Version classiqueVersion mobile

La religion des femmes en Grèce ancienne

Troisième partie. Passages et transmissions du féminin

Quand vient l’âge fleuri des jeunes filles

Lydie Bodiou

Texte intégral

Quitter l’enfance

  • 1 Euripide, Electre, 20.

1Hier petite fille, demain épouse et mère, le temps s’accélère pour elle, bientôt le gamos et l’homme qui fera d’elle une femme. « Quand vint l’âge fleuri (thaleros) de son adolescence, pour demander sa main on vit se présenter les princes de la Grèce1. » Ces mots d’Electre disent le grand changement qui va s’opérer dans sa vie, mais aussi la croissance et la mutation qui s’inscrivent sur le corps au printemps : la plante a poussé, le bouton est à la veille d’éclore, la fleur de s’épanouir. Ce jour arrive soudainement alors qu’elle vivait jusque-là dans l’insouciance et dans l’attente. Quitter l’enfance est sacralisé par des rites offerts aux déesses vierges qui veillent au passage redoutable de cet entre-deux et marquent la rupture avec un environnement familial et familier. Ces changements physiques et physiologiques doivent être lisibles sur sa personne et visibles de tous. Aussi doit-elle se séparer de ses boucles libres au vent, de ses vêtements de petite fille et des jouets qui agrémentaient son quotidien pour revêtir les oripeaux de la fonction nouvelle qui l’attend et afficher son changement d’état social, biologique et identitaire.

2Les consécrations préliminaires sont faites en l’honneur des déesses vierges Athéna et Artémis qui accompagnent l’intégration dans le monde adulte, civilisé et civique. À la déesse courotrophe des années d’insouciance de l’enfance sont offerts les vêtements de petite fille et les jouets :

  • 2 Anthologie palatine, VI, 280.

« Au moment de se marier, Timaréta, t’a consacré ses tambourins, le ballon qu’elle aimait, la résille qui retenait ses cheveux, à toi, la Marécageuse (Limnatis). Et ses boucles, elle les a dédiées, comme il convenait, elle vierge, à la déesse vierge Artémis, avec ses vêtements de jeune fille. En retour, fille de Létô, étend la main sur la fille de Timarétos et veille pieusement sur cette pieuse fille2. »

  • 3 Pour un bilan sur les liens entre Artémis, le sang et les femmes, voir Calame C., « Offrandes à Art (...)
  • 4 Schmitt Pantel P., « Athéna Apatouria et la ceinture : les aspects féminins des Apatouries à Athène (...)

3Ainsi les objets qui divertissaient ses jeunes années sont offerts comme gage de renoncement, témoignage d’un passé révolu, tribut à la divinité. La jeune fille, du fait de la perte imminente de sa virginité, se place sous la protection d’Artémis en raison de son rapport étroit avec la physiologie féminine3. Aussi donne-t-elle ce qui touche au plus intime, au plus près du corps et ce qui est le plus signifiant de son passage à venir, le plus accessible au regard aussi : ses vêtements. Pauline Schmitt Pantel a montré combien une telle offrande, particulièrement la ceinture, nouée et dénouée, révèle les changements qui s’opèrent dans et sur le corps féminin4. Dernière offrande marquant le renoncement et le changement physique, les cheveux sont coupés :

  • 5 Anthologie palatine, VI, 276.

« La vierge Hippè (la Cavale) a relevé sur le haut de sa tête les boucles de son abondante chevelure, en essuyant ses tempes parfumées. C’est que déjà pour elle est arrivé le temps du mariage. Et nous, bandeaux qui tenons la place de ses cheveux coupés, nous réclamons ses grâces virginales. Artémis, puisse par ta volonté le jour de son mariage être aussi celui de la maternité pour la fille de Lycomèdeidès, qui aime encore les osselets5. »

  • 6 Voir Brulé P., « Promenade en pays pileux hellénique : de la physiologie à la physiognomonie », La (...)
  • 7 Une des épiclèses d’Héra, protectrice naturelle des mariages, est Syzygia, « sous le même joug ».
    Qu (...)

4Les cheveux disparus laissent voir désormais les tempes ointes d’un baume odorant qui sans doute adoucit le feu du rasoir qui vient de couper les boucles de l’enfance6. Athéna, déesse à mètis au caractère civique plus marqué, veille également sur ce passage critique car c’est aussi une future femme de citoyen que l’on prépare à accéder à la plénitude de sa fonction : porter des enfants pour la cité. Vêtements, boucles et jouets sont les attributs du monde sauvage et insouciant qu’il convient de quitter et d’offrir à la divinité comme abdication et preuve que le processus de « domestication » et de bridage physique et psychologique commence, « sous le joug » de l’homme et de la cité qui veille7.

5Les offrandes sont celles de l’apparence et du visible : elles marquent symboliquement la mort de l’enfance et soulignent la renaissance attendue sous une autre forme, avec des attributs autres, de nouveaux objets usuels, des artifices olfactifs et vestimentaires qui souligneront aux yeux de tous le changement d’état biologique mais aussi statutaire. Offertes à Artémis, on attend de celle-ci qu’elle joue son rôle purificatoire : elle efface le passé et permet la naissance d’un être nouveau ; offertes à Athéna, qu’elle fasse de la petite fille une respectable et prolifique épouse de citoyen.

  • 8 Les sources s’accordent sur ce temps béni de l’enfance, par opposition à celui de l’épouse. Sorte d (...)
  • 9 Anthologie palatine, VI, 280.

6Les offrandes marquent le renoncement à l’enfance. On aime à imaginer que ces jeunes filles ont jusque-là vécu dans un état de plénitude enviable, qu’elles ont poussé librement et sans entrave comme des fleurs dans une prairie8. La métaphore ici n’est pas anodine, elle est mise en exergue largement dans les mythes. Elle est renforcée par ce temps particulier des rites préliminaires où la jeune fille se tient à l’écart, où elle fréquente des sanctuaires souvent aux marges de l’espace civique (voir l’Artémis Limnatis, Marécageuse, de l’épigramme de Timaréta9). Le temps du « sauvage » et de l’insouciance est celui des paysages bucoliques des mythes. Ce temps d’avant-mariage est décrit comme pastoral et léger, sans entrave ni contrainte, comme l’exact négatif de ce qui sera leur vie future. Peu avant d’être enlevées par l’homme ou le dieu (pour les plus prestigieuses d’entre elles), le terrain de prédilection de ces jeunes filles est la prairie (leimon) qui embaume de fleurs et leur activité favorite, la cueillette et le tressage de couronnes. Ainsi Coré peu avant son enlèvement par Hadès :

  • 10 Hymne homérique à Déméter, I, 1-14.

