Version classiqueVersion mobile

Le pouvoir et la foi au Moyen Âge

 | 
Sylvain Soleil
, 
Joëlle Quaghebeur

Prier

Monasteriola aux ixe et xe siècles d’après le Cartulaire de Saint-Sauveur de Redon et les Gesta des saints de Redon

Bernard Tanguy

Texte intégral

1On rencontre, au hasard des actes du cartulaire de Redon, mention, aux ixe et xe siècles, d’une quinzaine de fondations monastiques secondaires, les Gesta sanctorum rotonensium en indiquant deux autres. Pour la plupart qualifiées de monasteria ou de monasteriola, il est difficile de juger de leur importance. Le terme breton remontant au latin monachia, il convient d’adjoindre à cela trois menehi : celui de Wokamoe, en Bains-sur-Oust (Ille-et-Vilaine), celui de Saint-Pierre, en Réminiac (Morbihan) et celui de Crocon ou Grocon, en Ruffiac (Morbihan). On relève également la présence d’une vingtaine de personnages qualifiés d’abbas, sans que soit indiqué le nom de l’établissement qu’ils avaient en charge. Un seul, cité de 840 à 867, Sulmin, est expressément désigné comme « abbé de Sainte-Leuphérine », monastère situé dans la paroisse de Tréal (Morbihan).

  • 1 Le Moyne de La Borderie A., Histoire de Bretagne, Rennes, 1898, t. II, p. 252.

2Comme l’indique la localisation des actes, ces établissements appartenaient en très grande majorité au Vannetais oriental. Ainsi que l’a relevé A. de La Borderie, neuf abbés apparaissent dans des actes concernant la seule paroisse de Ruffiac (Morbihan)1. On peut en inférer l’existence de nombreuses fondations monastiques secondaires. Qu’il y en ait eu trois rien que dans la partie septentrionale de la paroisse de Bains-sur-Oust (Ille-et-Vilaine), deux limitrophes dans celle de Cléguérec (Morbihan) tend à le confirmer.

  • 2 Guigon P., Les églises du Haut Moyen Âge en Bretagne, Saint-Malo, 1998, t. II, p. 56-64.

3Pour cinq d’entre elles, il s’agit de mentions laconiques, ce qui rend parfois difficile, voire impossible, quand leur dénomination n’a pas été pérennisée, une localisation précise : c’est le cas des monastères de Ballon, de Wominet, de Wrhasoui ou encore de Saint-Serge. Douze sont encore aujourd’hui localisables et huit ont même donné naissance à des paroisses ou à des trèves : ce sont ceux de Cournon, de Guernuitel, de Mouais, de Saint-Avé, de Sent Ducocan, de Saint-Uniac et de Tréal. Avant de tirer des enseignements de ces implantations monastiques, il convient d’examiner les données les concernant, comme l’a fait M. Philippe Guigon, qui leur a consacré quelques pages de sa thèse2.

AVESSAC : Castel Uwel

  • 3 CR, ch. XCXVII, p. 73-74.- Pour plus de commodité, les références au cartulaire, désigné par les le (...)
  • 4 CR, ch. CCVI, p. 159.
  • 5 Duine F., « Le schisme breton », Annales de Bretagne, 1914-1915, t. XXX, p. 425-426.

4Situé au bord de la Vilaine, dans la paroisse d’Avessac (Loire-Atlantique), le monasteriolum de Castel Uwel fut donné, avec ses dépendances, à Redon le 9 février 842 par le prêtre Ricoglin, qui le détenait de droit héréditaire. Il fut stipulé que les moines de Redon seraient tenus d’acquitter la rente annuelle due à Saint Samson, que lui et ses parents avaient payée jusqu’alors. Cette donation fut faite en présence de Nominoé et de l’évêque Haelrit, Susan étant évêque de Vannes3. Même si la qualité de prêtre ne lui est pas expressément attribuée dans un acte de 858, on peut penser que le même Ricoglin est l’un des témoins d’une donation faite dans l’église d’Avessac, en 8594. Quant à l’évêque Haelrit, Duine voit en lui l’évêque de Dol5.

  • 6 Ce pourrait être plutôt languel, composé formé avec le vieux-breton lan « ermitage, monastère ».

5Les indications portées en marge de la charte ne laissent aucun doute quant à la situation de cet établissement. On lit, en effet, d’une écriture du xiie siècle : de castel guel quod est penfau, et en dessous, d’une écriture du xvie siècle : « il y a encores à présent ung fief appelé le Convent, alias la Bretonnerie ». En interligne, au-dessus de Uwel, on lit également en écriture du xvie siècle, alanguel6. Le village actuel de Painfaut est établi sur une langue de terre, qui culmine à onze mètres, dans un méandre accusé de l’ancien cours de la Vilaine, où vient se jeter le Canut et que borde à l’est le marais de Gannedel. À l’extrémité sud du village, une maison isolée portait encore au siècle dernier le nom de « Couvent de Painfaut ». À en juger par le nom de Castel Uwel, le site aurait été primitivement occupé par une fortification. Le second terme du composé serait le breton wel « vue ».

  • 7 Voir Guillotel H., « Les origines du ressort de l’évêché de Dol », Mémoires de la Société d’histoir (...)

6Que l’évêque de Dol perçoive une rente annuelle sur ce petit monastère laisse supposer qu’il se trouvait alors dans son obédience. Ne figurant plus parmi les anciennes enclaves de Dol7 au Moyen Âge, on peut penser qu’il s’en est affranchi lors des invasions normandes.

BAINS-SUR-OUST : Ballon, Busal, Cornon, Menehi Wokamoe

  • 8 CR, app. ch. XXI, XXII, XXIII, XXIV, p. 361-362.
  • 9 CR, ch. CVI, p. 80-81.

7En dépit de la notoriété que lui a conféré la bataille décisive livrée par Nominoé à Charles le Chauve, en novembre 845, et à laquelle font allusion quatre actes du cartulaire de mars, juin et juillet 8468, le nom de Ballon ne s’est pas pérennisé et il n’est pas sûr, comme l’a soutenu A. de La Borderie, que le lieu nommé aujourd’hui La Bataille, à 2 km au nord-est de Bains-sur-Oust (Ille-et-Vilaine), en marque le souvenir. Cette localisation fut contestée par le comte R. de Laigue, essentiellement au motif que pour trancher un conflit qui s’était élevé entre les moines de Ballon et ceux de Redon pour un droit de tonlieu, on fit appel aux témoignages, outre des anciens de Bains, Renac et Sixt (Ille-et-Vilaine), de ceux de Peillac (Morbihan). Le fait est que les données fournies par l’acte concernant cette affaire, qui se situe entre 843 et 851, peuvent prêter à discussion9.

8Deux prêtres du monastère de Ballon, Corweten et Catwolon, ayant demandé à Nominoé de leur octroyer « une part sur les bateaux et les acheteurs à Balrit », celui-ci chargea Riworet de réunir « tous les anciens de Peillac, Bains, Renac et Sixt ». Vinrent de Peillac neuf anciens, de Bains neuf également, de Renac cinq et de Sixt cinq. On leur demanda qui devait percevoir le tonlieu des bateaux à Balrit ou à Busal (in Balrit sive in Busal). Ils attestèrent que « celui qui avait Bains en son pouvoir avait toujours perçu le tonlieu… depuis le jour où des bateaux naviguèrent sur l’Oust et que ni l’abbé de Busal, ni celui de Ballon n’avaient eu, jusqu’à ce jour, un quelconque pouvoir sur les navires, les vendeurs et les acheteurs ».

