Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formes brèves

 | 
Cécile Meynard
, 
Emmanuel Vernadakis

Première partie : Formes brèves en littérature : définition des concepts

Le contrat comme motif structurant dans les Lais de Marie de France

Sándor Kiss

Texte intégral

  • 1 Édition utilisée : Les Lais de Marie de France, publiés par Jean Rychner, Paris, Honoré Champion, c (...)
  • 2 Dans sa définition du lai, Jean Frappier insiste sur le motif de l’aventure, « toujours marquée par (...)

1Il m’a semblé que le petit corpus des Lais de Marie de France1 était particulièrement apte pour aborder la structure de l’une des « formes brèves », c’est-à-dire de la nouvelle. Dans la littérature française médiévale, le lai est une sorte de « pré-nouvelle » : nous y trouvons le caractère exemplaire de l’histoire et la concision du récit, comme plus tard dans les Cent nouvelles nouvelles par exemple ; cependant, l’arrière-plan est encore souvent mythique, et l’auteur du lai défend parfois assez ouvertement une thèse qui se rapporte à la vie morale ou sentimentale2. Marie de France, attentive à marquer l’origine bretonne de ses récits, censés retravailler les « lais » celtiques, les appelle aussi « contes » : « Les contes que je sai verrais, | Dunt li Bretun unt fait les lais, | Vos conterai assez briefment » (Guigemar, v. 19-21). Les douze « lais » (textes brefs, dont chacun est composé de quelques centaines de vers octosyllabiques à rimes plates) constituent autant d’histoires individuelles, indépendantes les unes des autres, qui sont pourtant reliées entre elles par différents traits thématiques et structuraux. Les ouvrages que l’on peut ranger sous l’étiquette de « forme brève » se caractérisent souvent par la présence d’un motif central déterminant ; dans le cas d’un ensemble de textes apparentés, on peut dégager parfois un rapport abstrait qui s’exprime par une série de variantes présentant les multiples facettes d’une problématique psychologique ou sociale.

  • 3 « Les lais de Marie de France représentent la façon par laquelle l’être humain du douzième siècle a (...)
  • 4 P. Zumthor souligne la « grande diversité de surface » des Lais et, en même temps, leur ressemblanc (...)

2Je m’intéresserai ici au rapport que l’on peut désigner par le terme de « contrat », pris dans un sens très large. Nous pouvons partir de la définition proposée par le Petit Robert : « convention par laquelle une ou plusieurs personnes s’obligent, envers une ou plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose ». Chez Marie de France, il s’agit presque toujours d’un contrat amoureux, qui, généralement, n’est pas explicite, mais qui, par sa variété et sa place centrale dans l’intrigue, possède une force structurante pour ces textes3. En relisant les lais de ce point de vue, on arrive à un classement, approximatif certes, mais qui permet de recréer une sorte d’unité pour une thématique riche et diversifiée, reflétant certaines orientations fondamentales de la civilisation courtoise du xiie siècle4.

  • 5 Qu’il me soit permis de distinguer, à l’intérieur du texte, une voix narratoriale, que je n’identif (...)

3Pour le lecteur – ancien ou moderne –, l’intérêt des conventions conclues par les personnages de nos récits provient des valeurs sentimentales et morales qu’elles représentent et qui sont reconnues en principe par le narrateur5 et les narrataires des textes. Marie de France montre comment ces valeurs fournissent une motivation au cours de l’intrigue et comment elles peuvent servir d’explication pour les différents comportements des personnages ; cependant, dans le fond, on voit ces valeurs entrer en conflit, ou on les voit attaquées, déformées, voire contestées dans des situations parfois très complexes, mais clairement présentées, grâce à la structure transparente des intrigues et à une présence narratoriale discrète et, si l’on peut dire, compréhensive. Ce questionnement des valeurs, d’importance fondamentale pour la signification des lais, définit la nature et le sort des contrats représentés, qui seront respectés ou rompus, confirmés ou transformés, triomphants ou éventuellement faussés dès le départ. On peut ajouter ici que le motif de la convention et de l’engagement est naturellement traité dans les « formes longues » de la littérature médiévale également, ainsi dans le roman – on peut penser par exemple, chez Chrétien de Troyes, à l’engagement pris par Yvain vis-à-vis de sa femme, un contrat rompu, suivi d’une réparation de la faute et d’un pardon –, mais c’est dans le lai, forme brève, que le « contrat » peut devenir un facteur structurant central.

  • 6 « Marie s’en réfère à un roman de Tristan, dans lequel on s’accorde en général à voir l’archétype p (...)
  • 7 « Li reis Marks esteit curuciez, | Vers Tristram sun nevu iriez ; | De sa tere le cungea | Pur la r (...)
  • 8 On doit se rappeler ici la définition de Leo Spitzer : « Au fond la naissance et le développement a (...)

