Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Quatrième partie. Construire et transmettre la mémoire

De statue en statue : la mémoire retrouvée de Louis Riel

Bernadette Rigal-Cellard

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier les amis de l’université de Winnipeg qui m’ont servi de guide lors de (...)

1C’est dans un ouvrage de l’écrivain chippewa du Minnesota, Gerald Vizenor, que j’ai entendu parler pour la première fois de Louis Riel. L’auteur le citait comme grand combattant pour la liberté de son peuple, les Métis, pendu par le gouvernement colonialiste du Canada pour forcer l’obéissance de sa communauté et des indigènes en général. Sa figure m’a dès lors intéressée. Lorsque je me suis rendue à Winnipeg sur ses traces, tout le monde y parlait de l’aventure de sa statue1. Je la vis sur le côté du collège Saint-Boniface (devenu depuis université) puisqu’elle avait été déboulonnée de son premier piédestal suite à de nombreuses plaintes.

  • 2 Les Métis [prononcé méti] de l’Ouest canadien sont un peuple spécifique issu à l’origine d (...)

2Sans même connaître les tenants et les aboutissants politiques de l’affaire, le voyageur qui n’a guère vu de statues de nus dans les espaces publics canadiens peut comprendre que cette figure étrangement contorsionnée mais très clairement nue et masculine ait choqué les citoyens. Puis, lorsqu’on apprend qu’elle représente le célèbre Louis Riel et qu’elle avait d’abord été installée dans le parc de l’Assemblée législative du Manitoba, on plonge alors dans le tréfonds de la mémoire canadienne, mémoire plurielle et conflictuelle, sans cesse réinterprétée par les héritiers actuels des Métis2, par ceux des Canadiens anglais et des Canadiens français qui furent acteurs ou simples contemporains de la rébellion de la rivière Rouge. Voilà la source de cette présentation sur les aléas du statut de Louis Riel à travers les métamorphoses de ses statues.

3Je m’arrêterai en premier à celle de Regina, puis à celles réalisées à Winnipeg, par Marcien Lemay en 1970 et par Miguel Joyal en 1994. Je terminerai sur les autres étapes de la « fabrique mémorielle » qui jalonnent le territoire héritier de la geste de Riel. La Cour suprême ayant le 8 mars 2013 rendu un arrêt permettant aux Métis de récupérer enfin les terres qui leur avaient été promises en 1870, l’affaire Riel est aujourd’hui encore très présente sur le devant de la scène.

Louis Riel et la rébellion du Nord-Ouest

4Bien que l’épopée du chef métis soit désormais bien connue, il est nécessaire de la retracer brièvement pour éclairer les mésaventures de sa statuaire. Riel naquit en 1844 dans une famille métisse catholique et francophone, à Saint-Boniface, colonie de Métis et de coureurs des bois sur la rivière Rouge. Après des études au petit séminaire du collège de Montréal et divers séjours aux États-Unis, il revint chez lui en 1868 au moment où le gouvernement fédéral venait de négocier l’achat à la Compagnie de la baie d’Hudson de la Terre de Rupert qui incluait la colonie, pour laquelle il avait nommé un gouverneur, William McDougall. Les habitants de la rivière Rouge, qui n’avaient pas été consultés, protestaient contre cette vente car rien n’était prévu pour leur représentation politique au sein de ce nouveau territoire. Les Métis craignaient que leurs droits de chasse et de commerce ne soient plus respectés et que leurs terres soient confisquées car ils n’avaient pas véritablement de titre de propriété. Sachant que la transaction ouvrait les vannes aux colons protestants anglophones, ils se préparèrent à résister et Louis Riel se retrouva engagé comme chef. Ce fut le début de la première rébellion de la rivière Rouge.

5En février 1870, Riel et les Métis envoyèrent des émissaires à Ottawa afin d’engager des négociations pour une entrée équitable de la colonie dans la jeune Confédération canadienne (qui datait de 1867) en tant que Province. Les membres du parti canadien œuvraient cependant contre le gouvernement métis qui, le 17 février, arrêta 48 d’entre eux. Le premier accusé, Boulton, fut condamné à mort pour complot mais il fut aussitôt gracié par Riel. Thomas Scott fut jugé à son tour, et également condamné à mort pour refus d’obéissance. Riel, contrairement à sa décision pour l’autre condamné, refusa de gracier celui-ci. Scott fut alors fusillé le 4 mars 1870. C’est l’acte fondateur de toute l’affaire Riel, son péché originel.

6Le 15 juillet 1870 la loi sur le Manitoba admit la nouvelle province dans la Confédération, mais parallèlement, en août, le Premier ministre Macdonald envoya une expédition militaire dans la colonie de la rivière Rouge, au prétexte d’empêcher une intrusion américaine, plus probablement dans le seul but de mater les rebelles. Craignant pour sa vie, Riel s’enfuit aux États-Unis, au Dakota, juste au sud.

7Lorsqu’au fil des années leur situation ne cessa d’empirer, certains Métis songèrent à une nouvelle rébellion. Le 24 mars 1884, à Batoche (Saskatchewan), une trentaine de Métis décidèrent d’aller chercher Riel au Montana. Le 4 juin, Riel et ses compagnons repartirent au Canada accomplir leur destin. Ses fidèles formèrent un gouvernement provisoire avec Riel comme chef politique et Gabriel Dumont comme chef militaire. Riel était persuadé que cette deuxième rébellion se réglerait comme la première mais le Canadien Pacifique avait transformé la donne : il permit en effet aux troupes d’arriver rapidement (deux semaines au lieu de trois mois). Une bataille se déroula alors à Batoche du 9 au 12 mai 1885 ; elle vit la reddition des Métis. Celle des Indiens s’ensuivit à Loon Lake un mois plus tard. La rébellion était tuée dans l’œuf.

