Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Formes brèves

 | 
Cécile Meynard
, 
Emmanuel Vernadakis

Deuxième partie : Formes brèves : théories et pratiques

La forme brève, une autre dynamique thérapeutique

Élisabeth Vincent

Full text

1Dans le cadre de cette réflexion sur la forme brève, je partirai de l’opposition entre bref et long en soulignant tout d’abord la différence de temporalité au niveau même des sonorités des mots. « Bref » : la dynamique du groupe consonantique initial « br » clôturé par un f sans appel (de voyelle, ce qui, bien qu’il s’agisse d’une fricative pouvant être étirée, n’incite pas à la prolonger) s’oppose à la longévité lascive du « lon » que rien ne vient limiter, un « long » sans point de butée.

  • 1 Née aux États-Unis dans les années 1950, c’est une forme de thérapie qui vise à être rapidement eff (...)

2Parmi les différentes approches thérapeutiques, l’opposition long/bref entre la psychanalyse et les thérapies brèves1 vient immédiatement à l’esprit.

  • 2 Pour certains, à raison de 6 séances de 50 minutes par semaine, voir Borch-Jacobsen, M., Les Patien (...)
  • 3 Voir par exemple le cas de Miss Lucy R. dans Freud, S., Breuer, J., Études sur l’hystérie, Paris, P (...)
  • 4 Freud, S., Nouvelle suite des leçons d’introduction à la psychanalyse, Paris, PUF, coll. « Quadrige (...)

3Si les psychanalyses sont actuellement réputées être très longues, ce n’était pas forcément le cas dans les débuts de la psychanalyse. Les traitements pratiqués par Freud pouvaient être intensifs2 et sur quelques mois3, davantage axés sur la demande du patient et un souci de « guérison » – recherche de validation d’une nouvelle discipline en quête de légitimité. Au fur et à mesure que la théorie psychanalytique a gagné en maturité et en complexification, les thérapies se sont allongées. Le mal-être ou les symptômes à l’origine de la démarche sont conçus comme l’expression de conflits inconscients dont l’élaboration ne peut se faire que sur une longue durée, l’analyse se déroulant sur plusieurs années. En 1933, Freud écrit que « le traitement d’une névrose d’une certaine gravité s’étend facilement sur plusieurs années » et ajoute que « dans bien des cas, nous avons toute raison de reprendre une analyse après de nombreuses années4 ».

4Une cure psychanalytique est un long voyage au gré de la parole du patient, on pourrait la comparer aux aventures d’Ulysse : « Heureux qui comme Ulysse a fait un long voyage… » – non, « un beau voyage… » – voyage qui ne fut pas qu’heureux au vu des épreuves traversées et des pleurs versés tout au long du récit. Ses aventures à travers des pays imaginaires l’amènent aux portes de l’enfer et de l’immortalité, le confrontant à des questions pour le moins existentielles comme celle de l’identité, du nom. « Qui es-tu ? » lui demande le cyclope Polyphème, amateur de viande humaine – et dont une des significations possibles du nom est « le bavard ». « Personne ! » répond-il au cyclope, avant de lui crier son nom, une fois hors de danger. Plus tard, chez la nymphe Calypso, il refuse l’immortalité qui le laisserait sans nom et sans gloire, pour finalement revenir à Ithaque où il retrouve, non sans difficultés, sa place comme mari, père et roi.

5Les aventures d’Ulysse s’étendent sur une longue durée et un vaste espace. Temps et espace sont mis en relation, l’un renvoyant à une représentation linéaire, l’autre faisant intervenir la profondeur. Ce qui est bref est conçu par contraste comme manquant de profondeur, de là superficiel et de là sans effet profond et durable. Ce qui est efficace se doit d’être long et difficile. Les thérapies brèves sont ainsi souvent opposées aux psychanalyses dont la longueur et la pénibilité sont garantes d’une action profonde et durable.

6Les thérapies brèves, comme leur nom l’indique, s’inscrivent sur une durée limitée (dix séances) qui sera bien sûr modulable en fonction des patients. À l’opposé de la psychanalyse à la recherche d’un sens en quête d’élaboration par derrière les symptômes, elles s’axent sur le symptôme dont se plaint le patient, ici et maintenant. Elles revendiquent haut et fort la notion d’efficacité en ciblant sur le problème lui-même.

