Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Quatrième partie. Construire et transmettre la mémoire

Résumés

Texte intégral

Préface L’embrigadement du passé canadien. Les politiques mémorielles du gouvernement Harper

1Yves Frenette

Première partie Mémoire des lieux et lieux de mémoire

Héritages, lieux et médiation. Dialogue des lieux et du temps au service d’un récit canadien

2Stéphane Héritier

Le texte s’intéresse à la manière dont le patrimoine canadien, fondé sur une sélection de lieux historiques et naturels (espaces protégés, monuments naturels, sites historiques, etc.), contribue à construire la mémoire canadienne. Mis en valeur dans le cadre d’une pratique touristique et d’une pratique associée d’interprétation, ils sont des lieux porteurs et producteurs d’un discours sur la constitution de l’espace et du temps. Ces points de repères servent en partie à arrimer la mémoire collective. L’interprétation, statique ou dynamique, contribue à porter et à favoriser l’élaboration de récits et à mobiliser les mémoires (individuelles ou collectives) qui portent et constituent la mémoire nationale.

This paper explores how Canadian heritage, based on a selection of historical and natural sites (protected areas, natural monuments, historical places, etc.) has been instrumental in elaborating a Canadian memory. These places have been highlighted through tourism and interpretation, and produce and convey a specific discourse on the constitution of space and time. These landmarks partly serve to anchor collective memory. Interpretation, both in its static and dynamic forms, contributes to support and promote the development of narratives, and to summon individual or collective recollections that shape national memory.

Les lieux de mémoire acadiens dans les Provinces maritimes du Canada : inventaire, fonctionnement et enjeux

3Gwénael Lamarque

Immergé dans la culture anglo-saxonne et l’américanité, l’ensemble canadien se compose d’une superposition de communautés autochtones et/ou immigrées. Chacune d’entre elles cultive à sa manière – avec plus ou moins de vigueur et de constance – son identité et développe donc des représentations et schémas mémoriels qui lui sont spécifiques. Parmi elles, la diaspora acadienne occupe une place tout à fait particulière. Communauté francophone, vivant dans un milieu majoritairement anglophone, elle est, pour des raisons historiques, dispersée aux quatre coins de la planète, prioritairement sur le continent américain, dans l’Est du Canada actuel (Québec et Provinces maritimes) et en Louisiane dans le sud des États-Unis. Sous forme de synthèse, cette contribution – à l’exacte confluence entre « la mémoire des lieux » et les « entreprises mémorielles » – se propose d’établir une typologie et une cartographie de ce que l’on pourrait entendre par lieux de mémoire en Acadie ; de s’intéresser à leurs modalités de fonctionnement en termes de personnels, de gouvernance, de services proposés, mais aussi à leurs sources de financement ; enfin, de s’appesantir sur les objectifs affichés ou induits, prioritaires et secondaires, culturels et politiques qu’ils véhiculent consciemment ou inconsciemment.

Imbedded in Anglo-Saxon and American culture, Canadian culture consists in superimposed Native and/or immigrant communities. In their own way, these community tend to their own identities – with more or less stamina and steadfastness – and have developed specific memorial patterns and representations in the process. Among them, the Acadian diaspora holds a very special place, as a Francophone community mainly living in an Anglophone environment. Due to historical causes, it is now scattered world-wide, mainly on the American continent, in Eastern Canada (Quebec and the Maritimes) and in Louisiana. With this paper, halfway between the notions of “memory of places” and “memorial endeavours,” we aim to provide a typology and mapping of possible sites of memory in Acadia, with a specific focus on their modes of operation regarding staff, governance rules, services offered, and funding, and eventually dwell on the deliberate or unconscious projects carried by these sites of memory, whether avowed or inferred, urgent and non-urgent, cultural and political.

La construction des mémoires de la Main à Montréal : une question d’échelles ?