8Le dernier acte de la tragédie Riel : son procès. Le lieu où il devait se tenir est en lui-même important car la légalité du choix est encore de nos jours contestée. Riel aurait dû être jugé à Winnipeg, mais de peur que le jury lui soit favorable, le Premier ministre Macdonald décida que le procès serait tenu à Regina, capitale des Territoires du Nord-Ouest, où les conditions respectaient moins le droit des accusés : pas de jurés bilingues, jury réduit, pas de juge indépendant mais un fonctionnaire fédéral, etc. Riel arriva à Regina le 23 mai 1885 et resta au cachot pendant deux mois. Il était accusé de trahison. Les six jurés étaient des protestants anglais et écossais. Riel fut inculpé pour six actes de trahison le 20 juillet, à la fois en tant que sujet de la reine et en tant que sujet étranger (il avait pris la nationalité américaine). Le procès débuta le 28 juillet. Ses avocats plaidèrent la démence mais Riel refusa de jouer le jeu, si l’on peut dire, et au contraire prononça un long réquisitoire très sensé sur les droits des Métis. Le jury le reconnut coupable le 31 juillet mais demanda la clémence. Le juge Richardson le condamna à mort. Macdonald refusa que sa condamnation soit commuée.

9Les Québécois envoyèrent des lettres dénonçant la condamnation d’un francophone par des anglophones protestants. Le Premier ministre ne voulant pas s’aliéner les Ontariens, tous ceux qui voulaient que Riel paie pour la mort de Scott, l’appel de Riel fut rejeté et il fut pendu le 16 novembre 1885. Il était clair que sa pendaison ne pouvait que contribuer à persuader les Métis et les francophones qu’ils étaient à nouveau victimes des anglophones protestants.

  • 3 Ces droits ne furent formellement reconnus qu’en 2003 par l’arrêt Powley de la Cour suprêm (...)
  • 4 Flanagan T., Louis « David » Riel : Prophet of the New World, Toronto, University of Toron (...)

10Si, pendant les décennies suivant la Rébellion, Riel tomba relativement dans l’oubli en tant que figure héroïque, sa folie ternissant son image de chef politique, à partir des années 1950 et surtout 1960 sa geste fut à nouveau exhumée et exploitée pour alimenter le débat sur la construction de la nation canadienne. La période n’est pas fortuite : c’est celle de la montée en puissance symbolique et politique des minorités, celle du Québec libre et celle des Autochtones, même si la communauté des Métis stricto sensu mit beaucoup plus de temps que celle des Indiens, désormais Premières Nations, à obtenir la reconnaissance de ses droits ancestraux3. Les articles et les ouvrages sur Riel se sont multipliés à l’infini ces dernières années. À ceux qui réclament sa réhabilitation officielle répondent les partisans de Scott et de la légalité de la pendaison de Riel, Thomas Flanagan étant l’auteur le plus prolixe de cette faction, qui, il faut le préciser, tend à être de plus en plus minoritaire aujourd’hui4. C’est dans le cadre de sa réhabilitation en tant que héros national fondateur du Manitoba et défenseur de l’identité des Métis que diverses statues de Riel furent commandées à partir donc des années 1960.

Les statues : donner corps à la mémoire

11On sait que dès lors qu’elles permettent aux personnalités marquantes d’une société donnée de continuer à vivre après la mort et quasiment pour l’éternité si les révolutions populaires ne les déboulonnent pas, les statues commémoratives jouent un rôle capital dans l’espace public. Ce sont elles qui vont infléchir la mémoire que l’on aura non seulement du grand homme, plus rarement encore de la grande dame, mais de l’histoire collective. Qu’aucune n’ait été réalisée du chef métis au cours des quelque 80 ans qui suivirent sa mort en dit long sur l’ambiguïté de son statut public, y compris en territoire métis.

12Il est important de préciser ici, en effet, que tous les Métis n’avaient pas soutenu la Rébellion, ni Riel lui-même : c’était une figure contestée, notamment au sein de l’Église locale en raison de ses prophéties extravagantes sur son propre statut et sur la papauté (le Canada français deviendrait la véritable Rome…). Les rébellions n’engagèrent ainsi qu’une partie de la population, surtout la seconde qui se déroula en Saskatchewan avec seulement une poignée de combattants.

  • 5 Kaye F., « Any Important Form : Louis Riel in Sculpture », Indigenous Studies, vol. 22, no(...)

13Autre point majeur, les Métis, bien qu’ils constituent désormais « une Nation », ont des origines très diverses : du côté autochtone essentiellement cri puis ojibwa mais pas seulement, et du côté européen, au début ils étaient majoritairement d’origine française, mais ensuite aussi écossaise, voire anglaise, et ils ne sont pas tous catholiques non plus. S’ils parlaient surtout le français, en plus du mischif (un créole franco-cri), ils parlaient aussi anglais et aujourd’hui le parlent bien davantage que le français en dehors de quelques enclaves francophones. Certains hier comme aujourd’hui ont le type physique autochtone et le teint mat, d’autres ne diffèrent pas physiquement des Euro-Canadiens que l’on pourrait dire « pure laine ». Physiquement Riel lui-même était plus européen (aux 7/8) qu’Indien5.

  • 6 Les deux meilleures analyses de l’affaire des premières statues que j’ai trouvées sont l’a (...)

14Toutes ces tensions politiques et ethniques se sont retrouvées amplifiées par les fameuses statues. Ainsi, au lieu de construire une mémoire commune, les deux premières statues à son effigie firent ressurgir les démons du passé. Alors qu’elles furent commandées pour apaiser les tensions, elles devinrent immédiatement de véritables casus belli à leur tour6.

Statue de John Nugent à Regina : premier objet du délit

15En 1968 c’est à Regina, site du dernier acte de la tragédie de Riel, que l’on érigea sa première statue (sauf erreur de ma part). Comme celle de Winnipeg peu après, cette statue suscita de suite de grandes controverses. Toutes deux avaient été commandées à l’occasion du centenaire de la Confédération, en 1967 donc, date qui correspondait aussi à peu près au centenaire de la Province du Manitoba (1970) et au jubilé de diamant de la Saskatchewan et de l’Alberta (1965). La statue fut commandée par le Premier Ministre de la Saskatchewan, Ross Thatcher, ce qui semblait étrange, remarque Kaye, car ce membre du parti Libéral détestait tout ce qui pouvait évoquer le socialisme (or Riel est une figure de type socialiste : David qui se bat contre le Goliath capitaliste) et selon certains il aurait bien lui-même pendu Riel s’il avait vécu à son époque. En réalité, il semblerait que Thatcher ait souhaité s’attirer les voix des Autochtones qui votaient en général pour le parti concurrent, le NDP (New Democratic Party) : le sculpteur John Nugent reçut le contrat précisément trois semaines avant les élections. Kaye explique qu’en réalité les électeurs que Thatcher pensait ainsi courtiser, les Métis et les Indiens, n’éprouvaient aucune admiration particulière pour Riel, c’était Gabriel Dumont qu’ils préféraient. De toute façon, ils ne furent pas consultés, ni par le sculpteur qui estimait que cela ne regardait que lui, ni par les autorités ; paradoxe que l’on retrouvera à Winnipeg.

