faire se peut, notre dispositif d’enquête a privilégié l’entité du ménage. La sélection des ménages agricoles a été pensée pour prendre en compte la diversité i) du profil des exploitants : origine (locale/extérieure), âge et statut professionnel (jeunes installés, viticulteurs proches de la retraite, pluriactifs…), ii) des structures d’exploitation (taille, mode de commercialisation) et de leur localisation (centre médiéval, extensions xixe siècle, pavillonnaire, mas isolés). Pour les ménages de résidents non-agriculteurs, nous avons privilégié la proximité spatiale avec l’activité agricole (voisins d’exploitation, de bâtiments d’exploitation, de parcelles exploitées), en distinguant aussi leur logement (maison de village, villa, appartement/propriété, location/accès aidé ou non) et leur secteur d’habitation (centre ancien, pavillonnaire, isolé). Les entretiens avec les agriculteurs ont été conduits avec le chef d’exploitation en présence ou non de son époux.se. Pour les foyers de résidents comportant plusieurs membres, l’entretien a été conduit avec un des parents en présence parfois de son conjoint.

Tableau 1 : Agriculteurs et résidents enquêtés par commune et suivant le type d’habitat.

Agriculteurs

Résidents

Saint-Geniès-des-Mourgues

Centre village

10

3

Pavillonnaire

4

7

Mas

3

Possédant un hangar dans le regroupement/lotissement contigu

(7)

6

Hameau agricole/lotissement contigu

6

10

Hors lotissement

1

1

Sous-total

24

27

Saint-Georges-d’Orques

Centre village

4

5

Pavillonnaire

3

9

Mas

2

Sous-total

9

14

Pinet

Centre village

2

2

Secteur agricole constructible

7

Pavillonnaire ou pavillonnaire contigüe du secteur agricole constructible

3

7

Sous-total

12

9

Total

45

50

95

Source : Enquêtes terrains 2006 et 2011.

19Notre corpus rassemble ainsi les entretiens réalisés auprès de 45 agriculteurs (dont 6 ont été enquêtés 2 fois) et 50 résidents (dont 3 ont été enquêtés 2 fois) dont les caractéristiques sont présentées dans le tableau 1 ci-dessus. L’analyse de réseau a été menée uniquement dans la deuxième phase d’enquête, sur l’entretien de 43 habitants (21 agriculteurs et 22 résidents).

Des entretiens pour caractériser le rapport au lieu de vie

20La caractérisation du rapport au lieu de vie de l’habitant (agriculteur ou non agriculteur) suppose d’appréhender son double rapport à l’espace géographique et à l’espace social. Dans cette perspective, notre guide d’entretien abordait les thèmes suivants :

  • son parcours de vie : ses origines sociales et géographiques, sa trajectoire résidentielle ;

  • ses représentations du lieu dans lequel il vit, comment il le qualifie en tant que lieu géographique et espace social, quels ont été ses critères pour choisir ce lieu de vie, la place de l’activité agricole dans ce lieu ;

  • ses pratiques spatiales et sociales : son mode d’habiter (via la spatialisation de ses activités quotidiennes), son réseau de sociabilité ;

  • son point de vue sur la politique conduite sur la commune, notamment sur les projets de regroupement agricole.

21Le choix d’une approche à l’échelle de l’individu permet de développer une analyse fine des représentations et des pratiques qui serait plus délicate à mener à l’échelle du ménage. Toutefois, le ménage étant la première cellule sociale, nous avons abordé les pratiques de la famille pour cerner la spatialisation des activités quotidiennes à travers diverses relations sociales telles que les relations liées à la scolarisation des enfants, les relations familiales qui intègrent généralement l’ensemble des membres du ménage, les relations d’amitiés et de loisirs qui intègrent tout ou partie des relations du couple, et les relations de voisinage qui sont généralement communes aux membres du foyer. Nous avons centré l’analyse des pratiques sur les parents qui sont maîtres des décisions concernant le choix du lieu de vie et concernés par la politique conduite au sein de la commune.

  • 8 « La sphère du travail est constituée de l’ensemble des activités financièrement rémunérées et des (...)

22Pour saisir le rapport au lieu de vie, nous avons choisi de nous focaliser sur les pratiques de la vie quotidienne et sur les relations de sociabilité développées dans ce cadre. Cet espace spatio-temporel de l’habiter quotidien, Vincent Kaufmann (2001) le circonscrit à partir d’une part, du système de mobilité spatiale qui différencie la mobilité quotidienne, des mobilités résidentielle, de voyage et de migration, et d’autre part, de la définition des sphères d’activité de la vie quotidienne8 (cf. tableau 2). Nous avons repris cette grille de lecture en la complétant par trois sphères relationnelles : la sphère familiale, la sphère des amitiés et celle des relations de voisinage. Nous avons porté une attention particulière aux relations de voisinage dans la mesure où s’y joue la proximité spatiale. Nous avons également cherché à situer les relations sociales établies dans la commune au regard de l’ensemble des relations de sociabilité.