4Marie-Laure Poulot

Cet article souhaite interroger le système d’acteurs intervenant au cœur de la construction du patrimoine du boulevard Saint-Laurent, artère montréalaise d’importance nationale. Cette mise en valeur du passé cosmopolite de la Main se fait à différentes échelles de pouvoir et s’applique à plusieurs dimensions de la rue (dans son ensemble, une portion ou un bâtiment), selon une définition élargie du patrimoine : matériel et immatériel. Cette imbrication des niveaux de pouvoir pose la question d’une échelle adéquate pour la reconnaissance et la commémoration de ce lieu de mémoire qu’est le boulevard Saint-Laurent. En renvoyant à diverses échelles d’action, le boulevard devient à la fois le miroir de la diversité montréalaise et le « reflet microscopique de la société canadienne » : on peut alors se demander quelles sont les mémoires représentées par le boulevard Saint-Laurent ?

In this article, I will study the network of stakeholders involved in developing the legacy of Saint Lawrence Boulevard, a major thoroughfare in Montreal. The development and enhancement of the Main’s cosmopolitan past has been carried out at various levels of authority, and applied to various aspects of it (namely to the boulevard as a whole, or to a section of it, or to a single building), according to a broad definition of heritage understood as both tangible and intangible. This interweaving of power levels raises the question of an adequate scale for the recognition and commemoration of Saint Lawrence Boulevard as a site of memory. Because of these various levels of action, the boulevard is becoming both the mirror of Montreal’s diversity and the “microscopic reflection of Canadian society,” which leads us to wonder what memories are actually represented by Saint Lawrence Boulevard.

Montréal/Québec : une rivalité interurbaine comme lieu de mémoire

5Harold Bérubé

Le réseau urbain québécois s’articule autour de deux pôles : Montréal et Québec. Dans cet article, mon objectif est de montrer comment la rivalité entre ces deux cités – encore bien vivante de nos jours – s’est construite au fil des décennies, jusqu’à devenir une composante centrale de l’identité locale des deux agglomérations et de la société québécoise. En explorant différents épisodes de cette compétition, qui s’est jouée tantôt dans la sphère politique, tantôt dans les sphères économiques, culturelles ou universitaires, j’identifie les matériaux et les « entrepreneurs » qui ont permis de faire de cette rivalité un véritable lieu de mémoire.

Quebec’s urban network is built around two poles: Montreal and Quebec City. In this paper, my objective is to explain how the rivalry between those two cities developed over the years and remains, to this day, a central element of their urban identities. By exploring different aspects of this rivalry, in the economical, political and cultural spheres, I identify the ideas and the actors that transformed this interurban rivalry into a true “site of memory.”

« Faire société » au Québec : Hydro-Québec comme stratégie de continuité mémorielle, 1978-2005

6Stéphane Savard

L’essoufflement des idéaux de la Révolution tranquille québécoise vers la fin des années 1970 pousse les responsables politiques québécois à trouver une nouvelle stratégie pour « faire société » en Amérique. À partir de ce moment, l’idée de faire société rime avec la volonté d’assurer une continuité mémorielle qui unit le présent au passé. C’est alors que la société d’État Hydro-Québec se voit utilisée pour faire la promotion d’un certain passé jugé glorieux et des valeurs qui y étaient rattachées. Ainsi, la deuxième nationalisation de l’électricité et le complexe Manicouagan-Outardes deviennent des lieux de mémoire de la Révolution tranquille et du consensus général qui régnait autour des réalisations de la société québécoise de l’époque. De plus, des références aux premiers ministres favorisent une mémoire de la classe politique, qui sert alors à réactiver le souvenir de certaines composantes du projet de faire société, encore significatives pour le moment présent.