  • 7 Kaye F., « Any Important Form », op. cit., p. 119-120.

16Nugent eut l’idée de représenter Riel dans une posture de supplication, le bras droit tendu vers le ciel, la main gauche tendue vers le sol. Surtout, il le représenta pieds nus, au niveau du sol (sans piédestal) et revêtu d’une simple cape de toile de sac, entr’ouverte, qui laissait voir ses parties génitales. L’artiste y voyait l’image parfaite de la défiance sous l’humiliation7.

  • 8 Ibid., p. 112.

17Bien évidemment, comme on le verra pour la statue de Winnipeg, cette représentation fut jugée scandaleuse non seulement par les Métis mais aussi par la majorité des citoyens pour qui ces choses-là doivent rester cachées. Pour citer Kaye : « A mismatch between art and audience if there ever was one8! » On avait affaire en effet à une grave erreur de casting.

18Thatcher, qui fut élu, invita Pierre Trudeau pour l’inauguration. Le Premier ministre prononça un discours sur les droits des minorités et sur l’importance du droit à protester dans une démocratie, cela devant une manifestation d’étudiants. C’était aussi la période où Trudeau avait lancé le Papier Blanc qui allait recommander (en 1969) la fin du statut particulier des Autochtones, projet qui sera promptement enterré en raison de l’opposition des intéressés. Le contexte de l’inauguration, comme celui de la commande, était par conséquent pour le moins ambigu.

  • 9 Kaye F., « Any Important Form », op. cit., p. 127.

19Les Métis n’acceptèrent jamais une représentation aussi humiliante de Riel, affront qui le fit certainement et paradoxalement grandir dans leur estime. On exigea une nouvelle statue. Un responsable métis déclara que sa communauté souhaitait une statue réaliste, digne et respectueuse : « On veut s’assurer que cette fois Riel ne restera pas planté là avec les testicules qui pendent9. »

  • 10 Je n’ai réussi à voir qu’une photo de cette statue, dans l’article de Kaye. Sur le site de (...)
  • 11 Kaye F., « Any Important Form », op. cit., p. 123.

20Après 24 ans de contestation, la statue fut finalement déboulonnée en 1991 et confiée à la MacKenzie Art Gallery de Regina10. Kaye estime qu’il ne s’agissait pas seulement de faire plaisir aux Métis qui refusaient de voir une digne commémoration de Riel, mais qu’il s’agissait aussi d’un problème majeur, celui de l’acceptation dans cette province reculée de l’art européen plus métaphorique qu’un art strictement figuratif immédiatement compréhensible par un public peu sophistiqué11.

21La statue expulsée, on la remplaça par un banal amas de pierres portant une plaque qui commémore non pas Riel lui-même mais le procès, et, sans plus de considération, on le plaça près d’une statue représentant, très correctement habillé, son ennemi et bourreau, John Macdonald. Un tel mépris se passe de commentaires.

Statue de Marcien Lemay à Winnipeg : nu intégral

22Celle du Manitoba fut réalisée par Marcien Lemay, un francophone de Winnipeg. Elle avait été commandée par le Premier ministre de la Province, Edward Schreyer, du Nouveau parti démocrate (celui pour lequel les Autochtones avaient tendance à voter, on l’a vu plus haut), afin de répondre au souhait du Métis Jean Allard, membre de l’Assemblée législative. Le précédent gouvernement n’avait pas donné suite à la demande de commémorer noblement le chef métis. Le projet de Lemay fut choisi parmi huit autres. La pièce que l’artiste soumit alors n’était pas tout à fait celle qu’il réalisa : alors que dans celle-ci, Riel tient les bras croisés dans son dos et donc n’offre aucun type de résistance à son destin, dans le projet initial, il est plus actif car il lève les mains en signe d’exhortation et il relève aussi la tête. Il est radicalement nu dans les deux cas.

23Le monument fut érigé en 1970 à l’arrière de l’Assemblée législative au-dessus de l’Assiniboine. L’homme est enclos dans un demi-cercle de béton, réalisé par le célèbre architecte de Saint-Boniface, Étienne Gaboury, sur lequel sont gravées les paroles de Riel en français et en anglais. Cette statue fort originale et intéressante est censée représenter les souffrances de Riel : il figurerait une sorte de Christ au corps torturé, mis à nu, le Christ de la rivière Rouge (bien qu’il dominât juste son affluent, l’Assiniboine, paradoxe supplémentaire), comme son peuple métis et par extension le peuple francophone.

24Alors que, selon nos critères occidentaux, les Métis auraient dû apprécier la métaphore, ils rejetèrent une telle représentation, sans doute parce qu’elle repose justement sur une esthétisation symbolique euro-canadienne bien plus qu’indigène du destin tragique d’un individu, exactement comme celle de Regina. L’esthétisme choisi pour ces statues démontrait encore une fois que les autorités et les élites euro-canadiennes estimaient pouvoir imposer leurs propres critères artistiques aux autres communautés sans les consulter. Il est clair qu’une telle représentation ne pouvait pas être comprise symboliquement et intellectuellement en dehors d’un contexte culturel élitiste spécifique.

  • 12 Cité dans Bruyneel K., « Exiled, Executed, Exalted… », op. cit., p. 722 : « It’s a horribl (...)
  • 13 Dans Winnipeg Free Press, 10 janvier 1972. Cité dans Kaye F., « Any Important Form… », op. (...)

25Le président de la Fédération des Métis du Manitoba, Angus Spence, s’écria : « C’est une caricature horrible que de le voir planté là nu comme un ver, la tête en avant et avec cet air vicieux. C’est une statue horrible […] une insulte à Louis Riel et au peuple métis12. » Il conclut que de surcroît, Riel n’aurait certainement pas souhaité qu’on érigeât une statue en son honneur car il aurait préféré qu’on utilisât l’argent pour aider son peuple13.

Figure 1. – Statue de Louis Riel par Lemay

© S. Fisher Stoesz, 2013.

Figure 2. – Statue de Louis Riel par Lemay.

© B. Rigal-Cellard, 2012.

