Version classiqueVersion mobile

Le pouvoir et la foi au Moyen Âge

 | 
Sylvain Soleil
, 
Joëlle Quaghebeur

Gouverner

Figens palum in castello edificando, ut mos est… À propos de la fondation du château de Josselin

André Chédeville

Texte intégral

  • 1 Texte latin : Florente adhuc mundo et fide vigente, vir quidam multe nobilitatis et sagacitatis, Gu (...)

1« Comme le monde est encore florissant et la foi vigoureuse, un homme d’une grande noblesse et sagacité, Guéthénoc, vicomte de Château-Tro, songeant à changer l’emplacement de son château, apprit que toute fondation qui n’a pas pour origine le Père céleste est destinée à disparaître. Mû par l’esprit divin, il vint au monastère de Redon sur la région duquel il a autorité, pour demander aux frères à quelle heure, quel jour et sur quelle base il devait édifier son château. Ceux-ci lui dirent que le Christ était à la base de tout ce qui était bien et que tout ce qui était ainsi fondé ne pouvait périr. Ayant entendu cela, le vénérable proconsul honora le saint lieu d’un digne honneur ; en effet, ayant apposé à l’autel du Sauveur une table d’argent élégamment dorée, il se recommanda ainsi que tout ce qui était à lui aux prières des frères et leur demanda que son corps, lorsqu’il mourra, ainsi que celui de ses héritiers, comme c’était la coutume pour les nobles de Bretagne, soit inhumé en ce lieu. Il soumit le château qu’il allait construire au Christ Seigneur et à son église de Redon et institua un cens, à savoir de cinq sous chaque année, à rendre aux moines sur ce château. Il fit aussi le vœu que, si le château venait à s’agrandir au point qu’une celle de moines puisse y être construite, il ne la donnerait à aucune autre église qu’à celle du Sauveur. Il invoqua une sentence résolue de malédiction de façon à ce qu’aucun de sa lignée n’ose violer sciemment [tout cela]. Cela fut fait dans l’église du Sauveur, Dieu et tous les saints étant témoins. Le dimanche suivant, à la première heure, plantant un pieu pour la construction du château, comme c’est la coutume (figens palum in castello edificando, ut mos est), il fonda une chapelle en l’honneur du saint Sauveur et il confirma tout ce qui est ci-dessus en présence de tous ses hommes qui étaient là1. »

  • 2 Cf. « Des vicomtes d’Alet aux vicomtes de Poudouvre », Société d’histoire et d’archéologie de l’Arr (...)

2 C’est ainsi que l’on peut traduire ce récit qui est intéressant à plus d’un titre. Il illustre l’installation progressive des vicomtes, fonctionnaires publics, sur leurs domaines patrimoniaux ; phénomène qu’Hubert Guillotel a évoqué à plusieurs reprises2. Il concerne aussi la localisation des châteaux qui fut souvent modifiée au xie siècle tantôt parce que leur site ne convenait plus à cause de l’évolution de l’art de la construction, tantôt parce que leur détenteur cherchait une situation mieux adaptée à l’essor de l’économie et aux courants de circulation qu’il fallait à la fois protéger et exploiter. Toutefois, c’est le passage d’une ligne à peine, indiqué ci-dessus en italique, qui va être analysé ici et qui va se révéler beaucoup plus chargé de sens que le simple geste trivial qu’il semble rapporter.

  • 3 Courson A. de, Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, Paris, 1863 (Coll. de documents inédits(...)
  • 4 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon II, op. cit., p. 77.
  • 5 Guillotel H., « De la vicomté de Rennes à la vicomté de Porhoët », op. cit., p. 17, n. 47.

3Cette notice figure dans le cartulaire de Redon qui fut compilé entre le milieu du xie et le milieu du xiie siècle3. Elle n’est pas datée. H. Guillotel a considéré que ce texte est pour le moins falsifié4. Il en veut pour preuve que le style de l’acte et spécialement la titulature attribuée à Guéthénoc, vicechomes de castello Tro, sont parfaitement anachroniques5. Il est surprenant en outre, mais pas exceptionnel, que cette notice ne comporte aucun nom de témoins, ce qui pourtant justifie la rédaction de ce genre de document qui n’a d’intérêt que si l’on peut faire appel, en cas de litige, à ceux qui ont vu et entendu l’événement rapporté. Qu’il soit authentique ou non n’a d’ailleurs pas pour notre propos une grande importance : l’essentiel était qu’il paraisse vraisemblable aux contemporains et que, par conséquent, il ne contienne pas un détail qui pouvait susciter leur méfiance.

