Version classiqueVersion mobile

Le pouvoir et la foi au Moyen Âge

 | 
Sylvain Soleil
, 
Joëlle Quaghebeur

Juger

Vieux-breton aethurec, aethuric, haethurec

Pierre-Yves Lambert

Texte intégral

  • 1 Fleuriot L., « Les termes juridiques vieux-bretons ayant trait au droit privé », Mélanges offerts a (...)

1Dans les chartes anciennes de Bretagne apparaît un mot aethurec qui entre dans la désignation de terres ou d’immeubles offerts en donation. Plusieurs auteurs ont évoqué ce terme, mais en général pour exprimer leur incertitude quant au sens exact du mot, et leur scepticisme quant à la possibilité d’arriver à une solution. Citons par exemple L. Fleuriot : « Il existe aussi différents noms d’exploitations dont le sens exact nous échappe, tel le nom de l’aethurec ou encore teleri1. »

2Nous en avons quatre exemples, deux dans le cartulaire de Redon, deux dans le cartulaire de Landévennec.

3La charte n° ccxxxvi du cartulaire de Redon emploie deux fois le mot. Cette charte est écrite en 875 pour enregistrer des donations du machtiern Deurhoiarn et de sa femme Roiantken en faveur de Saint-Maxent de Plélan, en échange d’un droit de sépulture dans l’église :

  • 2 Courson A. de, Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, Paris, 1863, p. 184.

4 et postea simul perrexerunt ad Sanctum Maxentium et posuerunt suam manicam super altare et dedit Deurhoiarn Aethuric Freoc, clericus, in dono corporis sui, et uxor eius Roiantken dedit Aethurec Milcondoes in Alcam, quam dedit illi Riuualt in enepuuert, in dono corporis sui, Sancto Maccentio 2.

5Ce texte appelle quelques remarques. Tout d’abord, puisqu’il s’agit de payer leur sépulture, Deurhoiarn et Roiantken disposent certainement de biens personnels. Or chacun de ces biens était auparavant la propriété personnelle d’une autre personne, qui lui a laissé son nom : Aethuric Freoc, Aethurec Milcondoes comportent en effet chacun un nom de personne, Freoc, Milcondoes.

6Deuxièmement, les raisons pour lesquelles ces biens sont échus à Deurhoiarn et Roiantken, paraissent avoir été indiquées dans les précisions qui suivent le nom de chaque bien : l’un a été la propriété d’un clerc (Freoc), l’autre a été donné en douaire (enepuuert[h]) à Roiantken par Riuualt, qui est le père de son époux (cf. charte n° cvii : Deurhoiarn filius Riuualt).

7 Cet échantillonnage cependant est trop limité pour que l’on en tire la conclusion que l’aethurec serait soit la dot d’une épouse, soit la dotation personnelle offerte à un clerc. Il y avait peut-être d’autres situations possibles. En tout cas, la possibilité d’employer aethurec pour désigner la dotation d’un clerc nous interdit immédiatement de chercher dans -urec le nom de la « femme », bret. gwreg- qui d’ailleurs serait attendu plutôt sous la forme uurec ou gurec, en vieux-breton.

8Les deux biens désignés par aethuric / aethurec ont été à un moment ou à un autre la possession personnelle d’un clerc. Cela est dit explicitement pour l’aethuric Freoc, qui, après avoir appartenu au clerc Freoc, est revenu entre les mains d’un laïc (Deurhoiarn) ; comme on le verra plus bas, il est vraisemblable que Freoc avait ce bien en viager puisqu’il l’apporte à l’abbaye de Saint-Sauveur de Redon lorsqu’il se fait moine, le 22 décembre 866 (chartes n° lxvi et n° clviii). Si Deurhoiarn peut disposer de ce bien, c’est certainement parce que le moine Freoc vient de décéder, et que Deurhoiarn est le chef actuel du patrimoine d’où l’aethurec Freoc était issu.

  • 3 Vieux-breton -condoes est l’équivalent de l’adjectif gallois cynnwys (*kom- + l’emprunt au lat. den (...)

9Quant au second bien, nous n’avons aucune lumière sur l’identité de Milcondoes qui en a été le premier possesseur ; il n’est pas dit que ce soit un clerc, rien ne permet non plus de l’exclure puisque c’est un nom masculin. Ce nom revient dans plusieurs chartes : un Milcondois est témoin dans la charte n° cxlvi, en 821 (Roiantken reçoit un don de son frère Catuueten) ; un Milcunduis apparaît dans la charte n° CL, en 867 ; Milcondoes est témoin en 858, charte n° clxxv (pour une autre donation de Roiantken) ; Milcondoes est témoin dans la charte n°cxcvI en 830. Dans trois des cinq actes qui nomment Milcondoes3, Roiantken joue un rôle de premier plan.

  • 4 Tanguy B., « Les noms de lieux dans le Cartulaire de Landévennec », Landévennec et le monachisme br (...)

10De cette charte n° ccxxxvi on peut conclure, au moins, que aethurec désigne une sorte de bien qui correspond, en valeur, à ce que l’on pouvait donner comme dot personnelle à une femme de machtiern, une tiranissa comme dit la charte n° cclvii, ou comme dotation à un clerc. Comme l’a proposé Bernard Tanguy en 1985, « Aethurec, dont on ignore le sens, est très certainement un nom commun en rapport avec le statut juridique de la terre concédée4 ».

  • 5 On verra sur cette question l’article de Wendy Davies, « Wynebwerth et enepuuert : l’entretien des (...)

11Il convient ici de rassembler tout ce que nous savons de la dot des femmes et de la dotation donnée aux clercs dans le haut Moyen Âge breton5.

12 La dot donnée aux filles par leur père est une sorte de compensation pour le fait qu’elles sont exclues du partage de l’héritage. En livrant le patrimoine familial au roi Salomon, après la mort de son fils unique, Roiantdreh le prie de bien vouloir doter ses filles, c’est-à-dire, ses « sœurs », puisqu’elle adopte le roi comme fils et héritier : totum recipiat nisi quantum illi placuerit filiabus meis, id est, sororibus ejus, dare (charte n° cix).

  • 6 Morice H. dom, Mémoires pour servir de Preuves à l’histoire… de Bretagne, 3 vol., Paris, t. 1743, c (...)