« Elle (Koré) jouait avec les jeunes Océanides à l’ample poitrine et cueillait des fleurs – des crocus, des roses et de belles violettes – dans une tendre prairie, – des iris, des jacinthes et aussi le narcisse que, par ruse, terre fît croître pour l’enfant fraîche comme une corolle, selon les desseins de Zeus afin de complaire à celui qui reçoit bien des hôtes. La fleur brillait d’un éclat merveilleux et frappa d’étonnement tous ceux qui la virent alors, dieux immortels ainsi qu’hommes mortels10. »

  • 11 Voir Motte A., Prairies et jardins dans la Grèce antique. De la religion à la philosophie, Bruxelle (...)
  • 12 Motte A., op. cit., p. 41.
  • 13 Moschos ou pseudo-Moschos, Europe, 63-73.

7Épanouies et offertes, pures et fraîches, les jeunes filles aiment se distraire dans l’espace naturel familier d’Aphrodite, en attente de la main masculine, divine ou mortelle qui viendra les cueillir11. En effet, « jouer de quelque manière avec les fleurs passait en Grèce pour un geste éminemment nuptial et parler d’un mariage florissant n’était pas alors une simple formule poétique12 ». Comme les fleurs des champs, ce temps d’avant-mariage est fragile et éphémère, fugace comme l’effluve qui se dégage des fleurs juste cueillies, subtil et délicat comme la virginité de la parthénos. Cette période bénie, insouciante et oisive où le naturel domine, est d’autant plus fantasmée et peinte de couleurs chatoyantes qu’elle est terminée et qu’elle ne doit pas durer : la jeune fille « ne devait pas longtemps prendre plaisir à ses fleurs, ni conserver intacte la ceinture virginale (mitra)13 ». Puisqu’elle a largement profité de ce temps savoureux du pro gamou, elle doit y renoncer vite sous peine de devenir coupable et se laisser aller aux penchants propres à sa nature. La cité veille à ce qu’elle se prête désormais à la domestication par l’homme car le printemps de son corps est venu.

Figure 1 : Statue de jeune fille, découverte à Athènes, vers 540 av. J.-C. ;

Musée national d’Athènes, cliché de l’auteur

  • 14 Voir Kei N., « La fleur : signe de parfum dans la céramique attique », Parfums et odeurs dans l’Ant (...)
  • 15 Daux G., « Les ambiguïtés de grec “kore” », CRAI, 1973, p. 390-393 et Bruit-Zaitman L., « Le temps (...)
  • 16 Statue de jeune fille dédiée par son père découverte à Athènes, vers 540 av. J.-C., Musée national (...)
  • 17 Voir Pironti G., « Au nom d’Aphrodite : réflexions sur la figure et le nom de la déesse née de l’ap (...)
  • 18 Lécythe attique à figures rouges du Peintre de Meidias. Boston, Museum of Fine Arts, 95.1402.
    O
    akley(...)
  • 19 Lissarrague F., « Femmes au figuré », op. cit., p. 175.

8Jusque-là la parthénos n’était qu’un bourgeon, une promesse. Dans la littérature comme dans l’iconographie ou la statuaire, la jeunesse, c’est la fleur14, synonyme de beauté, de pureté, de fraîcheur. Les jeunes filles à la fleur abondent dans la poésie mélique. À l’instar de Phrasikléia, cette jeune fille athénienne de famille aristocratique, morte avant ses noces dont le père a érigé une statue. L’inscription, datée de 540 av. J.-C., donne la parole à la jeune fille ou au monument qui la perpétue : « Pour toujours je serai appelée jeune fille, kourè, les dieux m’ayant, au lieu du mariage attribué ce nom15. » Couronnée et vêtue d’une robe fleurie écarlate, elle est parée de ses beaux atours, portant aux bras, au cou et aux oreilles des bijoux. Représentée telle une koré en une pose solennelle, un sourire doux aux lèvres, elle tient dans la main gauche, du bout des doigts, un bouton de fleur. La couronne de lotus renforce encore l’allusion florale. Parée pour le mariage, belle comme une fleur juste cueillie qui ne demande qu’à s’épanouir, elle a été fauchée par la mort juste avant d’avoir connu l’homme (fig. 1)16. Son père la fige à jamais dans la beauté et l’éclat du bourgeon, une promesse d’un demain qui ne viendra jamais. Parure ordinaire d’Aphrodite17, la fleur c’est l’attente avant le grand jour des noces, avant l’éclosion des sens. Ainsi sur ce lécythe du Peintre de Meidias18 daté des années 410 av. J.-C. (fig. 2) où la future mariée se tient au centre, représentée de trois quarts, coiffée et parée de bijoux au cou et aux bras, elle replace avec élégance son voile sur ses épaules alors qu’un Éros accroupi lui noue ses sandales. Lui faisant face, une femme lui tend une stéphanè étincelante alors que de l’autre côté une autre femme tient dans ses mains un collier. Si le peintre de Meidias est connu pour ses motifs végétaux ou ses palmettes encadrant habituellement la scène, il les a ici étirées pour en faire, à leur extrémité, des fleurs stylisées. À noter également la bande de fleurs de lotus. La présence ostentatoire de la végétation établit clairement « le lien étroit entre la femme et le monde floral19 ».

Figure 2 : Lécythe attique à figures rouges du peintre de Meidias ; Boston, Museum of Fine Arts. 1402.

D’après : Oakley J.H., Sinos R., op. cit., p. 67, fig. 30.

9La jeune fille, à la veille de ses noces, est comme ces boutons de fleurs, prête à éclore, pour le plaisir des yeux et des narines. Car celle-ci comme le jeune garçon d’ailleurs est sans odeur encore comme les fleurs de lotus fréquemment représentées, sans artifice comme le bourgeon ou le bouton, immature mais promesse d’un lendemain. Ainsi de cette jeune fille dont l’amant attend la floraison :

  • 20 Anthologie palatine, V, 74, Rufin.

« Je t’envoie, Rodocléia, cette couronne qu’avec de belles fleurs, j’ai tressée de mes propres mains. Il y a des lis, des boutons de rose, des anémones humides, des narcisses flexibles, des violettes aux sombres reflets. Mets-là sur ta tête et cesse d’être si fière : vous fleurissez, vous passez, toi comme la couronne20. »

  • 21 Comme le souligne Nikolina Kei, le choix de ce nom n’est pas dû au hasard car Rhodoclée est celle q (...)

10Bouton de rose qu’il attend de cueillir, Rhodocléia21, celle qui à la réputation d’une rose, sent la fraîcheur et la pureté des fleurs juste cueillies qui tressent la couronne qu’il lui offre. L’odeur de la jeunesse est naturelle, comme celle des couronnes de fleurs dont les essences mêlées imprégneront leur chevelure. Si la jeunesse comme le bourgeon ne laissent entrevoir qu’un potentiel, leur épanouissement suscite l’impatience. La charis irradie et attire irrémédiablement ; mais, vite, il faut cueillir les filles et les fleurs car avec le printemps s’annoncent déjà les dangers d’une sexualité naissante.