  • 6 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon II, op. cit. p. 77. A. de Courson avait proposé la pé (...)

4Les faits se situent au début du xie siècle. Le seul personnage cité dans la notice est le vicomte Guéthénoc qui fut nommé vicomte de Rennes par le duc Geoffroy Ier dans les premières années du siècle, qui, comme on le voit ici était possessionné aux confins des évêchés d’Alet et de Vannes dont l’Oust constituait la frontière. Comme son fils Josselin Ier lui succède ensuite, H. Guillotel date donc cet acte de la période 1008/1009-10326. Il n’est pas possible de resserrer cette fourchette chronologique puisqu’il n’y a pas d’autre personnage cité et que la fondation du château de Josselin n’est pas autrement mentionnée. Les faits ainsi définis dans le temps le sont dans l’espace par la mention de deux fortifications, Château-Tro et Josselin ainsi que d’une abbaye, Saint-Sauveur de Redon. De Château-Tro, en Guilliers, à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Josselin, il subsiste une motte non datée défendue en partie par les eaux d’un vaste étang. Le transfert du siège de l’autorité de Guéthénoc sur les rives de l’Oust peut s’expliquer par le souci de contrôler la vallée et la rivière alors encore navigable mais aussi par celui de s’installer sur la frontière du Porhoët et du Vannetais, situation propice pour une politique féodale active. Redon, au confluent de l’Oust et de la Vilaine à quelque soixante kilomètres au sud-est est à peine plus éloigné que Vannes mais cette distance est caractéristique de la Bretagne centrale alors dépourvue autant d’agglomérations que d’établissements religieux.

  • 7 H. Guillotel pense plutôt qu’il porte le nom du petit-fils de Josselin Ier, Josselin II, mort en 11 (...)
  • 8 Mortet V., Recueil de textes, op. cit., p. 52, n. 4.

5Guéthénoc, pour fonder le château auquel il donne peut-être déjà le nom de son fils Josselin7, n’agit pas à la légère. Il est allé à Redon demander aux moines quels étaient le jour et l’heure favorables. Le texte ne nous donne d’ailleurs pas leur réponse comme si ces activités divinatoires, dont il y a peu d’exemples, ne leur paraissaient pas tout à fait orthodoxes. Nul doute pourtant qu’il a dû suivre leurs préconisations. Notons d’abord la brièveté du délai : Guéthénoc opère dès le dimanche suivant, soit qu’il ait été pressé d’entreprendre la construction de son château, soit que les moines, sachant combien souvent était versatile la générosité des fidèles, n’aient pas voulu perdre de temps. Le dimanche, jour du Seigneur, est tout indiqué ; il est aussi propice à l’affluence des spectateurs ; en revanche, la première heure ne convient guère à ceux qui pourraient venir de loin. Mais elle correspond au soleil levant, symbole de tout commencement. Elle permet aussi d’obtenir un axe approximativement ouest-est, indispensable pour l’orientation d’un sanctuaire, éventuellement utile pour organiser le plan général. Elle laisse enfin le temps nécessaire pour les cérémonies, dont la fondation d’une chapelle sûrement suivie d’une messe et pour des activités plus prosaïques comme un banquet ou des distractions et compétitions diverses qu’apprécient autant les membres de l’aristocratie que les rustres. C’est d’ailleurs la construction de cette chapelle qui intéresse les moines, le geste de Guéthénoc n’étant indiqué qu’en incise. Elle concrétise la troisième recommandation des moines puisque, dédiée au Sauveur du monde, elle atteste en ce lieu que le Christ « est à la base de tout ce qui est bien ». Reste à analyser ce geste de la plantation d’un pieu dont le texte souligne qu’il est conforme à la coutume. Or nous n’avons aucun autre exemple de cette cérémonie pour tout le grand Ouest8, ce qui, au demeurant, peut souligner pour cette époque l’inadéquation de la documentation écrite avec la réalité vécue.

  • 9 C’est à cette même époque qu’apparaissent les premiers exemples de pose de première pierre d’édific (...)
  • 10 La Borderie A. de, Histoire de Bretagne, t. III, Rennes-Paris, 1899, p. 94.
  • 11 Verbruggen J.-F., « Note sur le sens des mots castrum, castellum et quelques autres expressions qui (...)
  • 12 Suger, Liber de rebus in administratione sua gestis, Lecoy de la Marche (éd.), Paris, 1867, p. 172, (...)
  • 13 Courson A. de, Cartulaire de Redon, op. cit., p. 242. La date est celle établie par H. Guillotel, C (...)

