Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Deuxième partie. Mémoire(s) et migrations

Introduction

Texte intégral

  • 1 À toutes fins utiles, rappelons que toute identité n’est pas a priori régressive, c’est-à- (...)

En dépit de son étymologie, identité venant du latin idem, autrement dit « le même », qui voudrait faire de cette notion une réalité unique et inaltérable, plus facile à théoriser et parfois, à vivre, l’identité est nécessairement plurielle, mouvante, flexible ou plus classiquement, héraclitéenne, prise dans un processus dynamique et toujours provisoire de définition de soi et des autres1. Ce sont ces identités individuelles ou groupales en construction permanente qui nous sont données à lire dans Métis and First Nation Autobiographies As a Means of Healing, l’article d’Eszter Szenczi et dans celui d’Yves Denéchère, Histoire et mémoire(s) des adoptions d’enfants québécois en France depuis les années 1960. Ce sont aussi ces identités-relatives ou identités-rhizomes, pour reprendre la terminologie deleuzienne, qui s’élaborent au travers de l’article d’Yvonne Völkl, Un bal de souvenirs : les écritures migrantes judéo-francophones du Québec et celui de Carmen Mata Barreiro, Mémoires greffées : les écritures migrantes du Québec comme lieu du travail de mémoire et de quête identitaire. Tous les quatre construisent leur propos à partir du rôle clé joué par la mémoire dans les processus de (re)construction voire de déconstruction identitaires, que la mémoire de votre communauté d’appartenance vous ait été confisquée, qu’elle se soit effilochée dans l’exil, que vous l’ayez délibérément enfouie ou encore réinvestie comme espace de résistance, ou lieu de questionnement de la mémoire collective.

  • 2 On pense au destin de la jeune métisse Piquette Tonnerre dans la nouvelle de Margaret Laur (...)

1Eszter Szenczi s’attarde sur la mise en récit des traumatismes personnels comme stratégie défensive – et curative – face aux situations de discrimination vécues par les Métis. Loin d’être une force, l’hybridité culturelle qui les définit est source de tensions et de désespoir. À travers trois romans écrits à dix ans d’intervalle à partir des années 1970, on voit évoluer les stratégies identitaires des Métis en réponse à l’ethnotypage des « Eurocanadiens » et à l’acculturation à marche forcée des enfants métis dans des familles d’accueil ou des pensionnats exclusivement blancs. L’autobiographie de Maria Campbell, nourrie par la colère de savoir ses représentations désormais colonisées, fait place à un récit choral de souvenirs d’enfants chez Beatrice Culleton qui met notamment la fiction au service d’une dénonciation du « syndrome de la jeune fille autochtone », spirale de l’autodestruction2 emblématique d’une négotiation insurmontable entre les deux polarités de base de la cohérence identitaire.

  • 3 Voir Costa-Lascoux J. et al., « L’identité et le sujet : en hommage à Carmel Camilleri », (...)

2Schématiquement, le « pôle pragmatique » concentre les capacités d’adaptation et d’intégration des représentations et des expériences nouvelles d’un individu, et au-delà, ses capacités à en jouer. À l’inverse, le « pôle ontologique » s’intéresse à la tradition, à ce noyau dur d’éléments « autochtones » qui apparaissent stables au soi et surtout, garants de sa continuité dans le temps, bien qu’eux aussi soient sujets à transformation mais de manière insensible. Élaboré par Camilleri3, ce modèle dialectique contribue à rendre compte des opérations plus ou moins conscientes mises en place par des individus en situation d’acculturation pour atteindre ou mieux, rétablir, une cohérence identitaire chahutée par ces processus interculturatifs.

3Dans le plus récent ouvrage évoqué par Eszter Szenczi, qu’elle tient pour le plus optimiste, Richard Wagamese, Ojibwa d’origine, s’oriente clairement vers une quête ontologique à travers une héroïne qui opte désormais pour la « retribalisation » identitaire. Sans pour autant s’inscrire dans une trame victimaire, cette manière de reterritorialisation d’une identité originelle mise à mal pendant l’enfance constitue un récit de la réparation d’une transmission culturelle manquée. C’est également d’une reterritorialisation de type ontologique qu’il s’agit dans le parcours reconstitué par Yves Denéchère du retour aux sources de certains parmi ces quelque sept cents enfants québécois adoptés en France, de 1966 à 1972. Enfants illégitimes, abandonnés ou orphelins, adoptés « à un âge sans mémoire », ceux d’entre eux qui l’ont souhaité et y sont parvenus « ont découvert – sans difficultés liées à la langue – une culture, une histoire, un peuple, en un mot un pays, celui de leurs origines ». Quasi inexistante en France, la mémoire de ces adoptions est « très vive et basée sur la souffrance au Québec ». Toutefois, Yves Denéchère souligne que les trois-quarts des demandes de retrouvailles émanent des personnes adoptées, les mères biologiques comptant pour un quart dans ces demandes. Il aura fallu un premier « tournant mémoriel » en 1982 pour qu’apparaissent « les premières demandes de retrouvailles » ; un second souffle leur sera donné vingt ans plus tard par les média, véritables passeurs de mémoire, voire « entrepreneurs mémoriels », par le biais de publications régulières, de sites Internet ou même d’une émission de radio, créée en 2002.

  • 4 Ricœur P., Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1990, p. 175.
  • 5 Ibid., p. 144. Cette opposition se superpose avantageusement à celle théorisée par Camille (...)