  • 22 L’expression désigne l’apparition des changements physiques et physiologiques sur et dans le corps (...)
  • 23 Hanson A.E., « Paidopoiia : métaphores for conception, abortion and gestation in the hippocratic co (...)
  • 24 En dernier lieu se reporter à Dasen V. (éd.), L’embryon humain à travers l’histoire. Images, savoir (...)
  • 25 Cf. les traités embryologiques du corpus hippocratique, Génération, Nature de l’enfant, Du fœtus de (...)
  • 26 Voir l’article essentiel de Demont P., « Remarques sur le sens de trephó », REG, 111, 1978, p. 358- (...)
  • 27 Cf. Bodiou L., Le sang des femmes grecques : filles, femmes, mères, op. cit., p. 215-221. Également (...)

11Délicate et fragile, cette « fleur de l’aimable jeunesse », l’anthos hebes22, désirée et convoitée se transforme quand la maturité sexuelle s’affiche sur et dans les corps. Il existe clairement une similitude de vocabulaire entre la croissance des végétaux et celles des humains. Le recours à la métaphore végétale rend explicites la grossesse et le développement de l’enfant in utero23. En effet, l’embryon24 dans le ventre de sa mère est pensé comme une graine que le père a déposée et que la mère reçoit et nourrit en son sein25. Il se développe comme un végétal qui voit ses rameaux, ses branches pousser : ses bras et ses jambes, jusqu’au bout des feuilles, ses ongles. Hors du ventre de sa mère, il se nourrit d’elle un temps, comme un jardinier arrose ses plantes et voit sa croissance progressive tant que l’adjonction sera faite26. À l’âge venu de l’hébé, alors que leur croissance cesse, le corps du garçon et de la fille subit à peu près au même âge un bouillonnement des humeurs qui entraîne des transformations physiologiques qui vont voir leur épanouissement sexuel et l’acquisition de leurs potentialités reproductives. N’utilisant plus la totalité de leur nourriture et, selon un principe de coction bien propre à la petite mécanique du corps, ils évacuent des résidus d’une forme différente due à leurs physiologies différenciées. Les hommes plus actifs, plus chauds et plus secs parviennent à une coction complète et utilisent quasiment toute leur nourriture transformée en énergie, et le peu de résidu qu’il leur reste est émis sous forme de sperme, une sorte d’écume ; alors que les femmes, inactives, plus molles, plus humides et plus froides ne parviennent qu’à une coction imparfaite, ne « chauffent » que peu la nourriture qu’elles ingurgitent. Aussi sont-elles contraintes d’évacuer régulièrement un trop-plein de sang. Alors à maturation, comme la sève qui monte dans les végétaux et voit apparaître le bourgeon de la fleur, s’imprime sur le corps des jeunes gens le printemps qui éclôt : le moment est venu où chacun est en capacité de produire et de porter des fruits27.

  • 28 Amphore loutrophore attique à figures rouges, près du peintre de Naples, vers 430-420. Carlsruhe, B (...)
  • 29 Cette étude doit beaucoup à Lissarrague E, « Regards sur le mariage grec », Silence et fureur... op (...)
  • 30 Thucydide, Ii, 15 précise qu’à Athènes l’eau devait être puisée à la fontaine Callirhoé (voir aussi (...)
  • 31 Morizot Y., « Artémis, l’eau et la vie humaine », L’eau, la santé et la maladie dans le monde grec,(...)
  • 32 Alcée, 77 D. (45 L.), traduction M. Briand dans son article, « Du banquet d’Éros au printemps des I (...)
  • 33 Ginouvès R., Balatineukè. Recherches sur le bain dans l’Antiquité grecque, Paris, De Boccard, 1962, (...)

12Le bain nuptial parachève la préparation de la jeune fille en effaçant définitivement l’enfant et en consacrant la pureté de la parthénos et sa fécondité attendue. Les lustrations achèvent la séparation : il convient de nettoyer toutes les souillures et les souvenirs de l’enfance. Aussi l’eau apportée dans la loutrophore, objet nécessaire à ses préliminaires, est-elle d’abord purificatrice. Ce vase est nettement associé à l’environnement féminin, particulièrement dans des contextes nuptiaux, cadeau apporté à la fiancée ou transporté, suggérant que celle-ci est allée elle-même puiser cette eau. Sur une scène lacunaire de loutrophorie28 (fig. 3 a et b), on distingue un cortège de plusieurs personnages : un aulète couronné avance vers une porte devant laquelle se trouvent un autel et un hermèspilier, puis viennent une jeune fille tenant une loutrophore, une femme portant une torche, une petite fille et une autre femme tenant des crotales. Un autre groupe les suit : une porteuse de torches tenant par la main une jeune femme, sans doute la mariée, tandis qu’une autre femme ferme la marche. Derrière elle, une colonne et un bassin. Selon François Lissarrague, la partie lacunaire cacherait une fontaine et sa gargouille29. L’eau, puisée en un lieu consacré qui en accentue la valeur religieuse, est d’abord purificatrice30. L’extérieur doit nettement dire l’intérieur, le visible, l’invisible : une autre manière d’affirmer que la parthénos est vierge. Ces ablutions sont aussi préparatoires car l’eau est vivifiante, elle régénère et abreuve les êtres vivants et les fait croître31 ; aussi lui attribue-t-on des pouvoirs fécondants comme le chante Alcée dans cet hymne au fleuve thrace de l’Hèbre : « De nombreuses jeunes filles (vont) auprès de toi, (pour te verser) sur leurs belles cuisses, de leurs mains douces ; elles sont charmées... comme un onguent (aleipta), ton eau divine32... » Ainsi comme l’affirme René Ginouvès « l’eau apporte autant et plus qu’elle n’enlève33 » : le corps lavé de la parthénos la prépare pour le lendemain : elle sera fertile et féconde dès la nuit de noces.

Figures 3a et 3 b : Amphore loutrophore à figures rouges, vers 430-420 av. J.-C. ; Carlsruhe, Badisches Landesmuseum, inv. 69/78.

D’après : Silence et fureur, la femme et le mariage en Grèce... op. cit., Cavalier O. (dir.), p. 425, fig. 122.

  • 34 Hydrie attique à figures rouges du Peintre de Leningrad, Musée de Varsovie 142290. Oakley J.H., Sin (...)
  • 35 L’utilisation des parfums ne concerne pas que la jeune fille. Le marié est lui aussi apprêté en vue (...)

13C’est en partie dû à un hasard des sources que la seule véritable représentation de bain pré-nuptial soit celle d’un jeune homme34 (fig. 4), sans doute parce que les imagiers ne représentent pas une parthénos dénudée dans ces circonstances rituelles. Un jeune homme, nu et couronné, est accroupi à proximité d’un bassin. Derrière lui une femme tient au-dessus de sa tête de sa main droite une plémochoé et posés sur son épaule gauche, des habits ; deux porteuses de torches autour, dont l’une fait des mouvements avec sa deuxième torche. Sans doute ici comme pour la parthénos, les éléments signifiants de ces ablutions ont-ils des attendus similaires : la présence des torches éveille les divinités propitiatoires, garantes du succès de l’action purificatrice, l’eau lave le corps des souillures et veille à le rendre propre à l’acte sexuel fécondant. Les parfums ont ici un rôle cathartique, apposés sur le corps par l’onction, ils imprègnent aussi l’atmosphère35.

