Desktop versionMobile version

Les réfugiés acadiens en France

 | 
Jean-François Mouhot

Note de l’auteur

Full text

1Il y a dans le monde un nombre croissant de réfugiés d’un genre inconnu des contemporains du Grand Dérangement. Réfugiés chassés non directement par la main de l’homme, mais par la pénurie de nourriture, les ouragans, l’érosion des sols, la sécheresse, la montée du niveau des océans ou les inondations. Selon certaines estimations, ces réfugiés environnementaux ou climatiques seraient près de 25 millions dans le monde, soit plus que le total des réfugiés traditionnels. Au cours du XXIe siècle ce chiffre pourrait être multiplié par dix.

2Les réfugiés dont l’histoire est contée dans les pages qui suivent ont pu garder, au cours de leurs tribulations, l’espoir de retourner un jour dans leur chère Acadie, et un certain nombre ont pu effectivement retourner en Nouvelle-Écosse. D’autres ont pu s’établir sur des terres encore presque vierges en Louisiane. Certains descendants de ces Acadiens vivent aujourd’hui sur des territoires, dans le delta du Mississippi, à la merci de la montée des eaux et des ouragans. Plusieurs en ont fait la cruelle expérience en 2005 au moment du passage de l’ouragan Katrina. Comme les habitants des Pays-Bas, des Maldives, ou du Bangladesh, dont les territoires sont menacés par les flots, les Cajuns ne pourront même pas garder l’espoir de retrouver leurs terres si elles sont englouties par l’océan ; ils devront reprendre le chemin de l’exil.

3Il n’est pas trop tard pour empêcher cette déportation-là. Les causes du changement climatique sont maintenant bien établies. Le remède également : la diminution de la consommation d’énergies fossiles. Puisse l’histoire des Acadiens servir à nous rappeler la douleur de l’exil ; Que la connaissance du passé puisse nous aider à agir dans le présent, pour le futur.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search