Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Quatrième partie. Construire et transmettre la mémoire

Une entreprise mémorielle : l’encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française

Jacques-Guy Petit

Texte intégral

1Cette récente encyclopédie québécoise en ligne se situe dans le cadre d’une vision dynamique du patrimoine dont il convient d’abord de relever les principales évolutions.

Patrimoine, patrimoine national, patrimoine culturel

  • 1 Nora P., Les lieux de mémoire, Quarto/Gallimard, 1997, vol. 1, p. 575 et 1433 sq.

2Le patrimoine se définit comme le bien commun légué par les ancêtres de telle sorte qu’il soit conservé et retransmis, ce qu’exprime justement le mot heritage dans le Canada anglophone. Il appartient au domaine de l’histoire et à celui de la mémoire et Pierre Nora a fait entrer le patrimoine dans les lieux de mémoire, jusqu’à traiter comme un lieu de mémoire la notion même de « patrimoine1 ».

Patrimoine national

  • 2 Poulot D., Musée, nation, patrimoine, 1789-1815, Gallimard, 1997, p. 43-46.
  • 3 Dezallier d’Argenville en 1745 (cité par Poulot D., ibid., p. 53).
  • 4 Chastel A., « La notion de patrimoine », in Nora P., op. cit., p. 1437-1439.
  • 5 « Je créai le mot pour tuer la chose », cité par Chastel A., ibid., p. 1440.

3Au siècle des Lumières, tout particulièrement en France, s’affirme chez les érudits le souci des « Antiquités », de leur conservation comme une responsabilité collective2. Les monuments doivent « conserver la mémoire des choses passées, immortaliser un héros, illustrer une nation3 ». La Révolution française invente la notion moderne de patrimoine quand il devient nécessaire de le protéger après la confiscation des biens du clergé et des émigrés et les destructions du vandalisme par des groupes de sans-culottes. Dans l’urgence, entre 1790 et 1793, la commission des Monuments puis des Arts considère qu’il est devenu nécessaire de protéger, donc d’inventorier et de conserver ce qui apparaît alors comme le bien commun de la nation : peinture, dessin, gravure, sculpture, monuments et antiquités4. On y ajoute, à la fin de l’été 1792, les parcs et jardins. L’abbé Grégoire définit et stigmatise le « vandalisme » dans ses trois rapports à la Convention de 17945. Pour lui, les œuvres d’art, qui sont les « enfants de la liberté », englobent l’ensemble des créations et connaissances, des livres et archives aux jardins botaniques, elles sont le bien commun de la nation qui est responsable de leur conservation car elles doivent servir à l’instruction de tous les citoyens.

  • 6 Boulad-Ayoub J., L’abbé Grégoire et la naissance du patrimoine national, suivi des trois r (...)

4Cette reconnaissance du patrimoine comme national, qui va de pair avec la construction de la nation, s’étend très largement, puisque pour Grégoire, les grands hommes, les artistes, les savants et les hommes de lettres, sont aussi des propriétés nationales, d’où leur entrée au Panthéon. Il est ainsi l’un des principaux précurseurs de la notion de patrimoine culturel6.

  • 7 Poulot D., Musée…, op. cit., p. 389.

5De cet héritage de la Révolution et de l’abbé Grégoire, de la création du Conservatoire des arts et métiers et de l’Institut de France, il résultera principalement au xixe siècle l’inventaire et la création des musées, en même temps que s’affirmera la notion de « monument historique », toutefois quelques années après la Grande-Bretagne. La France centralisatrice rattrapera son retard à l’instigation de Guizot, avec la création de la commission des Monuments historiques en 1837 puis avec celle de l’« inspecteur général des monuments historiques » illustrée par Mérimée. Pour ce « délégué au travail de mémoire », il s’agit, au nom de l’État, d’inciter ou de diriger les initiatives locales de conservation des richesses de la civilisation, pour l’instruction et l’histoire nationales. Dans la France libérale et scientifique du xixe siècle, le développement de la culture savante du patrimoine ne le rendra accessible qu’aux nouvelles élites bourgeoises. Il n’empêche que l’on peut discerner l’affirmation, depuis la Révolution, d’une politique française du patrimoine comme un héritage national, « à la fois laïc et universel, élitaire et démocratique7 ».

  • 8 Morisset L. K., in J.-Y. Andrieux (dir.), Patrimoine. Sources et paradoxes de l’identité, (...)

6Au Québec, la définition du patrimoine et sa législation n’apparaissent que tardivement, en grande partie sous l’influence de la France. En 1922 seulement, la loi sur la conservation des monuments et objets d’art crée l’institution des Monuments historiques. Mais ne pouvant encore ni exproprier ni acheter, celle-ci ne parvient à classer que trois monuments pendant les trente années suivantes. La principale avancée intervient en 1955 et en 1963, quand les lois sur le patrimoine, à l’imitation des lois françaises, permettent classement et sauvegarde. Tout au long du xxe siècle, parallèlement au renouveau d’intérêt pour la Nouvelle-France dont Lionel Groulx fut un des principaux initiateurs, la construction identitaire et nationale, d’abord canadienne française, puis québécoise à partir des années 1960, se bâtit sur le discours de la survivance du fait français. La dimension française, réelle ou symbolique, envahit la patrimonialisation du Québec, notamment dans la construction ou la restauration des bâtiments. La réalisation emblématique en est, à partir de 1965, la « restauration-reconstruction » de la Place-Royale de Québec. Cette place devient le lieu des populaires « fêtes de la Nouvelle-France », pas seulement à usage touristique, car nombre de Québécois y viennent pour célébrer ou retrouver leur identité8.

