Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Première partie. Mémoire des lieux et lieux de mémoire

La construction des mémoires de la Main à Montréal : une question d’échelles ?

Marie-Laure Poulot

Texte intégral

  • 1 MacLennan H., Two Solitudes, Toronto, Collins, 1945.
  • 2 Parcs Canada, unité de gestion de l’ouest du Québec, énoncé d’intégrité commémorative, lie (...)

1Le boulevard Saint-Laurent, parfois appelé la Main, en référence à la Main Street, constitue un axe majeur dans la structuration de l’île de Montréal. Traditionnellement frontière entre les « deux solitudes » selon les termes de Hugh McLennan1, entre les quartiers anglophones à l’ouest et les quartiers francophones à l’est, le boulevard constituait le « corridor des immigrants2 », c’est-à-dire l’axe sur lequel les immigrants s’installaient lors de leur arrivée à Montréal de la fin du xixe siècle jusqu’au milieu du xxe siècle. Différents niveaux de gouvernements (fédéral, provincial, municipalité, arrondissement) reconnaissent, comme patrimoine, le boulevard, dans son ensemble ou en partie, l’ayant inscrit pour commémorer son rôle central dans l’histoire de l’immigration, mais aussi pour sa trame commerciale ethnique. Ces inscriptions sont cependant sans réelle réglementation, ce qui amène la société civile, regroupée en diverses associations, à prendre en charge la mise en valeur et l’action de veille pour la protection du bâti.

  • 3 Brenner N., « The Limits to Scale ? Methodological Reflections on Scalar Structuration », (...)
  • 4 Nora P., « Entre mémoire et histoire : la problématique des lieux », in P. Nora (dir.), Le (...)
  • 5 Debarbieux B., « Haut lieu », in J. Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géograp (...)
  • 6 Rapport de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, L’arrondissement hi (...)

2Mon propos est d’analyser les jeux d’échelles et d’acteurs dans le processus de patrimonialisation du boulevard Saint-Laurent, entendu comme sa désignation, sa mise en valeur et sa protection. L’échelle, prise non pas uniquement comme contenant spatial donné, mais comme construit social et espace de l’action politique3, constitue une clef de lecture des relations de pouvoir sur l’espace du boulevard Saint-Laurent, entre lieu de mémoire canadienne et lieu de mémoire montréalais, lieu de mémoire cosmopolite et lieu de mémoire d’une communauté ethnoculturelle particulière. Quelles sont les mémoires invoquées pour son inscription au patrimoine et comment sont-elles mises en valeur ? Est-on en présence d’un lieu de mémoire, lieu qui tient à la fois du « matériel, symbolique et fonctionnel4 » ? Autrement dit, est-ce que ces multiples échelles de patrimonialisation participent ensemble à la construction d’un « haut lieu5 » montréalais dans l’imaginaire urbain et viennent justifier la mise en patrimoine du boulevard comme « lieu historique national6 » du Canada ? Voit-on au contraire apparaître des mémoires discordantes ou assiste-on à l’effacement de certaines mémoires ? Enfin, certains secteurs du boulevard sont-ils plus protégés et mis en valeur que d’autres et pourquoi ?

3J’interrogerai en premier lieu la Main comme lieu de mémoire canadien : le boulevard est patrimonialisé pour son cosmopolitisme au niveau fédéral, mais s’agit-il de représenter la nation canadienne, québécoise ou simplement la métropole montréalaise ? Cette patrimonialisation au nom de la diversité culturelle renvoie à un territoire approprié par les communautés culturelles, il porte les marques de ces dernières : assiste-on à une concurrence mémorielle des communautés sur le boulevard ou à des tensions pour son appropriation ? Enfin, j’analyserai comment la société civile, engagée dans la protection et la valorisation du boulevard fait appel aux différents niveaux de gouvernement pour conserver certaines mémoires, menacées au profit de la construction d’une nouvelle identité, celle d’une métropole culturelle, avec l’exemple du nouveau Quartier des Spectacles.

