Version classiqueVersion mobile

L’Afrique cosmopolite

 | 
Catherine Fournet-Guérin

Chapitre I. Des villes d’Afrique pleinement inscrites dans des circulations anciennes et à toutes les échelles

Texte intégral

1L’Afrique n’est donc plus hors du monde, cette idée qui s’énonce pourtant presque sous la forme d’un truisme n’est aujourd’hui guère contestée – encore que… En effet, rares sont encore les écrits qui prennent en compte l’intensification des circulations migratoires internationales en ville, qu’elles viennent d’Europe, d’Asie ou d’Amérique. Qui plus est, cette présence d’étrangers dans les villes d’Afrique est loin de constituer un fait nouveau et il importe de replacer ces circulations dans le temps long, afin d’en montrer l’existence fort ancienne et à différentes échelles. Par ailleurs, une réflexion sur les représentations scientifiques et plus populaires de ce cosmopolitisme ancien semble connaître un nouveau dynamisme depuis les années 1990. En outre, on voudrait examiner ici dans quelle mesure il est légitime de qualifier de cosmopolites les villes d’Afrique d’un point de vue scientifique : un élargissement de la notion aux « autres » villes que celles d’Europe ou d’Amérique du Nord sera ainsi proposé.

2Pour ce faire, on esquissera une réflexion sur la dimension historique du phénomène des circulations internationales, avant de dresser un état de l’art des définitions de la notion de cosmopolitisme et des débats liés. Ceci fait, il sera possible d’examiner les formes actuelles de cosmopolitisme (période dont on fixera le début aux années 1990), à partir du constat qu’il existe une intensification du nombre de personnes originaires d’ailleurs en circulation dans ces villes : sera proposée la notion d’« archipel cosmopolite africain ». On tentera de discerner dans quelle mesure il s’agit d’un phénomène véritablement nouveau.

Vers une histoire du cosmopolitisme urbain en Afrique et de ses représentations

Les villes d’Afrique, carrefours depuis l’Antiquité ?

3Contrairement aux idées reçues, les villes d’Afrique ont « toujours » été des lieux de rencontres entre populations d’origines diverses, intra ou extra-continentales. Il s’agit d’un domaine de recherche qui fait l’objet de travaux en histoire et en sciences politiques (Bayart, 1999), mais récents et encore peu coordonnés. En 2003 est paru un livre pionnier qui dressa l’état de l’art sur ces thématiques : Être étranger et migrant en Afrique au xxe siècle (Coquery-Vidrovitch et al., 2003). Cependant, comme l’indique son titre, son champ est circonscrit au siècle dernier. Or il manque dans la littérature scientifique une synthèse historique qui retrace l’évolution de ces circulations migratoires depuis l’Antiquité. Certains historiens se sont attelés à décrire ces flux, mais souvent à l’échelle régionale (Beaujard, 2005 et 2012 ; Deutsch et Reinwald, 2002 ; Simpson et Kresse, 2007). À titre d’exemple, pour ce qui concerne l’océan Indien occidental, Pier Larson a étudié le rôle de la diaspora malgache au sein de cet espace océanique dans la constitution de la langue malgache au début du xixe siècle (Larson, 2009).

  • 1 Des historiens se sont engagés dans une perspective décentrée, c’est-à-dire qui se départit du seul (...)

4Dans ces travaux historiques, les villes font l’objet d’une attention particulière, en ce qu’elles constituent des foyers privilégiés de contacts avec l’extérieur : « Depuis des siècles, [les villes] constituent des pôles d’attraction, des lieux de brassage culturel et d’inventivité » (Goerg, 2006). Rhapta, ville-port au sud de Zanzibar, sur l’actuelle côte swahilie, est ainsi mentionnée dans un périple grec. Philippe Beaujard considère qu’il s’agit d’une ville cosmopolite avec une population métissée. De même, avant l’islamisation de la région, des marchands indiens, persans et arabes sont signalés sur la côte orientale de l’Afrique, notamment à Zanzibar. En géographie historique, une synthèse consacrée à l’étude de plusieurs villes portuaires situées dans des territoires insulaires de l’océan Indien occidental a mis en évidence les circulations entre elles (Bock Digne, 2003). On rappellera également les incursions chinoises sur ces mêmes côtes orientales au xve siècle, ou, à la même époque, la création entre Kumasi et Elmina dans l’actuel Ghana d’un « foyer culturel dominant d’une civilisation de conquête », né de la diffusion d’une « culture commerciale urbaine dans l’arrière-pays » (Coquery-Vidrovitch, 1993). Ainsi, la vision longtemps propagée d’une Afrique isolée des grandes circulations du monde a été déconstruite par de nombreux travaux historiques. Il s’agit d’un champ de recherche en développement et il est probable que de nouvelles découvertes auront lieu dans les prochaines décennies, notamment avec l’essor actuel de « l’histoire connectée1 ».

5Dans l’ensemble de ces villes d’Afrique ouvertes à des circulations étrangères, le cas de Tananarive est intéressant car depuis le xviie siècle cette capitale des rois merina est localisée à l’intérieur des terres, en altitude (1 400 mètres) et de surcroît dans une île, Madagascar. Toutes les conditions auraient pu être réunies pour favoriser un isolement de cette ville d’accès malaisé jusqu’au début du xxe siècle. Or plusieurs travaux d’historiens portant sur le xixe siècle merina mettent au contraire en évidence la forte insertion de Tananarive dans des réseaux internationaux anciens, avant donc la conquête coloniale, qui remonte à 1895. Didier Nativel voit ainsi la ville comme un « port » de l’intérieur, « s’appropriant avec inventivité les éléments des cultures matérielles étrangères (des Mascareignes, d’Occident) » (Nativel, 2006, p. 47). Décrivant la circulation d’influences multiples à la cour tananarivienne dans la seconde moitié du xixe siècle, il note « la phase créolisante des grands édifices », « l’écheveau d’influences zanzibaries, indiennes, créoles, victoriennes, françaises, tant dans l’étiquette que dans la musique ou l’aménagement et la décoration des intérieurs » (ibid., p. 51), « l’attrait pour la consommation de biens étrangers [dans] une surenchère ostentatoire » (ibid., p. 61). Didier Nativel fait la démonstration que Tananarive est au xixe siècle « l’espace majeur de production d’une culture urbaine originale dans l’océan Indien » (ibid., p. 62).

6Le cas de Tananarive conduit à reconsidérer l’assertion trop rapidement assénée selon laquelle ce serait le processus colonial qui aurait ouvert les villes d’Afrique à l’altérité, comme le rappelle Jean-François Bayart (1999), réaffirmant que l’Afrique a toujours été « dans le monde », sous différentes modalités et selon différentes temporalités. Qui plus est, cette vision eurocentrée réduit le contact des sociétés urbaines d’Afrique avec l’extérieur à la seule rencontre avec l’Europe, négligeant les flux anciens, divers et diffus sur plusieurs siècles avec les mondes arabe, persan, indien, sud-asiatique et chinois.

Les villes d’Afrique à l’époque coloniale, des villes cosmopolites ?

  • 2 Il ne relève pas de notre propos ici de dresser une recension de cette littérature coloniale. Le le (...)

7Cependant, le moment colonial est celui qui est le plus documenté, pour des raisons évidentes : les pays colonisateurs étant des pays européens, les savoirs scientifiques et les discours sur l’Afrique ont été produits dans ce contexte, à la fois par l’étude des sources fournies par les administrations coloniales et par des contacts directs, tels les voyages d’exploration en Afrique, et par les premiers savants qui se sont donné pour but d’étudier les sociétés africaines2. Parmi ces sources, le récit de voyage de Jacques Weulersse (1931) est précieux pour notre sujet car il constitue un des rares témoignages consacrés en large partie à l’Afrique urbaine, contrairement par exemple au livre célèbre et contemporain de Michel Leiris L’Afrique fantôme. En outre, Weulersse était géographe. Celui-ci a traversé le continent de Dakar au Cap, en passant par l’Afrique centrale, le Congo et l’Angola. Il livre des descriptions de chacune des villes visitées, et, dans la plupart d’entre elles, souligne, délibérément ou incidemment, leur caractère cosmopolite plus ou moins prononcé. Ainsi en est-il de l’évocation d’une journée à Élisabethville, l’actuelle Lubumbashi :

« L’heure du lunch au “globe”, dans l’avenue “chic” d’É’ville. Un orchestre international, Roumains, Polonais et Italiens, joue des airs cosmopolites. À la table de droite, nos voisins sont des Grecs ; à celle de gauche, des Américains. Tous les idiomes se croisent, au sein de cette nouvelle Babel bâtie en moins de vingt ans au cœur du Continent Noir » (Weulersse, 1931, p. 158).

  • 3 Ce fut le cas du CFCO, Chemin de fer Congo-Océan, dont les conditions de construction furent dénonc (...)

8Jacques Weulersse est ainsi particulièrement sensible au brassage des populations dans les villes minières, du Nigeria à l’Afrique du Sud, du Congo à l’Angola. Rappelons que durant toute la période coloniale, les pouvoirs européens organisèrent des flux considérables de main-d’œuvre, d’envergure transafricaine. À l’échelle régionale, au sein des empires coloniaux, les déplacements d’hommes furent massifs, par exemple lors de la construction des voies de chemin de fer3.

9En Afrique australe sous domination britannique, les migrations de main-d’œuvre entre territoires parfois fort éloignés atteignirent une ampleur accrue. Le cas de l’Afrique du Sud est bien connu : sur plusieurs décennies, des millions de travailleurs, en particulier en provenance du sud du Mozambique, vinrent se faire embaucher dans les mines d’or, de diamants, de charbon…, qui de manière temporaire et qui de façon définitive. Il en va de même dans les mines de cuivre de l’actuelle Zambie, au Kivu et au Katanga. La littérature sud-africaine a rendu compte de cette figure emblématique du migrant masculin, célibataire et « déraciné », souvent désigné par le nom générique de Jim : Jim comes to town, Jim comes to Johannesburg, Mine Boy sont autant de formules ou de romans qui relatent ces circulations transafricaines (Dommergues, 1983). En Afrique centrale, V. C. Naipaul (1982), dans son roman, À la courbe du fleuve, montre bien la diversité des origines des habitants d’une ville non nommée qui évoque Stanleyville/Kisangani dans les années qui suivent l’indépendance : Africains de diverses régions, Belges, Indiens (le narrateur est originaire du littoral kényan, d’une famille musulmane elle-même émigrée du Gujarat), Grecs, Italiens, Portugais venus des colonies lusophones.

10Si le cosmopolitisme est ainsi bien identifié dans ces villes monofonctionnelles qui par essence attirent de partout, il l’est également dans les capitales coloniales ou dans les grands ports ouverts sur l’Atlantique, tels Dakar et Saint-Louis. Weulersse, ce voyageur des années 1930, est donc frappé par la diversité des populations citadines d’une Afrique qui est fréquemment présentée comme celle des ténèbres dans une esthétique conradienne : il livre une image de l’Afrique originale pour l’époque, et qui le reste aujourd’hui.