6Si l’on s’en tient aux termes concrets du récit, la cérémonie de fondation pour un édifice en bois serait l’équivalent de ce que l’on appelle de nos jours la pose d’une première pierre9. C’est ainsi que le comprenait A. de La Borderie, l’un des rares historiens à avoir relevé ce trait10. Les termes ne permettent pas d’en savoir beaucoup plus. Castellum n’a pas une signification particulière ; l’on sait depuis longtemps que ce mot est synonyme de castrum11. Tous deux désignent aussi bien une agglomération fortifiée qu’un simple château. Palus désigne un pieu plutôt qu’une grosse pièce de bois : lorsque Suger veut fortifier le siège du domaine de Saint-Denis à Toury, c’est le terme qu’il emploie lorsqu’il l’entoure d’une enceinte de pieux et de branches12. Ainsi, Guéthénoc pouvait avoir planté le premier pieu soit pour marquer une clôture étendue, soit pour inaugurer les travaux d’un noyau castral. Cette seconde hypothèse est la plus vraisemblable, puisque pour l’instant les dimensions du projet sont insuffisantes pour abriter un prieuré, seule est prévue une chapelle. C’est seulement entre 1041 et 1062 que Josselin Ier, le fils de Guéthénoc, dans un acte également douteux, considérant « l’extension de son castellum et même de l’ensemble de son regnum » aurait offert à Redon de fonder un prieuré dédié à la sainte Croix, juxta castellum, sur l’autre rive de l’Oust « avec le vieux faubourg jusqu’au milieu de la rivière13 ».

  • 14 On peut seulement citer l’épisode suivant rapporté par Lambert d’Ardres dans son Histoire des comté (...)
  • 15 Curie-Seimbres A., Essai sur les villes fondées dans le sud-ouest de la France aux xiiie et xive si (...)

7 Toutefois, la plantation d’un « pal » peut n’être pas seulement le geste symbolique de l’ouverture d’un chantier mais elle peut également revêtir une signification bien plus large. Si le cartulaire de Redon est le seul à rapporter une telle tradition dans la France du nord14, on en a quelques exemples, certes plus tardifs mais fort instructifs, en Aquitaine. Lorsqu’en 1988, je succédai à la Commission internationale d’Histoire des villes à Charles Higounet, professeur à l’université de Bordeaux 3, celui-ci me remit un dossier soigneusement manuscrit qui était destiné à enrichir un rapport général sur les villes nouvelles qui ne vit jamais le jour. C’est une véritable synthèse concernant villages et villes nouvelles en Europe du xie au xve siècle avec une attention particulière portée aux fondations dans le sud-ouest de la France sur lesquelles il avait déjà beaucoup travaillé. En ce qui concerne la création des bastides, il y rapporte six textes qui font état de la plantation d’un pal. Il n’en donne pas les références mais Benoît Cursente, directeur de recherches au CNRS, autre fin connaisseur de ces structures, a pu me les procurer. L’ouvrage où elles figurent en donne deux autres exemples15. Ils sont localisés dans le bassin de la Garonne : deux au nord, Pampelonne (Tarn) et Saint-Sardos (Lot-et-Garonne) et cinq au sud : Plaisance et Solomiac (Gers), Tournay et Saint-Martin-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), Toulouzette (Landes). Seul fait exception Villeneuve-de-Berg, proche de Privas dans l’Ardèche. Ils sont également localisés dans le temps puisqu’ils s’échelonnent entre 1284 et 1327. Ces pals doivent être en bois, toutefois, à Villeneuve-de-Berg, il est précisé que le pal est remplacé par deux pierres ; cette occurence est donc doublement exceptionnelle.

  • 16 Cité par Curie-Seimbres d’après un érudit local, Compayre, Etudes historiques sur l’Albigeois : Eus (...)
  • 17 Ordonnances des rois de France, t. XII, 1777, p. 375 : A prima die qua palus erit fixus in bastida (...)
  • 18 On trouvera une évocation de ces évènements dans R. Fawtier, L’Europe occidentale de 1270 à 1380, 1(...)
  • 19 Cité par Curie-Seimbres d’après Glanages de Larcher à la Bibliothèque municipale de Tarbes, t. VI, (...)
  • 20 Ordonnances des rois de France, op. cit., ibidem, p. 501 : palum pro nova populatione facienda fier (...)