  • 9 Cette notion recouvre quatre critères : la fréquence et la durée des interactions, l’intensité émot (...)

23Pour identifier les relations des enquêtés, nous avons mobilisé l’approche des réseaux sociaux qui permet d’éviter l’infinitude que pose la délimitation des réseaux de sociabilité via l’élaboration de questions nommées « générateurs de noms » (Degenne, Forsé, 1994). Nous avons opté pour un générateur de nom unique qui sélectionne les relations en fonction de la force du lien9 (Granovetter, 1973). La question était : « Pouvez-vous me citer les personnes dont vous vous sentez proche ? » Nous avons précisé qu’il s’agissait des relations qui peuvent dépasser l’activité concernée (le travail, le loisir, etc.) et se poursuivre en dehors de cette activité. L’objectif de cette question était de sélectionner les « liens affinitaires » les plus « forts » entendus ici comme ceux qui dépassent le cadre de l’activité observée pour s’inscrire dans le domaine de « l’intime », de la vie privée. Néanmoins, nous n’avons pas appliqué cette règle pour les relations de voisinage que nous souhaitions explorer de manière exhaustive.

Tableau 2 : Typologie des activités de la vie quotidienne.

Activité rémunérée

Activité non-rémunérée

Temps contraint

sphère du travail

sphère domestique

Temps « libre »

sphère de l’engagement

sphère du temps libre

D’après Kaufmann, 2001, p. 9.

24Pour analyser cette dimension des entretiens, nous avons reconstitué de manière exhaustive le réseau de relations de la personne enquêtée – certaines pouvant être celles du ménage – à partir de ses déclarations sur ses propres relations et celles qu’entretiennent entre elles les personnes qu’elle a citées. Le réseau de sociabilité qui est alors établi n’est pas le réseau le plus large mais au contraire le réseau de sociabilité le plus étroit. Cette méthode permet de mettre en regard le réseau global de sociabilité quotidienne de l’individu et la part de ce réseau qui se déploie au sein de la commune.

Rapports au lieu de vie et conceptions du « vivre-ensemble »

25L’analyse des entretiens et la reconstitution des réseaux de sociabilité ont permis de dégager quatre types de rapport au lieu de vie. Ces types correspondent à des figures idéales-typiques au sens de Weber. Pour les exposer, nous présenterons leurs caractéristiques que nous illustrons par le graphique d’un réseau de pratiques et relations d’un enquêté rattaché à chacun des types. Nous terminerons en commentant les caractéristiques des enquêtés qui se rattachent à ce type.

Le rapport identitaire au lieu de vie

26Majoritairement originaires de la commune, ces habitants ont toujours vécu auprès de l’activité viticole qui fait partie de l’identité de la commune et de leur identité propre. Ils s’investissent plus ou moins dans la vie locale où ils possèdent un réseau de sociabilité important combinant relations familiales et amicales (cf. figure 2).

Figure 2 : Spatialisation des activités du ménage et du réseau de sociabilité d’un habitant ayant un rapport identitaire au lieu de vie.

Figure 2 : Spatialisation des activités du ménage et du réseau de sociabilité d’un habitant ayant un rapport identitaire au lieu de vie.

Notes : Originaire de la commune, M. V. a dû partir pour des raisons professionnelles puis est revenu vivre dans son village. Membre de l’équipe de foot, il participe aussi à toutes les animations du village. Il aime entendre le bruit du tracteur de son voisin viticulteur : « Le bruit du tracteur, ça me rassure ; ça me rappelle que je vis encore dans un village rural. »

27Ils ne sont pas gênés par l’activité agricole et en apprécient au contraire les bruits et les odeurs. Pour eux l’agriculture doit être maintenue dans les villages car elle contribue au maintien de son caractère rural et à la vie sociale du village. Ils perçoivent les « regroupements agricoles » comme une forme de ségrégation sociale et voient dans ces projets une tendance qui pousse à faire « des villages pour riches » dont ils craignent d’être exclus du fait de l’incapacité de leurs enfants à s’y installer à leur tour. Les plus proches du milieu agricole acceptent ces projets sans réserve mais les plus jeunes trouvent anormal que l’on offre de telles conditions d’accès au logement aux agriculteurs qui possèdent déjà des biens immobiliers.

28Le rapport au lieu de vie de ces habitants est marqué par un fort ancrage territorial. Ils sont enracinés dans un lieu principal, qui peut être à la fois hérité et choisi (Sencébé, 2004/1). C’est la tradition et la mémoire qui constituent le ciment de la cohésion sociale. Il s’accommode facilement de petits arrangements locaux et révèle une moindre sensibilité aux questions d’injustice soulevées par les regroupements sauf chez les plus jeunes pour qui la solidarité liée à l’appartenance locale cède le pas à la demande d’équité sociale.