7Avec les thérapies brèves, si nous sommes loin du dieu de la mer, Poséidon, poursuivant Ulysse, la présence divine menace. En effet, la frontière est ténue entre efficacité à brève échéance et méthodes « miracle » ; cet amalgame peut être à l’origine d’une déconsidération du travail thérapeutique du côté des professionnels et d’une attente préjudiciable du côté des patients. C’est un des écueils auxquels s’est heurtée l’hypnose, l’attente d’un effet magique entraînant une attitude passive contre-productive. L’appellation « systémique stratégique » des thérapies brèves évoquées ici vient faire contrepoids en mettant en avant l’aspect dynamique de la démarche thérapeutique. Et, comme nous le verrons tout au long de la présentation, le patient est tout sauf inactif.

8Tout d’abord, à partir de la plainte apportée par le patient, on précisera ensemble la teneur du problème : quel est le problème ? « Je pleure tout le temps, je n’ai le goût à rien… ». S’agit-il d’un vrai problème ou d’une difficulté en lien avec une situation de la vie ? Eprouver de la tristesse après un décès ne relève pas forcément de la dépression ni de la pathologie. « Je suis dépressif, violent, stressé… ». Face à un diagnostic ou une appréciation générale, des questions telles que « où, quand, comment, avec qui… » permettent de personnaliser le problème. Dissocier la personne de sa pathologie participe au processus de mise en action du patient : il n’est pas que violent, il a des comportements violents dans certaines circonstances. On peut commencer à travailler sur les situations en question.

9Le deuxième élément qui intervient dans l’efficacité de la prise en charge se situe à l’autre extrémité : la mise en perspective d’un objectif réalisable – tel ne plus avoir de crises d’angoisse, et non ne plus être angoissé. La thérapie brève et la psychanalyse ne répondent pas à la même demande, ni ne visent les mêmes objectifs. La première va s’attacher à résoudre un problème amené par un patient, la seconde offrira un dispositif d’écoute de façon à ce que le patient puisse cheminer dans sa problématique. Les positions peuvent bien sûr être nuancées.

  • 5 Watzlavick, P., Weakland, J. H., Fisch R., Changements, paradoxes et psychothérapie, Paris, Points, (...)

10Après la définition du problème, la démarche de la thérapie brève systémique stratégique consiste à repérer les tentatives de solution mises en place par la personne pour résoudre son problème. La notion de tentative de solution est centrale dans l’approche proposée par la thérapie brève. L’hypothèse dominante, ainsi que l’a exprimée Paul Watzlawick, un des piliers de l’école de Palo Alto, est que « le problème, c’est la solution » – ou plutôt « la tentative de solution5 ». En effet, ce qui peut être une solution dans certains cas se transforme en tentative de solution inopérante qui vient entretenir la difficulté et créer le problème. Éviter une voiture qui roule vite est indiscutablement la bonne solution. Éviter une pensée indésirable – telle l’idée de pousser quelqu’un sur les rails par exemple – peut tout d’abord apporter un soulagement – celui de ne pas avoir ces pensées affreuses –, mais une pensée que l’on cherche à éviter tend à s’imposer de façon insistante. Un évitement répété va progressivement générer une angoisse due au sentiment que l’on n’est pas capable de se maîtriser, avec sous-jacent le risque du passage à l’acte. Celle-ci va entraîner le sujet à éviter de plus en plus les situations à risques jusqu’à arriver à un repli social.

11À partir de là, une fois repérées les tentatives de solution (je dois/je ne dois pas, etc.), le travail thérapeutique consiste à permettre au patient de faire autrement. La recherche du « pourquoi un tel comportement… » est laissée de côté au profit du « comment s’est-il mis en place ? » et « comment sortir de la situation ? ». L’attention du sujet est ainsi mobilisée sur les processus en cours qui entretiennent le problème et sur lesquels il peut intervenir. L’histoire du sujet est bien sûr prise en compte, on écoute le patient mais on l’oriente, à l’aide de recadrages par exemple, sur ce qu’il peut mettre en œuvre pour modifier l’impact dans le présent d’un passé non modifiable.

