Version classiqueVersion mobile

Le Clown

 | 
Nicole Vigouroux-Frey

III. Les Médias

Les médias britanniques : maîtres de manège du cirque royal

Pascale Villate-Compton

Texte intégral

1On aurait tort de penser que The Mousetrap et Les Misérables figurent parmi les spectacles qui ont tenu le plus longtemps à l’affiche et sont les plus populaires de la scène théâtrale londonienne. La Grande-Bretagne jouit d’un spectacle unique au monde, d’une ampleur incomparable à tout autre et qui fascine les Britanniques depuis des décennies : celui de la dynastie des Windsor. Les acteurs nous sont familiers, personnages pathétiques, comiques ou fascinants piégés sous les projecteurs omniprésents et inébranlables de la presse et de la télévision. Si nous les connaissons bien, le metteur en scène par contre constitue l’aspect ténébreux et mystérieux de l’affaire : qui dirige la troupe ? qui écrit le scénario ? Ici les fonctions deviennent confuses, les rôles imprécis. Car tous tiennent à avoir leur part de mise en scène : les premiers rôles (Charles, Diana, la reine) ainsi que les rôles secondaires (Sarah, Andrew, Edward, Philip). Nous voici face à une situation peu habituelle où les acteurs/personnages veulent tous participer à l’élaboration de l’histoire et l’orienter en leur faveur, où le personnage en théorie principal, la reine, tient à diriger la troupe mais se trouve à son tour doublé par cette énorme pieuvre indomptable, les médias à qui revient toujours désormais le verdict final.

2La crise constitutionnelle de 1909-1911 a marqué la fin d’un long processus aboutissant à une monarchie dépourvue de pouvoir. Ce changement a donné lieu à une modification de fonction et de justification du souverain, père ou mère de la nation, et dont la raison d’être est justement de se montrer, d’être là, de se donner en spectacle. La dichotomie qui en découle revêt un caractère dangereux car d’une part on crée le spectacle et de l’autre on tente de le mettre en scène, de le diriger. Or, nous avons ici une concurrence entre les Windsor, une seule et même entité théâtrale, et le metteur en scène aspirant : les médias. Les personnages se sont rendu compte vers le milieu du 20e siècle qu’ils n’avaient pas les ressources et l’expertise pour être à la fois metteur en scène et acteurs, d’où l’appel à la BBC pour le couronnement d’Élizabeth II, le documentaire Royal Family en 1969 et l’investiture de Charles la même année. Le couronnement et Royal Family constituent les premières tentatives de confier la mise en scène de la pièce à des professionnels dignes de confiance (la BBC exclusivement). Par malchance, cette savante manœuvre eut pour conséquence de donner envie à la presse de mettre elle aussi en scène la pièce, voire d’en écrire des bribes de scénario (ce qui n’est plus nécessaire aujourd’hui – celui-ci s’écrit tout seul).

  • 1 De 1981 à janvier 1994.

3Dans cette affaire, on ne peut éviter de mentionner le montreur de marionnettes par excellence, the puppet master extraordinaire, Rupert Murdoch. Ce propriétaire de 5 journaux nationaux, Australien naturalisé Américain ne fait pas partie de l’Establishment, qu’il méprise, n’a aucun intérêt à flatter la monarchie, (il n’a que faire d’un titre de chevalier) ; or, dans un contexte de récession et de déclin de la diffusion de la presse populaire depuis 1957, les reportages sur la famille royale garantissent l’augmentation des ventes. Kelvin Mackenzie, rédacteur en chef du Sun pendant 13 ans1, considère les ‘Royaux’ tout à fait dans cette optique, comme le montre ce témoignage :

  • 2 Mackenzie (...) treated them rather like partridges – dumb creatures to be kept in good health so (...)

Mackenzie (...) les traitait plutôt comme des perdrix, des créatures bêtes, à garder en bonne santé, afin de tirer dessus ensuite chaque fois qu’il le souhaitait (...). Les photographes du journal les appelaient d’un ton insultant « Les Allemands » et prendre leur photo devenait « Taper sur les Allemands »2.

4On voit bien ici que la monarchie britannique se trouve réduite à bien peu de choses, des perdrix tout juste bonnes à se faire descendre...

5Les créatures cependant, loin de rester inertes, ont continué le spectacle en offrant aux masses le Jubilé de 1977, le mariage féerique et somptueux de Charles et Diana en 1981, puis celui d’Andrew et Sarah en 1986. Tout semblait indiquer que la monarchie et ses membres comprenaient de mieux en mieux que leur survie dépendait d’une autopromotion réussie et bien gérée. Pour le malheur de la famille et le délice des lecteurs, ce « mégashow » devait pourtant s’écrouler en 1992, et s’enfoncer encore plus en 1994.