26Nombreux étaient ceux qui, Métis ou non, estimaient, à juste titre, qu’on n’oserait jamais représenter ainsi un héros national, et que donc cette statue ne pouvait que provenir d’une élite raciste qui voulait encore humilier leur communauté. Encore une fois, le Sauvage (ou demi-sauvage) était dans le plus simple appareil, comme au bon vieux temps précédant l’entreprise de civilisation et d’habillage.

27En outre, l’objet du délit fut installé à l’arrière du Parlement. Cette position de seconde zone pouvait s’expliquer par le désir d’atténuer l’affront aux nostalgiques de la mémoire de Scott, très nombreux encore au Manitoba à l’époque, mais sa nudité ne pouvait que contraster avec les habits régaliens de la statue de la reine Victoria noblement installée devant le Parlement. Certes le dôme du bâtiment est surmonté par la statue du Golden Boy, tout nu lui aussi, mais il correspond aux normes esthétiques de la statuaire grecque (il serait un Hermès) et il est clairement triomphant avec la torche qu’il brandit à la manière de la statue de la Liberté, une gerbe de blé dans l’autre main ; et il fait face au centre-ville. Qui plus est, il est doré à l’or fin, alors que la statue de Riel est réalisée dans un bronze très sombre.

  • 14 Moore T., « Some Monumental Cement », Winnipeg Free Press, 25 octobre 25 1995, A8; Anonyme(...)
  • 15 Bruyneel K., « Exiled, Executed, Exalted… », op. cit., p. 723.

28Autre motif de scandale, les berges de l’Assiniboine en dessous de la statue étaient un lieu de rendez-vous homosexuel notoire, et la statue fut taguée, et les parties génitales défoncées en 199114. Si certains dénoncèrent ce vandalisme comme étant une marque d’homophobie, d’autres y virent un acte typique de castration historique envers les Métis, et d’autres encore, une offense aux bonnes mœurs du citoyen canadien par une nouvelle provocation des suppôts de l’imposteur Riel15.

29Après une décennie d’incompréhension et d’invectives, la Fédération des Métis du Manitoba et le gouvernement de la Province décidèrent d’enlever la statue et d’en ériger une qui puisse noblement représenter son objet. Lemay accepta que l’on déboulonnât son chef-d’œuvre, à condition qu’il soit l’auteur de la nouvelle statue.

  • 16 Manishen J., « Riel Sculptor Joins Protest over Creation’s Removal », Winnipeg Free Press, (...)

30Le déplacement ne se fit pas sans problème toutefois : Jean Allard, ancien élu de l’Assemblée et Métis lié à la famille de Riel, qui avait été à l’origine de la commande, on l’a vu, s’enchaîna à la statue et un certain nombre de gens vinrent le soutenir, dont Lemay lui-même16.

  • 17 McLaughlin H., « Statue Furor Takes Twist. Grand-Niece Upset by Plans », Winnipeg Free Pre (...)

31L’installation à Saint-Boniface, au lieu de faire taire les critiques, les fit fuser de plus belle : les admirateurs de Riel trouvaient scandaleux d’infliger à ce malheureux le déshonneur supplémentaire de le dénuder dans un lieu encore plus visible aux yeux des Métis, sa propre terre natale. La petite-nièce de Riel, Augustine Abraham, lança une pétition en 1994 contre cette installation, préférant qu’on fonde la statue tout bonnement : « [Cette statue] a torturé la plupart des Manitobains et des habitants de Saint-Boniface et maintenant ils vont nous la planter sous le nez. Ils appellent ça de l’art, nous appelons ça un affront. C’est se moquer de la nation et des citoyens du Manitoba. Est-ce qu’on voit Churchill tout nu en Angleterre ? Est-ce qu’on trouve Lincoln tout nu17 ? »

32En dépit de ces protestations, l’objet du délit fut installé dans le petit jardin du collège Saint-Boniface, au bord de la rue, dès novembre 1995. Le demi-cercle de béton fut coupé en deux afin de ménager une plus grande perspective sur la figure torturée. Riel retourne ainsi dans sa terre d’origine, la communauté francophone de la rivière Rouge, alors que sur l’autre rive, c’est la « race anglaise » qui règne. Nu comme un ver en effet, il peut maintenant se lire comme un nouveau-né (moustachu cependant…) émergeant de son berceau pour le martyre.

Statue de Miguel Joyal

33Pour le monument désormais vide dans le parc de l’Assemblée, on passa outre la volonté de Lemay et on confia la commande à un artiste de Winnipeg, Miguel Joyal, qui accoucha de ce que souhaitait le bon peuple, une statue très banale, celle d’un petit-bourgeois du xixe siècle, sauf qu’il porte des mocassins (peu reconnaissables) et une grande ceinture qui doit figurer une ceinture fléchée, l’emblème métis (peu identifiable en réalité). Il brandit un papier de manière véhémente, le Manitoba Act. Elle fut inaugurée le 12 mai 1996, le Jour du Manitoba (anniversaire du vote du Manitoba Act).

  • 18 Anonyme, « New Louis Riel Statue Unveiled on Manitoba Day », Kitchener Waterloo Record, 13 (...)
  • 19 Anonyme, « An empty statue », Winnipeg Free Press, 14 mai 1996, A8.

34Cette fois les Métis dirent toute leur fierté devant une si belle statue d’homme d’État18. Le débat n’était pas clos pour autant. Ainsi, un éditorial du Winnipeg Free Press intitulé « An Empty Statue » (anonyme), regrettait que, outre son coût exorbitant, 300000 dollars, dont la moitié était prise sur l’argent du contribuable, Riel soit ainsi enfermé dans une pose qui ne donnait pas à voir sa personnalité complexe : « La statue est historiquement fausse et intellectuellement vide. Riel était un visionnaire religieux, un chef charismatique qui dirigea son peuple en formant un gouvernement provisoire, en prenant les armes, et qui assassina un prisonnier. […] C’était un personnage haut en couleurs, qui n’avait rien de cette figure de bronze brandissant un parchemin, qui avec son imperméable ouvert joue à l’exhibitionniste sur la rive de l’Assiniboine19. » Précisons que cette fois le manteau recouvre un pantalon bien mis, un veston et une chemise sagement boutonnés et un nœud papillon.

Figures 3 et 4. – La statue de Louis Riel par Miguel Joyal.

  • 20 « By this reading, when looked at together and not as one supplanting the other, the Lemay (...)

