Version classiqueVersion mobile

Un maître et des intervenants multiples à l’école primaire

 | 
Philippe Guimard
, 
Agnès Florin
, 
Gwénaëlle Le Dreff
, 
et al.

1re partie. Polyvalence des enseignants et intervenants multiples au cycle 2 : état des lieux et fonctionnement des élèves en classe

Polyvalence et interdisciplinarité : qui intervient dans les classes et pour quoi faire ?

Texte intégral

Introduction

1Si nous écoutons des enfants d’école primaire raconter leur journée d’école, nous les entendrons parler de « décloisonnement », « d’ateliers » et très rapidement nous nous rendrons compte qu’ils ne sont pas toujours avec le maître ou la maîtresse que nous rencontrons lorsque nous allons les déposer à l’école. Ce fait serait parfaitement banal en soi, s’il n’était le fait que de quelques classes ou de réponses à des projets éducatifs spécifiques, comme cela peut être le cas en ZEP par exemple.

2En réalité, comme le montre une enquête récente (Baillat, Espinoza & Vincent, 2001), les activités de décloisonnement, le recours aux aides éducateurs et aux intervenants extérieurs, constituent des modalités de fonctionnement relativement fréquentes dans les classes (65 % des enseignements des classes élémentaires disent y avoir recours). Par ailleurs, les classes appartenant à des Zones d’Éducation Prioritaire sont loin d’être les seules à être concernées par ces pratiques. Celles-ci sont en effet fréquentes dans les écoles hors ZEP, notamment celles comportant un effectif important (10 classes ou plus). Cette enquête révèle en outre les effets de ces pratiques sur l’enseignement des disciplines. Si le français et les mathématiques restent les disciplines généralement dévolues au maître titulaire de la classe, les disciplines scientifiques et d’éveil culturel sont plutôt enseignées par des collègues de l’école, tandis que les disciplines artistiques, l’éducation physique et sportive et les langues vivantes sont déléguées à des intervenants extérieurs.

3Comme le montre cette enquête, le modèle traditionnel du maître assurant seul dans sa classe l’enseignement de plusieurs disciplines ne semble plus actuellement de mise et cette évolution modifie largement les pratiques pédagogiques et l’enseignement des différentes disciplines. Dans cette perspective, la question de la polyvalence et de l’interdisciplinarité à l’école se pose avec acuité : comment le maître peut-il aider les élèves à établir les liens et les confrontations entre les différents aspects des savoirs et des savoir-faire dispensés clans ce nouveau contexte, qui reste formellement bien différent de celui du collège (en général : un enseignant pour une discipline) ?

4L’objectif de ce chapitre est de contribuer à l’examen de cette question en essayant tout d’abord de déterminer quels sont les intervenants habituels dans les 49 classes de notre échantillon. Comme l’indique l’enquête dont nous avons présenté les principaux résultats, il peut s’agir d’autres enseignants de l’école, d’intervenants extérieurs, ou des deux. Il peut se faire également que le maître travaille seul sans aucun intervenant. Nous avons par ailleurs cherché à comparer le nombre et le type d’intervenants dans les classes en fonction du niveau scolaire (GSM/CP) et du facteur ZEP/hors ZEP. Conformement aux résultats de l’enquête de Baillat & al. (ibicL), nous nous attendions à trouver davantage d’intervenants en CP qu’en GSM et davantage en ZEP qu’en hors ZEP.

5Les informations ont été recueillies individuellement dans le cadre de la procédure décrite dans le chapitre précédent. Après avoir fourni leur emploi du temps, les enseignants devaient indiquer à l’interviewer, qui intervenait dans leur classe et pour quel type d’activité. Il leur était également demandé de préciser la périodicité de ces interventions (une ou plusieurs fois par semaine, par mois ou dans l’année).

6Nous présenterons les résultats concernant la répartition de chaque catégorie d’intervenants (collègues de l’école et intervenants extérieurs et ensemble des intervenants) en fonction du niveau scolaire (GSM/CP) et du type de classes (ZEP/hors ZEP).

Les différents intervenants dans les classes

Les interventions des collègues de l’école

7Comme le montrent les résultats du tableau 1, près de 75 % des classes de notre échantillon fonctionnent avec au moins un collègue, près de la moitié des classes (46,5 % exactement) accueillant uniquement un collègue. Par ailleurs, les interventions les plus fréquentes ont lieu en CP (présence d’au moins un intervenant dans 84 % des classes) et dans les classes ZEP (90 % de ces classes fonctionnent avec au moins un intervenant). Les classes accueillant plus de trois intervenants collègues restent assez peu nombreuses (9 % environ de l’ensemble des classes).