4Un premier type de conflit, mettant en scène deux valeurs et ainsi deux contrats contradictoires, se dessine avec netteté dans deux récits, le plus bref et le plus long du recueil, Chievrefoil et Eliduc. Les deux abordent, comme on sait, le thème de l’adultère ; toutefois, le conflit entre fidélité conjugale et fidélité extra-conjugale n’y est pas montré de la même manière. Dans Chievrefoil, les faits sont, pour ainsi dire, accomplis, les contrats déjà conclus au moment où l’on entre dans le récit ; le narrateur de celui-ci, brodant un épisode sur l’histoire de Tristan que son public connaît bien6, vise à expliquer la nature de l’amour, et il le fait en des termes qui rendent superflue toute autre précision concernant la « rupture du premier contrat », c’est-à-dire du mariage (d’entrée de jeu, on rappelle au lecteur que le roi Marc a chassé son neveu à cause de son amour pour la reine7). En effet, l’engagement qui lie Tristan et la reine, un contrat qui est source de joie et de mort, est une « amur fine » (v. 8) ; c’est un engagement qui sera symbolisé dans le récit par l’entrelacement du coudrier et du chèvrefeuille8 et qui motive la mortelle angoisse de Tristan exilé :

Ne vus esmerveilliez neënt,
Kar cil ki eime lealment
Mut est dolenz e trespensez
Quant il nen ad ses volentez. (Chievrefoil, v. 21-24)

5Dans les romans qui élaborent l’histoire de Tristan avec un grand luxe de détails (chez Béroul ou chez Thomas), les « ruptures de contrat » aiguës et les phases d’apaisement alternent, bien entendu, tout le long du récit.

6Toutefois, dans le lai d’Eliduc, la démarche du narrateur est différente. Ici, les sentiments sont saisis dans leur mouvement, et le « premier contrat » – la fidélité en amour – ne sera rompu qu’au prix d’hésitations cruelles. Eliduc et Guildeluëc vivent dans une entente conjugale parfaite :

Ensemble furent lungement,
Mut s’entreamerent lëaument. (Eliduc, v. 11-12)

7Leur amour est « loyal », c’est-à-dire fidèle, comme celui de Tristan et de la reine. Eliduc se rappelle ce devoir de « loyauté » conjugale quand, en terre étrangère, la belle Guillïadun l’a mis en « effrei » : au milieu de son trouble

De sa femme li remembra
E cum il li aseüra
Que bone fei li portereit
E lëaument se cuntendreit. (Eliduc, v. 323-326)

8La rupture – sentimentale – du premier contrat se prépare lentement ; le narrateur nous livre la conscience du héros avec la pureté d’une expérience de laboratoire :

Ore est sis quors en grant prisun !
Sa lëauté voleit garder,
Mes ne s’en peot nïent jeter
Que il nen eimt la dameisele,
Guillïadun ki tant fu bele. (Eliduc, v. 466-470)

  • 9 « Cele prenge qu’il aime tant, | Kar n’est pas bien ne avenant | De deus espuses maintenir, | Ne la (...)

9Le narrateur choisit de prolonger le conflit intérieur d’Eliduc, qu’il conduit vers le mensonge et qu’il punit pour celui-ci. Eliduc, sans avouer qu’il est marié, emmène avec lui la jeune fille, qui, en apprenant la vérité, tombe dans une longue pâmoison pareille à la mort. Sa découverte par Guildeluëc qui la rend à la vie sera le point de départ d’un contrat supérieur, pour ainsi dire : convaincue du grand amour d’Eliduc pour la jeune fille, Guildeluëc, en bonne et due forme, renonce à son mari9 et prend le voile ; Eliduc épousera Guillïadun ; à la fin de sa vie, il fonde un monastère ; sa seconde femme rejoindra la première dans son couvent :

El la recut cum sa serur
E mut li porta grant honur. (Eliduc, v. 1167-1168)

10Dieu est donc garant de ce nouvel arrangement, fondé sur le dépassement de la jalousie et le dépassement de soi. Si Chievrefoil nous offre la représentation statique d’une situation conflictuelle, Eliduc est à la recherche d’une issue et d’une réinterprétation.

11Un deuxième type de conflit apparaît dans un groupe de récits où la valeur sur laquelle repose le contrat est altérée jusqu’à la dégénérescence ; celui-ci pourra être alors aboli ou – le plus souvent – remplacé par un autre, libérateur, mais pouvant conduire à une issue tragique. Dans Equitan, le roi qui séduit la femme de son sénéchal conclut avec elle un contrat explicite :

Par lur anels s’entresaisirent,
Lur fiaunces s’entreplevirent. (Equitan, v. 181-182)

12Leur comportement devra suivre les règles de l’amour courtois, le roi promettant de ne pas être roi pour sa dame, mais amant soumis (« Ne me tenez mie pour rei, | mes pur vostre humme e vostre ami », v. 170-171). Cependant le contrat cesse d’être moralement pur dès le moment où les amants se mettent à préparer le meurtre du sénéchal ; ils sont punis, et le narrateur, n’ayant plus rien à dire de leur pacte de fidélité, tire une conclusion « pragmatique », insistant sur l’utilité de son récit :

Ki bien vodreit reisun entendre
Ici purreit ensample prendre :
Tels purcace le mal d’autrui
Dunt tuz li mals revert sur lui. (Equitan, v. 307-310)

  • 10 Edgard Sienaert, en imaginant une suite à l’histoire tragique des amoureux de Laüstic, donne cette (...)