Figure 4 : Hydrie attique à figures rouges du peintre de Leningrad ; Musée de Varsovie 142290.

D’après : Oakley j.H., Sinos R., op. cit., p. 57-58.

  • 36 Le goût sera sollicité lors des sacrifices puis du banquet, celui-ci est fréquemment mentionné à l’ (...)

14Ainsi dans les préparatifs qui veillent à faire de la parthénos une numphè, le toucher, l’odorat, la vue et l’ouïe36 sont sollicités pour alerter les dieux de l’importance de la scène qui se joue et veiller à leur présence bienveillante.

Parer la mariée

  • 37 Hipponax, fragment choliambique 1 Diehl-Beutler : « Les deux jours les plus doux pour une femme son (...)

15Alors vient le temps du gamos, c’est la fin de la saison des bourgeons, le printemps qui embaume l’atmosphère et attise les attentes. Placée sous la responsabilité protectrice des divinités, lavée et purifiée, la parthénos est prête à vivre le grand moment de sa vie37. Si le mariage est un événement intime et privé qui lie deux personnes, le gamos est aussi un acte public et civique auquel il convient de donner écho. La communauté des femmes sous les auspices d’Aphrodite, d’Éros, de Nikè et de Peithô transforme la parthénos en prenant soin de lui apposer les atours de la beauté et de séduction, nécessaires à un cheminement efficace vers le mariage et sa fonction première : la sexualité reproductive. Mais le mariage est aussi un spectacle ; la jeune fille est offerte aux yeux de tous comme un trophée que le père expose et que le mari rafle, un spectacle qui concerne la communauté tout entière qui en sera à la fois actrice, spectatrice et garante.

  • 38 Hormis Achille Tatius, Leukippé et Clitophon, II, 11, 2-4. Mais on peut se référer à l’habillage de (...)
  • 39 Lissarrague F., « Regards sur le mariage grec », Silence et foreur... op. cit., Cavalier O. (dit.), (...)
  • 40 Ce sont aussi parmi les cadeaux offerts à la mariée, voir dans ce même volume Gherchanoc F., « Des (...)
  • 41 Oakley J.H., Sinos R., op. cit., fig. 45 et 115. Voir Massar N., « Les thymiatèria dans le monde gr (...)
  • 42 Ploutos, 529-530.

16À l’instar de Pandora, la jeune fille est vêtue et parée pour la présenter sous son plus beau jour et éveiller chez ceux qui la regardent convoitise et admiration. Si les textes décrivent peu ces préparatifs38, ce moment est richement illustré sur les vases. Le lebès gamikos, offert à la mariée montre ces scènes complexes autour de la parthénos. Loutrophores, alabastres et autres pyxides, ces vases destinés aux femmes qui ont une fonction dans le rituel, répètent à l’envi toutes les étapes de la préparation de la mariée, du laçage de la sandale à l’arrangement de la coiffure et « assurent la mise en image du rituel qui, pour être efficace, doit être vu39 ». La communauté des femmes s’affaire autour de la numphè, représentée le plus souvent au centre de la scène, assise. On lui apporte tout ce qui est nécessaire à la faire femme : des vêtements somptueux souvent ornés de riches décors ou broderies, un voile, des sandales, une couronne en métal qui brille, des bijoux, colliers, bracelets et boucles d’oreilles et aussi des parfums, des onguents, des huiles parfumées40. Représenté par des alabastres, des lécythes ou des plémochoés tenus par des parentes ou dans le champ, des couronnes apportées par Éros, ou un thumiatérion41 posé à terre, le parfum est toujours présent en imagerie : la numphé doit être belle à regarder et sentir la femme mariée. Il faut que la transformation saute aux yeux et emplisse les narines de ceux qui assistent à la fête. Qu’ils sachent qu’elle n’est plus une enfant, qu’ils sachent aussi que son père est riche. Car si c’est la fille que l’on pare, c’est aussi l’occasion pour le père d’afficher son opulence. Pauvreté dans le Ploutos annonce qu’il pourrait un jour ne plus y avoir « d’essences à répandre goutte à goutte sur l’épousée quand vous la conduirez chez son mari, ni d’étoffes aux teintes somptueuses et variées pour la parer42 ».

  • 43 Pironti G., op. cit., p. 153.

17L’essaim de femmes qui s’active à la toilette est souvent aidé de petits Erotes qui accomplissent les mêmes gestes. Derrière Éros, serviteur et compagnon des femmes se dissimule Aphrodite qui veille à régir ce moment décisif et accompagne la numphè sur ce chemin périlleux qui va faire d’elle une gunè. En effet, Aphrodite est certes « préposée à la sexualité mais aussi à la germination. Aussi joue-t-elle un rôle par rapport au désir, à l’accouplement et à la genèse des enfants43 ». Parures, miroirs, bijoux, parfums sont les outils de son pouvoir. D’ailleurs, ils seront les offrandes offertes par les femmes pour lui rendre hommage :

  • 44 Anthologie palatine, VI, 275.

« C’est avec joie, je pense, qu’Aphrodite a reçu cette résille que Samytha a retirée de sa chevelure pour la lui consacrer ; car c’est un très bel ouvrage et elle exhale une douce odeur de nectar, comme celle dont la déesse parfume le bel Adonis44. »

  • 45 Lébès gamikos à figures rouges, Athènes Musée national 1659. Badinou P., La laine et le parfum. Epi (...)

18Maîtresse de l’apparence qui attire et suscite la convoitise amoureuse, Aphrodite est souvent aidée d’Éros comme sur ce lébès gamikos d’Athènes45 (fig. 5) où au centre, une jeune fille, cheveux juste tenus, noue ses sandales. Lui faisant directement face, dans une très grande proximité, un Éros lui tend sous le nez, avec insistance, un alabastre. Deux femmes de part et d’autre l’entourent : celle de droite tient un coffret, boîte pour parures ou alabastrothèque. Dans le champ est suspendu un vêtement. Deux Nikés tenant des torches encadrent la scène. La présence d’Éros et de Niké, parfois de Peithô, disent la bienveillance des dieux pour l’accomplissement et la réussite du mariage. Il s’agit aussi en la transformant physiquement, de persuader la jeune fille et son futur époux d’entrer dans leur nouveau rôle et ainsi se soumettre aux attentes de la famille et de la cité. Elle est prête : les parures comblent les yeux, le parfum réjouit les narines. En créant un écran visuel et olfactif propice à se laisser tenter, c’est une manière de montrer que la parthénos a changé d’identité, qu’elle est autre désormais. Que tout le monde voit et sente ce qui va se passer.

Figure 5 : Lébès gamikos unique à figures rouges ; Athènes, musée national 1659.

D’après : Badinou P., op. cit., pl. 143-1.

