Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Formes brèves

 | 
Cécile Meynard
, 
Emmanuel Vernadakis

Troisième partie : Nouvelles formes brèves

Poems and Poetics : l’anthologie en ligne de Jerome Rothenberg

François Hugonnier

Texte intégral

1Poète, performeur et essayiste américain, Jerome Rothenberg est célèbre depuis les années 1960 pour ses poèmes et ses anthologies retraçant les formes oubliées de la poésie dans une perspective mondiale. Au xxie siècle, parallèlement à ses publications papier, il travaille à l’élaboration quotidienne d’un blog regroupant des extraits de poèmes, de commentaires, de fragments d’archives et de courts récits autobiographiques. Se présentent ainsi l’œuvre du poète et celle, indissociable, des autres, qui participent activement à ce processus en postant des commentaires ou en partageant des liens vers d’autres recueils en ligne. Bien que cette pratique de publication soit héritée du passé, ses mutations coïncident avec celles de l’outil internet.

  • 1 Pound, E., The Cantos (1956), New York: New Directions, 1993, p. 263.

2Fidèle au précepte d’Ezra Pound, « make it new1 », Rothenberg inscrit cette approche novatrice dans une tradition américaine et internationale, auto-publiant un travail hybride entre journal, archive, forum, essai et anthologie participative afin d’étendre les potentialités de l’acte poétique. Après un bref rappel du parcours de Jerome Rothenberg au xxe siècle, et plus particulièrement de la pluralité de ses manifestations et publications poétiques marginales, je présenterai les contenus et le fonctionnement spécifiques de son blog « Poems and Poetics ». Enfin, je proposerai de réfléchir aux conséquences de ce mode de publication numérique collaboratif sur la pratique poétique contemporaine.

Rothenberg au xxe siècle : redéfinir les cadres d’expression et de publication

  • 2 Rothenberg, J., New Young German Poets, San Francisco: City Lights, 1959.
  • 3 Rothenberg, J., Technicians of the Sacred (A Range of Poetries from Africa, America, Asia, Europe (...)

3Après un début de carrière en tant que traducteur des nouveaux poètes de langue allemande à la fin des années 19502, Jerome Rothenberg publie de nombreux recueils de poèmes et anthologies, dont Technicians of the Sacred (A Range of Poetries from Africa, America, Asia, Europe & Oceania3), paru en 1968, qui fit date en s’inscrivant dans les mouvements poétiques et sociaux de cette époque. Une vision démocratique et collective de la poesis – création – s’élabore. Rothenberg s’intéresse plus particulièrement, au fil de ses anthologies, à mettre en lumière les formes poétiques peu représentées dans les Amériques et dans tous les continents, et notamment les formes poétiques hybrides à l’économie extrême, comme les haïkus, les poèmes eskimos, les idéogrammes ou les séries « images », « one line poems » et « word poems ».

4Par exemple, Jerome Rothenberg publie le poème yuma suivant, tenant en une ligne, dans son anthologie Technicians of the Sacred et dans l’anthologie de Bill Zavatsky, Roy Roger : One Line Poems :

Yuma Indian Poem about the Water-Bug
The water-bug is drawing the shadows of evening toward him across the water.

  • 4 Voir l’article de Higginson, W. J., et plus particulièrement l’introduction « Some History » qui fa (...)
  • 5 Apollinaire, G., Alcools, Paris, Gallimard, 1920.

5Comme le souligne William J. Higginson dans sa revue Simply Haiku : An E-Journal of Haiku and Related Forms4, où il cite ce poème yuma traduit en anglais et compilé par Jerome Rothenberg, les poèmes en une ligne ne sont pas étrangers à la tradition occidentale. On pense bien sûr à Alcools d’Apollinaire5. L’intérêt pour ces formes est vif également aux États-Unis au début du xxe siècle et encore dans les années 1970. L’anthologie volumineuse dont ce poème yuma est extrait, Roy Roger : One Line Poems, élaborée par le poète new-yorkais Bill Zavatsky, en est l’illustration frappante. Comme le fait remarquer Higginson, les poèmes en une ligne sont par ailleurs récurrents dans les traditions orales aborigènes et amérindiennes, que Jerome Rothenberg a tenté de promouvoir tout au long de sa carrière en les traduisant et les publiant dans ses anthologies à l’aide de ce qui s’apparente à de mini partitions expérimentales, ou encore par le biais de performances.