13Si la fin’amor repose sur le libre consentement, on comprend, d’après l’optique des contes, qu’un mari jaloux qui transforme le mariage en prison se trouve à l’origine de péripéties variables : le premier contrat est rompu, et un réarrangement va s’ensuivre. Celui-ci ne dépasse pas la sphère symbolique dans Laüstic, histoire simple et douloureuse. La dame, estreit gardee, cède à la requête amoureuse de son voisin, et ce second contrat convient parfaitement aux conditions de la séquestration : ele l’ama sur tute rien (v. 26), mais les amoureux ne pourront communiquer que par des paroles et des objets échangés entre deux fenêtres voisines. Dans ce récit, le premier contrat rejaillit, pour ainsi dire, sur le second : le mari exerce sa vengeance en étranglant le laüstic, le rossignol qui adoucissait les nuits de sa femme ; elle enveloppe le petit corps, devenu maintenant symbole et gage d’amour, pour l’envoyer à son ami, qui comprend le message, ensevelit le rossignol dans un coffret scellé et le gardera pour toujours10.

  • 11 Pour le contact merveilleux entre le monde « ordinaire » et le monde mythique dans les Lais de Mari (...)

14Une situation initiale semblable évolue d’une manière tout à fait différente dans Yonec, histoire plus complexe, qui, à la différence des lais évoqués jusqu’ici, fait intervenir des éléments merveilleux de la féerie bretonne11. Cette fois encore, une jeune épouse, « sage, curteise e forment bele » (v. 22), est enfermée et étroitement surveillée par son sire, qui est un « riches hum, vielz e antis » (v. 12). L’exposition n’occupe qu’une dixième partie du texte (v. 11 à 50), pour céder la place très vite à l’enchaînement logique des événements (« Ceo fu el meis d’avril entrant », v. 51). Le désespoir de la jeune femme, qui croît d’année en année, lui fait déplorer, dans une longue plainte, le « contrat », dirions-nous, dont elle est victime :

Maleeit seient mi parent
E li autre communalment
Ki a cest gelus me donerent
E de sun cors me marïerent. (Yonec, v. 81-84)

15Cependant, selon les lois du mythe, ses lamentations possèdent une valeur d’appel : un autour entre par sa fenêtre, et s’étant mué en beau et noble chevalier, inaugure ce qui pourra devenir un contrat de « rechange », en faisant cet aveu : « Jeo vus ai lungement amee | E en mun quor mut desiree : | Unkes femme fors vus n’amai » (v. 127-129), avec la conclusion : « Or puis bien estre vostre amis » (v. 134). L’élément rituel, souvent requis pour les conventions amoureuses, apparaît ici comme une conditio sine qua non : vu que le chevalier arrive d’un autre monde, il doit être intégré à celui-ci par la communion chrétienne (le chapelain « Corpus domini aportot. | Li chevaliers l’ad receü, | Le vin del chalice beü », v. 186-188). Le second contrat amoureux étant conclu (la remarque qui exprime le contentement du narrateur fait ici office de trait démarcatif : « La dame gist lez sun ami : | Unke si bel cuple ne vi ! », v. 191-192), la vengeance du mari ne tardera pas ici non plus ; mais le chevalier-oiseau qu’il a réussi à tuer aura encore le temps de remettre à son amante une épée, qu’elle devra garder pour leur fils à naître. Celui-ci, qu’on appellera Yonec, pourra, une fois grandi, exercer la vengeance finale, prévue et prescrite par le chevalier mourant ; la dame reste fidèle à ce dernier contrat, Yonec obéira à son tour (« Sun parastre a le chief tolu », v. 543) ; sa mère venant à mourir, le conteur tient à consacrer un mot au lieu de repos commun et définitif de ceux qui étaient amants :

A grant honur la dame unt prise
E el sarcu posee et mise
Delez le cors de sun ami.
Deus lur face bone merci ! (Yonec, v. 549-552)

16C’est dans le lai de Guigemar que le remplacement du premier contrat, impossible à vivre, s’accomplit avec le plus grand luxe de détails, sur le plan des paroles et sur le plan des rites. C’est également ici que la psychologie du mari geôlier est explicitée par le narrateur :

Mut fu vielz hum, e femme aveit
Une dame de haut parage,
Franche, curteise, bele e sage.
Gelus esteit a desmesure,
Kar ceo purporte la nature
Ke tuit li vieil seient gelus. (Guigemar, v. 210-215)

17Guigemar, le jeune chevalier arrivé auprès de cette dame tout seul, à bord d’un bateau miraculeux et sans équipage, tombe amoureux d’elle, et dans un discours bien construit, il cherche à lui prouver qu’une « dame de bon purpens, | Ki en sei eit valur ne sens » (v. 519-520) accepte rapidement une offre d’amour convenable (ce sont les professionnelles de l’amour – « Femme jolive de mestier », v. 515 – qui se font prier longuement). Guigemar clôt son argumentation en lançant à la dame une sorte d’injonction : « Bele dame, finum cest plait ! » (v. 526), en utilisant un terme juridique qui signifie « débat », « procès » – en fait, il propose à la dame, dont il connaît déjà les souffrances, de sortir de son premier état et de conclure un contrat nouveau. Leur rapprochement amoureux se trouve ainsi bien préparé par le narrateur ; cependant, lorsque la dame a accordé sa « druërie » au chevalier, une épreuve les attend : ils doivent se séparer, de peur que leur amour illégitime ne soit découvert. Dans leur détresse, ils concluent, encore une fois, un « covent » (v. 568), scellé par un rite très particulier, qui les assurera de leur fidélité mutuelle. Le gage d’amour qui symbolise et « matérialise » en même temps leurs sentiments et leurs espoirs, n’est pas un objet de mélancolie et de renoncement, comme le rossignol mort dans le lai du Laüstic, ni un instrument de vengeance, comme l’épée destinée à Yonec : les amoureux se donnent « congé » – c’est-à-dire permission – d’aimer la personne qui sera capable de dénouer le nœud de la chemise de Guigemar, noué par la dame, et de défaire la ceinture de la dame, placée par Guigemar. L’élément rituel, apparaissant chaque fois pour confirmer le contrat réparateur, souligne le caractère exceptionnel de celui-ci, en le situant dans un univers qui échappe à la banalité quotidienne.