4Ce texte s’appuie sur un travail de recherche conduit dans le cadre de mes études doctorales, sur les constructions territoriales et les nostalgies patrimoniales en lien avec les différentes acceptions du concept de cosmopolitisme autour du boulevard Saint-Laurent.

Le boulevard Saint-Laurent : un lieu de mémoire « national » ?

Un lieu de mémoire reconnu au niveau fédéral comme « arrondissement historique »

  • 7 Commission des lieux et monuments historiques du Canada, op. cit.

5La demande de classement du boulevard Saint-Laurent au titre de patrimoine historique culturel a été faite en 1995 auprès de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada (CLMHC) par Pierre Anctil, professeur d’histoire et d’anthropologie à l’université d’Ottawa, au nom de Dialogue Saint-Urbain – organisme fondé en 1989 afin d’améliorer le dialogue entre la communauté juive et la majorité francophone à Montréal. Dès l’année suivante, le boulevard est désigné arrondissement historique d’importance nationale pour son rôle de « corridor de l’immigration » dans « le développement des diverses communautés ethnoculturelles au Canada7 ».

  • 8 Parcs Canada, plan du réseau des lieux historiques nationaux du Canada, 2000.

6Cette inscription intervient dans un contexte de meilleure reconnaissance et prise en compte de la mémoire des communautés ethnoculturelles dans le passé national, au même titre que celles des Autochtones et des femmes. Ces trois groupes considérés « trop peu représentés » sont aujourd’hui reconnus comme des « priorités stratégiques8 » selon Parcs Canada, l’agence gouvernementale canadienne créée en 1911 en charge du patrimoine. Les autres lieux inscrits au patrimoine fédéral en reconnaissance du rôle des communautés ethnoculturelles sont des bâtiments de culte (église orthodoxe Antiochian St George à Montréal ou église « Little Dutch » à Halifax), deux cimetières et un seul autre quartier, le quartier chinois de Victoria (Colombie-Britannique). L’inscription du boulevard Saint-Laurent constitue donc un choix peu commun : cette artère longue de près de six kilomètres concentre non pas une mais plusieurs communautés ; elle présente de nombreux paysages très « ordinaires », voire certains secteurs peu multiculturels et peu mis en valeur, à la trame commerciale assez lâche, comme les alentours du viaduc Van Horne qui passe au-dessus du boulevard.

D’après [openstreetmap.org]. Cartographie : Marie-Laure Poulot, 2013.
Figure 1. – Le boulevard Saint-Laurent : « corridor de l’immigration » et « quartiers fondateurs ».

  • 9 Commission des lieux et monuments historiques du Canada, op. cit.
  • 10 Raoulx B., « Être visible dans la ville : le rôle des associations dans les enjeux culture (...)
  • 11 Kymlicka W., La voie canadienne. Repenser le multiculturalisme, Boréal, 2003 (trad. par An (...)
  • 12 Thériault J.-Y., « Le Canada est-il vraiment une société cosmopolite ? », Les cahiers de l (...)
  • 13 Caron J.-F., « Rooted Cosmopolitanism in Canada and Quebec », National Identities, 14 : 4, (...)

7La reconnaissance du boulevard comme « reflet microscopique de la société canadienne9 » selon le Rapport de la Commission des lieux et des monuments historiques, vient souligner l’importance du pluralisme ethnoculturel comme fondement identitaire du Canada. La loi sur le maintien et la valorisation du multiculturalisme de 1988 affirme en effet le multiculturalisme comme « une caractéristique fondamentale de l’identité et du patrimoine canadien10 ». Le multiculturalisme est ainsi devenu « la voie canadienne11 », un des piliers de la construction nationale12, au point que les élites intellectuelles y voient une des clefs du succès de la gestion canadienne de la diversité, voire une obligation morale pour le Canada de se poser en défenseur des minorités dans et à l’extérieur de ses frontières13.

  • 14 Kymlicka W., op. cit.
  • 15 Courtois S., « La politique du multiculturalisme est-elle compatible avec le nationalisme (...)