11Cette présence de populations allogènes dans les villes d’Afrique ne se limite cependant pas aux seuls Européens ou Africains issus d’autres régions du continent. Dans nombre de villes littorales du golfe de Guinée, vivent depuis le xixe siècle ceux qu’on appelle les « Brésiliens ». Il s’agit souvent d’esclaves affranchis en Amérique ou de leurs descendants revenus s’installer dans le territoire d’origine. Ils sont particulièrement représentés dans les villes de Porto Novo, Lomé, Ouidah ou Lagos (Meni, 2009). À Dakar ou à Abidjan, ports récents nés de la colonisation, des sociétés très diversifiées se côtoient et se construisent. Ainsi, « la société dakaroise est une société originale qui s’est construite sur des apports nationaux […] et internationaux (Cap-Vert, Liban, France, Guinée, Guinée-Bissau, Mali, Afrique centrale, etc.) », ce qui fait qu’à Dakar « il n’y a pas véritablement de groupe à l’origine de la société » (Lefebvre, 2003, p. 143). Jean-François Bayart évoque les « élites allogènes impériales et « transnationales », telles les Asians, les Goanais, les Brésiliens, les Cap-Verdiens, les Krios, les Libanais », qui ont contribué à façonner « l’État-rhizome » (Bayart, 1999, p. 118). Sylvie Bredeloup, s’intéressant à l’implication des étrangers dans les activités commerciales à Abidjan, rappelle qu’elle est une « cité cosmopolite dès sa création » (Bredeloup, 2005, p. 249). Dans la corne de l’Afrique, le contact est ancien avec les mondes arabe, persan et indien. Le comptoir de Djibouti a une population très mélangée, ce qui n’est guère surprenant pour ce port situé en position d’interface avec la péninsule arabique. Moins connue peut-être est la diversité culturelle de villes comme Asmara en Érythrée, Harar en Éthiopie ou Mogadiscio en Somalie. Le cas de Mogadiscio est intéressant car le caractère ouvert, cosmopolite et très métissé de la population de cette ville est complètement occulté dans les représentations par la guerre qui affecte la ville et le pays depuis plus de vingt-cinq ans. L’océan Indien occidental est également un espace bien connu d’implantation fort ancienne de populations venues de son pourtour (Bock Digne, 2003). À Madagascar, des villes littorales comme Majunga constituent depuis des siècles des lieux d’accueil de populations d’origine arabe, persane, comorienne et indienne (Vérin, 1975). Un exemple anecdotique mais très révélateur des circulations culturelles entre les différentes villes de cet espace indo-océanique occidental est la consommation de qat par les citadins : de Djibouti à Diego Suarez, en passant par Zanzibar et Aden, cette plante aux vertus diverses, tantôt déclarées euphorisantes, tantôt calmantes, constitue un marqueur social et culturel de premier ordre. L’un des vecteurs de la diffusion de ce marqueur est l’Islam et son incarnation locale, en réseau littoral et insulaire, le monde swahili. Pierre Vérin a ainsi montré l’insertion de Madagascar dans de telles circulations transocéaniques dans sa thèse d’archéologie portant sur Les échelles anciennes de commerce sur les côtes nord de Madagascar (1975) :

« Les échelles malgaches ont été interdépendantes de toute la vie maritime de l’ouest de l’océan Indien. Les recherches archéologiques sur la côte ont mis en évidence l’existence d’une civilisation littorale de commerçants et de navigateurs qui doit ses origines à partir du viiisiècle à la fusion ethnico-culturelle d’Africains d’une part, et d’islamisés d’autre part. Ces derniers sont venus du Golfe Persique, de l’Hadramaout et, peut-être, aussi du Goudjerat. Cette civilisation souahilie ancienne, élaborée très tôt sur les côtes de la Somalie et des îles Lamou, s’est étendue rapidement à la côte tanzanienne et aux îles Comores ; un ou deux siècles plus tard, elle vient fertiliser les côtes de Madagascar et du Mozambique » (Pierre Vérin, résumé de sa thèse dans le catalogue SUDOC).

12À Majunga et à Diego Suarez à l’époque coloniale, la grande majorité de la population urbaine « vient d’ailleurs » (entre 60 et 75 %), c’est-à-dire de tout Madagascar ou de l’étranger (Nativel, 2003). L’administration coloniale se méfie fortement de ces « patchworks ethniques » (ibid., p. 123). La ville de Majunga a toujours été une ville cosmopolite, peuplée par des habitants originaires de l’ensemble du pourtour de l’océan Indien occidental, au premier rang desquels les Comoriens. En 1945, ils représentent la moitié de la population de la ville (ibid., p. 128).

  • 4 Une évocation très riche de la vie de ces groupes d’originaires du monde indien installés en Afriqu (...)

13Enfin, dès le milieu du xixsiècle, les métropoles coloniales organisent des flux migratoires d’envergure transcontinentales, en faisant appel à des travailleurs des mondes indien et chinois. De nouveau, des flux considérables sont dirigés vers l’Afrique du Sud, où des Indiens firent souche en grand nombre, en particulier à Durban (Mainet-Valleix, 2002). Le caractère indien de cette ville reste aujourd’hui très affirmé. Rappelons que Gandhi, qui exerça en tant qu’avocat en Afrique du Sud de 1893 à 1915, élabora sa pensée politique au Natal. Plus modestement en termes numériques, mais très massivement en proportion, Indiens et Chinois émigrèrent aux Mascareignes. Maurice connut ainsi une modification de son peuplement : de noire et blanche dans la seconde moitié du xixsiècle, l’île devint à majorité indienne au xxsiècle (Cauna [de], 2003b). Au Mozambique, la présence indienne est également ancienne. Elle s’est constituée au travers d’autres réseaux, ceux de l’empire portugais, qui conduisirent dans le territoire des originaires du comptoir indien de Goa (Zamparoni, 2000) ou d’autres du Gujarat (Khouri et Pereira Leite, 2014). Selon ces chercheuses, « les Khojas du Mozambique nous interrogent sur l’histoire portugaise demeurée aveugle sur les populations qui ont constitué la chair de son moment colonial, sur la spécificité de leur insertion dans un espace culturel lusophone et citoyen portugais » (quatrième de couverture). Cette présence indienne est de nos jours toujours très visible dans les villes du Mozambique, à travers des habitants, des lieux de restauration ou de culte ou encore une concentration dans l’activité commerciale (voir les pages xviii et xix du cahier d’illustrations, sur les villes indiennes)4.

14Plus anciennement, au Cap, des individus appelés Malais furent contraints de s’installer sous la domination néerlandaise : entre le xviisiècle et le début du xixe, des esclaves furent amenés depuis certaines régions occidentales de l’actuelle Indonésie et de la ville de Malacca dans le territoire d’Afrique australe contrôlé par la Compagnie néerlandais des Indes orientales, la VOC. Musulmans, ils ont conservé leur religion et certains mots de vocabulaire de la langue d’origine. Les Malais du Cap, au nombre estimé dépassant les cent cinquante mille, constituent toujours un groupe très identifiable dans cette ville. Ainsi, dans le cadre spatial mondial et politique des grands empires coloniaux, des flux de migrants contraints se développèrent durant des décennies vers les villes d’Afrique. Celles-ci étaient bien cosmopolites dès l’époque coloniale et le sont restées de ce fait.

  • 5 Le lecteur trouvera une étude consacrée au cimetière de Tananarive (Fournet-Guérin, 2014), dans le (...)

15L’une des manifestations visibles dans l’espace urbain de ces flux d’envergure mondiale est la présence de cimetières réservés aux originaires d’ailleurs dans ces villes coloniales. C’est le cas à Tananarive, où la grande majorité des tombes du seul cimetière municipal urbain appartient à des familles non-malgaches, qu’elles soient françaises, chinoises, comoriennes, grecques ou autres : près de neuf tombes sur dix seraient occupées par des non-Malgaches au sens ethnique du terme5. Les Malgaches détiennent en effet des tombeaux en milieu rural, et se faire enterrer en ville au cimetière est, depuis l’époque coloniale, l’apanage des « étrangers ». Les originaires du monde indien sont quant à eux enterrés dans des cimetières confessionnels réservés musulmans, les Hindous, moins nombreux, se faisant incinérer. À Maputo, le cimetière musulman, qui jouxte un vieux cimetière chrétien en piètre état, est bien clos, bien entretenu, et localisé dans la ville coloniale, tout comme le cimetière juif, même si les tombes sont désaffectées dans ce dernier.

Une diversité sous-estimée dans les images actuelles de la ville de l’époque coloniale

16Cependant, même s’il existe d’importantes populations allogènes dans les villes d’Afrique à l’époque coloniale, celles-ci sont souvent peu mises en avant dans les représentations de la ville telles qu’elles existent de nos jours. L’image reconstruite a posteriori de la ville coloniale en Afrique est souvent réduite au fameux dualisme entre ville blanche et ville noire (Coquery-Vidrovitch, 1993), ce qui conduit à nier l’existence de populations d’origine ni africaine ni européenne. Paul Bairoch prend le cas de Nairobi en 1938. Non seulement Nairobi n’est en rien une « ville blanche » contrairement aux représentations dominantes, puisque les Européens ne représentent que moins de 10 % de la population citadine, mais plus encore, le premier groupe allogène est constitué par les Indiens et les autres Asiatiques en général qui représenteraient 30 % de cette population (Bairoch, 1985, p. 536). Il en va de même pour une ville comme Durban ou Dar es Salaam qui comptait en 1931 26 % d’Asiatiques et seulement 4 % d’Européens (Roy, 2006). À Maputo à la fin du xixsiècle, Paul Jenkins (2013, p. 83) considère qu’il réside un tiers d’Européens, un tiers d’Africains et un tiers d’Asiatiques ; en 1960, les originaires du monde indien sont près de vingt mille, soit un peu plus de 10 % de la population citadine estimée à 178 000 habitants (Lachartre, 2000, p. 37).

  • 6 Pour davantage de précisions épistémologiques et historiques, on pourra consulter une synthèse anal (...)

17Il est vrai que ces populations asiatiques étaient pour une proportion importante d’entre elles confinées à des statuts de dominés (Indiens « engagés » par exemple), alors que le pouvoir était détenu par les Européens, ce qui explique en partie l’invisibilité des premières dans les représentations. Il en va d’ailleurs de même pour les populations locales : même si les villes étaient peuplées en majorité de populations noires, les études de l’époque insistent sur la ville blanche ou européenne, faisant disparaître dans la représentation le reste de la ville et de la population urbaine. La ville coloniale était donc loin d’être une ville blanche, et qui plus est, était souvent caractérisée par un cosmopolitisme important, très sous-estimé. Les représentations d’une population urbaine homogène, majoritairement blanche, et de la ville duale se construisent au fur et à mesure, à la fois à travers les écrits de savants européens (Jean Dresch, Pierre George6…) mais aussi africains. C’est le cas de Jean-Marc Ela qui considère que les villes relèvent du « monde des autres » et que les Africains sont « des étrangers dans [leurs] villes » (Ela, 1983, p. 70). Les quartiers irréguliers sont souvent assimilés hâtivement à la non-ville, à des villages (en recourant notamment à la métaphore de la case), et nombre d’expressions se diffusent alors, fondées sur des oppositions binaires : « la cité et la ville » pour Kinshasa, la « ville blanche » et la « ville indigène », « la ville et son double » pour désigner Dakar et son « envers », Pikine, la ville de ciment (cidade de cimento) et la ville de roseaux (cidade de caniço) à Lourenço Marques (Maputo), etc. De ce fait, la diversité ethnique, nationale et sociale de la population urbaine est comme écrasée dans les représentations et réduite à un antagonisme dissymétrique blanc/noir. Si dans ce large corpus de représentations de la ville coloniale, les Africains n’ont pas leur place, ou du moins occupent une place secondaire au sens propre du terme, subalterne, voire invisible, alors il n’est guère surprenant que toute autre forme de diversité et de cosmopolitisme en soit totalement absente.

18Dans les travaux scientifiques, la prise en compte de ces thématiques de migrations et de mobilités, de cosmopolitisme urbain, est tardive. L’intérêt pour les phénomènes de mobilités est longtemps resté faible dans les études ethnologiques, pour diverses raisons. Jean-Loup Amselle soutient la thèse intéressante qu’a longtemps prévalu au sein des savants européens une hostilité de principe à la figure du nomade ou du migrant, et une valorisation de celle du sédentaire, identifiée à l’immuabilité et à l’authenticité supposée. En particulier, il considère que l’islamisation de sociétés d’Afrique a été sous-étudiée alors que les sociétés animistes faisaient l’objet de toutes les attentions scientifiques. Ce biais viendrait d’une survalorisation des sociétés abusivement considérées comme stables, closes et anhistoriques. Les ethnologues auraient contribué à la déshistoricisation des sociétés étudiées (Amselle, 2001, p. 29). Le colloque précité consacré aux étrangers en Afrique et organisé à l’université Paris Diderot en 1999 a conduit à dresser un constat similaire dans le champ de l’historiographie : « L’étude des mouvements internes au continent africain est totalement négligée » (Coquery-Vidrovitch et al., 2003, quatrième de couverture). Les auteurs rappellent dans l’introduction que l’étude des migrations en Afrique constitue un champ de recherches « laissé en friche après que deux ouvrages [Amin, 1974 ; Amselle, 1976], novateurs en leur temps mais aujourd’hui datés, en ont naguère souligné l’importance » (ibid., p. 13). Cependant, depuis les années 2000, nombre de jeunes chercheurs en histoire de l’Afrique coloniale se sont engagés dans ces thématiques, tels Daouda Gary-Tounkara (2008), Amadou Ba (2010) ou Klara Boyer-Rossol (2015).

  • 7 Dans un livre connu, Noirs et blancs dans l’Afrique noire française, Paris, Flammarion, 1983, Henri (...)
  • 8 Voir par exemple les travaux de Serge Gruzinski pour l’Amérique hispanique et de Romain Bertrand po (...)

