Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Quatrième partie. Construire et transmettre la mémoire

La chanson québécoise, vecteur de l’histoire, de la mémoire et de l’identité

Johanne Melançon

Texte intégral

1On ne peut nier l’importance du lien entre musique populaire et identité nationale. Comme le note Martin Cloonan :

  • 1 Cloonan m., « Pop and the Nation-State: Towards a Theorisation », Popular Music, vol. 18, (...)

« [H]istoriquement, la musique a souvent joué un rôle important dans la construction d’une identité nationale. La plupart du temps, c’est la musique classique et la musique folklorique qui ont contribué à caractériser cette identité nationale, mais on a souvent dit que la musique populaire avait la capacité d’exprimer quelque chose de spécifique de l’État-nation dont elle avait supposément surgi1. »

2Et d’après Cloonan,

  • 2 Ibid., p. 203, ma traduction. Texte original : « At a minimum it seems that popular music (...)

« [p]our le moins, il semble que la musique populaire joue un rôle constant dans la construction d’une identité nationale. […] on a suggéré que les artistes de la musique populaire arrivaient à résumer quelque chose de la nation. L’état-nation a besoin d’entretenir un sentiment d’appartenance et la musique populaire a constitué le lieu où celui-ci a été recherché et articulé2 ».

  • 3 Grenier L., « Si le “Québécois pure laine” m’était chanté ! Réflexions sur la spécificité (...)
  • 4 Ibid., « “Je me souviens”… en chansons : articulations de la citoyenneté culturelle et de (...)
  • 5 À ce sujet, voir Roy B., Pouvoir chanter. Essai d’analyse politique, Montréal, VLB Éditeur (...)

3Pas étonnant alors que la chanson québécoise – du moins une certaine chanson québécoise – soit devenue, comme l’affirme Line Grenier, l’expression par excellence du « Québec, son peuple et son histoire3 », et même que l’histoire de la chanson québécoise serait « celle du “peuple” québécois4 ». Mais peut-on écrire une histoire nationale au moyen de la chanson populaire ? Il est vrai qu’au Québec, la chanson politique a pris son essor sous le Régime Anglais et la chanson patriotique apparaît dès 18295. Avec la Révolution tranquille, la chanson nationaliste des années 1960 et 1970 s’inscrit dans ce mouvement d’affirmation identitaire et de revendications politiques, et encore aujourd’hui chanson et nation se conjuguent.

  • 6 Fortin A., « De l’art et de l’identité collective au Québec », Recherches sociographiques, (...)

4Ainsi, au Québec, selon Andrée Fortin, les années 1960 sont les années de la poésie et de la chanson où « le Je et le Nous se confondent », créant une « utopie – sociale – de la parole6 ». C’est-à-dire que

  • 7 Ibid., p. 56-57.

« [l]a parole dans les années 1960 pose les contours du Nous québécois et ce faisant, contribue à le définir. […] Dire le monde est la première étape pour le changer. On ne parle plus des Canadiens français, mais des Québécois. Dans ce projet, le politique apparaît indissociable du culturel, et le collectif de l’individuel7 ».

  • 8 Ibid., p. 58.

5Bref dans les années 1960 et 1970, « l’art exprime très explicitement des identités, essentiellement collectives8 ». Entre autres, c’est la chanson populaire qui exprime cette identité nationale, en particulier les chansons de chansonniers ou auteurs-compositeurs-interprètes – ceux dont on a dit qu’ils faisaient de la chanson « poétique » – comme Félix Leclerc, Gilles Vigneault et Claude Gauthier, dans le sillage de la « poésie du pays » des années 1950 puis 1960 de Gaston Miron, Paul Chamberland et Yves Préfontaine. Certaines de ces chansons ont accumulé, avec le temps, une importante charge symbolique, comme « Gens du pays » de Gilles Vigneault, interprétée pour la première fois le 24 juin 1975 lors de la Fête nationale du Québec et entonnée par René Lévesque au soir de la défaite du Référendum du 20 mai 1980, devenant ainsi un lieu de mémoire.

  • 9 Poumet J., « Présentation », L’Allemagne aujourd’hui, no 173, juillet-septembre 2005, [htt (...)

6Toutefois dans quelle mesure et à quelles conditions une chanson populaire, art du présent, peut-elle justement devenir un lieu de mémoire au sens où l’entend Pierre Nora, c’est-à-dire un « point de cristallisation d’un héritage collectif » ? Fortement symboliques, selon Nora, les lieux de mémoire « servent de repères historiques à la collectivité, ils condensent l’image qu’elle a de son histoire en faisant intervenir autant l’émotionnel que le rationnel9 ». Faut-il dès lors s’étonner que la chanson populaire, comme pratique culturelle, s’approprie des lieux de mémoire et les réactualise, ou même qu’elle s’inspire de l’histoire ? Trois exemples nourriront cette réflexion sur la chanson populaire comme vecteur de l’histoire, de la mémoire et de l’identité nationale.

Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québécoise(1998)

  • 10 Artistes variés, Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québécoise, 3 CDs Audi (...)
  • 11 S. a., « Présentation », livret de Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québ (...)
  • 12 Tout autant que l’illustration de la pochette. On peut voir cette pochette et consulter la (...)
  • 13 À ce sujet, voir Couillard J., Répertoire des succès de la chanson francophone 1950-2003, (...)
  • 14 Entre 1968 et 1977 selon Robert Giroux. Voir Giroux R., avec la collaboration de Constance (...)
  • 15 Landry G., « Chansons du temps qu’il fait », livret de Je me souviens. Coffret commémorati (...)
  • 16 S. a., « Présentation », livret de Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québ (...)
  • 17 Au sens où l’entend Benedict Anderson dans Imagined Communities. Reflections on the Origin (...)
  • 18 « Je suis de sucre et d’eau d’érable/De Pater Noster, de Credo/Je suis de dix enfants à ta (...)
  • 19 S. a., livret de Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québécoise, p. 39.
  • 20 « Viens/Un nouveau jour va se lever/Et son soleil/Brillera pour la majorité qui s’éveille/ (...)
  • 21 Par exemple, « Le ciel se marie avec la mer » de Jacques Blanchet qui a remporté le premie (...)
  • 22 Par exemple, « Comme j’ai toujours envie d’aimer » (1970) de Marc Hamilton qui « [b]ien av (...)
  • 23 Par exemple « L’hiver » (1963) de Gilles Vigneault et Claude Léveillé ainsi que « Maurice (...)

7Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québécoise (1998)10 a été produit pour souligner le 50e anniversaire de l’adoption du fleurdelysé comme drapeau officiel du Québec. Cette compilation comprend trois disques audionumériques accompagnés d’un livret contextualisant et commentant les 50 chansons retenues en fonction d’un nationalisme identitaire puisque « la chanson est un véhicule exceptionnel pour dire qui nous sommes, pour nommer le pays, pour crier haut et fort que nous existons11 ». Le titre même du coffret, qui reprend la devise du Québec, suggère un programme d’histoire nationale12. Cependant, si l’année de composition de chaque pièce est précisée et que les versions originales sont privilégiées, les chansons ne sont pas présentées de façon chronologique. Il ne s’agit donc pas ici de construire un récit, mais bien de commémorer, c’est-à-dire rappeler le souvenir, et de faire résonner la fibre nationale. Par ailleurs, 41 des 50 chansons ont été des chansons à succès13 et la moitié des chansons retenues datent des années 1960 et surtout 1970 qui constitueraient l’« âge d’or de la chanson québécoise14 ». Si par le succès qu’elles ont connu, ces chansons ont pu cristalliser des émotions ou constituer des symboles rassembleurs, et donc ont pu devenir des lieux de mémoire, ce ne sont cependant pas les paroles mêmes des chansons mais plutôt les commentaires du livret qui leur attribuent surtout une valeur identitaire, en rappelant par exemple le contexte de leur composition ou en proposant une interprétation des paroles, et en font des chansons nationalistes pour construire une mémoire collective. En fait, deux chansons seulement ont un rapport plus direct avec l’histoire nationale : « Le drapeau de Carillon », ancêtre du fleurdelysé, sur un poème d’Octave Crémazie, considéré comme étant le premier poète national, ainsi que « Un soir de février » de Félix Leclerc qui, par son titre, fait allusion à la signature du traité de Paris du 10 février 1763 cédant la Nouvelle-France à l’Angleterre. En fait, si cette compilation propose un récit, c’est celui d’une histoire de la chanson québécoise, essentiellement depuis 1960, comme en témoigne l’introduction15, renvoyant à une conception de la chanson comme moyen d’affirmation nationale, conception contemporaine de la Révolution tranquille. Conçu comme « un hommage au fleurdelysé et un salut à tous les artistes qui […] constituent des ambassadeurs de premier plan du pays québécois16 », ce coffret active la nostalgie d’une chanson nationaliste, représentation d’une nation imaginée ou construction d’un imaginaire national17 avec ses symboles et ses valeurs, en privilégiant la chanson « poétique » (ou « chanson à texte »), plus qu’il ne veut témoigner de l’histoire. Si certaines chansons ont un message identitaire et politique clair, comme « Le plus beau voyage » (1972) de Claude Gauthier18, la plupart portent un message plus social ou plus diffus, que le commentaire interprète selon une perspective nationaliste. Par exemple, la chanson de Jacques Michel « Un nouveau jour va se lever » (1970) exprime bien sûr « l’éveil d’une majorité qui commence à prendre conscience de ses richesses et de son potentiel » mais le commentaire la présente aussi comme étant une « chanson d’espoir, de revendication et d’affirmation nationale19 », ce qui n’est pas clairement exprimé par les paroles20. D’autres encore trouvent leur place dans cette compilation à cause de leur « rayonnement21 », de celui de leur interprète22, ou du symbole qu’elles véhiculent23. En commémorant un fait historique rassembleur devenu lieu de mémoire – l’adoption unanime du fleurdelysé comme drapeau national – par des chansons à succès, ce coffret fait le pari que souligner la dimension politique de la chanson populaire peut contribuer à la construction d’une identité nationale.