35Kevin Bruyneel conclut lui sa comparaison des deux statues en les considérant comme les deux faces du Canada et de la tension qui l’agite depuis ses débuts : le colonialisme et le libéralisme. Le Canada n’est pas exclusivement libéral, ni exclusivement colonial, il est les deux à la fois, d’une manière qui complique toute tentative pour saisir la portée et la signification de régime de souveraineté canadienne. La statue de Joyal représente Riel en tant que corps souverain, celui du chef, alors que celle de Lemay l’exhibe torturé et dénudé par le colonialisme canadien20.

36À la fin de son article, Bruyneel aborde un autre point important : alors qu’on parle sans cesse de Riel, on oublie toujours de mentionner les huit Indiens cris qui furent pendus après lui pour rébellion eux aussi. Pourtant, dit-il, « ce fut la plus importante exécution collective du Canada ».

  • 21 Ibid., p. 726.
  • 22 Plus bas dans la symbolique seulement, il faut rajouter, car dans les faits, les Indiens f (...)

37Après leur exécution, le Premier ministre écrivit au commissaire aux Affaires indiennes, Edgar Dewdney, que les exécutions devraient convaincre une fois pour toutes que c’était bien les Blancs qui gouvernaient21. On peut lire cet acte comme une sorte de Wounded Knee canadien, le châtiment qui mit un terme à toutes les rébellions en effet. Quant à Big Bear et Poundmaker qui avaient mené leur propre rébellion parallèlement à celle des Métis, ils ne furent pas exécutés mais ils furent emprisonnés. Le fait qu’on ne parle presque jamais d’eux démontre bien que l’Indien, sans sang français ou anglais connu dans les veines, « reste tout au bas du totem », pour reprendre une expression américaine fort appropriée ici, il serait encore plus bas que les Métis dans l’échelle sociale canadienne22.

38En 1986 un monument de granit fut érigé à Saint-Norbert dans la banlieue sud de Winnipeg, là où Riel avait été élu au Parlement. Le panneau de gauche le représente jeune, en manteau, le parchemin d’une proclamation dans la main droite. Sur le panneau de droite, on voit le Père Ritchot, ce révolutionnaire qui encouragea Riel. Entre les deux se trouve une plaque surmontée des armes du Manitoba et des citations des deux hommes. Une frise sous les personnages représente la Fourche (le confluent de l’Assiniboine et de la rivière Rouge) et un paysage métis archétypal : bison, canoë, tipis…

Le buste de Réal Bérard

39Il s’agit d’un buste sur un piédestal de béton d’environ deux mètres de haut qui se tient dans le jardin du musée de Saint-Boniface, sur la berge de la rivière Rouge, avenue Taché. Ce magnifique bâtiment, très long et à l’architecture typique de la colonie, était l’ancien couvent des Sœurs grises arrivées en 1844 où Riel alla à l’école. Il fait partie de ce qui se nomme maintenant le « District Riel » et abrite la collection « Louis Riel : fils de la Rivière-Rouge, père du Manitoba ».

  • 23 On trouve peu d’informations sur ce monument. Rien n’en est dit sur le site du Musée. Il f (...)

40Ce buste, œuvre d’un Franco-Manitobain, Réal Bérard, est, à mes yeux, superbe. De facture très classique, sans mise en scène particulière, il n’a pas donné lieu à la moindre controverse (à ma connaissance). Commandé par le comité du Centenaire Louis Riel, il fut inauguré le 22 octobre 1989, jour anniversaire de la naissance de Riel23.

Figure 5a. – Buste de Louis Riel par Réal Bérard.

© B. Rigal-Cellard, 2012.

Figure 5b. – Buste de Louis Riel par Réal
Bérard.

© B. Rigal-Cellard, 2012.

Les dernières étapes de la fabrique mémorielle

  • 24 Un pont construit à peu près au même moment (2005) dans l’État adjacent du Nord-Dakota ren (...)

41Plus on s’éloigne des heures de la Rébellion, plus il semble impératif à nos contemporains des terres de l’Ouest d’honorer la mémoire de Riel et régulièrement un nouvel espace qu’il aurait foulé ou qu’il aurait pu fouler lui est consacré, telle route en Saskatchewan, telle place… Ainsi, la ville de Winnipeg décida de donner le nom de Pont Esplanade Riel à la large passerelle pour piétons qui double depuis 2003 le pont routier Provencher reliant le centre de Winnipeg à Saint-Boniface par-dessus la rivière Rouge. La structure suspendue, à haubans, est très aérienne. Un restaurant circulaire au centre rompt la linéarité du tablier. Sans surprise, l’architecte en est Étienne Gaboury. La passerelle permet d’accéder au site de la Fourche qui a été réaménagé au début des années 2000 pour abriter un grand nombre de manifestations populaires. L’hommage à Riel semble être de taille, mais en réalité, à part le nom, rien n’y évoque sa figure24.

Figure 6. – Saint-Boniface, Pont Esplanade Louis Riel, cathédrale, collège Saint-Boniface.
Cellard, 2012.

© B. Rigal-

  • 25 Waldie P., « Budget Cuts Close Door on Guided Tours of Louis Riel’s House », The Globe and (...)

42Dans les dernières informations sur les lieux de mémoire à Louis Riel, on apprit en 2012 que sa maison familiale (mais où lui-même n’a jamais vécu), propriété de Parc Canada depuis presque 50 ans, et site national historique, visité par environ 4000 personnes par an, allait devoir réduire ses dépenses. Les visites étaient jusqu’alors gérées par la Société historique de Saint-Boniface, mais en mai 2012, Parc Canada fit savoir que le contrat, dont le montant s’élève à 50000 dollars par an se terminait (Parc Canada devait économiser 29 millions de dollars sur trois ans). L’institution fédérale continuerait à entretenir la propriété mais les visiteurs devraient se contenter d’une brochure explicative25.

Figure 7. – Tombe de Louis Riel.

© B. Rigal-Cellard, 2012.

  • 26 [http://winnipeg.ctvnews.ca/city-committee-gives-approval-for-historical-designation-for-s (...)
  • 27 [http://shsb.mb.ca/node/616], consulté en juin 2013.