19En outre, encore peu d’études sont centrées sur les relations interculturelles à l’époque coloniale7. Peter Van der Veer (2002) s’intéresse cependant à ce qu’il désigne comme un « colonial cosmopolitanism ». Dans le sillage de Catherine Coquery-Vidrovitch, des historiens se sont lancés dans l’exploration de ces thématiques, en particulier sur des terrains méditerranéens : Omar Carlier (2009), François Georgeon et Paul Dumont (1997) à propos des relations intercommunautaires dans l’empire ottoman. À Montpellier, une thèse a été soutenue en 2013 sur Les lieux de sociabilité dans la ville de Tunis à l’époque coloniale : ville européenne et cosmopolitisme (Ghazi Hamidi). Cependant, cette thématique et cette approche sont moins développées pour l’Afrique qu’à propos de l’Amérique latine ou de l’Asie du sud-est8.

Une géographie des villes cosmopolites : un « archipel cosmopolite africain » ?

20Ainsi, l’étude de la littérature historique montre qu’il existe des formes anciennes, variables dans le temps et dans l’espace, de circulations allogènes et de leur présence visible dans les villes d’Afrique. Une géographie différenciée de cette présence se dessine, avec une nette surreprésentation des villes portuaires ou littorales. Ces villes sont souvent présentées comme des « portes ». L’objet de la ville-port, lieu de contact et de brassage de populations, est bien connu des historiens, de toutes les régions du monde et de toutes les périodes. Il n’est en rien spécifique de l’Afrique. Mais en Afrique, ce sont pour l’essentiel ces villes-ports qui ont fait l’objet de récits anciens (voyageurs arabes, navigateurs de toutes origines…) et donc des études des chercheurs, en lien avec les nombreuses implantations extra-africaines sur la périphérie du continent, européennes, arabes, persanes ou indiennes (Fauvelle, 2013).

21Cependant, on l’a vu, la présence d’« étrangers » dans les villes d’Afrique ne saurait se circonscrire aux seules villes littorales. De nombreux travaux ont montré que des villes de l’intérieur pouvaient être également ouvertes aux circulations internationales : rappelons l’exemple de Tananarive, mais aussi ceux de Kampala (Chrétien, 1994) ou de Harar (Revault et Santelli, 2004), et en général des ports de l’intérieur que constituaient les villes caravanières du Sahara et de son pourtour, par exemple. Philippe Beaujard rapporte cette très belle anecdote d’un sesterce romain datant du iiisiècle retrouvé dans l’actuel Ouganda. L’influence de l’Afrique romaine s’est donc diffusée bien au-delà de son aire géographique de domination politique. Les villes minières, déjà évoquées, constituent un autre type de port de l’intérieur ouvert à des circulations internationales dès le xixsiècle. Le cas de Johannesburg, surnommée alors « la ville de l’or », est bien connu, tout comme celui, déjà évoqué d’Élisabethville. Dans des villes de cette Afrique centrale intérieure, et en particulier au Katanga, se sont installés nombre de Grecs juifs originaires de l’île de Rhodes ; il subsiste une trace contemporaine de cette présence en la personne de Moïse Katumbi, gouverneur médiatique de la province jusqu’en 2015, descendant de l’un de ces migrants.

  • 9 Voir les travaux de Joël Bonnemaison à propos de l’identité spatiale des habitants de Vanuatu, 1986 (...)
  • 10 Cette approche de régions rurales coupées du monde et isolées en Afrique est d’ailleurs à nuancer f (...)

22Capitales royales des hautes terres intérieures, haltes caravanières urbaines transsahariennes ou agglomérations nées de l’activité extractive et très vite grossies constituent autant de formes de villes ouvertes au cosmopolitisme, voire construites par ces populations aux origines diverses. Pour reprendre la métaphore d’Olivier Dollfuss (1996) appliquée aux centres de commandement du monde actuel, on pourrait identifier, et partant, cartographier, un « archipel cosmopolite africain » au sein duquel circuleraient des individus originaires de très nombreuses régions du monde avec une grande fluidité, à l’opposé exact de la représentation longtemps (et parfois encore) dominante du continent africain fondée sur la métaphore du « cœur de ténèbres », laquelle met en avant un caractère mystérieux et une opacité qui fascinent et effraient tout à la fois. La vision du continent africain en termes d’archipel de lieux ouverts au monde, au sein duquel les « îles » seraient en réseau9 conduit à insister de nouveau sur la diversité spatiale de l’Afrique. S’il a bien existé, notamment depuis les implantations européennes, des espaces apparemment coupés du reste du monde et fort isolés en Afrique, ceux-ci se sont imposés dans les représentations courantes du continent au point d’occulter totalement les autres espaces relevant de « l’archipel cosmopolite africain », très connectés au reste du monde10.

23Le bilan de cette rapide synthèse historique et son interprétation en termes spatiaux est clair : les villes d’Afrique, loin d’avoir évolué en systèmes clos, ont depuis toujours été des foyers de circulations internationales. Elles en ont souvent été des récepteurs, parfois, mais plus rarement il est vrai, des émetteurs, parfois les deux. Or cette diversité, ce brassage de populations, parfois d’ampleur spatiale très large, sont méconnus dans les représentations des villes actuelles ou bien seulement réduits à la marque coloniale. On examinera dans le chapitre suivant comment ces circulations ont eu une influence forte et pérenne sur les populations citadines, l’organisation de l’espace et les cultures urbaines en termes de « créolisation ».

De l’usage du cosmopolitisme en géographie : définitions, interprétations et discussions

24Jusqu’alors, on a donné au terme cosmopolite le sens limité de « qui comprend des personnes de tous les pays, qui subit des influences de nombreux pays ». Le terme est alors descriptif, plus ou moins synonyme de « multiculturel », au sens de présence de plusieurs cultures dans un même endroit. Mais cette approche descriptive, que l’on peut qualifier de « cosmopolitisme démographique » (Poulot, 2010), ne dit rien de ce que ressentent les citadins de cette situation : est-elle perçue ? valorisée, considérée avec indifférence ou rejetée ? Approfondir la notion de cosmopolitisme revient alors à passer de la notion descriptive d’une situation « multiculturelle » à une analyse sur l’émergence – ou non – d’interactions se développant entre des populations d’origines différentes vivant dans un même endroit. Cela permet également de réfléchir à la question du dépassement de la conscience du seul local, pour envisager la condition citadine à l’échelle continentale et mondiale, c’est-à-dire universelle.

Des citadins cosmopolites…

25Le cosmopolitisme est fréquemment défini d’un point de vue individuel. Il s’agit alors d’une disposition à se considérer comme « citoyen de l’univers », comme l’indique de façon quelque peu emphatique Le grand Robert de la langue française. Plus précisément, le cosmopolitisme est « un état d’esprit, une ouverture à l’étranger et une étrangeté à la différence » (Werbner, 1999, cité par Schmoll, 2003). C’est à la fois une pratique et une disposition d’esprit qui consistent non seulement à accepter ce qui est étranger mais aussi à désirer cette rencontre avec des individus d’origine différente, à la rechercher dans son mode de vie. La définition proposée par Ulf Hannerz va dans le même sens :

  • 11 « Cosmopolitanism […] includes a stance toward diversity itself, toward the coexistence of cultures (...)

« Le cosmopolitisme comporte une position en faveur de la diversité en elle-même, de la coexistence de cultures au cœur de l’expérience individuelle. Un cosmopolitisme encore plus authentique est avant tout une orientation, une volonté de s’engager envers l’autre. Il occasionne une ouverture intellectuelle et esthétique à l’égard de nouvelles expériences culturelles, une recherche des contrastes plutôt que de l’uniformité11 » (Hannerz, 1990, p. 239).

26Dans ce travail, cette disposition cosmopolite se traduit par la fréquentation délibérée de lieux considérés comme étrangers à sa ville.

  • 12 Une épistémologie de la notion fait apparaître son occurrence première à l’époque antique en Grèce, (...)

27En 2000, David Harvey considérait que « le cosmopolitisme [était] de retour », à propos notamment des mobilisations ouvrières ou des mouvements écologistes transnationaux. De fait, depuis une dizaine d’années, nombre de publications ont repris ce terme, dans des acceptions fort diverses. On laissera de côté ici la dimension politique de la notion de cosmopolitisme12 au sens de construction politique supranationale. Dans le champ des sciences humaines, de nombreux écrits théoriques ont porté sur la notion, qui est désormais connotée positivement : Ulf Hannerz (1996), Robin Coben et Steven Vertovec (2002), entre autres. Dans son livre célèbre, Après le colonialisme, Arjun Appadurai (2001) fait également référence au cosmopolitisme, défini comme l’ensemble des représentations de l’ailleurs et de l’altérité que développent les individus. Ainsi, c’est l’imaginaire de l’autre et de l’ailleurs qui fonde le cosmopolite, ce qui ne préjuge pas de sa connotation positive ou négative.

28En géographie plus précisément, l’usage du terme s’est considérablement diffusé alors qu’il avait été délaissé durant les précédentes décennies. Nombre d’ouvrages ou de thèses l’utilisent dans le titre : Les nouveaux cosmopolitismes (Tarrius, 2000), Cosmopolitanism and the Geography of Freedom (Harvey, 2009), Les nouveaux urbains de l’espace Sahara-Sahel et le cosmopolitisme par le bas (Boesen et Marfaing, 2007), Une place marchande cosmopolite : dynamiques migratoires et circulations commerciales à Naples (Schmoll, 2004), Pour une géographie du cosmopolitisme autour du boulevard Saint-Laurent (Poulot, 2014)… Un colloque organisé en 2011 à Rabat portait sur le thème : Méditerranée Sud, le retour du cosmopolitisme ? Mobilités, altérités et reconstructions identitaires sur la rive sud de la Méditerranée. Pourtant, il n’y a pas d’entrée « cosmopolitisme » dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés de Jacques Lévy et Michel Lussault, signe peut-être que ce n’était pas encore en 2003 une notion fréquemment utilisée par les géographes. Il en va de même pour les principaux autres dictionnaires de géographie consultés, qu’il s’agisse de dictionnaires traditionnels ou en ligne (Hypergeo, glossaire de Géoconfluences). En revanche, le dictionnaire anglophone de géographie lui consacre une entrée (Amin, 2009). Celle-ci est pour l’essentiel politique : une présentation de la pensée d’Ulrich Beck est proposée, mais la notice n’évoque aucune dimension spatiale de la notion.

29Dans tous ces travaux, la notion a une connotation positive, parfois teintée d’angélisme, on y reviendra, alors qu’elle a longtemps revêtu une connotation négative, voire raciste et antisémite, ou encore mondialiste dans le sens marxiste de l’un des attributs d’une bourgeoisie déterritorialisée et transnationale. S’efforçant d’envisager les deux aspects, Arjun Appadurai expose au contraire que le cosmopolite peut développer des représentations ouvertes et constructives de l’autre, tout comme des représentations hostiles et fermées.

  • 13 « Most of [the exiles] are not cosmopolitan. Most ordinary labor migrants do not become cosmopolit (...)

30Dans cette acception du cosmopolitisme, un débat anime les chercheurs utilisant la notion. Pour Ulf Hannerz, il existe un clivage sociologique qui fait que le cosmopolitisme n’est pas donné à tout le monde. Il existerait trois catégories d’individus mobiles à l’échelle transnationale : les cosmopolites (première catégorie) ont une disposition à aller vers l’autre, une curiosité d’esprit. Ils sont peu nombreux et appartiennent à une forme d’élite aisée et ouverte. Le transnational (deuxième catégorie) voyage beaucoup – il est homme d’affaires, touriste, ou migrant -, mais se déplace avec son mode de vie et ses schémas de pensée, ce qui le conduit à ne fréquenter que (ou principalement) des membres de son groupe à l’étranger ; il reste à l’échelle de l’État-nation. Enfin, le local (troisième catégorie) est peu concerné par ces ouvertures sur l’autre à travers la mobilité. Le propos est résumé dans un article de 1990 : « La plupart des migrants ne sont pas des cosmopolites. La plupart des travailleurs migrants ordinaires ne deviennent pas cosmopolites non plus13 » (Hannerz, 1990, p. 243).