13Mais le douaire, enepuuerth, est payé à la nouvelle épouse par sa famille d’accueil. Ainsi le comte de Cornouaille Alain Caniard donne à sa femme Judith, fille de Judicael comte de Nantes, une série de terres qui comprend, « inter caetera dotalicia cinq hameaux en Cluthgual, la terre de Kistillic, la moitié de l’église de Cluthgual avec la dîme, la sépulture et tous ses droits6 ». C’est pourquoi l’enepuuert de Roiantken lui a été donné par Riuualt, le père de son mari. Nous retrouvons le terme d’enepuuert[h] dans une charte du cartulaire de Landévennec : Alarun offre à l’abbaye une propriété (Caer Uitcan) qu’elle a reçue de son mari Diles in ditatione, id est in enepguerth, (charte n° xliv : lire, avec Marcel Planiol, in dotatione).

14Les lois galloises nous permettent d’isoler un certain nombre de prestations financières liées au mariage (souvent payées sous forme de têtes de bétail) : la femme qui se marie a éventuellement des biens personnels (gall. argyfrau : cf. v.bret. arcobrou) ; un amobr (récompense) semble être payé par le mari à son seigneur ou au seigneur dont dépend sa femme ; le prix de la mariée est différent : payé par la famille du mari, l’agweddi (généralement du bétail) reste la propriété personnelle de la femme ; le prix de l’honneur, ou don fait à la femme au lendemain de la nuit de noces, est appelé cowyll. Gwaddol (gwaddawl « part ») ou canhysgaeth (« partir avec ») semblent être d’autres noms pour l’agweddi récupéré par la femme en cas de séparation.

  • 7 Loth J., « Un genre particulier de compensation pour crimes et offenses chez les Celtes insulaires  (...)
  • 8 Planiol M., Histoire des Institutions de la Bretagne, Rennes 1953, t. II, p. 177.
  • 9 Tonnerre N.-Y., Naissance de la Bretagne, géographie historique et structures sociales de la Bretag (...)

15Dans les lois galloises, wyneb-werth désigne normalement une sorte d’amende supplémentaire payée à la victime d’un outrage ou à sa famille, et qui varie en fonction du statut social de la victime (c’est-à-dire en fonction de son « honneur »). Aussi, cet wyneb-werth intervient uniquement dans des contextes de conflit ou de rupture entre époux : c’est le prix que doit payer un mari infidèle ou qui chasse l’épouse du lit conjugal (c’est l’équivalent du gowyn, *wo-wik-n-) ; mais on peut penser que ce paiement a pu désigner, en particulier, le don fait au lendemain de la nuit de noces (cowyll). C’est en tout cas l’opinion de Joseph Loth7 à propos de breton enebarz, ce qui est accepté par Marcel Planiol8 et repris plus tard par Noel-Yves Tonnerre9.

16Peut-on réconcilier les données galloises et bretonnes ? Oui, en supposant par exemple qu’ au Pays de Galles, la dotation offerte par le mari ou la famille du mari (enepguerth breton) n’est en fait pas habituellement payée, sauf s’il survient un divorce. Au contraire, en Armorique, cette dotation est bien livrée à la nouvelle mariée, mais on n’hésite pas à l’appeler sous son vrai nom, « prix de l’honneur ».

  • 10 Bernier G., « Varia, III. Solidus et enepuuerth », Études celtiques XXV, 1988, p. 258-264.

17Maintenant, est-il régulier qu’une femme mariée dispose de son douaire en dehors des cas de séparation ou de veuvage ? Gildas Bernier a écrit des pages pertinentes10 sur les biens personnels des femmes dans le haut Moyen Âge : exclue du partage du patrimoine foncier, la femme a cependant droit à une somme d’argent en héritage, pour assurer son entretien et son indépendance. Mais, du fait des conditions économiques (en particulier, la rareté du numéraire), cette somme d’argent a été convertie en bovins, puis en terre comme le montrent plusieurs noms de biens fonciers du type Solt + nom de femme. En effet l’héritier moderne de solt, le breton saout « bétail », indique certainement que la dot d’une femme consistait au départ en un troupeau de bovins, substitut normal de la somme en liquide (un sou d’argent – c’est en effet le sens étymologique de vbret. solt). Mais une nouvelle substitution remplace les troupeaux de bovins par des terres, au cours du ixe siècle.

18Si Roiantken dispose de son enepguerth, c’est manifestement sur l’ordre de son mari, qui supervise toute l’opération. Il n’y a apparemment pas de relation conflictuelle, les deux époux cherchent à acquérir une sépulture commune, mais l’on peut tout de même se demander si Roiantken fait vraiment une bonne affaire. En effet, Deurhoiarn obtient de son épouse qu’elle emploie, en l’occurrence, le seul bien venant de lui dont elle aurait pu disposer si elle lui avait survécu. Il est vrai que les deux époux atteignent déjà un âge respectable, si Roiantken est bien la même qui avait reçu un don de terre de son frère Catuuet (h) en le 3 février 821 (charte n° cxlvi) – date à laquelle elle est qualifiée de magnifica femina, expression sans doute banale dans les chartes, mais qui suppose probablement que nous avons affaire à une femme en âge de régler ses propres affaires, c’est-à-dire au moins une fille d’âge nubile. Ayant au minimum 11 ans en 821, Roiantken doit avoir au minimum 64 ans en 875. Deurhoiarn quant à lui commence à apparaître dans deux chartes de 833 (chartes n° v et vi), comme témoin qui signe juste après son père, le machtiern Riuualt. Il est lui-même devenu comes, en 856 (charte n° cxciii), c’est-à-dire machtiern (charte n° clxxv, de 858).

19Pour ce qui touche la propriété personnelle des clercs, on doit d’abord préciser qu’il s’agira d’une obligation canonique seulement à partir des Conciles du Latran : seront admis à devenir clercs uniquement ceux qui ont de quoi vivre, c’est-à-dire qui peuvent produire un titulus patrimonii ou un titulus beneficii. Mais l’on peut supposer que l’usage s’était établi bien longtemps auparavant. L’Église demandait aux clercs d’avoir quelque possession, un titre de propriété qui leur donnât un certain statut social.

  • 11 De même, la donation de cette terre par Freoc à Saint-Sauveur de Redon apparaît deux fois : dans le (...)
  • 12 Pour être complet, la charte enregistre également 1), un paiement en nature fait par Riuur, père de (...)