8La plantation du pal manifeste alors la naissance de la nouvelle agglomération : vers 1290, dans la région d’Albi, « Eustache de Beaumarchais planta le pal au lieu qui s’appelait alors Thuria et il édifia la nouvelle bastide à laquelle il imposa le nom de Pampelone16 ». De même en 1308 à Tournay, près de Tarbes, le pariage avec le roi a existence légale « du premier jour où le pal aura été planté dans la bastide en signe de la création de la dite bastide17 ». Mais le pal est aussi une manifestation de l’autorité. L’exemple le plus frappant est celui de la fondation de la bastide de Saint-Sardos (Lot-et-Garonne) : en 1323, le seigneur de Montpezat, favorable au roi d’Angleterre, le lendemain de la plantation du pal par le procureur du roi de France, le fit arracher et le remplaça par le pal du souverain anglais ; cet incident déclencha ce que l’on appela la « guerre de Saint-Sardos », l’un des préludes à la guerre de Cent Ans18. La plantation du pal avait-elle aussi un aspect technique comme point de départ du tracé de l’enceinte du château ou de l’arpentage de la nouvelle agglomération ? Aucun texte ne l’indique explicitement mais les deux opérations sont liées à la fois dans le cas de Plaisance en 1323 lorsque les commissaires du comte d’Armagnac se sont rendus sur les lieux « pour planter le pal, fonder et construire la dite bastide19 » et dans celui de Solomiac où les fondateurs firent « placer un pal pour établir là un nouveau peuplement20 ».

  • 21 Morice dom H., op. cit., t. I, col. 234 : ex genere senatorio.
  • 22 Chouquer G. et Favory F., Les arpenteurs romains. Théorie et pratique, Paris, 1992, p. 65.
  • 23 Le Bohec Y., L’armée romaine sous le Bas-Empire, Paris, 2006, p. 101-102.

9En dépit du hiatus spatial et temporel, peut-on trouver une origine commune aux pals de Guyenne et à celui de Josselin ? On pense évidemment à une tradition venue de l’Antiquité, du monde romain. Je n’ai pas de compétence pour juger de ce qui s’est passé de part et d’autre de la Garonne. En Bretagne, l’héritage romain s’est perpétué beaucoup plus longtemps qu’on ne l’a cru : à peine un siècle avant la naissance du château de Josselin, l’auteur des Gesta sanctorum rotonensium ne rappelait-il pas que Conwoion, le fondateur de Redon, était « de rang sénatorial21 » et, dans notre texte, bien que cela soit moins original, Guéthénoc n’est-il pas décoré du titre de « proconsul » ? On ne manquera pas non plus de s’interroger sur le rôle augural joué par les moines. Dans cette perspective, le palus ne serait pas simplement le premier élément de l’enceinte mais, placé en un point stratégique, il pourrait servir de point de départ pour l’organisation spatiale du nouveau castrum. Il serait alors l’héritier rudimentaire de la groma latine qui servait à l’armée romaine pour déterminer le plan des camps militaires22 et dont était toute proche la « chapelle aux enseignes », cœur et premier édifice d’un camp23.

  • 24 Et figam illum paxillum in loco fideli, / et erit in solium gloriae domui patris ejus. / Et suspend (...)

10Il est enfin possible que cette cérémonie ait eu une signification symbolique religieuse, ou bien qu’elle ait été revêtue a posteriori d’une telle signification. On lit en effet dans Isaïe au chapitre 22, versets 23 et 24 dans la version de la Vulgate alors en usage le texte suivant lorsque le prophète annonce la promotion éphémère d’Eliaqim comme maire du palais du roi Ezékias de Juda : « et je planterai ce pieu dans un lieu sûr et il deviendra un trône de gloire pour la maison de son père et ils y suspendront toute la gloire de la maison de son père24 ». On retrouve dans tous les cas le verbe figere alors que l’on aurait pu tout aussi bien utiliser plantare, erigere ou plus solennellement statuere. Les traductions modernes de la Bible voient dans paxillus un clou, sans doute parce que la suite du texte indique que l’on y suspend la gloire du lignage mais aussi différentes sortes de récipients. Toutefois, en latin, clou se dit clavus et il est toujours possible de suspendre par des anses ou des courroies des objets à un pieu. Paxillus, qui d’ailleurs n’a pas eu de postérité en français, est en réalité synonyme de palus : c’est ainsi que le considère le Glossarium novum de Du Cange. Il y a donc une évidente parenté entre le texte biblique et la formule médiévale. Il est douteux que Guéthénoc et les siens aient été des familiers d’Isaïe mais on pouvait à Redon d’autant mieux connaître ce texte que les Pères de l’Église avaient vu en Eliaqim une image du futur Messie, le Sauveur à qui était précisément dédié le monastère breton.