Patrimoine mondial et culturel

  • 9 Dans Les lieux de mémoire, André Chastel exprime ses réticences devant les nouvelles dimen (...)
  • 10 Sanguin A.-L., « Le Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine », in J.-G. Petit et A.-L. (...)

7Le patrimoine, dont la diversité avait été précocement relevée, a malgré tout été longtemps perçu de façon traditionnelle, comme l’ensemble des monuments bâtis (avec quelques extensions, comme les parcs et le patrimoine industriel) et les œuvres des musées, ce dont témoigne encore en France l’engouement pour la visite des châteaux, églises, demeures et jardins pendant les journées annuelles du patrimoine9. C’est depuis les années 1970-1980, que le patrimoine a connu une grande extension, principalement par l’action de l’Unesco qui a adopté en 1972 la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel. Dans ce Patrimoine mondial de l’humanité (ce qui a valeur universelle exceptionnelle du point de vue de l’histoire, de l’art ou de la science), l’Unesco retient des monuments (architecture, sculptures, peintures, archéologie, inscriptions, grottes), des ensembles (constructions remarquables par leur architecture, leur unité ou leur intégration dans le paysage) et des sites (œuvres de l’homme ou œuvres conjuguées de l’homme et de la nature). Le culturel, l’aménagement des sites et des paysages sont maintenant pris en compte, ce que l’Unesco précise avec la notion de « paysage culturel » qui met l’accent sur l’importance des interactions constantes entre le « naturel » et le culturel. C’est ce qui a valu au Val-de-Loire d’être classé dans le Patrimoine de l’humanité comme paysage culturel en 197010.

  • 11 Unesco, Textes fondamentaux de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine cult (...)

8La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée par l’Unesco en 2003 marque une nouvelle et importante évolution. Afin de promouvoir la diversité culturelle menacée par la mondialisation, la Convention inclut « les pratiques, représentations, expressions, connaissances, savoir-faire, ainsi que les objets, artefacts, et espaces culturels associés […] que les communautés, les groupes et les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel11 ».

  • 12 Canadian Heritage, Culture and Heritage. Making Room for Canada’s Voices, 1998, p. 21.
  • 13 Par crainte de devoir faire des concessions aux peuples autochtones.
  • 14 Organisation non gouvernementale créée en 1964, organe consultatif de l’Unesco et membre d (...)
  • 15 Titulaire de la chaire de recherche du Canada en patrimoine et directeur de l’institut du (...)
  • 16 Turgeon L. (dir.), Spirit of place : Between Tangible and Intangible Heritage. L’esprit de (...)

9Cette patrimonialisation de la culture12 reconnue par la plupart des pays, mais non par le Canada13, a été complétée par diverses chartes et symposium internationaux, en particulier par le symposium scientifique de L’ICOMOS (International Council on Monuments and Sites14) tenu à Québec en octobre 2008. L’animateur en était le directeur de la nouvelle Encyclopédie du Patrimoine culturel de l’Amérique française, le Québécois Laurier Turgeon15. L’ICOMOS met l’accent sur la place de l’humain et des collectivités dans la constitution, la préservation, la valorisation, et dans la « vitalisation » du patrimoine culturel immatériel. Plus largement que des seules traditions, il s’agit des mémoires, des récits oraux, des documents écrits, des rituels, des festivals, des métiers, des savoir-faire, mais aussi des valeurs, et même des odeurs et des gastronomies. Ce symposium de Québec veut repenser le patrimoine culturel en terme d’« esprit des lieux » (plutôt que de mémoire des lieux, bien que soit reconnue l’influence de Pierre Nora), afin de signifier que l’immatériel et le matériel ne se construisent qu’en interaction et interdépendance. Cette approche dynamique du patrimoine met l’accent sur la place des acteurs sociaux et de leurs valeurs, hier et aujourd’hui. Le symposium insiste aussi sur le fait que, pour la sauvegarde et la valorisation, les technologies modernes (bases de données et sites web) offrent maintenant des possibilités considérables avec la constitution rapide et efficace d’inventaires multimédias16.

L’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française (EPCAF)17

Origines

  • 18 Joutard P. et Wien T. (dir.), Mémoires de Nouvelle-France. De France en Nouvelle-France, R (...)

10Les origines de cette encyclopédie se situent dans le prolongement des travaux de la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs (CFQLMC) fondée en 1996-1998 (premier séminaire en octobre 1998), dans le cadre de la Commission de coopération franco-québécoise. Codirigée par Marcel Masse, ancien ministre du Québec et du Canada et par Henry Réthoré, ancien consul général de France à Québec, conseillée par Pierre Nora et bénéficiant de la participation active de l’historien Philippe Joutard, la CFQLMC s’est donnée comme objectif d’« inventorier et de célébrer notre mémoire commune », en affirmant que « les lieux de mémoire signifient l’ensemble des repères culturels de Champlain à aujourd’hui : espaces, pratiques, expressions issues d’expériences communes ». Il fallait, outre l’histoire et l’archéologie, mettre à contribution les musées, les archives, la généalogie, la toponymie. L’histoire et le patrimoine doivent ainsi être mis au service d’une mémoire commune dont la langue française est le moyen d’expression, afin de conforter la citoyenneté québécoise. Cette mémoire est conçue comme devant préparer l’avenir, être un outil de développement de la relation entre le Québec et la France18.

  • 19 Site de l’Encyclopédie : [www.ameriquefrancaise.org/fr/a-propos.html].