6Les travaux de Jerome Rothenberg sur les poèmes ultra-brefs s’étendent à tous les continents et toutes les traditions, souvent oubliées ou en marge des canons littéraires. Au cours de ses recherches en ethnopoétique et de ses performances, Jerome Rothenberg a participé à une revalorisation du geste poétique au sein du groupe social. De plus, dans un contexte différent mais par une approche tout à fait similaire aux chants rituels tribaux qui furent une inspiration décisive lors de ses longs séjours dans la réserve Seneca de l’État de New York, le yiddish et les jeux kabbalistiques sont une facette remarquable de son héritage juif-américain séculier :

Unlike the traditionalists of gematria, I have seen these coincidences/synchronicities not as hermeneutic substantiations for religious and ethical doctrines, but as an entry into the kinds of correspondences/constellations that have been central to modernist & “post” modernist poetry experiments over the last century & a half.

7Outre une impulsion panaméricaine et militante s’érigeant contre l’ethnocentrisme, ces expérimentations visent à saisir l’essor universel du geste poétique.

  • 6 « La Kabbale [...] se greffe sur la tradition du commentaire de la Torah, c’est-à-dire les livres d (...)

8Ce geste poétique originel, simple et dépourvu d’ornement, apparaît dans les extraits suivants de l’ouvrage Gematria, où la technique kabbalistique de la gématrie6 est utilisée afin de découvrir de nouvelles associations poétiques : en associant des chiffres aux lettres, la numérologie permet de créer des connexions à partir de la valeur numérique d’un mot, ce qui génère un lexique spécifique. À partir de mots-clefs, Jerome Rothenberg élabore des poèmes courts visant une compacité similaire aux poèmes en une ligne ou aux haïkus. S’ajoute à l’héritage des techniques ancestrales kabbalistiques un hommage poétique :

A GEMATRIA FOR JACKSON MAC LOW
CHANCE
Made it happen.

  • 7 « Les opérations du hasard permettent une progression qui ne serait pas envisageable autrement. Ell (...)
  • 8 « […] so much depends / upon / / a red wheel barrow / / glazed with rain / water / / beside the whi (...)

9Ce poème minimaliste s’amuse de la connexion heureuse entre la notion de « hasard » et le vocabulaire issu de la valeur numérique de ce mot, qui donne l’occasion d’un clin d’œil à Jackson Mac Low, poète contemporain pionnier des chance operations, une pratique poétique qui laisse une place importante au hasard en s’inspirant de nouvelles formes de connexion et de rime : « Chance operations permit you to move in ways that you wouldn’t otherwise. It allows new connections and new rhymings, so to speak7 ». Un autre exemple mêlant curieusement hasard et filiation littéraire est celui du court poème, toujours extrait de Gematria, dédié au poète moderniste William Carlos Williams. En respectant le procédé de création gématrique à partir du mot « WORDS », Rothenberg parvient à recomposer le titre du célèbre poème « The Red Wheelbarrow8 » :

WORDS
for William Carlos Williams
A red wheel
barrow.

  • 9 Mallarmé figure dans différentes anthologies de Rothenberg, dont plusieurs tomes de la série Poems (...)
  • 10 « Avec la gématrie le caractère délibéré est également en suspens, car il faut se rendre là où la g (...)

10Ces poèmes gématriques issus des chance operations et de l’héritage kabbalistique créent de nouvelles associations sémantiques. Ils remettent en question l’autorité du poète tout en soulignant le caractère arbitraire de la création et du langage. Jerome Rothenberg laisse libre cours à un élément incontrôlable qui anime la création : le hasard, que déjà Stéphane Mallarmé, poète essentiel pour Jerome Rothenberg9, avait reconnu comme inhérent à l’acte poétique. L’activité du poète consisterait en une investigation sur le langage que Rothenberg tente d’ouvrir à tous les possibles en s’affranchissant des règles syntaxiques ainsi qu’en s’appropriant une nouvelle batterie de vocabulaire grâce aux valeurs numériques. Paradoxalement, il s’agit d’un procédé de création basé sur la contrainte. D’après lui, la pratique de la gématrie nécessite d’accepter que le poème perde de son caractère délibéré : « With gematria there is some suspension of willfulness as well, because you have to follow where the gematria leads you, what the vocabulary provides you10 ».