  • 10 Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Rennes, 1881, t. II, p. 146.
  • 11 Laigue de R., « Étude sur les noms de lieux de la paroisse de Bains cités dans le Cartulaire de Red (...)

9A Balrit, formé de bal « sommet » ou balt « escarpement » et rit « gué », correspond aujourd’hui Bauré, en Bains-sur-Oust. S’agissant de Busal, A. Guillotin de Corson propose de l’identifier au prieuré de Bussac, figurant jusqu’au xviiie siècle dans les dépendances de l’abbaye de Saint-Méen, prieuré dont le souvenir serait conservé par la chapelle de Saint-Méen, au bord de l’Oust, à 1 km au sud de Bauré10. N’ayant trouvé « nulle part dans les titres de la paroisse de Bains, titres remontant très haut, aucune trace de ce prieuré, aucun nom rappelant Bussac de près ou de loin », R. de Laigue conteste cette identification, mais met néanmoins Busal en relation avec un ancien passage sur l’Oust qui faisait communiquer Bains et Peillac, à 500 mètres au nord de Saint-Méen11. Phonétiquement, rien ne s’oppose à l’identification proposée par A. Guillotin de Corson : s a, en vieux breton, valeur de ss et non de z et les consonnes finales, souvent amuïes dans le parler gallo, peuvent être remplacées par d’autres dans les graphies sans que la prononciation les prenne en compte. Balrit comme Busal étant en Bains, il ne fait guère de doute que Ballon l’était aussi.

  • 12 Duine F., « Vie antique et inédite de S. Turiau, évêque-abbé de Bretagne », dans Bulletin et mémoir (...)
  • 13 Acta sanctorum, Julii, III, Anvers, 1723, p. 619.

10Si le fait que les moines de Busal et de Ballon réclament une part du tonlieu plus d’une dizaine d’années après la fondation de Saint-Sauveur n’est pas sans interroger, leur démarche témoigne du moins qu’ils n’étaient pas dans la mouvance de l’abbaye. La Vie la plus ancienne de saint Turiau, que F. Duine situe entre 859 et 869, dit que le saint, qui était originaire du Porhoët, fut formé au « monastère de Balon12 ». Composée deux siècles plus tard par un moine de Saint-Germain-des-Prés, une autre version indique que le « monastère de Vallon [sic] » était soumis à Dol13. Sans doute ruiné lors des invasions normandes, il ne figure plus, comme celui de Castel Uwel, parmi les dépendances de Dol au bas Moyen Âge.

  • 14 CR, ch. CCXXXIII, p. 180-181.

11Sans doute le monasteriolum de Cournon relevait-il, quant à lui, de Redon en août 870. À cette date, en effet, la donation à l’abbaye d’une terre située dans la paroisse de Carentoir (Morbihan) fut faite « dans la paroisse de Bains, juxta monasteriolum quod vocatur Cornon14 ». L’acte ne mentionne pas parmi les témoins l’abbé du lieu. La paroisse conserva des liens avec Redon, puisque les deux tiers de la dîme revenaient à l’abbaye, l’autre tiers étant pour le recteur. Sans doute le monastère s’élevait-il à l’emplacement du Vieux-Bourg, au bord de l’Aff. Coupée en deux par le ruisseau des Landes du Loup, probable limite ancienne entre les paroisses de Bains et de Sixt, la paroisse de Cournon ne fait que 1087 hectares.

  • 15 CR, ch. CLXXXII, p. 141.
  • 16 CR, ch. CLXXXI, p. 140.
  • 17 CR, ch. CLXXXII, p. 141. R. de Laigue assimilait Grat à Garat, en Sainte-Marie, village situé près (...)

12Le 4 mai 833, un dénommé Ricun engage, pour une durée de dix ans, à Arthwiu la moitié de la treb Wocammoe, pour le prix de six sous15, et, entre 831 et 837, c’est une certaine Cleroc qui vend au même Arthwiu la moitié du menehi Wokamoe, situé dans la paroisse de Bains, pour la somme de 48 sous et 9 deniers16. Enfin, entre 833 et 868, Arthwiu fait don aux moines de Redon de « la part » (illam partem) appelée menehi Wokamoe qu’il avait achetée à Cleroc. L’acte précise que cette « part » est entourée d’un côté de Frot Eginoc jusqu’à Gras (Grat), village situé à 2,7 km au nord de Bains17. La treb et le menehi appartenant à deux propriétaires différents, il semble difficile de les confondre, d’autant que les deux termes appartiennent, l’un, au domaine laïque, l’autre, au domaine religieux. Le menehi étant aux mains de laïques, on peut penser qu’il n’avait plus d’attaches monastiques.

CELLIER (LE) : Mons Clarus

  • 18 Brett C., The Monks of Redon. Gesta Sanctorum Rotonensium and Vita Conuuoionis, Woodbridge, 1989, p (...)
  • 19 Cf. Maître L., « Les origines du Cellier d’après les démolitions de l’église Saint-Martin au bourg  (...)

13Les Gesta racontent qu’un diacre de la province de Spolète (Italie), qui avait tué son demi-frère, se rendant à Redon pour obtenir de saint Marcellin la rémission de son crime, s’arrêta au monastère de Mons Clarus, dans la province de Nantes, au bord de la Loire18. Il s’agit très probablement de Clermont-sur-Loire, dans la paroisse du Cellier (Loire-Atlantique). Outre l’église paroissiale, dédiée à saint Martin, Le Cellier comptait trois prieurés, l’un dépendant de Saint-Méen, au village de ce nom, un autre de Redon, au village de Vendelle et un troisième de Saint-Philibert de Tournus, au village de Clermont19.

LA CHAPELLE-DE-BRAIN : Guernuitel

  • 20 A. de Courson transcrit à tort Guernuital. En marge, on lit Guernuidel.
  • 21 CR, ch. CCLXXIV, p. 222-223.
  • 22 Nous suivons la graphie bretonne du nom de Junguénée.
  • 23 CR, ch. CCLXXXIX, p. 237.

14C’est près du monasterium de Guernuitel20 que fut réglée le 15 mars 913, en présence de Bili, évêque de Vannes, une contestation opposant les moines de Redon et les fils d’un certain Treithian sur la possession des lieux de Brufia, Bot et Morionoc21, lieux auxquels correspondent aujourd’hui le lieu-dit le Bruy (?), le château du Bot et le hameau de Mériéneuf, à l’extrémité nord-ouest de Langon (Ille-et-Vilaine). Un siècle plus tard, entre 1009-1019 et 1040, l’archevêque de Dol, Junkene22, confirmera aux moines la possession de la plebicula Guernuidel23. Ce nom, formé du breton gwern « marais », est aujourd’hui perpétué par Gannedel, village situé sur le bord oriental du marais du même nom, dans la commune de La Chapelle-de-Brain (Ille-et-Vilaine). Ruinée à la Révolution, la chapelle de Gannedel fut remplacée vers 1823 par un nouvel édifice qui donna naissance au bourg de La Chapelle-Saint-Melaine, à 1,5 km au nord-est.