31Cette conception a été battue en brèche par des sociologues et des anthropologues travaillant selon des approches micro-locales et procédant par une démarche empirique, ainsi que par des théoriciens des sciences sociales. De manière théorique, le livre d’Arjun Appadurai a contribué à cette mise en lumière de la nécessité d’une « pratique ethnographique authentiquement cosmopolite », c’est-à-dire qui prenne en compte les circulations, les flux, ainsi que les représentations qu’ont les individus du monde (ethnoscapes). En outre, pour cet auteur, non seulement le cosmopolitisme est donné à tout le monde, mais plus encore, il est présent dans chaque individu en situation de mobilité ou confronté à celles des autres, que ceux-ci se trouvent dans son entourage physique (voisins, famille, collègues…) ou dans les représentations du monde qui sont diffusées par les médias. Parmi les études de terrain, les travaux d’Alain Tarrius (2000) et de Michel Péraldi (2001) ont été novateurs en la matière. Ils se sont intéressés aux commerçants circulant entre plusieurs espaces circumméditerranéens et ont montré des formes de cosmopolitisme dans leurs pratiques, si ce n’est dans leurs représentations. Alain Tarrius centre ses travaux sur le « paradigme de la mobilité », lequel conduit à considérer que « le temps organise l’espace » (ibid.). Des travaux de chercheurs allemands ont également repensé la notion de cosmopolitisme en la dépouillant de sa connotation élitiste (Hiebert, 2002 ; Werbner, 1999). La première étudie le phénomène de cosmopolitisme de la classe ouvrière et la création de mondes ethniques transnationaux, en montrant qu’il n’existe pas de contradiction entre les deux. Le second s’intéresse au « cosmopolitisme au niveau local » où il identifie « le développement de voisinages transnationaux ».

32La position développée par ces chercheurs, auxquels se sont ajoutés dans les années 2000 de jeunes géographes (Julien Brachet, Christine Ludl, Camille Schmoll…), est que l’intensification des circulations migratoires produit de nouveaux cosmopolitismes, parfois qualifiés de « par le bas » (Portes, 1999), de « subaltern cosmopolitanisms » (Gidwani, 2006), de « populaires » (Baby-Collin, 2014) ou de « vernaculaires » (Diouf, 2000), nés de la présence simultanée dans l’espace urbain de groupes hétérogènes. Tous nuancent cependant le propos en se gardant de tout angélisme. Camille Schmoll (2003) montre par exemple que le « cosmopolitisme au quotidien » qu’elle étudie chez les commerçants à Naples est souvent motivé par le contexte purement commercial et qu’il ne relève pas d’une pulsion humaniste d’ouverture à autrui : « Le cosmopolitisme que nous avons décrit n’est pas nécessairement hétérophile. Il est lié aux opportunités et est motivé par une nécessité de dialogue avec Autrui. C’est pourquoi il s’agit d’un “cosmopolitisme au quotidien” » (art. cit.). Simplement, il existe, de facto, même si son origine est intéressée.

33Dans ces analyses, le citadin cosmopolite est entendu de manière extensive : loin d’être le seul résident, il est aussi celui qui passe en ville, qui y séjourne, qui s’inscrit dans son espace, fût-ce pour un temps court. On considère donc par « citadin » tout individu qui se trouve dans l’espace de la ville à un moment de sa vie. Cette précision permet d’aborder l’une des dimensions du cosmopolitisme en tant que doctrine et projet politique : il se donne pour cadre le monde entier et affirme l’importance de la liberté de circulation des individus au sein de celui-ci, sans entrave de quelque nature que ce soit. Le projet cosmopolitique est donc étroitement lié à la libre circulation des hommes.

34Si la qualification d’un citadin comme cosmopolite est loin d’être aisée, qu’en est-il de l’extension de l’adjectif à une ville entière, dans un processus – peut-être abusif – de métonymie ? Est-il légitime de parler de ville cosmopolite, et que cela signifie-t-il exactement ?

… à la définition de la ville cosmopolite

35La ville cosmopolite est tout d’abord une ville dans laquelle un grand nombre de personnes d’origines différentes sont présentes, origines se déployant aujourd’hui à l’échelle mondiale. Se pose alors la question des seuils de cosmopolitisme : existe-t-il une proportion minimale d’allogènes à partir de laquelle une ville pourrait être qualifiée de cosmopolite ? Sachant que la définition de ces allogènes est fort malaisée : doivent-ils résider en ville, y incorpore-t-on les « commerçants à la valise », de passage mais qui reviennent plusieurs fois par an au même endroit ? Faut-il qu’il s’agisse d’une ville de minorités, c’est-à-dire sans population numériquement dominante, comme c’est par exemple le cas à Port-Louis ? On peut répondre par la négative à cette hypothèse, car il existe des villes très homogènes mais dans lesquelles une minorité numériquement étroite peut jouer un rôle prédominant dans le domaine économique et être très visible. C’est par exemple le cas des Chinois dans les métropoles d’Asie du sud-est ou des Indiens dans celles d’Afrique orientale. Dans les métropoles secondaires d’Afrique au Sud du Sahara, la proportion résidente d’allogènes est d’ailleurs relativement faible, fréquemment inférieure à 10 % (cf. infra).

  • 14 Dans cette optique, Tananarive ne serait alors pas une « ville cosmopolite ». On verra cependant au (...)

36Cette difficulté à fixer une définition objective de la ville cosmopolite, fondée sur des critères démographiques, conduit à l’envisager d’une autre manière, en privilégiant la façon dont la ville se représente. L’identité citadine, entendue au sens de représentation collective dominante, fonderait en ce sens le caractère cosmopolite : est cosmopolite une ville que ses habitants considèrent comme telle (mais quels habitants ? dans quelle mesure ?). Cette représentation de la diversité des origines de la population s’affranchit alors des notions de seuil et de proportion. Cette définition fondée sur l’autoreprésentation du cosmopolitisme permet de discriminer entre les villes dites cosmopolites. Ainsi, à Tananarive, on trouve peu de gens pour défendre l’idée que la ville soit cosmopolite14, alors qu’elle l’est de facto et que les groupes d’origine étrangère y jouent un rôle central, même s’ils sont peu nombreux (Indiens, Chinois, Français principalement), tandis qu’à Zanzibar ou à Saint-Louis du Sénégal, le caractère cosmopolite de la ville est souvent présenté vis-à-vis de l’extérieur comme une caractéristique intrinsèque de la ville et de son identité, qui trouverait ses origines dans un passé pluriséculaire. Or aujourd’hui, il est probable que la diversité des populations y est plus faible qu’il y a deux siècles par exemple, en raison de la forte marginalisation économique qu’ont connue ces deux villes, qui, de centres régionaux, sont devenues des périphéries à toutes les échelles. Le caractère cosmopolite d’une ville peut ainsi être utilisé comme un nouveau symbole de l’image extérieure de celle-ci, même si cette tendance demeure très limitée. Il faut alors distinguer la représentation des citadins ordinaires de celle des dirigeants au sens large, tels les élus ou les personnalités publiques du monde associatif, médiatique ou culturel urbain, qui contribuent à construire et à diffuser l’image de la ville.

37Enfin, la ville cosmopolite peut être appréhendée par des pratiques et par des lieux. Le chercheur s’intéresse alors à des pratiques dites cosmopolites et présentées comme telles : incorporation d’éléments étrangers dans la cuisine citadine domestique, présence de restaurants étrangers, existence de courants musicaux mêlant différentes influences, salles où se joue telle musique… Plus encore, on formule ici l’hypothèse que la ville cosmopolite peut se définir dans des lieux, des formes et des ambiances. Cette approche par les lieux pour cerner des phénomènes culturels n’est certes pas nouvelle, mais elle reste pour autant relativement limitée en géographie, et en particulier pour les pays du Sud. En effet, Jean-Bernard Racine (1998) avait mené un projet de recherche sur des thématiques voisines autour des « lieux de l’interculturalité ». Dans un article méthodologique publié dans la revue Géographie et cultures (ibid.), il exposait ce projet pour la ville suisse de Lausanne. Il y définit l’interculturalité comme « la façon dont se forment et coexistent les groupes socioculturels dans l’espace » (ibid., p. 41). Cette définition inclut celle du cosmopolitisme, tout en étant plus large car la coexistence peut être violente, discriminatoire ou connotée négativement. Le projet consiste à

« comprendre comment les échanges entre communautés, individus et cultures interagissent dans l’espace, comment cet espace est vécu et perçu, comment éventuellement cet espace peut être modifié par les pratiques des immigrés et des locaux » (ibid., p. 44).

« Cosmopolitisme » : de la séduction du mot

38Une dernière question se pose : pourquoi avoir fait le choix du terme « cosmopolite » et du nom « cosmopolitisme » plutôt que celui de « multiculturel » ou d’« interculturel », comme c’est le cas dans de nombreux travaux ?

39Il serait vain de prétendre s’abstraire de la séduction exercée par le terme même : « cosmopolitisme » est un mot d’origine grecque, apparu en français à l’époque des Lumières, qui jouit d’une connotation éminemment positive, surtout dans le milieu intellectuel, et ce dans nombre de langues européennes. Écrire un livre sur le cosmopolitisme, ne serait-ce pas adopter un point de vue universaliste et humaniste, partant, valorisant, qui s’inscrit dans une vision pleine et bénéfique de la « mondialisation », au sens de mise en contact des espaces du monde et de ses habitants, plus encore de ses citoyens ? Il ne me semble pas pouvoir faire l’économie de cette dimension subjective dans le choix du terme.

40Cependant, après avoir travaillé la notion, j’ai confirmé son choix de manière scientifique, tout en le couplant à une visée éthique. En effet, parler de « ville cosmopolite » ou de « lieu cosmopolite » au lieu de « ville multiculturelle » ou de « lieu de l’interculturalité », c’est prendre position sur plusieurs aspects : tout d’abord, un constat de la diversité de la population, c’est le « cosmopolitisme démographique » ; ensuite, celui des interactions qui en naissent, ce sont les pratiques du cosmopolitisme, identifié dans les lieux, les formes et les ambiances ; enfin c’est surtout poser un idéal de la vie en ville à partir de la cohabitation ou de la coprésence de personnes d’origines très diverses. Étudier la ville cosmopolite consiste à affirmer qu’il est souhaitable pour les sociétés citadines de vivre en bonne intelligence et de réduire la méconnaissance de l’autre, laquelle conduit à son rejet. Si d’un point de vue humaniste on considère qu’il est bon pour les hommes de vivre en paix, alors il est légitime d’envisager la ville comme cosmopolite, les espaces de celle-ci comme de véritables lieux pris dans une perspective dynamique et non figée. Guy Di Méo, sans avoir recours au terme de cosmopolitisme, insiste sur la responsabilité du chercheur dans la manière d’envisager les faits sociaux :

« Le travail scientifique doit mettre l’accent sur les métissages, sur les hybridations permanentes qui président à la plupart des productions identitaires […]. La recherche doit prendre en considération l’hypothèse selon laquelle les identités fonctionnant en isolat géographique et politique n’aboutissent qu’à l’appauvrissement et à l’asservissement, qu’à l’exploitation des êtres humains, qu’à la formation de ghettos. […] A contrario, l’hypothèse que les identités ouvertes sont porteuses d’innovation et de progrès social, de démocratie […] mérite d’être vérifiée de près » (Di Méo, 2007, p. 91).

41Il est désormais possible de considérer la situation actuelle des villes d’Afrique pour examiner si oui ou non l’intensification des circulations migratoires, dont on présentera les formes et les facteurs ainsi que la place dans les discours sur la ville et sur les images extérieures des villes, s’apparente à un nouveau cosmopolitisme.

L’intensification actuelle des circulations internationales : les villes d’Afrique « au carrefour du monde15 »

  • 15 Expression empruntée au titre du livre d’Armelle Choplin, 2009, Nouakchott, au carrefour de la Maur (...)

42Contrairement aux idées reçues, le continent africain n’est pas à l’écart des mouvements internationaux de populations et les pays d’Afrique sont pour certains des pays d’émigration, d’immigration ou les deux : c’est notamment la conséquence du fait que l’Afrique soit dominée dans l’économie mondiale, et de ce fait soit une périphérie de la mondialisation. Si l’ensemble des étrangers en circulation dans les villes d’Afrique est concerné par l’étude, les étrangers originaires des pays du Sud retiendront plus particulièrement notre attention. En effet, en nombre, ce sont bien ces étrangers qui y sont le plus présents, tandis que les Européens vivant en Afrique ne sont souvent que peu nombreux à y résider, quelques milliers tout au plus à l’échelle nationale, si l’on ne tient pas compte des bi-nationaux ayant conservé une nationalité européenne en sus de celle de leur État à la suite des indépendances. L’Angola constitue cependant un contre-exemple avec quelque 100 000 Portugais recensés. En outre, il n’existe pas d’autres mobilités originaires des autres pays riches, Américains du Nord, Japonais ou Australiens ne constituant pas des groupes identifiés et constitués en Afrique, contrairement aux Européens, principalement les Français, les Britanniques et les Portugais. Ils sont cependant nombreux à y circuler : hommes d’affaires, techniciens, membres d’associations humanitaires, etc.