« Je m’en souviens » des French B : la chanson et le vidéoclip

  • 24 On peut visionner le clip sur Youtube à l’adresse [http://www.youtube.com/watch?v=2FZXQZJx (...)
  • 25 Sans compter le jeu de mot sur « bilingual » qui, échantillonné devient « bi-bi » ou si l’ (...)

8Un second exemple permettra de se pencher sur l’apport de la dimension visuelle à la dimension sonore, avec la chanson et surtout le vidéoclip24 « Je m’en souviens » (1991) du groupe French B, formé de Richard Gauthier et Jean-Robert Bisaillon à la fin des années 1980, dont l’esthétique privilégie l’exploration musicale avec un mélange de rythmes technos, de rock et d’échantillonnage. La chanson propose un texte récité plutôt que chanté, sur fond de leitmotivs : une voix masculine répétant comme un mantra « Bill one-o-one » (pour la loi 101 ou Charte de la langue française qui faisait du français la langue officielle du Québec en 1977), et une voix féminine chantant « Je me souviens », ponctuée d’un échantillonnage d’éléments identitaires que l’on veut justement rappeler à notre mémoire, comme des extraits de discours politiques des années 1970 et 1980, incluant des extraits en anglais (« assimilation of the French speaking population25 »), une ritournelle folklorique ou « Mon pays » entonné par Gilles Vigneault. Le titre, qui renvoie à la devise du Québec, souligne ce risque d’oublier qui on est et l’importance de rappeler certains faits à notre mémoire (collective). Pour ce faire, l’échantillonnage sonore, par un recours à des documents d’archives, vient appuyer les paroles de la chanson en intégrant des éléments fortement symboliques liés à l’identité nationale dont on se souvient (leitmotiv), en rapport avec la question de la langue (loi 101) et donc de l’assimilation, la langue étant au cœur de cette identité nationale. On fera entre autres référence à des auteurs fortement associés à l’identité nationale ([Michel] Tremblay, [Jacques] Ferron, [Claude] Gauvreau]) en plus de formuler un message très clair, celui d’une identité francophone menacée : « Je m’en souviens d’la langue/mais pour combien de temps/[…] T’en souviens-tu d’la langue ?/Do you remember when we were French ? »

9Le vidéoclip a aussi recours à des images d’archives, qu’il s’agisse de politiciens, d’événements, de symboles, d’œuvres ou d’artistes importants pour la définition d’une identité québécoise, qu’ils aient une connotation politique ou non, comme les figures de Pierre E. Trudeau et Pierre Bourgault, le désormais célèbre « Vive le Québec libre ! » lancé par le général de Gaulle du haut du balcon de l’hôtel de ville de Montréal le 24 juillet 1967, ce militant qui pleure avec son bébé dans les bras à l’annonce des résultats du référendum de 1980, Expo 67, les Jeux olympiques de Montréal, les motoneiges et les avions CL215 de Bombardier, la parade de la Saint-Jean-Baptiste et le Patriote tel que dessiné par Henri Julien, ou encore des images, en filigrane derrière la jeune fille qui répète « Je me souviens », de l’entrée de l’armée canadienne dans les rues de Montréal lors de la crise d’octobre de 1970 et le visage d’artistes engagés comme Félix Leclerc, Gilles Vigneault et Pauline Julien. Des lieux de mémoire sont donc convoqués par les paroles et par les images ; ces événements historiques et ces symboles sont rappelés à la mémoire pour nourrir un discours engagé, cherchant à sensibiliser à une certaine urgence d’agir. « Je m’en souviens » puise dans l’Histoire (documents d’archives), pour solliciter et réactualiser le patrimoine mémoriel, tout en renvoyant à la même idée de nation que le coffret commémoratif Je me souviens.

Le projet Légendes d’un peuple d’Alexandre Belliard

  • 26 L’artiste a un site web où il présente ses Légendes d’un peuple à l’adresse [http://www.le (...)
  • 27 Montpetit C., Le Devoir, 10 février 2012, p. C10.
  • 28 Bande à part, [http://www.bandeapart.fm/#/page/artistes-alexandre-belliard], consulté le 7 (...)
  • 29 « Productions de l’onde/artistes/A lexandre Belliard », [http://www.delonde.com/artistes/a (...)
  • 30 Au moment d’écrire ces lignes, on annonçait un troisième tome pour l’automne 2013.
  • 31 « J’ai l’idée de faire une dizaine de tomes, au moins, pour bâtir un coffret, quelque chos (...)

10Projet à visée historique, Les légendes d’un peuple d’Alexandre Belliard26 proposent une « série sur l’histoire des francophones en Amérique27 » en chansons. L’artiste, né en 1976, l’année même où le Parti québécois de René Lévesque a été porté au pouvoir pour la première fois, a d’abord publié deux recueils de poésie avant d’entreprendre une carrière d’auteur-compositeur-interprète avec un album éponyme de dix chansons en 2001 qui n’a pas été commercialisé. Depuis, il a trois albums à son actif dont les deux premiers ont été autoproduits. Dans ces trois premiers albums, « Alexandre Belliard fait un folk-rock engagé qui aborde autant l’amour, […] que la décadence, la politique ou encore la critique sociale28 ». En 2011, il entreprend son projet « Légendes d’un peuple, spectacle-conférence sur l’histoire du Québec et de l’Amérique francophone, où l’artiste alterne chansons et anecdotes à saveur historiques et culturelles29 ». Les deux premiers tomes sont parus respectivement en février et décembre 201230. D’autres pourraient suivre, Belliard ayant affirmé prévoir une dizaine de tomes31.