  • 24 CR, app. ch. XLIV, p. 371.
  • 25 CR, ch. CCXLII, p. 193.
  • 26 Acta sanctorum, Ianuarius, Anvers, 1643, t. I, p. 328-329.

15La plebicula Guernuidel apparaît comme un démembrement de la plebicula Plaz mentionnée dans un acte entre 852 et 85524. Dans cet acte, Erispoé donne à Redon « la petite paroisse appelée Plaz et toutes les îles qui lui sont adjacentes, ainsi que l’entoure l’ancienne Vilaine ». Cette donation n’empêcha pas, selon un acte de 86925, un certain Pritient d’usurper toute l’île d’Ambon, une partie de l’île de Plaz, « que, de tous côtés, les habitants appellent d’un autre nom Venezia, avec la forêt et tous les îlots adjacents, ainsi que les limite l’ancienne Vilaine du côté de Cornou, jusqu’au Don ». L’île de Plaz correspond à l’île de Brain actuelle. Un acte antérieur, en date de 838 ou 849, fut passé in condita plebe Placito, nom que perpétue celui du village de Placet, à l’ouest de Brain, à 500 mètres de la Vilaine. La Vie de saint Melaine, qui le dit originaire du diocèse de Vannes (parochia Venetensis) et élevé in fundo Placio, domaine familial où il construisit un monastère, ne parle pas de Plaz comme plebicula26.

CLEGUEREC : Sent Ducocan

  • 27 CR, app. ch. IV, p. 354.

16Un peu plus d’un an après la fondation de Redon, le 8 octobre 833, un prêtre nommé Rethworet, accueilli dans la communauté du monastère, lui fait don du monasteriolum Sent Ducoca, avec tout son territoire monastique, s’en réservant les revenus sa vie durant. Cette donation fut faite à Senttucoca, sous l’épiscopat de Rainier, évêque de Vannes. Le moine Conwoion rédigea la charte « par la permission et volonté d’Alvrit machtiern, assis sur un trifocalium, id est iscomid, devant l’église, Rethworet se tenant à sa droite27 ».

  • 28 CR, ch. CCXLVII, p. 198-199.

17Cette donation dans les formes n’empêcha pas Alfrit d’usurper une partie de la terre des moines. La notice rédigée le 9 juillet 87128 dit qu’il modifia la limite du monastère de Sent Ducocan, situé dans la paroisse de Cléguérec (Morbihan), contre la volonté des moines, en traçant un fossé à travers la lande de Perret. Bien que portée nombre de fois, d’abord par Conwoion devant Nominoé et Erispoé, puis par son successeur Ritcand devant Salomon, la contestation ne fut réglée qu’en 871, sous l’abbatiat de Liosic, devant Salomon.

  • 29 CR, ch. CCXLVII, p. 198-199.

18Le roi parcourut, en personne, la limite de la terre des moines, limite allant « d’une part, de la descente de la montagne de Cléguérec en direction des grandes pierres, ainsi que conduit la voie publique à une butte, id est cruc, jusqu’au carrefour sous l’église de Silfiac, qu’elle laisse sur la gauche, passe dans la vallée en dessous de l’église et, de là, cette vallée et le ruisseau font limite jusqu’à l’endroit où on tourne par Crénard vers Kerrion ; puis la limite passe par la lande, laissant le monastère de Saint-Serge martyr sur la gauche, et emprunte la vallée aboutissant au Blavet, sous Castel-Cran ». Le roi fixa lui-même la limite depuis le pied de la montagne de Cléguérec, par le milieu de la lande, jusqu’au ruisseau venant quasi depuis Quénécan, ainsi qu’il coule jusqu’au Blavet. Quiconque tenterait d’aller à l’encontre de ce jugement et soulèverait litige à son sujet, devra payer 5000 sous de composition et sera débouté de sa demande. Cela fut fait à Perret l’année que Salomon voulut aller à Rome, mais ses principes refusèrent de l’y envoyer par crainte des Normands. Alors il adressa de très nombreux présents à Saint-Pierre de Rome29.

19L’importance et le nombre des témoins impressionnent, puisque pas moins de trente-deux sont cités : du côté des autorités laïques, les comtes Rivelen, Pascweten, Bran, Jedecael de Poher et Morwethen, les fils de Salomon, Rivallon et Guigon, le fils de Rivelen, Guigon, du côté des autorités ecclésiastiques, outre l’abbé Liosic, un abbé Finoes, Felix, archidiacre de Vannes, et Ratvili, évêque d’Alet.

  • 30 Keranflec’h-Kernezne de C., « Un jugement du roi Salomon ixe siècle », Bulletin de l’Association br (...)

20S’il est généralement difficile de retrouver à plusieurs siècles de distance les limites mentionnées dans les actes, celles qui concernent la partie occidentale du territoire de Sent Ducocan, sont parfaitement identifiables et ont été bien interprétées par C. de Keranflec’h-Kernezne en 188630. Bordé par le Blavet au nord et, sans doute, à l’est, ce territoire occupait donc la partie septentrionale de la paroisse de Cléguérec (Morbihan). Situé à l’extrémité nord du diocèse de Vannes et confinant au diocèse de Cornouaille, il était limitrophe à l’ouest des paroisses de Silfiac (Morbihan) et de Plélauff (Côtes-d’Armor), qui englobait alors celle de Lescoët-Gouarec (Côtes-d’Armor). Les hauteurs abruptes de Quénécan, qui culminent au Breuil du Chêne à 289 mètres, devaient en constituer la limite méridionale : ce sont elles qui forment la « montagne de Cléguérec ».

  • 31 Cf. Le Pennec S., « L’occupation humaine et la circulation dans la région de Noyal-Pontivy durant l (...)

21La via publica mentionnée par l’acte correspond à une ancienne voie qui, désignée dans l’ancien cadastre de Sainte-Brigitte (Morbihan) comme « ancien chemin de Pontivy à Rostrenen », rejoignait à l’est de cette dernière localité la voie de Rennes à Carhaix31. Venant du bourg de Cléguérec, elle gravissait la pente en laissant la fontaine Saint-Guérec sur la droite, passait près du Rohello, nom signifiant « les rochers » auquel font peut-être allusion les lapides magnos, et conduisait aux bourgs de Sainte-Brigitte et de Perret (Côtes-d’Armor), d’où elle se dirigeait vers Plélauff.

  • 32 Op. cit., p. 120.

22C’est à 300 mètres environ au nord-ouest du bourg de Sainte-Brigitte que C. de Keranflec’h-Kernezne situe la butte ou cruc citée dans l’acte. Il la décrit comme un « monticule de forme allongée, dont le grand axe mesure quarante mètres, la largeur moyenne environ quatre mètres cinquante centimètres et la hauteur un mètre quarante centimètres, dans son état actuel ». Les fouilles qu’il y fit faire révélèrent une « structure artificielle formée d’une couche inférieure de sable de grès, recouverte de terre graveleuse apportée d’une certaine distance, le sous-sol étant de nature différente32 ». Il y voyait de ce fait les restes d’un tumulus.

  • 33 Cette forme est le résultat d’une palatalisation de di en dji.

