Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Deuxième partie. Mémoire(s) et migrations

Histoire et mémoire(s) des adoptions d’enfants québécois en France depuis les années 1960

Yves Denéchère

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sans doute y a-t-il eu adoption de quelques enfants avant cette date, provenant notamment (...)
  • 2 Remerciement à Chantale Quesney (UQAM) qui en 2011 a effectué pour nous une petite mission (...)
  • 3 Dubinsky K., Babies Without Borders : Adoption and Migration Across the Americas, Toronto/ (...)

1Dans le cadre de recherches sur l’adoption internationale en France, j’ai découvert un épisode peu connu de cette histoire : l’adoption par des Français d’enfants québécois entre 1965 et 19721. D’après les croisements effectués entre les sources françaises (ministère des Affaires étrangères, archives des œuvres d’adoption, témoignages oraux d’adoptants, d’adoptés et d’intermédiaires) et québécoises (notamment les archives du Centre jeunesse de Montréal2 et les archives audiovisuelles très riches de Radio-Canada), le nombre de ces adoptions peut être estimé entre 550 et 700, ce qui est à comparer avec les milliers d’enfants canadiens adoptés aux États-Unis3. Mais ce mouvement – très largement méconnu – s’inscrit dans un temps bien particulier de la relation franco-québécoise et de l’histoire sociale du Québec.

  • 4 Karsenti B., Marcel Mauss, le fait social total, Paris, Presses universitaires de France, (...)
  • 5 Denéchère Y., « La migration singulière des adoptés dans l’espace euro-américain depuis 19 (...)

2L’adoption internationale doit s’envisager comme une migration singulière en même temps qu’une affaire privée. Impliquant un grand nombre d’acteurs (adoptants, adoptés, familles, associations, œuvres) et toutes les catégories sociales, l’adoption internationale peut être envisagée comme un phénomène social total tel que défini par Marcel Mauss : une activité liant l’individu et le social qui a des implications dans toutes les sphères de la société : politique, économie, religion, relations entre les personnes, représentations… Sans oublier l’histoire4. Entre les Amériques et l’Europe, depuis 1945, des dizaines de milliers d’enfants ont traversé l’océan Atlantique. Ce mouvement a influé sur les représentations de l’Autre et la question du rapport des personnes adoptées à leurs origines5.

3Après avoir donné des éléments de connaissance inédits sur le mouvement d’adoption entre le Québec et la France, qualifié de « retour aux sources » par un prêtre québécois, et indiqué en quoi ce mouvement reflète les deux sociétés concernées, il s’agira d’analyser les traces qu’il a générées. Mémoire quasi inexistante en France, mémoire très vive basée sur la souffrance au Québec, ce qui nous mènera à évoquer le mouvement Retrouvailles, véritable entrepreneur mémoriel, et les relais médiatiques sur lesquels il s’appuie.

« Retour aux sources »

  • 6 Goubeau D. et O’Neill C., « L’adoption, l’Église, l’État : les origines tumultueuses d’une (...)

4Dans une France saignée à blanc par la Grande Guerre, en 1923, une première grande loi sur l’adoption autorise l’adoption des mineurs : il s’agit de donner une famille à un enfant qui n’en a pas (et non l’inverse). L’adoption d’un enfant étranger est possible, de même que l’adoption d’un enfant français par un étranger. Au Québec, où l’adoption est du ressort exclusif de la province et de fait entre les mains de l’Église qui a en charge les établissements d’aide à l’enfance, la loi de 1925 (modifiant celle de 1924) permet l’adoption des enfants illégitimes, abandonnés et orphelins. L’adoptant doit professer la même foi religieuse que celle à laquelle appartient l’adopté par son baptême. Si l’adoption au Québec se fait avec rupture du lien avec la famille de naissance, cette possibilité n’est offerte en France qu’à partir de 1939 (légitimation adoptive). Dans les années 1960, la France (1966) et le Québec (1969) modifient les lois antérieures en renforçant le rôle de l’État et en précisant les formes de l’adoption qui, dans tous les cas, doit être prononcée dans l’intérêt de l’enfant6. C’est dans ce cadre législatif en évolution que le mouvement d’adoption du Québec vers la France s’organise.

Enfants du péché au Québec

  • 7 Dufour R., Naître rien. Des orphelins de Duplessis, de la crèche à l’asile, Sainte-Foy, Éd (...)
  • 8 « Une famille pour chaque enfant du Québec en 67 », Le Devoir, Montréal, 11 mars 1967.

5Pendant la période charnière des années 1960, la société québécoise laisse peu à peu derrière elle la « Grande noirceur », mais les évolutions sont lentes. Malgré les campagnes organisées par l’Église et les services sociaux pour faire adopter les enfants abandonnés par des filles-mères sous une forte pression sociale, certains de ces « orphelins de Duplessis » ne trouvent pas preneurs7. En septembre 1966, le comité pour la promotion de l’adoption, dirigé par le sous-ministre adjoint de la Famille et du Bien-être, lance une grande « Opération-Adoption », d’abord dans la ville de Québec puis dans toute la Province. En mars 1967, un premier rapport d’étape montre que le nombre d’adoptions par des familles québécoises a augmenté de plus de 60 % entre décembre 1965 et décembre 1966. Mais il faut aller plus loin puisque l’objectif affiché est de « vider nos crèches au plus tôt et trouver une famille pour chaque enfant8 »… et permettre une réforme globale de la prise en charge de l’enfance, les établissements religieux étant de plus en plus critiqués.