29On retrouve dans ce type la plupart des agriculteurs des trois communes (42 sur 45 enquêtés). Cependant, sur 21 agriculteurs pour lesquels nous avons établi le réseau de sociabilité, seulement 6 déclarent des relations établies avec des résidents de la commune dans le cadre de leurs activités de loisir. Bien que très ancrés localement les agriculteurs ne développent donc pas systématiquement de relations avec les résidents de leur commune. Pourtant 18 résidents partagent leur rapport identitaire au lieu. On ne constate pas de concordance entre le rapport au lieu de vie et l’appartenance à une catégorie socio-professionnelle. Alors que les résidents (non-agriculteurs) de ce groupe sont relativement âgés, leur âge se situe majoritairement dans une tranche supérieure à 45 ans, les agriculteurs, eux, peuvent être plus jeunes. Nombre d’entre eux indiquent volontiers que le désir de rester vivre sur la commune est un des éléments qui les a conduits à choisir ce métier.

L’ancrage local

30Ici, le rapport au lieu de vie est marqué par la volonté de s’ancrer dans un territoire à échelle humaine et d’intégrer des réseaux d’interconnaissance propres aux habitants qu’ils estiment « du lieu ». Pour ces habitants, cet ancrage est assuré par un investissement dans la vie locale. Ils participent aux activités de loisirs de la commune, font travailler les artisans locaux, etc. Leur intégration est facilitée par la scolarisation des enfants. Ils construisent progressivement des relations de sociabilité locale (cf. figure 3). Ce rapport au lieu de vie est développé majoritairement par des jeunes couples qui voient dans le village un espace social sécurisant et un environnement sain pour élever leurs enfants. Mais il concerne également certains retraités qui souhaitent s’offrir une deuxième vie, dans un cadre de vie agréable et un environnement social qui les protège du risque d’isolement. L’activité agricole participe pour eux à maintenir le caractère rural de ces villages.

Figure 3 : Spatialisation des activités du ménage et du réseau de sociabilité d’une habitante en recherche d’un ancrage local.

Figure 3 : Spatialisation des activités du ménage et du réseau de sociabilité d’une habitante en recherche d’un ancrage local.

Notes : Originaire de la région parisienne, Mme N. a décidé avec son mari et ses deux enfants de rejoindre ses beaux-parents installés dans la région depuis leur retraite. Ils cherchaient un petit village au calme. Ils ont trouvé une maison en bordure de lotissement près des vignes et sont tombés amoureux du village. Elle souhaite participer à la vie du village et a intégré le comité des fêtes et l’association des parents d’élèves. Son mari et ses enfants pratiquent leurs loisirs sur la commune. Elle apprécie de vivre à proximité des viticulteurs et approuve la politique communale.

31Ce type d’habitant est très proche de celui « des nouveaux enracinés » (Giusepelli, 2006/2) caractérisé par la même volonté de s’intégrer localement et le même attrait pour l’agriculture et le monde rural. On retrouve aussi à travers cette figure un rapport « engagé » à l’espace (Sencébé, 2004), la relation au lieu de vie relevant davantage du choix que de la tradition ou de l’héritage. L’intégration de l’agriculture comme élément qualitatif du lieu de vie favorise la tolérance vis-à-vis de l’activité viticole. Mais la recherche d’un cadre de vie sécurisé pour les enfants fait apparaître des attentes – notamment le développement de pratiques respectueuses de l’environnement – qui peuvent générer des tensions avec les agriculteurs.

32Même s’ils sont attirés par le même modèle de « vivre ensemble » que les habitants originaires du lieu, ils appréhendent différemment la gestion de la commune. Ils rejettent fermement les petits arrangements locaux. Ils sont favorables au soutien de l’activité agricole, mais dénoncent le soutien à certains exploitants jugés aisés ainsi que les irrégularités de procédure (soupçons de passe-droit) qui ont, pour certains, fait perdre tout sens à l’effort de solidarité annoncé pour justifier les regroupements agricoles. Toutefois, leur manière d’aborder les agriculteurs se fait plutôt dans l’échange, la négociation et la recherche de compromis que dans l’affrontement et le conflit.

33Ce groupe comporte essentiellement des habitants non-agriculteurs (12 contre 2 agriculteurs). L’un des deux agriculteurs est originaire du milieu agricole. Contraint de quitter l’exploitation suite au partage des biens familiaux, il a installé sa cave particulière dans une autre commune. Grâce à la vente directe de ses produits, il connaît beaucoup de monde sur la commune et s’est impliqué dans les animations locales sur le vin et le syndicat de crû. L’autre agriculteur n’est pas issu du milieu agricole. Originaire d’une ville voisine, il était architecte et s’est converti après avoir épousé une fille d’agriculteur. Il est aujourd’hui conseiller municipal et déclare qu’il ne s’est réellement senti intégré dans le village que suite à sa conversion au métier de viticulteur.

Le repli domestique

  • 10 L’espace domestique, selon Jean-François Staszack (2001), est constitué de la maison et éventuellem (...)