23De ce point se détache effectivement de la voie un chemin orienté ouest-sud-ouest et est-nord-est qui aboutit, à 700 mètres au nord de l’église de Silfiac, à l’entrée de la vallée où coule le ruisseau de Crénard. La limite suivait cette vallée jusqu’à hauteur de Crénard, passait par ce village et se dirigeait sur Caer Divon, lecture proposée par A. de Courson, mais qu’il faut corriger en Caer Duion, eu égard à la graphie Kerguyon33 donnée par la carte de Cassini pour l’actuel village de Kerrion, à 1 km au nord-est du précédent. L’orientation de la limite est en adéquation avec celle du ruisseau du Pouldu, qu’elle rejoignait à travers la lande, laissant sur la gauche le petit monastère de Saint-Serge.

24De même que l’église de Silfiac n’était guère éloignée de la limite, ce monastère devait aussi en être proche. Est-ce à son emplacement que s’élevait l’ancienne chapelle de Saint-Roch ? Il est bien difficile de le dire. Il est pour le moins surprenant de découvrir en cet endroit un établissement placé sous la protection du mégalomartyr syrien, à qui aucun lieu de culte n’est aujourd’hui dédié en Bretagne. Faut-il y voir un lien avec l’abbaye de Saint-Serge d’Angers, où aurait été transféré au temps d’Erispoé, entre 851 et 857, le corps de saint Brieuc, et qui, selon la Vita Brioccii, était propriété du chef breton ? Si cette hypothèse était avérée, elle conduirait à un intéressant parallèle avec la présence en 832 d’un moine de Saint-Maur-sur-Loire dans l’ermitage de Coat-Guinec, au Huelgoat (Finistère) (Voir ci-après).

25Suivant le ruisseau du Pouldu, qui prend sa source un peu à l’ouest de Saint-Roch, la limite aboutissait au Blavet sous Castel Cran. Les vestiges d’une forteresse médiévale, dont ne subsiste aujourd’hui qu’un amas de pierres, existent de fait à cet endroit, dans le Bois de Gouarec, sur un promontoire rocheux dominant le Blavet d’une trentaine de mètres.

GUILLAC : Wominet

  • 34 Morice H. dom, Mémoires pour servir de preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, P (...)
  • 35 Il est mentionné en une autre occasion dans le cartulaire, en 837 (CR, ch. CLXXIX, p. 139).
  • 36 CR, ch. CXVI, p. 88-89.
  • 37 Brett C., op. cit., p. 196-199.

26L’existence du monasteriolum Wominet n’est connue que par un seul acte, omis par A. de Courson dans son appendice, mais publié, sous forme très abrégée, par Dom H. Morice34. Accueilli dans la communauté de Redon, le prêtre Iarnithin fit, le 11 novembre 835, donation de sa propriété de Ranridwallon à l’abbaye. L’acte fut passé dans la maison de Iarnithin, « dans le petit monastère appelé Wominet, dans la paroisse nommée Guillac ». Les deux seuls témoins mentionnés sont Iarnwalt, évêque d’Alet35, et Morman, machtiern. Prêtre de Guillac (Morbihan), Iarnhitin avait, selon un acte se situant entre 816 et 834, échangé avec le machtiern Trihoiarn son cheval valde bonum contre les ran de Rantonam et Ranritwallon, ran qui confinaient à l’Oust. Passée dans l’église de Guillac un dimanche de juillet, Riwalt étant machtiern, Ermor évêque dans le Poutrocoet, la transaction eut pour témoins, outre les prêtres Conneur et Sulcomin, le maire Worhathoui et les machtierns Sidol, Worgost et Dilis, un abbé nommé Roidoc, sans que soit précisé de quel établissement il était abbé36. On apprendra par les Gesta qu’à peu près au temps de son entrée à Redon, Iarnhitin souffrant de fièvres incessantes fut guéri par l’intercession de saint Hypotème, qu’il vécut encore longtemps avant d’être à la fin de sa vie frappé de cécité et qu’il mourut cinq ans après aux calendes de janvier37.

  • 38 Le nom paraît être un composé formé du préfixe wo- « sous » et de minet « aller » (cf. Fleuriot L., (...)

27Wominet38 n’ayant pas de correspondant actuel, toute localisation reste impossible. Ce serait pure conjecture que d’y voir l’antécédent de l’abbaye de Saint-Jean-des-Prés, fondée au bord de l’Oust, dans la paroisse de Guillac, en faveur des chanoines augustins sans doute vers le milieu du xiie siècle.

LE HUELGOAT : Silva Wenoc

  • 39 CR, ch. VII, p. 7.
  • 40 Acta sanctorum, Anvers, 1643, t. I, 15 janvier, col. 1058.

28Les Gesta sanctorum Rotonensium (Livre I, chap. 3) relatent comment la règle bénédictine fut introduite à l’abbaye de Redon. Ce fut avant février 833, date à laquelle un acte indique qu’elle y était observée39. Selon les Gesta, un ermite du nom de Gerfred vivait avec un compagnon nommé Fidweten « dans les parties extrêmes de la Bretagne », en un lieu appelé Silva Wenoc, se consacrant « aux psaumes et aux hymnes, aux jeûnes et aux veilles ». Une nuit, Gerfred entendit en songe une voix céleste lui enjoignant de se rendre auprès de moines ignorants, vivant dans un lieu désert du travail de leurs mains, afin de leur montrer la voie vers le Seigneur et de leur apprendre à vivre selon la Règle. Après en avoir informé son compagnon, Gerfred se mit en route et, arrivé à Vannes, s’enquit auprès d’un prêtre nommé Woretveu du lieu où il devait se rendre. Celui-ci lui désigna le lieu de Redon sur la Vilaine et le fit accompagner par un serviteur. Parvenu à Redon, Gerfred y mena près de deux ans une vie régulière avec les moines avant de réintégrer sa communauté d’origine du monastère de Saint-Maur-sur-Loire. On sait par l’abbé Odon, auteur des Miracles de saint Maur en 869, que Gerfred avait mené une vie d’ermite durant vingt ans40. Son compagnon parti, Fidweten décida d’entamer une vie de pérégrination et, s’en ouvrant à Nominoé, lui en demanda la permission. Le chef breton l’en dissuada et lui conseilla de rejoindre la communauté de Redon. L’ermite obéit et finit ses jours à Redon.

  • 41 Histoire de Bretagne, op. cit., t. II, p. 37.

29A. de La Borderie situe l’ermitage à Loqueffret (Finistère), par analogie avec le nom de Gerfred, qui, « légèrement modifié en Keffred41 », serait, selon lui, à l’origine du toponyme. Noté Locquevret, en 1368 et en 1405, et dit en breton Lokeored, Loqueffret présente, en fait, le même éponyme que Lanneufret (Finistère), noté Lan sancti Wiwreti, Lan Wivrett, au xie siècle, Languefret, vers 1330. Les deux toponymes rappellent un saint breton inconnu du nom de Gwevret, en vieux-breton Wiwbrit, Wiwvrit. C’est, en fait, à quelque huit kilomètres à vol d’oiseau, au nord-est de Loqueffret, sur le territoire de la commune du Huelgoat (Finistère), que se trouve le village de Coat-Guinec, correspondant actuel de Silva Wenoc.

  • 42 Cambry J., Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1794 et 1795. Edition critique ave (...)