  • 11 Le mot yiddish shtetl, que Rothenberg emploie de façon récurrente dans Triptych (Poland/1931 – Khur (...)

11Lors du même entretien, Jerome Rothenberg m’a ainsi fait comprendre, non sans humour, qu’il devait être considéré non comme un poète juif américain, ou juif séculier, mais en définitive, comme un poète mondial. Les techniques kabbalistiques sont donc un héritage exclusivement poétique qu’il explore au même titre que les poèmes internationaux en une ligne, qu’il s’agisse de ses poèmes ou de ceux des autres, qui sont toujours, en définitive, pluriels et polyphoniques. En ce sens, Jerome Rothenberg, né dans un quartier hassidique de Brooklyn en 1931, dans un microcosme non américanisé où la langue natale était le Yiddish, est un poète déraciné qui a effectué des séjours avec les Américains natifs, des voyages réels et fantasmés d’est en ouest (du shtetl11 de ses ancêtres à Brooklyn, de Brooklyn à San Diego en Californie), et d’ouest en est (vers la Pologne des origines rêvées dans un premier temps, puis, inévitablement, vers la Pologne de la Shoah). Lors d’une autre rencontre à Paris en 2013, il m’expliqua qu’il s’envolait le lendemain avec sa femme Diane pour la Roumanie. Un poète vagabond, en somme.

  • 12 Exiled in the Word, edited by J. Rothenberg, with H. Lenowitz and Ch. Doria, Port Townsend, WA: Cop (...)
  • 13 Rothenberg, J.and Tedlock, D., Alcheringa, New York & Boston: Boston University, 1970-1976.
  • 14 Rothenberg, J., New Wilderness Letter, New York: New Wilderness Foundation, 1976-1985.
  • 15 « Nous sommes tous un seul homme / dit Cézanne » (je traduis).
  • 16 Rothenberg, J., « Portrait of a Jew Old Country Style », in Triptych (Poland/1931 – Khurbn – The Bu (...)

12La multiplicité des formes de publications auxquelles il s’essaie fait écho à cette instabilité géographique. Exilé dans le langage, pour reprendre l’expression d’Edmond Jabès que Rothenberg choisit lui-même comme titre de son anthologie Exiled in the Word12, le poète cherche dans la matérialisation de l’acte poétique une terre d’accueil universelle. Ses anthologies, ses revues d’ethnopoétique (Alcheringa13, The New Wilderness Letter14), ses enregistrements sonores et ses collections d’essais sont des lieux d’ancrage pour les formes poétiques marginales et plurielles. Assumant le paradoxe d’une voix poétique dialogique, éminemment consciente de la présence de l’autre dans l’expression de la subjectivité, le poète scande les mots d’un autre (« We are all one man / Cézanne said15 ») dans le poème autobiographique et parodique « Portrait of a Jew Old Country Style16 ». Les poèmes de Rothenberg contiennent donc toujours des mots étrangers, qu’il s’agisse de ses anthologies, de ses traductions, variations ou poèmes chamarrés d’intertextualité, de plurilinguisme, de collages et d’emprunts divers.

13Au xxie siècle, internet offre à Rothenberg l’opportunité de s’essayer à une forme de publication nouvelle, répondant à ses préoccupations originelles. La poésie y est partagée sous la forme numérique et bénéficie de nouveaux réseaux, d’une instantanéité et d’une visibilité internationale inédites.

Rothenberg au xxie siècle : de la publication en ligne

  • 17 « In the morning I will wear / a suit with shoulders / big as boards. My clothes are / silver plast (...)

14S’il n’hésite pas à se montrer dans un costume futuriste loufoque pour célébrer le nouveau millénaire dans son recueil A Book of Witness17, force est de constater que malgré son âge avancé au tournant du siècle, Jerome Rothenberg a su poursuivre ses expérimentations sur les origines de l’acte poétique à l’aide de nouveaux outils numériques, et ce au défi des normes institutionnelles. Après avoir créé des ponts entre les disciplines au xxe siècle (poésie et ethnologie, poésie et commentaire, poésie et anthologie), Rothenberg remet en question le fonctionnement traditionnel des réseaux académiques. Sur la page de garde du blog Poems and Poetics, on peut lire le paragraphe suivant, aux allures de manifeste :

In this age of internet and blog the possibility opens of a free circulation of works (poems and poetics in the present instance) outside of any commercial or academic nexus. I will therefore be posting work of my own, both new & old, that may otherwise be difficult or impossible to access, and I will also, from time to time, post work by others who have been close to me, in the manner of a freewheeling on-line anthology or magazine. I take this to be in the tradition of autonomous publication by poets, going back to Blake and Whitman and Dickinson, among numerous others.