34Les origines sociales et géographiques de ces résidents sont plus diversifiées que celles des personnes des types précédents. Ils n’ont pas choisi un lieu précis ou un type de commune mais une maison, car ils cherchent à se constituer un espace domestique10 qui leur convient. On trouve ici des jeunes couples qui souhaitent accéder à un logement plus spacieux, agrémenté si possible d’un jardin, et dont la localisation offre un relatif isolement, mais également des retraités qui viennent « pour profiter de la tranquillité de la campagne et du soleil ». Ces habitants tendent à vivre repliés chez eux. Ils ne cherchent pas à développer des relations dans la commune, prétextant ne pas en avoir le temps ou déclarant ouvertement vouloir « ne rien devoir à personne ». De fait, ils ne s’investissent pas dans la vie du village. Toutefois, certains développent des relations avec leurs voisins les plus proches (cf. figure 4).

Figure 4 : Spatialisation des activités du ménage et du réseau de sociabilité d’un habitant ayant un rapport au lieu de vie fondé sur le repli domestique.

Figure 4 : Spatialisation des activités du ménage et du réseau de sociabilité d’un habitant ayant un rapport au lieu de vie fondé sur le repli domestique.

Notes : M. et Mme D. sont originaires de Normandie. À la retraite, ils ont souhaité s’installer dans le sud. Ils achètent une villa près des vignes : « On a acheté pour la tranquillité parce qu’ici, il n’y a rien, pas de services, rien. » Ils vont peu dans le village et ne connaissent personne mais ont sympathisé avec leurs voisins. Ils sont favorables à la politique de la commune « tant qu’elle permet de contenir l’urbanisation » et déclarent « préférer avoir des vignes près de chez eux que des lotissements ». Au courant de certaines dérives concernant l’accès au secteur agricole constructible, M. D. banalise ces pratiques : « En Normandie tout se faisait aussi comme ça : détourné…, mais moi je ne veux m’occuper de rien, je ne veux pas d’ennuis. »

35Leurs perceptions de l’activité agricole et de ses nuisances sont diverses, sans attitude délibérément hostile vis-à-vis de cette activité. Une partie d’entre eux ne se sent pas compétente pour émettre un avis sur la politique communale en matière agricole, mais avec un a priori favorable car pour eux, préserver l’activité agricole est un moyen de préserver leur cadre de vie. Nous n’avons pas identifié d’agriculteur parmi les personnes rencontrées ayant ce rapport au lieu de vie (soit 9 personnes).

36Pour ces habitants le lieu de résidence est réduit à l’espace domestique : la maison et son jardin, qui leur permet de s’isoler de la vie sociale et leur fournit un espace de « repos social » (Banos et al., 2009). Il n’y a pas d’« ici » véritable, puisque cet « ici » est réduit à la maison, éliminant de fait la dimension sociale du village, au point que les lieux de résidence sont interchangeables et le voisinage se réduit à un cadre paysager (Forrest, 2007). Leur mode d’habiter est marqué par une absence d’investissement local, parfois délibérée, cependant moins construite sur le rejet que sur le manque d’intérêt pour les autres habitants, y compris les agriculteurs. Le désengagement territorial laisse ici entrevoir un désengagement plus profond, voire une forme de « sécession sociale » (Jaillet, 1999) pour certains d’entre eux.

Le rapport fonctionnel au lieu de vie

37Le lieu de vie est réduit ici à une localisation stratégique (Jaillet, 2004) qui permet à ces habitants d’accéder aux ressources nécessaires au maintien de leur qualité de vie : travail, loisirs, commerces, transports, etc. Ce rapport au lieu de vie est essentiellement fonctionnel. Le lieu lui-même ne fait pas l’objet d’un attachement. N’ayant pas d’importance, il est interchangeable et parfois provisoire. Ils perçoivent généralement la commune comme une forme urbaine et non comme une commune rurale : « C’est un village en ville. » Leur territoire ne se raisonne pas à l’échelle communale mais à des échelles supra-communales. Il n’est pas un territoire physique mais un système d’accès aux ressources (Latour, 2010). De ce fait, ils ne cherchent pas à s’intégrer dans la vie communale. Leurs activités et leurs relations de sociabilité se déploient en dehors de celle-ci (cf. figure 5), participant ainsi à la transformer en « village dortoir ».

38Très soucieux de leur cadre de vie, ils se montrent plus sensibles aux gênes dues à l’activité agricole et sont prompts à se mobiliser collectivement. Pour certains, la présence de l’activité agricole dans le cœur des villages est vue comme un retard sur le progrès. Ils pensent qu’elle doit être sortie des centres de village, sans compensation accordée aux agriculteurs.

39Ce rapport au lieu de vie s’inscrit dans le type d’appartenance locale « labile », partout chez eux, sans être nulle part (Sencébé, 2004). Ils oscillent entre désintérêt et engagement local, non pas dans une intention d’intégration sociale mais bien de défense de leur cadre de vie.

