Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Quatrième partie. Construire et transmettre la mémoire

Premières impressions du Canada d’André Siegfried : le voyage de 1898

Jean-Michel Lacroix

Texte intégral

  • 1 Cf. une communication intitulée « Le Canada, puissance internationale, variations sur un t (...)
  • 2 Sanguin A.-L., André Siegfried, un visionnaire humaniste entre géographie et politique, Pa (...)

1Le propos n’est pas de rappeler ici la contribution scientifique d’André Siegfried (1875-1959), André-Louis Sanguin avait déjà eu l’occasion dans un colloque précédent de l’AFEC1 d’évoquer sa vision du Canada avant de publier un livre consacré au pionnier des études nord-américaines2. L’enfance havraise (le port du Havre est le cadre naturel qui prédispose à l’ouverture internationale, véritable fenêtre ouverte sur les pays transocéaniques) dans un milieu anglo-helvético-alsacien et protestant explique en grande partie la personnalité culturelle d’André Siegfried. L’attention toute particulière accordée aux mondes « anglo-saxons » s’explique par l’influence forte d’un père, négociant fortuné, fondateur d’une grande dynastie industrielle dans le monde du textile ouvert sur les États-Unis producteur de coton et sur l’Angleterre manufacturière de la révolution industrielle. Le milieu favorise chez le jeune Siegfried la conception internationale des échanges au lieu de l’inciter à se replier frileusement sur l’hexagone. On saisit l’importance de l’environnement familial et notamment celle du père et sa réussite économique mais aussi sociale et politique. Jules Siegfried (1837-1922) est maire puis député du Havre mais aussi sénateur et ministre (ministre du Commerce dans le gouvernement Ribot). André Siegfried est un héritier aux côtés aristocratiques : c’est un intellectuel qui fait partie des élites.

2Siegfried se méfie des théories et des généralisations car il préfère les voyages, l’étude de terrain qui, seule, permet l’observation des comportements humains. Il lui faut « respirer l’atmosphère », « déterminer dans le temps et dans l’espace la place exacte des choses et des gens ». En faisant appel à la méthode inductive du reporter, il annonce la modernité d’une démarche globale (on dirait aujourd’hui transdisciplinaire) qui allie histoire, démographie, psychologie sociale, sociologie, économie et géographie. Il est vrai qu’au début du xxe siècle la géographie n’est pas encore considérée comme une grande discipline scientifique. À l’école de Michelet et de Tocqueville, Siegfried bâtit de nouvelles avenues, trouve de nouvelles pistes, a des intuitions. Certes on a pu critiquer ce qui relève de la psychologie des peuples mais on saisit bien le côté précurseur : la région comme espace vécu qui anticipe sur les travaux d’Armand Frémont, ou bien encore la géographie des couleurs, des odeurs et des sons, reprise par la géographie culturelle dans les années 1990.

  • 3 Chacun de ces titres va être réédité par Armand Colin avec une introduction de Jean-Michel (...)

3Les très nombreux voyages entrepris en Amérique du Nord font d’André Siegfried un des tout premiers spécialistes de cette aire culturelle. Fasciné par les pays qui dominent la scène internationale, Siegfried découvre le Canada en 1898 (il fait le tour du monde du 8 octobre 1898 au 20 mai 1900 dans la tradition du Grand Tour) puis s’y rend à nouveau en 1914, 1919 et 1935. Ses voyages aux États-Unis sont tout aussi nombreux. Ainsi paraissent des ouvrages qui sont devenus des références incontournables, pour le Canada, Le Canada, les deux races (Armand Colin, 1906), puis Deux mois en Amérique du Nord à la veille de la guerre, (Armand Colin, 1916), avant ce que nous considérons comme le meilleur ouvrage, Le Canada, puissance internationale (Armand Colin, 1937), sans oublier pour les États-Unis, Les États-Unis d’aujourd’hui (Armand Colin, 3e éd., 1927)3.