11Les deux albums des Légendes d’un peuple contiennent chacun onze chansons et sont accompagnés d’un livre comprenant les paroles des chansons ainsi que des illustrations et des textes où l’historien Gilles Laporte, spécialiste de la rébellion de 1837-1838, contextualise chaque chanson et développe l’aspect historique qui les a inspirées. Car à ce projet artistique se greffe un aspect pédagogique :

  • 32 Bouchard G., « Alexandre Belliard. Artisanat musical », Le Soleil, 18 février 2012, p. W6.

« Légendes d’un peuple s’assoit sur une préoccupation pédagogique, Alexandre Belliard l’avoue d’emblée. Davantage que les salles de spectacle “conventionnelles”, ce sont les écoles, les sociétés d’histoire et les bibliothèques qui accueillent le musicien. Il se fait d’ailleurs un point d’honneur d’adapter son contenu au lieu où il est appelé à se produire32. »

  • 33 Gouvernement du Québec, « détail – liste des artistes – ministère de la Culture et des Com (...)

12De plus, le projet inclut un volet « artistes à l’école », un programme du ministère de la Culture et des Communications du Québec, avec des ateliers où « les jeunes sont invités à synthétiser, sous forme d’une chanson, une portion de l’histoire du Québec33 ».

  • 34 Belliard A., Légendes d’un peuple, t. I, p. 4.
  • 35 Ibid., p. 4.

13Dans l’avant-propos du premier tome des Légendes d’un peuple, Belliard explique que son projet a pris son essor à la suite d’une rencontre avec Laporte qui lui a suggéré la lecture de La Légende d’un peuple (1887), poème épique de Louis Fréchette. Le projet est alors devenu pour lui « l’occasion inouïe d’allier [s]a passion pour l’histoire, la poésie, la littérature, la musique et la politique “en un seul projet nombreux”, pour paraphraser Gaston Miron34 », s’inscrivant ainsi dans la foulée des artistes et poètes des années 1960 et 1970 qui ont milité pour la souveraineté du Québec. Il souhaite « chanter l’histoire des francophones d’Amérique35 » :

  • 36 Ibid., p. 5. Nous soulignons.

« Ce nouveau monde, c’est l’histoire qu’on m’avait trop peu enseignée ; celle de l’établissement des francophones en Amérique et des relations avec les Premiers Peuples qui y vécurent bien avant eux. J’offre ainsi ces chansons, comme un espoir donné aux souvenirs afin de célébrer et de partager la mémoire de ces hommes et de ces femmes qui, comme nous, ont rêvé, aimé et bâti ce pays36 »,

  • 37 Voir entre autres le dossier du journal Le Devoir sur l’enseignement de l’Histoire à l’adr (...)

ajoute-t-il, son commentaire faisant écho au débat sur l’enseignement de l’histoire au Québec ayant cours depuis quelques années37. Dans l’avant-propos, à caractère politique, du second tome, Belliard élargit la perspective à l’ensemble de la francophonie canadienne, et réitère son engagement envers les Amérindiens :

  • 38 Belliard A., Légendes d’un peuple, op. cit., t. II, p. 5.

« Je suis tout aussi fier de ces milliers de francophones de partout au Canada qui luttent, tous les jours, pour qu’une école ou un hôpital demeure francophone et que leur culture reste bien vivante. J’espère qu’un Québec souverain leur sera un allié puissant dans leur lutte. Je dédie cet album à tous les exilés, les expatriés, les aventuriers ainsi qu’à leur [sic] descendants qui ont ouvert cette vaste et grandiose terre d’Amérique et qui continuent de la faire vibrer. Je salue ici aussi les Premiers Peuples qui les ont accueillis38. »

  • 39 Montpetit C., Le Devoir, 10 février 2012, p. C10.

14C’est ainsi que « [t]roubadour des temps modernes, Alexandre Belliard raconte l’histoire du Québec en chansons39 ».

  • 40 « Inspirés par toutes sortes d’idéologies en vogue dans les Amériques comme en Europe : le (...)