18Quand les valeurs qui pourraient garantir le maintien d’un contrat sont respectées et l’harmonie de ceux qui l’ont conclu n’est pas menacée de l’intérieur, il peut toujours être attaqué de l’extérieur, par un milieu hostile ou incompréhensif. Certaines situations définissent ainsi, dans les Lais de Marie de France, un troisième type de conflit, au cours duquel les participants du contrat sont confrontés à leurs propres engagements, dans un combat dont l’issue n’est pas assurée d’emblée.

19Le lai de Lanval offre une succession particulièrement riche des arrangements contractuels, qui peuvent cependant mal tourner. Au début du conte, Lanval, chevalier au service du roi Artur, est un homme déshérité, vivant loin de sa terre natale et attendant vainement une récompense royale. Lors d’une promenade solitaire dans un pré, une étrange aventure lui arrive : c’est la rencontre d’une demoiselle qui, on le saura bientôt, arrive de l’Autre Monde et qui le requiert d’amour. Le contrat amoureux est conclu, comme il se doit, par consentement mutuel, puisque Lanval répond :

Bele, fet il, si vus pleseit
E cele joie m’aveneit
Que vus me vousissez amer,
Ne savrïez rien comander
Que jeo ne face a mun poeir,
Turt a folie ou a saveir. (Lanval, v. 121-126)

20Une clause supplémentaire s’ajoute cependant à cette convention, c’est la prescription du secret absolu : « A tuz jurs m’avrïez perdue, | Si ceste amur esteit seüe » (v. 147-148). Lanval, enrichi, aimant et aimé de retour, est satisfait : « Tut est a sun cumandement » (v. 218) – une pensée suffit pour appeler la fée près de lui. Et pourtant, le silence – et avec le silence, le contrat – sera rompu, à la suite d’une agression psychologique. Au cours d’une scène qui fait pendant à celle du pré, Lanval est de nouveau seul, mais, cette fois, au milieu d’une compagnie qui se divertit dans un verger sous la tour de la reine : il attend le moment où il puisse retrouver son amie. Or, c’est maintenant la reine qui requiert son amour :

Tute m’amour poëz aveir.
Kar me dites vostre voleir !
Ma druërie vus otrei :
Mut devez estre liez de mei ! (Lanval, v. 265-268)

21Le refus de Lanval la blesse. Le chevalier s’est défendu en rappelant son engagement envers le roi, mais la reine désire se venger du contrat non conclu et accuse Lanval grossièrement – et pas du tout courtoisement – d’aimer les hommes, au lieu des femmes :

Asez le m’ad hum dit sovent
Que des femmes n’avez talent !
Vallez avez bien afeitiez,
Ensemble od eus vus deduiez.
Vileins cüarz, mauveis failliz. (Lanval, v. 279-283)

22Honni et furieux, Lanval oublie le respect dû à sa reine et oublie le contrat en même temps ; dans sa colère, il répond qu’il est ami d’une femme, dont la plus pauvre servante est bien supérieure à la reine « de cors, de vis et de beauté, | d’enseignement et de bunté » (v. 301-302). Point crucial du récit : la fée ne répond plus à l’appel du chevalier.

Il s’esteit bien aparceüz
Qu’il aveit perdue s’amie :
Descovert ot la druërie ! (Lanval, v. 334-336)

  • 12 Parmi tous les lais de Marie de France, c’est Lanval qui, à côté de la problématique amoureuse, met (...)
  • 13 À propos de la fonction rédemptrice de l’Autre Monde, qui offre une consolation après les tracasser (...)

23Sur ce point, l’intrigue se complique du fait que la reine accuse Lanval auprès du roi, à cause de l’outrage qu’elle a dû essuyer ; elle ajoute cependant un motif d’accusation faux, en affirmant que Lanval l’a humiliée parce qu’elle avait refusé sa proposition de « druërie ». Lanval doit se défendre maintenant devant la loi : il avait enfreint la prescription féodale selon laquelle « a sun seignur | Deit hum partut fairë honur » (v. 447-448)12. Ceux qui vont le juger exigent qu’il prouve la vérité de ses paroles en faisant venir l’amie dont il avait vanté la beauté. Le problème posé par la situation absurde sera résolu par la réapparition de la fée, qui apprend au roi que la reine a faussement accusé Lanval ; sa beauté convainc les juges du bien-fondé de la « vantance », et comme dans le lai d’Yonec, l’Autre Monde prend en quelque sorte sa revanche, lorsque les amoureux partent ensemble, sur le palefroi de la pucelle, pour l’île d’Avalon13.