15En inscrivant sa pratique dans le sillage de ses précurseurs des xviiie et xixe siècles, Jerome Rothenberg réaffirme le nécessaire dialogue entre héritage, tradition et nouveauté (« both new and old » ; « I take this to be in the tradition of autonomous publications »). L’adjectif « freewheeling » montre quant à lui l’élan exponentiel, mu par le hasard, de ces expérimentations.

  • 18 « Emparez-vous du langage ! Faites-le voler en éclats ! C’est votre droit! » (je traduis), Williams (...)
  • 19 « Outsider Poems, a Mini-Anthology in Progress », in Poems and Poetics. Disponible sur http://poems (...)

16Mais c’est d’abord dans l’opposition que Rothenberg situe cette action poétique. Déjà dans les années 1950, alors qu’il était étudiant à New York, Rothenberg fut marqué par les propos que lui adressa le grand poète moderniste William Carlos Williams, l’encourageant à dépasser les contraintes syntaxiques et grammaticales : « Seize the language ! Smash it to Hell! You have a right to it18! », se remémore-t-il. Poursuivant cet affranchissement des contraintes formelles, Rothenberg s’essaie ici à la publication numérique, permettant cette fois de se « lib[érer] des contraintes financières ou académiques ». La « libre circulation » des travaux est alors définie comme une activité marginale, en dehors des institutions et des normes en vigueur. Il est important de souligner l’expression « outside of any commercial or academic nexus ». Être au dehors, être un « outsider », est une définition essentielle de la poésie par Rothenberg, qui doit selon lui être comprise de façon universelle comme signifiant l’exil du poète, sa marginalité profonde. Dans l’œuvre de Rothenberg, la poésie est un acte créatif marginal permettant une reconstruction et une résistance. Il n’est donc pas surprenant de trouver, sur ce blog aux allures d’anthologie hybride, une série intitulée « Outsider Poems, a Mini-Anthology in Progress19 ».

17L’anthologie enchâssée trouve une place idéale dans ce cadre : grâce à sa publication progressive en ligne, cette anthologie adopte elle-même une position marginale et insaisissable. Internet lui confère un statut privilégié : celui d’habiter paradoxalement un non-espace, à la fois immatériel et omniprésent. On découvrira dans cette anthologie des pratiques poétiques marginales, qu’il s’agisse de redéfinition de l’acte poétique, d’un intérêt marqué pour le chamanisme, ou de l’expression poétique des minorités, comme par exemple Milk Likht, le premier poète juif new-yorkais écrivant en Yiddish. Dans son blog Poems and Poetics, Jerome Rothenberg met à jour ses anthologies papier et partage certains de ses poèmes non publiés dans une série intitulée « Uncollected poems ». On y trouve aussi une nouvelle expérimentale de jeunesse. Il s’agit souvent de très courts poèmes, marquant un instant spécifique.

  • 20 Derrida, J., Poétique et politique du témoignage, Paris, L’Herne, 2005.

18En outre, il semble significatif de souligner que les entrées dans le blog sont une manifestation hybride entre journal et poésie, impression renforcée par la datation, qui articule la compilation et l’archivage de ces travaux. Dater un poème ou une entrée de journal est une pratique que l’on pourrait assimiler, en reprenant la théorie de Jacques Derrida dans Poétique et politique du témoignage20, à la signature de l’auteur. On y repère l’engagement et le témoignage du poète, l’empreinte de son geste créatif et son ancrage au sein d’une communauté.

19Ce blog est donc un lieu vivant d’expression et de partage poétique, où se croisent traduction, analyses et archives d’écrivains américains, iraniens, chinois ou français (Artaud, Césaire, Nerval, etc.), pour ne citer que quelques exemples. Consulter ce site spontanément revient en définitive à ouvrir une anthologie au hasard, chaque jour laissant découvrir une nouvelle entrée, un nouveau sujet d’étude.

