Version classiqueVersion mobile

La religion des femmes en Grèce ancienne

Troisième partie. Passages et transmissions du féminin

Des intimités olfactives, des affinités électives : femmes, rites et parfums

Lydie Bodiou et Véronique Mehl

Texte intégral

  • 1 Les traductions sont celles de la Collection des universités de France, sauf mention explicite.
    Ce (...)

1Si la fille d’Athènes, dans l’ouvrage de Pierre Brulé paru en 1987, était une petite fille ou une jeune fille, les années passées ont fait d’elle une épouse et sans doute une mère. Elle qui fut peut-être ourse, canéphore, alétride, hydrophore... connaît aujourd’hui d’autres rites, éventuellement d’autres fonctions religieuses, privilèges de son statut d’épouse de citoyen. L’âge précis de son mariage ou celui de sa première maternité nous importe peu ici. Notre approche est autre, elle s’inscrit dans les traces de Pierre Brulé, au plus près de ses travaux, mêlant le religieux et le social, en suivant le chemin des transformations de la femme, sacralisées par des rituels. Cultes et intimité corporelle, rites et biologie, religion et société, des oscillations qui permettent l’étude des passages physiologiques et identitaires1.

  • 2 Brelich A., Paides e parthenoi, Athènes, 1969 ; Calame C., Les chœurs de jeunes filles en Grèce arc (...)

2Certes, ces voies du changement de statut de la fille à la femme puis à la mère ont déjà été largement explorées par d’autres2, et il n’est pas lieu ici de nouveauté. Afin de ne pas reprendre ce que certains ont déjà montré, nous avons choisi d’emprunter un chemin de traverse, de prendre un fil conducteur, un élément qui accompagne la fille, la femme, la mère et aussi la vieille et même la morte. Le parfum s’est rapidement imposé car s’il est un opérateur privilégié du culte, il est aussi un artifice corporel qui caractérise sans doute plus que tout autre le féminin. Au plus près du corps, il dit l’intime sans dévoiler ; effluve, il se partage. Le parfum est une matière, mais aussi des objets et un sens. D’un accès immédiat, intime et pourtant convivial ou partagé, plaisir des humains, il sait ravir aussi les dieux.

  • 3 Les changements physiologiques qui affectent le corps des femmes sont aussi des changements d’ident (...)

3Parler du mariage, de l’accès à la sexualité et à la maternité, c’est suivre dans et sur le corps des femmes les changements biologiques, physiologiques qui sont aussi identitaires et statutaires3. Si les deux moments, mariage et naissance, ont été étudiés régulièrement de façon séparée, il est plus rare de les aborder sous le même angle, en particulier en laissant de côté le sort de l’enfant et son intégration dans le groupe social. Si les similitudes dans les rites et les divinités sont connues, interroger ces deux temps forts dans la vie d’une femme au travers des odeurs, permet alors de rendre public ce qui est de l’ordre de l’intime et du corporel.

Notes

1 Les traductions sont celles de la Collection des universités de France, sauf mention explicite.
Ce diptyque est l’occasion pour chacune de rendre hommage à La fille d’Athènes que Pierre Brulé a mise en lumière dans son ouvrage, mais aussi aux travaux qu’il a menés depuis, marquant nos parcours respectifs. Davantage la fille et ses transformations biologiques pour l’une ; davantage la fille des rituels pour l’autre. L’occasion était belle alors de célébrer cette fille de 20 ans, mais aussi de se risquer au plaisir de l’écriture à quatre mains, comme Pierre Brulé l’a fait souvent.