Tableau 1 – Collègues de l’école intervenant dans la classe.

Tableau 1 – Collègues de l’école intervenant dans la classe.

Répartition en pourcentages en fonction du niveau scolaire et du type de classe (ZEP/hors ZEP)

  • 1 Les comparaisons ont été effectuées au moyen d’analyses de variance à un facteur testant, selon les (...)

8La répartition du nombre d’intervenants collègues varie-t-elle selon le niveau scolaire ou le type de classe ? Les résultats des analyses statistiques1 effectuées à partir de comparaisons portant sur le nombre moyen d’intervenants collègues indiquent que si les classes travaillent en moyenne avec un intervenant, le nombre d’intervenants collègues ne diffère pas en GSM et en CP. Par contre, les classes ZEP accueillent significativement plus de collègues (1,7 en moyenne) que les classes hors ZEP (0,69 en moyenne). Ces interventions sont fréquentes : une ou plusieurs fois par semaine dans une grande majorité des classes qui y ont recours (86,7 %), tout particulièrement dans les classes de CP (95,2 %), en ZEP (82,3 %) et dans les classes hors ZEP (92,3 %).

9S’agissant des domaines d’intervention (cf. tableau 2), 60 % des enseignants déclarent que les collègues interviennent dans le cadre des activités scolaires (français ou mathématiques, histoire, géographie, sciences naturelles, etc...) ou en décharge de classe. Ces types d’interventions sont mentionnés de façon majoritaire quels que soient le niveau scolaire et le type de classe (ZEP/hors ZEP). Lorsque les interventions sont uniques, elles concernent plus particulièrement les études dirigées (26,6 %) et, dans une moindre mesure le français, les mathématiques (6,7 %) et les activités artistiques ou sportives (6,7 %). Les études dirigées et les activités en bibliothèque font plus fréquemment l’objet de ces interventions dans les classes ZEP (35,3 %) que dans les classes hors ZEP (15,4 %). De manière analogue, les activités artistiques ou sportives sont encadrées par un collègue dans 20 % des classes de GSM, mais pas dans les classes de CR

Tableau 2 – Domaines d’intervention des collègues de l’école

Tableau 2 – Domaines d’intervention des collègues de l’école

Répartition en %

Les intervenants extérieurs

10Le nombre d’intervenants extérieurs peut varier, selon les classes, de 0 à 9 (tableau 3). On observe également que près de 90 % des classes accueillent au moins un intervenant extérieur. Ce pourcentage varie de 82 % à 95 % selon le type de classes. Les classes avec plus de 5 intervenants sont très minoritaires (entre 5 et 10 % selon les types de classes).

Tableau 3 – Répartition des classes selon le nombre d’intervenants extérieurs.

Tableau 3 – Répartition des classes selon le nombre d’intervenants extérieurs.

En pourcentage.

11On constate en outre que le nombre moyen d’intervenants extérieurs par classe est légèrement inférieur à 3. Le nombre d’intervenants extérieurs ne varie pas significativement en fonction du niveau scolaire, ni en fonction du type de classe (ZEP/hors ZEP).

12S’agissant des différents statuts des intervenants extérieurs et leur répartition par niveau scolaire (cf. tableau 4), près de 40 % des intervenants extérieurs sont des animateurs dans les activités artistiques ou sportives et 25,4 % des intervenants correspondent à des emplois jeunes. Ces deux catégories sont les plus représentées en CP d’une part et dans les classes ZEP et hors ZEP d’autre part. En GSM, les parents d’élèves constituent une catégorie d’intervenants importante (23,8 % du total des intervenants extérieurs).

Tableau 4 – Statut des intervenants extérieurs.

Tableau 4 – Statut des intervenants extérieurs.

Répartition en nombre d’interventions (NI) et en pourcentage des interventions(%), en fonction du niveau scolaire (GSM/CP) et du facteur ZEP/hors ZEP

13Enfin, ces interventions sont très frequentes puisque 92,1 % des enseignants concernés déclarent qu’elles ont lieu une ou plusieurs fois par semaine dans leur classe, notamment en CP et dans les classes hors ZEP (environ 95 %), un peu moins dans les classes ZEP et en GSM (autour de 85 %).