4Après ces brefs rappels, il nous a paru intéressant de relire les lettres que Siegfried, le « Tocqueville du Canada », adresse à son père lors de son premier voyage en 1898. Siegfried fait donc le tour du monde pendant 19 mois et demi (1 an et 223 jours) de 1898 à 1900. Il effectue, à l’âge de 23 ans, son premier voyage dans l’Est du Canada où il séjourne 35 jours, du 15 octobre au 20 novembre 1898.

  • 4 Grâce à l’amabilité de Sylvie de Coussergues de Clausel, nièce par alliance et légataire u (...)

5Nous avons eu accès aux lettres inédites4 qu’André Siegfried envoyait à jour passé ou presque à son « cher papa » qu’il gratifie de « mille amitiés ». Ces témoignages sont précieux et il est intéressant de comparer ces notes de voyage avec les écrits ultérieurs de Siegfried pour mesurer jusqu’à quel point ses premières impressions sur le Nouveau Monde se confirmeront par la suite.

6Au cours de ce premier séjour au Canada où il visite dans l’ordre Québec, Montréal, Ottawa et Toronto, Siegfried nous livre 8 lettres (48 pages manuscrites au total) qui annoncent les premières intuitions et révèlent la méthode de l’observateur de terrain.

  • 5 C’est Honfleur qui élève le monument à Champlain.

7Peu de considérations sur le climat même si des pluies diluviennes l’obligent à repousser sa visite des Plaines d’Abraham et une notation sur les « tons roux » de l’automne (p. 2). Siegfried est plus sensible à l’architecture. Déjà très mûr, il se montre peu impressionné par les gratte-ciel, ses lectures lui ayant permis d’imaginer ce qu’il verrait (p. 1). Il oppose volontiers les villes françaises aux villes anglo-saxonnes, « le fouillis pittoresque de ruelles portant des noms de saints au lieu de la froide régularité des rues anglaises ou américaines » (p. 5) à propos de Québec et il saisit bien qu’il y a deux villes à Montréal, à l’ouest une ville toute anglaise et à l’est une ville entièrement française (p. 21). Enthousiasmé par la magnifique vue du Saint-Laurent depuis la terrasse Dufferin à Québec (p. 8)5, il est déçu par les chutes du Niagara, « trop truquées et trop domestiquées » (p. 48) alors qu’il a aimé les chutes de Montmorency, « superbes et sauvages » (p. 9). Ce qui frappe le plus Siegfried c’est l’opposition entre les deux solitudes et il n’hésite pas à renforcer la vision traditionnellement contrastée qui oppose le monde des affaires des Anglo-Saxons au monde rural des Canadiens français. Il contribue à fixer cette vision classique du retard économique des Canadiens français remise en cause ces dernières années dans l’historiographie québécoise.

8Il note aussi la « prolificité » (sic, p. 10 et 47) de la race canadienne française persuadé que les Français peuvent jouer un rôle prépondérant au Canada ajoutant qu’ils sont intelligents et qu’ils savent tous deux langues. Il y voit même la condition de leur avenir même s’il s’avère que le bilinguisme des Québécois est une nécessité tout en étant un élément de leur fragilité. Le jeune visiteur veut croire que « la civilisation française semble établie pour longtemps » dans une vision optimiste d’un « avenir radieux pour une nation nouvelle qui sera une nation presque française » (p. 11).

  • 6 L’université Laval, créée en 1852, est le grand succès de l’enseignement supérieur françai (...)

9Très sensible au phénomène de l’éducation, il est impressionné par la construction d’universités anglaises prestigieuses et luxueuses (McGill, p. 8, p. 25 ou l’université de Toronto, p. 41) grâce à des fonds privés là où il déplore le retard que l’Église met à se moderniser (p. 14). « Le Canada nous montre ce que la France était il y a cinquante ans » (p. 15), projetant ainsi la vision d’une France catholique qui rappelle l’avant 89 (p. 4). Il visite l’université Laval6 et y note son « odeur de cloître et de vétusté, une odeur d’ancien régime » (p. 7-8). L’opposition entre les deux peuples fondateurs apparaît sans doute comme étant un peu schématique ou réductrice même si elle a longtemps prévalu et elle relève de la psychologie des peuples. Tout en admirant l’énergie, l’activité et le sens pratique des Anglais, Siegfried les trouve « impertinents et méprisants, affectant d’ignorer le Canadien français » (p. 2). Le déterminisme des traits culturels des peuples apparaît ainsi : « C’est curieux de voir comment les races emportent avec elles leurs qualités et leurs défauts » (p. 14).