  • 9 Balcom K. A., The Traffic in Babies. Cross-Border Adoption and Baby-Selling between the Un (...)
  • 10 Centre jeunesse de Montréal (CJM), fonds SAPE, procès-verbal des 21 mars 1967 et 18 avril  (...)
  • 11 Quesney C., « De la charité au bonheur familial… », op. cit., proportions calculées à part (...)

6Dans le même temps, la SAPE (Société d’adoption et protection de l’enfance) de Montréal reçoit « de nombreuses demandes d’adoption de requérants français » et accepte de les étudier en collaboration avec des œuvres françaises d’adoption. Dès les années 1930 les établissements de prise en charge des enfants abandonnés de Québec et de Montréal avaient prospecté à l’étranger, surtout aux États-Unis, pour placer ces « enfants du péché9 ». En octobre 1966 un premier enfant québécois est adopté par un couple français. D’après la SAPE, ces placements ne posent aucun problème juridique insurmontable mais nécessitent qu’après l’adoption légale à Montréal, on procède à un autre jugement d’adoption en France (adoption plénière, loi de 1966). « Les enfants sont envoyés en France individuellement et ce sont les requérants qui s’occupent de venir les chercher. Il s’agit dans presque tous les cas, d’enfants âgés d’au moins 6 à 7 mois ; ceci afin d’éviter autant que possible les risques de réclamation de la mère10. » En mars 1967, la SAPE indique : « Ce projet s’est développé rapidement et déjà nous pouvons compter 14 placements effectués en France. » Cependant, dans la décennie 1960, les couples français ne représentent que 6,65 % de l’ensemble des parents adoptifs de la SAPE, mais sont plus nombreux que les couples canadiens d’origine non-française et deviennent plus nombreux que les couples états-uniens (voir tableau ci-dessus)11.

Canadiens d’origine française Canadiens d’autres origines Français Américains (États-Unis)
1966 979 52 1er enfant placé en France en octobre 1966 39
1967 787 69 72 29
1968 880 70 ≈ 100 43
1969 772 41 111 40
1970 883 36 131 15
1971 ? ? ? ?
1972 881 39 31 7
1973 257 8 3 1
1974 347 14 1
total 5786 (+ année 1971) 329
(+ année 1971)
≈ 448 (+ 1966 et 1971 ≈ 510-530) 175
(+ année 1971)
% 85,87 % 4,88 % 6,65 % 2,59 %

Tableau 1. – Statistiques sur la nationalité des parents adoptifs à la SAPE (1966-1974).

Source : CJM, fonds SAPE, C041-205. Les catégories sont celles répertoriées dans les archives.

Enfants idéaux en France

  • 12 Denéchère Y., « Nouvel acteur et nouveau phénomène transnationaux : Terre des Hommes et l’ (...)
  • 13 Témoignage de Mme J. S., adoptante, recueilli par l’auteur, avril 2010. Témoignage de M. P (...)

7Plusieurs partenaires français travaillent avec la SAPE et d’autres établissements québécois qui fournissent des enfants particulièrement intéressants pour les candidats français à l’adoption : des enfants blancs, baptisés et en bonne santé. Les adoptants sont très contents d’aller chercher leur enfant outre-Atlantique dans un pays francophone où les enfants sont bien pris en charge. Car ceux-ci ne sont menacés ni par une guerre, ni par la faim. En effet, la motivation des adoptants français n’a rien à voir avec une dimension humanitaire qui est à cette époque le principal moteur de l’adoption internationale, comme le montre l’action de l’ONG Terre des Hommes dans le Vietnam en guerre et dans les pays sous-développés12. Pour les candidats français qui se tournent vers l’offre québécoise, il s’agit avant tout de trouver un enfant, et rapidement. On peut parler d’un véritable emballement pour le Québec, peut-être un effet de l’exposition universelle de Montréal de 1967 ? Selon des témoignages, le « Vive le Québec libre » de De Gaulle (24 juillet) ne serait pas pour rien dans ce phénomène13.

  • 14 ADML (Archives départementales de Maine-et-Loire), fonds Jean Foyer (député), 818 J, rappo (...)
  • 15 Témoignage de M. Jean Alingrin, adoptant et responsable de l’œuvre d’adoption Emmanuel, re (...)
  • 16 Hurteau P. (abbé), Le bien-être : socialisation et rôle des organismes privés, Montréal, F (...)
  • 17 Témoignage de Mme Jacqueline Barouillet, responsable d’une œuvre d’adoption, recueilli par (...)

8Les candidats à l’adoption et les œuvres de l’Ouest de la France sont plus particulièrement attirés vers le Québec. En 1967, 1968 et 1969, une cinquantaine d’enfants québécois sont placés dans des familles du Maine-et-Loire. Le directeur de l’action sanitaire et sociale (DASS) explique qu’il a été désigné par la SAPE comme « son correspondant, non seulement pour le département mais aussi pour la France entière et Monsieur l’Ambassadeur du Canada en France donne mon adresse à tous ceux qui lui écrivent ». C’est donc lui qui établit et transmet tous les dossiers et les rapports d’évaluation14. En 1968, plus de vingt familles angevines établissent un dossier, elles sont toutes satisfaites dans un délai très court : six mois seulement pour certaines d’entre elles15. En 1967, Jacqueline Barouillet, qui habite Lorient noue des contacts avec la SAPE et l’abbé Pierre Hurteau, considéré comme un spécialiste des questions de la prise en charge de l’enfance16. Elle, ayant été infirmière Croix-Rouge après des études de psychologie, a obtenu un agrément comme intermédiaire d’adoption ; lui, dont la famille est originaire du Poitou, est enthousiaste à l’idée de travailler avec la France : envoyer le dossier d’un enfant en France est en quelque sorte « un retour aux sources ». Le bouche à oreille fait son œuvre : des enseignants, des militaires, des agriculteurs, des marins bretons se tournent vers Mme Barouillet qui fera adopter de 1967 à 1972 plus de 150 enfants québécois. Plus tard, lors d’un voyage de l’abbé Hurteau en Bretagne, il confie à Jacqueline Barouillet la charge de superviser les dossiers des candidats à l’adoption pour toute la France17.

  • 18 ADML, fonds Jean Foyer, 818 J, note de l’Association familiale nationale des foyers adopti (...)
  • 19 Archives privées et témoignages de Mme J. S., témoignage de Mme Barouillet.

9C’est la SAPE qui attribue les enfants à des Français après avoir étudié leur dossier et les résultats de l’enquête menée par les œuvres privées ou les DASS avec lesquelles elle travaille18. Des certificats de catholicité établis par deux prêtres, dont celui de la paroisse des adoptants, sont exigés. Tous les postulants trouvent facilement des prêtres qui acceptent de les rédiger. Quelques mois plus tard, les adoptants se rendent à la SAPE où on leur confie l’enfant promis. Ainsi, en décembre 1970, M. et Mme S. se rendent à Montréal. Ils sont reçus par l’abbé Hurteau et ne restent que quelques jours avant de ramener un enfant en France19.

  • 20 Archives privées de Mme S.

10Un « mémoire de convention » pour la prise en charge de l’enfant est signé entre la SAPE et les adoptants. Il précise que ceux-ci « reconnaissent que cette prise de possession dudit enfant est aux fins futures d’adoption légale et s’obligent à prendre soin de lui, à le traiter comme s’il était le leur, à avoir pour lui les égards dus à son âge et à ses forces, à l’élever dans la religion catholique, et à lui faire donner une instruction convenable et selon leurs moyens ». La durée de la convention se termine avec l’adoption légale de l’enfant. Le dossier de l’enfant reçu par les adoptants est très complet avec le certificat de naissance et de baptême de la paroisse Notre-Dame et le jugement d’adoption émanant de la cour de Bien-être social20.

Souffrance et mobilisation des mères

  • 21 Brookfield T., Cold War comforts: Canadian women, child safety, and global insecurity, 194 (...)

11Comme le montrent les chiffres ci-dessus, après un maximum en 1969 et 1970, le mouvement d’adoption décline rapidement. Il se tarit complètement avec la réforme québecoise de l’assistance à l’enfance de 1972. La Charte des droits et libertés imposée par Pierre Elliot Trudeau et l’évolution politique et sociale du Québec explique un changement fondamental dans les données générales de l’adoption. L’emprise sociale de l’Église recule, la natalité baisse en raison du développement de la contraception, de l’avortement, des idées féministes, etc. Les familles monoparentales sont mieux acceptées. Cette évolution vide les orphelinats et le nombre d’enfants adoptables ne dépasse plus celui des demandes d’adoptions des Québécois. En 1974 une loi favorise l’entrée des enfants étrangers en vue d’adoption au Québec. En quelques années, le Québec qu’était un pays source de l’adoption internationale est devenu un pays d’accueil21. Cette évolution de la société permet une rapide mobilisation des mères qui ont dû abandonner leur enfant sans le vouloir.

Mémoire immanente

  • 22 « Le sort des filles-mères », Radio-Canada, entretien diffusé le 29 janvier 1970, 11 min 3 (...)

12Dans le contexte social nouveau des années 1970, des mères de naissance ayant abandonné leur enfant 10, 20, 30 ou 40 ans plus tôt ont cherché à retrouver sa trace. Elles ont également revendiqué la construction d’une mémoire de leur souffrance imposée par la société et l’Église. En janvier 1970, une émission télévisée de Radio-Canada consacrée aux filles-mères montre que la majorité d’entre elles n’abandonnaient pas volontairement leur enfant et même que certaines ont refusé de signer les papiers d’abandon qui rendaient le bébé adoptable. Elles espéraient se marier ou économiser assez pour pouvoir récupérer leur enfant. Après plusieurs mois, l’enfant non réclamé était cependant donné en adoption, sans aucun consentement préalable de la mère22. D’un autre côté, au même moment, des personnes ayant été abandonnées et adoptées entre les années 1920 et les années 1950 se mobilisent également pour retrouver leurs mères biologiques. C’est ce que les Québécois appellent « retracer son enfant », « retracer sa mère ». Mais la loi sur l’adoption de 1969 n’autorise pas les uns à solliciter les autres. Ce sont donc des associations qui tentent de mettre en relation mères et enfants.

  • 23 McConnell J., Un homme pleure, Montréal, Stanké, 1978 ; Les séquelles de mon enfance, t. 1 (...)
  • 24 Marcus C., Adopted?: A Canadian Guide For Adopted Adults in Search of Their Origins, Ottaw (...)
  • 25 Landry R., Le cri de l’adopté. Pour la reconnaissance du droit aux origines et à l’informa (...)

13En 1976, Jean McConnell (né en 1947), lui-même enfant abandonné, crée à Sherbrooke une Agence privée de recherche pour enfants abandonnés ou adoptés (AREA). Son but est de permettre des retrouvailles entre parents et enfants. Mais il s’agit seulement de dresser deux listes d’enfants et de mères souhaitant un contact et d’attendre qu’il y ait des coïncidences23. Cette initiative s’inscrit tout à fait dans un mouvement qui touchait l’ensemble du Canada, après avoir émergé aux États-Unis une décennie plus tôt. En effet la même année, est créée à Ottawa l’association Parent Finders dont l’objectif est de réunir enfants adoptés et familles biologiques. Elle ouvre une antenne à Montréal mais s’occupe surtout du Canada anglophone. En 1979, un premier guide est publié pour aider les personnes en recherche24. AREA s’implante à Montréal en 1981. Son animatrice est Reine Landry, née en 1942, elle-même à la recherche de son fils biologique né, abandonné et adopté en 196525.

  • 26 Giguère M., « 12000 mères et enfants veulent se revoir », Le Soleil, Québec, 28 mai 1982. (...)
  • 27 Landry R., Le cri de l’adopté, op. cit., p. 150-151.
  • 28 Émission Contrechamp animée par Anne-Marie Dussault, Radio-Canada, 1983.

14Se produit alors un tournant mémoriel grâce à la presse qui donne un écho aux recherches dans l’adoption. En 1982, le ministère des Affaires sociales du Québec estime à 200000 le nombre d’enfants adoptés au Québec entre la fin du xixe siècle et les années 1970. Entre 10000 à 12000 enfants adoptés ou mères de naissance sont alors en train de se rechercher ; 4000 demandes sont enregistrées en 1982, les trois quarts émanent de personnes adoptées, le quart restant de mères de naissance26. En s’appuyant sur la Charte des droits et libertés de la personne du Québec, AREA réclame le droit des enfants à leurs origines, à leur identité et donc l’abolition de la confidentialité des dossiers d’adoption27. Mais l’association n’est qu’une agence privée dont l’action essentielle est d’enregistrer les désirs de personnes voulant « retracer » leur enfant ou leur mère. Beaucoup d’entre elles, notamment des mères décidées à tout tenter pour retrouver leur enfant, veulent aller plus loin. En 1983, Radio-Canada présente un reportage sur la difficulté que rencontrent les enfants adoptés pour retrouver leurs mères naturelles. L’émission diffuse aussi les retrouvailles de Marie-Gracieuse avec sa mère naturelle Léona28.

La création du mouvement Retrouvailles

  • 29 Landry R, Le cri de l’adopté, op. cit., p. 166.

15Reine Landry préside à la création, en février 1983, du mouvement Retrouvailles, en tant que groupe de pression dont l’objectif est de lutter pour obtenir la reconnaissance du droit aux origines et à l’information pour les personnes adoptées et les mères de naissance. Le mouvement montre en exemple le Centre de services sociaux du Montréal métropolitain (CSSMM) qui a pris l’initiative de solliciter les mères de naissance que les enfants recherchent pour leur proposer une rencontre. Mais cette action pilote n’est pas suivie par les autres CSS qui y demeurent réfractaires ; c’est là que Retrouvailles entend agir29.

  • 30 Ibid., p. 8.
  • 31 Paton J.-M., The Adopted Break Silence, Philadelphie, Life History Study Center, 1954.

16En 1984, Reine Landry publie un ouvrage intitulé Le cri de l’adopté. Selon son auteure, ce « n’est pas un livre basé sur une étude rigoureuse », son objectif est plutôt de faire partager aux Québécois la souffrance des mères et des enfants, de fixer la mémoire vivante et de faire avancer les choses. Le « cri de l’adopté » doit briser le silence qui étouffe le sort de tant de mères : « Forcées de cacher leurs ventres trop enflés, elles refoulent constamment au plus profond d’elles-mêmes la culpabilité de s’être séparées de leur enfant. […] Redonner à ce geste une dimension collective, rétablir sa part de responsabilité, celle de l’entourage et de la société va peut-être permettre de cicatriser une plaie purulente30. » À la tête de Retrouvailles et avec ce livre, Reine Landry devient un peu l’équivalente québécoise de l’Américaine Jean Paton (1908-2002), considérée comme la mère du mouvement pour la réforme de l’adoption aux États-Unis, après un livre publié en 195431.

  • 32 Courriel de Caroline Fortin à l’auteur, 25 avril 2013. Elle précise : « Vous comprendrez q (...)
  • 33 Témoignage de Mme Barouillet.

17Les adoptions réalisées par des Français n’échappent pas au mouvement de recherche. Caroline Fortin, présidente de Retrouvailles depuis 1998, indique : « Oui, nous avons eu connaissance de parents québécois qui ont retrouvé leur enfant adopté en France. Malheureusement nous n’avons pas de statistiques sur le sujet32. » À la fin des années 1980, Jacqueline Barouillet est contactée par les services sociaux de Montréal : une mère de naissance, gravement malade, mourante même, souhaite voir son fils qui a été adopté en France. Elle contacte les parents adoptifs et leur demande de faire à leur enfant la proposition d’une rencontre, ce qu’elle obtient finalement, non sans mal car les parents pensaient ne jamais entendre parler de la mère biologique. Agé de 18 ans, le jeune homme accepte de traverser l’Atlantique, rencontre sa mère à l’hôpital, la suite est une histoire personnelle qui n’appartient qu’à eux33. La plupart des personnes adoptées en France, à l’adolescence ou à l’âge adulte, sont retournées au Québec. Grâce à leur dossier d’adoption, elles ont pu souvent retrouver assez facilement la trace de leur mère biologique.

Médias, mémoire et identité

  • 34 Notamment : Cliche M.-A., « Morale chrétienne et double standard sexuel. Les filles-mères (...)
  • 35 Par exemple un reportage de Radio-Canada : « Les orphelins se mobilisent », diffusé le 24  (...)

18AREA et Retrouvailles peuvent être considérés comme de véritables entrepreneurs mémoriels, créés par des personnes pleinement concernées, des militants voulant faire évoluer la loi. Les historien·ne·s québécois·es ont apporté leur contribution en travaillant sur des sujets de recherche éclairant les réalités des abandons, notamment Marie-Aimée Cliche sur les filles-mères34. Grâce à ces entrepreneurs mémoriels et aux avancées historiographiques, la représentation de ces abandons/adoptions s’est imposée à la société québécoise, les retrouvailles (ou entrevues) mères/enfants sont devenues un phénomène social : des avis de recherche se sont multipliés dans les journaux, des enquêtes journalistiques et des documentaires y ont été consacrés35.

Un objet mémoriel médiatique

19Après les années 1980, et les premières recherches, les années 2000, après l’explosion de l’Internet constitue un second tournant. Le mouvement Retrouvailles crée un site avec forum, chat, conseils, listes de personnes recherchées et de personnes recherchant, etc. La banque de données compte aujourd’hui plus de 13000 personnes inscrites au fil des ans. C’est à cette époque que les recherches sur les adoptions pratiquées en France se sont surtout développées : les enfants adoptés ont davantage ressenti le besoin de retrouver leurs mères au moment où eux-mêmes devenaient adultes et parents.

  • 36 Actuellement sur Radio-Boomer-1570 AM de Laval, émission hebdomadaire le vendredi soir, re (...)
  • 37 Saint-Pierre N., Dans l’attente d’un oui. Le défi de retrouver sa mère. Née d’un viol, Mon (...)
  • 38 Courriel de Normay Saint-Pierre à l’auteur, 15 mai 2013.
  • 39 [https://www.facebook.com/marianet.retrouvonsnous].

20L’émission de radio « Loin des Yeux, Près du Cœur », est emblématique de l’importance des médias dans la mémoire québecoise des adoptions36. Son animatrice, Normay Saint-Pierre, adoptée peu après sa naissance, a longtemps recherché sa mère biologique, l’a retrouvée et a appris qu’elle était née d’un viol. Elle a publié deux ouvrages qui racontent son histoire et son engagement37. Aux côtés du mouvement Retrouvailles, elle mène un combat contre la loi qui prive les orphelins et les adoptés québécois du droit de connaître leurs racines. En 2002, elle crée cette émission, qui est la seule sur les ondes radio, dont le but est de mettre en relation des mères et des enfants. Depuis 15 ans (avec quelques interruptions), Normay Saint-Pierre estime avoir « à [s]on actif plus de 400 entrevues réalisées », dont certains enfants adoptés en France38. Elle travaille en effet en lien avec un site Internet belge « Retrouvons-nous », créé également en 2002, qui couvre la France et surtout la Belgique, où le site est devenu une association qui a son profil Facebook bien sûr39. L’émission de Normay Saint-Pierre fonctionne en partenariat avec le site internet québécois Adoption-Émotions-Retrouvailles développé d’abord au début des années 2000 en groupe MSN. Entre 2011 et 2014, le site a permis 220 retrouvailles. En 2012, un homme né en 1966 à Montréal et adopté en France a retrouvé sa mère de naissance au Québec grâce à ce site et à Retrouvons-nous. En 2011, après avoir posté le message ci-dessous, une femme habitant dans l’Est de la France a retrouvé sa mère à Calgary, grâce à la collaboration entre les sites québécois et européen.

  • 40 Message de recherche posté sur le site de Adoption-Emotions-Retrouvailles, en mai 2011, pr (...)

« Bonjour,
Je suis à la recherche de ma mère biologique, qui avait 19 ans à l’accouchement. Je suis née à Montréal le 9 août 1968, Hôpital du Sacré-Cœur à 5 h 42 du matin. Mes prénoms primaires étaient Marie Lisa, puis j’ai été placée à la crèche d’Youville.
J’ai ensuite été adoptée très rapidement par des Français, et j’ai quitté le Canada avec mes parents adoptifs en 1969. Depuis je vis en France.
Ma mère [biologique] est née en Autriche et est arrivée au Canada avec ses parents à l’âge d’un an. Mon père biologique est Québécois, a le teint foncé, les cheveux bruns et frisés, et a vécu 3 mois avec ma mère. J’ai les yeux noirs, la peau mate et les cheveux bruns très foncés.
Maman, j’ai tellement de choses à te raconter… et tu es grand-mère !
Un signe, un message… toute information sera précieuse.
Ève-Isabelle40. »

  • 41 Émission Enjeux, « Les enfants du péché », Radio-Canada, 7 janvier 2003.

21Le phénomène suscite aussi l’intérêt de personnes qui ne sont pas concernées : des forums de généalogistes participent parfois aux recherches. En 2005 et 2007, des enquêtes-reportages de Radio-Canada révèlent à la télévision comment ont été organisées les adoptions d’enfants québécois aux États-Unis et en France et les efforts d’enfants et de parents pour se retrouver. Nicole, qui a accouché de jumeaux en 1969, les retrouve plus de 35 ans plus tard : Mario a été adopté aux États-Unis, Marc en France… Se retrouvant à Montréal, mère et fils visitent l’hôpital de La Salle41.

  • 42 Émission Tout le monde en parlait consacrée au thème : « Mon enfant, ma blessure : les déb (...)
  • 43 Info-Retrouvailles, no de mai-juin-juillet 2013, p. 11-13 ; courriel de Caroline Fortin à (...)

22En avril 2013, le mouvement Retrouvailles a fêté ses trente ans. Sa publication régulière, Info-Retrouvailles, s’en est fait largement écho, les médias également42. Un élément important du bilan des trente années est que le mouvement a incontestablement permis à des mères d’oser rechercher leur enfant. Sa devise est et demeure : « Aucun il ne berce… Tous il soutient. Aucun il ne conduit… Tous il oriente » ; ses responsables estiment que 30 % des démarches de recherche aboutissent43.

Quelle mémoire pour les Français adoptés nés au Québec ?

  • 44 Témoignage de Mme J. S.
  • 45 Émission Enjeux, « Les enfants du péché », Radio-Canada, 7 janvier 2003 ; témoignage de Mm (...)

23La plupart des personnes adoptées en France, à l’adolescence ou à l’âge adulte, ont pu retourner au Québec. Grâce à leur dossier d’adoption, ils ont pu souvent retrouver assez facilement la trace de leur famille biologique, parfois en allant jusqu’aux retrouvailles, d’autres fois sans aucun contact. Certains ont posé la question de leur appartenance aux deux pays en demandant la nationalité canadienne. Ainsi, ce jeune Français, adopté via la SAPE et Mme Barouillet, en voyage aux États-Unis et qui se voit refuser l’entrée au Canada. Vivant cela comme une injustice, il décide de demander la double nationalité et l’obtient. Il possède désormais un certificat de commémoration de citoyenneté canadienne44. Après avoir découvert leur ascendance et leurs racines au Québec, des personnes adoptées en France à un âge sans mémoire, ont découvert – sans difficultés liées à la langue – une culture, une histoire, un peuple, en un mot un pays, celui de leurs origines. Certains ont exprimé le souhait de s’installer au Québec mais il semble impossible de savoir combien ont franchi le pas45.

  • 46 Il faut toutefois noter que quelques enfants noirs ou métis originaires du Québec ont été (...)
  • 47 Archives privées de Mme J. S. ; témoignage de Mme Barouillet.

24En France, les traces de ce mouvement d’adoption sont quasi inexistantes. La « visibilité » de ces enfants a toujours été très limitée, ils n’étaient pas remarqués par leur couleur de peau comme d’autres adoptés étrangers46 et les parents adoptants ont parfois caché ou simplement tu l’origine étrangère de l’enfant voire l’adoption elle-même. Leur intégration n’a semble-t-il pas posé de problème particulier, même si quelques enfants révèlent vers deux ans des retards de développement47.

  • 48 Entretien avec Michel Carignan, Centre jeunesse de Montréal, 27 septembre 2012 et correspo (...)

25L’adoption d’enfants québécois en France est très méconnue jusque dans le « monde de l’adoption ». Le nombre est un facteur explicatif : peut-être 700 enfants québécois adoptés en France, à comparer avec les 11000 enfants sud-coréens adoptés en France depuis les années 1960. D’où l’association Racines coréennes créée en 1995 (la première association d’adoptés). Il n’existe pas ce genre d’associations d’adoptés au Québec. En revanche, en France, il n’y a pas d’équivalent du mouvement Retrouvailles. Si des filles-mères ont bien été contraintes d’abandonner leur enfant, elles ne se sont pas postérieurement organisées pour revendiquer la mémoire de leur souffrance. Il n’existe pas d’équivalent québécois du Conseil national pour l’accès aux origines personnelles créé en 2002 en France. Cependant, les Centres jeunesse assurent à peu près le même travail en respectant une législation différente. Chaque année au Québec, environ 1000 recherches d’antécédents aboutissent et environ 1000 retrouvailles ont lieu (pratiquement les mêmes)48.

Conclusion

26Le but des adoptions des enfants québécois en France était double : trouver un foyer pour un enfant abandonné, donner un enfant à un couple marié qui ne pouvait pas en avoir. Dans cette opération, il était fait peu de cas des mères de naissance et leur mémoire vive, écorchée, pose rétrospectivement la question du consentement volontaire et éclairé des mères dans ces procédures d’adoption. Soumises à des pressions familiales et sociales, poussées par les institutions religieuses, elles n’avaient d’autres choix que d’abandonner leur enfant en expiation de ce qui était présenté comme une faute. Elles n’avaient aucune idée de ce que devenait leur enfant adopté au Canada où à l’étranger.

27Alors que les recherches de filiation étaient majoritairement le fait des adoptés, c’est la mobilisation des mères de naissance qui a fait émerger le phénomène dans la société québécoise à partir des années 1980. En France, les traces d’un nombre limité d’adoptions d’enfants québécois (quelques centaines) peu visibles et non problématiques sur les plans juridique, politique ou social sont ténues. La mémoire de ce mouvement a été éclipsée par d’autres flux bien plus importants à partir des années 1970.

28On aura remarqué que les pères sont très absents de cette histoire/mémoire. Si certains étaient des hommes mariés et n’ont pas tenu à revendiquer quoi que ce soit, d’autres, adolescents ou jeunes adultes à l’époque, ont mal vécu le fait de n’avoir aucun rôle auprès de leur enfant. Au cours des quinze dernières années, les recherches d’adoption entamées par les pères de naissance sont de plus en plus nombreuses mais demeurent très minoritaires.

  • 49 Bourdeau L., Les retrouvailles en adoption. Une quête de soi, Québec, C.A.R.D., 2015.
  • 50 Voir l’historique et le contenu de la loi sur la page : [http://adoption.gouv.qc.ca/fr_rec (...)
  • 51 Info-Retrouvailles, no de mai-juin-juillet, août-septembre et octobre 2017.

29Dès les années 1990, plusieurs rapports officiels avaient signifié la nécessité de réformer les lois sur la recherche des origines. Depuis 2010, plusieurs projets de loi, ont tenté de combler le retard du Québec en ce domaine par rapport à d’autres pays et à d’autres provinces du Canada. Le mouvement Retrouvailles et d’autres associations, ainsi que des professionnels de l’enfance et de la famille, se sont fortement mobilisés pour cette cause49. Le 16 juin 2017, le projet de loi no 113 « modifiant le Code civil et d’autres dispositions législatives en matière d’adoption et de communication de renseignements » a été adopté à l’unanimité pas l’Assemblée nationale. Elle autorise la consultation des dossiers d’adoption pas les personnes confiées à l’adoption50. « Nous avons gagné quelques batailles, mais non la guerre » estiment les responsables de Retrouvailles : « il y a eu une belle ouverture dans la Loi 113, mais il demeure que priver la personne adoptée de ses antécédents médicaux familiaux est discriminatoire ». Le mouvement entend continuer à se faire entendre pour que la nouvelle loi soit appliquée de façon précise et que toutes celles et tous ceux qui pourront en bénéficier soient informés de ces avancées51. Avec une disposition de la loi s’appliquant à toute « personne ayant été adoptée alors qu’elle était domiciliée au Québec par une personne domiciliée hors du Québec », s’ouvre une nouvelle page de l’histoire et de la mémoire des adoptions d’enfants québécois en France.

Notes

1 Sans doute y a-t-il eu adoption de quelques enfants avant cette date, provenant notamment de la Sauvegarde de l’enfance à Québec, voir Fleury-Potvin V., Une double réponse au problème moral et social de l’illégitimité : la réforme des mœurs et la promotion de l’adoption par la sauvegarde de l’enfance de Québec, 1943-1964, mémoire de maîtrise, université Laval, 2006. Pour une vision générale : Denéchère Y., Des enfants venus de loin : Histoire de l’adoption internationale en France, Paris, Armand Colin, 2011.

2 Remerciement à Chantale Quesney (UQAM) qui en 2011 a effectué pour nous une petite mission de recherche dans les archives de la Société d’assistance et protection de l’enfance (SAPE) conservées au Centre jeunesse de Montréal (CJM). Grâce à Jean-Marie Fecteau dont nous saluons ici la mémoire, cette mission a été prise en charge par le Centre d’histoire des régulations sociales (CHRS), partenaire de l’UMRCERHIO. Chantale Quesney a soutenu en 2010 une thèse intitulée : De la charité au bonheur familial : une histoire de la Société d’adoption et protection de l’enfance à Montréal, 1927-1972.

3 Dubinsky K., Babies Without Borders : Adoption and Migration Across the Americas, Toronto/New York, University of Toronto Press/New York University Press, 2010.

4 Karsenti B., Marcel Mauss, le fait social total, Paris, Presses universitaires de France, 1994.

5 Denéchère Y., « La migration singulière des adoptés dans l’espace euro-américain depuis 1945 », Amnis, [en ligne], 12/2013, mis en ligne le 20 juin 2013 : [http://amnis.revues.org/1980].

6 Goubeau D. et O’Neill C., « L’adoption, l’Église, l’État : les origines tumultueuses d’une institution légale », in R. Joyal (dir.), L’évolution de la protection de l’enfance au Québec des origines à nos jours, Presses de l’université du Québec, 2000, chap. 4, p. 97-130 ; Mécary C., L’adoption, Paris, Presses universitaires de France, 2006, p. 20-28.

7 Dufour R., Naître rien. Des orphelins de Duplessis, de la crèche à l’asile, Sainte-Foy, Éditions Multimondes, 2002.

8 « Une famille pour chaque enfant du Québec en 67 », Le Devoir, Montréal, 11 mars 1967.

9 Balcom K. A., The Traffic in Babies. Cross-Border Adoption and Baby-Selling between the United States and Canada, 1930-1972, Toronto, University of Toronto Press, 2011.

10 Centre jeunesse de Montréal (CJM), fonds SAPE, procès-verbal des 21 mars 1967 et 18 avril 1968, p. 944 et 995. Il faut comprendre que le délai possible de rétractation est ainsi garanti, ce qui ne semble pas être toujours le cas pour des adoptions au Québec.

11 Quesney C., « De la charité au bonheur familial… », op. cit., proportions calculées à partir des données des années 1958 à 1972 (à l’exception de 1971 dont les données sont absentes), CJM, fonds SAPE, C041-205, statistiques annuelles 1958-1974, p. 376.

12 Denéchère Y., « Nouvel acteur et nouveau phénomène transnationaux : Terre des Hommes et l’adoption internationale (1960-1980) », Relations Internationales, vol. 2, no 142, printemps 2010, p. 119-136.

13 Témoignage de Mme J. S., adoptante, recueilli par l’auteur, avril 2010. Témoignage de M. Perrin, adoptant, dans le reportage « Les enfants du péché », Radio-Canada, 7 janvier 2003.

14 ADML (Archives départementales de Maine-et-Loire), fonds Jean Foyer (député), 818 J, rapport de la DASS de Maine-et-Loire « les adoptions en Maine-et-Loire » pour les années 1967 à 1969.

15 Témoignage de M. Jean Alingrin, adoptant et responsable de l’œuvre d’adoption Emmanuel, recueilli par l’auteur, mai 2009 ; ADML, 303 W 82, rapport d’activités de la DASS pour 1968.

16 Hurteau P. (abbé), Le bien-être : socialisation et rôle des organismes privés, Montréal, Fides, 1966.

17 Témoignage de Mme Jacqueline Barouillet, responsable d’une œuvre d’adoption, recueilli par l’auteur, mai 2009.

18 ADML, fonds Jean Foyer, 818 J, note de l’Association familiale nationale des foyers adoptifs (AFNFA) sur les effets de la loi de 1966, 1969.

19 Archives privées et témoignages de Mme J. S., témoignage de Mme Barouillet.

20 Archives privées de Mme S.

21 Brookfield T., Cold War comforts: Canadian women, child safety, and global insecurity, 1945-1975, Waterloo (Ontario), Wilfrid Laurier University Press, 2012.

22 « Le sort des filles-mères », Radio-Canada, entretien diffusé le 29 janvier 1970, 11 min 34 s.

