Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Quatrième partie. Construire et transmettre la mémoire

Introduction

Texte intégral

  • 1 Nora P., Comment on écrit l’histoire de France ?, cité par Dosse F., L’histoire, Armand Co (...)

Loin d’être des préoccupations limitées au temps présent, les questions mémorielles ont également intéressé les hommes des périodes plus anciennes. Pour s’en convaincre, il suffit de lire l’article que Jean-Michel Lacroix consacre aux Premières impressions du Canada ; un ouvrage publié par André Siegfried à la suite du premier séjour qu’il effectue outre-Atlantique en 1898. La démarche du « Tocqueville du Canada » s’avère cependant empirique. Il faut attendre les travaux de Pierre Nora pour que s’impose une nouvelle approche de l’histoire centrée autour des questions de mémoire, une histoire dont les éléments ne sont « pas les événements pour eux-mêmes, mais leur construction dans le temps, l’effacement et la résurgence de leurs significations ; non pas le passé tel qu’il s’est passé, mais ses réemplois successifs ; pas la tradition, mais la manière dont elle s’est constituée et transmise1 ». Aujourd’hui, la mémoire s’est imposée comme un objet de recherche historique à part entière de part et d’autre de l’Atlantique. Elle s’inscrit souvent dans un triptyque qui associe histoire, mémoire et identité nationale et interroge la manière dont la mémoire est convoquée au service de l’affirmation identitaire d’un groupe ou d’une communauté, les usages sociaux et politiques qu’on fait du passé.

1L’étude de la manière dont la mémoire se construit et se transmet est au cœur des contributions réunies dans cette quatrième partie. Les approches sont protéiformes, à l’image des récents développements historiographiques autour de cette question. L’accent est ainsi mis sur les vecteurs de transmission de la mémoire. C’est ainsi que Bernadette Rigal-Cellard réinterroge la mémoire de Louis Riel à travers l’évolution de sa statuaire, à travers la « mémoire de son corps ». Les supports étudiés ne se limitent pas aux objets physiques. Ils intègrent désormais également le patrimoine et la culture immatériels comme on peut s’en apercevoir en lisant l’article de Jacques-Guy Petit sur l’Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française. L’étude des passeurs de mémoire donne aussi lieu à des études très riches. Elle accorde évidemment une place importante au rôle des élites politiques (on pense notamment à l’article d’Yves Frenette et à ses réflexions sur la création controversée du Musée canadien de l’histoire et sur les débats autour de la commémoration de la guerre de 1812). Dans l’esprit de la nouvelle histoire sociale, elle accorde également une place centrale à une mémoire construite from the bottom up, notamment à travers l’étude de la culture populaire. Nous en avons ici un bon exemple avec l’article consacré à la chanson québécoise nationaliste. Johanne Melançon nous présente une chanson nationaliste qui se nourrit de lieux de mémoire mais également devient à son tour lieu de mémoire en tant que vecteur de l’histoire, de la mémoire et de l’identité.

2Analyser la manière dont se construit et se transmet la mémoire conduit souvent à mettre en évidence des concurrences mémorielles, entre les francophones et les anglophones, entre les tenants d’une histoire unitaire du Canada et les défenseurs des métis qui se retrouvent derrière la figure de Louis Riel. On pense également aux tensions entre les libéraux et les conservateurs qui remettent en cause les recompositions identitaires du pays et la place accordée aux minorités depuis les années 1960 et se livrent à une « entreprise de refondation nationale » comme le montre bien Yves Frenette. La mémoire constitue incontestablement un puissant moteur des revendications identitaires tant au point de vue symbolique que politique. Dès lors, elle est plus multiple qu’unitaire, surtout dans un pays qui a fait le choix du multiculturalisme et de la défense des droits des minorités. On peut s’inquiéter d’une tendance à une instrumentalisation de la mémoire qui conduise à une « dérive patrimoniale », ce que Jacques-Guy Petit qualifie de « super patrimonialisation ».

3Pour les chercheurs, ces luttes mémorielles n’en offrent pas moins un excellent prisme pour étudier les tensions qui traversent la société canadienne mais également pour mieux cerner une organisation politique et sociétale originale qui malgré sa mort maintes fois annoncée fonctionne depuis maintenant près d’un demi-siècle et est souvent perçue comme un laboratoire inspirant à l’étranger. La construction d’une/de mémoire(s) canadienne(s) contribue aussi à sa manière à construire la spécificité du Canada.

Notes

1 Nora P., Comment on écrit l’histoire de France ?, cité par Dosse F., L’histoire, Armand Colin, 2000, p. 186.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540