Version classiqueVersion mobile

Un maître et des intervenants multiples à l’école primaire

 | 
Philippe Guimard
, 
Agnès Florin
, 
Gwénaëlle Le Dreff
, 
et al.

1re partie. Polyvalence des enseignants et intervenants multiples au cycle 2 : état des lieux et fonctionnement des élèves en classe

Les pratiques de polyvalence : la gestion du temps en classe

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce sont les horaires qui étaient en vigueur au moment où cette étude a été réalisée. Les horaires d (...)

1Une des manières d’étudier la polyvalence des maîtres consiste à savoir comment les enseignants gèrent le temps consacré aux différents champs disciplinaires. Le maître polyvalent assure en effet, par définition, l’enseignement de l’ensemble des disciplines inscrites au programme dans un cadre temporel déterminé par l’institution scolaire. Rappelons à ce propos que, d’après les programmes officiels de 19951 relatifs au cycle 2 (Écoles maternelles et élémentaires ; arrêté du 22-2-1995 ; JO du 2-3-1995), les horaires de l’école élémentaire pour le cycle 2 sont les suivants (base : semaine de 26 heures) : 9h de français, 5h de mathématiques, 4h de découverte du monde et éducation civique, 6h d’éducation artistique et EPS, 2h d’études dirigées.

2Or, l’on sait qu’il existe certains décalages entre le découpage institutionnel du temps d’enseignement tel qu’il est préconisé par les instructions officielles et la gestion effective du temps alloué aux différentes activités scolaires. L’étude de Suchaut (1996) montre ainsi de fortes variations dans la durée des activités proposées aux élèves selon les classes. Si le temps consacré aux apprentissages fondamentaux (mathématiques, langage oral, langage écrit et graphisme) est en moyenne d’un peu moins de 7 heures par semaine en grande section de maternelle, il n’est que de 4 heures 30 dans certaines classes alors que d’autres y consacrent 9 heures 30. Ces variations ne sont évidemment pas spécifiques de l’école maternelle : elles se retrouvent largement en CP (Suchaut ; ibid.) et au CE2 (Bressoux, Bru, Altet & Lecomte-Lambert, 1999). Par ailleurs, ces variations ne seraient pas sans incidences sur les apprentissages, divers travaux ayant montré que le temps d’enseignement est relié positivement aux acquisitions des élèves (Mingat & Richard, 1991 ; Suchaut, ibid.).

3Les variations relatives à la gestion du temps d’enseignement renseignent ainsi sur certains aspects des pratiques pédagogiques mises en œuvre par les enseignants dans les classes. Si le contexte particulier d’une classe ou d’une école peut conduire les enseignants à consacrer davantage de temps à certaines activités scolaires, ces variations rendent probablement compte de la complexité de la tâche qui leur incombe puisqu’ils doivent, d’une part, développer des actions pédagogiques propres aux disciplines à enseigner cl aux capacités des élèves et que, d’autre part, ces actions doivent se dérouler dans un temps limité. De fait, les contraintes liées à la gestion du temps dans le cadre d’un enseignement interdisciplinaire permettent de comprendre les écarts existant entre la polyvalence effective et la polyvalence instituée, c’est à dire telle qu’elle est supposée fonctionner au regard des horaires définis dans les instructions officielles.

4On a cherché à étudier ces décalages au cycle 2 à partir d’une analyse des emplois du temps hebdomadaires affichés par des enseignants dans les classes. Cette procédure ne prétend pas rendre compte de manière fine de la manière dont les enseignants gèrent l’interdisciplinarité. D’autant qu’on peut supposer que les enseignants élaborent leur emploi du temps à l’aide des textes officiels. Toutefois, si cette démarche est envisageable pour des enseignants débutants, elle est probablement moins fréquente chez leurs collègues expérimentés qui personnalisent davantage leur emploi du temps et l’organisent en fonction d’habitudes de fonctionnement. Par conséquent, la procédure utilisée ici est une sorte de compromis entre, d’une part, le recours à des mesures effectuées directement dans la classe qu’il nous était matériellement impossible de réaliser et, d’autre part, le recueil des verbalisations des enseignants dont on sait qu’elles sont peu fiables dans ce domaine (Delhaxe, 1997). Le codage des informations recueillies à partir de cette trace écrite nous a permis de la confronter à la liste des champs disciplinaires au programme et de leurs horaires, et de voir, plus particulièrement, si les activités de français et de mathématiques étaient sur- ou sous-représentées par rapport aux instructions officielles. D’autre part, il était demandé aux enseignants d’indiquer, lors de l’entretien, le degré de stabilité de l’emploi du temps d’une semaine à l’autre, les modifications éventuelles apportées et le temps hebdomadaire consacré aux différents champs disciplinaires.