43À l’intérieur du continent, les premiers migrants en nombre sont les Africains eux-mêmes. De fait, à l’échelle mondiale, les migrations dites « Sud-Sud » sont en plein essor depuis les années 1990 et on estime que de nos jours la moitié des migrants originaires du Sud se déplace vers un autre pays du Sud (Coquery-Vidrovitch, 2003 ; Simon, 2008 ; Spire, 2011). À l’intérieur du continent africain, Sylvie Bredeloup (2003) propose comme ordre de grandeur de considérer qu’environ 10 % de la population des pays d’Afrique subsaharienne sont composés de migrants, en incluant les réfugiés et les migrants intérieurs, ce qui fait que « l’Afrique connaît le taux de mobilité le plus élevé au monde ». Elle avance le taux de 5 % de la population africaine en situation de migration dans un autre pays d’Afrique, en 2003. En Afrique au Sud du Sahara, il existe donc plusieurs millions d’Africains qui habitent dans un autre pays que le leur, et il existe de plus en plus de personnes originaires d’autres continents qui y résident également. Il s’agit principalement de personnes originaires d’Asie, comme des Chinois ou des Indiens. Pour ce qui est des premiers, les chercheurs livrent des données fort disparates, mais qui toutes s’accordent pour dire qu’il y a plusieurs centaines de milliers de citoyens de la République populaire de Chine (RPC) en Afrique au tournant des années 2010 : c’est le cas d’Emmanuel Ma Mung (2008), de Sylvie Bredeloup et de Brigitte Bertoncello (2009) ou encore de Giles Mohan (2014). Le journaliste Howard French choisit l’estimation haute, probablement exagérée, du million de migrants dans un but éditorial et pour frapper le lecteur : Chinas’ second continent. How a Million Migrants are Building a New Empire in Africa, 2014. Au-delà de la rhétorique discutable du titre, le contenu se fonde, quant à lui, sur des données rigoureuses et référencées.

L’étranger dans la ville en Afrique : visibilité, invisibilité

44L’étranger qui vit en ville peut tout d’abord être défini par un critère de nationalité classique, c’est-à-dire qu’il ne possède pas la nationalité du pays d’accueil. C’est par exemple le cas des ressortissants chinois installés depuis au maximum une vingtaine d’années dans nombre de pays africains.

45Cependant, cette approche est très insuffisante pour cette étude consacrée aux pratiques et aux représentations citadines. Tout d’abord, il est indispensable d’élargir la notion aux personnes d’origine étrangère mais qui disposent de la nationalité locale, acquise par mariage ou par naturalisation, qui sont alors considérées comme étrangères de par leur origine, leur physionomie, leur patronyme, leur religion, leur langue, leur costume ou d’autres éléments encore qui leur confèrent une visibilité dans l’espace urbain. En outre, nombre de personnes sont considérées comme « étrangères » alors qu’elles sont nées dans le pays ainsi que leurs parents ou grands-parents : c’est le cas des Indiens d’Afrique australe, de l’Est et des îles de l’océan Indien, des Chinois d’Afrique centrale, des Libanais d’Afrique occidentale ou des Comoriens de Madagascar. Alors même que certains ont acquis la nationalité du pays d’accueil, ils sont toutefois toujours considérés comme étrangers à celui-ci, ce que révèlent les épisodes d’expulsion, comme en Ouganda en 1972, ou les émeutes populaires à leur encontre, comme à Madagascar en 1976. Même si ces populations ne peuvent être considérées comme relevant de nouvelles migrations internationales, leurs ascendants s’étant installés en Afrique il y a plus d’un siècle, elles seront cependant incorporées dans cette étude car elles sont bien considérées comme étrangères, au sens de venues d’ailleurs et de loin. Cette assignation identitaire construite par la société locale se fonde sur des pratiques qui donnent à ces populations une forte visibilité dans l’espace urbain : vêtements spécifiques, port de signes religieux, alimentation particulière et endogamie prononcée.

  • 16 On exclura le cas très particulier des Blancs d’Afrique australe.

46Cette catégorisation peut être étendue aux descendants de colons européens installés sur le continent et toujours considérés comme extérieurs16. Ainsi à Madagascar, il existe un terme pour les désigner : ce sont les Zanatany, littéralement les enfants du sol, ce qui constitue une antiphrase car ces Zanatany sont toujours considérés comme des étrangers. L’étranger en ville est donc l’allogène qui vit loin de chez lui, qu’il soit voyageur, immigré ou issu d’une famille aux origines lointaines. Pour notre sujet, la question de la nationalité est secondaire. Beaucoup plus importante est celle de la perception de ces individus allogènes. Ils peuvent être visibles, on vient de le voir, mais également invisibles en tant que tels.

47En effet, il convient enfin de distinguer entre les originaires du continent et le reste du monde. La perception des premiers est très variable. Dans le cas de Madagascar qui se distingue volontairement et fortement du continent, les Africains sont englobés dans une catégorie unique (Nativel et Rajaonah, 2007). La situation des ressortissants présents dans d’autres pays du continent que le leur est infiniment plus complexe, car ils ne sont pas forcément « visibles » (cas des Burkinabés appartenant à une nationalité récente, créée avec la décolonisation et installés en Côte d’Ivoire), car certaines identités ethniques sont transnationales, comme les Éwé entre le Togo et le Ghana (Spire, 2011) ou les Peuls entre le Sénégal et la Guinée (Lefebvre, 2003) et car le déplacement peut se faire par continuité géographique, contrairement aux Latino-américains, aux Arabes ou aux Asiatiques contraints de prendre l’avion pour rallier toute métropole d’Afrique. La discontinuité spatiale est importante à prendre en compte pour l’étude de l’insertion urbaine de ces migrants internationaux, on y reviendra. Toutefois, dans la plupart des villes, les étrangers africains sont en situation de visibilité, étant aisément identifiés comme tels dans l’espace par les locaux. Ainsi à Maputo, les citadins rencontrés ont tous expliqué reconnaître aisément des commerçants originaires de la région des Grands Lacs (désignation et auto-dénomination) ou d’Afrique occidentale, ces derniers étant également identifiés en tant que musulmans. La langue véhiculaire à Maputo, le portugais, permet très aisément de repérer les allophones, qu’ils soient anglophones ou francophones.

48L’accent sera mis ici sur les étrangers installés depuis moins de vingt ans, donc surtout originaires de pays du Sud. Au-delà des changements que l’on va présenter, certaines continuités historiques avec la période coloniale s’affirment bien, par exemple pour les commerçants originaires du monde indien ou chinois : certains venaient dans le monde colonial africain, y circulaient ou s’y installaient, et y développaient des affaires prospères. Aujourd’hui, il est possible d’interpréter « la valse des entrepreneurs-migrants » chinois, selon la formule imagée de Brigitte Bertoncello et Sylvie Bredeloup (2009) de la même manière. Ainsi, les villes d’Afrique au Sud du Sahara ont toujours accueilli des circulations étrangères importantes, même si elles ont été occultées dans les représentations extérieures, on l’a vu ; cependant, les formes de ce cosmopolitisme changent aujourd’hui, en termes d’origines, d’intensité et de volume des flux.

Le constat de villes d’Afrique de plus en plus cosmopolites

  • 17 Il n’y a pas de recensement à Madagascar qui permettent de quantifier le nombre d’étrangers. Le der (...)

49Comme dans le reste du monde, ces flux migratoires ont pour l’essentiel une destination urbaine. Depuis les années 1990, on a observé, mesuré et analysé que les villes d’Afrique accueillaient un nombre sensiblement plus important de personnes d’origine étrangère (Agadjanian, 2008 ; Adepoju, 2008 ; Bruijn et al., 2001 ; Daum et Dougnon, 2009 ; Streiff-Fénart et Segatti, 2012 ; Wa Kabwe-Segatti, 2009, pour des références à l’échelle de l’ensemble du continent). Dans la plupart des métropoles secondaires d’Afrique, la présence nouvelle d’étrangers est attestée. Ainsi, Khartoum accueille des Éthiopiens, des Érythréens, des Chinois, des ressortissants des pays du Golfe, des Philippines, ainsi qu’un grand nombre de nationalités travaillant pour l’ONU (Choplin, 2009a). À Nouakchott, Armelle Choplin estime que 10 % de la population est étrangère (Africains de divers pays, Libanais), ce qui lui fait dire qu’il s’agit d’une « capitale cosmopolite ». Dans la plupart des villes d’Afrique d’une certaine taille, réside désormais une importante communauté de migrants récents originaires de la République populaire de Chine, comme à Dakar, Bamako, Libreville, Douala, Luanda, Lusaka ou Dar es Salaam. Cependant, ces populations ne représentent en général que quelques milliers d’individus tout en plus, ce qui révèle un décalage entre la réalité et la perception très surestimée du phénomène migratoire chinois. À Tananarive, ville pourtant moins ouverte que d’autres aux flux migratoires, vivent désormais quelques milliers de citoyens chinois (Fournet-Guérin, 2006), quelques centaines de ressortissants de l’Union indienne (source : ambassade d’Inde à Madagascar, juillet 2011), quelques centaines de Mauriciens (source informelle), des Thaïlandais venus négocier des pierres précieuses depuis une dizaine d’années et des citoyens de pays d’Afrique, en nombre inconnu mais très limité17. Si chaque nationalité ne compte que peu de ressortissants, tous sont très visibles dans leur ensemble, y compris les Africains, assimilés à un seul groupe, parfois réduits aux seuls « Sénégalais », du nom générique des troupes mobilisées par la France pour écraser la rébellion de 1947.

  • 18 Je remercie Stéphane Ondo Ze pour la communication de ces informations.

50À Libreville, les épiciers de quartiers, appelés « boutiquiers », sont dans leur grande majorité d’origine étrangère : on les désigne comme des « Maliens », même s’ils peuvent être originaires d’autres pays d’Afrique de l’ouest, comme le Sénégal. Le « Malien » est également souvent prêteur et les habitants du quartier achètent à crédit chez lui. En 2016, lors de la contestation qui suivit l’élection présidentielle de septembre, beaucoup de commerces tenus par des étrangers furent la cible de pillages ou d’exactions car il s’agissait alors d’une occasion pour apurer les dettes accumulées. Le reste du secteur commercial est également marqué par la forte présence d’étrangers : les « Libanais » tiennent les magasins de gros, les Nigérians, les activités de mécanique automobile (on les appelle les « vulcanisateurs »), les femmes béninoises tiennent des stands de vente de beignets, etc. Cette situation est similaire à celle observée à Maputo, dans un contexte historique et politique pourtant très différent. Selon un étudiant gabonais de l’université de Reims18, « l’esprit entrepreneurial est exogène ». Il souligne ainsi la faible attirance des Gabonais pour les activités économiques, la plupart des jeunes adultes recherchant un emploi dans la fonction publique, considérée comme une source de rente désirée ; il évoque le mépris de ceux-ci pour les petits métiers, pour les activités commerciales, et donc le fort contraste avec le dynamisme des étrangers dans ces secteurs pourtant sources de bénéfices pouvant être importants.

  • 19 Dont la présence est vraisemblablement à l’origine de la diffusion du virus du Sida en Amérique du (...)

51Depuis les années 1990, si la plupart des grandes villes d’Afrique accueillent des immigrés en provenance de pays du Sud de manière très visible, il n’existe cependant pas de solution de continuité totale avec la période précédente, celle de la guerre froide. En effet, dans ce contexte géopolitique international, des échanges entre pays du même bloc avaient lieu. C’est le cas des Cubains soutenant les guérillas en Afrique lusophone, des Chinois dans nombre de pays communistes, des Haïtiens au Zaïre19, ou encore, moins connu, des Coréens du Nord qui furent un temps fort influents à Tananarive auprès du président Didier Ratsiraka, lequel fit d’ailleurs construire le palais présidentiel par des architectes de ce pays. Pour asseoir sa politique africaine actuelle, la République populaire de Chine ne manque pas de rappeler ces formes de coopération qui suivirent les indépendances africaines, dans le cadre d’une politique tiers-mondiste entre « pays frères ». Cependant, si les influences dans la sphère politique et dans certains secteurs économiques étaient fortes, en volume, les flux d’individus concernés par ces échanges restèrent modestes, sans comparaison avec la situation qui prévaut depuis les années 1990.

  • 20 Le groupe dit Karana désigne de façon générique les Indiens (Indo-pakistanais) de Madagascar. Cf. B (...)