Pour une libre circulation poétique

20Le 10 juin 2008, lors de la création du blog Poems and Poetics, Jerome Rothenberg poste un texte intitulé « Autonomous Publication & the Internet », dans lequel il théorise, comme à son habitude, une nouvelle pratique poétique tout en l’expérimentant concrètement. Poème et commentaire sont là encore indissociables. Reprenant ses travaux pour une exposition new-yorkaise sur l’autonomie des poètes et l’underground littéraire, Rothenberg s’amuse à souligner un paradoxe important à ses yeux :

Since everyone loves a paradox let me start off with this now familiar one : the mainstream of American poetry, the part by which it has been & will be known, has long been in the margins, nurtured in the margins, carried forward, vibrant, in the margins. As mainstream & margin both, it represents our underground economy as poets, the grey market for our spiritual/corporeal exchanges. It is the creation as such of those poets who have seized or often have invented their own means of production & of distribution. The autonomy of the poets is of singular importance here […].

And this is because poetry as we know & want it is the language of those precisely at the margins – born there or, more often still, self-situated : a strategic position from which to struggle with the center of the culture & with a language that we no longer choose to bear. Poetry is another language […]. For many of us, so positioned, it is the one true counter-language we possess – even, to paraphrase Alfred Jarry (& to be almost serious about it), our language (& our science) of exceptions.

21La publication en ligne de ce texte introductif a engendré des réactions immédiates, à mi-chemin entre commentaires et poèmes, par des intervenants anonymes et de célèbres poètes ou poéticiens. S’y croisent salutations amicales et remarques pragmatiques sur la dimension politique que revêt la libre circulation en ligne, permettant le déploiement d’une « contre-langue » et une expression accrue de la « marge », ce que l’un des commentateurs qualifie de « décentralisation de la publication littéraire » sur internet :

Pierre Joris said…
welcome to the blogosphere, cher Jerome !
June 10, 2008 at 1 :56 PM

David Meltzer said…
onward
in word
love David
(learning how to walk
up & down the stairs)
June 10, 2008 at 8 :42 PM
poet CAConrad said…
Autonomous is on my mind a lot these days, THE THING we want […].
Another language. As you say. And with it is where I continue to say I see the prose/fiction writers needed to believe the difference, especially those who are more poet than prose writer.
CAConrad
June 11, 2008 at 9 :38 AM

Dave said…
Right on the money. Very glad to see someone of your stature promoting blogs as easy-to-use, virtually free platforms for decentralized literary publishing. Welcome.
July 1, 2008 at 5 :44 PM

22Dès le lancement du blog, Rothenberg, appuyé par ces collaborateurs Pierre Joris et David Meltzer, affirme qu’il hébergera une « contre-langue » s’auto-définissant et s’auto-alimentant dans la marge. Pourtant, d’après lui, cette expression poétique marginale est paradoxalement le berceau de pratiques mainstream, que ce soit à l’heure d’internet ou bien avant, comme l’illustrent les poètes de la Beat Generation Jacques Kerouac ou Allen Ginsberg, héritiers du modernisme dont la vie et l’œuvre particulièrement marginales dans les années 1940 et 1950 ont fini par contribuer à un changement social d’ampleur.

  • 21 City Lights est l’éditeur historique du fameux poème Howl d’Allen Ginsberg (San Francisco, City Lig (...)
  • 22 Rothenberg, J., « Une conversation, “The poem as a score” », avec Y. di Manno et I. Garron (avril 2 (...)

23Lui-même héritier du modernisme et de la Beat Generation, dont il est en quelque sorte une figure secondaire, ne serait-ce que pour avoir publié son premier ouvrage New Young German Poets chez City Lights à San Francisco21, Rothenberg considère rétrospectivement les années 1960, où l’influence de l’écriture et du mode de vie Beat fut sans précédent, comme un âge d’or de la poésie : « il y a plus de poètes internationalement reconnus de nos jours que lorsque j’ai débuté, dans les années 60, mais il est vrai que la poésie américaine a connu une extraordinaire explosion à ce moment-là », confie-t-il à Yves di Manno et Isabelle Garron22.

  • 23 Ibid., p. 30.