24Si Lanval a dû entrer en conflit avec lui-même à cause d’une crise psychologique provoquée par une agression extérieure, le danger qui menace l’harmonie des amoureux et leur contrat est tout à fait différent dans le lai du Frêne. La collision est ici de nature sociale : le récit fait intervenir le poids de la tradition, c’est-à-dire la force de la coutume incompatible avec un certain mode d’arrangement. Frêne est une enfant abandonnée par sa mère ; trouvée sur un frêne et grandie dans une abbaye, elle sera aimée d’un chevalier, à qui elle accorde son amour (« Tant li pria, tant li premist, | Qu’el otria ceo ke il quist », v. 273-274). Elle consentira ensuite à quitter l’abbaye, comme son ami le lui a conseillé :

« Si mun cunseil crere volez,
Ensemble od mei vus en vendrez.
Certes jamés ne vus faudrai,
Richement vus cunseillerai. »
Cele ki durement l’amot
Bien otriat ceo que li plot.
Ensemble od lui en est alee ;
A sun chastel l’en ad menee. (Fresne, v. 285-292)

25Toute la maisonnée accepte la convention – jusqu’au moment où les vassaux du chevalier commencent à s’inquiéter de l’avenir et parviennent à la persuader de choisir une épouse d’origine noble : son amante, sans naissance pour ainsi dire, ne pourrait lui donner l’héritier qui assure la continuité du droit coutumier et l’ordre de la possession des fiefs. Il semble qu’un contrat puisse être remplacé par un autre sans difficulté : le seigneur est consentant (« Li chevaliers ad graanté | Qu’en lur conseil femme prendra », v. 328-329), le mariage est arrangé par les vassaux (« Cel marïage unt purchacié | E de tutes parz otrié », v. 343-344). Effectivement, l’amie du chevalier est consentante également : lors des préparatifs, elle fait le service consciencieusement, sans montrer mauvaise mine (« Unques peiur semblant ne fist », v. 352) – elle a accepté à son tour la rupture de ce que nous pouvons appeler le premier contrat dans le conte. Le deuxième contrat, le mariage, sera public et conclu, bien entendu, au milieu d’une grande cérémonie ; cependant, tout à fait comme dans le lai de Lanval, un des fils inaugurant l’intrigue est repris et apporte une conclusion heureuse. En effet, grâce à une découverte que fait la mère de la fiancée, on apprend que celle-ci est la sœur jumelle de Frêne ; grande est la joie des parents, mais le contrat de mariage doit être résilié et remplacé par un autre. L’archevêque, maître du cérémonial, fera le nécessaire :

L’ercevekes ad cunseilié
Que issi seit la noit laissié ;
El demain les departira,
Lui e celë espusera.
Issi l’unt fet e graanté.
El demain furent desevré.
Aprés ad s’amie espusee. (Fresne, v. 499-505)

  • 14 Bien entendu, le contexte peut ne pas être favorable, et l’accomplissement, demeuré à l’état de ger (...)

26Comme dans Lanval, les amoureux sont sauvés, le désir est accompli, même sans intervention surnaturelle ; le but de ces deux récits a été de situer la problématique de l’amour dans un contexte social plus large et plein d’embûches, mais non de nier la possibilité des contrats amoureux heureux14.

27Le groupe des lais qui présentent un amour contrarié par les convenances sociales comprend l’histoire de Milun. Les amants doivent se séparer à cause de la naissance d’un enfant illégitime (pendant des années, leur correspondance sera assurée par un cygne) ; ainsi, le premier arrangement dont les détails intéressent le narrateur concerne ce fils nouveau-né de Milun et de la demoiselle. Il devra être élevé par la sœur de sa mère ; Milun obtient cette promesse de son amante, au moment de leur séparation :

Vostre anel al col li pendrai
E un brief li enveierai ;
Escriz i ert li nuns sun pere
E l’aventure de sa mere. (Milun, v. 77-80)

28Grâce à l’oiseau messager, les amoureux pourront se retrouver (« Ensemble viendrent plusurs feiz », v. 285) ; mais, pendant ce temps, l’enfant a grandi, et la tante accomplit son devoir : elle lui révèle sa naissance :

Le brief li rendi e l’anel,
Puis li ad dit ki est sa mere
E l’aventure de sun pere. (Milun, v. 294-296)

29Dès qu’il est adoubé, le jeune homme n’a qu’un seul désir : égaler son père, chevalier invincible, dont il connaît maintenant le renom et la gloire. Devenu chevalier exemplaire lui-même (« De sa bunté et de sun pris | Veit la novele en sun païs », v. 333-334), il se mesure, lors d’un tournoi, avec son père qu’il ne connaît pas ; celui-ci, vaincu, le reconnaîtra : « Al dei celui cunuist l’anel » (v. 430). Symbolisé par cet anneau, leur accord est parfait :

Mult bel semblant entre eus feseient
E iteus paroles diseient
Que li autre kis esgardouent
De joie et de pitié plurouent. (Milun, v. 477-480)

30Après cet heureux dénouement, un dernier arrangement reste encore à trouver. La mère du jeune homme est mariée (après le départ de Milun – dès le début du conte –, « S’amie remest a meisun. | Sis peres li duna barun », v. 123-124), et le jeune homme est déterminé à tuer celui qu’il considère comme un intrus : il veut réunir ses parents.