11En 2001, voulant mettre en valeur le patrimoine culturel de l’Amérique française dans son ensemble, Marcel Masse soumet ce nouveau projet à une étude universitaire de faisabilité sous la direction de Jacques Matthieu alors doyen de la faculté des lettres de l’université Laval. Il en résulte en 2005 la fondation par la CFQLMC de la Société Héritage Champlain sous la présidence de M. Masse (qui abandonne alors la présidence de la CFQLMC) pour mettre en œuvre ce qui est d’abord conçu comme un dictionnaire du patrimoine culturel de l’Amérique française qui présenterait les divers aspects de l’héritage de la Nouvelle France. La direction en est confiée la même année à Laurier Turgeon qui, en 2005-2008, dirige une petite équipe dont l’historien Martin Fournier est la cheville ouvrière. Cette équipe abandonne le projet du dictionnaire pour s’orienter vers une encyclopédie multimédia en ligne. Elle structure son projet, obtient ses premiers financements, construit son réseau de partenaires et recherche des auteurs. Pour ce faire, Martin Fournier vient notamment en France en 2005 et 2006, visite diverses universités dont celles de Bordeaux, Angers, Caen et il participe au colloque de l’AFEC à Saumur. En 2008, dans le cadre de la chaire de Laurier Turgeon à l’université Laval, l’Encyclopédie est mise en ligne, avec une équipe de direction composée de Marcel Masse, président ; Laurier Turgeon, directeur ; Yves Bergeron (professeur de patrimoine et muséologie à l’UQAM) co-directeur et Martin Fournier, coordinateur. Le comité scientifique est co-présidé par Philippe Joutard et Jacques Mathieu19.

Objectifs

  • 20 Laurier Turgeon a publié plusieurs ouvrages sur le patrimoine métissé, dont Patrimoines mé (...)
  • 21 Tous les textes introductifs qu’il a écrits sur le site web de l’EPCAF sont développés par (...)

12Le texte sur les « Fondements scientifiques de l’Encyclopédie » annonce des objectifs ambitieux qui reprennent ceux de l’Unesco et de l’ICOMOS. Il s’agit de présenter les connaissances les plus pertinentes sur le patrimoine de l’Amérique française de façon dynamique, non seulement en complétant ses articles par toutes les ressources visuelles, sonores et audiovisuelles mises à disposition sur son site web, mais en faisant aussi de l’encyclopédie un outil de réflexion sur la manière dont se construit le patrimoine. Cette construction, la patrimonialisation, est toujours l’œuvre d’acteurs sociaux qui s’investissent dans un lieu, un bâtiment, un bien et, de plus en plus, dans des savoirs et des traditions. Elle donne vie au passé, matérialise la mémoire, la rend accessible à l’intelligence comme aux sens et aux émotions et elle revitalise le groupe et les personnes. Le patrimoine est donc une réappropriation, une réinterprétation, une construction sociale et culturelle. Ainsi, tout patrimoine est métissé d’apports divers dans un processus de « re-contextualisation culturelle », ce qui est particulièrement le cas pour l’Amérique française marquée par les colonisations, les contacts et emprunts aux cultures amérindienne, française, britannique et américaine20. Géographiquement, la collecte doit concerner neuf grandes régions : le Québec, l’Acadie, l’Ontario, l’Ouest canadien, la Nouvelle-Angleterre, le Midwest des États-Unis, la Louisiane, la Floride et aussi la France. Tout en rappelant que le patrimoine a trois formes d’expression, le patrimoine naturel ou environnemental, le patrimoine matériel architectural et archéologique ainsi que le patrimoine immatériel, l’EPCAF privilégie le patrimoine culturel immatériel encore peu étudié en 2008 : les rites, les fêtes et festivals, les savoir-faire, la mémoire orale, la musique, la chanson et la danse. Le critère principal de sélection des sujets à traiter sera la valeur d’usage par les communautés21.

Spécificité

  • 22 Voir en particulier l’ouvrage récent de Frenette Y., Saint-Hilaire M. et Rival F. (dir.), (...)

13En soi, un projet valorisant le patrimoine de l’Amérique française (ou, sujet proche, la francophonie nord-américaine) n’est pas original, car cette question suscite depuis quelques années un véritable engouement avec de nombreux travaux réalisés ou des projets en cours : atlas, inventaires, sites web, etc.22. L’originalité de l’EPCAF se manifeste surtout par sa vision vivante du patrimoine et par son site multimédia interactif. Cette conception d’une patrimonialisation en construction qui demande à privilégier l’immatériel et ce qui suscite l’adhésion des populations, une orientation à la fois anthropologique et sociale, bouscule nombre d’idées reçues. Au Québec comme ailleurs, bien que des ouvertures se fassent en direction des traditions et des savoir-faire, le patrimoine est encore majoritairement perçu comme l’ensemble matériel des monuments historiques et des œuvres conservées dans les musées.

  • 23 Benhamou F. et Cornu M. (dir.), Le patrimoine culturel au risque de l’immatériel. Enjeux j (...)

14La mise en ligne des articles n’est pas, non plus, réellement novatrice à l’époque du triomphe d’Internet, quand la numérisation progresse partout, que les sites web se multiplient, et que des encyclopédies comme Wikipédia, Universalis (qui vient d’abandonner son édition papier) et Britannica donnent l’exemple. Cependant, pour ces encyclopédies, l’immatériel ne concerne pas d’abord le patrimoine (bien que les œuvres les plus contemporaines, performances et autres, soient mentionnées), mais le mode de conservation, de valorisation et de partage, autant de questions dont les enjeux juridiques, culturels et économiques, depuis 2007-2008, sont de plus en plus discutés par les spécialistes23. La volonté de mettre en ligne l’EPCAF dès son début a été grandement favorisée par le Canada fédéral qui, ces mêmes années, avait un programme de mise en ligne dans le cadre de Canadian Heritage/Patrimoine canadien. Ce dernier ayant relevé l’important déficit du patrimoine francophone dans son programme, l’EPCAF s’est engouffrée dans la brèche pour obtenir l’essentiel de ses subventions.