8Mais cette inscription au patrimoine n’est-elle pas un instrument du gouvernement fédéral afin de fondre la spécificité québécoise au sein d’un multiculturalisme canadien ? La mise en place de la politique de multiculturalisme en 1970 était, entre autres, un moyen de sortir du conflit franco-anglais fondateur pour créer un Canada unifié dans la diversité. Les nationalismes minoritaires québécois – mais aussi autochtones – étaient censés se fondre au sein d’une citoyenneté nationale canadienne14. Comme l’écrit Stéphane Courtois, « la politique canadienne sur le multiculturalisme camoufle et dissimule la réalité multinationale du Canada. Voilà essentiellement ce que les nationalistes du Québec ont à reprocher à la politique canadienne sur le multiculturalisme15 ». Le patrimoine est ainsi utilisé par le gouvernement fédéral afin de promouvoir le multiculturalisme et de s’imposer dans l’imaginaire québécois : c’est une manière d’inscrire le boulevard Saint-Laurent dans la mémoire canadienne.

  • 16 Site Parcs Canada : [http://www.pc.gc.ca/culture/proj/Main/intro_F.asp].
  • 17 Entretiens avec des spécialistes en patrimoine et des fonctionnaires à la municipalité de (...)

9De surcroît, cette désignation n’est qu’une déclaration de principes, elle est honorifique mais ne s’accompagne pas de réelle réglementation : Parcs Canada, qui a pour mandat de « présenter des témoins de l’héritage naturel et culturel aux Canadiens et de conserver leur intégrité pour les générations présentes et futures16 », ne gère pas directement l’artère. La plupart des spécialistes s’accordent pour parler de « poids moral17 ». Enfin, s’il y a consensus autour de l’importance patrimoniale du boulevard, la plupart des personnes interrogées dans le cadre de ma recherche doctorale en ignore la désignation au patrimoine, son seul signe tangible résidant dans des plaques installées aux deux extrémités du boulevard, au Vieux-Port et à l’intersection du boulevard et de la rue Jean-Talon.

Des bâtiments comme lieux de mémoire québécois ?

  • 18 Thériault J.-Y., « Entre Républicanisme et Multiculturalisme : La Commission Bouchard-Tayl (...)
  • 19 Caron J.-F., op. cit.
  • 20 Segura E., « L’interculturalisme québécois, alternative au multiculturalisme canadien ? Vo (...)

10Le gouvernement provincial reconnait également le boulevard dans son ensemble ou en partie, notamment pour sa dimension cosmopolite et son importance pour la province québécoise. Si les politiques québécois ont pu rejeter ce que représente la politique du multiculturalisme canadien, le Québec se positionne également comme légataire d’une identité cosmopolite, prônant l’interculturalisme en opposition aux modèles républicains et multiculturels18. Selon les élites québécoises, seul l’interculturalisme pourrait promouvoir un réel échange et un dialogue entre les différentes cultures, pour aboutir à une hybridité de l’identité nationale québécoise19. « Comme le multiculturalisme a été utilisé pour consolider la fédération canadienne, l’interculturalisme est né du processus de construction nationale québécois20 », écrit Eva Segura : le cosmopolitisme du boulevard Saint-Laurent ferait-il partie intégrante de l’identité québécoise ?

  • 21 Site du Répertoire du patrimoine culturel du Québec : [http://www.patrimoine-culturel.gouv (...)

11Le gouvernement québécois a classé quatre bâtiments du boulevard Saint-Laurent comme « monument historique » : le Monument-National, l’édifice Joseph-Arthur-Godin, la maison Elizabeth-Mittleberger-Platt dans le Vieux-Montréal et la manufacture Louis-Ovide-Grothé qui « témoigne du développement de Montréal comme principal centre manufacturier du Canada au début du xxe siècle21 ». Inscrit au patrimoine québécois depuis 1976, le Monument-National, situé entre le boulevard René-Lévesque et la rue Sainte-Catherine, bénéficie d’une aire de protection depuis 1978 et constitue l’exemple le plus significatif de la patrimonialisation provinciale sur le territoire du boulevard Saint-Laurent.