Sun seignur qu’ele ad ocirai
E espuser la vus ferai. (Milun, v. 499-500)

31– dit-il à son père. Le sort intervient, favorable – cependant, si l’on veut, c’est la logique d’un certain type de conte qui donne raison aux amoureux ; non pas par miracle, comme dans Lanval, ni par la révélation d’un secret, comme dans Fresne, mais grâce à la loi naturelle, pour ainsi dire : un messager annonce la mort du mari. Le narrateur prend soin de placer en conclusion le contrat final, le mariage de Milun et de son amie, arrangé par l’enfant, comme dans un conte populaire à rebours :

Lur fiz amdeus les assembla,
La mere a sun pere dona. (Milun, v. 527-528)

32Après avoir parcouru une série de récits qui parlent de contradictions entre valeurs, de la dégénérescence des valeurs et des menaces qui les guettent, nous arrivons à un dernier ensemble de lais, qui se singularisent par la bizarrerie de leur situation de départ. En d’autres termes, le contrat initial, qui fonctionne habituellement comme un point d’ancrage solide où la narration ultérieure peut prendre appui, apparaît ici comme vicié d’emblée, inadmissible, impossible à vivre, pour des raisons très diverses. À travers un quatrième type de conflit, le narrateur tient à montrer à quoi mènent l’excès de jalousie paternelle, l’hésitation prolongée en amour ou encore l’ingérence inéluctable d’une nature non humaine dans la vie de l’homme.

33Pour commencer par cette dernière anomalie, l’histoire du loup-garou, traitée dans le lai du Bisclavret, présente un mariage détruit par l’intervention de forces sauvages. Le « héros », un baron aimé de son seigneur, de ses voisins et de sa femme, doit justifier, auprès de cette dernière, ses fréquentes absences : il est absent et introuvable toutes les semaines pendant trois jours entiers. Il se sent contraint d’avouer sa double nature : quand il quitte la société des hommes, c’est pour se transformer en bête forestière, bisclavret, vivant de « proie et de rapine » ; et il ajoute un autre aveu qui deviendra fatal : il découvre à sa femme l’endroit où ses vêtements restent cachés pendant qu’il chasse tout nu dans la forêt. La dame, se sentant aussitôt libre des liens du mariage, fait voler les vêtements, empêche par là Bisclavret de redevenir personne humaine et se marie immédiatement avec un autre. D’un côté, sa réaction se comprend (« Ne voleit mes lez lui gesir », v. 102 « elle ne voulait plus coucher à côté de lui »), mais, du même coup, elle met en danger la vie du malheureux animal, devenu cible de chasse royale. Curieusement, ce qui n’a pas été entièrement détruit par la transformation, c’est la nature humaine de Bisclavret : dans sa détresse, il implore, par ses gestes, la grâce du roi, et par une sorte d’accord bizarre, il obtiendra à la cour un « statut » d’animal domestique. Cette « vassalité animale » permettra de corriger les méfaits causés par la Nature et d’exercer une vengeance sur les persécuteurs de Bisclavret : les vêtements seront récupérés, et la bête, avant de redevenir homme (peut-être définitivement), réussira à arracher le nez de son ancienne épouse. Ce lai représente la version heureuse de l’histoire bâtie sur l’absurde : le contrat initial, qui devait assurer au héros une vie normale dans la société par le mariage, est annulé et remplacé par un contrat de réintégration : le chevalier, ressuscité de son cauchemar, est embrassé et enrichi par le roi, qui

Si tost cum il pot aveir aise,
Tute sa tere li rendi ;
Plus li dona que je ne di. (Bisclavret, v. 302-304)

34Dans les autres cas, l’anomalie ne provient pas d’une interférence entre monde réel et monde mythique. L’union amoureuse peut être empêchée par un penchant bien humain, et Marie de France ne se prive pas de montrer un amour d’emblée contrarié par une disposition psychologique maladive : il s’agit, dans le lai des Deus Amanz, d’une jalousie paternelle destructrice. Le roi de Pistre, veuf et père d’« une fille bele e mut curteise », ne pourrait imaginer de vivre séparé de cette enfant ; il cherche le moyen d’éloigner tous ceux qui la demanderaient en mariage :

Cumença sei a purpenser
Cument s’en purrat delivrer,
Que nuls sa fille ne quesist. (Deus Amanz, v. 37-39)

35Une condition sera donc fixée pour les futurs prétendants : porter la jeune fille dans ses bras jusqu’au sommet d’une colline, sans s’arrêter en chemin. Les échecs successifs de tous ceux qui se soumettent à l’épreuve prouvent l’efficacité de ce « contrat négatif » ; mais lorsque la jeune fille accorde sa « druërie », en secret, à « un damisel, | Fiz a un cunte, gent e bel » (v. 57-58), s’impose le recours à la ruse. Les deux amants concluent donc un « contrat positif » : un « électuaire », breuvage magique, devra aider en secret le jeune homme à supporter l’épreuve. Trop sûr de lui, il refuse d’en boire pendant la montée, et au sommet, il meurt d’épuisement. Son amante

Entre ses braz l’estreint e prent ;
Suvent li baisë oilz e buche.
Li dols de lui al quor la tuche :
Ilec murut la dameisele,
Ki tant ert pruz e sage e bele. (Deus Amanz, v. 234-238)

36Dans cette version des récits basés sur des contrats absurdes ou frauduleux, l’obstacle de l’amour a pu être vaincu symboliquement : le roi enterre les deux amants dans un « sarcu de marbre » commun.