43Puis en 2013, la cathédrale de Saint-Boniface (plus exactement les ruines qui en demeurent depuis l’incendie de 1968) et le cimetière où repose Riel furent nommés « Site historique officiel26 ». En 1985, la même année où fut lancée la campagne de levée de fonds pour le buste, il fut rajouté sur la tombe de Riel (restaurée dans les années 1970) un socle vertical arborant désormais sa photo dans un médaillon ainsi que le nom de son épouse et de ses enfants sur les côtés27.

Figure 8. – Tombe de Chief One Arrow, près de celle de Riel.
Cellard, 2012.

© B. Rigal-

En guise de conclusion

44Quelles conclusions tirer de ces opérations mémorielles savamment médiatisées qui se multiplient au fil des années ?

  • 28 Une enquête équivalente en France à propos de Jean Jaurès et Gambetta donnerait le même ré (...)

45En premier, ces opérations confèrent aux quartiers et aux terres qui les abritent un véritable statut de site historique touristique dans un pays jeune qui en manque cruellement si l’on fait abstraction de l’histoire des Autochtones pré-conquête. Une ville comme Regina, par exemple n’entra dans l’histoire (ou sur la carte comme on dit là-bas) que grâce au procès de Riel. Le cas de Winnipeg et de Saint-Boniface est encore plus intéressant. Le « District Riel » à Saint-Boniface récemment délimité permet à cette petite ville de continuer à rivaliser avec la grande ville anglophone en tant que village charmant et historique, ce que ne peut guère prétendre être Winnipeg. En affirmant son identité francophone, elle tente aussi d’enrayer son anglicisation très rapide car, ironiquement, sous la pression démographique des Autochtones et des Métis au centre de Winnipeg et dans plusieurs quartiers, beaucoup d’anglophones cherchent à habiter à Saint-Boniface. Il suffit de faire du shopping sur Provencher et dans le quartier pour s’apercevoir que l’anglais y est très parlé. Une petite enquête informelle menée il y a quelque dix ans avait montré que l’histoire locale n’était guère connue par les jeunes : qui étaient Taché, Provencher, La Verendrye, à part des noms de rue28 ? La figure de Louis Riel en revanche était très bien identifiée. Ne serait-ce pas dû en grande partie au scandale de la statue ?

  • 29 Le discours autour de cette église réalisée par l’architecte Gaboury permet de mesurer l’é (...)
  • 30 Le roman autobiographique de Beatrice Culleton, In Search of April Raintree, paru en 1983, (...)

46Toutefois, de même que toute la colonie ne le soutint pas au xixe siècle, son identité exacte peut encore poser des problèmes : les Métis identifiables en tant que « minorité visible » sont peu présents à Saint-Boniface même. À la messe dans l’église du Précieux Sang29, les fidèles ne sont pas repérables en tant que métis. Et on m’a bien expliqué que jusqu’à récemment, les familles cachaient leurs origines métisses. Être Métis encore dans certains endroits dans les Prairies aujourd’hui est loin d’être considéré comme valorisant30. La fierté métis de Saint-Boniface serait donc quasiment une nouveauté, sans doute encore grâce au travail de mémoire opéré autour de Riel.

47Deuxième point : les tentatives pour la réhabilitation de Riel rejoignent toutes celles qui de par le monde se portent sur des figures controversées : quelles figures nationales retenir de la Révolution française par exemple ? On ne trouvera pas de rue Robespierre à Paris même (et il y en a assez peu dans le reste du pays) et il n’a aucun grand monument à sa gloire dans le pays (quelques bustes de-ci de-là). Bordeaux n’a donné le nom de François Mauriac que la bourgeoisie locale détestait qu’à une piètre ruelle du quartier populaire Saint-Michel. Le dilemme est particulièrement grave quand les figures appartenaient à une communauté spécifique qui fut en butte à d’autres sur un territoire donné, en situation coloniale notamment. La figure de Riel en offre un excellent exemple. Par ailleurs, si autrefois on ne se posait pas de question pour imposer les statues des conquérants, de tels gestes sont impossibles à envisager sereinement en période de post-colonialisme.

48On a vu comment Riel était revendiqué par les Québécois, alors qu’il ne l’était pas lui-même, pour sa fonction de victime expiatoire de l’oppression anglaise. Sa figure se situe ainsi à la croisée de l’élaboration de la nation canadienne qui vit s’affronter les Autochtones aux Européens et ces derniers entre eux. En tant que Métis lui-même, il contient dans sa chair et dans celle de son peuple métis l’ADN de toutes ces communautés. Pourtant, il ne fait pas encore l’unanimité, comme si la fusion des sangs, la syncrise, n’avait pas encore complètement pris.

  • 31 Au moment où nous préparions cette étude, un article du Huffington Post rapportait qu’une (...)

49Troisième point, l’affaire des statues de Riel nous entraîne au-delà de la simple réhabilitation politique et sociale d’un acteur historique vers la fonction de l’art dans la construction de l’identité nationale. Alors qu’elles avaient été commandées pour faire plaisir aux Métis, en quelque sorte pour obtenir leur pardon (et acheter leurs voix électorales), les deux premières statues furent conçues selon des critères esthétiques et politiques occidentaux sans tenir compte des critères esthétiques des Métis qui, et c’est pourtant notoire, ne sont pas friands de représentations de corps humains dénudés (comme les Autochtones également). Il fallait donc s’attendre, si on avait eu la moindre connaissance de cela, à ce que les critiques les plus véhéments des statues soient issus de cette communauté. On sait que l’art peut servir d’agent de colonisation et il est intéressant de voir avec quelle énergie cette fonction a été rejetée par les détracteurs des statues31.

50Il ne faut pas toutefois penser que les Indigènes auraient ici démontré leur incapacité à accepter l’art contemporain (ce que certains auteurs semblent dire). Les statues déplurent aussi aux citoyens canadiens ordinaires non métis, la nudité « frontale » choquant leur conception de la pudeur en public. Il est bien évident enfin que dans les pays anglo-saxons on ne voit guère les grands hommes, ou les grandes femmes (ainsi la reine Victoria, on l’a dit), représentés nus, que ce soit sur un piédestal ou sur un tableau commémoratif. La petite-nièce de Riel avait parfaitement raison quand elle demandait si on oserait représenter Churchill ou Lincoln tout nus. Les Métis veulent simplement que l’on accorde à leur héros le même respect, ils demandent une égalité totale. En France, en revanche, le nu a connu notoirement plus de succès et la mode néo-classique en particulier a permis la réalisation de nus des grands personnages, mais pour la plupart ce sont des nus héroïques, à la grecque ou la romaine, glorifiant les chefs à l’extrême, ainsi le Napoléon en Mars désarmé et pacificateur de Canova de 1806 (mais alors qu’il avait commandé la statue, Napoléon n’aima pas cette vision idéalisée de lui-même).

51Les dernières statues de Riel en date offertes à la contemplation des passants au Manitoba semblent aller dans la direction souhaitée par son peuple, même si bien évidemment elles demeurent dans une ligne esthétique encore radicalement occidentale, mais cette fois non pas celle de la nudité comme métaphore de la souffrance humaine, mais bien celle de la représentation des héros historiques dans une pose pudique, digne et admirable.

Notes

1 Je tiens à remercier les amis de l’université de Winnipeg qui m’ont servi de guide lors de mes séjours : Liliane Rodriguez (initiatrice de nos échanges) et Carlos Colorado ; ainsi que Susie Fisher Stoesz pour ses photos et les articles de la presse locale inaccessibles par internet.

2 Les Métis [prononcé méti] de l’Ouest canadien sont un peuple spécifique issu à l’origine des Français et des Indiennes, les Cris essentiellement. Lorsque les Anglo-saxons arrivèrent, les mélanges se firent aussi avec eux. Ils ne sont pas comptabilisés comme Amérindiens ou Premières Nations. Si leur origine est la colonie de la rivière Rouge, ils ont considérablement migré et se retrouvent dans toutes les provinces de l’Ouest. En 2006, Statistiques Canada en recensait quelque 400000.

3 Ces droits ne furent formellement reconnus qu’en 2003 par l’arrêt Powley de la Cour suprême. Cour suprême du Canada, Reine. c. Powley, 2 R.C.S. 207, 2003, CSC 43.

4 Flanagan T., Louis « David » Riel : Prophet of the New World, Toronto, University of Toronto Press, 1979, nouvelle édition en 1996; Flanagan T. et Watson N., « The Riel Trial Revisited: Criminal Procedure and the Law in 1885 », Saskatchewan History, 34, 1981, p. 57-73 ; Flanagan T., Riel and the Rebellion: 1885 Reconsidered, Saskatoon, Western Producer Prairie Books, 1983 ; Flanagan T., « Chronology », in G. F. G. Stanley, T. Flanagan et C. Rogan (ed.), The Collected Writings of Louis Riel, vol. 5, Edmonton, University of Alberta Press, 1985 ; Flanagan T., « “Cosmic justice” for the Métis, but then what ? », The Globe and Mail, 8 avril 2013.

5 Kaye F., « Any Important Form : Louis Riel in Sculpture », Indigenous Studies, vol. 22, no 1, 1997, p. 121.

6 Les deux meilleures analyses de l’affaire des premières statues que j’ai trouvées sont l’article de Frances Kaye qui analyse leur impact sur la conscience des Métis et les divergences entre les perceptions indigènes de l’art historique et celle des élites ; ainsi que celui de Kevin Bruyneel sur Riel « homo sacer ». Cet auteur veut démontrer en s’appuyant « sur le travail de Giorgio Agamben que Louis Riel est une invention qui fut nécessaire à la création de la souveraineté canadienne ». Cf. Bruyneel K., « Exiled, Executed, Exalted: Louis Riel, Homo Sacer and the Production of Canadian Sovereignty », Canadian Journal of Political Science, vol. 43, issue 3, septembre 2010, p. 711-732.

7 Kaye F., « Any Important Form », op. cit., p. 119-120.

8 Ibid., p. 112.

9 Kaye F., « Any Important Form », op. cit., p. 127.

10 Je n’ai réussi à voir qu’une photo de cette statue, dans l’article de Kaye. Sur le site de la galerie, elle est introuvable. De John Nugent on ne trouve que la photo d’une fine structure en bois et acier, abstraite, intitulée « Design for Louis Riel Memorial, 1968 ». Dans le style, des plus elliptiques (aucune figure humaine), elle est à mille lieues de la sculpture de Riel qu’on semblerait vouloir faire oublier. [http://www.mackenzieartgallery.ca/discover/items?query=Nugent], consulté en mai 2013.

11 Kaye F., « Any Important Form », op. cit., p. 123.

12 Cité dans Bruyneel K., « Exiled, Executed, Exalted… », op. cit., p. 722 : « It’s a horrible caricature to see him standing there stark naked, his head stuck out and leering. It’s a horrible looking statue… It’s an insult to Louis Riel and the Métis people. »

13 Dans Winnipeg Free Press, 10 janvier 1972. Cité dans Kaye F., « Any Important Form… », op. cit., p. 106.

14 Moore T., « Some Monumental Cement », Winnipeg Free Press, 25 octobre 25 1995, A8; Anonyme, « Riel statue damaged », The Globe and Mail, 25 octobre 1991, A4.

15 Bruyneel K., « Exiled, Executed, Exalted… », op. cit., p. 723.

16 Manishen J., « Riel Sculptor Joins Protest over Creation’s Removal », Winnipeg Free Press, 17 juillet 1994.

17 McLaughlin H., « Statue Furor Takes Twist. Grand-Niece Upset by Plans », Winnipeg Free Press, 19 juillet 1994.

18 Anonyme, « New Louis Riel Statue Unveiled on Manitoba Day », Kitchener Waterloo Record, 13 mai 1996, D4 ; MacKenzie G., « Riel Rekindles a People’s Pride », Winnipeg Free Press, 13 mai 1996, A4.

19 Anonyme, « An empty statue », Winnipeg Free Press, 14 mai 1996, A8.

20 « By this reading, when looked at together and not as one supplanting the other, the Lemay and Joyal statues provide a meaningful and complex articulation of the contemporary Canadian relationship to both Louis Riel and the liberal colonial dynamics of Canadian politics. The images of Riel as the ruler-founder! and Riel as the exception – tortured! are themselves so intertwined that they mutually constitute a more complex whole. Together, the Joyal statue on the legislative grounds and the Lemay statue on the university campus embody, in their two tangible bodies, the intimate Relationship between liberalism and colonialism that defines Canadian political life. Canada is neither solely a liberal nor a colonial regime; it is both at once, in ways that complicate the effort to grasp the scope and meaning of Canadian sovereign rule », Bruyneel K., « Exiled, Executed, Exalted », op. cit., p. 725.