  • 22 Larrue J.-M. et Bourassa A. G., Les Nuits de la « Main », Cent ans de spectacles sur le bo (...)
  • 23 Larrue J.-M., Le Monument inattendu. Le Monument-National, 1893-1993, LaSalle, Éditions Ur (...)
  • 24 Larrue J.-M. et Bourassa A. G., op. cit.
  • 25 Répertoire du patrimoine culturel du Québec : [http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/R (...)

12Bâti au début des années 1890 comme un flambeau de la présence canadienne-française au cœur de la ville anglophone (car du côté ouest du boulevard), il figure cette volonté d’appropriation francophone dans la ville de Montréal22, au point que l’association Saint-Jean Baptiste de Montréal caresse le projet de création d’un boulevard national23. Si le classement de ce bâtiment souligne l’importance de la mémoire canadienne-française dans les inscriptions patrimoniales du gouvernement provincial, il est aussi une reconnaissance du passé cosmopolite du boulevard : en effet, les troupes de théâtre yiddish ont été pendant longtemps les principaux locataires du Monument-National qui recevait aussi des représentations d’opéras cantonnais24. Le Monument-National fait partie de l’arrondissement historique de Montréal, décrété en 1964 et agrandi en 1995 : ce dernier englobe l’ancienne ville fortifiée et le Vieux-Port. Il est délimité par la rue Saint-Antoine au nord, le fleuve Saint-Laurent au sud, le faubourg Québec avec les rues Saint-Hubert et Saint-André à l’est, et le faubourg des Récollets avec les rues McGill, De Longueuil et des Soeurs-Grises à l’ouest25. L’arrondissement historique comprend donc la partie sud du boulevard Saint-Laurent, qui traverse le Vieux Montréal, celle qui est pourtant la moins appropriée par les habitants et la moins évoquée dans les écrits littéraires ou scientifiques sur la Main.

Marie-Laure Poulot, 2012.
Figure 2. – Le Monument-National.

13Si le boulevard présente quelques bâtiments importants pour la communauté francophone et traverse l’arrondissement historique du Vieux-Montréal, il ne constitue pas un symbole du passé des Canadiens français à proprement parler : il est surtout représentatif des différentes vagues d’immigration à Montréal et du passé ouvrier et manufacturier de la ville.

Un lieu de mémoire montréalais ?

  • 26 Entretiens avec des experts en patrimoine et des responsables de la fondation Héritage Mon (...)
  • 27 Magnusson W., « Are Municipalities Creatures of the Provinces ? », Journal of Canadian Stu (...)
  • 28 Ville de Montréal, Politique du patrimoine de la ville de Montréal, mai 2005.

14Il jouit d’ailleurs à ce titre d’une reconnaissance municipale, tout aussi « théorique » que les autres. Remplaçant l’ancienne loi sur les biens culturels de 1972, la nouvelle loi sur le patrimoine culturel, adoptée le 19 octobre 2011 et entrée en vigueur au cours de l’année 2012, donne plus de pouvoirs aux municipalités26 « créatures du provincial27 », selon l’expression consacrée au Canada – qui ont pour interlocuteur privilégié le gouvernement provincial, qui lui, s’adresse au gouvernement fédéral. La ville de Montréal s’était d’ailleurs dotée d’une politique du patrimoine dès 200528 : ce texte souligne l’importance du boulevard Saint-Laurent et rappelle sa désignation au niveau fédéral. Pourtant, l’artère reste absente des « territoires à haute valeur patrimoniale » listés par la Ville.

  • 29 Secteur de la mise en valeur du territoire et du patrimoine, direction du Développement ur (...)
  • 30 Ibid., p. 31.