23 McConnell J., Un homme pleure, Montréal, Stanké, 1978 ; Les séquelles de mon enfance, t. 1 : Un homme pleure (édition revue et corrigée) ; t. 2 : J’ai avancé dans la vie : Sur la route pavée de mes blessures d’enfant, Sherbrooke, à compte d’auteur, 2009.

24 Marcus C., Adopted?: A Canadian Guide For Adopted Adults in Search of Their Origins, Ottawa, International Self-Counsel Press, 1979.

25 Landry R., Le cri de l’adopté. Pour la reconnaissance du droit aux origines et à l’information, Montréal, Stanké, 1984, p. 14-21.

26 Giguère M., « 12000 mères et enfants veulent se revoir », Le Soleil, Québec, 28 mai 1982. D’après Me Perron du ministère des Affaires sociales.

27 Landry R., Le cri de l’adopté, op. cit., p. 150-151.

28 Émission Contrechamp animée par Anne-Marie Dussault, Radio-Canada, 1983.

29 Landry R, Le cri de l’adopté, op. cit., p. 166.

30 Ibid., p. 8.

31 Paton J.-M., The Adopted Break Silence, Philadelphie, Life History Study Center, 1954.

32 Courriel de Caroline Fortin à l’auteur, 25 avril 2013. Elle précise : « Vous comprendrez que certains de nos membres se sont adressés à notre organisme [mais] que plusieurs ne nous ont jamais fait de retour sur leurs retrouvailles. »

33 Témoignage de Mme Barouillet.

34 Notamment : Cliche M.-A., « Morale chrétienne et double standard sexuel. Les filles-mères à l’hôpital de la Miséricorde à Québec, 1874-1972 », Histoire Sociale, vol. XXIV, no 47, mai 1991, p. 85-125.

35 Par exemple un reportage de Radio-Canada : « Les orphelins se mobilisent », diffusé le 24 janvier 1993, 33 min 20 s.

36 Actuellement sur Radio-Boomer-1570 AM de Laval, émission hebdomadaire le vendredi soir, reprise sur internet à partir du lundi.

37 Saint-Pierre N., Dans l’attente d’un oui. Le défi de retrouver sa mère. Née d’un viol, Montréal, Éditions ADP, 1997; Gill P. et Saint-Pierre N., Je vous ai tant cherchée. Témoignage, Montréal, VLB Éditeur, 2012.

38 Courriel de Normay Saint-Pierre à l’auteur, 15 mai 2013.

39 [https://www.facebook.com/marianet.retrouvonsnous].

40 Message de recherche posté sur le site de Adoption-Emotions-Retrouvailles, en mai 2011, premier contact en janvier 2013 : [http://a-e-r.xooit.com/t3091-J-ai-trouve-ma-mere-biologique.htm].

41 Émission Enjeux, « Les enfants du péché », Radio-Canada, 7 janvier 2003.

42 Émission Tout le monde en parlait consacrée au thème : « Mon enfant, ma blessure : les débuts du mouvement Retrouvailles », Radio-Canada, 25 avril 2013. Présentant des premières recherches laborieuses et des retrouvailles problématiques du début des années 1980, l’émission a suscité un débat sur son site Internet : [http://www.radio-canada.ca/emissions/tout_le_monde_en_parlait/2013/Reportage.asp?idDoc=286972].

43 Info-Retrouvailles, no de mai-juin-juillet 2013, p. 11-13 ; courriel de Caroline Fortin à l’auteur, 25 avril 2013.

44 Témoignage de Mme J. S.

45 Émission Enjeux, « Les enfants du péché », Radio-Canada, 7 janvier 2003 ; témoignage de Mme Barouillet.

46 Il faut toutefois noter que quelques enfants noirs ou métis originaires du Québec ont été adoptés en France, c’est le cas de la fille de M. et Mme Alingrin (témoignage de Jean Alingrin, mai 2009). Un couple de Lorient parti chercher un garçon blond revient avec un enfant noir qui l’a marqué dès son arrivée à l’orphelinat (témoignage de Mme Barouillet). Voyant qu’il peut y avoir des adoptants pour ce type d’enfants en France (alors qu’il n’y en a pratiquement pas au Québec), la SAPE en propose à ses différents contacts français.

47 Archives privées de Mme J. S. ; témoignage de Mme Barouillet.

48 Entretien avec Michel Carignan, Centre jeunesse de Montréal, 27 septembre 2012 et correspondance, avril 2013. Statistiques provinciales de Québec sur l’adoption.

49 Bourdeau L., Les retrouvailles en adoption. Une quête de soi, Québec, C.A.R.D., 2015.

50 Voir l’historique et le contenu de la loi sur la page : [http://adoption.gouv.qc.ca/fr_recherche-des-origines]. Plusieurs des dispositions de la loi entreront en vigueur à différentes dates d’ici au 16 juin 2018.

51 Info-Retrouvailles, no de mai-juin-juillet, août-septembre et octobre 2017.

Auteur

Yves Denéchère est professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Angers. Il dirige le Laboratoire TEMOS (FRE CNRS) et le programme de recherche interdisciplinaire EnJeu[x] Enfance et Jeunesse. Ses travaux croisent histoire sociale de l’enfance et des femmes et histoire transnationale. Il a notamment publié Des enfants venus de loin. Histoire de l’adoption internationale en France (Armand Colin, 2011) et a dirigé avec David Niget : Droits des enfants au xxe siècle. Pour une histoire transnationale (Presses universitaires de Rennes, 2016). Il travaille actuellement sur les questions de l’enfance dans les sorties de guerres et les fins d’empire depuis 1945 en s’intéressant aux expériences personnelles et à la confrontation de l’histoire et des mémoires.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540