15Toutefois, aucun des deux albums n’offre de récit : les chansons ne suivent pas un ordre chronologique et il n’y a pas de lien entre elles, hormis le fait qu’elles brossent le portrait d’un personnage ou rappellent un événement historiques. Même les commentaires du livre qui accompagne le disque n’établissent pas de lien entre les chansons. Il ne s’agit donc pas d’une véritable mise en récit, mais d’un recours à l’histoire par le choix de moments et de personnages historiques. Ainsi, le premier tome couvre une période allant de 1617 avec une chanson sur Marie Rollet, pionnière de Québec avec son mari Louis Hébert, jusqu’à 1976 et 1980 avec la figure de René Lévesque, alors que le second s’échelonne de 1610, année où Étienne Brûlé va vivre chez les Hurons à la demande de Champlain dans une région qui fait partie aujourd’hui de l’Ontario, jusqu’à 1893 avec l’aventure au Klondike d’Émilie Fortin et Nolasque Tremblay originaires du lac Saint-Jean. C’est dire aussi que tous les portraits ou les faits historiques retenus ne sont pas uniquement politiques. Par ailleurs, au fil des deux albums, il appert que le récit fondateur convoqué est non pas la conquête de 1760, mais bien la rébellion de 1837-1838. Cet épisode de l’histoire du Québec, véritable lieu de mémoire, associé à la figure de Papineau est ici privilégiée parce qu’il renvoie à un « projet de refondation40 » tout à fait en accord avec la mouvance nationaliste de la Révolution tranquille à laquelle adhère Belliard. Dans le premier tome, deux chansons y sont consacrées : « Saint-Denis », première chanson de l’album, qui relate la bataille – et la victoire – des Patriotes à Saint-Denis-sur-Richelieu le 23 novembre 1837, ainsi que « Papineau » qui esquisse le portrait de chef du Parti patriote. Le tome 2 en contient aussi deux, soit « Lettres à Judith – Exil aux Bermudes » (lettre du patriote exilé Siméon Marchesseault à son épouse) et la complainte « Un Canadien errant » (1842), hymne aux patriotes exilés d’Antoine Gérin-Lajoie. De plus, le tome 1 inclut une chanson sur l’historien François-Xavier Garneau, auteur de la première Histoire du Canada (1845-1848), première réponse au rapport de Lord Durham de 1839, commandé suite aux événements de 1837-1838, qui disait de ce peuple du Bas-Canada qu’il était « sans histoire et sans littérature ».

16D’ailleurs, un aspect littéraire s’inscrit dans cette vision de l’histoire puisque la série est associée aux auteurs de l’École patriotique de Québec (1860-1900) autour du poète et libraire Octave Crémazie et du projet de fondation d’une littérature nationale de l’abbé Henri-Raymond Casgrain. En effet, la lecture de la Légende d’un peuple de Fréchette, membre de ce mouvement littéraire, a inspiré Belliard, qui a choisi de mettre en chanson des poèmes de Crémazie et Fréchette, du poète du terroir William Chapman et de l’historien F.-X. Garneau. Il a aussi choisi de mettre en musique ou d’évoquer des œuvres engagées dans la mouvance nationaliste des années 1960 et 1970 avec « La prise de parole » de Michèle Lalonde et « En un seul peuple rapaillé » où il fait allusion à la « poésie du pays » de Gaston Miron.

  • 41 On peut visionner tous les clips sur le site d’Alexandre Belliard. Certains sont disponibl (...)
  • 42 Ces sources sont citées au générique à la fin du vidéoclip.

17Par ailleurs, des fans ont réalisé des vidéoclips pour certaines chansons et Belliard les a inclus sur son site web, les cautionnant par le fait même41. Le choix des chansons de même que leur mise en images confirment la conception identitaire de l’histoire du Québec telle que Belliard la présente et souhaite la chanter. Il s’agit des chansons les plus politiques des albums : « Saint-Denis » (sur le poème de Louis Fréchette) relatant l’éclatante victoire des Patriotes ; « Papineau », un portrait de l’homme politique charismatique qui a guidé les Patriotes dédié au cinéaste nationaliste Pierre Falardeau ; « Quelque chose comme un grand peuple », dont le titre reprend les paroles de René Lévesque au soir de la victoire du Parti québécois le 15 novembre 1976 et rappelle, à la première personne, la carrière du journaliste devenu homme politique ; ainsi que « Callières », portrait du gouverneur à l’origine de la paix de Montréal de 1701 avec les Amérindiens à l’époque de la Nouvelle-France. Si les trois premières chansons cadrent parfaitement avec l’aspect nationaliste du projet dont le récit fondateur est la rébellion des Patriotes, la quatrième en illustre la visée inclusive en faisant une place aux « Premiers Peuples ». Par ailleurs, une constante esthétique se dégage de tous les clips : en effet, tous sont strictement des illustrations des paroles des chansons sans aucune image de la performance de l’artiste, et tous ont recours à l’utilisation d’extraits de films, de reportages, d’images d’archives, d’œuvres picturales et de reconstitutions. Ainsi, dans « Saint-Denis », le récit de la victoire des Patriotes est mis en scène entre autres par des extraits de films42 de Marcel Carrière (« Saint-Denis dans l’temps »), Michel Brault (« Quand je serai parti vous vivrez encore »), Claude Jutras (« Kamouraska ») et Gilles Carles (« Épopée en Amérique »), auxquels s’ajoutent des images de manifestations plus actuelles où le fleurdelysé est déployé. Le second clip sur la chanson « Papineau » a recours au même procédé avec des images de la reconstitution d’un discours de Papineau, incluant des illustrations d’époque, ainsi que le croquis des visages de tous les Patriotes pendus le 15 février 1839 alors que la chanson énumère leurs noms avec, en finale, le portrait de Louis-Joseph Papineau. De même, le troisième clip, « Quelque chose comme un grand peuple », fait le portrait de René Lévesque en ayant recours à des images d’archives de Radio-Canada : extraits de l’émission Point de mire qu’il a animée à la fin des années 1950, de son discours de la victoire de 1976 et de celui de la défaite au référendum de 1980, de même que le fameux « Vive le Québec libre ! » du général de Gaulle. À ces lieux de mémoire, s’ajoutent des images tout à fait contemporaines des manifestations des « Carrés rouges » au printemps 2012 à Montréal, comme pour actualiser le propos inspiré du passé et en montrer la résonance au présent. Enfin, le clip se termine, après la fin de la chanson, par un extrait du discours de la défaite au référendum de 1980 – autre lieu de mémoire – alors que la foule entonne « Mon cher René, c’est à ton tour de te laisser parler d’amour », rendant ainsi hommage à l’homme politique qui a durablement marqué l’imaginaire des Québécois. Même stratégie encore pour le quatrième clip faisant le portrait du gouverneur de la Nouvelle-France Louis-Hector de Callières : recours à des documents d’époque et reconstitutions, à quoi s’ajoutent des images des grands espaces et des paysages d’hiver – le pays imaginé –, de même que de la « bonne entente » entre les Amérindiens et les coureurs des bois.