20Nous avons plusieurs références intéressantes à la dotation des clercs dans le cartulaire de Redon lui-même. En fait, nous avons même la charte qui sanctionne le don d’un bien au clerc Freoc : c’est la charte n° clvii, qui a un « double » dans la charte n° xlv11. Il apparaît que les fils de famille, au moment où ils devenaient clercs, c’est-à-dire au moment de leur tonsure, recevaient de leur parrain un bien foncier dont ils avaient, semble-t-il, la disposition toute leur vie, puisque ces biens se trouvent finalement dévolus à l’abbaye lorsqu’ils décident d’y entrer. Ces cadeaux de parrainage apparaissent dans les actes suivants : dans la charte n° cxxix, Iarncolin offre un bien foncier à Uuorcomin fils de Riuur, en 832, quando incisit comam capitis eius « lorsqu’il a coupé sa chevelure12 » (il s’agit d’une virgada appelée Peron, dans la paroisse d’Anast) ; dans la charte n° ccxliv, Maf a été donné par Eurac à son neveu et filleul (fils de sa sœur) Guntarius, en 871. Enfin, le troisième exemple est celui qui concerne notre clerc Freoc (charte n° clvii et n° xlv) :

  • 13 Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, op.cit., p. 121. Variantes de la charte n° xlv : carta(...)

21 haec carta indicat atque conservat quod Arthuuius donavit in sua elemosina, pro anima sua, filiolo suo nomine Freoc, filio sororis sue, nomine Uuiulouuen quando totundite eum clericum in domo Freoc, in Lisprat, in plebe Alcam, eo quod antea stetit sub illo a fonte baptismatis, firmavit itaque atque tradidit et cedit Arthuuius demedium Rantomaioc, .iiii. modios de brace de terra, nepoti suo bis filiolo Freoc, totum et ad integrum, cum terris, pratis, pascuis, aquis, et cum omni supraposito suo, et suum villare juxta aecclesiam Rufiac 13.

22 Bis filiolo, « deux fois filleul », est difficile à interpréter. Serait-ce parce qu’il est aussi son neveu, fils de sa sœur ? C’est plutôt parce que le parrain renouvelle un geste de protection : tout comme il a été son parrain le jour du baptême, de même il réaffirme son parrainage en lui administrant la tonsure, le jour où il devient clerc.

  • 14 J’ai traduit ad fontem (qui phonétiquement ne se distinguait plus de a fonte).
  • 15 Dictionary of the Irish language, Joynt M. et Knott E. (ed.) 1957 Dublin, Royal Irish Academy, lett (...)
  • 16 Ibidem, F., fasc. 1, 1950, col. 14-18, sous faésam. Les langues brittoniques ne donnent aucun paral (...)

23Son premier acte de parrainage est rappelé dans la formule eo quod antea stetit sub illo a fonte baptismatis « parce qu’il avait été « debout au-dessous de lui » du côté des fonts baptismaux14 ». On pourrait tenter de retrouver un sens concret dans stetit sub illo : « il se tenait sous lui », parce qu’il le portait - ne dit-on pas en français « porter sur les fonts baptismaux » ? Mais la périphrase paraît alors bien maladroite. En fait, stetit sub illo est très probablement un celticisme : on retrouve en effet les deux éléments de cette expression (stare - sub) dans le nom verbal composé gallois gwaessaf (*wo-sista-mu-) et dans le verbe vieil-irlandais fo-sisedar, nom verbal foessam, qui implique à la fois reconnaissance, protection et parfois adoption d’un enfant. Comme le mentionne le Dictionary of the Irish language15, fo-sisedar est employé dans les lois irlandaises avec le sens « acknowledges, goes bail for, becomes responsible for » ; le nom verbal faessam, foessam s’applique à la protection accordée par un seigneur à son vassal pendant le temps où ce dernier est auprès de lui, à son service ; il s’applique aussi à l’adoption d’un enfant, en particulier lorsqu’un enfant d’ascendance incertaine est « adopté » par la famille de sa mère16.

24 Demedium Rantomaioc, en Ruffiac, est décrit en détail : d’abord l’indication d’une superficie, exprimée par le produit annuel de cette terre (quatre muids d’orge malté (brace), ce qui est une superficie très courante dans les chartes). On ne doit pas se tromper, ce n’est pas le seul produit de la terre qui est donné, mais la terre elle-même, en pleine propriété, comme l’expriment les adjectifs totum et ad-integrum. On mentionne aussi les différentes composantes de la propriété foncière : terres cultivables, prés et pâturages, et « les eaux », c’est-à-dire les eaux courantes et dormantes, ainsi que les accessoires (cum omni supraposito suo fait référence aux constructions ajoutées à la terre par les précédents occupants). Enfin, le villare doit être le village de Rantomaioc où habitent les fermiers (coloni).

  • 17 Musée des Beaux-Arts de Carcassonne, reproduit dans Cavanna, Nos ancêtres les Gaulois, 1991, p. 78.

25La tonsure du clerc est apparemment confiée à son parrain. Ce geste symbolique, accompagné d’une dotation en biens fonciers, marque l’accord de la famille avec l’orientation du jeune homme vers la carrière ecclésiastique. Une image d’Epinal répandue représente des jeunes gens tondus contre leur gré durant le haut Moyen Âge – notamment de jeunes princes qui auraient pu constituer un obstacle à l’ambition d’autres princes rivaux. On connaît le tableau d’Évariste Luminais, « Le dernier Mérovingien17 » : le dernier descendant de Clovis, Childéric III, est représenté sous les traits d’un jeune homme blond, assis, qui vient de subir la tonsure : Pépin le Bref, maire du palais d’Austrasie, vient de le faire enfermer dans un monastère afin de prendre sa place.

26Cependant, cette image nous paraît être largement romancée. Du fait de la nature des sources, il est bien rare que nous ayons connaissance des réactions personnelles de l’intéressé : les contrats de dotation de clercs ne nous disent rien de leurs états d’âme, pas plus que les contrats de mariages de tous les siècles passés. On doit seulement relever que plusieurs textes celtiques semblent réserver le geste de couper les cheveux à de proches parents, et que cela n’est pas réservé aux futurs clercs, puisque le jeune Kulhwch reçoit cette faveur du roi Arthur, au moment où ce dernier l’incorpore dans ses troupes.

