Version classiqueVersion mobile

La religion des femmes en Grèce ancienne

Deuxième partie. Des noms et des mots du féminin

Les noms théophores composés féminins à Athènes

Jacques Oulhen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quelles informations les noms propres que les Grecs donnaient à leurs enfants peuvent-ils nous apporter sur la religion grecque, ou, du moins, sur la façon dont les Grecs se représentaient leurs dieux et leurs rapports à ceux-ci ? Vaste question, qui n’est pas neuve, tant s’en faut1... Une constatation faite par Robert Parker, dans un article récent, à propos du déficit des noms théophores féminins m’a néanmoins incité à revenir sur ce dossier2. Des noms – beaucoup –, des filles athéniennes – quelques unes –, un peu de religion, il m’a semblé que cela intéresserait peut-être Pierre Brulé, collègue-et-ami, auquel j’ai en tout cas plaisir à présenter ces pages3.

Constat

Le constat d’abord. L’examen des noms personnels composés (NPC) théophores attestés à Athènes montre que les NPC théophores féminins sont moins nombreux que les NPC masculins (tableau 1)4.

Tableau 15

Image 100000000000029A0000026D2AD95F461C44045A.jpg

Cette disparité n’est pas surprenante dans l’absolu. Les femmes, on le sait, sont globalement bien moins représentées dans n...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search