12Je donnerai pour exemple un recadrage réalisé avec une patiente. Cette jeune femme de 25 ans est en état de souffrance et consulte des médecins. Elle fait du nomadisme médical et à chaque nouveau praticien, elle expose son passé particulièrement douloureux : une mère nymphomane, un père alcoolique qui a plus ou moins violenté son fils, un frère lui-même violent avec lequel elle est fâchée, elle qui a fréquenté des drogués qui l’ont maltraitée, etc. Face à la pesanteur de cette carte de visite, les médecins l’orientent à chaque fois vers un psychiatre ou un psychothérapeute. Elle a bénéficié durant son enfance de plusieurs années de prise en charge psychologique qui l’ont soutenue. En entendant tout cela, ma réaction a été à l’inverse : je me suis émerveillée sincèrement de ce qu’elle était actuellement, de la force qu’il lui avait fallu pour avancer malgré ce passé traumatisant. Ce recadrage a introduit une modification dans sa vision du monde où elle se voyait victime et faible. D’une demande d’assistance, elle a adopté une position active plus adaptée à ce moment de sa vie où elle était amenée à faire des choix et prendre des décisions.

13À travers le recadrage apparaît une idée clef de la thérapie brève : introduire un espace, une faille, dans laquelle se jouera un changement. À partir de cette faille, un petit changement, une expérience émotionnelle correctrice, pourra produire de grands effets – telle l’introduction d’une petite variante dans le rituel stéréotypé d’un trouble obsessionnel compulsif (TOC). Le processus thérapeutique emblématique de l’approche de la thérapie brève est le virage à 180 degrés, à coups de consignes paradoxales comme la prescription du symptôme. Celle-ci surprend le patient – un des moteurs de la dynamique émotionnelle des thérapies brèves – en venant contredire la logique et le bon sens des tentatives de solution. Effet de surprise plus effet de saturation du symptôme se conjuguent pour interrompre les conduites problématiques. À quelqu’un qui se lave systématiquement les mains cinq fois de suite, il sera demandé de répéter la séquence dix fois – en lui laissant le choix de commencer ou non son rituel. Cette injonction pour le moins paradoxale fait ressortir le caractère absurde du comportement en lui enlevant toute spontanéité.

14Demander à quelqu’un sujet aux crises d’angoisses de noter dès les premiers signes sur un carnet (le carnet de bord) les sensations qui apparaissent peut suffire à les faire disparaître. On ne s’adresse ni à la volonté, ni à l’esprit d’analyse, on court-circuite le cognitif en s’adressant directement aux sensations. On désamorce le processus dysfonctionnel, c’est ce qui explique le caractère rapide des changements obtenus.

15En privilégiant le comment face au pourquoi, la thérapie brève s’inscrit dans une logique de causalité circulaire propre aux systèmes ouverts. Les éléments interagissent entre eux, tel événement provoque un effet qui va influer en retour sur le premier événement (causalité circulaire), etc. Le système va ainsi s’adapter, s’autoréguler en fonction des retours qui lui sont faits, les feed-back. Dans un système tel qu’un couple par exemple, si l’un fait des reproches à l’autre et que celui-ci répond en se justifiant, il alimente le processus, s’il réagit avec humour, il en sort et épargne à chacun une scène de ménage.

16La personne ne subit plus un problème, elle devient un sujet participant à un ensemble dans lequel elle interagit : « Qu’est-ce que je fais, pense ou dis qui contribue au problème ? » Et en agissant à un endroit du système, il est possible de modifier la situation, un petit changement pouvant entraîner un remaniement profond.

17Après ce premier aspect concernant le cadre et la technique, nous aborderons un deuxième aspect important : la relation thérapeutique. Le recentrage de l’attention du patient sur l’interaction induit une relation moins dépendante au thérapeute – élément participant à la brièveté de la thérapie. Le thérapeute a une double position. Il reste en retrait par rapport au contenu en adoptant une position basse : c’est le patient qui est l’expert de sa pathologie, d’où l’importance des tâches d’observation. Le thérapeute n’a donc pas de savoir sur le patient, son rôle consiste à le guider afin que ce dernier trouve ses propres ressources, avec des stratégies adaptées en fonction des feed-back. Pour cela, le thérapeute adopte une position haute en ce qui concerne le cadre. Il est garant du cadre et de la technique proposée, la confiance est en effet essentielle pour amener le patient à exécuter les tâches proposées, noyau dur de la thérapie brève. Il ne fera donc pas l’objet d’un transfert comparable à celui qui intervient lors d’une psychanalyse où la relation au thérapeute a un rôle central, permettant que se rejouent des conflits infantiles. Il prend la forme d’une bonne relation sans laquelle aucun travail ne peut se faire, d’une rencontre forte dont la fin ne sera pas un problème.