Figure 5 : Spatialisation des activités du ménage et du réseau de sociabilité d’un habitant ayant un rapport fonctionnel au lieu de vie.

Figure 5 : Spatialisation des activités du ménage et du réseau de sociabilité d’un habitant ayant un rapport fonctionnel au lieu de vie.

Notes : M. P. est natif d’une commune voisine et Mme est originaire de l’Yonne. Récemment mariés, ils viennent de s’installer dans le quartier vigneron. Il explique que « normalement on n’aurait pas dû accéder à ce logement réservé aux jeunes de Saint-Geniès, mais il restait une parcelle qui n’était pas vendue ». Ils sont satisfaits d’avoir pu saisir cette opportunité : « Cela nous a permis d’acheter à des prix qui ne sont pas les prix du marché classique. » Mais soulignent qu’ils auraient préféré s’installer dans le petit bourg voisin mieux équipé en commerces et services. Ils n’envisagent pas de rester définitivement dans la commune, considérant leur acquisition comme une étape leur permettant d’acheter ailleurs. Ils travaillent et pratiquent leurs loisirs en dehors de la commune. Hormis deux amis que M. P. connaissait avant de s’y installer et deux couples voisins avec lesquels ils ont fait connaissance récemment, ils ne connaissent personne dans la commune. Ils pensent que l’opération d’aide au logement est une réussite mais sont plus sceptiques sur l’intérêt du hameau agricole : « C’est bien pour les gens défavorisés qui peuvent avoir un logement social ou les primo-accédants, après pour les agriculteurs… c’est des gens d’un certain âge, c’est des propriétaires terriens à la base, ils ont quasiment tous des biens immobiliers dans la commune. »

40Cette catégorie d’habitant comprend onze résidents et un agriculteur. Ce dernier n’est pas issu d’une famille agricole. Son activité professionnelle précédente (météorologue) lui a permis de prendre une retraite anticipée et d’accéder à un capital financier qu’il a investi dans l’agriculture pour assurer sa reconversion professionnelle. Il attribue son goût pour la viticulture à l’influence d’un ami œnologue. Il n’a pas cherché une commune mais un terroir, une appellation d’origine ayant une bonne dynamique économique. Il s’est investi dans le syndicalisme agricole et a finalement peu de relations avec les viticulteurs de la commune. Les autres membres de sa famille, son épouse et ses deux enfants, développent également leurs activités en dehors de celle-ci.

Rapports au lieu de vie et conceptions du « vivre-ensemble »

41Les rapports au lieu de vie que nous venons de présenter peuvent être référés à deux conceptions du « vivre ensemble » caractéristiques du périurbain (Candau, Nougarèdes, 2008). La conception « du village » valorise l’interconnaissance que peut nourrir une vision communautaire, utopique. Les personnes qui y sont attachées recherchent un ancrage spatial et social, qu’il soit en partie hérité pour les habitants ayant un rapport identitaire au lieu de vie, ou à construire pour les résidents ayant choisi une commune rurale comme lieu de vie. L’agriculture est intégrée à cette conception du « village » car elle en atteste le caractère rural. Dans leur majorité, les agriculteurs sont porteurs de cette conception, probablement parce que, d’une part, ils sont plus nombreux à être originaires du lieu et à y posséder des biens (au moins une partie de la famille) et que, d’autre part, ce lieu de vie est aussi leur lieu de travail.

42En contraste, la conception de « la villégiature » valorise la recherche du bien-être individuel. Elle est portée par les habitants ayant un rapport fonctionnel au lieu de vie ou une posture de repli domestique. Pour ces résidents « dé-territorialisés », l’attachement au lieu et à la communauté locale a peu d’importance. Le « vivre ensemble » dans la commune est impensé voire rejeté. Les relations aux agriculteurs semblent surtout marquées par l’indifférence et l’atonie des échanges.

Conclusion : les ressorts de la cohabitation entre agriculteurs et résidents périurbains

43Au terme de notre enquête, nous sommes en mesure de mieux cerner ce que « cohabiter » veut dire dans le périurbain. En effet, et sans surprise, nous observons des rapports aux lieux de vie qui oscillent entre deux conceptions du vivre-ensemble, entre le village et la villégiature, entre l’espace social ouvert et l’espace domestique clos. Les relations à l’activité agricole s’en ressentent. Celles-ci peuvent être perçues positivement ou négativement, par des gens socialement proches ou éloignés, mais ce qui est marquant est plutôt la faiblesse des liens, des échanges directs, des conflits ouverts mêmes. Au contraire, les habitants mettent plus fortement en avant des liens indirects avec les agriculteurs, via le cadre de vie ou le « caractère rural » qui découle de leur activité, la possession des biens fonciers de leur famille, ou les soupçons de connivences des agriculteurs avec le pouvoir municipal dans les projets d’aménagements.