15Enfin, au niveau des arrondissements, le boulevard est présent dans l’évaluation du patrimoine urbain de l’arrondissement de Plateau-Mont-Royal et de Ville-Marie. Pour le Plateau, sont ainsi évoqués sa fonction de frontière entre les quartiers anglophones et francophones, celle d’installation des immigrants et la présence de quelques bâtiments « remarquables29 ». Le document retient que « le caractère multiethnique de la Main se traduit subtilement dans le paysage urbain. Il y règne toujours une atmosphère distincte, propice aux échanges et aux métissages culturels qui enrichissent la qualité de la vie urbaine30 ». Dans l’évaluation du patrimoine urbain de l’arrondissement de Rosemont-Petite Patrie, le boulevard Saint-Laurent n’apparaît pas en tant que tel, mais la Petite Italie comme quartier contenant le boulevard est présenté comme un quartier important. Toutefois, les arrondissements n’ont que peu de pouvoirs dans le domaine patrimonial : ils agissent là encore comme « poids moral ».

16L’analyse des textes légiférant la mise en patrimoine du boulevard Saint-Laurent à différentes échelles souligne combien les différents niveaux de gouvernement n’ont pas élaboré de véritable réglementation pour sa protection, sans doute aussi car le boulevard est surtout constitué de bâtiments relevant de propriétaires privés. Toutefois, sa dimension symbolique est très importante, notamment son caractère cosmopolite : c’est un patrimoine immatériel autant que bâti. La loi sur le patrimoine culturel de 2012 reconnaît désormais le patrimoine dit immatériel, aussi appelé « patrimoine vivant », ce qui pourrait aller de pair avec une plus grande prise en compte du patrimoine des communautés ethnoculturelles et conduire à un investissement plus important du gouvernement provincial, encore très attaché aujourd’hui à la notion de « monument historique ». Pour l’instant, ce sont diverses associations de la société civile qui se chargent de la mise en valeur du boulevard, en particulier les différentes communautés culturelles présentes le long de ce corridor d’immigration.

Une concurrence des communautés culturelles autour du boulevard Saint-Laurent ?

  • 31 Ripoll F. et Veschambre V., « L’appropriation de l’espace : une problématique centrale pou (...)
  • 32 Rémy J., « La ville cosmopolite et la coexistence interethnique », in A. Bastenier et F. D(...)

17Ces mémoires des communautés culturelles s’inscrivent dans l’espace en apposant un marquage, ou « production de signe(s)31 » le long du boulevard Saint-Laurent. À petite échelle, le boulevard Saint-Laurent est une artère cosmopolite, mais à grande échelle, il est composé d’une succession de quartiers ethniques ou « quartiers fondateurs32 » de différentes communautés. L’accumulation de marques à caractère ethnique insiste sur l’aspect multiculturel de l’artère : ces marques agissent comme des empreintes du passage des différentes communautés. On peut se demander s’il existe une concurrence mémorielle entre ces différents groupes, ou des tensions au sein même des communautés pour s’approprier le boulevard ?

Un marquage institutionnel pour reconnaître les mémoires des communautés

18Le marquage ethnique du boulevard constitue déjà un marquage patrimonial puisque les immigrants ne résident plus de façon majoritaire de part et d’autre du boulevard Saint-Laurent et les nouveaux arrivants privilégient aujourd’hui d’autres quartiers de la ville de Montréal. Ces marques contribuent à l’appropriation de l’espace par les différentes communautés culturelles ; c’est une manière de dire : « nous sommes passés là ». Elles se fondent ainsi dans la mémoire québécoise commune en affirmant : « je me souviens », la devise de la province québécoise.

  • 33 Commission des lieux et monuments historiques du Canada, op. cit.

19Ce marquage du territoire est institutionnalisé et résulte des différents acteurs municipaux et associatifs. Ainsi, les arches de la Petite Italie, fruit d’une réflexion entre la ville, la société de développement de la Petite Italie et les représentants de la communauté italienne, ou celles du Quartier chinois données par la Ville centre à la communauté chinoise. Citons encore les bancs de paroles et de pierre dans le Plateau Portugais, projet mis en place grâce à une collaboration entre la ville centre, l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et la communauté portugaise, dans le but de souligner la présence portugaise dans le secteur. La toponymie tient aussi un rôle commémoratif important en créant un lien entre histoire locale et territoire par les noms de lieux : parc du Portugal, parc des Amériques, parc de la Petite Italie, rue Dante, place Sun-Yat Sen sont autant de noms de lieux présents dans ce « couloir de pénétration privilégié des immigrants33 », au fil des différents « quartiers fondateurs », portugais, italien ou chinois. Ils sont parfois l’occasion de représenter la diversité de telle ou telle communauté, comme le parc des Açores sur l’avenue de l’Hôtel de ville entre les rues Rachel et Duluth qui souligne le grand nombre de ressortissants des îles açoréennes au sein de la communauté portugaise montréalaise. Le paysage est donc à la fois construit par les autorités et par les communautés. En 1975, en reconnaissance pour sa contribution exceptionnelle à la revitalisation et à la mise en valeur du Plateau-Mont-Royal, l’Ordre des architectes accordait à la communauté portugaise un prix collectif, reconnaissant son rôle dans la création d’un paysage particulier : azulejos, façades peintes, rénovation du bâti.

  • 34 Paré S., « Ethnicité et paysage, le marquage ethnique dans un Montréal aux identités pluri (...)

20Sylvie Paré distingue plusieurs types de paysages urbains selon les formes de marquage ethnique : le paysage comme « résultante non planifiée », fait d’accumulation de gestes sans intentionnalité d’aménagement ; le paysage « intentionnel », conséquence d’un projet d’aménagement ; enfin, le paysage « ménagé », où la volonté de coloration du lieu dissimule les marques les plus profondes34. Ce marquage institutionnalisé provient donc d’accords entre la municipalité et les communautés qui revendiquent chacune une portion du boulevard Saint-Laurent.

Un « marquage présence35 » pour s’approprier la mémoire des lieux

  • 35 Veschambre V., Traces et mémoires urbaines. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de (...)
  • 36 Commission des lieux et monuments historiques du Canada, op. cit.

21En plus de ce marquage institutionnel, les communautés marquent le paysage par une présence commerciale importante : produits ethniques, couleurs, drapeaux. Les magasins ethniques ont d’ailleurs contribué à l’inscription au patrimoine fédéral : « Dans l’imaginaire collectif montréalais, le boulevard Saint-Laurent, c’est le couloir des immigrants, le tailleur juif ou italien, les restaurants chinois ou grecs, les multiples petits commerces de détail exotiques36. »

22Enfin, les différents secteurs du boulevard sont l’occasion de fêtes ou de rassemblements : le nouvel an chinois, ou encore les dimanches du Portugal ont lieu sur le boulevard, respectivement dans le quartier chinois et dans le parc du Portugal. Le festival le plus important de la communauté d’origine italienne, la Semaine italienne de Montréal, qui a lieu dans différents quartiers de la ville où est présente une communauté italienne, concentre aussi ses événements les plus importants dans la Petite Italie, encore vue comme le « cœur de la communauté ». Le boulevard Saint-Laurent entre la rue Beaubien et la rue Jean-Talon est fermé à cette occasion et les visiteurs peuvent s’y promener et aller à la rencontre de la communauté, de ses produits et de ses traditions. Mais d’autres regroupements sont aussi plus spontanés : lors du mondial du soccer, la Petite Italie ou le secteur portugais sont les lieux favoris de l’expression des supporters.

  • 37 Rémy J., op. cit.

23Ces marques montrent l’attachement des communautés à ce territoire, leur appropriation et l’importance symbolique qu’elles attachent à ce « quartier fondateur37 », lieu des mémoires de l’immigration à Montréal.

  • 38 Voir le site de la Casa d’Italia : [http://www.casaditaliaccpi.org/index.php/en/].
  • 39 Leclerc J.-F. et Pirès J., « La mémoire et l’identité de Montréal : des repères territoria (...)