30S’il ne subsiste plus de trace apparente d’un ermitage, le contexte toponymique suggère fortement son existence. Situé à 250 mètres de la voie romaine de Carhaix à Landerneau, le village du Cloître n’est qu’à 500 mètres de celui de Saint-Vinec, où se trouvait jadis la chapelle de ce nom. Aujourd’hui disparue, ses vestiges étaient encore visibles à la fin du xixe siècle. J. Cambry, dans son Voyage dans le Finistère en 1794 et 1795, signale en ce lieu « une pierre de 18 à 20 pieds de diamètre […], creusée à 8 pouces de profondeur sur une largeur de 4 pieds », et ajoute que « l’eau renfermée dans le bassin guérit toute espèce de maux, les maladies de la peau surtout42 ». L’ancien cadastre révèle, outre la présence, au sud, de deux menhirs et d’une série de croix, celle d’une fontaine Saint-Vinec, à environ un kilomètre à l’est du même village, non loin du Moulin de Guinec. Enfin, au sud de Coat-Guinec, une roche était dite Roc’h-ar-Zant « la roche du saint ». Ces différends éléments sont répartis sur un espace d’environ 1 km2.

MOUAIS : Moe

  • 43 CR, app. ch. XXXIV, p. 367.
  • 44 CR, ch. CCXV, p. 166.
  • 45 CR, ch. CCXXV, p. 174.
  • 46 CR, ch. CCLXXXV, p. 232.

31Quand, en 852, Erispoé fait don aux moines de Redon des deux randremes de Moi (Mouais) et d’Aguliac (Anguignac), dans la paroisse du Grand-Fougeray (Loire-Atlantique)43, il n’est pas fait référence au monastère de Mouais. C’est également le cas dans un acte de 857-858 qui parle d’une terre cultivée « devant Mouais44 ». En 868, c’est dans le « monastère de Mouais » que fut, en revanche, passé un acte concernant des terres en Luzanger45. On peut envisager que ce monasterium était en fait un prieuré dépendant de Redon. En 1062, Quiriac, évêque de Nantes, fit donation à Redon de l’église Saint-Sauveur de Mouais46. Située dans un bas-fond, au bord de la Chère, l’église de Mouais conserve des parties romanes.

REMINIAC : Menehi Sancti Petri

  • 47 CR, ch. CXCIII, p. 142.

32Le 18 janvier 856, Gredcanham et son épouse Wiuhoiam engagèrent pour une durée de sept ans au prêtre Hinweten et au clerc Trihweten, son neveu, la terre de Botriwaloe, terre qui confinait au « menehi de Saint Pierre », dans la paroisse de Caro, au lieu nommé Réminiac47. Placé sous le patronage de saint Pierre, ce menehi reste difficile à localiser. Erigée tardivement en paroisse, Réminiac (Morbihan) n’est pas dédiée à saint Pierre, mais a été, par homophonie, placée sous la titulature de saint Rémy.

RUFFIAC : Menehi Crocon

  • 48 CR, ch. CXLI, p. 107.
  • 49 CR, ch. CXLII, p. 108.

33Comme le menihi Wokamoe, en Bains-sur-Oust (Ille-et-Vilaine), le menehi Crocon, en Ruffiac (Morbihan) ne semble plus au ixe siècle avoir d’attaches religieuses. Situé dans le terroir d’une villa Dobrogen, appelée dans d’autres actes Trebdobrogen, il est localisé dans une villa qui porte le même nom, la villa Crohon ou Groco, et est aussi entre des mains laïques48. Achetée à un certain Maenhoiarn par Ratlouuen, en 848, la superficie de quatre muids du menihi équivaut à celle d’une ran. En 867, Ratlouuen et son fils Catlouuen rétrocèderont à Redon le cens de quatre muids d’épeautre du menihi49.

SAINT-AVE : Sint Toui

  • 50 CR, app. ch. CXLV, p. 371-372.

34Peu avant 854, un prêtre du nom de Winweten se faisant moine à l’abbaye de Redon lui donna le lieu de Sint Toui avec la petite abbaye (abbatiola) lui appartenant, abbaye qu’Erispoé lui avait donnée, avec ses domaines et colons, appelés Ran Mab Encar et Mab Discebiat, Ran Mab Achibvi… et Ran Mab Omni50. Comme on le voit, cette abbaye avait dans sa dépendance au moins quatre rans. Les Bénédictins, qui ont abrégé l’acte, ayant fait suivre Achibvi de points de suspension, cela laisse supposer que tous n’ont pas été énumérés.

  • 51 CR, app. ch. XL, p. 369.
  • 52 CR, ch. XXVI, p. 21.

35Comme il se murmurait que cette donation avait été faite sans le consentement d’Erispoé, Winweten, accompagné de Conwoion, se rendit, en mars 854, à Vannes, où le roi attesta « qu’il avait lui-même donné le monasteriolum à Winweten vivant alors en habit de chanoine et qu’il l’avait autorisé à en faire don avec sa personne à Saint-Sauveur ». L’acte fut rédigé à Vannes, dans le solarium de l’évêque, prisonnier des Normands51. On apprendra par un acte de 857 qu’à son entrée à Redon, Winweten avait apporté avec lui un calice et sa patène en or d’une valeur de 67 sous, somme considérable équivalant au prix de 200 moutons. Ce calice ayant servi à payer la rançon de Pascweten prisonnier des Normands, celui-ci donna, en remboursement, à l’abbaye une saline et un domaine à Guérande52.

  • 53 Luco abbé, Pouillé de l’ancien diocèse de Vannes, Vannes, 1908, p. 717, n. 1.

36On a beaucoup glosé sur l’identification de ce petit monastère. Il ne peut s’agir que de Saint-Avé (Morbihan), à 4 km au nord-est de Vannes. Noté Senteve vers 1330, prononcé en breton Sentevi, le nom rappelle le souvenir d’un obscur saint breton, éponyme et titulaire par ailleurs de la chapelle de Saint-Evy, en Saint-Jean-Trolimon (Finistère), où il est statufié en évêque et où son pardon se célèbre le troisième dimanche d’août. Saint-Avé, qui était formé jadis de deux parties distinctes, le Bourg-d’en-Haut, chef-lieu paroissial, et le Bourg-d’en-Bas, dit au xvie siècle Bourg de Notre-Dame Sainct Eve ou de Locmaria Sainct Eve53, possédait deux édifices cultuels, l’église Saint-Gervais et Saint-Protais et la chapelle Notre-Dame. S’il ne reste aucune trace de l’ancienne dépendance de Redon, l’abbaye de Saint-Jean-des-Prés, dont il a été question plus haut, possédait dans la paroisse le prieuré de Saint-Thébault.

SAINT-CONGARD : Rosgal alias Botgarth

  • 54 CR, ch. CCLXVII, p. 216-217.
  • 55 CR, ch. XL, p. 11-12.
  • 56 CR, ch. XIII, p. 13.
  • 57 Une fontaine Saint-Cassien existe à peu de distance à l’ouest de l’emplacement de l’ermitage.
  • 58 CR, ch. CCCXXXIV, p. 284.