  • 7 André Siegfried ne rencontrera pas Wilfrid Laurier lors de ce voyage car ce dernier est au (...)

10Pour ce qui est des relations entre Canadiens anglais et Canadiens français, Siegfried offre une vision relativement optimiste de la cohabitation. Il note l’influence de l’esprit politique anglais sur la race latine et célèbre le « libéralisme » du gouvernement de Londres qui a permis aux Français d’obtenir le « self-government » (p. 6). Les Canadiens expriment même leur reconnaissance pour l’Angleterre tout en étant « français de race, de langue, de civilisation ». La figure politique favorite de Siegfried est celle de Sir Wilfrid Laurier7 qui se considère à la fois comme « le plus fidèle sujet anglais et le plus pur Français » (p. 12). La rivalité des deux races qui n’a jamais cessé depuis 1759 paraît « entièrement apaisée aujourd’hui mais un rien suffirait à la ranimer. Il faut bien vivre ensemble » (p. 23). Les Canadiens ont obtenu le droit de faire leurs lois, de s’administrer, mais l’antagonisme demeure. Avec finesse et nuance, Siegfried distingue le rapport avec les Anglais d’Angleterre et celui avec les Anglais du Canada : « Londres a soutenu les Français contre Ottawa » (p. 25).

  • 8 Henri-Raymond Casgrain (1831-1904), homme d’Église, critique littéraire, historien, auteur (...)
  • 9 Le club de la garnison est un cercle privé de tradition britannique, fondé en 1879 et rése (...)
  • 10 La lettre écrite d’Ottawa le 12 novembre 1898 contient des tableaux sur le volume des expo (...)

11Ce qui frappe le lecteur c’est le côté héritier, fils de famille, qui a bien préparé son voyage, bien introduit et muni d’un nombre impressionnant de lettres de recommandation (par exemple d’un de ses professeurs de Condorcet et, bien sûr, de son père). Il ne rencontre ainsi que les plus hautes sommités ecclésiastiques, universitaires ou politiques. On le voit invité par l’abbé Casgrain8 à Québec ; il côtoie les ministres et notamment le ministre de l’agriculture Dechêne ou le ministre de la colonisation Turgeon ou bien encore le Premier ministre Marchand ; il fréquente à Québec le club sélect de la garnison9 et à Montréal le club Saint-James (p. 29) ; il établit des relations avec le grand poète national Louis Fréchette. Il se documente, lit la presse avidement, travaille à la bibliothèque du Parlement à Québec puis a accès à des fonds documentaires notamment à la Chambre de commerce de Montréal qui lui permettent de rédiger une note très approfondie sur les relations commerciales du Canada10.

  • 11 Cf. le Courrier de Québec du 25 octobre 1898 et l’Ottawa Citizen du 14 novembre 1898.

12Au-delà de ses lectures, il profite de ses conversations qui constituent « les sources d’information les plus utiles des voyages » (p. 7) et il affirme déjà la méthode du reporter dans son analyse des pays qu’il visite. « Il faut savoir observer, voir le dessous des choses », écrit-il dès sa première lettre (p. 3). « Tourner les yeux vers l’intérieur des choses », redit-il (p. 9). La presse en tout cas ne manque pas de signaler sa visite et qualifie « ce jeune touriste distingué » d’« érudit et d’observateur11 ».

13Tout sauf naïf, André Siegfried manie l’humour avec finesse. Il est fier de la France et son chauvinisme bien maîtrisé lui fait dire que si les Canadiens anglais ont édifié McGill nous avons « la Sorbonne qui est la seule à être aussi belle » (p. 25), mais il est prêt à reconnaître que les Canadiens français, tout comme les Français, ont le goût du verbe. « Les discours qu’on prononce à propos de rien est incalculable » (p. 19).