Analyse globale des interventions

14L’ensemble des intervenants dans la classe, collègues de l’école ou intervenants extérieurs, a été pris en compte. Le tableau 5 indique que le nombre total d’intervenants varie de 0 (4,6 % des classes) à 10 (6,9 % des classes). 60,4 % des classes accueillent entre 1 et 4 intervenants et 30,4 % des classes 5 personnes et plus. En ZEP, toutes les classes accueillent au moins un intervenant et 20 % de ces classes en reçoivent au moins 9. En comparaison, 8,7 % des classes hors ZEP n’accueillent aucun intervenant et aucune de ces classes ne fonctionne avec 9 ou 10 intervenants. Les répartitions des intervenants en GSM et en CP semblent équivalentes du point de vue du nombre de classes sans intervenant (autour de 5 %), du pourcentage de classes fonctionnant avec au plus 4 intervenants (environ 60 %) et du pourcentage de classes fonctionnant avec au moins 5 intervenants (autour de 35 %).

Tableau 5 – Répartition des classes selon le nombre des intervenants collègues et extérieurs.

Tableau 5 – Répartition des classes selon le nombre des intervenants collègues et extérieurs.

Répartition des classes en pourcentage. Résultats en fonction du niveau scolaire (GSM/CP) et du facteur ZEP/hors ZEP

15En définitive, la moyenne des intervenants sur l’ensemble des classes est d’environ 4 (moyenne : 3,95 ; écart type : 2,6). Le nombre total d’intervenants n’est pas statistiquement différent en GSM et en CP. En revanche, la différence observée entre les classes ZEP (5 intervenants en moyenne) et hors ZEP (3 intervenants en moyenne) est très significative : les classes ZEP accueillent un plus grand nombre d’intervenants que les classes hors ZEP.

Discussion

16Ces données montrent que dans la grande majorité des classes de notre échantillon, le schéma « un maître face à sa classe » n’est plus de mise. En effet, moins de 5 % des classes n’accueillent pas d’intervenant. La présence de personnes extérieures dans la classe (collègues de l’école ou autres intervenants) semble donc être devenue le cas général, en ZEP et hors ZEP : 4 personnes, en moyenne, interviennent ainsi de manière régulière. Près d’un tiers de ces classes accueille entre 5 et 10 intervenants.

17Par ailleurs, apparaît, dans les classes de notre échantillon, une nette distinction entre les collègues et les intervenants extérieurs : les premiers interviennent surtout en histoire, géographie, sciences naturelles, éducation civique (ces matières ont été regroupées pour l’étude et correspondent à une partie des domaines dits de « découverte du monde » dans les programmes de 2002), ou plus largement dans le cadre de décharges de service. Les intervenants extérieurs participent principalement aux domaines artistiques ou sportifs, mais il faut noter aussi la part importante des emplois jeunes et des parents d’élèves, les premiers intervenant surtout en CP et en ZEP, et les seconds en GSM et hors ZEP.

18Par conséquent, tout se passe comme si ce fonctionnement permettait aux enseignants de garder le caractère polyvalent qui contribue à la construction de leur identité professionnelle, tout en la négociant sur les aspects pour lesquels ils se sentent peut-être moins compétents. Dans ce cadre, sont déléguées à d’autres enseignants les « matières scolaires » et sont réservées à des intervenants extérieurs les matières non « strictement scolaires » comme le sport ou les activités artistiques. Il faut aussi noter que ce fonctionnement est plus fréquent dans les classes de ZEP, là où il permet très probablement à l’équipe de bénéficier d’un réel soutien social dans un contexte ressenti comme plus difficile à gérer seul.

Notes

1 Les comparaisons ont été effectuées au moyen d’analyses de variance à un facteur testant, selon les cas, soit l’effet du niveau scolaire (GSM/CP), soit l’effet du type de classes (ZEP/hors ZEP). Il en va de même pour les résultats concernant les autres catégories d’intervenants (cf. ci-dessous). Les relation observées sont dites significatives lorsque la valeur du seuil de confiance est inférieure au moins à .05.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Collègues de l’école intervenant dans la classe.
Légende Répartition en pourcentages en fonction du niveau scolaire et du type de classe (ZEP/hors ZEP)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/140882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Tableau 2 – Domaines d’intervention des collègues de l’école
Légende Répartition en %
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/140882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableau 3 – Répartition des classes selon le nombre d’intervenants extérieurs.
Légende En pourcentage.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/140882/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Tableau 4 – Statut des intervenants extérieurs.
Légende Répartition en nombre d’interventions (NI) et en pourcentage des interventions(%), en fonction du niveau scolaire (GSM/CP) et du facteur ZEP/hors ZEP
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/140882/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 5 – Répartition des classes selon le nombre des intervenants collègues et extérieurs.
Légende Répartition des classes en pourcentage. Résultats en fonction du niveau scolaire (GSM/CP) et du facteur ZEP/hors ZEP
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/140882/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search