27Deux autres exemples d’aethurec apparaissent dans le cartulaire de Landévennec.

28 Aethurec Rethcar, cité dans la charte n° xxx du cartulaire, se conforme au modèle offert dans les exemples précédents : Aethurec est déterminé par un nom de personne. Mais cet acte est une notice très abrégée, concernant le don de Terenes ou Dant Enes en Rosnoën (Ros Lohen) ; la description de la donation de cette insula est très elliptique :

  • 18 La Borderie A. de, Cartulaire de Landevenec publié pour la Société archéologique du Finistère, Renn (...)

29 cujus divisio insulæ a mare est usque ad mare absque ullo umquam herede in aeterna possessione, Laedti Guolchti, Aethurec Rethcar, et tertiam partem æclesiæ Lan Coett, V villas, Castell, III villas 18.

  • 19 Ici au sens de tenancier héréditaire.

30« la limite de cette île va de la mer à la mer, sans jamais un seul “héritier19” en possession éternelle, (elle comprend) le Letty (“Logis”), le Gwolc’h-ti (“Laverie”), et l’Aethurec de Rethcar, et le tiers de l’église de Langoat – c’est-à-dire 5 fermes, et Castell, c’est-à-dire 3 fermes ».

  • 20 Le latin des pays celtiques en est particulièrement friand ; on en trouvera un bel échantillonnage (...)

31On remarquera que Laedti, Guolchti et Aethurec pourraient être trois mots sur le même plan, tous déterminés par Rethcar. Si cette analyse est exacte, Aethurec serait un nom de terre déterminé par une certaine fonction ; aethur- se présente d’ailleurs comme un nom d’action formé avec le suffixe emprunté au latin -tura : *ak-tūra. Ces noms en -tura étaient fréquents en latin tardif20 ; le brittonique admet quelques noms verbaux formés avec ce suffixe, notamment le très fréquent verbe « faire », en gallois, gwneuthur (*wn-aktūra), et le verbe « nourrir, élever » en breton, mezur (*mak-tūra). Mais il faut souligner que cette analyse n’est pas la seule possible : Rethcar peut très bien être le complément du seul aethurec.

32Un dernier exemple apparaît dans des notes tardives à la charte n° xviii du même cartulaire : ces notes, du xiie siècle, ont été éditées comme un rentier, au n° lx de l’édition du cartulaire par A. de La Borderie :

  • 21 La Borderie A. de, op. cit., p. 174 et Le Men R.-F. et Ernault E., p. 557 n. 2.

33 Hec sunt debita Landrefmael. Haethurec Caer Nilis, IX sextaria frumenti 21

  • 22 Cf. R. Largillière, « La toponymie du cartulaire de Landévennec », Bulletin de la Société archéolog (...)

34 Comme Haethurec Caer Nilis est placé en premier dans l’énumération des terres de Landremel (nom ancien de l’église de Lothey), on aurait pu penser qu’il s’agissait des terres dépendant de l’église (Caer n-Ilis = village de l’église). Cependant, des commentateurs22 ont observé que Garnilis ou Carnilis est un nom de lieu en Briec, un peu plus au sud.

  • 23 Cf. note 4.

35Ce dernier texte suscite deux observations : comme le fait remarquer B. Tanguy23, le h- initial n’a sans doute aucune réalité phonétique et peut être considéré comme une hésitation graphique de la part d’un scribe tardif (xiie siècle). D’autre part, ce qui est plus important, Haethurec est ici suivi d’un toponyme et non d’un nom de personne, à la différence des trois autres exemples. Cela nous confirme que aethurec reste un nom « motivé » (donc, un nom commun dont le sens est encore compris).

36L’étymologie que nous proposerons n’est qu’une possibilité parmi d’autres ; avant de la présenter, je crois utile d’écarter d’autres solutions qui auraient pu se présenter à l’esprit, mais qui manquent de consistance.

Les solutions à écarter…

  • 24 Loth J., Chrestomathie Bretonne (Armoricain, gallois, cornique), première partie, Breton-armoricain(...)

37Deux étymologies ont été proposées, qui tendent à assimiler aethurec à la série des dérivés toponymiques modernes en -ec, formés à partir d’un nom de plante : Radenec sur raden « fougère », Bannalec sur banal / balan « genêt » etc. Ces deux étymologies sont les suivantes. Joseph Loth, dans sa Chrestomathie24, suggère de comprendre aethurec comme le « lieu aux ajoncs », en comparant gallois eithin « ajoncs » et aussi un élément vieux-breton aeth qu’il retrouverait dans le gallois aeth « pointe, piquant », et au figuré « douleur ». Cette étymologie a été citée par Daniel Bernard en référence au toponyme moderne Lezurec (voir plus bas).

  • 25 En fait hiraeth, parallèle au thème verbal irlandais síracht-, me paraît être tiré d’un ancien verb (...)

38Il n’est pas nécessaire d’insister sur les faiblesses de cette étymologie. Gall. eithin, « ajonc », comme irl. aitten, remonte à *aktino- ; J. Loth suggère probablement un nom de plante *aktur-, mais ce nom n’est pas attesté, et sa formation avec un suffixe -ur n’a pas de parallèle connu. Quant au gallois aeth, le sens ancien paraît être celui de « douleur » et les lexicographes gallois comparent volontiers le « composé » hir-aeth « regret, nostalgie25 ». Dans le sens « d’ajonc » on emploie plutôt la graphie aith, ce qui indique au moins qu’il s’agit de deux mots différents, cf. Geiriadur Prifysgol Cymru sous 1 aeth, et aith. Aith n’est pas attesté au sens de « pointe » : il est connu seulement au sens « d’ajonc » (ainsi dans le Lexique ou Geirlyfr de Wiliam Ll^yn, au xvie siècle) ou « d’épines d’ajonc », comme dans le poème de Lewis Glyn Cothi intitulé i’r Farf, « à la barbe » : Penau nodwyddau i’m diddwyn, / Penfar o aith, pwn o frwyn « des têtes d’épingles pour m’écarter, une charge d’ajoncs, un fagot de joncs ». Ce sont les lexicographes du xixe siècle (Owen Pughe, puis Silvan Evans) qui ont tenté de réunir aith « ajonc » et aeth « douleur », en supposant un sens premier « pointe » qui n’est pas attesté. En fait, aith pourrait bien avoir été forgé au xvie siècle. à partir de eithin.