  • 3 À ce cortège littéraire ajoutons le dernier livre d’Andrew MORTON, Diana ! Her New Life, publié en (...)

6La fameuse « Annus Horribilis », 1992, reste gravée dans la mémoire collective avec son cortège de livres révélant le désespoir de Diana, de photos montrant le corps dénudé de la duchesse d’York, de conversations téléphoniques intimes publiées à la une des journaux, etc. Comme chacun le sait, les deux années qui suivirent apportèrent également leur lot de scandales : le fameux Camillagate en janvier 1993, où le prince Charles tenait des propos peu dignes d’un futur monarque, sa confession à la BBC de son adultère avec Mme Camilla Parker-Bowles en juin 1994, puis plus récemment la persécution téléphonique de Diana qui harcelait un vendeur de tableaux (fin août 1994) et enfin ultimes rebondissements dans cette épopée interminable, la publication d’un autre livre sur Diana, Princess in Love, cette fois révelant sa liaison avec le commandant James Hewitt (octobre 1994), puis la biographie de Charles, ouvrage dont on retiendra que le prince n’a jamais aimé Diana3.

7De telles affaires aiguisent la curiosité des lecteurs, puisque c’est avant tout la presse qui se trouve à l’origine de cette couverture médiatique à outrance. Le public en redemande, le Quatrième Pouvoir assure l’approvisionnement, la famille concernée acquiesce complaisamment et continue à jouer pour les masses tant que cela l’arrange... Dans le cas inverse, le show se poursuit avec les mêmes marionnettes.

8La famille royale a fini par devenir le clown de la société britannique, l’amuseur public, la garantie de divertissement avec dans ses rangs des clowns extravertis comme la duchesse d’York ou introvertis comme le prince Charles. La métamorphose s’est opérée graduellement jusqu’au moment où la scission entre les valeurs qu’elle essayait de véhiculer (famille unie, garante de la moralité) et la réalité de ses agissements relayés dans les médias est devenue trop flagrante.

9Si l’appétit vorace de la presse pour tout ce qui concerne la royauté est relativement récent, il en va tout autrement pour la veine satirique qui n’a pas manqué de vilipender monarques et hommes d’état depuis le 18e siècle. La reine Victoria, surnommée Mrs Brown (à cause de son faible pour son majordome, John Brown), n’était pas épargnée par les caricaturistes, pas plus que son fils Edward VII, à propos de qui Reynolds News écrivait à l’occasion de son mariage, comparé à celui de George IV :

  • 4 Then, as now, the theatres were opened freely to the public, mobs shouted, bonfires blazed, (...) (...)

A l’époque, comme aujourd’hui, les théâtres étaient ouverts au public, la foule criait, des feux de joie flambaient (...), les évêques bénissaient le peuple dont l’or coulait à flot à la gloire d’un porc royal4.

10Mais déjà l’attitude de la presse, aux mains de « Lords » proches de la royauté, amorçait un changement pour devenir teintée de révérence et de flagornerie. On se souvient par exemple de la conspiration du silence de « Fleet Street » à l’égard de la liaison d’Edward VIII et de Mme Simpson. Cette attitude docile allait se poursuivre jusqu’à l’arrivée d’Élizabeth II. Jusqu’aux années soixante, la télévision n’est intervenue que pour glorifier l’institution et les journaux se contentaient d’imprimer ce que l’attaché de presse du Palais voulait bien leur communiquer.

  • 5 April in England. A time for a family to walk in the garden, laughing as they go. Sister Anne plan (...)

11Les années 60 ont marqué la société britannique, comme beaucoup de sociétés occidentales. L’évolution s’est faite vers une société de tolérance matérialisée par diverses lois notamment sur le divorce, l’avortement, l’homosexualité. Devant cette toile de fond d’un pays en proie à de véritables bouleversements de mentalité, la famille royale dégageait une image un tantinet vieux jeu et ennuyeuse, une image d’ailleurs merveilleusement saisie par le Daily Mirror dans lequel, en avril 1965, on découvrait une photo de couverture pleine page des Windsor sous le titre La Photo royale la plus gaie (The Happiest Royal Picture) et commentée par la légende : « Avril en Angleterre. Moment idéal pour qu’une famille se promène dans le jardin tout en riant. Anne met une fleur dans les cheveux de son frère Edward. Mère rit, père regarde »5. N’y voyez pas là la moindre once d’humour...