37Un acte antérieur à 821 rapporte qu’un certain Worwelet vint demander au machtiern Iarnhitin un lieu où faire pénitence. Celui-ci lui accorda le lieu nommé Rosgal ou autrement Botgarth. Worwelet mort, son fils Worworet se rendit à Lisbedu, résidence de Iarnhitin, apportant avec lui deux flacons du meilleur vin. Le machtiern, qui avait pour intermédiaires le prêtre Doitanau, son chapelain, et Howori, maire à Pleucadeuc, lui donna le lieu précité en aumône perpétuelle, et l’autorisa à préparer, couper et arracher alentour tout ce qu’il pourrait dans la forêt et la terre inculte, « comme à un ermite dans le désert qui n’a pas d’autre maître sinon Dieu seul54 ». En 834, le fils de Iarnhitin, Portitoe, et son fils Conwal donnent le monastère construit par Guorwelet aux moines de Redon et à ceux qui l’habiteront, avec ses terres, édifices, bois, terres cultivées et incultes et toutes ses dépendances55. Ils y ajoutent trois ans plus tard la donation de Cranwikant et de Cranquarima « et tout ce qu’ils pourraient déraciner de la forêt ». Cette donation se fit dans une maisonnette face à l’église dans le monasteriolum de Gurguelet. Le frère de Portitoe, Guorvili, machtiern avec lui de Pleucadeuc fit lui aussi la même donation56. Un fragment de polyptique recensant les biens de Redon au xie siècle mentionne à Pleucadeuc, « Rosgal, avec la dîme de Funton Maen57 et le tonlieu du comte58 ».

  • 59 Cf. Le Mené J. -M., Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1905, p. 45-48.

38Si le nom de Botgarth « demeure de la haie » a disparu, Rosgal est aujourd’hui Roga, hameau situé au bord de l’Oust, en Saint-Congard (Morbihan), paroisse démembrée de celle de Pleucadeuc. Tombé en des mains laïques, le lieu retrouva au xviie siècle sa vocation monastique. Le comte de Rieux en fit, en effet, don aux Camaldules ou ermites de saint Romuald. Le dernier occupant des lieux mourut en 1780. La chapelle comme les bâtiments ont aujourd’hui disparu59.

SAINT-UNIAC : Sanctus Toinnan

  • 60 CR, ch. CCLXXV, p. 223.
  • 61 CR, ch. CCLXXVI, p. 223-224.

39En 913, après leur avoir donné dans un premier temps la randremes appelée Buiac60, Bili, évêque de Vannes, et Matuedoi, comte de Poher, octroyèrent aux moines de Redon la moitié de la paroisse de Guipry, que le roi Alain le Grand et son neveu Ewen avaient donnée à Notre-Dame et à l’évêque. Cette donation fut faite dans le monasterium Sancti Toinnani le 23 octobre 913 et ensuite confirmée par le comte Gurmhailon, qui était alors à la tête du royaume breton61.

  • 62 Pouillé historique…, op. cit., Rennes, 1886, t. VI, p. 306.
  • 63 Longnon A., Pouillés de la province de Tours, Paris, 1903, p. 378.
  • 64 « Saint Winniau et Saint-Uniac », Bretagne et pays celtiques. Langues, histoire, civilisation. Méla (...)
  • 65 Cité par André Hubin, Saint Uniac. Sa vie. Le culte rendu à sa mémoire. Son prieuré et sa paroisse,(...)

40A. Guillotin de Corson identifie, à juste titre, ce monastère avec Saint-Uniac (Ille-et-Vilaine)62. Prononcée en gallo Saint Tugna, la forme actuelle résulte d’un faux rétablissement de – ac pour – au, comme dans Plédéliac pour Plédéliau, Saint-Suliac pour Saint-Suliau, etc. Le pouillé des bénéfices du diocèse de Dol mentionne vers 1330 le prior Sancti Thomnani ou Thominani63, formes qu’il convient de corriger, comme le propose Jean-Yves Le Moing, en Thouinnani64, voire plus exactement en Thouinnaui ou Thouinniaui. L’ancien calendrier manuscrit de l’abbaye de Saint-Méen du xvie siècle porte au 2 août : Touiniani confessoris octo lectionum65. On peut considérer qu’il s’agit d’un hypocoristique Towiniau de Winiau, saint mentionné par la Vie ancienne de saint Samson.

  • 66 Guillotin de Corson A., op. cit., t. II, p. 162.
  • 67 Hubin A., op. cit., p. 49.

41Ancienne enclave de Dol dans le diocèse de Saint-Malo, Saint-Uniac fut d’autre part le siège d’un prieuré relevant de Saint-Méen, ce qui explique que son éponyme figure dans l’ancien calendrier de l’abbaye. Ruiné, ce prieuré fut uni à la cure de Saint-Uniac à la fin du xviie siècle. À cette époque, il consistait « en un emplacement de maison, cour et déport, où sont encore les mazures du logis du prieur, lequel fut ruiné pendant les guerres civiles, avec deux petites pièces de terre qui servaient autrefois de jardin et de basse-cour audit prieuré ; le tout situé au bourg de Saint-Uniac et contenant par fonds deux journaux de terre66 ». L’abbaye possédait au xviie siècle des reliques du saint, tout comme l’église de Saint-Ugnac, qui détenait son corps dans une châsse et sa tête dans un chef en argent massif67. Situé à quelques centaines de mètres du bourg, sa fontaine avait la réputation de guérir la gale, spécialité habituellement attribuée à saint Méen.

TREAL : Sancta Leupherina

  • 68 CR, ch. CLI, p. 116.
  • 69 CR, ch. CLII, p. 116.
  • 70 CR, ch. CLIV, p. 118. Un Tetuiu abbas est, en 830, témoin de la donation par le prêtre Rihowen d’un (...)
  • 71 CR, ch. CXLV, p. 111.
  • 72 CR, ch. CLIX, p. 122.

42En 820, un certain Tehwiu avait acheté à un certain Euhocar, un domaine nommé Ranlowinid68. En 829, il fit don à sa fidèle épouse Argantan et, après elle, à leur descendance, de ce domaine situé dans la paroisse de Ruffiac (Morbihan), au lieu nommé Trebetwal, en possession pleine et entière, si ce n’était un cens annuel de six deniers « à sainte Leuphérine dans le monastère de Conoch pour le repos de son âme69 ». En 867, les deux fils d’Argantan, Courantmonoc et Sulhaeloc en firent don à Redon, donation qu’ils confirmèrent ensuite devant l’église de Ruffiac. Du consentement de Sulmin, abbé de Sainte Leuphérine, ils firent également don du cens que lui avait octroyé Tehwiu70. L’abbé Sulmin est cité comme témoin entre 840 et 867 dans plusieurs actes concernant Ruffiac. Le nom de Cnoch apparaît par ailleurs à deux reprises dans les actes en 867 comme nom d’une villa. Un certain Nominoe, fils de Noli, fit donation aux moines de Redon du cens de Randronhael, domaine situé entre les villae de Loin et de Cnoch, cens payable à la saint Martin71. Le second acte, où l’abbé Sulmin est cité parmi les témoins, fait, quant à lui, état de la donation de Hirdhoiarn, fils de Haelin, de la ran de Bothgellet et des villae Loincetcnoch (sic)72.

  • 73 Nous sommes redevable à Gwénaël Le Duc de nous avoir transmis une photocopie de ces documents que l (...)