24La raison essentielle de ce postulat est la place centrale qu’occupait la poésie dans la société, en tant que vecteur de changement de la pensée, du langage et des normes. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, dans un climat de conformisme et d’hypocrisie institutionnelle face au désastre, l’impulsion d’une redécouverte des origines naît dans la marge, dans ce que Rothenberg qualifie d’« underground » sur son blog. Lors de son entretien avec Yves di Manno et Isabelle Garron, il insiste sur ce qu’il qualifie de « perspective politique » en ces termes : « pour les poètes de ma génération, au sortir de la seconde guerre mondiale, il y avait le désir très fort d’explorer à nouveau la question des origines : la volonté de refonder le monde. La communauté poétique, et intellectuelle en général, a été traversée et ébranlée par cette question, sous la contrainte du drame qui a coupé le siècle en deux23 ». Si l’influence de la poésie contemporaine sur la société n’est plus comparable à celle de la Beat Generation et des années 1960, il apparaît néanmoins que la publication en ligne, ravivant un intérêt poétique communautaire par la création de nouveaux réseaux numériques, est aujourd’hui exponentielle.

  • 24 Jacket2 (https://jacket2.org/), revue de poésie contemporaine consultée le 5 novembre 2018 : « Jack (...)
  • 25 Voir Aji, H., Mansanti, C. et Tadié, B., Revues modernistes, revues engagées (1900-1939), Rennes, P (...)

25Loin d’être un cas isolé, Jerome Rothenberg a même fini par faire héberger le deuxième volet de son blog sur un autre site plus largement dédié à la circulation et l’étude interactive de la poésie, Jacket224. Depuis 2012, le travail de Rothenberg y est partagé avec celui d’autres poètes et chercheurs internationaux. Le site Jacket2 héberge ainsi de façon centralisée les mutations de la poésie contemporaine, poursuivant les pratiques poétiques de la première moitié du xxe siècle dans les petites revues modernistes25. Cet engouement pour le numérique dans la poésie contemporaine fait écho à la période moderniste, un siècle plus tôt, où la poésie s’est affranchie des règles syntaxiques, lexicales ou grammaticales en publiant des revues et manifestes.

26Cette exégèse poétique en ligne permet en outre les évolutions suivantes : la réflexion collective, l’interaction entre poètes et chercheurs, l’accélération du processus éditorial, l’accessibilité instantanée et le partage des fruits de la recherche, une intertextualité et une intermédialité accrues. Une telle pratique est moins dépendante des contraintes matérielles et financières, et la recherche fondamentale, quant à elle, s’en voit d’autant libérée des cadres méthodologiques ou normatifs restrictifs. Enfin, la communication de l’information par réseaux enchâssés illimités (anthologie dans l’anthologie, commentaire dans le commentaire) est particulièrement frappante. Si le xxe fut le siècle de la démocratisation du vers libre, le xxie sera peut-être alors celui de la libre circulation poétique.

27Pour conclure, du moins pour l’heure, puisqu’il ne saurait être question d’arrêter les avancées naissantes en matière de formes poétiques brèves et de nouvelles technologies, ces activités poétiques sont révolutionnaires dans la mesure où les œuvres du passé sont partagées et viennent nourrir une réflexion collective au présent, offrant en quelques clics une base de données performante et facilement accessible pour les générations futures. Le concept d’autorité en est profondément transformé et redistribué. Accompagnant, complétant et dépassant les publications papier, la méta-anthologie en ligne de Jerome Rothenberg regroupe fragments de poésie, d’essais, de commentaires, de récit fictifs et autobiographiques participant à l’élaboration d’une œuvre mouvante, exponentielle et dialogique, publiée sans être arrêtée, in-finie.

Notes

1 Pound, E., The Cantos (1956), New York: New Directions, 1993, p. 263.

2 Rothenberg, J., New Young German Poets, San Francisco: City Lights, 1959.

3 Rothenberg, J., Technicians of the Sacred (A Range of Poetries from Africa, America, Asia, Europe & Oceania), New York: Doubleday-Anchor Press, 1968 (rééditions augmentées en 1985 et 2017).