2 Brelich A., Paides e parthenoi, Athènes, 1969 ; Calame C., Les chœurs de jeunes filles en Grèce archaïque, Rome, 1977 ; Schmitt Pantel P, « Athéna Apatouria et la ceinture : les aspects féminins des Apatouries à Athènes », Annales Esc, 6, 1977, p. 1059-1073 ; Brulé P, La fille d’Athènes. La religion des filles à Athènes à l’époque classique : cultes, mythes et société, Paris, Les Belles Lettres, 1987 ; Sourvinou-Inwood C., Studies in Girls’ Transition. Aspects of the Arkteia and Age representations in Attic Iconography, Athènes, 1988 ; Dowden K., Death and the Maidens. Girl’s Initiation Rites in Greek Mythology, Londres, 1989 ; Golden M., Children and Childhoodin in classical Athens, Baltimore-Londres, 1990 ; Oakley J.H., Sinos R., The Wedding in Ancient Athens, Madison, University of Wisconsin Press, 1993 ; Demand N., Birth, Death and Motherhodd in classical Greece, Baltimore, 1994 ; Bruit L., « Le temps des jeunes filles dans la cité grecque Nausicaa, Phrasikleia, Timareta et les autres », Le temps des jeunes filles, Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 4, 1996, p. 35-53 ; Brulé P., « Des osselets pour Artémis », Le temps des jeunes filles, Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 4, 1996, p. 11-32 ; Cavalier O. (dir.), Silence et fureur, la femme et le mariage en Grèce, les antiquités grecques du Musée Calvet, Fondation Calvet, Avignon, 1996 ; Guettel Cole S., « Domesticating Artemis », The Sacred and Feminine in Ancient Greece, Blundell S., Williamson M. (éd.), Londres-New York, 1998, p. 27-43 ; Verilhac A.-M., Vlal C., Le mariage grec, du vie siècle av. J.-C. à l’époque d’Auguste, BCH, suppl. 32, Paris, 1999 ; Bruit-Zaidman L., « Temps rituel et temps féminin dans la cité athénienne au regard du miroir », Constructions du temps dans le monde grec ancien, Darbo-Peschanski C. (dir.), Paris, 2000, p. 155-168 ; Frontisi-Ducroux F., Lissarrague F., « Corps féminin, corps virginal : images grecques », Le corps des jeunes filles de l’Antiquité à nos jours, Bruit-Zaidman L, Houbre G., Klapisch-Zuber C., Schmitt Pantel P. (éd.), Paris, 2001, p. 51-61 ; Gentili B., Perusino F. (dir.), Le orse di Brauron. Un rituale di iniziazione femminile nel santuario di Artemide, Pisa, Edizioni ETS, 2002 ; Vernant J.-P., « Le mariage en Grèce archaïque », Mythe et société en Grèce ancienne, réédition 2004 (1re édition 1974), p. 57-81. Schmitt Pantel P, Aithra et Pandora. Femmes, genre et cité dans la Grèce antique, Paris, 2009. Il ne s’agit là bien sûr que des principales publications.

3 Les changements physiologiques qui affectent le corps des femmes sont aussi des changements d’identité qui marquent son intégration ou sa mise à l’écart de la cité. En effet fille, parthénos, elle appartient à l’oikos de son père, numphè et déflorée, elle « passe » sous l’autorité de son mari et accède à un rôle public, celui de gunè porteuse de petits citoyens. Enfin vieille et ménopausée, elle est plus ou moins écartée de la cité, un bras mort du corps social. Aussi les oscillations physiologiques marquées par des changements corporels – les moments où le sang coule de son corps ou non – lui assignent tour à tour une place différente mais toujours circonscrite dans la cité des hommes. Ces moments qui affectent l’intimité corporelle sont rendus publics car ils mettent en danger la cité en lui permettant de se perpétuer. Aussi sont-ils sacralisés par des rites. C’est donc en partant de la lecture au plus près du corps féminin que ces changements identitaires et ces différents rites seront analysés ici. Pour une approche du corps des femmes, voir Bodiou L., Le sang des femmes grecques : filles, femmes, mères. D’après les écrits médicaux et biologiques de l’époque classique, thèse de doctorat, soutenue à Rennes en 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search