11Ainsi, le rite de fondation du château de Josselin ne correspond pas seulement à une banale cérémonie de début de chantier, à une « pose de première planche ». C’est aussi l’affirmation d’une volonté et la manifestation d’un pouvoir. C’est peut-être également un geste technique préalable au tracé des futures constructions. On peut voir enfin dans le choix des termes le désir plus ou moins conscient des moines de donner une coloration religieuse à une cérémonie dans laquelle, notons-le, le clergé, à s’en tenir au texte, n’avait joué initialement aucun rôle. Mais cet exemple, aussi intéressant soit-il, ne permet pas en raison de son caractère unique en Bretagne et dans les régions environnantes d’aller au-delà des hypothèses.

Notes

1 Texte latin : Florente adhuc mundo et fide vigente, vir quidam multe nobilitatis et sagacitatis, Guethenocus vicechomes de castello Throo, cogitans ipsum castellum de suo loco mutare, audivit omnem plantacionem quam non plantat pater caelestis esse eradicandam. Divino spiritu instinctus, adiit rothonense Christi cenobium quod regionis hujus obtinet principatum, consulens fratres qua dies et qua hora et super quod fundamentum castellum edificare deberet. At illi Christum omnium bonorum fundamentum esse dixerunt et quicquid super hoc fundamentum est cadere non posse. Quo audito, venerabilis proconsul honoravit sanctum locum digno honore nam, apposita altari Salvatoris tabula argentea eleganter deaurata, commendavit semetipsum et omnia sua orationibus fratrum peciitque ab eis corpus suum dum vita excederet, et heredum suorum, sicut mos erat Britannie nobilium, in eodem loco sepeliri. Castellum etiam aedificandum Christo domino et ejus ęcclesię rothonensi subjugavit, et censum, id est quinque solidos unoquoque anno monachis de eo reddi constituit. Vovit quoque ut si aliquando castellum ita amplificaretur quod cella monachorum in eo posset construi, nulli alii aecclesię daretur nisi ęcclesię Salvatoris. Quod obstinata maledictionis sentencia contestatus est ne quis ex progenie sua scienter violare presumeret. Facta sunt autem in aecclesia Salvatoris, teste Deo et omnibus sanctis. Sequenti vero die dominica, hora prima, figens palum in castello edificando, ut mos est, capellam in honore sancti Salvatoris fundavit, et supradicta omnia coram omnibus hominibus suis qui aderant confirmavit.

2 Cf. « Des vicomtes d’Alet aux vicomtes de Poudouvre », Société d’histoire et d’archéologie de l’Arrondissement de Saint-Malo, Annales 1988, p. 201-215, (p. 207) et tout particulièrement l’importante étude qui concerne le sujet abordé ici : « De la vicomté de Rennes à la vicomté de Porhoët (fin du xe- milieu du xiie siècle) », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXXIII, 1995, p. 5-23.

3 Courson A. de, Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, Paris, 1863 (Coll. de documents inédits), n° CCXCII, p. 241 ; reproduction en fac-simile dans Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, Association des Amis des Archives historiques du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, 1998, f° 140v. Tables et index dans Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon II, même éditeur, 2004. Ce texte avait déjà été reproduit, comme l’indique A. de Courson, par dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire… de Bretagne, 3 vol., Paris, t. I, 1743, col. 361. Il figure également dans M. Rosenzweig, Cartulaire général du Morbihan, Vannes, 1895, p. 143 et dans V. Mortet, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France, au Moyen Âge, xie-xiiie siècles, P. Deschamps (éd.), Paris, 1995, p. 51-52. Il est traduit dans les pièces justificatives par H. du Halgouet, Essai sur le Porhoët – Le comté – Sa capitale – Ses seigneurs, Paris 1908, p. 231-232 qui le mentionne p. 18.

4 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon II, op. cit., p. 77.

5 Guillotel H., « De la vicomté de Rennes à la vicomté de Porhoët », op. cit., p. 17, n. 47.

6 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon II, op. cit. p. 77. A. de Courson avait proposé la période 1008-1026 (Cartulaire de l’abbaye de Redon, op. cit., p. 241).