18Cependant peut-on pour autant affirmer que Belliard est en train d’écrire une histoire nationale à partir de chansons ? Ses chansons proposent des portraits de personnages historiques ou constituent des micro-récits d’événements historiques marquants, mais ne construisent pas un récit chronologique. Par contre, il nourrit la mémoire à partir d’une histoire nationale et de ses héros – ce sont des légendes qu’il propose, la légende étant un « récit populaire traditionnel, plus ou moins fabuleux » ou une « [r]eprésentation de faits ou de personnages réels, accréditée dans l’opinion, mais déformée, ou amplifiée par l’imagination, la partialité » (Le Robert). Le projet a davantage un caractère politique, comme en témoignent le choix des événements et des personnages ainsi que les textes et les commentaires de Belliard. En fait, le projet acquiert sa légitimité historique grâce à la collaboration de deux historiens : Gilles Laporte qui signe les textes d’accompagnement et de contextualisation des chansons et Éric Bédard qui signe la préface du second tome. Par ailleurs, il acquiert une légitimité littéraire par le choix de son titre renvoyant à l’œuvre de Fréchette, de même que l’inclusion de poèmes d’écrivains associés à l’École patriotique de Québec et au mouvement de littérature nationale du xixe siècle. Enfin, il tire sa légitimité artistique au sein de la chanson québécoise de la préface du premier tome signée par Richard Séguin, connu pour son engagement envers la cause nationaliste, et, pour le second album, de la collaboration de Séguin et de Daniel Boucher, auteur-compositeur-interprète lui aussi fortement identifié à la cause nationaliste.

  • 43 Bouchard G., La nation québécoise au futur et au passé, Montréal, VLB Éditeur, 1999, p. 13
  • 44 Ibid., p. 108.
  • 45 Létourneau J., Passer à l’avenir. Histoire, mémoire, identité dans le Québec d’aujourd’hui(...)
  • 46 Ibid., p. 123.
  • 47 Ibid., p. 128.
  • 48 Ibid., p. 151.
  • 49 Bouchard G., La nation québécoise…, op. cit., p. 98.

19À défaut de constituer une véritable histoire, ces chansons, ce projet, pourront-ils à leur tour devenir un lieu de mémoire ? Il faudra attendre la suite avant de poser un jugement définitif, bien que l’on puisse affirmer que les chansons ont déjà une résonnance comme en témoignent les clips. Par ailleurs, tout indique que c’est la Rébellion qui s’impose comme principal lieu de mémoire. On ne peut aussi que constater que ces Légendes d’un peuple s’inscrivent dans la « boulimie commémorative » qu’évoquait Pierre Nora, et confirment ce que remarquait Gérard Bouchard au tournant du millénaire, à savoir que… « a vieille identité canadienne-française semble connaître présentement une résurgence [… ]43 et que dans le contexte de la mondialisation, au sentiment d’une perte des repères identitaires au tournant du siècle correspond un « fourmillement mémoriel sans précédent44 ». Le projet de Belliard de construire une histoire nationale, tel qu’il se développe actuellement, ne cadre pas cependant avec les réflexions de Jocelyn Létourneau pour qui l’histoire du Québec ne doit pas se limiter à la perspective de la question nationale45 et selon qui il ne faut plus penser la société québécoise à partir de la « survivance46 », qui souligne même la nécessité et la « difficulté d’“impenser” son (petit) pays47 » et affirme la nécessité de réinterpréter l’expérience historique québécoise48, tout comme Bouchard qui propose de repenser l’histoire : « Le défi consiste désormais à fonder la cohésion collective le plus loin possible de l’ethnicité, hors de l’unanimité idéologique et de l’homogénéité culturelle, dans le respect des croyances et des différences de toutes sortes49. »

  • 50 Fortin A., « De l’art et de l’identité collective au Québec », Recherches sociographiques, (...)