5Quarante-neuf enseignants appartenant à des écoles de Nantes ou de sa région proche ont participe à ce travail. Vingt-trois de ces enseignants travaillent dans des écoles rattachées à une Zone d’Éducation Prioritaire (ZEP). La répartition des enseignants est la suivante :

  • 22 travaillent en GSM (10 en ZEP et 12 en hors ZEP),

  • 27 travaillent en CP (13 en ZEP et 14 en hors ZEP).

Les emplois du temps respectent-ils les champs disciplinaires et leur horaire ?

Analyses globales

6De façon générale, on constate (cf. tableau 1) que 58,2 % des emplois du temps affichés par les enseignants dans leur classe respectent les intitulés et les horaires des matières scolaires (français et mathématiques). 11.6 % des emplois du temps sur-valorisent ces deux disciplines. Elles sont sous-représentées dans 7 % des cas. On observe en outre que 23 % des emplois du temps ne reprennent pas les intitulés des champs définis dans le programme du cycle 2 : il s’agit essentiellement des classes de grande section qui fonctionnent selon les domaines d’activités de l’école maternelle. Par ailleurs, une très large majorité des enseignants (84 %) affirment que leur emploi du temps est stable d’une semaine à l’autre. Les modifications apportées par 16 % des enseignants sont tout autant dues à une alternance des activités d’une semaine à l’autre, qu’à des semaines spéciales (voyage scolaire, par exemple).

Tableau 1 – Répartition des emplois du temps des enseignants.

Types de réponses

% de réponses

pas de modification

58,2

sur-représentation du français et des mathématiques

11.6

sous-représentation du français et des mathématiques

7

les intitules des matières ne correspondent pas

23,2

Répartition par rapport à la liste des champs disciplinaires et à leur horaire définis par les Instructions Officielles.

7L’analyse du volume horaire consacré aux différents champs figure dans le tableau 2. On constate, globalement, que les horaires disciplinaires sont soit conformes à ceux préconisés dans les instructions officielles (entre 33,3 % et 40,5 % des cas), soit sous-représentés (entre 43 % et 59,6 % des cas). La sur-représentation des volumes horaires est moins fréquente : elle concerne entre 7,1 et 19 % des emplois du temps.

Tableau 2 – Temps consacré aux principaux champs disciplinaires.

Activités

Horaire normal

sur-représentation

sous-représentation

Français

35,7

19

45,3

Mathématiques

40,5

16,5

43

Découverte

40,5

12

47,5

Arts et sports

38,1

14,3

47,6

Études dirigées

33,3

7,1

59,6

Répartition en %

Niveau scolaire et gestion du temps

8Les résultats précédents sont très généraux. Il peut exister des variations des volumes horaires selon le niveau scolaire dans la mesure où la première année d’école élémentaire est souvent perçue comme un niveau dans lequel les apprentissages fondamentaux (lecture-écriture) sont valorisés. La maternelle, quant à elle, est supposée fonctionner en domaines d’activités ; elle accorderait une place prépondérante aux activités d’expression et serait moins orientée vers les apprentissages formels. On peut s’attendre, en conséquence, à ce que les volumes horaires soient conformes aux instructions officielles pour l’école élémentaire en CP ; il n’y a pas lieu d’attendre la même chose en GSM.

9Les résultats confirment cette hypothèse. En effet, on constate (tableau 3), d’une part, que les emplois du temps conformes aux horaires de l’école élémentaire sont beaucoup plus nombreux en CP qu’en GSM (79,1 % vs 31,6 %). D’autre part, en maternelle, plus de 50 % des intitulés des matières ne correspondent pas à ceux du cycle 2, ce qui était attendu, alors qu’aucune classe de CP n’entre dans ce cas de figure.

Tableau 3 – Répartition des emplois du temps dans les deux niveaux scolaires

Types de réponses

GSM

CP

pas de modification

31,6

79,1

sur-représentation du français et des mathématiques

0

20,9

sous-representation du français et des mathématiques

15,8

0

les intitules des matières ne correspondent pas

52,6

0

Répartition par rapport à la liste des champs disciplinaires et à leur horaire (Instructions Officielles – cycle 2). Pourcentage de l’effectif total des classes par niveau scolaire.

10En bref, l’emploi du temps en GSM est fondé plutôt sur des domaines d’activités (ceux du cycle 1) et non pas sur les domaines disciplinaires du cycle 2. Mais notons tout de même que près d’un tiers des classes de GSM (maternelle) déclare un emploi du temps conforme aux horaires de l’école élémentaire pour le cycle 2.