  • 6 La racine latine ex-movere renvoie à l’idée de « mettre en mouvement », ex- exprimant un mouvement (...)
  • 7 Freud, S., Inhibition, symptôme et angoisse, Paris, PUF, 1993, p. 77 (1re éd. 1926).

18Parmi les éléments favorisant l’autonomisation du patient, le recours à des moyens externes comme l’écriture (carnet de bord, lettres de colère, etc.) est important. Les émotions, support de la thérapie brève, sont également replacées dans le contexte où elles apparaissent. Elles sont considérées comme des qualités émergentes de la relation et la thérapie brève s’appliquera à leur donner des formes identifiables sur lesquelles intervenir lorsqu’elles dysfonctionnent. Ce sont des manifestations par essence brèves, mais qui peuvent s’entretenir et devenir récurrentes lorsqu’elles sont bloquées. L’émotion est extravertie (ex-)6, prête à l’action. Elle prend des formes identifiables (peur, colère, joie…), au service de la communication entre les différents pôles de l’interaction. La psychanalyse parle peu d’émotion, lui préférant la notion d’affect. L’affect, lui, est introverti (ad), il se retourne vers le sujet. Il subit différents traitements internes, transformations et déplacements, qui le rendent difficilement identifiable. L’affect central du fonctionnement psychique, l’angoisse, se prête peu à l’approche directe du fait de sa forme diffuse. À propos de l’angoisse, Freud écrit dans Inhibition, symptôme et angoisse (1926) : « Il s’y attache un caractère d’indétermination et d’absence d’objet ; l’usage correct de la langue change même son nom lorsqu’elle a trouvé un objet et le remplace alors par peur7. » La présence d’un objet donne une porte d’entrée ; émergeant de l’angoisse, les phobies (des araignées, du noir, des espaces fermés…) prennent en effet des formes distinctes accessibles au travail thérapeutique tel que conçu par les thérapies brèves.

19Un troisième aspect important concerne les voies d’accès empruntées et les répercussions sur le langage employé. De façon concise, on pourrait dire : « les sens, non le sens ». La thérapie brève vise à court-circuiter le sens en privilégiant les sens, et cela, en recourant à un langage largement métaphorique. Là où la psychanalyse vise à la reconstruction du passé à la manière d’un roman avec son espace de rêve – et non avec l’exactitude recherchée d’une biographie –, la thérapie brève se réfère plutôt au langage poétique. L’impact émotionnel des images poétiques est immédiat, sans détour par l’analyse du sens.

20De même en thérapie brève, l’essentiel de l’action passe par l’émotionnel. Les tâches sont données pour que le patient fasse à son insu des expériences émotionnelles correctrices qui, par ricochet, l’amènent à modifier sa vision du monde sans qu’intervienne le raisonnement logique – le cognitif ne sera sollicité qu’après. On a vu le rôle du paradoxe et de la surprise. Le langage utilisé va se faire l’écho de cette communication dans laquelle on s’adresse le moins possible à l’intellect, à la cognition. Le thérapeute, par le recours aux métaphores, aux histoires, vise une mémoire corporelle (marqueurs somatiques). Il ne s’agit pas d’expliquer – ni de raisonner – mais de faire résonner par analogie. Par exemple, à un patient qui recourt beaucoup au contrôle, on raconte volontiers l’histoire du mille-pattes :

Un mille-pattes se promène avec élégance quand une fourmi l’arrête et lui exprime son étonnement devant la manière dont il arrive avec tellement d’aisance à coordonner si adroitement tant de pattes. C’est la première fois que le mille-pattes le remarque lui-même, et donc, il commence à réfléchir à la manière dont il s’y prend pour mouvoir tant de pattes en même temps ; mais ce faisant, il n’arrive plus à marcher et finit par trébucher.

21On pourra par la suite évoquer le mille-pattes lors de situations où la personne tente de contrôler des processus incontrôlables.