20Que nous apprennent ces exemples au sujet de la chanson comme vecteur de l’histoire, de la mémoire et de l’identité ? Tous les trois témoignent d’une volonté d’affirmation d’une identité nationale forte à travers une pratique culturelle populaire. Ils confirment également l’existence d’une chanson nationaliste qui se nourrit de lieux de mémoire – et contribue même peut-être à en créer de nouveaux – pour porter son message. Personnages et faits historiques sont ici au service non seulement d’une mémoire collective, mais d’une identité nationale, sociale et culturelle, qui prend essentiellement appui sur deux récits fondateurs : la Révolution tranquille et la rébellion des Patriotes. Par ailleurs, il appert qu’une certaine pratique de la chanson populaire participe d’une révolution mémorielle tout à fait contemporaine qui valorise la mémoire (je m’en/me souviens) plutôt que l’histoire, ici dans une perspective identitaire. Mais ce qu’il faut peut-être encore davantage méditer, c’est, comme l’affirme Andrée Fortin, que « [l]’art exprime, mais aussi façonne les identités50 ».

Notes

1 Cloonan m., « Pop and the Nation-State: Towards a Theorisation », Popular Music, vol. 18, no 2, mai 1999, p. 201, ma traduction. Texte original : « [H]istorically music has often played an important role in constructing national identity. Generally it has been classical and folk music that have been used in such constructions, but it is also often claimed that pop has the capacity to say something about the particular Nation-State from which it allegedly sprung. »

2 Ibid., p. 203, ma traduction. Texte original : « At a minimum it seems that popular music has a continuing role to play in constructing national identity. […] popular musicians have been said to encapsulate something about the nation. Nation-States need to foster allegiances and pop has been one of the sites where such allegiances have been sought and articulated. »

3 Grenier L., « Si le “Québécois pure laine” m’était chanté ! Réflexions sur la spécificité de la musique francophone au Québec », in D. Saint-Jacques et R. De la Garde (dir.), Les pratiques culturelles de grande consommation, Québec, CEFAN et Nuit blanche Éditeur, 1992, p. 95.

4 Ibid., « “Je me souviens”… en chansons : articulations de la citoyenneté culturelle et de l’identitaire dans le champ musical populaire au Québec », Sociologie et sociétés, vol. XXIX, no 2, automne 1997, p. 32.

5 À ce sujet, voir Roy B., Pouvoir chanter. Essai d’analyse politique, Montréal, VLB Éditeur, 1991 ainsi que la revue Chansons, vol. 18, no 2 (p. 15 pour une liste de chants patriotiques).

6 Fortin A., « De l’art et de l’identité collective au Québec », Recherches sociographiques, LII, 1, 2011, p. 56.

7 Ibid., p. 56-57.

8 Ibid., p. 58.

9 Poumet J., « Présentation », L’Allemagne aujourd’hui, no 173, juillet-septembre 2005, [http://allemagne-aujourdhui.septentrion.com/FR/ALLEMAGNE173/POUMET.html], consulté le 9 juin 2013.

10 Artistes variés, Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québécoise, 3 CDs Audio, étiquette Select Distributions, GSI Musique, GSIC3987, 17 novembre 1998. Rappelons que ce coffret a été produit trois ans après le second référendum sur la souveraineté du Québec d’octobre 1995.

11 S. a., « Présentation », livret de Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québécoise, p. 1.

12 Tout autant que l’illustration de la pochette. On peut voir cette pochette et consulter la liste des chansons à l’adresse [http://www.amazon.ca/music/dp/B000065GVR], consulté le 9 août 2013.

13 À ce sujet, voir Couillard J., Répertoire des succès de la chanson francophone 1950-2003, Montréal, Les Éditions internationales Alain Stanké, 2003, 511 p.

14 Entre 1968 et 1977 selon Robert Giroux. Voir Giroux R., avec la collaboration de Constance Havard et Rock Lapalme, Le guide de la chanson québécoise, Montréal/Paris, Triptyque/Syros Alternatives, 1991, 179 p.

15 Landry G., « Chansons du temps qu’il fait », livret de Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québécoise, p. 2-4.

16 S. a., « Présentation », livret de Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québécoise, p. 1.

17 Au sens où l’entend Benedict Anderson dans Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres/New York, Verso, 1991 (édition révisée) (1983), 224 p.

18 « Je suis de sucre et d’eau d’érable/De Pater Noster, de Credo/Je suis de dix enfants à table/Je suis de janvier sous zéro […] Je suis d’octobre et d’espérance […] Je suis prévu pour l’an deux mille/Je suis notre libération. »

19 S. a., livret de Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québécoise, p. 39.

20 « Viens/Un nouveau jour va se lever/Et son soleil/Brillera pour la majorité qui s’éveille/Comme un enfant/ Devenu grand avec le temps. » On pourra consulter les paroles entre autres sur le site [http://www.cyberus.ca/˜rg/ch_m003.htm], consulté le 12 août 2013.

21 Par exemple, « Le ciel se marie avec la mer » de Jacques Blanchet qui a remporté le premier prix du premier Concours de la chanson canadienne en 1957.