12Cependant, l’évolution des esprits avait touché le monde des médias ; ceci se confirme par la création du magazine Private Eye en 1961 et l’émission également satirique de la BBC, That Was the Week that Was. Si le reste de la presse de l’époque a gardé son respect habituel pour la famille royale, Private Eye a renoué avec la tradition satirique du 18e siècle en appelant dans ses colonnes la reine, Brenda, et sa sœur, Yvonne. Le changement était amorcé, le terrain préparé pour qu’une dérision mieux organisée et plus systématique se mette en place dans les années 70 et atteigne des sommets fin années 80, début années 90.

  • 6 Ce magazine fut fondé par une bande d’anciens public school boys, issus des écoles parmi les plus (...)

13La dérision s’est aujourd’hui généralisée et fait partie de ce qu’on appelle la culture de masse ; mais ses origines sociales comme l’illustre le cas de Private Eye6 ne sont pas à négliger :

  • 7 What seems to distinguish modem satire from its earlier versions is its apparent emergence from wi (...)

Ce qui semble distinguer la satire moderne de ses formes précédentes, c’est son émergence apparente du sein de la classe sociale dominante (comme révolte mineure des privilégiés), son maintien dans cette classe et sa dissémination ultérieure dans la culture populaire par l’intermédiaire des mass médias7.

  • 8 La série Pallas est passée sur Channel Four en décembre 1991 et décembre 1992.
  • 9 La série humoristique The House of Windsor a été retransmise par ITV en mai-juin 1994.
  • 10 Jouée à Londres au Royal Court Theatre en juillet-août 1994 et reprise en automne de la même année

14Il s’agit là d’une remarque qui s’applique tout à fait au cheminement de la satire visant la famille royale. De son renouveau dans un magazine pour initiés dans les années 60, elle a peu à peu gagné l’ensemble de la presse et également le média des masses par excellence, la télévision. La dérision du spectacle de la monarchie devient elle aussi spectacle, s’étale à la une des journaux populaires bas de gamme, à la une ou dans les pages de Private Eye, dans des émissions satiriques comme Spitting Image ou des émissions uniquement destinées à rire de la monarchie comme Pallas8 ou The House of Windsor9 et enfin le théâtre avec la pièce adaptée du roman de Sue Townsend, The Queen and I10, où l’on voit la famille royale en exil dans une banlieue sinistre.

  • 11 Selon l’expression lancée par George VI pour décrire la famille royale.

15Si Private Eye a été le précurseur de la satire antimonarchiste dans la presse, Spitting Image marque un tournant en introduisant la dérision de la famille royale à la télévision en 1984 (sur ITV, chaîne privée) avec ses marionnettes en latex où les membres de la « firme »11 sont tous aussi laids et répugnants les uns que les autres.

  • 12 La satire de la notion du soap opera dépasse les limites du feuilleton dans Private Eye.
    Le 12 sept (...)

16Nous le voyons, la raillerie impertinente du carnaval royal provient de sources diverses et variées. On peut néanmoins, dans ce vaste creuset, identifier certains thèmes communs déclencheurs des attaques. La dérision de la notion même de spectacle, du « show », du soap opera y figure en bonne place. Private Eye a là encore innové avec sa série de feuilletons, genre roman de gare. Dans les années 70, Love in the Saddle (L’Amour dans les Écuries) se préoccupait de la vie amoureuse de la princesse Anne, puis Bom to be Queen (Née pour être Reine) poursuivait dans la même veine avec Diana pour héroïne et enfin Heir of Sorrows (L’Héritier des Chagrins) sur le prince Charles entre 1989 et 1992. Ce dernier feuilleton dut être interrompu puisqu’il semblait que la réalité parodiait désormais la fiction et non l’inverse. En effet, comment faire la satire d’un spectacle qui s’autosatirise ? Tous ces feuilletons plaçaient bien le « show » royal dans le domaine de l’irréel, traitaient malgré tout la vie réelle de cette famille comme une fiction. Chaque épisode commence dans la tradition du feuilleton bon marché par, The story so far... (Résumé des épisodes précédents) et raconte un épisode imaginaire mais toujours lié aux événements du mois de façon à ce que le lecteur puisse non seulement reconnaître les personnages mais aussi les situations dont on se moque. La réalité est toujours au cœur de la dérision et un feuilleton comme Heir of Sorrows doit la suivre de près s’il veut à la fois faire la satire du soap opera en tant que genre et la parodie des agissements des « Royaux »12.