As the ideals of the Quiet Revolution began to falter in the late 1970’s, Quebec’s politicians were spurred on to find a new strategy to “live together” on the American continent. From then on, the notion of “living together” was conflated with the determination to keep memory alive so as to bridge the past and the present. Thus, the government corporation Hydro-Quebec was harnessed to promote a past perceived as glorious and the values inherent to it. The second phase of nationalisation and the Manicouagan-Outardes hydropower complex were then turned into sites of memory on behalf of the Quiet Revolution and of the general consensus about the achievements of Quebec society at the time. Moreover, a specific brand of political party memory was fostered by references to former Prime Ministers, and helped to reactivate past recollections of this project dedicated to “living together,” some of which are still meaning ful today.

Deuxième partie Mémoire(s) et migrations

Histoire et mémoire(s) des adoptions d’enfants québécois en France depuis les années 1960

7Yves Denéchère

De 1965 à 1972, plusieurs centaines d’enfants québécois ont été adoptés en France. Qualifiée par certains des acteurs comme un « retour aux sources » pour les enfants concernés, cette migration singulière est très méconnue. Il s’agit de voir comment elle s’inscrit dans l’histoire des deux sociétés et d’analyser les traces qu’elle a générées. La mémoire de ces adoptions est quasi inexistante en France, alors qu’elle est très vive au Québec, rappelant la souffrance engendrée par la séparation d’enfants de leurs mères. Ainsi s’est développé le mouvement Retrouvailles, véritable entrepreneur mémoriel, dont le but est faire se rencontrer des familles séparées.

From 1965 to 1972, hundreds of Quebec’s children were adopted in France. Very little is known about this singular migration that was described by some stakeholders as “a homecoming of sorts” for the affected children. The aim of this contribution is to show how this migration fits into the history of both societies, and to analyze the traces it generated. Unlike France, where the memory of these adoptions is virtually non-existent, it is very vivid in Quebec, where the suffering caused by the separation of children from their mothers is highlighted. This sparked off the Reunion movement, acting as a true entrepreneur of memory whose aim is to get separated families to meet again.

Mémoires greffées : les écritures migrantes du Québec comme lieu du travail de mémoire et de quête identitaire

8Carmen Mata Barreiro

Dans cette étude, nous abordons, dans une approche transdisciplinaire et postcoloniale, les apports des écritures migrantes au travail de mémoire au Québec, et des voies à frayer en vue d’un dialogue plus riche entre littérature et histoire. Nous dessinons une cartographie des écritures migrantes au Québec, en vue d’explorer les géographies mémorielles, et nous accordons une attention particulière à des écrivains migrants originaires de Haïti et à leur travail de mémoire de l’esclavage, du marronnage et de la répression, à des écrivains d’origine espagnole qui ont approfondi la mémoire de la guerre civile espagnole et de l’exil ainsi qu’à certains écrivains d’origine libanaise qui ont creusé la mémoire de la guerre du Liban. Parallèlement à l’analyse de leur apport à la pensée de la mémoire et à la poétique de la mémoire, nous nous intéressons au regard des écrivains migrants sur la mémoire du Québec, et à leur mouvement de rapprochement ou de « dissonance » (Robin) par rapport à celle-ci.

This article examines the contribution of migrant writing to the construction of memory in Quebec, through an interdisciplinary and postcolonial perspective, and analyses how migrant writers provide the opportunity to enrich dialogue between literature and history. I set out to describe a cartography of migrant voices in Quebec’s literary landscape, in order to explore memorial geographies, and focus thereby on migrant writers born in Haiti and on their memory of slavery, maroons, and repression, on writers born in Spain who delve into the Spanish Civil War and the ensuing exile, as well as on writers born in Lebanon who deal with the Lebanese war. On top of an analysis of these writers’ contribution to memory as thought and poetics, this paper deals with their representation of the memory of Quebec and with how close or “dissonant” (Robin) it feels to them.

Un bal de souvenirs : Les écritures migrantes judéo-francophones du Québec

9Yvonne Völkl

Jusqu’à aujourd’hui, le nombre d’écrivains migrants d’origine juive et d’expression française est relativement restreint par rapport au grand nombre d’auteurs recensés au sein des écritures migrantes au Québec. Parmi les auteurs d’origine juive se trouvent, entre autres, Monique Bosco, Naïm Kattan, Pierre Lasry, Victor Teboul, Régine Robin et Marc-Alain Wolf. Leurs romans sont fréquemment peuplés de migrants qui ont pris un nouveau départ à Montréal. Cette nouvelle vie est pourtant marquée et parfois même hantée par leur passé. La présente étude vise à repérer les souvenirs de ce passé qui affluent à des moments spécifiques dans la vie des protagonistes. En outre, les stratégies narratives adoptées signalant le processus mémoriel seront illustrées. Enfin, le rôle que ces romans, dépeignant la vie d’immigrants juifs à Montréal, peuvent jouer dans la mémoire collective du Québec sera discuté.

Until today, the number of Jewish migrant authors who write in French has remained relatively small compared to the large number of authors belonging to Quebec’s écritures migrantes. Among migrant authors of Jewish origin, we can find, for example, Monique Bosco, Naïm Kattan, Pierre Lasry, Victor Teboul, Régine Robin and Marc-Alain Wolf. In their novels, they often introduce migrant characters who have started a new life in Montreal – a life that is nevertheless marked and sometimes even haunted by their past. The present study aims to identify the memories of this past which arise at specific moments in the lives of the fictional characters. Moreover, the narrative strategies used to highlight the memory processes will be illustrated. Eventually, what role the novels portraying Jewish immigrants’ lives in Montreal can play in Quebec’s collective memory will be discussed.

Métis and First Nation Autobiographies As a Means of Healing

10Ezter Szenczi

Canada’s Aboriginal groups have steadily experienced disparaging behaviour. As a result, they have developed a number of self-defensive strategies to cope with situations in which they felt discriminated against. One of their most effective methods is considered to be writing about personal trauma. From the second half of the twentieth century, as they began to voice their struggle, first Native autobiographies came out. Writing about personal traumatic experiences may help one distance oneself from the trauma and by examining the narrative of the traumatic event, one can understand the emotion it triggered. In my paper, I would like to outline how three Aboriginal autobiographies document the unique challenges related to Native identity construction.

La population autochtone du Canada a longtemps enduré le mépris de la société dominante. Pour cette raison, ses membres ont développé des stratégies défensives pour traiter les situations de discrimination. L’une de leurs méthodes les plus effectives est la mise en récit des traumatismes personnels. À partir de la deuxième moitié du xxe siècle, les autochtones du Canada ont commencé à exprimer leurs sentiments et les premières autobiographies sont nées. Raconter leurs traumatismes les aide à s’en éloigner et l’analyse de ces textes contribue à mieux comprendre leur souffrance. Dans mon article, j’expose les défis liés à la formation identitaire à travers trois autobiographies autochtones.

Troisième partie Mémoire et communauté(s)

Les récollets de la Nouvelle-France : autopsie d’une amnésie

11Caroline Galland

Entre leur arrivée à Québec en 1615 et la mort du dernier des leurs en 1849, les récollets furent l’un des piliers de l’Église canadienne, leurs effectifs étant comparables à ceux des jésuites et des prêtres séculiers. Par ailleurs, les récollets développèrent un apostolat polymorphe qui marqua de son empreinte l’histoire religieuse de l’Amérique française. Missionnaires auprès des Amérindiens, aumôniers militaires dans les forts de la colonie ou encore curés dans les paroisses rurales de la vallée laurentienne, rares furent les populations qui n’entrèrent pas en contact avec eux. Pourtant, en dépit de ce travail apostolique intense, les récollets apparaissent comme les grands perdants de l’histoire et de la mémoire. Mon propos vise à comprendre comment s’est construit ce double processus d’exclusion. Comment le mythe d’une impossible histoire des récollets s’est-il développé et transmis ? Parallèlement, comment les récollets ont-ils été évincés de la mémoire collective ? Il s’agit donc d’opérer l’autopsie d’une amnésie.

From their arrival in New France in 1615 to the death of the last one in 1849, the Recollects were among the founders of the Canadian Church, with as many followers as the Jesuits and parish priests. Moreover, the Recollects developed a diversified apostolate that greatly influenced the religious history of French America. Either as missionaries with Native Americans, military chaplains in the colony’s forts, or priests in rural parishes, most if not all the colonists met them at some time or other. Nevertheless, in spite of intense apostolic work, the Recollects seem to be the main losers regarding History and collective memory. My intention is to figure out how this double exclusion process was made possible. How was the myth of an impossible history of the Recollects developed and transmitted? Simultaneously, how were the Recollects ousted from collective memory? I therefore propose to carry out an autopsy of this amnesia.

Les paradoxes de la mémoire seigneuriale au Québec : entre la mythologie et l’oubli

12Benoît Grenier

Cet article entend contribuer à la réflexion générale sur les mémoires canadiennes en réfléchissant au paradoxe seigneurial. Objet mémoriel étroitement associé à la mise en place du territoire et du paysage québécois, le régime seigneurial paraît omniprésent et a donné lieu à de multiples lieux de mémoire dans la partie du territoire du Québec qui lui fut autrefois soumis. Mais en dehors de la toponymie et du patrimoine bâti qui continuent à témoigner fièrement du passé, comment expliquer l’oubli de la disparition somme toute récente de la société seigneuriale ? Notre propos s’inscrit dans une vaste recherche relative aux persistances seigneuriales dans le Québec post-1854 que nous menons à partir des archives du Syndicat national du rachat des rentes seigneuriales.

This article aims to contribute to the general discussion on Canadian memory through an analysis of the seigneurial paradox. Closely associated with the development of Quebec’s territory and landscape, the seigneurial system seems to remain pervasive and has resulted in multiple “sites of memory” throughout that part of the territory of Quebec it once ruled over. But apart from place names and built heritage which continue to show pride in the past, how can the omission of the relatively recent disappearance of seigneurial society be accounted for? This paper is part of extensive research work – that we have been carrying out from the archives of the Syndicat national du rachat des rentes seigneuriales – on the remanence of the seigneurial regime during the post-abolition period.

Les mémoires indiennes de l’assimilation par l’éducation : une nécessaire reconstruction identitaire ?

13Charlotte Leforestier

La politique d’assimilation mise en place par le gouvernement canadien à la fin du xixe siècle avait pour objectif d’éduquer les enfants autochtones dans des pensionnats hors réserve, situés loin des familles et des tribus, centres des traditions et cultures tribales. Les expériences traumatisantes des élèves dans ces établissements font partie d’une mémoire collective à la fois tribale et nationale. Pourtant, ce n’est que récemment, depuis les trente dernières années environ, que les premières nations au Canada se sont mises à parler plus librement de ce traumatisme avec des histoires de leur vie d’élèves. Avant cela, la honte a empêché une grande partie des anciens élèves de raconter ces histoires aux membres de leur famille. Il semble donc intéressant de s’interroger quant à la construction de cette mémoire collective qui est aujourd’hui indispensable au processus de guérison (« healing ») des communautés indiennes ; de montrer que cette mémoire se construit autour de trois perspectives principales : historiographique, culturelle et historique et enfin légale et juridique.

The assimilation policy implemented by the Canadian government at the end of the 19th century aimed at educating First Nations children in off-reservations residential schools, located far from the reservations, centers of traditions and tribal culture. The traumatizing experiences these children went through are part and parcel of a collective memory, tribal and national. For the past thirty years, however, First Nations people in Canada have started to talk more freely about this trauma by telling stories of when they were pupils in these schools. Prior to that, shame prevented a majority of the pupils from telling these stories to family members. It thus seems interesting not only to wonder about the construction of this collective memory which is necessary to the healing process of the Indian communities, but also to show that this memory builds itself around three main dimensions: historiographical, cultural and historic, and finally, legal and governmental.

Histoire, mémoire et identité au sein d’une minorité franco-canadienne : les Acadiens

14André Magord

Les Acadiens du Canada forment l’une des rares minorités historiques nord-américaines à avoir préservé jusqu’à aujourd’hui leur distinction ethnoculturelle et linguistique. L’explication historique de cette spécificité semble d’emblée abordable puisqu’elle ne porte que sur une période relativement courte de quatre siècles et surtout que l’on peut étudier chaque aspect de cette histoire depuis son commencement. La situation marginale et minoritaire des Acadiens a toutefois repoussé à une période récente les premières tentatives d’une écriture de leur passé selon une approche dont la visée première était scientifique. L’Acadie s’est en effet trouvée dès sa fondation à la croisée d’intérêts qui la dépassaient et qui guidaient les écrits la concernant. Selon le sociologue Joseph-Yvon Thériault, la mémoire continuerait même à se jouer de l’Acadie.

The Acadians of Canada are one of the few North American historical minorities to have preserved until today their ethnocultural and linguistic distinction. The historical explanation of this specificity seems readily accessible since it covers only a relatively short period of four centuries and since we can study every aspect of this history since its inception. The marginal and minority situation of the Acadians dismissed, however, until recently, the first attempts to write about their past in an approach whose first target was scientific objectivity. Acadia has indeed found itself, since its foundation, at the crossroads of interests that exceeded its scope and that guided the writings concerning it. According to sociologist Joseph-Yvon Thériault, memory even continues to trifle with Acadia.

Quatrième partie Construire et transmettre la mémoire

Premières impressions du Canada d’André Siegfried : le voyage de 1898

15Jean-Michel Lacroix

André Siegfried, véritable pionnier en France des études nord-américaines, a entrepris de multiples voyages aux États-Unis et au Canada. Cet article s’appuie sur les lettres manuscrites inédites qu’il envoie régulièrement à son père et qui permettent d’analyser les impressions rapportées lors de son premier voyage au Canada en 1898. Ces premières observations seront reprises ultérieurement dans ses ouvrages et notamment dans Le Canada, puissance internationale (Paris, Armand Colin, 1937).

André Siegfried, whom we may consider as one of the very first pioneers in France in the field of North-American studies, regularly visited the United States and Canada. Relying on the manuscript letters (unpublished so far) he sent to his father, this article analyses Siegfried’s impressions of Canada during his first visit in 1898. These observations will be further developed in his books and notably in Le Canada, puissance internationale (Paris, Armand Colin, 1937).

La chanson québécoise, vecteur de l’histoire, de la mémoire et de l’identité

16Johanne Melançon

Au Québec, dont la devise est « Je me souviens », histoire, mémoire et identité nationale sont intimement liées à une certaine chanson populaire, la chanson nationaliste. Trois exemples – le coffret commémoratif Je me souviens (1998) soulignant le cinquantième anniversaire de l’adoption du drapeau national du Québec, la chanson et le vidéoclip « Je m’en souviens » (1991) du groupe French B, ainsi que le projet d’une histoire des francophones d’Amérique en chansons d’Alexandre Belliard, Les légendes d’un peuple (2012) – montreront comment la chanson nationaliste participe de la révolution mémorielle contemporaine et se nourrit de lieux de mémoire pour exprimer une identité nationale.

In Quebec, whose motto is “I remember,” history, memory and national identity are closely intertwined with popular music, particularly with nationalist songs. Three examples – the compilation album Je me souviens (1998), with 50 songs that commemorate the 50th anniversary of Quebec’s national flag, the song and video clip « Je m’en souviens » (1991) from the band French B, as well as the project of a history of Francophones in America through songs, Les légendes d’un peuple (2012), by Alexandre Belliard – will show how nationalist popular music partakes in the contemporary memorial revolution and makes use of sites of memory to express national identity.

Une entreprise mémorielle : l’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française

17Jacques-Guy Petit

En accès libre, l’Encyclopédie du Patrimoine culturel de l’Amérique française (EPCAF) dirigée par Laurier Turgeon et animée par Martin Fournier, depuis sa création en 2008 dans le cadre de l’université Laval à Québec, se situe dans le prolongement de la Convention de l’Unesco de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. En 2013, les quelque 350 articles de l’EPCAF complétés par d’importants compléments multimédia plus 5 sections interactives présentent la francophonie nord-américaine depuis le xviie siècle, en insistant sur les populations les plus anciennes, celles du Québec et de l’Acadie. Les articles se classent en cinq catégories : Activités culturelles ; Faune et Flore ; Groupes et individus ; Paysages et territoires ; Sites et monuments. La majorité des 221 auteurs d’articles sont des acteurs actuels de la patrimonialisation : représentants des communautés, des universités et des musées francophones, érudits animateurs d’associations. L’EPCAF illustre l’évolution relevée par Pierre Nora : le patrimoine a quitté « son âge historique, national et monumental pour entrer dans un âge mémoriel, social et identitaire ».

In free access, the Encyclopédie du Patrimoine culturel de l’Amérique française (EPCAF), managed by Laurent Turgeon and conducted by Martin Fournier, has placed itself, since its creation in 2008 as part of Laval University in Quebec, in the continuation of the 2013 UNESCO Convention for the protection of Intangible Cultural Heritage. Since 2013, about 350 EPCAF articles completed by sizeable multimedia complements plus 5 interactive sections have been presenting North American Francophone countries from the 17th century onwards, insisting on the oldest populations, those of Quebec and Acadia. The articles are arranged in five categories: cultural activities; flora and fauna; groups and individuals; landscapes and territories; sites and monuments. Most of the 221 authors of these articles are current actors of the process of patrimonialisation: community representatives, French-speaking universities and museums, scholars working as association leaders. The EPCAF illustrates the evolution noticed by Pierre Nora, namely that heritage has left “its historical, national and monumental era to enter a memory, social and identity era”.

De statue en statue : la mémoire retrouvée de Louis Riel

18Bernadette Rigal-Cellard

Louis Riel est une figure complexe de l’histoire canadienne : Métis originaire de ce qui deviendra en grande partie grâce à lui le Manitoba, il figure pour son peuple le héros assassiné par le pouvoir anglophone, et pour les anglophones, l’assassin d’un bon citoyen. Après sa pendaison en 1885, il tomba dans l’oubli en tant que figure héroïque. Le mouvement indépendantiste du Québec exhuma sa geste pour réhabiliter sa mémoire et alimenter le débat sur la construction de la nation canadienne. Cet article étudie les aléas du statut de Louis Riel à travers les métamorphoses des statues qui furent alors commandées pour lui rendre les honneurs mais qui provoquèrent le contraire de l’effet escompté tant elles correspondaient peu aux critères esthétiques des Métis. Il se conclut sur les autres étapes de la « fabrique mémorielle » qui jalonnent Saint-Boniface, le territoire héritier de la geste de Riel.

Louis Riel is a complex figure of Canadian history: a Métis from Manitoba that he helped found, for his people he stands for the hero assassinated by the English-speaking authorities, and for English Canadians for the assassin of a good citizen. After his hanging in 1885 he fell into oblivion as a heroic character. The Quebec sovereignty movement dug up his tragedy in order to rehabilitate his memory and fuel the debate on the construction of the Canadian nation. This article explores the mishaps of his statute through the metamorphoses of the statues that were then commissioned to repair the prejudice he suffered. Yet by blatantly ignoring the aesthetic criteria of the Métis, they provoked extremely negative reactions. The article ends on the other steps of the “memorial fabrication” that have turned his birthplace (St Boniface) into a major heritage site.

Postface Les Bretons et le Canada. Entre réalités et imaginaire

19André Lespagnol

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540