14Il est obligé de constater que les Français ont mauvaise presse à l’étranger et il se montre très perspicace dans sa critique sans concession du jeu parlementaire canadien (qu’il admire par ailleurs en raison de la stabilité politique qu’il garantit à l’inverse de la France de la IIIe République) qui n’est qu’affaire de pouvoir. La différence entre les partis n’a pas de fondement idéologique clair et le véritable enjeu est avant tout de pratiquer la corruption et de placer ses amis (p. 38-39).

15Assistant à une cérémonie officielle, la bénédiction d’une cloche, il est assis au premier rang avec les autorités et confesse avoir été obligé de se fendre d’un dollar, le « prix de mes honneurs », écrit-il en se moquant de sa pingrerie de Normand. Des comptes d’ailleurs fort scrupuleux sont tenus quotidiennement dans son carnet de voyage et montrent qu’il dépense avec parcimonie.

16À une époque où l’on se gargarise de mobilité des jeunes, on ne peut qu’être frappé par l’impressionnante maturité d’un jeune homme de 23 ans qui nous livre ainsi ce premier témoignage précieux sur le Canada, ce pays en construction qui n’a mis en place la Confédération qu’une trentaine d’années plus tôt.

Notes

1 Cf. une communication intitulée « Le Canada, puissance internationale, variations sur un thème d’André Siegfried » présentée à Nantes en novembre 1992 et publiée dans Études canadiennes, vol. 18, no 33, 1992, p. 73-90.

2 Sanguin A.-L., André Siegfried, un visionnaire humaniste entre géographie et politique, Paris, L’Harmattan, 2010.

3 Chacun de ces titres va être réédité par Armand Colin avec une introduction de Jean-Michel Lacroix.

4 Grâce à l’amabilité de Sylvie de Coussergues de Clausel, nièce par alliance et légataire universelle d’André Siegfried.

5 C’est Honfleur qui élève le monument à Champlain.

6 L’université Laval, créée en 1852, est le grand succès de l’enseignement supérieur français. Siegfried rencontre son recteur, l’abbé Laflamme. Mgr Joseph-Clovis-Kemner Laflamme, géologue, fut recteur de 1893 à 1899 puis de 1908 à 1909.

7 André Siegfried ne rencontrera pas Wilfrid Laurier lors de ce voyage car ce dernier est aux États-Unis mais il se propose de solliciter son avis sur les remarques qu’il a pu faire au cours de son voyage. Il rencontrera Laurier lors d’un voyage ultérieur en 1914.

8 Henri-Raymond Casgrain (1831-1904), homme d’Église, critique littéraire, historien, auteur de Montcalm et Lévis, les Français au Canada.

9 Le club de la garnison est un cercle privé de tradition britannique, fondé en 1879 et réservé à des membres de statut social et économique élevé.

10 La lettre écrite d’Ottawa le 12 novembre 1898 contient des tableaux sur le volume des exportations et importations du Canada, évoque les relations privilégiées avec les États-Unis, aborde la question du libre-échange mais aussi les tarifs préférentiels avec l’Angleterre, autant d’éléments qui s’adressent à son père mais aussi à l’ancien ministre du commerce aux convictions plutôt protectionnistes.

11 Cf. le Courrier de Québec du 25 octobre 1898 et l’Ottawa Citizen du 14 novembre 1898.

Auteur

Jean-Michel Lacroix, agrégé d’anglais, docteur d’État ès lettres, est professeur émérite de civilisation nord-américaine à Paris 3-Sorbonne Nouvelle. Spécialiste des questions d’immigration en Amérique du Nord, il a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages. Son Histoire des États-Unis (Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013) en est à sa cinquième édition. Il vient de publier une Histoire du Canada chez Tallandier en octobre 2016. Docteur honoris causa de l’université Wilfrid Laurier, de l’université de Montréal et de York University (Glendon collège), il a été élu en 2014 membre de la Société royale du Canada.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540