  • 46 Badinou P., op. cit., pl. 42-43. Lissarrague F., « Femmes au figuré », Histoire des femmes en Occid (...)
  • 47 Badinou P., op. cit., p. 70. pl. 144, 3 et 4.
  • 48 Certes c’est ici le temps de l’après-mariage comme le suggère la présence du kalathos sous le siège (...)
  • 49 Praxagora le confirme explicitement dans l’Assemblée des femmes : « Une femme ne se fait-elle pas b (...)

19Cette enveloppe olfactive dont on la pare, comme les vêtements qui pour un temps l’empaquettent charge l’atmosphère d’une forte puissance érotique. Il s’agit d’attiser le désir, d’afficher la séduction, de susciter l’émoi du mari comme de celui qui regarde le vase, d’annoncer aussi une suite attendue et promise. Sur ce lébès gamikos de Copenhague46 (fig. 6), le peintre ne représente pas les humains. Sur une face, Éros vole en tenant des rameaux et sur l’autre, Niké est représentée de manière similaire, comme en miroir. Une grosse fleur de lotus stylisée est suspendue dans le champ, de part et d’autre des colonnes. Le message est clair d’autant que ce vase typique du mariage a conservé pour une fois son couvercle dont le bouton est un alabastre. Vase de mariage, parfum du flacon, fleurs de lotus, Éros et Niké : l’énumération suffit à montrer que le parfum est une des composantes préalable à l’accomplissement du mariage. La suite est explicite sur ce lébès gamikos de Berlin47 (fig. 7) où une femme assise tient dans sa main droite un miroir et arrange ses cheveux alors qu’une autre femme lui apporte un coffret48. Sur l’autre face, une femme regarde vers une porte entr’ouverte derrière laquelle on aperçoit le lit nuptial. Elle montre la porte et tient dans sa main gauche un alabastre. Le raccourci est saisissant matérialisant clairement le lien du parfum à l’acte sexuel49.

Figure 6 : Lebès gamikos attique à figures rouges ; Copenhague, musée national 13113.

D’après : Badinou P., op. cit., p. 384, pl. 141-2.

Figure 7 : Lébès gamikos à figures rouges ; Berlin, Antikenslg. F 2406.

D’après : Badinou P., op. cit., p. 384, pl. 144-3 et 144-4.

  • 50 Anthologie palatine, V, 91 aussi 90.
  • 51 Cf. les travaux de Dean-Jones L.A. et particulièrement, Women’s Bodies in Classical Greek Science, (...)
  • 52 Dasen V, « Femmes à tiroir », Naissance et petite enfance dans l’Antiquité, actes du colloque de Fr (...)
  • 53 Cf. Loraux N., « La gloire et la mort d’une femme », Sorcières, 18, 1979, p. 51-57 et « Le corps ét (...)
  • 54 Voir parmi bien d’autres références, Lefkowitz M., « The wandering womb », Héroïnes and hysteries, (...)
  • 55 Ici Hippocrate, Nature de la femme, 3 (L. VIII, 314) mais de multiples exemples ailleurs dans ce tr (...)
  • 56 Pour une lecture d’ensemble du corpus hippocratique, se reporter aux travaux de Jouanna J. dont Hip (...)
  • 57 Cette familiarité naturelle de la femme et du parfum devient rapidement une évidence pour l’époux l (...)

20Les liens entre les femmes et les parfums, devenus presque un poncif, sont illustrés par cette épigramme : « Je t’envoie un doux parfum ; c’est un cadeau que je fais au parfum, pas à toi ; car tu peux parfumer même le parfum50. » Sans doute cette proximité tient-elle à l’usage privilégié qu’elles en font, mais peut-être la vision du corps féminin n’y est-elle pas étrangère51. Bien proche de cette perception des médecins hippocratiques, encore largement ignorants de la mécanique corporelle, qui tiennent pour leur l’idée que l’enveloppe corporelle, l’extérieur, le visible, reflète l’intérieur, l’invisible52. La femme est physiologiquement sensible aux odeurs car son corps « ouvert » par le haut et le bas53 est doté au creux de son ventre d’un organe mobile, sa matrice54. Cet organe, qui leur est le plus spécifique, serait particulièrement sensible aux odeurs. Aussi le médecin hippocratique prescrira fréquemment : « une fumigation fétide pour le nez, aromatique pour la matrice55 » afin que celle-ci retrouve sa juste place. Idéalement celle-ci se positionnera correctement lorsqu’elle sera humidifiée par le sperme du mari ou mieux encore, lestée par le port d’un enfant. Cette vision anthropomorphique de la matrice qui échappe totalement à la volonté de la femme, domptée par des odeurs externes, est une manière de mettre en avant son animalité56. Ainsi tout concourt à trouver une explication physiologique à cette « propension naturelle » des femmes à user des parfums. Mais sans doute est-ce pousser trop loin et faut-il se contenter simplement d’une « nature » féminine encline au beau, au doux, au bon, à l’artifice et au plaisir57.

21Aussi convient-il de maintenir la jeune fille dans le sérail d’Héra qui à l’avenir lui sert de modèle. Car désormais elle doit devenir une épouse, comme Héra Teleia que les numphai évoquent et dont la conduite exemplaire est une référence. En effet, c’est Héra, déesse de l’accomplissement qui accueille la numphè dans sa nouvelle vie. Héra a su, elle aussi, aidée d’Aphrodite, séduire son époux et le détourner un temps de la guerre. Pour parvenir à ses fins, elle s’est préparée minutieusement, les étapes étant celles que les vases illustrent :

  • 58 Homère, Iliade, XIV, 171-180.

« Avec de l’ambroisie, elle efface d’abord de son corps désirable toutes les souillures. Elle l’oint ensuite avec une huile grasse, divine et suave, dont le parfum est fait pour elle ; quand elle l’agite dans le palais de Zeus au seuil de bronze, la senteur en emplit la terre comme le ciel. Elle en oint son beau corps, puis peigne ses cheveux de ses propres mains et les tresse en nattes luisantes, qui pendent, belles et divines, du haut de son front éternel. Après quoi, elle vêt une robe divine qu’Athéné a ouvrée et lustrée pour elle, en y ajoutant nombre d’ornements. Avec des attaches d’or, elle l’agrafe sur sa gorge. Elle se ceint d’une ceinture qui se pare de cent franges. Aux lobes percés de ses deux oreilles elle enfonce des boucles, à trois chatons, de la grosseur des mûres, où éclate un charme infini. Sa tête enfin, la toute divine la couvre d’un voile tout beau ; tout neuf, blanc comme un sommeil. À ses pieds luisants, elle attache de belles sandales. Enfin quand elle a ainsi autour de son corps disposé toute sa parure, elle sort de sa chambre, elle appelle Aphrodite à l’écart des dieux [...]58 . »

22Certes Héra, comme toutes les divinités se fait connaître par sa bonne odeur, euódia mais ici elle ajoute du parfum au parfum, du beau au beau afin de parvenir à ses fins. Elle irradie, éblouit les yeux et émoustille les narines. Comme Héra, les numphai doivent user des charmes que leur offre Aphrodite, mais avec mesure et temporairement.