  • 8 Voir Haley, J., Un thérapeute hors du commun, Milton H. Erickson, Paris, Éditions Desclée de Brouwe (...)

22Erickson, qui a été à l’origine du développement de l’hypnose actuelle, était spécialiste de ce type d’approche, en particulier dans sa pratique de l’hypnose conversationnelle8. Il s’adressait ainsi à la partie consciente (réfléchissante) dont l’attention est détournée, permettant de s’adresser également à la partie inconsciente. Pour Erickson, l’inconscient est l’ensemble des ressources que le patient a en lui mais ignore en partie. Le rôle du thérapeute est donc d’amener son patient à découvrir ces ressources qui lui permettront en particulier de résoudre son problème. Pour cela, la recherche consciente est inefficace. Il s’agit au contraire de contourner la mainmise du contrôle cognitif qui généralement contribue à la pérennisation du problème.

  • 9 Par exemple Perry, A., Un étranger dans le miroir, « 10/18 », coll. « Grands détectives », 2001, pr (...)

23Puisque nous évoquons le langage, j’illustrerai mes propos par une analogie avec différents genres littéraires. Les thérapies longues pourraient ressembler aux séries policières actuelles9 qui reposent sur des intrigues en grande partie psychologiques et où les protagonistes se retrouvent de tome en tome pour de nouvelles aventures, tout en poursuivant leur histoire personnelle. Le parallèle peut aussi être fait avec une œuvre littéraire, À la recherche du temps perdu, connue pour sa longueur et dont le premier mot est « longtemps ». Mais Proust est expert dans le mélange des genres : le récit romancé, les descriptions sans fin avec des métaphores propices à l’effet hypnotique, des évocations sensorielles avec toute leur vivacité (la célèbre madeleine).

24Le langage largement métaphorique utilisé en thérapie brève évoque bien sûr la poésie. La forme est concise, l’effet émotionnel rapide avec des images qui court-circuitent l’analyse du sens, comme nous le montre bien ce poème célèbre de Verlaine :

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone…

25Je souhaiterais finir cette analogie en évoquant une forme littéraire japonaise « extra-brève », le haïku. Les maîtres de haïku étaient très respectés et leurs haïkus, résultat d’un long travail, très appréciés :

Sur une branche nue
Un corbeau s’est posé ;
Soir d’automne

  • 10 Technique d’Identification sensorielle des Peurs Inconscientes (TIPI).

26Là, pas de métaphore, des évocations sobres renvoient à des mots (en particulier de saisons) évocateurs de sensations. En deçà des émotions, les sensations offrent une voie d’accès encore plus directe. De la même façon, certaines thérapies « extra-brèves » interviennent directement au niveau des sensations. Il s’agit de la régulation émotionnelle telle que proposée par Tipi10, pour traiter les peurs à la base des dysfonctionnements émotionnels. À partir d’une situation précise, on retrouve les sensations sous-jacentes à l’émotion bloquée. On laisse alors évoluer ces sensations sans chercher à les contrôler de façon à ce qu’elles puissent se réguler. L’effet est extrêmement rapide.

27Thérapie brève, thérapie longue, rencontre autour d’un mal-être, un symptôme, un problème. Pour l’une comme pour l’autre se pose la question de l’arrêt et du passage à autre chose.

  • 11 Roustang, F., Comment faire rire un paranoïaque, Paris, O. Jacob, 1996.

28Un échange entre Freud et Jung a été rapporté11 : Jung, après avoir raconté un rêve, demande la réciproque à Freud qui lui répond n’avoir plus envie de parler de lui. Peut-être est-ce une bonne définition d’une fin d’analyse. Par des voies différentes, longues ou brèves, les patients retrouvent une liberté/légèreté qui leur permet de renouer avec le cours de leur vie après un moment de blocage. Freud comparait un patient en fin de cure analytique à un fleuve qui reprend son ancien chemin plus direct – un bras mort auquel est redonnée vie – longtemps obstrué par des obstacles à l’origine de déviations.

  • 12 L’homéostasie est l’équilibre interne vers lequel tend tout organisme vivant.

