Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Troisième partie. Mémoire(s) et communauté(s)

Introduction

Volltext

  • 1 Pâquet M., « Amnistier le passé comme on enlève ses bottes. Des usages publics du passé au (...)

« Au Canada, au Québec et ailleurs en Occident, jamais le passé ne fut aussi présent que maintenant dans les affaires politiques de la Cité, dans la chose publique, la res publica. Nombre d’acteurs politiques font référence au passé, notamment en faisant appel aux ressources de la discipline historique pour identifier des fautes commises envers les membres de leurs groupes et pour justifier ensuite leurs revendications en matière de réparations. Que l’on songe par exemple aux débats entourant les internements des Canadiens d’origine japonaise, italienne ou ukrainienne ; la déportation des Acadiens ; le non-respect des traités conclus avec les Autochtones ; le traitement réservé aux orphelins de Duplessis ou aux enfants amérindiens dans les écoles résidentielles1. »

1Au début du xxie siècle, au Canada comme ailleurs dans le monde, la mémoire du passé ou plus souvent des usages publics du passé sont omniprésents sur quatre scènes principales : le politique, le juridique, les médias et l’histoire. La mémoire ou plutôt ses usages sont alors fréquemment au service d’affirmation identitaire ou de revendication communautaire. Une telle perspective ouvre sur des champs socio-historiques aussi diversifiés que les fondements communautaires étudiés : sociaux, religieux, ethniques, nationaux… C’est le cas dans cette partie avec des textes sur la longue survivance du monde seigneurial au Québec (Benoît Grenier), la mémoire douloureuse des tentatives d’assimilation des Autochtones par l’éducation (Charlotte Leforestier), l’étude d’un ordre religieux oublié bien que majeur dans l’histoire de la Nouvelle-France du xviie au xixe siècle (Caroline Galland) et enfin la question des Acadiens ou de l’identité complexe d’une minorité franco-canadienne (André Magord).

  • 2 Hartog F. et Revel J., Les usages politiques du passé, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001.
  • 3 Sur le processus de mondialisation des enjeux mémoriels, voir notamment le dossier publié (...)

2Au-delà de la diversité d’approches, nécessairement plurielles au regard des périodes et des sujets traités, les auteurs partagent une même préoccupation autour des facteurs et acteurs de construction ou au contraire de non-construction mémorielles. Sous cet angle, deux textes, en contradiction seulement apparente avec la citation liminaire qui souligne plutôt le trop-plein mémoriel, interrogent des mécanismes d’oublis. Ainsi, comment expliquer l’oubli de la disparition récente de la société seigneuriale au Québec ou l’exclusion des récollets de l’histoire et de la mémoire de la Nouvelle-France ? Questionner le silence des sources ou de l’historiographie se révèle souvent fécond. L’historien de la mémoire constate alors qu’en creux les phénomènes d’occultations participent aussi à leur façon au processus de construction identitaire. C’est par exemple le choix du gallicanisme des récollets qui les condamnent plus ou moins à l’oubli dans une société canadienne-française où l’ultramontanisme constitua une pierre angulaire de l’identité et de la mémoire nationales. Dans le même registre, les paradoxes qui entourent la mémoire seigneuriale revisitent de manière originale la question sensible de la normalité ou de la singularité de l’histoire de la société québécoise. Comme on le voit, dans les deux situations, l’enjeu est bien l’image plus ou moins « idéale » qu’une société cherche à donner d’elle-même, à un moment donné. C’est souvent le cas lorsque « l’histoire se construit en s’écrivant » (Magord). Une réflexion stimulante, sur les rapports entre écriture de l’histoire, mémoire et identité(s), qui démontre à l’échelle acadienne les limites et apories d’histoires écrites dans une perspective strictement communautaire (anglophone ou francophone). Des histoires parallèles qui dialoguent peu et invitent à écrire une histoire croisée, plus transnationale ou plutôt ici transcommunautaire du Canada. Récente et douloureuse, la mémoire des écoles résidentielles au Canada réunit quant à elle tous les mots clés d’une remobilisation du passé au temps présent2 qui s’inscrit dans une tendance croissante à l’internationalisation et à la judiciarisation des enjeux mémoriels : responsabilité, repentance, réparation3

Anmerkungen

1 Pâquet M., « Amnistier le passé comme on enlève ses bottes. Des usages publics du passé au Canada et au Québec contemporains », in M. Pâquet (dir.), Faute et réparation au Canada et au Québec contemporains, Québec, Éditions Nota bene, 2006, p. 15.

2 Hartog F. et Revel J., Les usages politiques du passé, Paris, Éditions de l’EHESS, 2001.

3 Sur le processus de mondialisation des enjeux mémoriels, voir notamment le dossier publié en octobre 2008 par Pascal Blanchard, Marc Ferro et Isabelle Veyrat-Masson, dans la revue Hermès, « Les guerres de mémoires dans le monde », no 52, CNRS Éditions.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540