52À l’inverse, la présence et la visibilité des étrangers d’origine européenne a fortement décru dans la seconde moitié du xxsiècle, surtout en raison de contextes politiques hostiles aux ressortissants des anciennes puissances coloniales (politique nationaliste de rupture avec la France à Madagascar en 1972 par exemple), de guerres de décolonisation tardives (Afrique australe, colonies portugaises) ou de conflits internes désignant les Européens comme boucs émissaires (Abidjan dans les années 2000). Ainsi dissuadés par les risques politiques et simultanément attirés par le développement économique de l’Europe après la Seconde Guerre mondiale, nombre d’Européens ont choisi le départ vers le continent d’origine de leur famille. À Tananarive comme dans bien d’autres villes d’Afrique, les commerçants et hommes d’affaires grecs, qui constituaient pourtant un groupe assez fortement identifié et une figure de la ville à l’époque coloniale, sont ainsi partis. À Tananarive, l’hôtel Mellis, fondé par une famille grecque dans les années 1920, a été vendu à des hommes d’affaires karana20. En 2011, les descendants des fondateurs ont organisé un voyage conçu comme un pèlerinage familial et ont séjourné à l’hôtel. En conséquence, la visibilité des étrangers originaires du reste du monde s’est fortement accrue, même si les flux demeurent modestes en proportion de la population urbaine totale. À Maputo, depuis les années 2000, se sont installés plusieurs milliers de Portugais venus tenter leur chance dans l’ancienne colonie, corrélativement à la situation de crise économique que traverse leur pays. La presse a beaucoup rendu compte de ce renversement inattendu des flux migratoires entre l’ancienne métropole et l’ancienne colonie, avant que les chercheurs ne commencent à s’y intéresser dans les années 2010.

53Les villes d’Afrique sont bien concernées par des mobilités internationales renouvelées, qui alimentent de nouvelles formes de cosmopolitisme, caractérisées par une origine plus lointaine et plus diversifiée géographiquement des étrangers qu’à l’époque coloniale et juste après les indépendances, ainsi que par la complexification des trajectoires migratoires : séjours brefs, circulation entre plusieurs villes, comme le montre Amandine Spire (2011) à propos d’Africains de l’Ouest à Lomé. Enfin, dans ces nouvelles formes de cosmopolitisme, il convient de prendre en compte les voyageurs, comme les hommes d’affaires, les techniciens séjournant pour quelques semaines ou quelques mois dans une ville étrangère, les missionnaires et prosélytes qui, certes, ne sont pas des migrants internationaux au sens strict du terme, c’est-à-dire qui s’installent durablement dans un autre pays que le leur, mais qui participent de la vie citadine et qui contribuent à faire vivre les lieux du cosmopolitisme.

Encadré 1 – L’attaque terroriste de Westgate Shopping Mall à Nairobi en 2013 : le marqueur d’une Afrique urbaine cosmopolite.

L’attaque meurtrière suivie d’une longue prise d’otages par un commando somalien dans le centre commercial de Westgate (Westgate Shopping Mall) à Nairobi, la capitale du Kenya, du 21 au 24 septembre 2013, qui s’est achevée avec plusieurs dizaines de morts par arme à feu et plusieurs centaines de blessés, a suscité une vive émotion internationale et a été largement couverte par les médias du monde entier. À travers les victimes évoquées dans les médias, on peut analyser la diversité de la population qui fréquente de tels centres commerciaux, celui en question, ouvert en 2007, étant caractérisé par une clientèle plutôt aisée. L’attaque de Westgate révèle à quel point l’Afrique des villes est cosmopolite, ouverte sur la circulation internationale d’individus et inscrite dans la mondialisation migratoire.

À l’échelle locale tout d’abord, nombre de citadins présents ce samedi étaient des Indiens du Kenya, nombreux dans ce quartier périphérique de Westlands, situé au nord-ouest de l’agglomération (la presse rapporte que plus d’un tiers des morts étaient d’origine indienne. Source : [http://lemonde.fr], 28 septembre 2013). Il s’agit d’une population importante numériquement qui représente une minorité active et installée de longue date dans le pays. Comme dans le reste de l’Afrique orientale ou indo-océanique, ces originaires du monde indien sont musulmans ou hindous. Ils sont pleinement insérés dans la vie urbaine, même s’ils font l’objet d’une certaine stigmatisation en raison de leurs pratiques endogames (matrimoniales, de loisir, d’éducation, etc.) et de la prospérité d’une partie d’entre eux. Ils constituent en effet une partie importante des élites économiques du pays (voir Adam, 2009).

À l’échelle du continent africain, plusieurs ressortissants d’autres pays d’Afrique figurent parmi la liste des victimes (un célèbre diplomate et poète ghanéen, Kofi Awoonor, un Sud-africain, sans oublier des Somaliens, nombreux à vivre au Kenya). Enfin, le monde dans sa diversité semblait représenté dans ce centre commercial en ce début de samedi après-midi : Péruviens, Canadiens, Britanniques, Indiens (d’Inde), Chinois, Sud-coréens, Français, Néerlandais, et même un ressortissant originaire de Trinité et Tobago, mais peut-être d’origine indienne, pour les personnes décédées recensées. Il est probable que d’autres nationalités étaient représentées, sans que les personnes aient été blessées ou tuées. Cette liste révèle de manière éclatante à quel point les villes d’Afrique, sont, tout comme leurs homologues dans le reste monde, cosmopolites, ouvertes à des circulations multiples et à des influences variées. Les étrangers présents exerçaient dans le système ONU (Unicef, mission militaire en Somalie), dans le secteur humanitaire, dans le négoce ou plus largement les affaires, ou encore dans l’immobilier. Cette liste rappelle également que Nairobi est l’un des hubs aériens du continent, à la fois à l’intérieur de celui-ci et dans ses liens avec l’extérieur.

54Il convient donc d’adopter une position prudente quant à l’appréhension de la situation actuelle par rapport à celle prévalant à l’époque coloniale : les « nouveaux cosmopolitismes », définis par les migrants anonymes et de condition modeste (ouvriers, commerçants, petits entrepreneurs), sont en fait une composante ancienne et pérenne de la ville d’Afrique. Si nouveauté il y a, elle réside plutôt dans l’attention nouvelle en termes de recherche scientifique qui est portée à ces migrants, bien plus que dans leur existence même. Les « migrants par le bas » étaient « invisibles » dans la ville à l’époque coloniale, ils n’en existaient pas moins et ils constituaient une partie de la vie citadine.

L’Afrique dans la mondialisation : les causes de l’intensification des migrations et des circulations internationales

  • 21 Voir par exemple, en français, les travaux de Gildas Simon (2008) ou de Catherine Withol de Wenden (...)

55L’intensification des migrations et des circulations internationales relève d’une combinaison de facteurs bien étudiés par les spécialistes des migrations internationales21, qu’on se contentera de rappeler ici.

56Ces flux s’inscrivent tout d’abord dans la fin de l’antagonisme entre deux blocs à l’échelle mondiale en 1989-1990 et dans l’ouverture politique consécutive dans nombre de pays. En outre, en Afrique, plusieurs pays ayant choisi durant plusieurs années, voire plusieurs décennies, un modèle de développement fondé sur le socialisme, sont restés très fermés aux échanges internationaux, sauf avec les « pays frères ». C’est le cas de l’Éthiopie, de la Tanzanie ou encore de Madagascar. Qui plus est, durant cette période de guerre froide, plusieurs guerres liées à ce contexte international se déroulent dans des États africains, ce qui entrave leur ouverture sur l’étranger (Angola, Mozambique).

57À l’inverse, à partir des années 1980, et plus encore dans la décennie suivante, ces pays ont fait le choix d’un tournant libéral en matière économique, ce qui a contribué à stimuler les échanges internationaux et corrélativement l’activité économique nationale et les migrations internationales. C’est alors que l’on peut considérer que l’Afrique entre dans la mondialisation contemporaine :

« L’Afrique d’aujourd’hui participe à l’économie-monde, et son réseau de communications et d’échanges la relie à un faisceau mobile et dynamique de flux, flux d’hommes, de marchandises, de services, qui contrastent singulièrement avec la vision d’un continent décroché, déclassé, marginalisé » (Brunel, 2006, p. 5).

  • 22 À Mayotte, des originaires de cette même région des Grands Lacs sont présents. Un Congolais, rencon (...)

58Certains étrangers ont changé de pays sous la contrainte, fuyant les conflits et les guerres civiles dans les années 1990 en particulier (région des Grands Lacs, Liberia, Sierra Leone, Mozambique, Somalie) ou quittant des situations économiques et politiques particulièrement dégradées (Guinée Conakry, Comores). Dans les années 2000, nombre d’Ivoiriens ont quitté le pays pour s’installer dans toute l’Afrique, ainsi qu’en Europe et en Amérique du Nord. Une partie de ces migrants forcés s’est installée en ville et y est restée. Hélène Simon-Lorrière (2013) le montre pour les Libériens installés à Conakry ou à Accra et qui pour une partie d’entre eux, n’envisagent plus de retour dans leur pays pourtant pacifié. À Maputo, nombre d’étrangers rencontrés étaient dans cette situation : certains avaient quitté leur pays il y a parfois plus de vingt ans et étaient désormais installés durablement au Mozambique. C’est le cas de Burundais, de Rwandais et de Congolais originaires de régions proches de ces deux pays, du Kivu notamment. Beaucoup ont eu un parcours très heurté, séjournant dans plusieurs pays avant d’arriver à Maputo22. Dans cette ville, comme à Conakry, les autorités nationales n’ont pas imposé aux réfugiés de s’installer durablement dans des camps, même si certains ont pu en fréquenter durant quelques mois lors de leur arrivée en ville. Tous racontent avoir désiré et pu s’installer librement dans la capitale, hors d’un contrôle étatique considéré comme pesant.

59Ces exemples invitent à reconsidérer la dichotomie ancienne construite entre migrations contraintes et migrations choisies. En effet, les témoignages recueillis auprès de migrants installés notamment en ville montrent tous qu’il peut y avoir un motif de fuite au départ, qui se transforme en choix de vie par la suite, et à l’inverse que certains individus profitent de la situation chaotique de leur pays pour concrétiser un projet ancien d’émigration. Il est donc fort délicat de discriminer entre les « réfugiés » et les « migrants économiques » et les chercheurs préfèrent se concentrer sur les parcours individuels plus que sur ces catégories poreuses.

60Par ailleurs, la mondialisation est avant tout une « mondialisation de voisinage », selon la formule heureuse souvent employée par l’économiste Daniel Cohen. Il entend par là que la majorité des échanges économiques entre pays se fait entre pays voisins et non avec les antipodes, contrairement aux idées reçues. L’un des éléments les plus manifestes de cet état de fait est la régionalisation du monde, caractérisée par le rassemblement de pays en organisations régionales. Ces organisations signent souvent des accords permettant la libre circulation des marchandises, et, plus rarement, des personnes. C’est bien sûr le cas de l’Union européenne, mais aussi celui de la CEDEAO, moins connu. Or les ressortissants des pays membres de cette association jouissent de ce droit. La Southern African Development Community (SADC) a le même projet. La régionalisation s’organise également à l’échelle de l’ensemble du continent africain, avec l’Union africaine (UA). De ce fait, ces organisations régionales ont des sièges et sont à l’origine de l’installation de nombre de ressortissants étrangers dans les grandes villes d’Afrique, très souvent des capitales. C’est le cas bien connu d’Addis-Abeba, capitale diplomatique de l’Afrique, avec le siège de l’UA, mais aussi d’agences de l’ONU pour le continent, comme la Commission économique des Nations unies. De nombreux étrangers y résident, souvent pour plusieurs années.

61Les migrations internes au continent africain se sont également fortement intensifiées à la suite directe de la difficulté sans cesse renforcée d’émigrer vers l’Europe depuis la fin des années 1990. L’Afrique du Sud s’est ainsi imposée comme choix par défaut de migration internationale pour de très nombreux ressortissants de presque tous les pays d’Afrique au Sud du Sahara, y compris les non anglophones et ceux originaires de pays très lointains, d’Afrique de l’Ouest par exemple. Au Cameroun résidaient, au début des années 2000, quelque cinq mille Maliens, principalement installés dans les villes de Yaoundé et Douala (Cissé, 2009). À Maputo également vivent nombre d’Africains de l’Ouest : des Guinéens, Nigérians, Sénégalais, Maliens, Ghanéens ont été rencontrés. Toutefois, l’émigration vers l’Europe reste pour certains un objectif. Ainsi, en ma présence, un Ghanéen, tailleur, en apparence bien installé dans sa boutique dont il est le gérant, évoque avec un ami guinéen la question du visa Schengen pour entrer sur le territoire de l’Union européenne (entretien, 2015) ; d’autres m’ont demandé des renseignements sur les conditions d’entrée en France.