44Ce résultat suggère que la cohabitation entre agriculteurs et résidents est marquée par une coexistence à distance. Toutefois, nous constatons aussi que les projets de regroupement du bâti agricole font naître des conflits entre agriculteurs et résidents, mais ces conflits restent larvés car les résidents directement touchés par les nuisances produites par ces regroupements sont minoritaires. Parmi eux, certains expriment plutôt un sentiment de relégation sociale car les municipalités négocient leur silence sur les avantages obtenus par les agriculteurs et les nuisances subies en échange d’un accès aidé au logement.

45Si la faiblesse des sociabilités locales des résidents en quête de « villégiature » semble inéluctable, les relations sociales entre les résidents en recherche d’ancrage et ceux pour qui ce lieu est identitaire, ne sont pas celles que l’on pourrait supposer. Un faible mixage social voire un clivage entre populations originaires du lieu (dont font partie la majorité des agriculteurs) et nouveaux résidents est constaté dans les trois communes. Plusieurs facteurs alimentent ce clivage. La forte mobilité résidentielle, la structure urbaine des communes intégrant de manière systématique des lotissements à leur périphérie, limitent l’établissement de relations sociales qui nécessitent du temps et des interactions fréquentes. Mais il semble que les différences culturelles qui s’inscrivent dans les activités de loisirs, lieux potentiels de rencontre, participent à ce clivage. Par exemple, la majorité des agriculteurs ont des affinités pour les loisirs « traditionnels » (la chasse, les manifestations taurines, la fête votive), alors que les nouveaux résidents préfèrent le tennis, le théâtre, etc. Il est également construit par le regard que portent les habitants sur les nouveaux venus en les positionnant sur une échelle sociale. À Saint-Geniès et à Saint-Georges, les nouveaux résidents sont identifiés par certains, comme des classes dominantes qui chercheraient à s’approprier le village. Alors, qu’à Pinet, dans certains quartiers, les nouveaux résidents peuvent être assimilés à des populations précarisées qui sont rejetées.

46Ces liens peu denses entre catégories différentes peuvent favoriser un entre-soi marqué par l’absence de relations entre résidents du « quartier haut » (regroupant les parcelles en vente libre) et le « quartier bas » (regroupant les logements bénéficiant d’aide au logement), à l’image du quartier vigneron à Saint-Génies-des-Mourgues. De même, les agriculteurs tendent à développer un entre-soi socio-professionnel qui se manifeste par un évitement des relations de voisinage avec les résidents mitoyens des regroupements. Par contre, nos résultats montrent aussi que cette figure de l’entre-soi périurbain, abondamment décrit dans la littérature scientifique, ne couvre pas toutes les figures relationnelles observées dans nos enquêtes. Ceci est dû au fait que plusieurs dimensions du rapport au lieu de vie, et non une seule, structurent les relations sociales : l’activité professionnelle, l’attachement à la localité, l’ancienneté sur la commune, le statut social, etc. Cette pluralité du rapport au lieu de vie rend plus labile la construction de relations entre pairs susceptibles d’entretenir sur la durée des relations à autrui, inclusives, électives et exclusives. Ainsi, la cohabitation entre résidents et agriculteurs est un bon révélateur des sociabilités quotidiennes qui construisent les territoires périurbains de demain.

Bibliographie

Abrantes P., Soulard C., Jarrige F., Laurens L., « Dynamiques urbaines et mutations des espaces agricoles en Languedoc-Roussillon (France) », Cybergeo: European Journal of Geography [en ligne], Espace, Société, Territoire, document 485, 2010. URL : [http://cybergeo.revues.org/22869], consultée en mai 2016.

Agulhon M., Bodiguel M., Les associations au village, Le Paradou, Actes Sud, coll. « Bibliothèque des ruralistes », 1981, 107 p.

Aubert N. et al., L’individu hypermoderne, Érès, 2004, 316 p.

Banos V., Candau J., Baud C., « Anonymat en localité », Cahiers internationaux de sociologie, n° 127, 2009/2, p. 247-267. URL : [www.cairn.info/revue-cahiers-internationaux-de-sociologie-2009-2-page-247.htm], consultée en mai 2016. DOI : [10.3917/cis.127.0247].

Bernard C., Duvernoy I., Dufour A., Albaladejo C., « Les relations sociales des agriculteurs périurbains : quelles articulations au territoire ? », Cahiers Agricultures, 15(6), 2006, p. 529-534.

Bonny Y., Sociologie du temps présent. Modernité avancée ou post modernité ?, Paris, Armand Colin, 2004, 249 p.

Cailly L., « Existe-t-il un mode d’habiter spécifiquement périurbain ? », EspacesTemps.net, Travaux, 2008. URL : [http://www.espacestemps.net/articles/mode-habiter-periurbain/], consultée en mai 2016.

Cailly L., Dodier R., « La diversité des modes d’habiter des espaces périurbains dans les villes intermédiaires : différenciations sociales, démographiques et de genre », Norois [en ligne], n° 205, 2007/4, 2009. URL : [http://norois.revues.org/1266], consultée en mai 2016.