  • 24 Pour le seul Québec, mentionnons d’autres initiatives patrimoniales s’appuyant sur interne (...)

15Une des particularités de l’EPCAF tient au fait que son coordinateur ayant une formation en audio-visuel et en montage de film, elle ne complète pas seulement les articles par divers documents, photographies, images ou enregistrements sonores. Elle a aussi réalisé, généralement à partir des films, vidéos et archives de l’ONFC (Office national du film du Canada), une centaine de « capsules », des vidéos de deux à sept minutes qui lui appartiennent. Depuis 2010, l’Encyclopédie développe de plus des outils interactifs, principalement en direction des jeunes très branchés dans ce domaine, spécialement pour les institutions d’enseignement, avec des suggestions pédagogiques pour les professeurs, l’objectif étant de montrer que l’on peut apprendre en s’amusant. L’EPCAF forme donc un ensemble multimédia complet et vivant qui utilise toutes les possibilités d’Internet. Il est prévu que lorsque l’Encyclopédie sera terminée, elle sera complétée par un ouvrage papier illustré reprenant une centaine de ses principaux articles24.

Articles

  • 25 Site de l’encyclopédie, Directives aux auteurs.

16Le nombre des articles prévus avait été initialement fixé à 600. Les directives sur les protocoles de rédaction et d’édition s’appuient sur la ligne éditoriale : « Mettre en lumière les contextes et courants culturels, sociaux et politiques qui mènent à la formation d’un patrimoine, à sa perpétuation, à ses adaptations successives et à sa mise en valeur25. » Il est donc possible de présenter des patrimoines disparus ou en régression. Il faut aussi insister sur les emprunts aux diverses cultures et les transformations notables.

  • 26 Il faut ajouter 5 articles reçus, donc 316 articles en français en tout. Il est prévu que (...)

17Assez loin de ses objectifs initiaux, en conséquence des récentes restrictions financières venant du gouvernement fédéral, l’EPCAF comptait 311 articles en ligne au début de l’année 2013 (le nombre total atteindra 340). Ils sont complétés par un important contenu multimédia : 7500 illustrations (œuvres d’art, cartes, gravures ou dessins, photographies), 550 chansons, 165 vidéos (825 minutes en tout), 100 photographies panoramiques à 360 degrés. S’y ajoutent cinq grandes sections interactives en français, dont l’une (mission patrimoine au fil de l’eau) est traduite en anglais26.

18Le classement des articles en catégories et sous-catégories traduit les choix éditoriaux. Les articles se répartissent selon cinq grandes catégories : activités culturelles ; faune et flore ; groupes et individus ; paysages et territoires ; sites et monuments. Dans les activités culturelles, les sous-catégories les plus importantes, selon le nombre d’articles, sont : politique (52 articles), expressions artistiques (47) ; suivies par fêtes et commémorations (30) ; collections et artefacts (29) ; industries et commerces (28) ; spiritualité (28) ; langue et patrimoine artistique (17), etc. La catégorie faune et flore se répartit en animaux (19 articles) et végétaux (20) ; celle des groupes et individus en associations, congrégations et organismes (48) et personnages marquants (55). Pour paysages et territoires, les sous-catégories sont dominées de façon significative par les articles concernant Québec, la ville et la province (182). Viennent ensuite : l’Acadie et les Provinces maritimes (44), le Canada dans son ensemble (29), la France (23), l’Ontario (21) et les États-Unis (21), le Manitoba (15) et le Nouveau-Brunswick (15), la Nouvelle-Écosse (13), l’Acadie (12), l’Alberta (9) et la Saskatchewan (9), l’Île-du-Prince-Édouard (4), la Colombie britannique (3), Terre-Neuve et le Labrador (3), les Territoires du Nord-Ouest (1). À quoi s’ajoutent, toujours dans la même catégorie : parcs et réserves (20 articles) et paysages (9). Enfin, la catégorie sites et monuments comporte : lieux et sites (51 articles), bâtiments (41), ensembles architecturaux (26), églises et lieux de culte (16), monuments (14).

  • 27 Dans son Bilan (op. cit.), Martin Fournier ne donne pas exactement les mêmes chiffres, mai (...)

19Ce classement des sous-catégories selon le nombre d’articles que nous avons effectué d’après les listes de l’EPCAF peut se discuter puisque la plupart des articles sont placés dans plusieurs sous-catégories par l’encyclopédie, ce qui est particulièrement le cas des sujets classés dans « Québec ». Toutefois, cette répartition voulue par l’EPCAF a sa cohérence et permet d’avoir une vision du patrimoine à multiples entrées27. Pour les grandes catégories, on peut remarquer que, tout en les recoupant, elles ne reprennent pas celles de l’Unesco (sites et paysages, le bâti, l’immatériel). L’orientation ethnologique et culturelle de l’Encyclopédie s’affirme dans le fait que viennent en premier les activités culturelles qui regroupent essentiellement ce qui concerne le patrimoine immatériel. Au total, cette catégorie compte aussi le plus grand nombre d’articles, si l’on exclut ceux que regroupe Québec.

Consultation

  • 28 L’EPCAF a obtenu plusieurs distinctions, dont la mention Coup de cœur « pour la richesse e (...)

20L’Encyclopédie se caractérise par sa gratuité, sa facilité d’utilisation et son bilinguisme. Ses partenaires et organismes subventionnaires étant des établissements publics fédéraux ou provinciaux, elle est un organisme non commercial à but non lucratif, d’où son accès gratuit pour tous les publics. Le principal subventionnaire, Patrimoine Canada, ayant mis comme condition à son financement la traduction en langue anglaise, celle-ci est en cours (les trois quarts sont déjà traduits). Il faut aussi relever la bonne qualité du site web, sa lisibilité, avec une présentation claire et attractive des articles complétés par un riche contenu multimédia28.

  • 29 Ces chiffres sont fournis par le Bilan (op. cit.) du 10 mai 2013.

21La consultation connaît une croissance continue : 343629 visites (285027 visiteurs uniques et 669027 pages vues) pour l’année 2012-2013 et près du quart des visiteurs sont de langue anglaise. Le trafic provient d’autres pays que le Canada dans 29 % des cas (la France est première dans cette catégorie, avec 13,5 %, avant les États-Unis, 6 %). Pour le trafic par villes, après Montréal (13,5 %), puis Québec, Toronto et Ottawa, Paris vient en 5e position (2,4 %). Sur les 50 premières villes, outre Paris, nous retrouvons Lyon (0,57 %), puis Nantes, Rennes, Toulouse, Lille, Bordeaux et Marseille, soit les grandes villes universitaires de France. Les cinq articles les plus consultés en français sont dans l‘ordre décroissant : Stade olympique de Montréal, Pont de Québec, Jacques Cartier, Célébrations de Noël, Bières, Brasseurs, Brasseries. Ancien et nouveau s’y mêlent, mais le patrimoine cultuel immatériel ne l’emporte pas clairement29. La diffusion sur les réseaux sociaux se développe aussi.

Dimensions d’une entreprise mémorielle

Histoire et mémoire

  • 30 Elle peut cependant nourrir la première année d’une formation universitaire aux métiers du (...)
  • 31 C’est aussi ce que relève Jean-Yves Frangne pour les évolutions actuelles de la conception (...)

22Si le recours à l’histoire est constant et s’étend sur les quatre derniers siècles, l’EPCAF n’a pas de visée historique scientifique et ne s’intéresse pas aux grands débats historiographiques actuels car elle est principalement orientée vers le grand public cultivé30. Cette entreprise mémorielle est actualisatrice, l’histoire étant requise en tant qu’héritage. Elle interprète, sélectionne, choisit ce qui est encore actuel, ce qui pourrait donner du sens aujourd’hui31.

  • 32 Nora P., Comment on écrit l’histoire de France ?, cité par Dosse F., L’histoire, Armand Co (...)

23Elle rejoint ainsi les réflexions actuelles sur l’histoire qui, sous l’influence notamment de Ricœur et de Nora, sont attentives à la place de la mémoire et à son interprétation et qui, selon François Dosse, conçoivent le récit historique comme une articulation entre l’exigence de vérité et le souci de fidélité à la mémoire collective. Pierre Nora a ouvert la possibilité d’« une autre histoire » dont les éléments ne sont « pas les événements pour eux-mêmes, mais leur construction dans le temps, l’effacement et la résurgence de leurs significations ; non pas le passé tel qu’il s’est passé, mais ses réemplois successifs ; pas la tradition, mais la manière dont elle s’est constituée et transmise32 ».

  • 33 Groulx P., « Dollard des Ormeaux », EPCAF. Cet article est souvent cité en exemple par Mar (...)

24L’EPCAF se situe dans le prolongement de la réflexion fondatrice de Nora, bien que ses documents n’y fassent pas explicitement référence. L’article consacré à Dollard des Ormeaux fournit un des meilleurs exemples de la façon dont elle veut appréhender l’histoire et la mémoire collective, les mutations et l’actualisation du patrimoine culturel. De cet homme tué à Long Sault en 1660 lors de la bataille entre la petite troupe de Français et de Hurons qu’il commandait et un groupe important d’Iroquois qui s’apprêtaient à attaquer Montréal, on ne sait presque rien, ni son âge ni son lieu de naissance. Son importance historique étant limitée, il a été vite oublié. Mais à partir de 1840, après l’écrasement de la révolte des patriotes, quand le Québec a besoin d’un sursaut identitaire, Dollard et la bataille de 1660 sont exhumés des archives. Puis, en arrangeant beaucoup la réalité, le clergé le mythifie, en fait le héros qui aurait sauvé la Nouvelle-France. De 1895 à 1910 (250e centenaire), les monuments à Dollard, les plaques commémoratives, les discours se multiplient. Sa fête annuelle en mai, au moment de journée de la Reine, est célébrée dans tout le Québec et dans les communautés d’origine québécoise de l’Amérique du Nord. Après 1960, le mythe se dégonfle : attentat en 1966 contre le monument Dollard à Montréal, articles d’historiens remettant les événements à leur modeste place, jusqu’à ce que, au début des années 1980, sa fête soit remplacée par celle des Patriotes. L’article montre comment, par une construction communautaire à un moment de crise, un homme devient un lieu de mémoire, un patrimoine national, et comment sa dimension patrimoniale, même si elle existe encore comme fait d’histoire, régresse fortement dans sa dimension politique et culturelle, toujours par la construction/reconstruction des acteurs, des communautés, selon leurs besoins et leurs références identitaires33.

  • 34 Nora P., Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard, 2011, p. 96-114.
  • 35 Mongin O., in F. Benhamou et M. Cornu, Le patrimoine culturel…, op. cit., p. 15-22.

25Malgré les relectures exigeantes de l’équipe de l’EPCAF, tous les articles ne sont pas aussi pertinents sur les rapports entre l’histoire, le patrimoine, la mémoire et les réinterprétations actualisatrices. De plus, le nombre relativement limité des articles ne peut couvrir la totalité du patrimoine concerné, d’autant que, depuis une trentaine d’années et surtout depuis la prise en compte du patrimoine immatériel (intangible cultural heritage des Anglophones), presque tout est devenu patrimoine culturel, comme le repas gastronomique des Français classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2010. On peut se demander si cette accumulation, cette « explosion » même du patrimoine n’aboutit pas, sinon à une tyrannie, du moins à « une idéologie du tout-mémoire34 ». Cette super patrimonialisation encourt le risque de passer de la dynamique à la dérive patrimoniale qui, avec les facilités du numérique et la multiplication des possibles, pourrait aboutir à la dévalorisation du réel. La solution consiste à connecter les flux pour les organiser et les contrôler35. C’est ce que s’efforce de faire l’EPCAF qui, ne pouvant tout traiter, choisit, développe les connexions, ne revendique qu’une exploration du patrimoine culturel de l’Amérique française pour mettre en lumière les principaux courants culturels, politiques et sociaux qui manifestent l’actualité du patrimoine. Les lacunes sont donc inévitables. Mais, dans l’ensemble, l’Encyclopédie a réussi son pari, souvent de façon originale, par exemple avec toute la série d’articles sur le patrimoine démocratique du Québec.

Espace et acteurs

  • 36 Wien T., Vidal C. et Frenette Y. (dir.), De Québec à l’Amérique française. Histoire et mém (...)
  • 37 C’est au Québec que se trouvent actuellement le plus de patrimoine, d’institutions et de s (...)
  • 38 Arellano A., in L. K. Morisset et P. Dieudonné, Patrimoines pour le xxie siècle. Regards d (...)

26L’espace concerné est celui de l’Amérique française depuis le xviie siècle, selon la conception de Lionel Groulx et de Marcel Masse, soit en gros la francophonie nord-américaine, en insistant sur les populations qui ont fait souche depuis longtemps au Québec et en Acadie. S’y ajoutent les diverses autres petites communautés, principalement celles qui ont été créées par l’importante émigration québécoise entre 1865 et 193036. Si l’on se réfère aux régions que les fondements scientifiques de l’encyclopédie demandaient de prendre en compte, on peut s’étonner de voir que la Californie n’avait pas été retenue et l’on remarque qu’il n’y a pratiquement pas d’article sur la Floride. La place très importante de la province de Québec (et surtout de la ville de Québec) peut paraître écrasante, mais elle est en grande partie justifiée par l’histoire et l’actualité, dans le contexte d’un renouvellement de l’imaginaire québécois de la Nouvelle-France, comme l’ont montré les fêtes du quatrième centenaire37. La revendication du fait français dépasse de plus en plus la confrontation avec le fait anglophone, « comme le cœur de la Nouvelle-France, la capitale transcende les frontières territoriales et culturelles usuelles en se filtrant dans l’espace nord-américain et en établissant des réseaux à l’échelle internationale38 ».

  • 39 Les quelques lacunes (plus l’insuffisance de la cartographie) restent limitées et elles s’ (...)

27Pour l’essentiel, il s’agit de la civilisation de l’Empire français d’Amérique du Nord et de sa survivance après la défaite de 1760-1763, de ce qui a existé et surtout de ce qui existe encore dans la mémoire vivante des collectivités. On reste sur sa faim pour les transferts culturels entre les peuples autochtones et les peuples colonisateurs, cet aspect apparaissant peu dans les articles et aucun de ceux-ci n’est consacré spécifiquement à une nation amérindienne. Mais il est vrai que les six articles traitant des métis fournissent un bon exemple de ces transferts39.

28Beaucoup d’acteurs historiques sont présentés, et surtout les activités culturelles et les territoires, bien plus que les grandes dates, les principaux faits ou le bâti, ce qui correspond à la logique de l’encyclopédie. Nous trouvons les principaux personnages du passé et une partie des décades récentes, de Cartier et Champlain (indirectement), à Félix Leclerc et de Gaulle ; de Jeanne Mance et Margueritte Bourgeois à Kérouac et Gabrielle Roy. Parmi les grands écrivains récents, beaucoup manquent en dehors de ces derniers et de France Daigle. Les groupes et les associations sont très présents, des Ursulines et des Sulpiciens au Cirque du Soleil, en passant par les Voyageurs, les sociétés Saint-Jean-Baptiste, le Cercle des fermières du Québec, des musées, des collèges, des universités comme celle de Moncton, le parti acadien (1972-1982), etc.

  • 40 Les auteurs, certes mentionnés à la fin de leurs textes, mériteraient, comme dans nombre d (...)

29Les 221 auteurs des articles sont surtout les acteurs actuels de cette patrimonialisation, les représentants des communautés, des universités ou des musées francophones et souvent des spécialistes et érudits animateurs d’associations locales. Les responsables de l’encyclopédie se sont efforcés dès le début de construire un réseau de partenaires et de correspondants afin de trouver des auteurs dans un éventail aussi large que possible. Le texte sur les fondements scientifiques a fixé ce qui peut être considéré comme l’objectif principal de l’encyclopédie : « Construire de nouvelles connaissances et créer une communauté dynamique de chercheurs et d’usagers autour du patrimoine des francophones d’Amérique. » Ce réseau semble bien fonctionner avec l’Acadie, le Manitoba, l’Ontario, assez bien avec la France, plus difficilement avec les États-Unis (sauf la Louisiane)40.

Identité et devenir

  • 41 Nora P., Présent, nation, mémoire, op. cit., p. 111.
  • 42 Benhammou F., Économie du patrimoine culturel, Paris, La Découverte, 2012, p. 11.
  • 43 Lemaître C. et Sabatier B. (dir.), Patrimoines : fabrique, usages et réemplois, Québec, Éd (...)
  • 44 Glissant É., Traité du Tout-Monde, Paris, Gallimard, 1997.

30L’EPCAF illustre l’évolution relevée par Pierre Nora : depuis une trentaine d’années, le patrimoine a quitté « son âge historique, national et monumental pour entrer dans un âge mémoriel, social et identitaire41 ». Cette dominante à la fois mémorielle et sociale du patrimoine culturel vivant réapproprié par des communautés actuelles est aussi ce qui donne sens au patrimoine matériel42. La dimension identitaire en est la composante primordiale, ce qu’indiquent les fondements scientifiques de l’encyclopédie : le patrimoine « est devenu quasiment synonyme d’identité ». C’est bien l’objectif que Marcel Masse assignait en priorité à cette entreprise mémorielle : donner les moyens aux francophones d’Amérique de retrouver la fierté de leurs origines, de leur langue et civilisation, de les revivifier, d’y retrouver leur identité. La construction et les usages du patrimoine matériel et immatériel ont toujours comporté des enjeux identitaires, voire politiques43. Dans le contexte d’une mondialisation de plus en plus prégnante, nous assistons presque partout à la résurgence et à l’amplification de ces phénomènes qui conduisent souvent à des replis et même à des renfermements identitaires. L’appel d’Édouard Glissant, le penseur du « tout-Monde » semble donc plus actuel que jamais : dans nos cultures, dans nos sociétés en voie de métissage, de créolisation, il est important de concevoir les identités culturelles comme des « identités-relations44 ».

31Si le Québec historique et actuel tient une place centrale dans le processus identitaire que promeut l’EPCAF comme entreprise mémorielle, et s’il lui est difficile de mettre toujours l’accent sur les identités-relations, elle ne s’inscrit pas dans le cadre d’un repli identitaire national, mais au contraire dans un mouvement civilisationnel transnational concernant tous les individus et communautés francophones éparpillés en Amérique du Nord. D’autre part, à l’opposé de la promotion d’un patrimoine de conservation de l’immuable, de nostalgie ou de restauration des ruines, l’encyclopédie regarde vers l’avenir.

  • 45 Pour Jocelyn Létourneau l’avenir peut « redonner vie aux potentialités non accomplies du p (...)
  • 46 Dosse F., L’histoire, op. cit., p. 189-191.

32Dans les débats animés entre les historiens québécois, il ressort aussi que le travail de la mémoire peut faire du passé un héritage d’espoir porteur d’avenir45. En Europe, surtout depuis les travaux d’Henry Rousso sur le « syndrome de Vichy », nous savons aussi qu’une des responsabilités de l’histoire sociale de la mémoire est de penser « le futur du passé46 ».

Notes

1 Nora P., Les lieux de mémoire, Quarto/Gallimard, 1997, vol. 1, p. 575 et 1433 sq.

2 Poulot D., Musée, nation, patrimoine, 1789-1815, Gallimard, 1997, p. 43-46.

3 Dezallier d’Argenville en 1745 (cité par Poulot D., ibid., p. 53).

4 Chastel A., « La notion de patrimoine », in Nora P., op. cit., p. 1437-1439.

5 « Je créai le mot pour tuer la chose », cité par Chastel A., ibid., p. 1440.

6 Boulad-Ayoub J., L’abbé Grégoire et la naissance du patrimoine national, suivi des trois rapports sur le vandalisme, Presses de l’université Laval, 2012.

7 Poulot D., Musée…, op. cit., p. 389.

8 Morisset L. K., in J.-Y. Andrieux (dir.), Patrimoine. Sources et paradoxes de l’identité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 143-186.

9 Dans Les lieux de mémoire, André Chastel exprime ses réticences devant les nouvelles dimensions du patrimoine.

10 Sanguin A.-L., « Le Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine », in J.-G. Petit et A.-L. Sanguin (dir.), Les fleuves de la France Atlantique. Identités, espaces, représentations, mémoires, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 219-220.

11 Unesco, Textes fondamentaux de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, Paris, édition de 2010, P. V. Le dictionnaire Le Robert n’entérine qu’en partie cette évolution en faisant entrer dans sa définition du patrimoine les œuvres, les monuments et les traditions.

12 Canadian Heritage, Culture and Heritage. Making Room for Canada’s Voices, 1998, p. 21.

13 Par crainte de devoir faire des concessions aux peuples autochtones.

14 Organisation non gouvernementale créée en 1964, organe consultatif de l’Unesco et membre du Conseil de l’Europe.

15 Titulaire de la chaire de recherche du Canada en patrimoine et directeur de l’institut du patrimoine de l’université Laval à Québec.

16 Turgeon L. (dir.), Spirit of place : Between Tangible and Intangible Heritage. L’esprit des lieux : entre le patrimoine matériel et immatériel, Québec, Presses de l’université Laval, 2009, LI-LIX, 399, 436.

17 Certaines des informations de cette partie proviennent de deux entretiens à Québec avec Martin Fournier, le 28 août 2012 et le 16 mai 2013. Je l’en remercie vivement.

18 Joutard P. et Wien T. (dir.), Mémoires de Nouvelle-France. De France en Nouvelle-France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 7-22 (interventions de Philippe Joutard, Marcel Masse, Henry Réthoré et Clément Duhaime dans cet ouvrage qui restitue les communications du colloque tenu à La Rochelle en 2004).