  • 59 Si le recours à Sappho pour illustrer une pratique plus tardive peut paraître hasardeux, cette desc (...)

23Si la mariée est objet de soins particuliers, c’est parce que la réussite de cette union dépend grandement d’elle. Les divinités sollicitées, particulièrement Artémis et Aphrodite, veillent surtout à en faire une gunè féconde. L’avenir de la communauté en dépend. Si le mariage est bien une fête privée qui unit deux personnes, c’est aussi un acte public où chacun est témoin, acteur ou spectateur. Le contraste est d’ailleurs saisissant : autant le corps de la mariée est dissimulé sous les parures et les parfums, masquant un temps encore la réalité de son état identitaire et marquant l’entre-deux physiologique dans lequel elle se trouve ; autant la publicité se fait dans l’outrance de la couleur, du brillant, de l’odeur et du bruit. Le parfum qui embaume l’atmosphère, les couronnes posées sur les têtes, les rameaux et branches de myrte, les guirlandes accrochées, les torches, sans doute l’air est-il saturé des odeurs de la fête. Sappho décrit à merveille cette ambiance olfactive, visuelle et sonore lors des noces d’Hector et d’Andromaque59 :

  • 60 Sappho, Fr. 31, traduction Brunet P., Bibliothèque l’âge d’homme, 1991, p. 56-59.

« Vient Hector et ses hommes qui portent sur leurs vaisseaux, de la (vive) Plakia, de Thébè la cité sacrée, par la plaine salée, Andromaque au regard brillant, vierge tendre, et des bracelets d’or, si nombreux, pourprés, des habits imprégnés de parfums, de bijoux diaprés,
et des coupes d’argent, infinies, de l’ivoire aussi.”
Il se tait. À la hâte se lève le père cher. La nouvelle, à travers la cité, vole aux êtres chers.
Les Iliades attellent chariots aux solides roues Et mulets, dans l’instant. Toute entière embarquée s’assied La cohue des épouses, des vierges au pied (menu) : Sauf les filles, à part, de Priam Et les hommes s’en vont atteler les chevaux aux chars.
divins, de superbe façon :
rênes en mains
aux dieux pareils
saint assemblés
s’en allant vers Ilion
(la cithare), la flûte suave se mêle au bruit des sonores crotales ; des vierges le chant sacré
retentit, cristallin, et l’écho merveilleux parvient jusqu’aux cieux. Et le rire
Et partout dans les rues
Les cratères, les coupes
La cannelle, la myrrhe et l’encens mêlent leur parfum. Mais la foule des femmes âgées pousse un cri de joie ; Tous les hommes commencent le chant délicieux, aigu, Qui s’adresse à Péan brandissant la lyre, un arc : Ils célèbrent Hector, Andromaque, pareils aux dieux60. »

24Le mariage est aussi la réussite et la richesse de la famille que l’on donne à voir ; il faut veiller à ce que la communauté en garde le souvenir et puisse en témoigner. L’opulence des mets, les convives nombreux, la richesse de la parure, les odeurs enivrantes, les cadeaux somptueux, doivent réjouir la communauté des hommes mais doivent satisfaire également les dieux. Et c’est sans nul doute par les effluves qu’ils y participent eux aussi.

  • 61 Le vocabulaire de l’union sexuelle utilise lui aussi largement la métaphore végétale et culinaire. (...)

25Le bourgeon a éclos et ne demande qu’à s’épanouir, la promesse du père a été tenue, vient le moment de presser le fruit61.

Notes

1 Euripide, Electre, 20.

2 Anthologie palatine, VI, 280.

3 Pour un bilan sur les liens entre Artémis, le sang et les femmes, voir Calame C., « Offrandes à Artémis sur l’Acropole », Le orse di Brauron. Un rituale di iniziazione femminile nel santuario di Artemide, Gentili B., Perusino F. (éd.), Pise, 2002, p. 43-64, 57-61.

4 Schmitt Pantel P., « Athéna Apatouria et la ceinture : les aspects féminins des Apatouries à Athènes », Annales ESC, 6, 1977, p. 1059-1073.

5 Anthologie palatine, VI, 276.

6 Voir Brulé P., « Promenade en pays pileux hellénique : de la physiologie à la physiognomonie », La Grèce d’à cóté. Réel et imaginaire en miroir en Grèce antique, Brulé P, Rennes, PUR, 2008, p. 159-178 et « Dans les épigrammes de l’Anthologie palatine : offrir sa sainte chevelure aux dieux », Le sens du poil, Anthropologie de la pilosité et de la chevelure, Histoire, sociologie, ethnologie, littérature, histoire de l’art, médecine, philosophie, anthropologie, psychologie, colloque tenu à Brest, 31 mai-2 juin 2007, à paraître en 2009.

7 Une des épiclèses d’Héra, protectrice naturelle des mariages, est Syzygia, « sous le même joug ».
Quant à Aphrodite, elle peut être Zygia. Voir aussi Georgoudi S., « Les jeunes et le monde animal : éléments du discours grec ancien sur la jeunesse », Historicité de l’enfance et de la jeunesse, actes du colloque international, Athènes, 1986, p. 223-229.

8 Les sources s’accordent sur ce temps béni de l’enfance, par opposition à celui de l’épouse. Sorte de période « fantasmée », sans doute plus heureuse en souvenir que dans la réalité, c’est le temps d’une certaine douceur de vivre, de l’attachement à la famille. Les femmes semblent regretter ce temps passé, sans doute aussi tout simplement parce qu’il est révolu.

9 Anthologie palatine, VI, 280.

10 Hymne homérique à Déméter, I, 1-14.

11 Voir Motte A., Prairies et jardins dans la Grèce antique. De la religion à la philosophie, Bruxelles, 1973, p. 9 et p. 38-48. Calame C., « Prairies intouchées et jardins d’Aphrodite : espaces initiatiques en Grèce », L’initiation, I, les rites d’adolescence et les mystères, actes du colloque international de Montpellier, 11-14 avril 1991, Montpellier, 1992, p. 103-118, repris pour partie dans L’Éros dans la Grèce antique, Paris, 1996, p. 173 sqq. Voir en dernier lieu, Pironti G., Entre ciel et guerre. Figures d’Aphrodite en Grèce ancienne, Kernos, Suppl. 18, 2007, p. 181.

12 Motte A., op. cit., p. 41.

13 Moschos ou pseudo-Moschos, Europe, 63-73.

14 Voir Kei N., « La fleur : signe de parfum dans la céramique attique », Parfums et odeurs dans l’Antiquité, Bodiou L., Frère D., Mehl V. (dir.), Rennes, PUR, 2008, p. 197-204.

15 Daux G., « Les ambiguïtés de grec “kore” », CRAI, 1973, p. 390-393 et Bruit-Zaitman L., « Le temps des jeunes filles dans la cité grecque : Nausicaa, Phrasikléia, Timareta et les autres », Le temps des jeunes filles, Clio, op. cit.