62La situation est particulièrement marquée pour les étudiants. À l’échelle régionale, certaines écoles supérieures privées de Dakar, de commerce ou de management, commencent à attirer au-delà des frontières du Sénégal car elles répondent à une forte demande de formation dans les pays voisins qui en sont dépourvus. L’attraction universitaire joue ainsi un rôle dans des flux entre certains centres urbains et des périphéries : Comores/Tananarive, Afrique sahélienne francophone/Dakar, Mozambique/Johannesburg ou Le Cap, etc.

63Enfin, les liaisons entre les villes du monde se sont intensifiées et ont accompagné l’augmentation et la diversification des flux évoqués précédemment. En Afrique, le transport aérien constitue un moyen de circulation indispensable pour des déplacements à l’échelle du continent. Certaines villes sont ainsi devenues des hubs aéroportuaires en permettant d’éviter de devoir passer par un aéroport européen pour joindre une autre ville d’Afrique, ce qui peut toutefois encore être le cas pour des motifs de gain de temps. Ces hubs sont notamment Addis-Abeba, Nairobi et Johannesburg, et dans une moindre mesure Lagos. Ainsi, pour joindre un pays africain depuis Madagascar, il faut transiter par l’une ou l’autre de ces villes. Si à longue distance, l’usage de l’avion est indispensable, il peut même l’être à l’échelle régionale tant l’état des voies de communication terrestres peut être mauvais. Cependant, les individus aux ressources modestes se déplacent en transports en commun (autobus, « camions-brousse »), parfois sur des distances considérables, comme le rapporte Dominique Malaquais (2006) à propos du voyage par voie terrestre d’un Camerounais jusqu’à l’Afrique du Sud par exemple. En 2017, plusieurs Africains vivant à Maputo ont évoqué de tels périples.

64Depuis les années 2000, les aéroports des métropoles d’Afrique ont également noué des relations aériennes directes avec d’autres pays du Sud, marquant en cela une rupture avec des décennies de polarisation quasi-exclusive avec les métropoles d’Europe. La première ligne Afrique-Chine, ouverte en 2004, relie Addis-Abeba à Canton (Bertoncello et Bredeloup, 2009). Dans les années qui suivirent, des lignes telles que Lagos-Pékin ou Nairobi-Canton furent ouvertes. En 2009, six métropoles d’Afrique étaient directement reliées à Pékin, Shanghai ou Canton. Madagascar dispose désormais d’une liaison bi-hebdomadaire avec l’Asie, via le hub de Bangkok. En Afrique centrale et orientale, il existe des liaisons multiples entre la péninsule arabique et plusieurs grandes villes. Ainsi, N’Djamena est reliée directement à Djeddah par Air Tchad depuis 1987, et à Dubaï par Air Afrique depuis 1998 (du moins jusqu’à la faillite de celle-ci), ce qui a contribué à intensifier les échanges commerciaux et humains entre le Tchad et la péninsule arabique (Bennafla, 2000). Une recherche sur le site Internet skyscanner23, qui permet de visualiser toutes les liaisons aériennes au départ d’un aéroport, met en évidence la diversité des liaisons au départ d’Addis-Abeba : la péninsule arabique (Arabie Saoudite, Émirats arabes unis, Koweït, Bahreïn, Yémen), le Proche-Orient (Liban, Turquie) et l’Asie (Inde, Thaïlande). Au milieu des années 2010, la compagnie Oman Airways a ouvert une liaison Mascate-Zanzibar, recréant ainsi un lien direct entre les deux territoires de l’ancienne thalassocratie omanaise en Afrique. En Afrique de l’Ouest, Dakar est reliée par vol direct aux Émirats arabes unis et à la Turquie, ce qui est en corrélation exacte avec de grands investissements industriels en provenance de ces pays au Sénégal. Les anciennes colonies portugaises ont développé des lignes directes avec le Brésil, telles les lignes Luanda-Rio de Janeiro et Luanda-São Paulo. Maputo est reliée à l’Afrique du Sud, à l’Angola (mais pas au Brésil), au Kenya, à l’Éthiopie, au Portugal et au Qatar. Quant à l’aéroport de Johannesburg, il est en relation directe avec Djeddah en Arabie saoudite, São Paulo au Brésil, Dubaï, Hong-Kong, Bombay en Inde, le Qatar, Bangkok et Istanbul, toujours en ne retenant que les villes situées dans des pays du Sud.

65L’examen de cette géographie des liaisons aériennes entre l’Afrique et l’Asie d’une part au sens large, et l’Amérique latine d’autre part, met en évidence de manière éclatante la diversification des partenaires, l’intégration de l’Afrique dans des circulations d’envergure mondiale et l’insertion croissante de celle-ci dans des flux internationaux. Depuis le milieu des années 2000, cette situation a changé du tout au tout. L’avionneur brésilien Embraer a d’ailleurs organisé à Nairobi en juillet 2011 une conférence destinée à promouvoir sa production auprès des compagnies aériennes africaines, signe d’un intérêt pour le continent africain, considéré comme un marché en plein développement.

66Cette approche géographique par les liaisons aériennes peut sembler très abstraite et éloignée de la « mondialisation par le bas » (Portes, 1999) ou du « vernacular cosmopolitanism » développé par Mamadou Diouf (2000). De prime abord, il semble s’agir là d’une géographie économique, très éloignée des acteurs individuels et fondée sur une analyse en termes de seuls flux. Or certains entretiens menés conduisent à formuler une hypothèse inverse, à savoir qu’à Tananarive comme à Maputo, les habitants sont parfaitement conscients du changement qu’a entraîné le développement des liaisons aériennes internationales en Afrique ces dernières années. Les citadins le perçoivent tout d’abord pour ce qui est des migrations chinoises, récentes, visibles et considérées – souvent à tort – comme massives. Ils interprètent également certains changements dans la société à l’aune des nouvelles mobilités, à la fois dans le sens de la présence croissante d’étrangers dans les sociétés africaines, qu’ils soient installés ou de passage, et dans celui de l’accès accru des citadins africains à la mobilité vers l’étranger, surtout en dehors du continent. Ainsi, à Tananarive, le patron d’origine indienne d’un restaurant de type « oriental » et d’un Spa haut de gamme, La Médina, explique la diffusion dans la ville de prétendus salons de massage qui cachent en fait des lieux de prostitution privés et qui se font connaître par le biais d’annonces dans les journaux : c’est directement lié, selon lui, à l’influence de la Chine et de la Thaïlande. « Avec l’ouverture des lignes aériennes, beaucoup de Malgaches ont voyagé et ont ramené ces pratiques, et ça se fait beaucoup depuis deux ans » (entretien, juillet 2011). Dans un sens inverse, j’ai rencontré à Maputo un jeune homme qui était arrivé de la région de Kayes au Mali quelques jours seulement avant l’entretien. La discussion permit de montrer qu’il n’avait jamais pris l’avion auparavant et qu’il n’était jamais allé dans la capitale Bamako. Pour son premier voyage en avion, en dehors de son pays et probablement de sa région d’origine, il se retrouvait accueilli par un membre de sa famille, commerçant qui l’embauchait comme commis, dans une ville lusophone à l’autre extrémité du continent africain.

De la perception locale à l’étude scientifique de ces mobilités internationales à destination urbaine

67La présence croissante d’étrangers dans les villes d’Afrique est désormais relevée, que ce soit par la presse ou par certains travaux scientifiques. Ne seront pas distingués pour l’instant les étrangers en situation de migration de ceux de passage, comme les voyageurs d’affaires, les diplomates…

68De manière habituelle, quand un phénomène est récent, ce sont souvent les médias qui en rendent compte. Les journaux africains contribuent ainsi à modeler une réalité, à faire émerger des lieux communs, au sens propre comme au figuré. La lecture régulière de la rubrique « faits divers » de la presse malgache comme mozambicaine est ainsi riche d’enseignements : fréquemment, il est rapporté des faits de violence sur des étrangers, souvent ressortissants chinois, français ou portugais selon le pays, tels que des enlèvements, des attaques à main armée entraînant la mort ou des attaques de véhicules. Souvent, ces citoyens européens s’avèrent être des personnes d’ascendance indienne possédant la nationalité de l’ancien pays colonisateur. Ils sont une cible privilégiée de ces faits de violence en raison du haut niveau de vie d’une fraction importante d’entre eux.

69La presse s’intéresse par ailleurs beaucoup aux quartiers appelés Chinatown, qu’elle baptise ainsi avec empressement, pour désigner tout regroupement de commerces et de commerçants chinois, sans vérifier la pertinence de cette appellation. Or celle-ci implique une concentration résidentielle, selon Pierre Trolliet, spécialiste de la diaspora chinoise. C’est souvent la concentration de commerces de détails qui conduit à une telle désignation par les journalistes, donc un marquage visuel fort dans l’espace urbain, à l’échelle d’un quartier : à Tananarive, il s’agit de celui de Behoririka, situé à proximité immédiate de la gare et du centre-ville, à Dakar de l’allée du Centenaire, en position plus excentrée, cette artère faisant le lien entre le Plateau et les quartiers résidentiels périphériques.

70Les travaux scientifiques portant sur les mobilités internationales dans les villes d’Afrique ne sont pas encore très nombreux au regard de l’ampleur du phénomène. Julien Brachet (2009) rappelle que les études consacrées aux migrations d’Afrique vers l’Europe sont bien plus nombreuses que celles consacrées aux migrations internationales à l’intérieur du continent, alors qu’en volume ces dernières concernent plus de personnes. En outre, les travaux sont souvent consacrés à l’étude d’un seul groupe étranger ou implanté de longue date, tels les Guinéens de Dakar (Lefebvre, 2003), les Libanais impliqués dans le commerce d’Abidjan (Bredeloup, 2005), les Chinois de Dakar (Diop, 2011) ou de Bamako (Bourdarias, 2009), ou encore les Indiens d’Afrique orientale (Adam, 2009 ; Blanchy, 1995). Amandine Spire en dresse un bilan assez complet, rappelant les travaux anciens et pionniers de Samir Amin (1974) et de Jean-Loup Amselle (1976), mais dont la perspective, très économique, était centrée sur l’emploi et la main-d’œuvre. Dans ce tableau, son travail de thèse consacré à la figure de l’étranger à Lomé apparaît comme novateur (Spire, 2011). Si l’on examine les monographies consacrées aux grandes villes d’Afrique depuis les années 1990, on constate que les étrangers en sont des figures absentes (Bopda, 2003 ; Calas, 1998 et 2006 ; Houssay-Holzschuch, 1999 ; Jenkins, 2013 ; Lachartre, 2000). Tout au plus sont mentionnés des Africains (quelques paragraphes dans De Lomé à Harare de Philippe Gervais-Lambony, 1994, ou dans De Bamako à Accra de Monique Bertrand, 2011), et rarement d’autres étrangers originaires de pays du Sud. Je les évoque brièvement dans ma thèse (Fournet-Guérin, 2007). Beaucoup plus récemment, Armelle Choplin leur consacre des passages plus conséquents à propos de Nouakchott, en centrant l’étude sur la situation de cette capitale vue comme un « carrefour du monde », signe d’une inflexion du regard (Choplin, 2009b). Elle insiste en particulier sur les circulations migratoires avec les pays de la péninsule arabique.

  • 24 Course à laquelle j’ai également participé (cf. Fournet-Guérin, 2006)… Les centres d’intérêt du che (...)

71Enfin, seules les migrations chinoises font l’objet de la plupart des études. Elles exercent une fascination indéniable sur les chercheurs. Il est possible de formuler l’hypothèse que cette fascination traduit la représentation toujours empreinte d’inquiétude que l’Occident se fait de la Chine. La « course » scientifique aux études consacrées aux migrants chinois lancée dans les années 200024 interroge : au-delà de son réel intérêt scientifique, ne peut-on pas y lire également une réaction du monde scientifique surpris par la forte visibilité de la présence chinoise et perplexe envers cette rivalité entre l’ancienne puissance coloniale et la Chine actuelle, considérée comme une future grande puissance, qui se déroulerait sur les territoires des anciens pré-carrés coloniaux européens ? L’accusation de néocolonialisme revient souvent sous les plumes, explicitement ou non. Si cette approche peut avoir une pertinence – tout comme se discuter – pour des implantations minières ou rurales, je conteste en revanche son emploi pour les migrations urbaines qui relèvent le plus souvent d’individus venus y développer une activité commerciale ou y créer une entreprise. Il est à mon sens abusif de qualifier ces activités de néocoloniales, car elles ne relèvent ni d’une politique d’État ni d’une volonté coordonnée de dominer ou de contrôler un territoire ou une économie. C’est également le point de vue de Mikkel Bunkenborg qui remet en cause l’idée d’un projet planifié d’émigration et d’installation dans les villes africaines à partir des Chinois de Maputo (2014). À l’inverse des Chinois, les migrants originaires d’autres pays, tels l’Inde, le Brésil ou les Philippines, sont très peu étudiés.