19 Site de l’Encyclopédie : [www.ameriquefrancaise.org/fr/a-propos.html].

20 Laurier Turgeon a publié plusieurs ouvrages sur le patrimoine métissé, dont Patrimoines métissés. Contextes coloniaux et postcoloniaux, Paris/Québec, Maison des sciences de l’homme/Presses de l’université Laval, 2003.

21 Tous les textes introductifs qu’il a écrits sur le site web de l’EPCAF sont développés par Laurier Turgeon dans l’introduction de l’ouvrage qu’il a codirigé avec André Charbonneau : Patrimoines et identités en Amérique française, Québec, Presses de l’université Laval, 2010.

22 Voir en particulier l’ouvrage récent de Frenette Y., Saint-Hilaire M. et Rival F. (dir.), Francophonie nord-américaine, Québec, Presses de l’université Laval, coll. « Des Atlas historiques », 2011.

23 Benhamou F. et Cornu M. (dir.), Le patrimoine culturel au risque de l’immatériel. Enjeux juridiques, culturels, économiques, Paris, L’Harmattan, 2010.

24 Pour le seul Québec, mentionnons d’autres initiatives patrimoniales s’appuyant sur internet : L’inventaire du patrimoine culturel du Québec, par le ministère de la Culture et des Communications du Québec, et l’Encyclopédie du patrimoine politique du Québec, dont la mise en ligne est annoncée pour 2013.

25 Site de l’encyclopédie, Directives aux auteurs.

26 Il faut ajouter 5 articles reçus, donc 316 articles en français en tout. Il est prévu que l’encyclopédie comptera finalement 340 articles en français. Les dernières statistiques sont présentées dans le Bilan sur l’EPCAF (21 pages) en date du 10 mai 2013 rédigé par Martin Fournier qui a bien voulu nous en donner communication.

27 Dans son Bilan (op. cit.), Martin Fournier ne donne pas exactement les mêmes chiffres, mais les quelques différences avec notre propre statistique ne sont que marginales et manifestent la grande variété des sujets traités et l’impossibilité parfois de les placer dans une « case » précise.

28 L’EPCAF a obtenu plusieurs distinctions, dont la mention Coup de cœur « pour la richesse et l’excellence de son site web », prix du Mérite français dans les TI, Montréal, mars 2011.

29 Ces chiffres sont fournis par le Bilan (op. cit.) du 10 mai 2013.

30 Elle peut cependant nourrir la première année d’une formation universitaire aux métiers du patrimoine, ce qui se fait déjà à l’université Laval. Les articles sont assez développés (autour de 10000 à 15000 signes sans les compléments multimédia).

31 C’est aussi ce que relève Jean-Yves Frangne pour les évolutions actuelles de la conception du patrimoine, dans Andrieux J.-Y., Patrimoine, sources et paradoxes de l’identité, p. 277-279.

32 Nora P., Comment on écrit l’histoire de France ?, cité par Dosse F., L’histoire, Armand Colin, 2000, p. 186.

33 Groulx P., « Dollard des Ormeaux », EPCAF. Cet article est souvent cité en exemple par Martin Fournier.

34 Nora P., Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard, 2011, p. 96-114.

35 Mongin O., in F. Benhamou et M. Cornu, Le patrimoine culturel…, op. cit., p. 15-22.

36 Wien T., Vidal C. et Frenette Y. (dir.), De Québec à l’Amérique française. Histoire et mémoire, Québec, Presses de l’université Laval, 2006.

37 C’est au Québec que se trouvent actuellement le plus de patrimoine, d’institutions et de spécialistes concernés, alors que les communautés actuellement dispersées dans le reste de l’Amérique du Nord manquent souvent de moyens pour mettre en valeur leur patrimoine.

38 Arellano A., in L. K. Morisset et P. Dieudonné, Patrimoines pour le xxie siècle. Regards du Québec et de la Bretagne, Québec, Éditions Nota bene, 2006, p. 327.

39 Les quelques lacunes (plus l’insuffisance de la cartographie) restent limitées et elles s’expliquent principalement par le fait qu’étant conçue pour le grand public, l’EPCAF n’a bénéficié que de subventions aléatoires et limitées, sans pouvoir prétendre au financement par les grands organismes de recherche du Canada ou du Québec.

40 Les auteurs, certes mentionnés à la fin de leurs textes, mériteraient, comme dans nombre d’encyclopédies, d’être cités sur une liste spécifique où l’on pourrait aussi retrouver leurs articles.

41 Nora P., Présent, nation, mémoire, op. cit., p. 111.

42 Benhammou F., Économie du patrimoine culturel, Paris, La Découverte, 2012, p. 11.

43 Lemaître C. et Sabatier B. (dir.), Patrimoines : fabrique, usages et réemplois, Québec, Éditions Multimondes, 2008, p. 2.

44 Glissant É., Traité du Tout-Monde, Paris, Gallimard, 1997.

45 Pour Jocelyn Létourneau l’avenir peut « redonner vie aux potentialités non accomplies du passé » : Passer à l’avenir, Boréal, 2000, p. 13, 24-25.

46 Dosse F., L’histoire, op. cit., p. 189-191.

Auteur

Jacques-Guy Petit est professeur émérite à l’université d’Angers. Il a fondé le Centre d’histoire des régulations sociales (HIRES) et le Centre d’études canadiennes (CERPECA) de l’université d’Angers. Il a notamment publié Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875) (Fayard, 1990) et dirigé Les Inuit et les Cris du Québec. Territoire, gouvernance, société et culture (Presses universitaires de Rennes, 2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540