37Après la menace représentée par les forces animales (Bisclavret) et les méfaits causés par la sourde résistance aux besoins de la vie sentimentale normale (Deus Amanz), tournons-nous, pour terminer notre revue des contrats non « viables », vers le lai appelé Chaitivel. C’est l’histoire d’une dame qui recule devant le choix – ou, pour mieux dire, devant la conséquence du choix, un état fixe et définitif des choses. Elle hésite donc indéfiniment et ouvertement entre les quatre barons qui lui offrent leur service amoureux :

Tant furent tuit de grant valur,
Ne pot eslire le meillur.
Ne volt les treis perdre pur l’un :
Bel semblant feseit a chescun,
Ses druëries lur donout,
Ses messages lur enveiout. (Chaitivel, v. 53-58)

38Le narrateur ne la blâme pas – c’est une dame « de mult gran sens » –, et le coup imprévu et fatal qui va l’accabler n’est nullement une punition. Simplement, c’est une éventualité de l’existence qui se réalise, et le contrat est annulé, avant d’être conclu : trois chevaliers perdent la vie, le même jour, dans un tragique accident de tournoi ; le quatrième, seul survivant, se trouve « malmis par mi la quisse e einz el cors » (v. 122-123). C’est lui qui s’appellera Chaitivel, le Malheureux, désormais incapable d’aimer. Au milieu de tant de douleurs, la dame aura une idée noble et originale : pour commémorer les tristes événements, elle composera un poème. Elle confie son projet à l’amant malade :

De vus quatre ferai un lai
E Quatre Dols le numerai. (Chaitivel, v. 203-204)

39Le chevalier corrige le titre : ce lai sera effectivement consacré aux « quatre deuils » de la dame, mais il devra porter le nom de celui dont l’histoire, parmi les quatre, est la plus douloureuse – car il est resté vivant et dépourvu de la joie d’amour :

Pur c’ert li lais de mei nomez :
Le Chaitivel iert apelez. (Chaitivel, v. 229-230)

  • 15 Par un curieux procédé métalinguistique, le texte renvoie, pour ainsi dire, à lui-même dans le lai (...)

40La dame consent, et c’est par là qu’un contrat sera tout de même conclu : à la place du contrat amoureux, un contrat langagier15.

41Et effectivement, si tant de contrats sont faussés ou rompus dans les histoires racontées par Marie, il y a une obligation qui doit être toujours respectée, puisqu’elle constitue le fondement des récits eux-mêmes : c’est le contrat que le narrateur a conclu avec son public, le contrat de la parole. Le Prologue des Lais promet de garder la mémoire des « aventures », des faits et gestes du passé et de maintenir ainsi une continuité poétique, en réécrivant les lais bretons pour la postérité :

Plusurs en ai oï conter,
Nes voil laissier ne oblier. (Prologue, v. 39-40)

  • 16 Conscient et, ajoutons-le avec Laurence Harf-Lancner, prenant plaisir à son travail de formulation (...)

42Dans cette forme brève que constitue le lai, la présence du narrateur semble particulièrement importante. Pour garder le contact avec ses lecteurs, Marie de France ménage un « seuil » entre la vie réelle et la fiction : avant de commencer son récit, elle en rappelle la source bretonne, à laquelle elle revient dans la conclusion, en soulignant ainsi son propre rôle dans la transmission de l’histoire. Sur un plan plus abstrait, ce contact avec le public se réalise par le choix de la thématique et de l’élaboration structurale. La conception de l’amour courtois, en voie de naissance dans les milieux aristocratiques de la deuxième moitié du xiisiècle, a soulevé un large éventail de problèmes que Marie a traités conformément à l’horizon d’attente des « consommateurs » de la littérature. L’arrière-plan que j’ai essayé de déceler dans ce qui précède, c’est-à-dire le renvoi récurrent, dans les différents lais, à des contrats menacés, mis à l’épreuve, abolis ou remplacés, s’explique par une volonté de structuration : à l’intérieur de la forme brève, le recours à un point de vue unitaire – affectif et juridique en même temps – suffit à assurer une lecture unitaire du texte, sans exclure d’autres approches fédératrices (psychologique, sociologique, rhétorique) de l’ensemble. La réécriture des modèles bretons a été faite, on a pu s’en convaincre, suivant des lois de construction qui sont propres à un auteur conscient16. Le rôle éminent attribué aux conventions humaines révèle chez Marie une claire stratégie psychologique et narrative, en même temps que la compréhension des exigences d’un nouveau public aristocratique. L’auteur des Lais affronte courageusement la complexité des relations humaines à une époque où les formes de la vie affective deviennent plus conscientes et s’élabore une sensibilité nouvelle.

Notes

1 Édition utilisée : Les Lais de Marie de France, publiés par Jean Rychner, Paris, Honoré Champion, coll. « Les Classiques Français du Moyen Âge », 1973.