Candau J., Nougarèdes B., « La ségrégation spatiale : une solution pour la paix sociale ? L’expérience des hameaux agricoles dans la périphérie de Montpellier », colloque Les périphéries urbaines entre normes et innovations. Les villes du sud de l’Europe, Bordeaux, 11-13 juin 2008, 26 p.

Chalas Y., « Territoires contemporains et représentations : des vieux paradigmes urbanistiques aux nouvelles figures de la ville », Revue de géographie alpine, n° 4, 1997, p. 11-36.

Cordobes S., Lajarge R., Vanier M., « Prospectives périurbaine et autres fabriques de territoires, Territoires 2040 », Revue d’études et de prospective, n° 2, DATAR, 2010, p. 9-18.

Degenne A., Forsé M., Les réseaux sociaux. Une approche structurale en sociologie, Paris, Armand Colin, 1994, 288 p.

Di Méo G., « De l’espace aux territoires : éléments pour une archéologie des concepts fondamentaux de la géographie », L’information géographique, vol. 62, n° 3, 1998, p. 99-110.

Djefal S., Eugene S., « Être propriétaire de sa maison, un rêve largement partagé, quelques risques ressentis », Crédoc, Consommation et modes de vies, n° 177, 2004.

Forrest R., « Le voisinage ? Quelle importance ? », Revue internationale des sciences sociales, vol. 1, n° 191, 2007, p. 137-151.

Forsé M., « Les réseaux de sociabilité : un état des lieux », L’Année sociologique, vol. 41, 1991, p. 247-264.

Gauchet M., « Essai de psychologie contemporaine. Un nouvel âge de la personnalité », Le Débat, n° 99, 1998/2, p. 164-181.

Giusepelli E., « Place et fonctions de l’agriculture en zones périurbaines de montagne : modes d’habiter et représentations du rural », L’Espace géographique, 2 (tome 35), 2006, p. 133-147.

Granovetter M. S., « The strength of weak ties », Journal of sociology, vol. 78, n° 6, 1973, p. 1360-1380.

Heidegger M., Essais et conférences, Paris, Gallimard, coll. « Les essais », 1979, 349 p.

Jaillet M.-C., « Peut-on parler de sécession urbaine à propos des villes européennes ? », Esprit, n° 258, 1999, p. 145-167.

Jaillet M.-C., « L’espace périurbain : un univers pour les classes moyennes », Esprit, n° 303, La ville à trois vitesses : gentrification, relégation, périurbanisation, 2004, p. 40-62.

Jaillet M.-C., Jalabert G., « Politique urbaine et logement : la production d’espace pavillonnaire », L’Espace géographique, vol. 11, n° 4, 1982, p. 293-306.

Kaufmann V., « Mobilité et vie quotidienne : synthèse et questions de recherche », Synthèses et recherches, n° 48, Centre de prospective et de veille scientifique, direction de la Recherche et des Affaires scientifiques et techniques, ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement, 2001, 64 p.

Kaufmann J.-C., La Chaleur du foyer : analyse du repli domestique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1988.

Latour B., « La mondialisation fait-elle un monde habitable ? Prospectives périurbaine et autres fabriques de territoires, Territoires 2040 », Revue d’études et de prospective, n° 2, DATAR, 2010, p 9-18.

Leloup X., « L’intimité comme catégorie de la proximité : usage de l’espace et sociabilité des jeunes adultes en centre-ville », in A. Bourdin, A. Germain et M.-P. Lefeuvre, La proximité. Construction politique et expérience sociale, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 179-196.

Mathieu N., « Le mode d’habiter. À l’origine d’un concept », in A. Morel-Brochet et N. Ortar (dir.), La fabrique des modes d’habiter, Homme, lieux et milieux de vie, Paris, L’Harmattan, coll. « Habitat et sociétés », 2012, p. 35-53.

Morel-Brochet A. et Ortar N. (dir.), La fabrique des modes d’habiter, Homme, lieux et milieux de vie, Paris, L’Harmattan, coll. « Habitat et sociétés », 2012, 313 p.

Nougaredes B., Modes d’insertion socio-spatiale du bâti agricole périurbain et sociabilités locales. Le cas des « hameaux agricoles » dans l’Hérault, thèse de doctorat de sociologie, Toulouse 2-Le Mirail, 2 vol., 469, 2013, 152 p.

Nougarèdes B., « La gestion durable du bâti agricole périurbain : gouvernance et enjeux locaux. Le cas des hameaux agricoles dans l’Hérault », Analyse, n° 81, ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt – Centre d’études et de prospective, 2015.

Rey-Valette H., Chia E., Mathe S., Michel L., Nougaredes B., Soulard C., Maurel P., Jarrige F., Barbe E., Guiheneuf P.-Y., « Comment analyser la gouvernance territoriale ? Mise à l’épreuve d’une grille de lecture », Géographie, Économie, Société, n° 16, 2014, p 65-89.