29Peut-être au fond est-ce simplement retrouver ce qui est vécu comme un état normal. Il est toujours étonnant de voir combien la mémoire gomme des événements pourtant douloureux, peut-être est-ce la tendance naturelle de tout système au retour à une homéostasie12, par-delà le changement qui se fait parfois à l’insu du patient – c’est particulièrement le cas pour les thérapies extra-brèves. L’histoire suivante nous offre une jolie métaphore de ce qu’est une intervention thérapeutique réussie :

À sa mort, Ali Baba avait laissé 39 chameaux à ses quatre fils. Son testament prévoyait que l’héritage serait divisé entre eux de la façon suivante : une moitié reviendrait à l’aîné, un quart au second, un huitième au troisième et un dixième au plus jeune fils. Les quatre frères ne pouvaient se mettre d’accord et la discussion animée était à son comble lorsque vint à passer sur son chameau un sage-errant qui, attiré par le bruit de la dispute, intervint et résolut le problème des frères de façon presque magique. Il ajouta son propre chameau aux 39 qui composaient l’héritage et se mit à effectuer les divisions sous l’œil interloqué des quatre frères. Il attribua 20 chameaux à l’aîné, 10 au second, 5 au troisième et 4 au plus jeune, puis il enfourcha le chameau qui restait, considérant que c’était le sien, et repartit poursuivre son errance.

  • 13 Voir Gerbinet, G., Le thérapeute et le philosophe : atteindre un but par le non-agir, Paris, Enrick (...)

30Le comble de l’élégance thérapeutique, c’est, paraît-il, quand le patient repart « guéri » en ayant l’impression que rien n’a été fait13 !

Notes

1 Née aux États-Unis dans les années 1950, c’est une forme de thérapie qui vise à être rapidement efficace, généralement en moins de dix séances, d’où son appellation de thérapie « brève ». Elle s’applique davantage à dénouer ce qui contribue à entretenir le problème qu’à sa cause. Milton Erickson a eu une grande influence sur la thérapie brève qui s’est au départ développée à l’école de Palo Alto (Californie) autour de G. Bateson et P. Watzlavick. Plusieurs écoles en sont issues : thérapie familiale, PNL, EMDR…, toujours très actives.

2 Pour certains, à raison de 6 séances de 50 minutes par semaine, voir Borch-Jacobsen, M., Les Patients de Freud, Paris, Éditions Sciences humaines, 2011.

3 Voir par exemple le cas de Miss Lucy R. dans Freud, S., Breuer, J., Études sur l’hystérie, Paris, PUF, 1956 (1re éd. 1895).

4 Freud, S., Nouvelle suite des leçons d’introduction à la psychanalyse, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2010 (1re éd. 1933).

5 Watzlavick, P., Weakland, J. H., Fisch R., Changements, paradoxes et psychothérapie, Paris, Points, coll. « Points Essais », 2014.

6 La racine latine ex-movere renvoie à l’idée de « mettre en mouvement », ex- exprimant un mouvement vers l’extérieur, destiné à être de courte durée, alors que l’étymologie du terme affect évoque un mouvement inverse vers l’intérieur : ad – renvoie le ressenti à l’intérieur de la personne. Sa durée est beaucoup plus longue. Ce sera donc l’objet d’étude privilégié de la psychanalyse qui repose sur une démarche introspective.

7 Freud, S., Inhibition, symptôme et angoisse, Paris, PUF, 1993, p. 77 (1re éd. 1926).

8 Voir Haley, J., Un thérapeute hors du commun, Milton H. Erickson, Paris, Éditions Desclée de Brouwer, 1984.

9 Par exemple Perry, A., Un étranger dans le miroir, « 10/18 », coll. « Grands détectives », 2001, premier tome d’une série policière avec le détective Monk.

10 Technique d’Identification sensorielle des Peurs Inconscientes (TIPI).

11 Roustang, F., Comment faire rire un paranoïaque, Paris, O. Jacob, 1996.

12 L’homéostasie est l’équilibre interne vers lequel tend tout organisme vivant.

13 Voir Gerbinet, G., Le thérapeute et le philosophe : atteindre un but par le non-agir, Paris, Enrick B. Éditions, coll. « Psychothérapie », 2017.

Author

Orthophoniste psycho-praticienne, Paris

© Presses universitaires de Rennes, 2019

Terms of use: http://www.openedition.org/6540