17Private Eye est loin d’être seul à se moquer de la notion de soap opera. La presse nationale y a fait maintes fois allusion. A la télévision la série Pallas s’en est moquée mieux que toute autre et de façon extrêmement explicite avec son générique copié directement sur celui du soap opera américain Dallas. Le D de Dallas est barré pour être remplacé par un P et chaque épisode commence également par The story so far. Le téléspectateur, avec de tels repères, sait immédiatement qu’il va se trouver dans le royaume de la parodie du palais. La série utilise de vraies séquences de la vie publique de la famille royale mais calque un dialogue fictif sur leurs faits et gestes. Celui-ci tourne en ridicule les personnages et donne l’impression d’un show de pantins doublés par des voix humaines.

  • 13 The lucratively re-employed Fergie’s financial advisers have calculated that the royal family were (...)

18Il va sans dire que si la dérision du spectacle royal en tant que tel constitue le point de départ de la satire, celle-ci n’en reste pas là. On attaque régulièrement les privilèges dont jouit la famille royale, ainsi que la classe sociale à laquelle elle appartient : l’aristocratie. La série Pallas fait à plusieurs reprises des allusions aux vacances prises par les Windsor. Dans le premier épisode on nous dit que Princess Diana has taken a short 14 week holiday (La princesse Diana a pris de courtes vacances de 14 semaines) et on ironise sur les capacités illimitées de la famille à se vendre : « Les conseillers financiers de Fergie, reconvertis dans un métier plus lucratif, ont calculé que la famille royale n’exploitait pas assez son image et qu’elle devrait ouvrir une nouvelle maison de Eurowindsor en Suisse »13.

19L’incapacité de la première famille du pays à faire les choses les plus simples de la vie quotidienne frappe également. Spitting Image nous offre un moment assez savoureux. La famille royale est assise devant la télévision :

La Reine : « Les Feux de l’Amour » vont commencer.

20(La télévision ne marche pas et personne ne trouve la télécommande.)

La Reine : Elle marchait bien la semaine dernière.
Charles : Oui, Madame, mais c’était avant le renvoi de tous ces gens qui travaillaient pour nous.

21(Ce dernier suggère que l’on mette la télévision en marche en se levant et en allumant le poste.)

  • 14 La reine ! Home and Away is on in a moment.
    La reine ! It worked all right last week
    Charles ! Yes, (...)

PHILIP : Je n’ai jamais soulevé mon gros cul de ma vie, et ce n’est pas maintenant que je vais commencer.
andrew : Moi non plus (...)
Philip : Nous sommes les Royaux, merde alors ! On ne va pas se bouger le cul pour allumer des télés lorsqu’il y a des millions de prolos au chômage qui peuvent le faire pour nous14.

22Ils veulent ensuite allumer la radio mais ne savent pas non plus comment s’y prendre.

23Dans la pièce The Queen and I, adaptée du roman et mise à jour, l’un des exploits de la reine mère est d’arriver à peler une orange toute seule ce dont elle en est d’ailleurs très fière.

24On pourrait parler bien sûr d’autres thèmes de dérision davantage ciblés sur un personnage, comme par exemple le racisme et les grossièretés du prince Philip ou le manque d’intelligence et la vanité de Diana, tout juste bonne à dépenser de l’argent, à regarder des nullités à la télévision et à écouter de la musique pop. Après tout, elle-même avait déclaré publiquement qu’elle était As thick as two short planks... (Une idiote). La variété et l’abondance des railleries sur la famille royale ne nous permettent pas d’en analyser ici toutes les représentations. Néanmoins, avant d’aborder la phase finale de notre réflexion, l’apparence des personnages mérite quelques remarques. Dans Spitting Image ils sont tous laids, même la reine mère toujours montrée en état d’ébriété et à la recherche de gin. Charles a d’énormes oreilles, Anne et la reine ressemblent fortement à des chevaux (leur passion). Dans Liz, parodie de la parodie, puisqu’il s’agit d’une parodie de la bande dessinée The Fat Slags du magazine Vit, publiée entre août 1992 et fin 1993 dans Private Eye, les personnages sont encore plus laids, méprisables et orduriers. La risée ne connaît plus de bornes dans cette revue qui semble afficher le plus grand mépris pour des personnages veules et grossiers. Nous l’avons vu la famille royale d’Angleterre a de plus en plus tendance à, bon gré mal gré, revêtir des habits de clown et à divertir les masses. La famille/troupe ne serait pourtant rien sans les pierres angulaires de la monarchie (ou les premiers rôles du show, comme l’on voudra), la reine Elizabeth et l’héritier du trône, le prince Charles. La dérision ne les épargne ni l’un ni l’autre, ils font tout deux rire mais à des niveaux différents.

  • 15 The Sun, 30 avril 1993.

25Spitting Image nous propose une reine qui porte presque toujours son diadème et ses habits d’apparat. Au premier abord, elle garde donc les emblèmes de sa majesté et de sa dignité ; mais la dérision fonctionne car ils sont associés à des objets ordinaires et vieux jeu : des rouleaux et un filet pour retenir ses cheveux. Il y a donc désacralisation de la souveraine que l’on prétend représenter en monarque mais qu’on ridiculise par l’ajout de tels détails. Par ailleurs, la reine est fréquemment représentée avec un collier de perles et un petit sac à main, deux signes qui attestent sans nul doute de sa normalité. On retrouve cette image dans les dessins du Sun et du Daily Mirror, dans Pallas et dans The Queen and I où son personnage se reconnaît immédiatement à son twin set, à son collier de perles et à son inséparable sac à main même lorsqu’elle fait même la vaisselle. Le Sun va jusqu’à oser un jeu de mots peu respectueux et se moquer ouvertement de Sa Majesté à l’occasion de l’annonce de l’ouverture au public de « Buckingham Palace » : il publie en couverture une photo de l’intérieur du palais et une plus petite de la reine sous le gros titre : Not in here, I’m on the throne (Ne rentrez pas ici, je suis sur le trône)15. Cette seule allusion régale l’imagination populaire. Après tout, la reine a les mêmes besoins que tout le monde.

  • 16 The Sun, 5 mars 1991.
  • 17 This short, irritable beast has become her cliché (...) but it is also the talisman of her insiste (...)

26Les corgis, autre constante du comique et de la dérision du monarque, renforce encore l’élément de normalité et de banalité. On retrouve ces petits chiens partout. Dans The House of Windsor, on frôle la crise au palais à la suite de la mort accidentelle de l’un d’entre eux ; le Sun ironise Queen is bitten in corgi fight (La reine est mordue dans une bagarre de corgis)16 et inclut ces chiens dans la plupart de ses dessins humoristiques ; Harris, son corgi préferé, joue un rôle crucial dans The Queen and I (sous la forme d’une marionnette) où il est toujours associé à la reine. Il est d’ailleurs le seul personnage à figurer sur la couverture du texte de la pièce. On voit donc l’importance qu’a prise cette race de chien puisque sa seule vue fait immédiatement penser à la reine : « Cette petite bête agaçante la représente même, mais c’est aussi le symbole qui la rapproche de la normalité » nous confie Robert Lacey17. En effet, petit sac à main et corgis en arrivent à signifier autant « majesté » que diadème et robe d’apparat.

27La dérision, qui utilise abondamment comme accessoire le côté banal de la reine n’en reste cependant pas à l’aspect vestimentaire et animal. On donne à Elizabeth II toutes sortes de noms familiers ou faussement respectueux : dans Private Eye, Mrs E. Windsor, Brenda, Our Gracious Sovereign Mrs Queen Brenda, Liz, dans The House of Windsor, le maître d’hôtel l’appelle constamment Betty, dans Pallas, Liz the Biz, old girl, (ma vieille) silly girl (idiote), woman (femme) lorsque Philip ouvre la bouche.

  • 18 The laughter is also a means of affirming the unroyal self (...) Mockery of the royal life is also (...)

28Les travers cocasses de la souveraine, dépeinte en termes très ordinaires, petit sac d’une main et chien de l’autre, répondant à des noms on ne peut plus familiers déclenche le rire – mais les choses ne sont pas si simples. M. Billig le remarque lorsqu’il affirme : « Le rire est aussi un moyen d’affirmer le non-royal. La moquerie de la vie royale est aussi celle du désir d’être royal et, ironiquement, cela renforce la position privilégiée de l’élite »18. Une position d’autant plus privilégiée qu’ils s’en tirent sans devoir justifier leur présence. On se moque par exemple de l’absence de raison d’être de la reine qui doit absolument trouver des occupations pour légitimer sa fonction. Deux exemples viennent immédiatement à l’esprit : le salut au drapeau (trooping the colour) et les inaugurations (opening things). La cérémonie de trooping the colour si elle avait une signification militaire autrefois, n’a plus aucun sens aujourd’hui. Cette absurdité et inutilité sont bien saisies par la série Pallas qui en fait un de ses sujets de dérision principaux. Par exemple dans l’épisode 8, la reine demande What are we trooping now ? (Qu’est-ce qu’on salue maintenant ?) et Philip rétorque Can’t we go 24 hours without trooping something ? (Ne peut-on passer 24 heures sans saluer quelque chose ?) Elle propose plus tard Let’s go and troop the sherry (Allons saluer le Jerez). A un autre moment, la souveraine se promène à cheval et dit : That’s a nice gate (Voilà un joli portail) On lui répond : Yes you’re opening it on Thursday, Ma’am (Oui, vous l’ouvrirez jeudi, Madame). Dans The Queen and I la. reine qui commence enfin à être plus lucide déclare : The next thing I’m about to open is a tin of dog food (La prochaine chose que je vais ouvrir, c’est une boîte de nourriture pour chien).

29Mais ne nous trompons pas, la dérision du souverain ne dépasse pas un très modeste seuil. Même dans les représentations satiriques, on retourne vers une image officielle au lieu de subvertir. Le monarque reste le monarque avec toute sa dignité. Deux niveaux de perception se mettent en place : si l’on rit gentiment de la vieille dame digne, mais un peu excentrique, avec ses chiens et ses tenues colorées, la dérision reste d’ordre théâtral et pictural. La souveraine n’est pas attaquée en tant que telle, les flèches de la satire l’égratignent à peine lorsqu’on se gausse de l’archaïsme de certaines cérémonies.

  • 19 Citons par exemple ! Charles is launching a bold new experiment in organic food (Charles lance une (...)
  • 20 The Sun, 2 mars 1990.

30Il en va tout autrement pour l’héritier du trône, le prince Charles, l’autre pierre angulaire de l’institution. Ce dernier est avant tout représenté comme un marginal, un bouffon, un pantin inconsistant. Selon les sources, la dérision va du loufoque à la folie furieuse. Dans Spitting Image, on le voit traficotant avec des potions « naturelles » [du cuckoo spit (salive de coucou)], en hippie faisant partie du Natural Law Party (Parti de la Loi Naturelle) ou en train de parler aux plantes. Private Eye dans son feuilleton Heir of Sorrows revient sans cesse sur ses goûts fantasques en matière de médecine, architecture et alimentation19. Le Sun, lui le traite carrément de fou lorsqu’en mars 1990 il publie la une suivante20 :

  • 21 The Sun, 19 janvier 1993.
  • 22 The public has the right to know that I’m bald, and then they will be more sympathetic to me.
    The m (...)
  • 23 Notons que Gerald Scarfe est lui-même un ancien de Private Eye.
  • 24 The Sunday Times, 3 juillet 1994.

31Why I stick toothpaste up my nose – Potty Prince Charles revealed yesterday how he stops himself snoring (Pourquoi je mets du dentifrice dans mon nez. prince Charles le dingo a révélé hier comment il se retient de ronfler), puis au moment de son 40e anniversaire Hermit Charles plants spuds on remote isle (Charles, l’ermite, plante des patates dans une île lointaine) avec le gros titre A loon again (Le fou s’isole à nouveau). Ceci n’est pas sans nous rappeler le roi fou et cultivateur Farmer George, George III. Le 19 janvier 1993, à la suite de l’affaire Camillagate, un dessin humoristique montrait les plantes de la serre royale qui imploraient leur propriétaire Talk dirty to us (Raconte nous des cochonneries)21. Charles est dépeint comme un personnage marginal mais aussi comme un clown, clown à cause de son comportement jugé fantaisiste, de ses nombreux discours et prises de position mais aussi à cause de son physique, de ses oreilles en feuille de chou et son crâne dégarni. Spitting Image le montrait encore en skieur, deux pompons roses sur les oreilles le rendant totalement ridicule. La série Pallas va peut-être le plus loin, usant d’un humour lourd mais efficace, en le présentant constamment en train de lâcher des vents, de se moucher bruyamment mais en même temps soucieux de son image et d’avoir l’approbation du public. Pour la gagner, on le montre prêt à tout essayer, on lui fait dire « Le public a le droit de savoir que je suis chauve. Il aura peut-être alors plus de compassion pour moi »22. Sa calvitie est néanmoins une arme à double tranchant car on l’appelle souvent ironiquement Baldie (Le Chauve). Plus tard il pense avoir réussi à faire la couverture du magazine masculin GQ puis songe à s’engager dans la troupe des Chippendales, ces hommes musclés et bronzés qui proposent à un public essentiellement féminin un spectacle à la gloire de leur corps. La palme de la caricature la plus féroce revient sans doute à Gerald Scarfe23, qui le dessine sur une scène avec d’énormes oreilles, rouge, nu, et gêné sous le titre Confused of Windsor (Le paumé de Windsor)24. Il apparaît comme un personnage plein de contradictions qui veut attirer les projecteurs sur lui, se mettre à nu publiquement, mais qui ne peut en assumer les conséquences.

32Si les vicissitudes de la famille royale amusent l’Angleterre, le prince Charles lui est cantonné dans le rôle du clown de la cour, the court jester. Clown par excellence, il en possède tous les traits, le ridicule et le pathétique. Charles est pitoyable car il est prisonnier d’un rôle qui n’en finit pas : celui d’éternel Prince de Galles. Dans Pallas, la reine hésite pour sa succession entre lui et son cheval favori, Lancelot ; dans Spitting Image elle fait semblant d’être morte,

33Charles crie The Queen is dead, Long live the King (La Reine est morte, vive le Roi) et elle se redresse aussitôt en hurlant de rire, le laissant surpris et l’air benêt. Dans The House of Windsor on le désigne avec mépris The Middle Man (l’intermédiaire entre la reine et William). Dans The Queen and I, ce n’est pas un hasard si, à la fin de la pièce, il doit s’échapper déguisé en Mr. Blobby, le clown célèbre d’une émission de variétés de la BBC. Là aussi, la liste pourrait s’allonger à l’infini. Charles représente la cible idéale et ses tentatives répétées de réhabilitation auprès du public se retournent immanquablement contre lui. Plus que tout autre, il semble donner prise à la critique par ses maladresses publiques et ses tentatives hésitantes dans la direction de son One man show.

  • 25 Emission diffusée le 30 mars 1994 sur BBC2.

34Les comportements du Prince et de la Princesse de Galles promettent encore de beaux jours au divertissement du peuple britannique. Devant une famille divisée, la rivalité entre Charles et Diana, la dérision ne peut que fleurir, alimenter les colonnes de Private Eye, les émissions de Spitting Image, voire susciter la création d’autres œuvres d’un nouveau genre « docu-royal-drama ». La vieille garde ne peut plus rien faire, la reine ne peut plus diriger une troupe où les acteurs jouent leur propre pièce. Non seulement Sa Majesté ne peut plus dicter le texte aux médias mais elle a perdu le contrôle de sa propre famille. Que la royauté soit devenue l’amuseur du pays, cela ne fait plus de doute mais la dérision porte-t-elle en elle autre chose que le déclenchement de simples éclats de rire ? Porte-t-elle en elle les germes de la destruction de la monarchie ? On pourrait tout de suite rétorquer que la famille royale semble faire de son mieux pour s’autodétruire complaisamment sous l’œil des médias. La dérision, ajoutée à une réalité soigneusement rapportée dans la presse a un effet de cumul et semble donc loin d’être inoffensive. Les moqueries mettent certes à mal les valeurs véhiculées par la famille royale, mais il ne s’agit après tout que de personnages. La question de fond concerne non pas les membres mais l’institution. Or, celle-ci semble secouée selon un article du Guardian du 28 mars 1994 : les sondages en effet montrent un soutien croissant à la cause républicaine et ceci avant les épisodes récents de l’automne. Même la BBC, traître à la couronne, a diffusé un documentaire The Radical Option : Elizabeth the Last ?, examinant la possibilité d’une république en Angleterre25.

  • 26 Kicking the royals is a symptom of how we are moving back towards the robust debunking spirit that (...)

35L’Independent, pour sa part, avance une théorie originale où le journal lie la performance économique du pays à la dérision de la monarchie : « Taper sur la famille royale symbolise le renouveau de l’esprit de dérision vif et incisif qui a fait de ce pays le plus riche du monde »26. Se moquer d’eux, s’en divertir ne signifie pas forcément vouloir les chasser, même si l’on peut percevoir un changement d’opinion à ce sujet (et ce n’est d’ailleurs pas la première fois).

36Rappelons plutôt ces quelques vers de 1855 :

  • 27 George the First was always reckoned
    Vile, but viler George the Second;
    And what mortal ever heard
    An (...)

George I passa toujours pour
Vil, mais bien plus vil fut George II ;
Et quel mortel a jamais entendu
Dire du bien de George III ?
Et quand en terre le quatrième descendit
Que Dieu soit loué, ce fut la fin des George27.

37mais non pas de la monarchie.

Notes

1 De 1981 à janvier 1994.

2 Mackenzie (...) treated them rather like partridges – dumb creatures to be kept in good health so that they could be shot down whenever he felt like it. (...) The paper’s photographers rudely called them ‘The Germans’ and described taking their pictures as ‘Whacking the Germans’. Peter CHIPPINDALE et Chris HORRIE, Stick It Up Your Punter! The Rise and Fall of the Sun, London, Heinemann, 1990, p. 103

3 À ce cortège littéraire ajoutons le dernier livre d’Andrew MORTON, Diana ! Her New Life, publié en novembre 1994 et dont des extraits parurent dans le Sunday Times. Quelques semaines auparavant, ce même journal avait publié des extraits de la biographie du prince Charles par Jonathan Dimbleby.

4 Then, as now, the theatres were opened freely to the public, mobs shouted, bonfires blazed, (...) bishops blessed, and the people’s gold poured forth in floods to glorify a royal swine. Piers BREN-DON et Philip WHITEHEAD, The Windsors, A Dynasty Revealed, London, Hodder and Stoughton, p. 41

5 April in England. A time for a family to walk in the garden, laughing as they go. Sister Anne plants a flower on Edward’s head. Mother laughs, Father watches. The Daily Mirror, 21 avril 1965.

6 Ce magazine fut fondé par une bande d’anciens public school boys, issus des écoles parmi les plus huppées du pays, avec à leur tête Richard Ingrams. L’origine sociale des fondateurs est tout à fait pertinente ici car l’humour de Private Eye est celui d’une classe dominante et intellectuelle qui repose sur le précepte de base que le lectorat, masculin, issu du même milieu, comprendra les codes utilisés et les plaisanteries pour initiés.

7 What seems to distinguish modem satire from its earlier versions is its apparent emergence from within the culture of the dominant social class (as a minor revolt of the privileged) its firm and enduring place there and its subsequent dissemination via the mass media into popular culture. Dominic STRINATI et Stephen WAGG, Popular média culture in post-war Britain, London, Routledge, 1992, p. 255

8 La série Pallas est passée sur Channel Four en décembre 1991 et décembre 1992.

9 La série humoristique The House of Windsor a été retransmise par ITV en mai-juin 1994.

10 Jouée à Londres au Royal Court Theatre en juillet-août 1994 et reprise en automne de la même année.

11 Selon l’expression lancée par George VI pour décrire la famille royale.

12 La satire de la notion du soap opera dépasse les limites du feuilleton dans Private Eye.
Le 12 septembre 1994 le magazine publiait un article sur Diana sous le titre Blonde Star Threatens to Quit Soap (La star blonde menace de quitter le feuilleton).

13 The lucratively re-employed Fergie’s financial advisers have calculated that the royal family were undercommercialised and should open a new House of Eurowindsor in Switzerland

14 La reine ! Home and Away is on in a moment.
La reine ! It worked all right last week
Charles ! Yes, Ma’am, but that was before you sacked all those people who worked for us.
Philip ! I never got off my fat arse in my life and I’m certainly not starting now.
Andrew ! Me neither (...)
Philip ! We’re the bloody royals, dammit! We do not get up off our arses to turn TVs on when there’s millions of unemployed proles capable of doing it for us. (Spilling Image, 12 avril 1992)

15 The Sun, 30 avril 1993.

16 The Sun, 5 mars 1991.

17 This short, irritable beast has become her cliché (...) but it is also the talisman of her insistent grasp on normality. cité dans Tom NAIRN, The Enchanted Glass, London, Radius, 1988. Edition consultée ! London, Vintage, 1994, p. 103

18 The laughter is also a means of affirming the unroyal self (...) Mockery of the royal life is also mockery of the desire to be royal (...) and ironically it confirms the privileged position of the superiors. Michael BILLIG, Talking of the royal family, London, Routledge, 1992, p. 134

19 Citons par exemple ! Charles is launching a bold new experiment in organic food (Charles lance une nouvelle et audacieuse expérience en aliments biologiques) (Private Eye, 3 août 1990), ou Charles is to address the European Cheese Federation at the Château Depardieu in Nevers sur Dimanche (Charles va faire un discours devant la Fondation Européenne du Fromage à Château Depardieu, Nevers sur Dimanche) (Private Eye, 13 mars 1992).

20 The Sun, 2 mars 1990.

21 The Sun, 19 janvier 1993.

22 The public has the right to know that I’m bald, and then they will be more sympathetic to me.
The more bald I get, the more sympathy.

23 Notons que Gerald Scarfe est lui-même un ancien de Private Eye.

24 The Sunday Times, 3 juillet 1994.

25 Emission diffusée le 30 mars 1994 sur BBC2.

26 Kicking the royals is a symptom of how we are moving back towards the robust debunking spirit that made this country the richest in the world. The Independent, 6 octobre 1994.

27 George the First was always reckoned
Vile, but viler George the Second;
And what mortal ever heard
Any good of George the Third !
When from earth the Fourth descended
God be praised, the Georges ended.
Walter Savage LANDER The Atlas, London, 28 avril 1855.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search