Sencebe Y., « Être ici, être d’ici, Formes d’appartenance dans le Diois (Drôme) », Ethnologie française, vol. 34, 2004/1, p. 23-29.

Staszak J.-F., « L’espace domestique : pour une géographie de l’intérieur/For an insider’s geography of domestic space », Annales de Géographie, t. 110, n° 620, 2001, p. 339-363. URL : [http://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_2001_num_110_620_1729], consultée en mai 2016.

Stock M., « L’hypothèse de l’habiter poly-topique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles », EspacesTemps.net, Travaux, 26 février 2006. URL : [http://www.espacestemps.net/articles/hypothese-habiter-polytopique/], consultée en mai 2016.

Taffin C., « Accession à la propriété et rurbanisation », Économie et statistique, n° 175, 1985, p. 55-67.

Tönnies F., Communauté et société, Paris, PUF, 1946.

Notes

1 L’attrait pour la maison individuelle ne se dément pas trente ans après son initiation dans les années 1970 (Taffin, 1985), puisqu’elle représente toujours le logement idéal pour 82 % des Français dans les années 2000 (Djefal, 2004).

2 Loi d’orientation foncière n° 67-1253 du 30 décembre 1967.

3 « Peuvent être classés en zone agricole les secteurs de la commune, équipés ou non, à protéger en raison du potentiel agronomique, biologique ou économique des terres agricoles », article R*123-7 du code de l’urbanisme.

4 Selon les dispositions de l’article R. 123-7, « les constructions et installations nécessaires aux services publics ou d’intérêt collectif et à l’exploitation agricole sont seules autorisées en zone A ».

5 La commune étant la seule compétente pour délivrer les permis de construire et élaborer le document d’urbanisme communal qui définit les zones agricoles et leur règlement.

6 Les services instructeurs peuvent être les communes elles-mêmes, les intercommunalités ou les services déconcentrés de l’État (DDT-M). Ces derniers contrôlent en principe la légalité des documents d’urbanisme et des permis de construire.

7 Voir Cailly, Dodier, 2007/4 ; Cailly, 2008 ; Stock, 2006.

8 « La sphère du travail est constituée de l’ensemble des activités financièrement rémunérées et des activités annexes déployées dans le cadre du travail […] ; La sphère de l’engagement est constituée des activités “publiques”. Il s’agit aussi bien des activités politiques que des responsabilités associatives […] ; La sphère domestique renvoie à la cellule familiale. Elle peut être définie comme l’ensemble des activités nécessaires à la survie biologique d’une famille (par exemple préparer le repas, faire les courses, etc.) ; La sphère du temps libre recouvre des activités très diverses. Elles se caractérisent par le fait qu’elles sont non obligées et orientées vers l’épanouissement de soi. On peut en distinguer plusieurs types : les loisirs récréatifs, culturels, sportifs et les visites à des amis » (op. cit., p. 5).

9 Cette notion recouvre quatre critères : la fréquence et la durée des interactions, l’intensité émotionnelle, l’intimité, l’importance des services réciproques.

10 L’espace domestique, selon Jean-François Staszack (2001), est constitué de la maison et éventuellement du jardin privatif. Ici, il inclut bien dans la majorité des cas le jardin.

Auteurs

Brigitte Nougarèdes est sociologue à l’INRA et membre de l’UMR Innovation à Montpellier (collectif AgriCités). Sa thématique de recherche porte sur les enjeux sociaux de la gestion du bâti agricole dans les espaces périurbains méditerranéens. Elle est auteure d’une thèse de doctorat (2013, université Toulouse-le-Mirail) sur les nouvelles modalités de gestion du bâti agricole dans le département de l’Hérault. Elle est membre du projet ANR jeunes chercheurs JASMINN portant sur les innovations foncières face aux enjeux de justice sociale.
Jacqueline Candau est sociologue à l’Irstea de Bordeaux. Ses travaux portent sur les modalités de dialogue et de coordination entre acteurs des espaces ruraux, l’écologisation des pratiques agricoles ainsi que sur les inégalités sociales liées à l’action publique environnementale. Elle a notamment co-coordonné Manuel de sociologie de l’environnement (PUL, 2012), Activités professionnelles à l’épreuve de l’environnement (Octarès, 2015) et publié avec V. Banos Les sociabilités rurales à l’épreuve de la diversité sociale (Quae, 2014).
Christophe Soulard est ingénieur de recherche au département Sciences pour l’action et le développement (SAD) de l’INRA depuis 2000 (à Dijon jusqu’en 2005, à Montpellier depuis 2006). Ses travaux de recherche portent sur les pratiques spatiales et les stratégies territoriales des acteurs du monde agricole face aux transformations des milieux ruraux. Depuis 2010, il est directeur de l’UMR Innovation (Supagro-Inra-Cirad) de Montpellier qui regroupe quatre-vingt scientifiques, doctorants et post-doctorants.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search