4 Voir l’article de Higginson, W. J., et plus particulièrement l’introduction « Some History » qui fait référence à ce poème de Rothenberg, proposant certaines définitions des « one-line poems » et analysant un poème extrait d’Alcools de Guillaume Apollinaire, qui fait figure de pionnier de cette pratique dans la poésie occidentale (dans SIMPLY HAIKU, An E-Journal of Haiku and Related Forms, [vol. 2, no. 5], Haiku Clinic #3 : From One-line Poems to One-line Haiku, Part One : « The Invitation », ed. W. J. Higginson, September-October 2004. Disponible sur http://simplyhaiku.com/SHv2n5/haikuclinic/haikuclinic.html, consulté le 12 janvier 2019).

5 Apollinaire, G., Alcools, Paris, Gallimard, 1920.

6 « La Kabbale [...] se greffe sur la tradition du commentaire de la Torah, c’est-à-dire les livres du Pentateuque, et sur la tradition interprétative rabbinique représentée par le Talmud : elle se présente avant tout comme une technique de lecture et d’interprétation du texte sacré. […] Pour certains courants kabbalistes, la lecture anatomise, pour ainsi dire, la substance même de l’expression à travers trois techniques fondamentales, le notariqon, la gématrie et la témourah. Le notariqon est la technique de l’acrostiche (les initiales d’une série de mots forment un autre mot) […]. La gématrie est possible parce que les nombres, en hébreu, sont représentés par les lettres alphabétiques. Chaque mot a donc une valeur numérique qui dérive de la somme des nombres représentés par chaque lettre prise séparément. Il s’agit de trouver des mots dont le sens est différent mais qui ont la même valeur numérique, en recherchant ainsi les analogies qui passent entre les choses ou idées désignées. En faisant le total des valeurs YHVH, on obtient par exemple 72, et la tradition de la Kabbale ira constamment à la recherche des 72 noms de Dieu. […] La témourah, enfin, est l’art de permuter les lettres, c’est-à-dire l’art de l’anagramme ». (Eco, U., La recherche de la langue parfaite, Paris, Seuil, 1994, p. 41-44.)

7 « Les opérations du hasard permettent une progression qui ne serait pas envisageable autrement. Elles offrent de nouvelles connections et de nouvelles formes de rime, pour ainsi dire » (je traduis). « Interview with Jerome Rothenberg », conducted by François Hugonnier, University of Le Mans, October 14, 2010.

8 « […] so much depends / upon / / a red wheel barrow / / glazed with rain / water / / beside the white / chickens » (Williams, W. C., « The Red Wheelbarrow » [Spring and All, XXII, 1923], in The Collected Poems of William Carlos Williams [Vol. 1, 1909-1939], A. Walton Litz & Ch. MacGowan (ed.), New York : New Directions, 1986, p. 224). « Que de choses dépendent / d’une rouge brou-/ette / / vernie par l’eau / de pluie / / à côté de blancs / poulets » (« La Brouette rouge », traduction de William King, dans William Carlos Williams, Poèmes, Paris, Seghers, 1967).

9 Mallarmé figure dans différentes anthologies de Rothenberg, dont plusieurs tomes de la série Poems for the Millennium (J. Rothenberg, and P. Joris (eds.), Poems for the Millennium: From Fin-de-Siècle to Negritude (vol. 1), Berkeley: University of California Press, 1995; Poems for the Millennium: From Postwar to Millennium (vol. 2), Berkeley, CA: University of California Press, 1998). Rothenberg fait référence au long poème de Mallarmé, Un coup de dés jamais n’abolira le hasard (1897, Paris, NRF, 1914) dont le dernier vers énonce le principe selon lequel toute pensée (toute construction linguistique) provient d’un coup de dés et en engendre un autre à chaque fois : « Toute / Pensée émet un Coup de Dés » ; « All Thought emits a Throw of the Dice » (Mallarmé, St., « A Throw of the Dice Never Will Abolish Chance », cité par J. Rothenberg, Poems for the Millennium, 1998, p. 75).

10 « Avec la gématrie le caractère délibéré est également en suspens, car il faut se rendre là où la gématrie nous porte, suivre ce que le vocabulaire nous fournit » (je traduis). « Interview with Jerome Rothenberg », op. cit.