  • 26 Op. cit. note 5, p. 416, note 31.

39Wendy Davies cite récemment26 une étymologie fondée sur **aeth « ajonc », suivi du correspondant de gall. gwrych « haie, clôture » (en fait, « buisson, fourré », *wrikko-), ce qui ne répond guère aux graphies (on ne trouve jamais ch final), et ne doit pas satisfaire son attente sémantique (« doit désigner quelque type d’unité foncière »). À cela s’ajoute l’inexistence du gall. aeth « ajonc ».

  • 27 Bernier G., op. cit., n. 9, p. 262.

40Gildas Bernier27 a tenté de tirer aethurec d’un autre nom de plante, celui du « blé », bret. ed, gall. yd, ce qui revient à contester la valeur spirante de la graphie -th-, pourtant présente dans les quatre exemples sans exception. Le sens prêté au dérivé aethurec, « terre à froment », est sans doute plus vraisemblable que le « lieu aux ajoncs » supposé par Loth.

  • 28 J’ai proposé récemment d’identifier ce suffixe -āko- avec le suffixe gallo-romain des noms de lieux (...)

41Le plus grand défaut des deux étymologies proposées est de supposer des noms de plantes inexistants : aethur n’est pas connu comme nom de l’ajonc ni comme nom de céréale, ni comme dérivé de l’un ou de l’autre. Mais il y a un autre défaut, qui n’est visible que pour les linguistes : la variation graphique aethurec / aethuric ne peut s’expliquer que par un suffixe avec ancien -ῐ - bref (- ῐko- ou - ῐkā), correspondant au gall. -yg ; tandis que le suffixe breton moderne -ek des dérivés de noms de plante a, en breton moderne même, une variante dialectale -og : bas léon. foennog « terre à foin, herbage » ; ce suffixe apparaît généralement sous la forme -oc en v.bret. (-awg en moyen gallois), cf. vbret. gueltiocion gl.fenosa, dérivé de guelt = breton moderne geot « herbe » ; il est issu d’ un celtique ancien -āko- avec -ā- long28. Les deux étymologies de J. Loth et de G. Bernier sont donc à rejeter.

42Une analyse intuitive conduirait à isoler deux suffixes, l’un de nom d’action (*tur-, du latin -tūra), et l’autre d’adjectif (*-ec, variante -ic, du celtique *- ῐko- ou *- ῐkā) : mais il se trouve que cette combinaison de suffixes n’est jamais attestée ailleurs en vieux-breton (le moyen-breton connaît - ur-ek, sur la base du suffixe français -(e) ure).

43La terre donnée à un clerc au moment de sa tonsure (ou à une femme à l’occasion du mariage, mais ce cas n’est peut-être pas pertinent), est un bien personnel associé à l’entrée dans un état nouveau, lequel ne peut être atteint qu’à un certain âge. Aussi serait-il intéressant de dégager une comparaison entre un nom d’action *aethur et le moy.bret. maezur « fait d’élever, d’éduquer », déjà cité. Malheureusement, dans cette direction de recherche, aucune solution ne s’impose clairement, faute d’attestations probantes et comme elles sont toutes très hypothétiques, les possibilités se multiplient aussi très facilement. Il suffira d’en énumérer quelques-unes.

  • supposer un nom d’action en -tūra sur le thème verbal ag- (*ag-tūra), ce qui n’a aucun parallèle en brittonique ;
  • ou partir d’un latin tardif *actūra, qui aurait désigné un acte notarié (mais ce sens n’est pas attesté).
  • comparer gallois cyf-oeth, (*kom-o(n) k-to-) « possession, la richesse ou le pouvoir », correspondant à l’irlandais cumachte ; le mot s’explique certainement comme « ce qui est atteint », ou bien « ce qui est remporté, gagné » (thème *onk- « porter, emporter » ; variante ank- « arriver à, pouvoir »). Oeth est rare et poétique ; comme anoeth, il désigne des trésors difficiles à atteindre. Cyfoeth pourrait être apparenté au breton francisé quevaise, mais ce dernier pose plus de problèmes qu’il n’en résoud. On doit aussi remarquer que cette pseudo-solution expliquerait plutôt une forme avec diphtongue – oe-.

44On me permettra ici un petit excursus sur un adjectif gallois oeth d’existence douteuse.

  • 29 Revue Celtique, t. XXXVIII, 1920-1921, p. 167-168.

45Joseph Loth29, indique un adjectif gallois oeth, qui aurait pu correspondre à notre attente. Je le cite : « L’expression tir oeth a le sens de « terre cultivée ». Le mot oeth sort de *oktâ ». Il pourrait donc sembler tentant d’interpréter aethur- comme un nom d’action en -tur tiré du même thème verbal que cet oeth signifiant « cultivé » : aethur serait la « culture » ou peut-être, la mise en culture, le défrichage ?

  • 30 Joseph Loth eut l’occasion d’écrire sur l’article anoeth de Silvan Evans : Archiv für celtische Lex (...)

46Mais aucun dictionnaire gallois moderne ne cite cet adjectif oeth. Pour déterminer la source de Joseph Loth, il faut remonter au dictionnaire de Silvan Evans qui donne en effet (I, p. 278, sous anoeth) plusieurs citations de tir anoeth dans le sens : « wild or uncultivated land ; a covert ground, a wild, a waste ». Et une longue citation tirée des Iolo Manuscripts, p. 185-186 contient trois exemples de tir oeth ou maesdir oeth, et des exemples de tir anoeth. Ainsi par exemple, nid edewis y llosg na phren na brigyn yn fyw ar glawr ein tir oeth « l’incendie n’a laissé en vie ni arbre ni rameau sur la surface de nos terres cultivées30 ».

47Oeth est donc une invention du faussaire Iolo Morgannwg. Il est curieux que cette invention n’ait pas été retenue par le lexicographe Owen Pughe, pourtant enclin à les admettre.

La solution à retenir

  • 31 Gourvil F., Noms de famille bretons d’origine toponymique, Quimper, 1970 (Le Nézart, notice 1568).
  • 32 Cf. Emanuel H. D., The Latin Texts of the Welsh Laws, p. 133, l. 12. C’est le type de terre qui est (...)

48Aucun des exemples anciens d’aethurec n’a laissé de trace dans la toponymie moderne, à l’endroit même où ils sont attestés. J’avais envisagé de mettre l’Aethurec Retcar du cartulaire de Landévennec en relation avec un microtoponyme, Le Nézard, en Rosnoen, mais il faut bien reconnaître que c’est une comparaison douteuse. Cela supposerait que An Aethurec a été simplifié plus tard en *An Aethur. D’ailleurs, F. Gourvil propose31 une meilleure étymologie pour Le Nézart, qu’il assimile à Le Nézert (= Le Désert). Cette solution est préférable ; elle s’explique non pas comme notion religieuse (le désert comme retraite de l’ermite), mais comme notion juridique ; de même, pars deserta désigne, dans le texte latin des Lois galloises, la part d’héritage non revendiquée, qui revient au roi32.

  • 33 Bernard D., « Notice historique sur la seigneurie de Lezurec, en Primelin, et ses anciens seigneurs (...)

49Je crois possible cependant de comparer le nom de lieu Lézurec, en Primelin, même si ce dernier ne comporte pas de nom de personne à la suite de aethurec. Lézurec a pour forme bretonne n-Ahurec, d’après une étude de Daniel Bernard consacrée à la famille noble qui en a tiré son nom33. Ce qui est particulièrement intéressant dans l’étude de Daniel Bernard, c’est que la famille pour qui Lézurec est érigé en seigneurie est manifestement une branche cadette de la famille du Menez, et que plusieurs de ses membres ont eu un comportement typique de cadets mal dotés : l’un dut faire le pélerinage de Saint-Romain à Rouen pour être blanchi d’un meurtre, un autre vécut toute sa vie dans la débauche et la dissipation.

  • 34 Wartburg W. von, Französisches etymologisches Wörterbuch, Bd. XXV (refonte du tome I) : apaideutos  (...)

50Il est clair que, selon le droit breton du haut Moyen Âge, l’aethurec constitue une dotation exceptionnelle, qui échappe provisoirement (pour la durée de vie du bénéficiaire ?) à l’application stricte des règles de transmission des terres. Aussi, je propose de considérer aethurec comme un emprunt au verbe latin tardif auctoricare qui a donné l’espagnol otorgar et le vieux provençal autorgar ; et, sous la variante *autriiare, v.français octroyer, italien ancien otriare, vieux provençal autreiar. Cette variante au (c) t(o) riiare comporte plus d’une explication : Bloch-Wartburg font intervenir, par substitution de suffixe, un étymon auctorizare « autoriser ». Mais cette substitution n’est pas nécessaire : on peut tirer directement octroyer de *auctoricare, cf. implicare > employer, etc. La réédition du dictionnaire étymologique de Wartburg par Jean-Pierre Chambon et son équipe34 conserve néanmoins la doctrine traditionnelle, car auctoricare ne serait attesté qu’à partir du ixe siècle et « dans les documents latins du sud de la Galloromania et de l’Ibéroromania », c’est-à-dire dans les zones où les langues vernaculaires gardent le souvenir du suffixe en – c- (vieux gascon, béarnais, provençal, languedocien, rouergat), « essentiellement en ancien gascon et en ancien languedocien, dans le prolongement de l’aire ibéroromane ».

51On notera ici une difficulté spécifique au latin médiéval : des variantes ont pu se conserver sous la protection des formes vernaculaires correspondantes. De ce fait, auctoricare est passé inaperçu des premiers lexicographes : Du Cange n’en parle pas (il cite un auctoritare qui pourrait en être une fausse lecture). De la même façon, Niermeyer traite auctoricare comme une variante accidentelle de auctorizare, qui est seul jugé digne d’une notice : mais sous ce mot auctorizare sont cités plusieurs exemples où le verbe prend la forme auctoricare, par exemple :

  • 35 Niermeyer J.–F., Mediae Latinitatis Lexicon minus, Leiden, Brill, 1976.

52(auctorizare, sens n° 2, « garantir comme auctor ») Exinde scripturam emcionis [h]abeo et autorem nomine P., qui ipsas res mihi in legibus auctoricare debet « de cela, je possède l’acte d’achat, avec le garant nommé P., qui doit certifier pour moi ces faits selon les formes légales », Histoire du Languedoc3, II, pr. N° 161 (a. 862, Carcassonne)35.

  • 36 Bassolo de Climent M., Bastardas J., Glossarium Mediae Latinitatis Cataloniae, Barcinone, 1960-1985 (...)

53Cet inconvénient n’apparaît pas dans les dictionnaires régionaux du latin médiéval, ainsi dans celui de Catalogne par Bassols de Climent et Bastardas, où auctoricare et auctorizare, bien que parallèles sémantiquement, constituent deux notices distinctes et indépendantes. Je relève dans ce dernier que auctoricare est employé en particulier pour l’octroi d’une dot : (auctoricare au sens de « conceder, dar ») 1044, Pallars L Feud I 117 p. 118, ego Raimundus comes si otorgo ad Garsia Eizo et ad filia mea Ricardis ipsum meum alode de valle Sengici36.

  • 37 Si ces objections avaient été retenues, il existait une solution de repli : supposer un emprunt à l (...)

54Tout ceci pourrait amener le lecteur à soulever quelques objections : peut-on tirer un mot vieux-breton du ixe siècle d’un mot latin tardif qui n’est attesté qu’à partir du ixe siècle, et surtout, seulement dans l’extrême sud de la France ? La première objection, chronologique, n’est pas gênante : nous savons que les variantes locales du latin tardif n’apparaissent qu’assez tardivement, parce qu’elles ont d’abord été systématiquement normalisées par des scribes trop zélés. Quant à l’objection géographique, elle tombe elle aussi si nous admettons que le français d’oïl octroyer vient lui aussi de auctoricare, ce qui est parfaitement possible phonétiquement37.

  • 38 Cependant voir Colin Smith, « Vulgar Latin in Roman Britain : Epigraphic and Other Evidence », Temp (...)