72Seules les villes d’Afrique du Sud ont fait l’objet de telles études, depuis plus longtemps. C’est le cas de Johannesburg, que certains auteurs cherchent à faire apparaître désormais comme une métropole internationale, cosmopolite, complexe, riche de la diversité de ses populations étrangères et culturellement féconde (Nuttall, 2005-2006), à l’encontre de son image habituelle de « ville la plus violente du monde ». Achille Mbembe ne cache pas son enthousiasme et sa fascination pour cette ville foisonnante : « Dans cette mini-New York, mini-São Paulo et mini-Los Angeles à l’échelle de l’Afrique, l’on retrouve aujourd’hui presque toutes les nationalités du monde » (Mbembe, 2010, p. 4). Durban est également une ville dont le caractère cosmopolite est souligné, à la fois dans les médias et dans la littérature scientifique (Maharaj, 2009). Dans cet article, Brij Maharaj s’intéresse aux migrants irréguliers résidant dans la ville. Pour construire son argumentation, il se fonde en large partie sur des textes issus de journaux et sur la littérature grise, notamment les rapports commandités par des organismes internationaux tels les grandes ONG (Human Rights Watch) et le Haut-commissariat aux réfugiés des Nations unies. Dès 1999, Antoine Bouillon présente une synthèse en français consacrée aux migrants francophones en Afrique du Sud. Cette thématique de recherche est désormais en plein essor, autour notamment d’Aurélia Wa Kabwe-Segatti, qui a dirigé un programme intitulé Mitrans (migrations de transit en Afrique). Dans un article novateur, Christine Ludl (2010) étudie les représentations des Maliens et des Sénégalais installés en Afrique du Sud et rappelle bien qu’il s’agit de la première étude sur le sujet.

73Enfin, ce ne sont pas seulement les « gateway cities » (villes-portes) qui sont concernées par ces flux migratoires internationaux, comme Dakar ou Libreville. Tout comme à l’époque coloniale, il est possible de rencontrer des étrangers venus parfois de très loin dans de très petites localités, comme le relate Howard French (2014) rencontrant un couple d’épiciers chinois dans une bourgade du Mozambique. La diffusion des migrants s’opère à tous les niveaux de la hiérarchie urbaine, dans tous les types d’espace, et concerne désormais l’ensemble de l’Afrique urbaine, à des degrés différents bien sûr.

Conclusion : pour des études de l’archipel cosmopolite africain

74Depuis une dizaine d’années, les villes d’Afrique font l’objet d’études plus nombreuses centrées sur l’insertion de celles-ci dans des circulations internationales qui en font des villes cosmopolites, au sens premier et minimal de carrefours de populations d’origines diverses. Dans cette thématique nouvelle, les historiens ont joué un rôle pionnier, en mettant en évidence l’existence de formes anciennes de cosmopolitisme, et ce bien avant la période coloniale qui marque cependant l’amplification du phénomène. La présence de cimetières urbains dans nombre de grandes villes d’Afrique en constitue une trace importante : sépultures européennes, dont juives, chinoises, indiennes… datant de l’époque coloniale sont très visibles dans ces lieux d’inhumation pourtant désormais destinés aux locaux. Cependant, si la reconnaissance du cosmopolitisme urbain africain passé a progressé dans la recherche scientifique, celui-ci n’en demeure pas moins souvent sous-estimé dans les représentations courantes, voire toujours dans certains écrits scientifiques en géographie qui tendent à méconnaître la complexité des sociétés urbaines du Sud.

75Il en va de même pour les nouvelles formes de cosmopolitisme qui se développent depuis les années 1990. En effet, de nos jours, ce processus s’amplifie : les villes d’Afrique sont « au carrefour du monde » en ce qu’elles accueillent, dans des proportions diverses, des étrangers du monde entier. Toutes sont concernées, bien au-delà de l’image emblématique des grandes métropoles cosmopolites. Ces étrangers peuvent être des migrants installés pour une longue durée ou des individus dont les activités s’insèrent dans la mondialisation économique ou culturelle (commerçants itinérants, techniciens, hommes d’affaires, religieux en mission prosélyte…). Parmi ces étrangers présents dans les villes d’Afrique, nombre d’entre eux sont originaires de pays lointains comme la Chine, les pays arabes ou d’autres pays d’Asie. Pourtant, en dépit de la visibilité du phénomène, celui-ci tend à être négligé par la recherche, très focalisée sur les relations entre les mondes rural et urbain et plus encore sur l’émigration africaine extra-continentale.

76Ce constat conduit à réaffirmer la pertinence de la notion de ville cosmopolite et à justifier son étude pour le continent africain. La dimension démographique du phénomène est désormais relativement bien documentée. Mais, plus avant, à travers les villes de l’« archipel cosmopolite africain », entre lesquelles circulent et dans lesquelles résident des étrangers, la thématique de recherche dégagée est celle, encore peu développée, de l’étude des pratiques et des représentations de ces formes de cosmopolitisme, perçues comme nouvelles par les citadins africains.

Notes

1 Des historiens se sont engagés dans une perspective décentrée, c’est-à-dire qui se départit du seul point de vue occidental : c’est l’« histoire connectée » ou « à parts égales », qui consiste à étudier les sources locales, à les confronter aux sources européennes et à écrire une nouvelle histoire des pays colonisés. Un livre paru en 2014 aux Éditions Karthala fait le point sur les recherches les plus récentes dans ce domaine en plein essor. Dirigé par Nathalie Kouamé, il fédère beaucoup d’historiens autour d’un projet collectif intitulé « historiographies d’ailleurs ». La plupart des terrains de recherche de ces historiens sont situés en Asie, et tout particulièrement en Inde, où l’émergence du champ scientifique des subaltern studies a constitué un « révisionnisme anti-élites », selon Jacques Pouchepadass (in Kouamé et al., 2014). Rappelons en outre le travail de Nathan Wachtel,qui était pionnier lors de sa parution en 1971, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la conquête espagnole, 1530-1570, Gallimard. La carte synthèse de François-Xavier Fauvelle, Le rhinocéros d’or, 2013, s’inscrit aussi dans ce champ, pour l’Afrique.

2 Il ne relève pas de notre propos ici de dresser une recension de cette littérature coloniale. Le lecteur intéressé par la production scientifique coloniale française pourra consulter par exemple Géographes en brousse de Cristina d’Alessandro-Scarpari, 2006.

3 Ce fut le cas du CFCO, Chemin de fer Congo-Océan, dont les conditions de construction furent dénoncées par Albert Londres dans Terre d’ébène en 1928, de la ligne Tananarive-Tamatave à Madagascar ou de celle ralliant Abidjan à Ouagadougou.

4 Une évocation très riche de la vie de ces groupes d’originaires du monde indien installés en Afrique a été écrite par V. S. Naipaul, dans son roman À la courbe du fleuve (1982). En l’occurrence, il s’agit de Mombasa et de Stanleyville/Kisangani.

5 Le lecteur trouvera une étude consacrée au cimetière de Tananarive (Fournet-Guérin, 2014), dans le livre dirigé par A. Goreau-Ponceaud, Patrimoine, politiques et ethnicité dans l’aire indianocéanique.

6 Pour davantage de précisions épistémologiques et historiques, on pourra consulter une synthèse analysant ces représentations de la ville à l’époque coloniale dans un article paru en 2011 dans L’Information géographique, Fournet-Guérin, « Les villes d’Afrique subsaharienne dans le champ de la géographie française et de la production documentaire : une géographie de villes “fantômes” ? ».

7 Dans un livre connu, Noirs et blancs dans l’Afrique noire française, Paris, Flammarion, 1983, Henri Brunschwig s’y est essayé, en défendant la thèse audacieuse que ce sont les Africains qui ont contribué à façonner la colonisation et les colons français selon leur optique.

8 Voir par exemple les travaux de Serge Gruzinski pour l’Amérique hispanique et de Romain Bertrand pour l’Indonésie.

9 Voir les travaux de Joël Bonnemaison à propos de l’identité spatiale des habitants de Vanuatu, 1986-1987, dont le caractère double est présenté avec la métaphore de « l’arbre et la pirogue ».

10 Cette approche de régions rurales coupées du monde et isolées en Afrique est d’ailleurs à nuancer fortement : à Madagascar, des Chinois se sont installés en brousse très reculée dès le début du xxsiècle. Partout en Afrique, ce fut aussi le cas de missionnaires, de commerçants, aujourd’hui de membres d’ONG ou de travailleurs sur des chantiers durant plusieurs années. Des études locales montreraient ce cosmopolitisme diffus, rural, discret et souvent réduit à quelques individus, dans nombre de régions d’Afrique.

11 « Cosmopolitanism […] includes a stance toward diversity itself, toward the coexistence of cultures in the individual experience. A more genuine cosmopolitanism is first of all an orientation, a willingness to engage with the other. It entails an intellectual and aesthetic openness toward divergent cultural experiences, a search for contrasts rather than uniformity » (traduction de l’auteur, comme toutes celles dans le texte).

12 Une épistémologie de la notion fait apparaître son occurrence première à l’époque antique en Grèce, puis dans la pensée de Kant au xviiie siècle. Récemment, à l’intersection des sciences humaines, des sciences politiques et de la philosophie, les travaux d’Ulrich Beck (2006) sont les plus féconds sur la question. Il examine le cosmopolitisme actuel au regard de la mondialisation : montée des mouvements politiques transnationaux, déclin relatif des États-nations et des frontières, rôle des médias électroniques, essor généralisé des mobilités.

13 « Most of [the exiles] are not cosmopolitan. Most ordinary labor migrants do not become cosmopolitans either. »

14 Dans cette optique, Tananarive ne serait alors pas une « ville cosmopolite ». On verra cependant au chapitre iii que des pratiques et des représentations de lieux permettent de contrebalancer cette image générale que les Tananariviens se font de leur ville et de son identité.

15 Expression empruntée au titre du livre d’Armelle Choplin, 2009, Nouakchott, au carrefour de la Mauritanie et du monde, Paris, Prodig-Karthala.

16 On exclura le cas très particulier des Blancs d’Afrique australe.

17 Il n’y a pas de recensement à Madagascar qui permettent de quantifier le nombre d’étrangers. Le dernier remonte à 1993 ; depuis, l’État n’a pu en organiser.

18 Je remercie Stéphane Ondo Ze pour la communication de ces informations.

19 Dont la présence est vraisemblablement à l’origine de la diffusion du virus du Sida en Amérique du Nord : contaminés à Kinshasa, foyer originel de l’épidémie, comme l’ont montré des chercheurs de l’IRD, des milliers de coopérants haïtiens auraient, à leur insu, rapporté dans leur pays la maladie à leur retour.

20 Le groupe dit Karana désigne de façon générique les Indiens (Indo-pakistanais) de Madagascar. Cf. Blanchy, 1995.

21 Voir par exemple, en français, les travaux de Gildas Simon (2008) ou de Catherine Withol de Wenden pour les migrations stricto sensu, de Geneviève Cortès et de Laurent Faret et pour les circulations (2009).

22 À Mayotte, des originaires de cette même région des Grands Lacs sont présents. Un Congolais, rencontré par Florentin Brocheton, étudiant en master de géopolitique à l’université de Reims, que je remercie pour cette information, narre ainsi avoir voyagé durant un an à travers l’Afrique orientale pour parvenir dans l’île française en 2015 et déclare avoir déboursé la somme de mille quatre cents euros auprès de passeurs pour ce périple.

23 [http://www.skyscanner.fr], consulté le 17 décembre 2015.

24 Course à laquelle j’ai également participé (cf. Fournet-Guérin, 2006)… Les centres d’intérêt du chercheur peuvent être très proches de ceux du journaliste d’investigation. De manière révélatrice, des cours portant sur la présence chinoise en Afrique suscitent le plus souvent un grand intérêt chez les étudiants.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search