  • 2 Les comparaisons présentées dans ce chapitre ont été effectuées au moyen du khi 2. Pour chaque anal (...)

11Par ailleurs, les répartitions des horaires des champs disciplinaires affichés dans les emplois du temps diffèrent significativement selon le niveau scolaire2 (tableau 4). Ces différences concernent tout particulièrement le français, les mathématiques et les études dirigées. Pour chacune de ces activités, les tendances sont les suivantes : conformité des horaires ou sur-représentation plus fortes en CP qu’en GSM et sous-représentation plus forte en GSM qu’en CP Des différences existent également pour les activités artistiques cl sportives mais dans un sens contraire à ce qui précède. On observe, en effet, une conformité ou une sur-représentation des volumes horaires plus importante en GSM qu’en CP.

Tableau 4 – Horaires des champs disciplinaires selon le niveau scolaire.

Activités

Répartition des horaires

GSM

CP

Français

horaire cycle 2 sur-représentation sous-représentation

11.8
5,8
82,4

52
28
20

Mathématiques

horaire cycle 2 sur-représentation sous-représentation

29,5
0
70,5

48
28
24

Découverte

horaire cycle 2 sur-représentation sous-représentation

47
11.8
41,2

36
12
52

Arts et EPS

horaire cycle 2 sur-représentation sous-représentation

47
29,5
23,5

32
4
64

Études dirigées

horaire cycle 2 sur-représentation sous-représentation

5,9
5,9
88,2

52
8
40

Comparaison avec les horaires définis pour le cycle 2 (Instructions Officielles)

12Les activités de découverte constituent finalement le seul domaine dans lequel les classes de GSM et de CP proposent des volumes horaires non significativement différents. Par rapport à ceux du cycle 2, ceux-ci sont conformes ou sur-évalués dans 59 % des classes de GSM et dans 48 % des classes de CP ; la sous-représentation concerne 41,1 % des classes maternelles et 52 % des CP.

Types de classes (ZEP/hors ZEP) et gestion du temps

13En dépit de différences apparentes, les caractéristiques des emplois du temps fournis par les enseignants ne sont pas statistiquement différentes dans les classes ZEP et hors ZEP. De même, bien que le pourcentage d’emplois du temps stables d’une semaine à l’autre soit plus élevé en ZEP qu’en hors ZEP (91,6 % vs 78,2 %), les deux types de classes ne se différencient pas sur celte variable.

14S’agissant du volume horaire des différents champs disciplinaires (tableau 5), on constate que les classes ZEP et hors ZEP ne se différencient pas (quel que soit le champ, les différences observées ne sont pas significatives).

Tableau 5 – Horaire des champs disciplinaires en fonction du facteur ZEP/hors ZEP

Activités

Répartition des horaires

ZEP

Hors ZEP

Français

horaire cycle 2 sur-représentation sous-représentation

42,1
26,3
31,6

30,5
13
56,5

Mathématiques

horaire cycle 2 sur-représentation sous-représentation

47,4
15,8
36,8

34,8
17,4
47,8

Découverte

horaire cycle 2 sur-représentation sous-représentation

36,8
15,8
47,4

43,5
8,7
47,8

Arts et EPS

horaire cycle 2 sur-représentation sous-représentation

47,4
0
52,6

30,4
26,1
43,5

Études dirigées

horaire cycle 2 sur-représentation sous-représentation

36,8
5,3
57,9

30,5
8,7
60,8

Comparaison avec les horaires définis pour le cycle 2 (Instructions Officielles)

15De manière analogue, les deux types de classes ont tendance à sous-représenter les études dirigées et à sur-représenter le volume horaire des différentes disciplines. Une légère différence est à noter en ce qui concerne les activités artistiques et sportives, davantage sur-représentées dans les classes hors ZEP.

16Une analyse réalisée après contrôle du niveau scolaire confirme ces résultats (cl. tableau 6). En effet, on n’observe aucune différence significative dans les volumes horaires attribués par les enseignants à chaque champ disciplinaire (horaire cycle 2, sur-représentation et sous-représentation) selon le type de classe (ZEP/hors ZEP).

17Toutefois, on peut noter que les GSM qui déclarent des horaires conformes à ceux du cycle 2 sont plus nombreuses en ZEP qu’en hors ZEP, et ceci pour tous les champs disciplinaires. Faut-il y voir une anticipation sur l’école élémentaire pour des enfants considérés comme susceptibles d’avoir des difficultés dans les apprentissages fondamentaux du CP ? Pas de manière générale, puisque la sous-représentation du français et des mathématiques est majoritaire. On note une certaine distance entre les horaires déclarés en CP et les horaires prescrits pour le cycle 2, et ceci pour toutes les matières, en ZEP et hors ZEP.

Tableau 6 – Horaire des champs disciplinaires

Tableau 6 – Horaire des champs disciplinaires

Horaires en fonction du niveau scolaire et du facteur ZEP/hors ZEP. Comparaison avec les horaires définis pour le cycle 2 (Instructions Officielles; % du total des classes.

Discussion

18L’objectif de cette première étude était de décrire les écarts entre la gestion temporelle de l’interdisciplinarité telle qu’elle peut apparaître au travers des emplois du temps affichés par les enseignants dans leur classe et celle qui est préconisée par l’institution scolaire. Les observations montrent que, globalement, les emplois du temps respectent les horaires hebdomadaires des champs disciplinaires, mais les écarts sont loin d’être négligeables dans les classes de CP, en ZEP et en hors ZEP On note dans nombre de ces classes une sur-représentation du français et des mathématiques et, par conséquent, une sous-représentation de tous les autres champs. La sur-représentation d’autres matières scolaires est tout à fait minoritaire.

19Notons que dans les classes de CP hors ZEP, 30 à 53 % des classes respectent les horaires du cycle 2, selon les matières considérées ; les écarts par rapport à ces horaires sont nombreux et concernent l’ensemble des champs disciplinaires : sous-représentation du français dans 30 % des classes, des activités de découverte et d’éducation civique dans 46 %, des arts et de l’éducation physique et sportive (EPS) dans 61 % et des études dirigées dans 30 % des classes. Seules les mathématiques sont plus fréquemment sur-représentées (30 % des classes) que sous-représentées (23 % des classes).

20Par ailleurs, bien que la GSM appartienne à la fois aux cycles 1 et 2, les emplois du temps montrent que la majorité de ces classes ne fonctionnent pas selon les horaires du cycle 2 (école élémentaire). D’ailleurs les intitulés des activités ne correspondent pas aux champs de l’école élémentaire : elles fonctionnent de ce point de vue en tant que classes d’école maternelle, et se distinguent donc fortement des classes de CP. En revanche, les volumes horaires des classes ZEP et hors ZEP sont pratiquement équivalents.

21Ces observations vont dans le sens des résultats obtenus par Suchaut (1996) qui, à l’aide de questionnaires déclaratifs à destination des enseignants et de mesures temporelles directement effectuées dans les classes, notait qu’en CP la durée moyenne des activités de français et de mathématiques occupait à elle seule près de 60 % du temps de classe. La valorisation de ces deux disciplines en CP souligne que les enjeux des apprentissages y sont probablement ressentis comme plus importants. Il faut se demander toutefois si cette valorisation ne se fait pas au détriment d’autres apprentissages essentiels pour la suite de la scolarité. De façon plus générale, nos observations confirment qu’aux deux niveaux scolaires, le temps alloué par les enseignants aux différentes activités scolaires est très variable selon les classes. Par conséquent, il existe un décalage important entre la gestion temporelle de l’interdisciplinarité et celle qui est préconisée dans les instructions officielles. À quoi correspondent ces emplois du temps du point de vue de l’implication des enseignants et des intervenants extérieurs dans les classes ? Comment ces différences se traduisent-elles, du côté des élèves, dans leurs représentations des champs disciplinaires et dans leurs compétences scolaires ? C’est ce que nous allons examiner dans les chapitres suivants.

Notes

1 Ce sont les horaires qui étaient en vigueur au moment où cette étude a été réalisée. Les horaires des écoles maternelles et élémentaires ont été modifiées en 2002 (cf. arrêté du 25-01-2002. JO du 10-02-2002) mais restent toutefois proches, pour ce qui concerne le cycle 2, de ceux de 1995.

2 Les comparaisons présentées dans ce chapitre ont été effectuées au moyen du khi 2. Pour chaque analyse, le degré de liberté est 2. Les relations observées sont dites significatives lorsque la valeur du seuil de confiance est inférieure à .05. Ce seuil signifie que l’on fait au plus 5 % d’erreurs en affirmant que les différences observées ne sont pas dues au hasard.

Table des illustrations

Titre Tableau 6 – Horaire des champs disciplinaires
Légende Horaires en fonction du niveau scolaire et du facteur ZEP/hors ZEP. Comparaison avec les horaires définis pour le cycle 2 (Instructions Officielles; % du total des classes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/140877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search