55La seule difficulté tient à la disparition de la diphtongue au- : doit-on supposer que auctor- a été traité phonétiquement comme actor- (cf. augustus > latin vulgaire agustus), ou comme octor- ? Je crois préférable de retenir la première solution, puisque les graphies comportent toutes la diphtongue -ae- et non -oe-. Faut-il vraiment supposer au- > ā-, avec Kenneth Jackson ? Ce dernier suppose le ā- long à partir des emprunts brittoniques à Augustus, mais la longueur du ā- tient peut-être à la disparition du -g-, dans tous ces emprunts. On doit prendre en compte la lourdeur du vocalisme : la forme du latin tardif auctōr ῐcāre comporte deux voyelles longues (au et ō long) avant l’accent, plus un groupe consonantique entre les deux. On a de nombreux exemples d’abrègement de voyelles prétoniques, dans les emprunts brittoniques au latin, comme peccātōr > bret. pec’hadur, ou nātālicia > gall. nadolig (dans ces mots, le premier -ā- long semble avoir été abrégé très tôt)38.

56Pour le reste, la forme aethurec continue exactement le thème du verbe a(u) ctoricare, -kt- passant à -xth- puis -yth-, -ō- long devenant -ū- long (plus tard ü long), -ik- avec - ῐ- bref devenu une voyelle intermédiaire entre - i- et -e-, notée -i- ou -e-, d’où les deux graphies -ic et -ec. Comme il s’agit du thème seul, il faut supposer un déverbatif (ou « déverbal »), c’est-à-dire un nom tiré du thème du verbe, le parallèle fonctionnel de fr. octroi. Un tel nom a pu exister en latin tardif, sous la forme *auctoricum.

  • 39 Jackson K.-H., Language and History in Early Britain, Edinburgh 1953, p. 93, 323 n. 1.

57Les emprunts celtiques au latin auctor présentent quant à eux plusieurs particularités qui empêchent, là encore, d’appliquer strictement les lois phonétiques. Kenneth Jackson39 a fait remarquer, à propos du gallois awdur, qu’il s’agit d’un emprunt certainement tardif ou artificiel : on aurait attendu, d’après lui *awthur ou *euthur. On peut en dire autant du vieil-irlandais auctar qui présente des traits communs avec awdur - en particulier la dentale occlusive sonore (cf. le moderne ughdar, údar).

58L’emprunt bret. moy. otreaff « octroyer » est beaucoup plus récent que v.bret. aethurec ; il est manifestement tiré du moyen français ; il révèle que les dialectes français de l’ouest ne connaissaient pas l’évolution ei > oi > oa cf. charread « charroyer », et bret. moy. courteis « courtois ».

59Le vieux-breton aethurec *auctoricum paraît donc avoir désigné la dotation offerte aux clercs par leur « parrain ». On voit comment le parrain devient un auctor - dans le sens légal de garant. L’octroi d’un bien foncier est d’abord une garantie, une caution accordée par la famille du futur clerc. C’est en même temps une disposition exceptionnelle qui permet de distraire une petite partie du patrimoine familial, mais elle devait immanquablement réintégrer le patrimoine à la mort du bénéficiaire. Nous avons vu un cas où cette disposition a été adoptée pour doter une femme.

60Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que les cas de survivances dans la toponymie soient exceptionnels. Je serais tenté de croire qu’ils sont tous liés à la transformation d’un don à la personne en un don à l’institution : c’est probable dans le cas de Aethurec Caer nIlis (don à l’église de Landrémel), et c’est possible dans le cas de Lézurec en Primelin, qui est à quelques centaines de mètres de l’église de Saint-Tujen.

61D’autres chercheurs compléteront peut-être cette étude en détectant de nouvelles traces de aethurec dans la toponymie moderne, ou en précisant la forme et le sens de l’étymon latin.

Notes

1 Fleuriot L., « Les termes juridiques vieux-bretons ayant trait au droit privé », Mélanges offerts au Docteur J.-B. Colbert de Beaulieu, Paris, 1987, p. 360-367 (p. 367).

2 Courson A. de, Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, Paris, 1863, p. 184.

3 Vieux-breton -condoes est l’équivalent de l’adjectif gallois cynnwys (*kom- + l’emprunt au lat. densus) ; l’un des sens possibles de Mil-condoes pourrait être : « l’animal adopté, accepté ».

4 Tanguy B., « Les noms de lieux dans le Cartulaire de Landévennec », Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Âge, Actes du colloque du 15e centenaire de l’abbaye de Landévennec, 25-27 avril 1985, s.l. 1986, p. 141-153, p. 143.

5 On verra sur cette question l’article de Wendy Davies, « Wynebwerth et enepuuert : l’entretien des épouses dans la Bretagne du ixe siècle », Dots et Douaires dans le haut Moyen Âge, Bougard F., Feller L., Le Jan R., (éd.) Rome 2002 (Collection de l’École Française de Rome, 295), p. 407-428. Je remercie mon collègue Laurent Morelle de me l’avoir signalé ; Wendy Davies y commente longuement la charte n° ccxxxvi.

6 Morice H. dom, Mémoires pour servir de Preuves à l’histoire… de Bretagne, 3 vol., Paris, t. 1743, col. 366.

7 Loth J., « Un genre particulier de compensation pour crimes et offenses chez les Celtes insulaires », Revue Celtique 48, 1931, 332 et suiv., p. 335.

8 Planiol M., Histoire des Institutions de la Bretagne, Rennes 1953, t. II, p. 177.

9 Tonnerre N.-Y., Naissance de la Bretagne, géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du viiie à la fin du xiie siècle, Angers, 1994, p. 262 et suiv.

10 Bernier G., « Varia, III. Solidus et enepuuerth », Études celtiques XXV, 1988, p. 258-264.

11 De même, la donation de cette terre par Freoc à Saint-Sauveur de Redon apparaît deux fois : dans les chartes n° clviii et n° lxvi, acte daté du 22 décembre 866.

12 Pour être complet, la charte enregistre également 1), un paiement en nature fait par Riuur, père de Uuorcomin, qui pourrait être le premier versement d’un fermage ; 2) une contestation ultérieure du donateur qui veut reprendre son bien, mais les sages réunis en plaid (placitum) confirment la donation. Cette charte a été conservée par les moines de Redon à titre d’origine de propriété : la charte suivante (n° cxxx) enregistre le don de ce bien à l’abbaye par Uuorcomin, en 834.

13 Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, op.cit., p. 121. Variantes de la charte n° xlv : carta : carticula ; filiolo : filio ; totundite : totundit ; antea stetit : ipse antea stetit ; nepoti suo bis : nebotis vobis ; ad integrum : integrum ; Rufiac : Ruciac.

14 J’ai traduit ad fontem (qui phonétiquement ne se distinguait plus de a fonte).

15 Dictionary of the Irish language, Joynt M. et Knott E. (ed.) 1957 Dublin, Royal Irish Academy, letter F, fasc. 2 : col. 379.

16 Ibidem, F., fasc. 1, 1950, col. 14-18, sous faésam. Les langues brittoniques ne donnent aucun parallèle exact, mais on notera qu’avec la préposition de sens contraire, gall. ar « sur », on obtient l’expression gall. sefyll ar « dépendre de (qqn) », mot-à-mot « se tenir debout sur ».

17 Musée des Beaux-Arts de Carcassonne, reproduit dans Cavanna, Nos ancêtres les Gaulois, 1991, p. 78.

18 La Borderie A. de, Cartulaire de Landevenec publié pour la Société archéologique du Finistère, Rennes 1888, p. 160 ; Le men R.-F. et Ernault E., « Cartulaire de Landévenec » (avec préface de H. d’Arbois de Jubainville), Mélanges Historiques, t. V, 1885, p. 535-600, p. 566.

19 Ici au sens de tenancier héréditaire.

20 Le latin des pays celtiques en est particulièrement friand ; on en trouvera un bel échantillonnage dans la Vie de saint Gurthiern transmise par le Cartulaire de Sainte- Croix de Quimperlé.

21 La Borderie A. de, op. cit., p. 174 et Le Men R.-F. et Ernault E., p. 557 n. 2.

22 Cf. R. Largillière, « La toponymie du cartulaire de Landévennec », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. 69, 1942,, p. 28-68, p. 63.

23 Cf. note 4.

24 Loth J., Chrestomathie Bretonne (Armoricain, gallois, cornique), première partie, Breton-armoricain, Paris 1890, p. 105 n. 2.

25 En fait hiraeth, parallèle au thème verbal irlandais síracht-, me paraît être tiré d’un ancien verbe dénominatif dérivé avec le suffixe – ag-, cf. aussi gwassan-aeth « service », marchogaeth « fait d’aller à cheval » (suffixe – ag-tā). Voir le Lexique étymologique de l’irlandais ancien, lettres R-S, Paris, CNRS, 1974, sous le mot síracht. – Si aeth « douleur », qui est tardif, tire son existence de l’analyse de hiraeth comme composé hir-aeth, il s’agirait alors d’une création artificielle.

26 Op. cit. note 5, p. 416, note 31.

27 Bernier G., op. cit., n. 9, p. 262.

28 J’ai proposé récemment d’identifier ce suffixe -āko- avec le suffixe gallo-romain des noms de lieux en -iacum ; on notera que la plupart du temps, les toponymes en -ec du breton sont formés sur des noms de plantes sauvages ou même nuisibles Lambert P.–Y., « Three Notes on Gaulish ». Another view on the Gallo-Roman suffix - (i) acum., Celtic and other languages in Ancient Europe, García Alonso J.–L. (éd.) Salamanque, 2008, p. 133-144, p. 133-137.

29 Revue Celtique, t. XXXVIII, 1920-1921, p. 167-168.

30 Joseph Loth eut l’occasion d’écrire sur l’article anoeth de Silvan Evans : Archiv für celtische Lexicographie I, 1896-98, p. 453, mais il ne s’aperçut pas de la fragilité de cet anoeth « non cultivé, sauvage ».

31 Gourvil F., Noms de famille bretons d’origine toponymique, Quimper, 1970 (Le Nézart, notice 1568).

32 Cf. Emanuel H. D., The Latin Texts of the Welsh Laws, p. 133, l. 12. C’est le type de terre qui est aussi qualifié : terram alicuius ex parte regis interdictam (ibid. p. 228, l. 21). Le desertum regis est devenu une expression proverbiale, qui est appliquée, métaphoriquement, aux vierges « défendues » par le roi, puella dicitur esse desertum regis, et ob hoc regis est de ea amwabyr (=amobr) habere (ibid. p. 345, rédaction D).

33 Bernard D., « Notice historique sur la seigneurie de Lezurec, en Primelin, et ses anciens seigneurs », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. 73, 1947, p. 3-35. – Daniel Bernard, p. 4 note 1, cite l’étymologie de Joseph Loth, pour aethurec. C’est probablement Daniel Bernard lui-même qui a eu l’idée d’expliquer Lezurec par le vieux-breton aethurec. La meilleure preuve de cette parenté consiste dans la constatation qu’il fait ibid., « En breton on prononce Nahurec (an Ahurec) », d’où l’on peut déduire que Lézurec comporte une coalescence avec l’article français élidé.
Un toponyme Lezurec apparaît aussi dans le cartulaire de Quimperlé, acte n° xxx (hanter de Lesurech, dans un rentier relatif à la région de Quimperlé). Mais ici, la graphie avec -s- conduirait à reconnaître un composé de Les « cour ».

34 Wartburg W. von, Französisches etymologisches Wörterbuch, Bd. XXV (refonte du tome I) : apaideutos – azymus, Basel, 1970-2002, notice auctoricare par J.-P. Chambon et J.-P. Chauveau, p. 811-813.

35 Niermeyer J.–F., Mediae Latinitatis Lexicon minus, Leiden, Brill, 1976.

36 Bassolo de Climent M., Bastardas J., Glossarium Mediae Latinitatis Cataloniae, Barcinone, 1960-1985 (la citation est tirée de ; F. Miquel Rosell, Liber Feudorum Maior, Cartulario real que se conserva en el Archivo de la Corona de Aragón, Barcelona 1945).

37 Si ces objections avaient été retenues, il existait une solution de repli : supposer un emprunt à l’adjectif auctoricus « authentique, valable », ou bien au substantif auctoricium (« auctoritas uel possessio libera et auctoritate donata » Du Cange ; mais cf. Niermeyer : « témoignage de possession légitime de la part de l’auctor, c. à d. de celui à qui on a acheté la chose en litige »).

38 Cependant voir Colin Smith, « Vulgar Latin in Roman Britain : Epigraphic and Other Evidence », Temporini H., Haase W., Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II. Principat, vol. 29.2, Berlin - New York 1983, p. 893-948 : p. 906, d’après lequel l’évolution au > a serait conditionnée par la présence d’un -u- dans la syllabe suivante (dissimilation).

39 Jackson K.-H., Language and History in Early Britain, Edinburgh 1953, p. 93, 323 n. 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search