11 Le mot yiddish shtetl, que Rothenberg emploie de façon récurrente dans Triptych (Poland/1931 – Khurbn – The Burning Babe, New York : New Directions, 2007) et dans son blog Poems and Poetics, désigne des villages à la fois ruraux et urbanisés, des bourgades dont la proportion de la population juive était particulièrement importante (plus de 50 %), c’est-à-dire encore davantage que dans les grandes villes polonaises comme Varsovie. Écrit et prononcé ainsi en yiddish dans Poland/1931, ce mot semble faire revivre un monde disparu. Née dans un shtetl en Lituanie polonaise, Rachel Ertel restitue le mode de vide et l’effervescence caractéristique des shtetlekh auxquels Rothenberg rend également hommage mais de façon poétique et fantasmée dans Poland/1931. Voir le « livre de souvenir » (yizkerbiher) de Ertel, R., Le Shtetl. La bourgade juive de Pologne, Paris, Payot, 1982.

12 Exiled in the Word, edited by J. Rothenberg, with H. Lenowitz and Ch. Doria, Port Townsend, WA: Copper Canyon Press, 1989.

13 Rothenberg, J.and Tedlock, D., Alcheringa, New York & Boston: Boston University, 1970-1976.

14 Rothenberg, J., New Wilderness Letter, New York: New Wilderness Foundation, 1976-1985.

15 « Nous sommes tous un seul homme / dit Cézanne » (je traduis).

16 Rothenberg, J., « Portrait of a Jew Old Country Style », in Triptych (Poland/1931 – Khurbn – The Burning Babe), op. cit., p. 117.

17 « In the morning I will wear / a suit with shoulders / big as boards. My clothes are / silver plastic » (« Le matin je porterai / un costume avec des épaulettes / grandes comme des planches. / Mes vêtements sont / en plastique gris argenté », je traduis). Rothenberg, J., « I Come into the New World » (January 1, 2000), in A Book of Witness: Spells & Gris-Gris, New York: New Directions, 2002, p. 57.

18 « Emparez-vous du langage ! Faites-le voler en éclats ! C’est votre droit! » (je traduis), Williams, W. C., cité par Rothenberg J. (Poetics & Polemics 1980-2005, selected and edited by J. Rothenberg and St. Clay, introduction by H. Lazer, Tuscaloosa: The University of Alabama Press, 2008, p. 57).

19 « Outsider Poems, a Mini-Anthology in Progress », in Poems and Poetics. Disponible sur http://poemsandpoetics.blogspot.com/, consulté le 5 novembre 2018.

20 Derrida, J., Poétique et politique du témoignage, Paris, L’Herne, 2005.

21 City Lights est l’éditeur historique du fameux poème Howl d’Allen Ginsberg (San Francisco, City Lights, 1956), qui y fut déclamé, et dont la publication valut au directeur Lawrence Ferlinghetti d’être poursuivi en justice pour obscénité. Cette maison d’édition, qui fait figure de repère historique et géographique de la littérature américaine, abrite un café littéraire toujours ouvert aujourd’hui. De nombreux touristes s’y rendent chaque année en pèlerinage alors que d’anciens membres de la Beat Generation fréquentent encore ces lieux.

22 Rothenberg, J., « Une conversation, “The poem as a score” », avec Y. di Manno et I. Garron (avril 2008, rue Vergniaud, Paris XIIIe), dans Action poétique, numéro spécial sur Techniciens du sacré (Jerome Rothenberg, Isabelle Garron, Auxeméry, Yves di Manno, Eliot Weinberger), n° 195, mars 2009, p. 29.

23 Ibid., p. 30.

24 Jacket2 (https://jacket2.org/), revue de poésie contemporaine consultée le 5 novembre 2018 : « Jacket2 offers commentary on modern and contemporary poetry and poetics. We publish articles, reviews, interviews, discussions and collaborative responses, archival documents, podcasts, and descriptions of poetry symposia and projects. Not unlike a daily news forum, we will publish content as it is ready. » (« Jacket2 propose des commentaires sur la poésie et la poétique modernes et contemporaines. Nous publions des articles, des comptes rendus, des entretiens, des discussions et des réactions collectives, des documents d’archive, des podcasts et des descriptions de conférences et de projets. Dans l’esprit d’une tribune d’actualité hebdomadaire, nous publions le contenu dès qu’il est prêt », je traduis.)

25 Voir Aji, H., Mansanti, C. et Tadié, B., Revues modernistes, revues engagées (1900-1939), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/140076/img-1.png
Fichier image/png, 4,0k

Auteur

CIRPaLL (EA 7457), université de Debrecen, Département de Français

© Presses universitaires de Rennes, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540