21 Ibid., p. 726.

22 Plus bas dans la symbolique seulement, il faut rajouter, car dans les faits, les Indiens furent bien mieux lotis que les Métis puisque divers droits leur furent reconnus par l’Indian Act de 1876, et qu’ils purent entrer en traités avec Ottawa, alors que les Métis durent attendre 2003 pour voir enfin certains de leurs droits ancestraux reconnus, et la majorité resta sans terre, ni réserve bien entendu.

23 On trouve peu d’informations sur ce monument. Rien n’en est dit sur le site du Musée. Il faut aller sur le site du centre du Patrimoine (boulevard Provencher, Saint-Boniface) pour obtenir quelques lignes d’explication : [http://shsb.mb.ca/buste_Louis_Riel], consulté en juin 2013.

24 Un pont construit à peu près au même moment (2005) dans l’État adjacent du Nord-Dakota rend bien mieux hommage aux Indigènes que l’avancée des Blancs coinça dans des réserves : le pont Four Bears, dans la réserve de fort Berthold, sur le Missouri. Sa décoration a été élaborée avec les Indiens eux-mêmes. Il est orné de grands médaillons explicatifs (interprétatifs dit-on aux USA) qui autour de portraits de chefs indiens, retracent la vie des trois tribus affiliées présentes dans la réserve : les Mandan, les Arikara, les Hidatsa. Des symboles tribaux ornent les piliers et la passerelle pour piétons sur le côté nord, et un petit parc avec de nombreux panneaux interprétatifs mène à l’entrée du pont.

25 Waldie P., « Budget Cuts Close Door on Guided Tours of Louis Riel’s House », The Globe and Mail, 11 juin 2012. [http://www.theglobeandmail.com/news/politics/budget-cuts-close-door-on-guided-tours-of-louis-riels-house/article4249783/].

26 [http://winnipeg.ctvnews.ca/city-committee-gives-approval-for-historical-designation-for-st-boniface-cathedral-1.1105355].

27 [http://shsb.mb.ca/node/616], consulté en juin 2013.

28 Une enquête équivalente en France à propos de Jean Jaurès et Gambetta donnerait le même résultat.

29 Le discours autour de cette église réalisée par l’architecte Gaboury permet de mesurer l’évolution de l’image du Métis. En effet, cette église ressemble à s’y méprendre à un tipi. En dépit de cette évidence, Gaboury a affirmé maintes fois, notamment dans le fascicule de présentation en vente dans l’église, qu’il ne s’agissait en rien d’une représentation d’un tipi, mais qu’il avait figuré l’élan de l’église vers le ciel. Ces dernières années toutefois il a concédé qu’il s’était inspiré de la forme du tipi des Indiens de la région. Puis il s’est mis à proclamer ses propres origines métisses, alors qu’elles étaient tabou naguère, comme pour la majorité des Métis au teint très blanc qui forment une grande partie de la population de Saint-Boniface. Il fit ensuite savoir qu’il descendait de Louis Riel, mais je me demande s’il l’avait dit lors de l’érection du groupe monumental. Pour les photos de l’église voir : [http://joiedevivremanitoba.com/fr/destinations/winnipeg-region/category/st-boniface/precious-blood-parish], consulté en juin 2013.

30 Le roman autobiographique de Beatrice Culleton, In Search of April Raintree, paru en 1983, qui se situe justement à Winnipeg, montre ce problème tragique qui serait toujours d’actualité pour les Métis au teint foncé.

31 Au moment où nous préparions cette étude, un article du Huffington Post rapportait qu’une statue du Christ avait été refusée par les fidèles des deux prestigieuses cathédrales de Saint-Michael’s à Toronto et de Saint-Patrick’s à New York (alors que les recteurs les avaient acceptées) : elle représentait le Christ en sdf avachi sur un banc public. L’artiste, de Toronto, et chrétien, expliqua que la statue était une « traduction visuelle » du message chrétien par excellence, celui qu’annonce Jésus dans Matthieu 25 : 31-46 quand il dit à ses disciples que lorsqu’ils aident les malades, les pauvres et les sans-logis, c’est lui qu’ils aident. Les catholiques qui rejetèrent la statue dirent que ce n’était pas une représentation appropriée du Christ. Cf. Bennett-Smith M., « Jesus The Homeless’ Sculpture Rejected By Catholic Churches In Toronto, New York », The Huffington Post, 15 avril 2013.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Statue de Louis Riel par Lemay
Crédits © S. Fisher Stoesz, 2013.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138894/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Figure 2. – Statue de Louis Riel par Lemay.
Crédits © B. Rigal-Cellard, 2012.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138894/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Figures 3 et 4. – La statue de Louis Riel par Miguel Joyal.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138894/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Figure 5a. – Buste de Louis Riel par Réal Bérard.
Crédits © B. Rigal-Cellard, 2012.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138894/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Figure 5b. – Buste de Louis Riel par RéalBérard.
Crédits © B. Rigal-Cellard, 2012.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138894/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Figure 6. – Saint-Boniface, Pont Esplanade Louis Riel, cathédrale, collège Saint-Boniface. Cellard, 2012.
Crédits © B. Rigal-
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138894/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Figure 7. – Tombe de Louis Riel.
Crédits © B. Rigal-Cellard, 2012.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138894/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Figure 8. – Tombe de Chief One Arrow, près de celle de Riel. Cellard, 2012.
Crédits © B. Rigal-
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138894/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Auteur

Bernadette Rigal-Cellard est professeur d’études nord-américaines à l’université Bordeaux Montaigne. Elle dirige le Centre d’études canadiennes interuniversitaire de Bordeaux. Spécialiste des religions contemporaines et des cultures indigènes nord-américaines, elle a publié de nombreux articles et ouvrages, notamment Le Mythe et la plume (Le Rocher, 2004), La religion des mormons (Albin Michel, 2012), et dirigé Sectes, Églises, mystiques : échanges, conquêtes, métamorphoses (Pleine Page, 2004) ; Missions Extrêmes en Amérique du Nord : des jésuites à Raël (Pleine Page, 2005) ; Religions et mondialisation : exils, expansions, résistances (Presses universitaires de Bordeaux, 2009) ; Prophéties et utopies religieuses au Canada (Presses universitaires de Bordeaux, 2011). Elle prépare un ouvrage sur le catholicisme indigène autour de la figure de la sainte iroquoise et mohawk Kateri Tekakwitha.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540