4De la déterritorialisation à la reterritorialisation, c’est aussi l’enjeu d’une rhétorique de la mémoire analysée par Yvonne Völkl dans douze romans publiés de 1977 à 2009, dont sept dans la première décennie du xxie siècle. Des migrants judéo-francophones majoritairement sépharades y rejouent les étapes de l’intégration dans le Montréal des années 1960 à 1980, à la suite d’une expérience imposée et souvent douloureuse de déracinement culturel et partant, identitaire. Yvonne Völkl s’intéresse aux méandres du travail de mémoire en faisant appararaître, dans la trame des récits, les stratégies narratives élaborées par les protagonistes pour affronter « l’écroulement » identitaire, soit bien souvent l’écartèlement identitaire entre pôles ontologique et pragmatique. Les représentations narratives du processus mémoriel participent d’une chorégraphie savante entre-temps du passé, du présent et triple point de vue d’un narrateur narrant, éprouvant ou remémoré. Cette réécriture de soi se met en place à des moments charnière dans la vie de l’exilé et semble constituer un procédé de filtrage typique dans la genèse d’une « identité narrative4 ». En effet, l’identité des protagonistes est bien leur histoire, laquelle ne leur est accessible qu’à travers la médiation d’un récit à même de leur offrir ces deux modes indissociables d’inscription du soi dans la temporalité que sont le pôle idem et le pôle ipse, caractérisés par le jeu dialectique entre l’immutabilité de soi dans le temps et l’ouverture de soi au changement, au différent5.

  • 6 Král F., Critical Identities in Contemporary Anglophone Diasporic Literature, Mcmillan, 20 (...)

5Ces mêmes polarités nous aident à comprendre le rapport à la mémoire et à l’oubli vécu par les cinq écrivains migrants qui intéressent Carmen Mata Barreiro, comme chez Jacques Folch-Ribas, écartelé dans Le greffon entre Jacques, son prénom d’adoption et le Jaume de son enfance catalane, ou chez Abla Farhoud et son personnage de Monique/ Kaokab, dans Jeux de patience. Chez Marie-Célie Agnant, dans Le livre d’Emma, il ne s’agit plus de polarités mais d’un enchâssement dans la mémoire individuelle d’Emma des mémoires de l’esclavage et du marronnage, à travers plusieurs siècles, plusieurs continents et plusieurs falsifications. D’origine haïtienne, espagnole, libanaise ou française, porteurs de la mémoire de l’esclavage ou de la guerre, ces écrivains n’éludent pas « la question brûlante de l’antagonisme des mémoires », indissociable pour Wajdi Mouawad de la réconciliation, ou « le problème de la non-convergence des mémoires », pour Régine Robin, chez qui « la greffe n’a pas réussi » si ce n’est à Montréal, ville « hybride », bientôt « postnationale » et sans doute aussi postmoderne, sans trame identitaire linéaire car tissée d’une « multiplicitude » de « patrimoines constitués en mutation ». Le migrant comme figure iconique de la postmodernité ? Le débat est ouvert avec Françoise Král6.

  • 7 Lors d’une interview avec Grégoire Leménager, à Nancy, en septembre 2014, Dany Leferrière (...)

6Carmen Mata Barreiro insiste sur « l’ouverture du paysage littéraire et culturel québécois contemporain » aux écritures migrantes, aux mémoires venues d’ailleurs qui « “interpellent […] et investissent” la culture québécoise ». En parallèle, chacun à leur manière, les contributeurs à ce chapitre nous donnent à réfléchir sur les risques liés à la construction d’une « identité fétiche » qui ne serait plus nourrie affectivement par « la dotation des origines ». C’est sans doute dans cet esprit qu’il faut comprendre le geste de Dany Laferrière, écrivain québécois mais aussi écrivant migrant, s’arrangeant pour recevoir à Port-au-Prince la nouvelle de son élection à l’Académie française, en revendiquant clairement une identité multiple7.

Notes

1 À toutes fins utiles, rappelons que toute identité n’est pas a priori régressive, c’est-à-dire identitariste.

2 On pense au destin de la jeune métisse Piquette Tonnerre dans la nouvelle de Margaret Laurence, The Loons.

3 Voir Costa-Lascoux J. et al., « L’identité et le sujet : en hommage à Carmel Camilleri », p. 6 ; Malewska-Peyre H., « Dynamique de l’identité, stratégies identitaires », in J. Costa-Lascoux, M.-A. Hily et G. Vermès (éd.), Pluralité des cultures et dynamiques identitaires, Hommage à Carmel Camilleri, Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces interculturels », 2000, 295 p., p. 33-34.

4 Ricœur P., Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1990, p. 175.

5 Ibid., p. 144. Cette opposition se superpose avantageusement à celle théorisée par Camilleri.

6 Král F., Critical Identities in Contemporary Anglophone Diasporic Literature, Mcmillan, 2009, 200 p.

7 Lors d’une interview avec Grégoire Leménager, à Nancy, en septembre 2014, Dany Leferrière revient sur ce choix d’Haïti (12 : 50) en ajoutant plus loin : « Depuis cinquante ans on nous emmerde avec l’identité, c’est l’expression à la mode. On dirait qu’on a été pris en otages par une bande de psychologues, de psychiatres ou de psychopathes. Quel que soit ce que vous faites, c’est une question d’identité. En Haïti, on a un surplus d’identités. »

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540