2 Dans sa définition du lai, Jean Frappier insiste sur le motif de l’aventure, « toujours marquée par un signe concret, rare, étrange, hors de l’ordre commun, un acte, un geste, un mot, qui révèle la haute qualité d’un être ou traduit la chance méritée d’un destin exceptionnel » (« Remarques sur la structure du lai. Essai de définition et de classement », dans La Littérature narrative d’imagination : des genres littéraires aux techniques d’expression, colloque de Strasbourg, Paris, Presses universitaires de France, 1961, p. 31). En confrontant la nouvelle et le conte (Märchen), André Jolles affirme que la nouvelle emporte notre conviction par la présentation cohérente d’une tranche de la réalité, tandis que le conte formule le monde selon ses lois propres ; appliquée à notre cas, la distinction rend compte de la manière dont la problématique amoureuse des lais obtient son indépendance en se dégageant de l’approche mythique. Voir A. Jolles : Einfache Formen, Tübingen, Niemeyer, 1982 (1re éd. 1930), p. 233.

3 « Les lais de Marie de France représentent la façon par laquelle l’être humain du douzième siècle acquiert son identité sociale grâce à sa fidélité à un engagement amoureux. » (L. Lawson, « La structure du récit dans les Lais de Marie de France », dans Proceedings of the IIIrd Congress of International Courtly Literary Society, Liverpool, Francis Cairns, 1981, p. 240).

4 P. Zumthor souligne la « grande diversité de surface » des Lais et, en même temps, leur ressemblance sur le plan de l’« organisation interne » (Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972, p. 390).

5 Qu’il me soit permis de distinguer, à l’intérieur du texte, une voix narratoriale, que je n’identifie pas avec d’éventuelles manifestations de l’auteur (restant extra-textuel). Je parlerai donc de narrateur, au masculin, et non de narratrice.

6 « Marie s’en réfère à un roman de Tristan, dans lequel on s’accorde en général à voir l’archétype perdu des romans conservés » (commentaire de J. Rychner, éd. citée, p. 276).

7 « Li reis Marks esteit curuciez, | Vers Tristram sun nevu iriez ; | De sa tere le cungea | Pur la reïne qu’il ama » (v. 11-14).

8 On doit se rappeler ici la définition de Leo Spitzer : « Au fond la naissance et le développement autonome du symbole dans notre “lai” n’est que le mouvement poétique de l’âme humaine qui crée à partir du visible et du tangible des entités spirituelles, un autre monde tout spirituel transcendant, gardant seulement de faibles attaches avec le monde visible ». Voir L. Spitzer, « La Lettre sur la Baguette de Coudrier dans le lai du Chievrefueil » (1946/1947), dans L. Spitzer, Romanische Literaturstudien 1936–1956, Tübingen, Niemeyer, 1959, p. 20-21.

9 « Cele prenge qu’il aime tant, | Kar n’est pas bien ne avenant | De deus espuses maintenir, | Ne la lei nel deit cunsentir » (Eliduc, v. 1127-1130).

10 Edgard Sienaert, en imaginant une suite à l’histoire tragique des amoureux de Laüstic, donne cette interprétation de la fin de l’histoire : « La défaite provisoire de l’amour devant la réalité n’a que mieux scellé les liens qui unissent les amants ». Voir Sienaert, E., Les Lais de Marie de France : Du conte merveilleux à la nouvelle psychologique, Paris, Honoré Champion, 1978, p. 135.

11 Pour le contact merveilleux entre le monde « ordinaire » et le monde mythique dans les Lais de Marie de France, voir Sienaert, E. (ibid., p. 44-45).

12 Parmi tous les lais de Marie de France, c’est Lanval qui, à côté de la problématique amoureuse, met en scène d’une manière très élaborée l’aspect juridique de l’existence sociale. Le terme plait est d’ailleurs utilisé pour marquer un changement de « climat » dans le récit : « Vassal, vus m’avez mut mesfait ; | Trop començastes vilein plait | De mei hunir e avillier » (v. 363-365, début du réquisitoire du roi).

13 À propos de la fonction rédemptrice de l’Autre Monde, qui offre une consolation après les tracasseries de l’existence ordinaire, citons cette remarque éclairante de Jean Frappier : « le concept de l’Autre Monde, d’un “autre monde”, s’étend aisément au domaine de l’amour courtois. Les adeptes de la fine amor ne s’enferment-ils pas dans un univers à eux, privilégié, interdit aux profanes, réservé à une élite, hors des lois de la morale courante et de la servitude sociale ? » (op. cit., p. 31).

14 Bien entendu, le contexte peut ne pas être favorable, et l’accomplissement, demeuré à l’état de germe, se transpose alors sur le plan virtuel, comme cela arrive à la fin du lai du Laüstic. Edgard Sienaert insiste sur le fil des événements qui conduisent à l’identification de Frêne à la fin du récit et notamment sur le rôle de sa petite pièce de soie (paile) qui permet à sa mère de la reconnaître : selon Sienaert, en effet, ce qui importe dans ce lai, ce n’est pas tellement la psychologie des personnages, mais le chemin « qui aboutira logiquement au dénouement attendu du conte », op. cit., p. 84.

15 Par un curieux procédé métalinguistique, le texte renvoie, pour ainsi dire, à lui-même dans le lai du Chievrefoil également : le récit se clôt par le rappel d’un « nuvel lai », composé par Tristan, et qui s’appelle précisément « Chievrefoil ».

16 Conscient et, ajoutons-le avec Laurence Harf-Lancner, prenant plaisir à son travail de formulation et de transmission (voir l’Introduction de L. Harf-Lancner à son édition des Lais, Paris, Librairie Générale Française, coll. « Lettres Gothiques », 1990, p. 19).

© Presses universitaires de Rennes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter