Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Quatrième partie. Construire et transmettre la mémoire

Postface

Les bretons et le Canada entre réalités et imaginaire

André Lespagnol

Texte intégral

1« Bretagne et Canada » : vu de loin, cela pourrait paraître une relation simple, presque « naturelle ». En raison de la proximité géographique – apparente – entre ce « Finistère » de l’Europe, cette péninsule tendue vers l’Occident, et les côtes nord-est du continent américain situées aux mêmes latitudes, de l’autre côté d’un océan Nord-Atlantique que les marins bretons avaient commencé à apprivoiser dès la fin du xve siècle. En raison aussi, bien sûr, d’une relation historique privilégiée, puisque ce sont bien des Bretons – Jacques Cartier et ses compagnons malouins – qui ont mis le pied les premiers sur cette partie du continent américain à Gaspé, puis remonté le fleuve Saint-Laurent et découvert le « pays de Canada », jusqu’au site d’Hochelaga, lors des deux voyages fondateurs de 1534 et 1535. C’est ce dont témoignent maintes traces ou lieux symboliques, tant au Canada que, de ce côté-ci de l’océan, avec la statue de Jacques Cartier dressée fièrement face à l’Ouest sur un bastion de Saint-Malo (statue qui fut financée en partie par une tournée de Théodore Botrel au Québec), ou, à proximité immédiate, la Maison du Québec avec son drapeau fleurdelisé, sans oublier cette course de voiliers Québec-Saint-Malo réactivant tous les quatre ans, de manière inversée, ce lien maritime entre Bretagne et Canada.

2Mais, au-delà des symboles, il faut se méfier des évidences, souvent trompeuses. Car en réalité cette relation entre la Bretagne et le Canada est une relation ambiguë, voire paradoxale, où il faut faire la part entre l’imaginaire et la réalité.

Un rendez-vous manqué, la Nouvelle-France

  • 1 Lespagnol A., « Saint-Malo et la découverte du Canada », Études Canadiennes/Canadian Studi (...)

3Cette ambiguïté s’est manifestée dès le départ, dans l’épisode fondateur de la « découverte du Canada ». Car si ce sont bien des Bretons – des Malouins en l’occurrence – qui ont été les acteurs de la « Découverte », il faut rappeler qu’ils l’ont fait à l’initiative d’un commanditaire qui était le roi de France, désormais maître sans partage du duché de Bretagne depuis le traité d’Union de 1532. Et, comme je l’ai souligné antérieurement1, ces Malouins, découvreurs pour le compte du roi de France, avaient dans une large mesure monté leurs expéditions contre le sentiment majoritaire du milieu marchand malouin, méfiant par rapport aux finalités de l’entreprise, et qui n’eut de cesse de mettre des bâtons dans les roues de Cartier.

4Et cet épisode fondateur de la Découverte révéla aussi d’emblée les décalages entre les rêves et la réalité, et se termina sous le signe de la déception, pour Cartier et ses compagnons. Il est à peine besoin de rappeler ici que « le pays de Canada » fut découvert « par hasard », au regard des objectifs assignés au navigateur. Pour le premier objectif – « découvrir par le Nord le passage au Cathay » (c’est-à-dire la Chine) – on sait que, malgré le franchissement du détroit de Belle Isle et la remontée de l’estuaire du Saint-Laurent, Cartier déboucha sur une impasse avec la rencontre des premiers rapides du fleuve en amont d’Hochelaga, qui en gardèrent – par ironie – le nom de « Lachine ».

5Quant au second objectif assigné – « découvrir certaines ysles et pays ou l’on dit qu’il doit se trouver grant quantité d’or et autres choses précieuses », Cartier crut un instant les avoir trouvés lors de son troisième voyage en 1541-1542 pour préparer la première implantation française sur le continent, à Charlesbourg en amont de Québec, en ramenant précipitamment « comme un voleur » des pierres brillantes qu’il croyait « précieuses » et qui se révélèrent très vite, selon le dicton, « faux comme des diamants du Canada ». Ce premier contact des Bretons avec ce Canada qu’ils venaient de découvrir se termina donc sous le signe de la déception, de rêves brisés au contact du réel, et Cartier ne s’en remit pas.

6Par la suite les Bretons, qui avaient été parmi les pionniers du développement de la traite de fourrures avec les Indiens dès 1580 à partir du poste de Tadoussac, au confluent du Saint-Laurent et du Saguenay, furent vite évincés de ce trafic prometteur par des compagnies à monopole dominées par des intérêts rouennais, parisiens et rochelais. Plus globalement, les Bretons restèrent à l’écart de la première colonisation du Canada au xviie siècle, celle de la Nouvelle-France, qui fut pour l’essentiel accaparée par les Saintongeais et Poitevins derrière Champlain, et les Normands, et ils n’ont participé que marginalement au peuplement de la colonie, comme en témoignent d’ailleurs – par défaut – la toponymie et l’onomastique.

7Le Canada et les Bretons ce seraient donné en quelque sorte un rendez-vous raté, du moins si l’on identifie – ou limite – le Canada à son noyau central, qui était alors la Nouvelle-France.

Le Canada des pécheurs : une relation multi-séculaire

8Car, parallèlement, si l’on adopte une vision plus large, on s’aperçoit que les Bretons ont, en fait, construit une relation de longue durée, à l’échelle de quatre siècles, entre ces deux dates symboliques de 1504 (découverte présumée de l’île du « Cap Breton ») et de 1904, (fin des droits de pêche sur le French Shore) – avec un autre Canada : non pas le Canada continental « profond » de la vallée laurentienne ou des Grands Lacs, mais le Canada maritime, sur sa façade atlantique, du Labrador à l’Acadie, avec sa géographie complexe, ses péninsules et ses îles, ses golfes et ses détroits, ses côtes et leurs multiples échancrures.

9Cette relation s’est construite à partir des années 1500-1510, grâce à la participation précoce des Bretons – aux côtés des Normands et des Anglais, des Basques et des Portugais – à la création à travers l’Atlantique Nord médian de cette « route des pêcheurs » qui leur permettra de mettre en exploitation les énormes richesses halieutiques que recélaient les eaux continentales nord-américaines, et au premier chef ses gisements de morue.

10On attribue ainsi aux Bretons la découverte en 1504 de l’île qui porte leur nom (Île du cap Breton), et nous avons des preuves documentaires certaines du retour dès 1508-1514, depuis les « terre-neuves », de bateaux de petits ports de la côte septentrionale de Bretagne – Bréhat, Dahouët, Saint-Briac – avec des cargaisons de morues. Et c’est bien parce que depuis vingt ans au moins ses compatriotes pratiquaient les côtes nord-américaines pour y faire la pêche, que Cartier avait été choisi par le roi de France pour tenter de découvrir à partir de là (du détroit de Belle-Isle en l’occurrence) la voie du « passage du Nord-Ouest » qui devait conduire au Cathay.

  • 2 Pour une vision globale, Morandiere C. de la, Histoire de la pêche française de la morue e (...)

11C’est à travers cette activité halieutique majeure – la pêche morutière aux « terres neuves2 » – que s’est construite à partir du xvie siècle une relation durable entre la Bretagne et la façade atlantique du futur Canada. Cette relation maritime à finalité économique a impliqué initialement tout le littoral breton : une trentaine de ports, de Cancale à Bourgneuf, ont armé pour « Terre Neuve » au xvie siècle, avant que l’armement terreneuvier ne se concentre, du xviiie siècle jusqu’au xxe siècle, sur la côte nord-est de la péninsule, de Bréhat à Cancale, avec une série de petits ports de la baie de Saint-Brieuc (Paimpol, Saint-Quay-Portrieux, Binic, Le Légué, Dahouët), et un pôle majeur plus à l’est, Saint-Malo, principal morutier français durant près de cinq siècles.

12Cette activité morutière a ainsi mis en mouvement chaque année vers les côtes canadiennes, durant plus de quatre siècles, de 50 à 100 navires portant plusieurs milliers de Bretons – de 3000 à 7000 hommes : c’était une forme spécifique de migration saisonnière de travail à travers l’Atlantique vers un autre continent, qui leur a permis de « gagner leur pain » dans cette activité particulièrement rude et exposée à de multiples risques.

13Il faut souligner ici fortement, contre une vision influencée par les pratiques de la pêche au xxe siècle, que cette activité morutière ne les amenait pas seulement dans les eaux – et les brumes – des « bancs » de Terre Neuve, mais aussi sur les côtes du continent lui-même. Les pêcheurs bretons (du moins ceux de la côte nord) avaient choisi en effet dès le xvie siècle de pratiquer de manière dominante la pêche dite « sédentaire », à partir d’installations fixes dans un hâvre de la côte, afin notamment de pouvoir y effectuer la sécherie de la morue sur les grèves.

14Ce choix impliquait donc un réel contact avec la terre canadienne, avec construction d’installations fixes dans les hâvres de la côte – habitations et ateliers –, temporaires mais souvent réoccupées régulièrement d’une année sur l’autre, tant sur certaines portions du continent – côte sud du Labrador ou « Grande Baye », Gaspésie, que sur les îles qui le bordaient, Île du cap Breton, île Saint-Jean, archipel de Saint-Pierre, et surtout bien sûr à Terre Neuve, notamment sur la côte nord-est dite du « Petit Nord », fief des Malouins, ou la côte ouest. Rappelons qu’ils purent continuer à fréquenter ces parties de la côte de la grande île après le traité d’Utrecht de 1713, qui en cédait la souveraineté à l’Angleterre, grâce aux droits de pêche reconnus aux Français sur le « French Shore » jusqu’en 1904.

15Cette importance de la pêche « sédentaire » impliquait pour les milliers de pêcheurs saisonniers qui la pratiquaient, et qui étaient aussi des travailleurs à terre, un rapport direct et concret avec la nature canadienne. Avec la rudesse de son climat : avec la banquise parfois encore en place lors de l’arrivée sur la côte du Petit Nord ou du Labrador, avec les icebergs dérivant sur les bancs, avec la menace fréquente des brumes mettant en péril les pêcheurs. Mais aussi avec ses aménités : c’est grâce à la vigueur du soleil d’été canadien que l’on pouvait sécher la morue sur les « graves » pour lui donner ses qualités de conservation et de goût qui en feraient la valeur sur les marchés européens. Et ces pêcheurs saisonniers pouvaient aussi tirer parti des richesses de la flore et de la faune canadienne pour améliorer leurs conditions de vie : on coupait le bois pour construire les installations à terre, on cultivait quelques légumes, on chassait un peu le gibier pour améliorer l’ordinaire, tout en exploitant à fond les ressources halieutiques des eaux canadiennes. Avec un dernier regard sans doute sur les beautés de la forêt canadienne et de ses érables à l’automne, lorsqu’ils repartaient pour l’Europe en fin de campagne, comme le suggère cette appellation de « côte du Chapeau Rouge » donnée à la côte méridionale de Terre Neuve aux xvie-xviiie siècles.

16Cette fréquentation saisonnière mais régulière des côtes du Nord-est américain allait entraîner nécessairement certains contacts avec les autres groupes humains qui parcouraient ou « occupaient » – de manière très lâche – ces vastes contrées. Avec les Amérindiens d’abord. Si les contacts demeurèrent limités avec les timides Béothuks de l’intérieur de Terre Neuve, ils furent précoces, plus intenses et généralement pacifiques, basés sur le troc, avec des groupes comme les Micmacs en Acadie et Gaspésie, comme en témoignait Cartier lors de son passage dans la baie des Chaleurs en 1534, ou avec les Montagnais sur la rive nord du Saint-Laurent et du golfe.

17Ces relations furent plus tendues, et même longtemps hostiles, avec un autre groupe humain « indigène », les Inuits, dont la migration saisonnière chaque été depuis le Labrador vers le Sud pour la chasse au phoque croisait celle des pêcheurs bretons autour du détroit de Belle-Isle et du Petit Nord. Cette rencontre entre les deux groupes de migrants fut très vite conflictuelle : au début xviie siècle, à partir de rixes et d’un incident majeur (le rapt d’une femme de chef inuit par des pêcheurs), se développa une longue période de vendetta récurrente entre les deux groupes, qui conduisit d’ailleurs les armateurs morutiers de Saint-Malo et de la baie de Saint-Brieuc à armer à leur frais un « vaisseau de conserve » pour tenter d’assurer la sécurité dans ces parages durant tout le xviie siècle. Celle-ci ne fut vraiment rétablie qu’à partir de la conclusion vers 1770 d’une véritable « paix » entre les pêcheurs et les Inuits, négociée sous l’égide des autorités royales.

18Tout aussi conflictuelles furent, dans la longue durée, les relations que les Bretons entretinrent sur ces côtes nord-américaines avec un autre groupe humain venu, comme eux, d’Europe, et installé dès le début xviie siècle au sud-est de Terre Neuve, les Anglais. En temps de guerre bien sûr, avec durant chacun des sept épisodes de la « seconde guerre de Cent Ans » franco-anglaise entre 1689 et 1815 une véritable « guerre des pêcheries » perturbant gravement, voire paralysant complètement l’activité morutière des Bretons sur les côtes canadiennes. Mais aussi en temps de paix, au xviiie siècle et plus encore au xixe siècle après 1815, avec le processus de harcèlement et de grignotage des installations de pêche des Français sur le « French Shore » de Terre Neuve conduit par les colons anglais installés sur l’île. Ceci amena progressivement les pêcheurs bretons à transférer leurs activités sur Saint-Pierre, jusqu’à leur éviction complète des côtes de la grande île, entérinée par les accords de l’Entente cordiale en 1904, qui marquait, après le traité d’Utrecht en 1713 et celui de Paris en 1763, une nouvelle étape de la contraction de leur présence sur les côtes canadiennes.

19Ce grignotage progressif avait aussi réduit à néant les quelques tentatives d’installation à demeure sur les côtes canadiennes, par création « d’habitations » ou établissements de pêche permanents esquissées par les Bretons, au côté des Normands ou des Basques : à Plaisance sur la côte sud de Terre Neuve dans la seconde moitié du xviie siècle, puis sur les côtes de Gaspésie et surtout de l’île Royale (cap Breton) entre 1713 et 1763, pour se contracter finalement sur Saint-Pierre, dernier « confetti » d’un Empire évanoui.

20À travers cette « aventure morutière », des Bretons – ceux de la partie septentrionale du littoral de la province et de son arrière-pays – ont ainsi entretenu une relation de très longue durée, qui ne s’achèvera en fait qu’en 1992 : avec l’interdiction par le Canada de la pêche à la morue autour de Terre Neuve, prendra fin un mode de relations des Bretons avec un certain Canada, le Canada maritime atlantique. Cela avait été une relation très prosaïque, à finalité économique, faite de travail, de sueur et de peines, de naufrages et de morts aussi, qui a laissé une forte trace dans la mémoire collective bretonne, comme en témoigne cette année une grande exposition en cours sur les terreneuvas, présentée à Rennes, Saint-Malo, Saint-Brieuc. Mais ce fut aussi, malgré sa durée, une relation « en pointillé », une relation indirecte avec la frange maritime du continent, qui a d’une certaine manière « fait écran » par rapport au Canada « profond », au temps de la Nouvelle France comme après la conquête.

21Mais cette relation à la marge n’épuisait pas pour l’époque contemporaine l’ensemble des relations des Bretons avec le Canada, tel qu’il se constitue à partir du xixe siècle dans toute sa profondeur continentale. Par-delà les brumes de Terre Neuve et la poursuite de l’aventure morutière, le Canada, désormais sous souveraineté britannique, puis « dominion » autonome engagé dans un processus d’expansion vers l’Ouest, va à nouveau s’inviter, au-delà de la Révolution, dans l’imaginaire des Bretons et exercer un « appel » qui suscitera des initiatives et des « entreprises » aux motivations et aux modalités variées.

Des missionnaires dans le Grand Ouest

22C’est en premier lieu sur le terrain religieux que s’exerça cet « appel du Canada », qui fut l’un des terrains privilégiés où put s’opérer cette « conquête des âmes » voulue par cette portion de la France en pleine phase de « revival » catholique, en réaction au choc de la Révolution, qui incluait une dimension expansionniste « missionnaire » à l’échelle de la planète, vers les populations des autres continents.

23Dans ce processus de « revival » catholique global, la Bretagne, restée massivement catholique et « blanche », a constitué un terrain privilégié pour la création de nombreux ordres et congrégations – tels les Frères de l’Institution chrétienne, les Oblats du Saint-Esprit, les Petites Sœurs des Pauvres (créées en 1839 à Saint-Servan par Jeanne Jugan) –, avec un vivier exceptionnel de recrutement, tant au sein des élites traditionnelles qu’auprès du monde paysan, qui y voyait pour ses enfants un vecteur de promotion sociale hors de la condition paysanne. Et nombre de ces ordres participeront activement au mouvement « missionnaire » d’externalisation de ce dynamisme spirituel catholique vers le monde, encore accéléré à partir de 1903-1906 par les lois laïques contre les congrégations et de séparation de l’Église et de l’État, dont l’impact fut particulièrement sensible en Bretagne.

  • 3 Michel J., L’aventure missionnaire bretonne, thèse soutenue en 1946, publiée à Rennes aux (...)

24Des Bretons participeront donc activement, comme l’a montré Joseph Michel dans une solide thèse3, à ce mouvement d’expansion catholique « missionnaire » à l’échelle de la planète, de l’Indochine à l’Afrique noire, mais aussi vers l’Amérique, d’Haïti aux Prairies américaines, et notamment vers le Canada, dans toute son extension, d’Est en Ouest.

25Leur rôle fut limité au Québec, déjà solidement encadré, où s’implantèrent cependant des congrégations d’origine bretonne comme les Petites Sœurs des Pauvres ou les « Filles de Jésus de Kermaria », mais avec un recrutement de plus en plus « indigène ».

26Par contre leur rôle fut essentiel en Acadie, où ce sont des Eudistes, principalement bretons (187 sont recensés entre 1830 et 1910), qui prirent en charge la reconstitution du clergé et des élites francophones acadiennes à partir de 1890, avec la création de collèges et de séminaires. Forts de ce succès, on leur confia après 1900 la prise en charge de l’évangélisation des Amérindiens – les Montagnais – de la côte nord de l’estuaire du Saint-Laurent.

27Mais c’est plus encore vers l’Ouest et le Nord-Ouest du continent que s’affirma le rôle missionnaire des Bretons, pour la conversion et l’encadrement des populations indigènes, amérindiennes et inuits. Soulignons ici le rôle majeur de deux congrégations, l’Ordre du Saint-Esprit, appuyé sur son séminaire de Langonnet au centre Bretagne pour la formation des « spiritains », et celui des « Oblats de Marie Immaculée », qui expédia 223 missionnaires bretons en Amérique du Nord entre 1848 et 1880. Parmi ceux-ci le père Le Corre, nommé « vicaire de l’Athabaska-Mackenzie », multipliera voyages et missions jusqu’en Alaska, en recrutant de jeunes frères bretons pour des missions à risque pouvant conduire jusqu’au « martyre » : deux frères furent tués en 1885 lors de la révolte des métis, et un autre en 1913 à Coppermine Creek par les Inuits.

28Fait symbolique, c’est un jésuite issu d’une des plus vieilles familles de la bourgeoisie malouine – qui avait participé aux voyages de Cartier – le père Georges Le Fer de la Motte (1861-1918), qui devint en 1888 responsable des missions indiennes des Rocheuses, et développa son travail d’évangélisation de la Colombie-Britannique à l’Alaska, avec l’appui de jeunes bretons – « Frères de l’Instruction Chrétienne » de Ploërmel, prolongeant ainsi sur d’autres terrains et sur d’autres modes l’aventure canadienne initiée par ses ancêtres 350 ans plus tôt.

Des migrants dans la prairie

  • 4 Pyee A., « Les migrations françaises vers les Prairies Canadiennes – 1870-1914 », e-crini, (...)

29De la « conquête des âmes » dans le grand Ouest canadien à la « conquête de l’Ouest » tout court, entendons la mise en valeur et le peuplement de la Prairie canadienne, il n’y avait qu’un pas, et, de fait, des Bretons ont participé – avec bien d’autres- à ce grand mouvement d’expansion vers l’Ouest canadien après 18704.

30À l’origine on trouve, ici aussi, la dynamique d’expansion catholique et le rôle de stimulation idéologique et d’encadrement de l’Église, dans le prolongement de ses efforts missionnaires vers l’Ouest canadien. Elle va accompagner d’un effort de propagande en France et en Bretagne pour encourager l’émigration et la création de colonies de peuplement dans une Prairie canadienne qui s’ouvre désormais largement, grâce à la progression du chemin de fer. C’est ce qu’illustrent la série de conférences de l’abbé Gaire en 1888-1889 (qui débouchera sur la fondation de paroisses comme Notre Dame de Lourdes au Manitoba), ou les missions du père Le Floch en Bretagne pour attirer des émigrants bretons, à l’origine de la fondation de la paroisse de « Saint-Brieux » au Saskatchewan.

  • 5 Le bihan J., « L’émigration vers le Canada au début xxe siècle, le témoignage de la jeune (...)

31Mais cette impulsion idéologique d’une Église missionnaire, qui rêve alors de développer une présence à la fois catholique et francophone dans la Prairie nord-américaine (y compris d’ailleurs du côté des USA, avec la création du foyer de Vincennes dans l’Indiana), n’a pu avoir quelque effet que parce qu’elle s’est appliquée sur une réalité sociale bretonne favorable. Cette propagande, relayée par des réseaux ecclésiastiques locaux, a pu avoir du succès dans certaines régions rurales de l’Ouest breton intérieur qui connaissaient une forte croissance démographique, provoquant morcellement des terres et risque de paupérisation dans ces années 1900-1930, et pour qui l’émigration vers l’Ouest canadien pouvait apparaître comme une issue désirable, sinon un véritable eldorado. C’est ce qu’illustre la migration vers 1910 d’une famille de Scaër, les Le Bihan-Carduner5, dont les motivations apparaissent très réalistes en termes d’espoir de promotion économique et sociale, et qui étaient prêts à affronter les aléas d’un monde inconnu et les rigueurs de l’hiver canadien pour tenter leur chance.

  • 6 Article « Émigration », in A. Croix et J.-Y. Veillard, Dictionnaire du patrimoine breton, (...)

32Sans qu’on le mesure encore très précisément, des Bretons ont ainsi participé en nombre significatif (45000 migrants bretons vers le Canada d’après Y. Le Bahy6) à la colonisation de l’Ouest canadien, du Manitoba au Saskatchewan et à l’Alberta, comme l’illustre l’analyse de la composition de la population de certaines « colonies » francophones de la Prairie canadienne comme Notre-Dame-de-Lourdes (131), Saint-Claude (130) au Manitoba, ou le cas de « Saint-Brieux » au Saskatchewan, que devrait mieux éclairer des études en cours.

Une source d’inspiration des romanciers

  • 7 Coatrieux J.-L., Appelons-la Marie. Rencontre avec Marie Le Franc, Paris, Riveneuve Éditio (...)

33On ne peut manquer de souligner aussi, qu’au moment où l’Ouest canadien attirait missionnaires et colons venus de Bretagne, le Canada, mais en l’occurrence ici plutôt le Québec, allait stimuler l’imaginaire de quelques Bretons, des écrivains cette fois, fascinés à la fois par la beauté et l’immensité de sa nature, de ses forêts et de ses lacs, et par la personnalité originale de sa société et de ses types humains. Certains d’entre eux franchirent l’Atlantique pour venir au contact direct de cette nature et de ces hommes pour y puiser leur inspiration et la matière de leur œuvre littéraire. Ce fut le cas, bien sûr, du brestois Louis Hémon, l’auteur de l’emblématique « Maria Chapdelaine ». Mais on peut aussi rappeler la figure moins connue mais tout aussi intéressante de cette jeune institutrice de Sarzeau dans la presqu’île de Rhuys, Marie Le Franc (1879-1961), venue au Québec une première fois en 1906, avant d’y revenir à plusieurs reprises pour y puiser l’inspiration et les figures de ses romans – tels « Grand Louis l’innocent » (prix Femina 1927), « Hélier fils des bois » –, publiés au Québec avec succès, et à qui était consacrée en 2002 un colloque, sous le titre évocateur pour notre propos : Marie Le Franc, la rencontre de la Bretagne et du Québec7.

34Comment peut-on, en conclusion, caractériser aujourd’hui, à la charnière des xxe et xxie siècles, cette relation complexe et toujours en mouvement que les Bretons entretiennent depuis plus de cinq siècles maintenant avec le Canada ?

35Une page s’est définitivement tournée à la fin du xxe siècle : celle de la relation multiséculaire des Bretons avec la façade maritime atlantique, le « Canada des brumes », avec la décision brutale – inévitable, compte tenu de l’effondrement dramatique des stocks – prise en 1992 par le gouvernement canadien de mettre fin à la pêche à la morue dans les eaux de Terre Neuve et du golfe du Saint-Laurent. Cette fermeture fut durement ressentie à Saint-Malo, avec le retour forcé et hautement symbolique de la Grande Hermine, dernier terreneuvier malouin, 457 ans après le départ de son homonyme pour son voyage de découverte.

  • 8 Où le Québec avait pu apparaître un « refuge » politique et idéologique pour des émigrés v (...)

36Mais simultanément, une autre page de cette relation s’est sans doute ouverte depuis le dernier tiers du xxe siècle, avec la réactivation du « rêve canadien » chez les jeunes Bretons, et surtout, cette fois, vers un Québec libéré des pesanteurs conservatrices de la période duplessiste8 avec la « révolution tranquille » des années 1960, et qui s’affirmait comme une société ouverte, dynamique et créative, particulièrement attractive pour de jeunes bretons en quête d’emplois qualifiés, et propice aux initiatives de jeunes entreprenants.

37Amorcé dès les années 1965-1975 par les initiatives gaulliennes de coopération franco-québécoise, stimulant notamment des échanges nourris d’enseignants dans le secondaire et le supérieur, et relayé depuis lors par les campagnes de promotion de l’État québécois en faveur de l’émigration vers la « belle province », un courant ciblé mais significatif de migration – temporaire ou définitive – de jeunes Bretons vers le Canada, et surtout le Québec, s’est ainsi développé depuis un demi-siècle, et s’est sans doute accéléré ces dernières années sous l’effet de la crise de l’emploi des jeunes en France.

38S’il fallait un symbole de ce nouveau flux de migration bretonne, ce serait sans doute l’exemple des frères Guillemot, ces cinq frères originaires de Carentoir près de Ploërmel dans le Morbihan, au cœur de la Bretagne intérieure, qui ont créé et développé depuis les années 1990 à Montréal, sur les bords du canal Lachine, près des rapides où avait dû s’arrêter Jacques Cartier, leur entreprise, UBISOFT (« Ubi » pour « Union des Bretons Indépendants », clin d’œil à leurs origines), devenue l’un des géants mondiaux des jeux vidéos avec un chiffre d’affaires dépassant le milliard de dollars, parce qu’ils y ont trouvé un terrain propice à l’innovation, au croisement de l’imaginaire, de l’inventivité et des technologies nouvelles, concrétisant ainsi sur un mode « moderne » ce « rêve canadien » qui anime toujours certains jeunes bretons.

Notes

1 Lespagnol A., « Saint-Malo et la découverte du Canada », Études Canadiennes/Canadian Studies, no 17, décembre 1984, p. 19-23.

2 Pour une vision globale, Morandiere C. de la, Histoire de la pêche française de la morue en Amérique Septentrionale, des origines à 1789, Paris, Maisonneuve et Larose, 1962, 3 t. ; et plus spécifiquement pour Saint-Malo, Lespagnol A., Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, chap. vi.

3 Michel J., L’aventure missionnaire bretonne, thèse soutenue en 1946, publiée à Rennes aux Presses universitaires de Rennes en 1997 sous le titre Missionnaires bretons d’outre-mer xixe et xxe siècles.

4 Pyee A., « Les migrations françaises vers les Prairies Canadiennes – 1870-1914 », e-crini, no 3, avril 2012, [http://www.ecrini.univ-nantes.fr].

5 Le bihan J., « L’émigration vers le Canada au début xxe siècle, le témoignage de la jeune Scaëroise Marguerite Carduner », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, 127, 1998, p. 351-360.

6 Article « Émigration », in A. Croix et J.-Y. Veillard, Dictionnaire du patrimoine breton, Rennes, Apogée 2000, p. 354-356.

7 Coatrieux J.-L., Appelons-la Marie. Rencontre avec Marie Le Franc, Paris, Riveneuve Éditions Bretagne, 2012.

8 Où le Québec avait pu apparaître un « refuge » politique et idéologique pour des émigrés vichystes, catholiques intégristes (comme le dinannais Louis Even, qui fut l’inspirateur de la secte traditionnaliste des « Bérets blancs »), voire pour quelques nationalistes bretons de Breiz Atao en fuite. Sur cette dimension, voir également Bergère M., Vichy au Canada. L’exil québécois de collaborateurs français, Rennes/Montréal, Presses universitaires de Rennes/PUM, 2015, 2016.

Auteur

André Lespagnol est professeur honoraire d’histoire moderne à l’université Rennes 2. Il est spécialste d’histoire des économies maritimes et l’auteur en 1989 d’une thèse remarquable Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV (dernière édition, Presses universitaires de Rennes, 2011). Il a par ailleurs occupé de nombreuses responsabilités à l’échelle de l’enseignement supérieur breton dont président de l’université Rennes 2 (1991-1996) et vice-président de la Région Bretagne en charge du supérieur et de la recherche (2004-2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540