22 Par exemple, « Comme j’ai toujours envie d’aimer » (1970) de Marc Hamilton qui « [b]ien avant Céline Dion ou Rock Voisine, […] a été le premier à créer une chanson qui a fait le tour de la planète », s. a., livret de Je me souviens. Coffret commémoratif de la chanson québécoise, p. 38.

23 Par exemple « L’hiver » (1963) de Gilles Vigneault et Claude Léveillé ainsi que « Maurice Richard » (1971) célèbre hockeyeur et héros des Canadiens français, de Pierre Létourneau.

24 On peut visionner le clip sur Youtube à l’adresse [http://www.youtube.com/watch?v=2FZXQZJxZRk], consulté le 9 août 2013.

25 Sans compter le jeu de mot sur « bilingual » qui, échantillonné devient « bi-bi » ou si l’on veut « bye bye » et qui donne : « bi-bi- (bye bye)/bilingual signs », « bye bye French speaking population » et « bye bye Quebec history ».

26 L’artiste a un site web où il présente ses Légendes d’un peuple à l’adresse [http://www.legendesdunpeuple.com/index.html], consulté le 9 août 2013.

27 Montpetit C., Le Devoir, 10 février 2012, p. C10.

28 Bande à part, [http://www.bandeapart.fm/#/page/artistes-alexandre-belliard], consulté le 7 juin 2013.

29 « Productions de l’onde/artistes/A lexandre Belliard », [http://www.delonde.com/artistes/artistes.php?a=9#Bio], consulté le 9 juin 2013.

30 Au moment d’écrire ces lignes, on annonçait un troisième tome pour l’automne 2013.

31 « J’ai l’idée de faire une dizaine de tomes, au moins, pour bâtir un coffret, quelque chose de substantiel », en entrevue à Tremblay K., « Dire et chanter la fierté francophone », La Tribune, 7 février 2013, p. 13.

32 Bouchard G., « Alexandre Belliard. Artisanat musical », Le Soleil, 18 février 2012, p. W6.

33 Gouvernement du Québec, « détail – liste des artistes – ministère de la Culture et des Communications », URL : [http://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=3414&tx_culteduc_pi1[showUid]=2540&cHash=4e1c6fc8958cb2e250b47ef37222210c], consulté le 11 juin 2013.

34 Belliard A., Légendes d’un peuple, t. I, p. 4.

35 Ibid., p. 4.

36 Ibid., p. 5. Nous soulignons.

37 Voir entre autres le dossier du journal Le Devoir sur l’enseignement de l’Histoire à l’adresse [http://www.ledevoir.com/dossiers/l-enseignement-de-l-histoire-un-enjeu/7], consulté le 9 août 2013.

38 Belliard A., Légendes d’un peuple, op. cit., t. II, p. 5.

39 Montpetit C., Le Devoir, 10 février 2012, p. C10.

40 « Inspirés par toutes sortes d’idéologies en vogue dans les Amériques comme en Europe : le libéralisme, la souveraineté des peuples, l’indépendance, l’égalité sociale, la démocratie populaire et le principe de nationalité, certains membres de l’élite envisagent par ailleurs, d’une manière plus ferme qu’auparavant, la possibilité de sortir de l’Empire, voire l’éventualité de restructurer la société autour d’un projet de refondation tous azimuts basé sur l’idée républicaine. Louis-Joseph Papineau, chef charismatique du Parti patriote, devient le symbole en même temps que l’épine dorsale de cette perspective qui séduit vivement à défaut de convaincre largement. Nous sommes au printemps 1837 », Létourneau J., Que veulent vraiment les Québécois ?, Montréal, Boréal, 2006, p. 35-36.

41 On peut visionner tous les clips sur le site d’Alexandre Belliard. Certains sont disponibles sur Youtube.

42 Ces sources sont citées au générique à la fin du vidéoclip.

43 Bouchard G., La nation québécoise au futur et au passé, Montréal, VLB Éditeur, 1999, p. 13.

44 Ibid., p. 108.

45 Létourneau J., Passer à l’avenir. Histoire, mémoire, identité dans le Québec d’aujourd’hui, Montréal, Boréal, 2000, p. 18-19.

46 Ibid., p. 123.

47 Ibid., p. 128.

48 Ibid., p. 151.

49 Bouchard G., La nation québécoise…, op. cit., p. 98.

50 Fortin A., « De l’art et de l’identité collective au Québec », Recherches sociographiques, LII, 1, 2011, p. 49.

Auteur

Johanne Melançon est professeure titulaire au département d’études françaises de l’université Laurentienne où elle enseigne la chanson et la littérature de l’Ontario français et du Québec. Ses publications et ses recherches portent sur l’œuvre de poètes, romanciers et dramaturges franco-ontariens, de même que sur la chanson québécoise et la chanson franco-ontarienne. Chercheure associée à la Chaire de recherche sur les cultures et les littératures francophones du Canada, elle a codirigé avec Lucie Hotte une Introduction à la littérature franco-ontarienne (Prise de parole, 2010 ; mention au prix Champlain 2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540