16 Statue de jeune fille dédiée par son père découverte à Athènes, vers 540 av. J.-C., Musée national d’Athènes.

17 Voir Pironti G., « Au nom d’Aphrodite : réflexions sur la figure et le nom de la déesse née de l’aphros », Nommer les dieux. Théonymes, épithètes, épiclèses dans l’antiquité, Belayche N. et al. (dir.), Turnhout, 2005, p. 129-142 où l’auteur établit nettement le lien entre Aphrodite dont une épiclèse est anthéia et les fleurs.

18 Lécythe attique à figures rouges du Peintre de Meidias. Boston, Museum of Fine Arts, 95.1402.
O
akley J.H., Sinos R.H., The Wedding in ancient Athens, University of Wisconsin Press, 1993, p. 67, fig. 30.

19 Lissarrague F., « Femmes au figuré », op. cit., p. 175.

20 Anthologie palatine, V, 74, Rufin.

21 Comme le souligne Nikolina Kei, le choix de ce nom n’est pas dû au hasard car Rhodoclée est celle qui a la réputation glorificatrice (kleos) d’une rose (rhodon) ; elle est aussi belle et fraîche que cette fleur. Kei N., « La fleur : signe de grâce dans la Grèce antique », Images revues, 4, 2007, p. 4.

22 L’expression désigne l’apparition des changements physiques et physiologiques sur et dans le corps au moment de l’hébé. Appliqué à la jeunesse, on l’assimile métaphoriquement à l’arrivée du printemps, à la montée de la sève dans la plante, que l’on explique chez les jeunes gens par un changement physiologique : un bouillonnement des humeurs qui, entre autres, voit l’apparition du sperme, mais aussi des poils et le désir d’union sexuelle.

23 Hanson A.E., « Paidopoiia : métaphores for conception, abortion and gestation in the hippocratic corpus », Ancient Medecine in its socio-cultural context, Van Der Eijk P., Horstmanshoff H.F.J., Schrijvers P.H. (éd.), Amsterdam & Atlanta, 1995, p. 291-308.

24 En dernier lieu se reporter à Dasen V. (éd.), L’embryon humain à travers l’histoire. Images, savoirs et rites, Genève, 2007 et Brisson L., Gongourdeau M.-H., Solere J.-L., L’embryon, formation et animation. Antiquité grecque et latine, traditions hébraïque, chrétienne et islamique, Paris, Vrin, 2008.

25 Cf. les traités embryologiques du corpus hippocratique, Génération, Nature de l’enfant, Du fœtus de 8 mois et les traités biologiques d’Aristote, Génération des animaux, Histoire des animaux et Parties des animaux.

26 Voir l’article essentiel de Demont P., « Remarques sur le sens de trephó », REG, 111, 1978, p. 358-384.

27 Cf. Bodiou L., Le sang des femmes grecques : filles, femmes, mères, op. cit., p. 215-221. Également Gélis J., L’arbre et le fruit. La naissance dans l’Occident moderne xvie-xixe siècles, Paris, 1984.

28 Amphore loutrophore attique à figures rouges, près du peintre de Naples, vers 430-420. Carlsruhe, Badisches Landesmuseum, inv. 69/78 dans Silence et fureur, la femme et le mariage en Grèce. Les antiquités grecques du Musée Calvet, Avignon, 1996, fig. 122, p. 425. Voir Moesh R.M., « Le mariage et la mort sur les loutrophores », Annali archeologia e storia antica, 1988, p. 119-121.

29 Cette étude doit beaucoup à Lissarrague E, « Regards sur le mariage grec », Silence et fureur... op. cit., Cavalier O. (dir.), p. 421-422 dont nous reprenons ici la description et l’analyse.

30 Thucydide, Ii, 15 précise qu’à Athènes l’eau devait être puisée à la fontaine Callirhoé (voir aussi Pausanias, I, 14, 1) et dans les Phéniciennes d’Euripide, 347-348 la mère de Polynice se plaint à sa fille qui s’est mariée à un étranger de l’inobservance des rites locaux : « Et Isménos (fleuve de Thèbes) ne fut pas convié aux épousailles pour offrir l’eau du bain cérémoniel. »

31 Morizot Y., « Artémis, l’eau et la vie humaine », L’eau, la santé et la maladie dans le monde grec, Ginouves R., Guimier-Sorbets A.M., Jouanna J., Villard L. (dir.), Bch, suppl. 28, 1994, p. 201-216 et Rudhardt J., Le thème de l’eau primordiale dans la mythologie grecque, Berne, 1971, p. 98-101.

32 Alcée, 77 D. (45 L.), traduction M. Briand dans son article, « Du banquet d’Éros au printemps des Immortels : parfums et senteurs dans la poésie mélique archaïque grecque », Parfums et odeurs dans l’Antiquité... op. cit., Bodiou L., Frère D., Mehl V. (dir.), p. 139-140.

33 Ginouvès R., Balatineukè. Recherches sur le bain dans l’Antiquité grecque, Paris, De Boccard, 1962, p. 282 et p. 421-422.

34 Hydrie attique à figures rouges du Peintre de Leningrad, Musée de Varsovie 142290. Oakley J.H., Sinos R., op. cit., p. 57-58.

35 L’utilisation des parfums ne concerne pas que la jeune fille. Le marié est lui aussi apprêté en vue de cette union. Aristophane (Ploutos, 858-862) se fait ainsi l’écho de cette pratique. Trygée interroge le chœur : « Que sera-ce quand vous me verrez en marié, dans tout mon éclat ? Le chœur : Tu seras digne d’envie, vieillard, une fois redevenu jeune et frotté de parfums. » Ici le parfum n’est plus une simple parure corporelle, il semble s’apparenter à une cure de jouvence, bienvenue la veille des noces.

36 Le goût sera sollicité lors des sacrifices puis du banquet, celui-ci est fréquemment mentionné à l’occasion des anakalupteria (voir par exemple, la comédie d’Evangélos, La femme dévoilée, apud Athénée, XV, 644d qui a pour cadre le banquet du gamos ; Ménandre, La Samienne, pour la préparation du repas). Voir Vial C., Verilhac A.-M., op. cit., p. 299-303.

37 Hipponax, fragment choliambique 1 Diehl-Beutler : « Les deux jours les plus doux pour une femme sont le jour de son mariage et celui de ses funérailles. »

38 Hormis Achille Tatius, Leukippé et Clitophon, II, 11, 2-4. Mais on peut se référer à l’habillage de Pandora par Athéna, Hésiode, Théogonie, 573-580 : il s’agit de transformer le corps de Pandora (eidos), d’en faire une femme parée (kosmêse), prête à séduire un époux.

39 Lissarrague F., « Regards sur le mariage grec », Silence et foreur... op. cit., Cavalier O. (dit.), p. 418. Le développement qui suit doit beaucoup aux travaux pionniers de F. Lissarrague sur ce thème.

40 Ce sont aussi parmi les cadeaux offerts à la mariée, voir dans ce même volume Gherchanoc F., « Des cadeaux pour numphai : dóra, anakaluptêria et epaulia ».

41 Oakley J.H., Sinos R., op. cit., fig. 45 et 115. Voir Massar N., « Les thymiatèria dans le monde grec : état des lieux », Parfums de l’Antiquité. La rose et l’encens en Méditerranée, Verbanck-Piérard A., Frère D. (dir.), Musée royal de Mariemont, 2008, p. 191-206.

42 Ploutos, 529-530.

43 Pironti G., op. cit., p. 153.

44 Anthologie palatine, VI, 275.

45 Lébès gamikos à figures rouges, Athènes Musée national 1659. Badinou P., La laine et le parfum. Epinetra et alabastres, forme, iconographie et fonction. Recherche de céramique attique féminine, Louvain, 2003, pl. 143-1.

46 Badinou P., op. cit., pl. 42-43. Lissarrague F., « Femmes au figuré », Histoire des femmes en Occident, 1. L’Antiquité, Schmitt Pantel P. (dir.), Paris, 1991, p. 176-177.

47 Badinou P., op. cit., p. 70. pl. 144, 3 et 4.

48 Certes c’est ici le temps de l’après-mariage comme le suggère la présence du kalathos sous le siège ; peut-être cette scène est-elle même celle des epaulia car il est souvent difficile de déterminer avec exactitude le moment où sont offerts les cadeaux (voir à ce sujet dans ce même volume, Gherchanoc F., « Des cadeaux pour numphai : dóra, anakaluptêria et epaulia ») ; néanmoins elle illustre de manière déterminante les liens entre les parfums, le mariage et la sexualité.

49 Praxagora le confirme explicitement dans l’Assemblée des femmes : « Une femme ne se fait-elle pas baiser sans parfum ? Praxagora : Non certes, mon pauvre, pas moi ! », Aristophane, Assemblée des femmes, 524 sq. C’est aussi l’avis de Myrrhiné dans Lysistrata, 701. Voir Bodiou L., Mehl V., « De Myrrhiné à Marilyn : se vêtir, se parfumer, se montrer ou le parfum comme parure », S’habiller, se déshabiller dans les mondes anciens, Gherchanoc F., Huet V. (éd.), Métis, n. s., 6, 2008, p. 13-40.

50 Anthologie palatine, V, 91 aussi 90.

51 Cf. les travaux de Dean-Jones L.A. et particulièrement, Women’s Bodies in Classical Greek Science, Clarendon Paperbacks, New York, 1994 et ceux de King H. dont Hippocrates’ Woman. Reading the Female Body in Ancient Greece, Londres, Routledge, 1998. Voir aussi Bodiou L., Le sang des femmes grecques : filles, femmes, mères, op. cit.

52 Dasen V, « Femmes à tiroir », Naissance et petite enfance dans l’Antiquité, actes du colloque de Fribourg, Orbis biblicus et orientalis (203), Academie press of Fribourg, Vandenhoeck & Ruprecht Göttingen, 2004, p. 127-144.

53 Cf. Loraux N., « La gloire et la mort d’une femme », Sorcières, 18, 1979, p. 51-57 et « Le corps étranglé. Quelques faits et beaucoup de représentations », Du châtiment dans la cité, Paris, EFR, 1984, p. 195-224 et Façons tragiques de tuer une femme, Paris, Hachette, 1985, p. 97-98.

54 Voir parmi bien d’autres références, Lefkowitz M., « The wandering womb », Héroïnes and hysteries, Duckworth, 1981, p. 12-25 ; Hanson A.E., « Continuity or change : three case studies in hippocratic gynecological therapy and theory », Women’s history and ancient history, Pomeroy S.B. (éd.), Chapel Hill, University of North Carolina press, 1991, p. 73-110 ; King H., « One upon a text : hysteria from Hippocrates », Hippocrates’ woman, op. cit., p. 205- 246. Voir aussi Dasen V., « Métamorphoses de l’utérus d’Hippocrate à Ambroise Paré », Gesnerus, 59, 2002, p. 167-186.

55 Ici Hippocrate, Nature de la femme, 3 (L. VIII, 314) mais de multiples exemples ailleurs dans ce traité ou dans Maladies de femmes, trad. Littré E., 1839-1861. Nombre de « recettes » du corpus hippocratique mentionnent les qualités odoriférantes de telle ou telle pharmacopée, semblant améliorer le résultat escompté. Cf. Von Staden H., « Matière et signification : rituel, sexe et pharmacologie dans le corpus hippocratique », AC, 60, 1991, p. 42-61 ; Barras V., « Remarques sur l’usage des recettes antiques dans l’histoire de la médecine : rationalité et thérapeutique », Rationnel et irrationnel dans la médecine ancienne et médiévale : aspects historiques, sociaux et culturels, Palmieri N. (éd.), Saint-Étienne, Publication de l’université de Saint-Étienne, 2003, p. 251-264.

56 Pour une lecture d’ensemble du corpus hippocratique, se reporter aux travaux de Jouanna J. dont Hippocrate. Pour une archéologie de l’école de Cnide, Paris, 1974 (réédition Les Belles Lettres 2009) et Hippocrate, Paris, 1992. Et aussi Bourgey L., Observation et expérience chez les médecins de la collection hippocratique, Paris, 1953.

57 Cette familiarité naturelle de la femme et du parfum devient rapidement une évidence pour l’époux le jour de ses noces : « Et voilà que j’épouse la nièce de Mégaclès, fils de Mégaclès, moi campagnard, une citadine, une demoiselle, une mijaurée, tout “en-Cérysée”. Le jour du mariage à côté d’elle, je sentais le vin nouveau, les claies au fromage, la laine, l’abondance ; elle, les parfums, le safran ; les baisers lascifs, la dépense, la gourmandise », Aristophane, Nuées, 45-51. Si le parfum est d’un usage autorisé et convenable lors de la toilette féminine, les femmes maîtrisent son usage et les plus perfides d’entre elles, utilisent le pouvoir qu’elles peuvent en tirer. Plutarque dans Propos de table, VI, 7 résume le glissement qui peut ainsi s’opérer.

58 Homère, Iliade, XIV, 171-180.

59 Si le recours à Sappho pour illustrer une pratique plus tardive peut paraître hasardeux, cette description d’un monde archaïque tout aussi oriental qu’homérique montre bien cependant la débauche d’éblouissements que devait être un mariage, affichant l’opulence, exaltant les sens des convives et tout particulièrement des futurs époux.

60 Sappho, Fr. 31, traduction Brunet P., Bibliothèque l’âge d’homme, 1991, p. 56-59.

61 Le vocabulaire de l’union sexuelle utilise lui aussi largement la métaphore végétale et culinaire. Cf. Brulé P., Les femmes grecques à l’époque classique, Paris, Hachette, 2001, p. 127-129.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search