43Si le nom de Conoch/Cnoch n’a pas été pérennisé, il est du moins, associé au breton koat « bois », à l’origine de Quoiqueneuc, nom d’un village situé à 2,5 km au nord-ouest de l’actuel bourg de Tréal (Morbihan). Même si à 400 mètres à l’est de ce village existait une chapelle dédiée à saint Fiacre, y localiser le monastère reste très aléatoire. C’est, en effet, au Vieux-Bourg de Tréal, à plus de 3 km à l’est, qu’était, au xive siècle, honorée « sainte Léféline », comme l’attestent deux lettres du pape Clément V, datées d’Avignon, où s’étaient rendues, afin de régler notamment les droits de tierçage et de past nuptial, deux délégations, l’une ducale, l’autre épiscopale. Dans ces lettres, datées du 26 juin 1309, le pape autorisait Guillaume Le Borgne, qui faisait partie de la délégation ducale à titre de baron et conseiller d’Arthur II, à construire en un lieu propre au-dessous de l’église de Tréal une maison-Dieu et un oratoire « en l’honneur de saint Jean-Baptiste et de sainte Léféline vierge73 ».

  • 74 Archives départementales du Morbihan, G 1118, p. 174.
  • 75 La carte IGN au 1/25000e (carte Malestroit 3-4, édition de 1974), indique cependant à cet endroit l (...)

44Détruite en 1887, à l’exception du transept, transformé ensuite en chapelle, l’église du Vieux-Bourg de Tréal, placée aujourd’hui sous le patronage de saint Cornély, avait pour titulaire au xviiie siècle, sainte Zéphérine. En 1748, dans son pouillé manuscrit du diocèse de Vannes Cillard de Kerampoul laissait percer son scepticisme : « On veut que Sainte Zéférine ait été martirizée au lieu même où est l’Église. Ne seroit-ce pas un de ces Saints fabriqués par le Peuple74 ? » Vierge et martyre, représentée avec une couronne sur la tête, la sainte était célébrée autour de la mi-août. Sans doute fut-elle assimilée à Zaphirina, sœur du roi Arthur et épouse du comte Roger, une des onze mille vierges, compagnes de sainte Ursule, que l’on fêtait le 12 août. Victime d’une certaine homophonie avec Zéphirine, Léféline vit aussi son nom estropié en Kerféline : figurant sur le socle d’une statue du xixe siècle dans la chapelle du Vieux-Bourg, ce nom fut aussi donné à une chapelle75 et à une fontaine, situées à l’extrémité nord de Réminiac (Morbihan), dans le Bois de la Minière.

INDÉTERMINÉ : BAINS-SUR-OUST OU PEILLAC : Gorasoi

  • 76 CR, ch. CI, p. 76-77.
  • 77 CR, ch. CXXIV, p. 94.

45En marge d’un acte dont n’ont été conservées que les trois premières lignes, le folio suivant ayant disparu, figure la mention de silva ad monasterium Gorasoi. Trois hommes, Borc, Fetbert et Resbert vendent à un autre, dont le nom figurait sur le folio suivant, une petite pièce de leur terre appelée Villar Wrhatoui, depuis la forêt qui l’entoure jusqu’à la limite qu’ils fixèrent alors76. Les trois personnages cités, aux noms germaniques, sont mentionnés, dans un autre acte, au nombre des douze franci qui, appelés à témoigner en audience publique dans un différent entre les moines et un certain Fetmer à propos d’une terre en Langon (Ille-et-Vilaine), jurèrent sur l’autel de Saint-Pierre77. On pourrait en déduire que le monasterium Gorasoi était situé sur le territoire de Langon (Ille-et-Vilaine), sauf à supposer que l’annotation marginale est erronée, ce qui semble bien être le cas.

  • 78 Cf. Fleuriot L., Le vieux breton. Éléments d’une grammaire, Paris, 1964, p. 71.
  • 79 CR, app. ch. XXVI, p. 363.
  • 80 CR, ch. CXCIX, p. 155 ; ch. CXXI, p. 92.
  • 81 CR, ch. XIX, p. 17.
  • 82 CR, ch. CXCV, p. 152.
  • 83 CR, ch. LXXIV, p. 58.
  • 84 CR, ch. LXXXVIII, p. 66.

46Outre que l’acte parle de villar, terme sans connotation religieuse qui désigne une simple habitation, les noms de Wrhatoui et de Gorasoi, s’ils sont formés du même premier élément, diffèrent quant au second. Le premier contient, en effet, le vieux-breton hatoiu, dérivé d’un radical haeth, haith, à rapprocher du gallois haeddu « atteindre, gagner, mériter », le second, le vieux-breton asoiu, à rapprocher du gallois asswy « gauche, sinistre », devenu en moyen-breton hasou « favorable, de bon augure, honorable78 ». La mention monasterium Gorasoi conviendrait donc mieux à un autre acte se situant entre 841 et 849, dans lequel on voit un certain Wrhasoui faire don à Redon de son monasteriolum situé dans le Broérec, mais sur le fleuve Oust, sans autre précision, donation qu’il fit par la croix qui lui pendait au cou79. Si toute localisation est impossible, relevons des témoins du nom de Worhasoui, entre 826-834 et en 846 dans des actes concernant Bains80, en 859, dans un acte concernant Allérac81, Worhasoeu dans un acte concernant Avessac, vers 840-84182, Worasoe dans un acte concernant Peillac, entre 834 et 86783, Worasou dans un acte de 84584, concernant, semble-t-il, Maxent. Seules, puisque situées sur l’Oust, pourraient être concernées les paroisses de Bains et de Peillac.

  • 85 Cambry J., Voyage dans le Finistère…, op. cit. p. 155.

47Si le nombre des fondations monastiques secondaires paraît avoir été, au haut Moyen Âge, relativement important, leurs origines, hormis celles de l’ermitage de Botgarth, nous sont inconnues. À l’exception peut-être de alanguel, qui pourrait être la forme vernaculaire du nom du monastère de Painfaut, en Avessac, aucune d’elles n’est désignée par un nom formé avec le vieux-breton lan, terme spécifique s’appliquant à un « monastère » ou à un « ermitage ». Sur la quinzaine de monasteriola recensés, seuls cinq portent le nom d’un saint ou d’une sainte, que l’on peut présumer être de haute époque, à savoir ceux de Saint Ducocan, de Coat-Guinec, de Saint-Avé, Saint-Uniac et de Sainte Leuphérine. En dehors de celui de Saint Ducocan, que semble avoir remplacé le nom actuel de Sainte-Brigitte (Morbihan), les autres ont été pérennisés, parfois sous un paronyme, cas de sainte Leuphérine devenue sainte Zéphirine, et, pour deux d’entre eux, ont même conservé le culte de leur éponyme. Si la chapelle Saint-Vinec du Huelgoat a aujourd’hui disparu, le tronc, qui avoisinait la roche évoquée par J. Cambry, était, selon lui, « toujours rempli85 », ce qui témoigne de la ferveur dont bénéficiait encore en son temps le saint patron. Quant à saint Tugnac, il est demeuré le patron de la paroisse qui porte son nom. Si ses reliques ont aujourd’hui disparu, l’église, qui possède un vitrail de 1547 où il est représenté sous le nom de Thugnac, l’honore toujours à la date du 2 août.

Notes

1 Le Moyne de La Borderie A., Histoire de Bretagne, Rennes, 1898, t. II, p. 252.

2 Guigon P., Les églises du Haut Moyen Âge en Bretagne, Saint-Malo, 1998, t. II, p. 56-64.

3 CR, ch. XCXVII, p. 73-74.- Pour plus de commodité, les références au cartulaire, désigné par les lettres CR, seront celles de l’édition publiée par A. de Courson (Cartulaire de l’abbaye de Redon, Paris, 1863). En complément, on pourra consulter l’édition en fac-similé publiée en 1998 par l’Association des Amis des Archives Historiques du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, avec des introductions d’Hubert Guillotel, d’André Chédeville et de nous-même.

4 CR, ch. CCVI, p. 159.

5 Duine F., « Le schisme breton », Annales de Bretagne, 1914-1915, t. XXX, p. 425-426.

6 Ce pourrait être plutôt languel, composé formé avec le vieux-breton lan « ermitage, monastère ».

7 Voir Guillotel H., « Les origines du ressort de l’évêché de Dol », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1977, t. 54, p. 31-66.

8 CR, app. ch. XXI, XXII, XXIII, XXIV, p. 361-362.

9 CR, ch. CVI, p. 80-81.

10 Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Rennes, 1881, t. II, p. 146.

11 Laigue de R., « Étude sur les noms de lieux de la paroisse de Bains cités dans le Cartulaire de Redon », Annales de Bretagne, 1908, t. XXIII, p. 208.

12 Duine F., « Vie antique et inédite de S. Turiau, évêque-abbé de Bretagne », dans Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, 1911, t. XLI, 2e partie, p. 30.

13 Acta sanctorum, Julii, III, Anvers, 1723, p. 619.

14 CR, ch. CCXXXIII, p. 180-181.

15 CR, ch. CLXXXII, p. 141.

16 CR, ch. CLXXXI, p. 140.

17 CR, ch. CLXXXII, p. 141. R. de Laigue assimilait Grat à Garat, en Sainte-Marie, village situé près de la chapelle de la Magdeleine.

18 Brett C., The Monks of Redon. Gesta Sanctorum Rotonensium and Vita Conuuoionis, Woodbridge, 1989, p. 189-191.

19 Cf. Maître L., « Les origines du Cellier d’après les démolitions de l’église Saint-Martin au bourg », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure, 1901, t. XLII, p. 27-36.

20 A. de Courson transcrit à tort Guernuital. En marge, on lit Guernuidel.

21 CR, ch. CCLXXIV, p. 222-223.

22 Nous suivons la graphie bretonne du nom de Junguénée.

23 CR, ch. CCLXXXIX, p. 237.

24 CR, app. ch. XLIV, p. 371.

25 CR, ch. CCXLII, p. 193.

26 Acta sanctorum, Ianuarius, Anvers, 1643, t. I, p. 328-329.

27 CR, app. ch. IV, p. 354.

28 CR, ch. CCXLVII, p. 198-199.

29 CR, ch. CCXLVII, p. 198-199.

30 Keranflec’h-Kernezne de C., « Un jugement du roi Salomon ixe siècle », Bulletin de l’Association bretonne, 1886, p. 110-126.

31 Cf. Le Pennec S., « L’occupation humaine et la circulation dans la région de Noyal-Pontivy durant l’antiquité », Bulletin de l’Association bretonne, 2003, t. CXI, p. 578-579.

32 Op. cit., p. 120.

33 Cette forme est le résultat d’une palatalisation de di en dji.

34 Morice H. dom, Mémoires pour servir de preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, 1742, t. I, col. 265.

35 Il est mentionné en une autre occasion dans le cartulaire, en 837 (CR, ch. CLXXIX, p. 139).

36 CR, ch. CXVI, p. 88-89.

37 Brett C., op. cit., p. 196-199.

38 Le nom paraît être un composé formé du préfixe wo- « sous » et de minet « aller » (cf. Fleuriot L., Dictionnaire des gloses en vieux breton, Paris, 1964, p. 194, 257).

39 CR, ch. VII, p. 7.

40 Acta sanctorum, Anvers, 1643, t. I, 15 janvier, col. 1058.

41 Histoire de Bretagne, op. cit., t. II, p. 37.

42 Cambry J., Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1794 et 1795. Edition critique avec introduction et commentaires par Dany Guillou-Beuzit. Quimper 1999, p. 155.

43 CR, app. ch. XXXIV, p. 367.

44 CR, ch. CCXV, p. 166.

45 CR, ch. CCXXV, p. 174.

46 CR, ch. CCLXXXV, p. 232.

47 CR, ch. CXCIII, p. 142.

48 CR, ch. CXLI, p. 107.

49 CR, ch. CXLII, p. 108.

50 CR, app. ch. CXLV, p. 371-372.

51 CR, app. ch. XL, p. 369.

52 CR, ch. XXVI, p. 21.

53 Luco abbé, Pouillé de l’ancien diocèse de Vannes, Vannes, 1908, p. 717, n. 1.

54 CR, ch. CCLXVII, p. 216-217.

55 CR, ch. XL, p. 11-12.

56 CR, ch. XIII, p. 13.

57 Une fontaine Saint-Cassien existe à peu de distance à l’ouest de l’emplacement de l’ermitage.

58 CR, ch. CCCXXXIV, p. 284.

59 Cf. Le Mené J. -M., Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1905, p. 45-48.

60 CR, ch. CCLXXV, p. 223.

61 CR, ch. CCLXXVI, p. 223-224.

62 Pouillé historique…, op. cit., Rennes, 1886, t. VI, p. 306.

63 Longnon A., Pouillés de la province de Tours, Paris, 1903, p. 378.

64 « Saint Winniau et Saint-Uniac », Bretagne et pays celtiques. Langues, histoire, civilisation. Mélanges offerts à la mémoire de Léon Fleuriot 1923-1987, Saint-Brieuc-Rennes, 1992, p. 242.

65 Cité par André Hubin, Saint Uniac. Sa vie. Le culte rendu à sa mémoire. Son prieuré et sa paroisse, Rennes, 1931, p. 47.

66 Guillotin de Corson A., op. cit., t. II, p. 162.

67 Hubin A., op. cit., p. 49.

68 CR, ch. CLI, p. 116.

69 CR, ch. CLII, p. 116.

70 CR, ch. CLIV, p. 118. Un Tetuiu abbas est, en 830, témoin de la donation par le prêtre Rihowen d’un domaine en Ruffiac.

71 CR, ch. CXLV, p. 111.

72 CR, ch. CLIX, p. 122.

73 Nous sommes redevable à Gwénaël Le Duc de nous avoir transmis une photocopie de ces documents que lui avait communiqués le Père Jean Evenou et qui figurent dans le Regestum Clementis Papae V ex Vaticanis archetypis sanctissimi Domini nostri Leonis XIII Pontificis Maximi iussu et munificentia nunc primum editum cura et studio monachorum Ordinis S. Benedicti Anno MDCCCLXXXVI, Rome, 1886, n° 4879 et 4912.

74 Archives départementales du Morbihan, G 1118, p. 174.

75 La carte IGN au 1/25000e (carte Malestroit 3-4, édition de 1974), indique cependant à cet endroit les ruines de la chapelle Sainte-Zéphirine.

76 CR, ch. CI, p. 76-77.

77 CR, ch. CXXIV, p. 94.

78 Cf. Fleuriot L., Le vieux breton. Éléments d’une grammaire, Paris, 1964, p. 71.

79 CR, app. ch. XXVI, p. 363.

80 CR, ch. CXCIX, p. 155 ; ch. CXXI, p. 92.

81 CR, ch. XIX, p. 17.

82 CR, ch. CXCV, p. 152.

83 CR, ch. LXXIV, p. 58.

84 CR, ch. LXXXVIII, p. 66.

85 Cambry J., Voyage dans le Finistère…, op. cit. p. 155.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search