7 H. Guillotel pense plutôt qu’il porte le nom du petit-fils de Josselin Ier, Josselin II, mort en 1114, dans la mesure où le toponyme n’apparaît sous cette forme qu’au début du xiie siècle, cf. « De la vicomté de Rennes à la vicomté de Porhoët », op. cit., p. 20.

8 Mortet V., Recueil de textes, op. cit., p. 52, n. 4.

9 C’est à cette même époque qu’apparaissent les premiers exemples de pose de première pierre d’édifices religieux, cf. Iogna-Prat D., « Aux fondements de l’Église : naissance et développement du rituel de pose de la première pierre dans l’Occident latin (v. 960-v. 1300) », Retour aux sources – Textes études et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, 2004, p. 635-643.

10 La Borderie A. de, Histoire de Bretagne, t. III, Rennes-Paris, 1899, p. 94.

11 Verbruggen J.-F., « Note sur le sens des mots castrum, castellum et quelques autres expressions qui désignent les fortifications », Revue belge de philologie et d’histoire, t. XXVIII, 1950, p. 147-155. Toutefois, dans le cas précisément de Josselin, H. Guillotel a remarqué que les actes les plus anciens utilisent le terme de castellum alors qu’à partir du début du xiie siècle celui-ci est remplacé par castrum ; il voit là l’illustration du passage d’un château plus ou moins isolé à une véritable agglomération castrale (« De la vicomté de Rennes à la vicomté de Porhoët », op. cit., p. 20).

12 Suger, Liber de rebus in administratione sua gestis, Lecoy de la Marche (éd.), Paris, 1867, p. 172, in curte quam palo et vimine firmaram…

13 Courson A. de, Cartulaire de Redon, op. cit., p. 242. La date est celle établie par H. Guillotel, Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, op. cit., p. 77. A. de Courson proposait la période 1066-1082. L’expression « vieux faubourg », vetus suburbium, peut surprendre guère plus d’une génération après la fondation du château, à moins d’admettre que celui-ci ne fut pas créé ex nihilo et qu’il y avait déjà là, sur la rive droite de l’Oust, un embryon d’agglomération antérieur au château.

14 On peut seulement citer l’épisode suivant rapporté par Lambert d’Ardres dans son Histoire des comtés de Guines et les seigneurs d’Ardres, rédigée à la fin du xiie siècle. Il évoque un usage tout différent qu’aurait employé Arnoul d’Ardres (dans le Pas-de-Calais, près de Saint-Omer) vers 1060 ; lors de l’érection de la motte, lui et ses compagnons « placèrent dans une cachette très secrète de cette terre amassée, en signe d’un présage heureux, une petite pierre fixée sur une très belle monture d’or qui devait restée enterrée à perpétuité » (cité par G. Fournier, Le château dans la France médiévale, Paris, 1978, p. 289).

15 Curie-Seimbres A., Essai sur les villes fondées dans le sud-ouest de la France aux xiiie et xive siècles sous le nom générique de bastides, Toulouse, 1880, p. 160-162.

16 Cité par Curie-Seimbres d’après un érudit local, Compayre, Etudes historiques sur l’Albigeois : Eustachius de Bellomarchisio plantavit palum in loco qui tunc vocabatur Thuria et edificavit novam bastidam cui nomen imposuit Pampelona.

17 Ordonnances des rois de France, t. XII, 1777, p. 375 : A prima die qua palus erit fixus in bastida in signum dicte bastide faciende.

18 On trouvera une évocation de ces évènements dans R. Fawtier, L’Europe occidentale de 1270 à 1380, 1re partie, de 1270 à 1328 (« Histoire générale (G. Glotz) – Histoire du Moyen Âge »), Paris, 1940, t. VI, p. 437.

19 Cité par Curie-Seimbres d’après Glanages de Larcher à la Bibliothèque municipale de Tarbes, t. VI, p. 149 : … ad figendum palum, fundandum et construendum dictam bastidam.

20 Ordonnances des rois de France, op. cit., ibidem, p. 501 : palum pro nova populatione facienda fieri et apponi fecimus.

21 Morice dom H., op. cit., t. I, col. 234 : ex genere senatorio.

22 Chouquer G. et Favory F., Les arpenteurs romains. Théorie et pratique, Paris, 1992, p. 65.

23 Le Bohec Y., L’armée romaine sous le Bas-Empire, Paris, 2006, p. 101-102.

24 Et figam illum paxillum in loco fideli, / et erit in solium gloriae domui patris ejus. / Et suspendent super eum omnem gloriam domus patris ejus.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search