24Les différentes communautés cherchent aussi une reconnaissance officielle de leur quartier : la Petite Italie qui englobe le boulevard entre la rue Jean-Talon et la rue Saint-Zotique, ou le quartier Chinois entre le boulevard René-Lévesque et la rue Viger, existent déjà et certains membres de la communauté portugaise espèrent aussi la création d’un Petit Portugal. Plusieurs initiatives sont lancées afin de recueillir ces mémoires immigrantes : les archives e-storia à la Casa d’Italia38 notamment ou encore l’initiative des « cliniques de mémoire » au sein de la communauté portugaise lors du cinquantième anniversaire de l’arrivée de la communauté portugaise en 2003. Ces projets ont contribué à la collecte de mémoires immigrantes, pour ce qui est de l’histoire orale des immigrants39. On pourrait donc parler d’une concurrence mémorielle des communautés sur le boulevard, puisque les lieux de mémoire de ces communautés sont présents le long de ce corridor, comme la Casa d’Italia dans le Quartier Italien ou encore des lieux communautaires et religieux comme la mission Santa Cruz dans le secteur portugais. D’autres organismes y ont aussi pignon sur rue : certaines éditions de journaux (Keneder Adler disparu en 1988 ou A voz de Portugal, hebdomadaire tiré depuis 1961) ou des associations communautaires sur le boulevard ou dans son aire d’influence (ainsi, l’Association portugaise du Canada sur la rue Saint-Urbain ou encore le centre communautaire et culturel chinois de Montréal sur la rue Clark).

  • 40 Cha J., « La représentation symbolique dans le contexte de la mondialisation. L’exemple de (...)

25Pour autant, certaines traces du passage des immigrants s’effacent ou sont cachées par l’arrivée d’autres vagues : le passage des Irlandais dans le quartier chinois a été totalement recouvert par la signalétique, les enseignes et une architecture « asiatique » ou ce que Jonathan Cha appelle « l’enchinoisement40 » du quartier. Il n’y a pas réellement de quartier mono-ethnique : les communautés sont mouvantes et évolutives dans le temps et dans l’espace (on observe notamment un mouvement vers le Nord de la ville). Surtout, cette rue est longue de 6 km, permettant une appropriation du même axe mais à des endroits différents pour chacune des communautés.

26Le cosmopolitisme du boulevard est donc patrimonialisé et mis en valeur par la Ville et par les communautés ethnoculturelles. Mais certains secteurs du boulevard ne relèvent pas – ou moins – de cette diversité mise en patrimoine. L’ancien Red Light de Montréal fait ainsi référence à d’autres mémoires : celles de la prostitution, des cabarets, du divertissement et de la pègre. La société civile est très présente pour protéger ces mémoires, en faisant appel aux différents niveaux de gouvernement lorsque le patrimoine du boulevard est menacé.

Jeux d’acteurs autour des mémoires du boulevard dans le Red Light

27L’exemple de l’îlot Saint-Laurent, situé dans l’ancien Red Light et l’actuel Quartier des Spectacles, est emblématique du système d’acteurs complexes autour de la protection du patrimoine. Un projet urbain appelé projet du quadrilatère Saint-Laurent, entre le Monument-National et la rue Sainte-Catherine, nécessitait l’expropriation et la destruction des bâtiments sur le côté ouest du boulevard, pour l’érection d’une tour de bureaux d’une vingtaine d’étages. Cette opération d’urbanisme a suscité une telle opposition que le projet est pour l’instant suspendu.

Faire appel aux niveaux supérieurs de gouvernement pour protéger le patrimoine

  • 41 Voir le site de l’association Save the Main : [http://www.savethemain.com/intro.htm], cons (...)
  • 42 Entretiens avec des membres de l’association Save the Main, 2012.

28L’opposition au projet a pris forme à l’occasion des consultations publiques sur le plan d’aménagement du quadrilatère Saint-Laurent : certains propriétaires des bâtiments, des habitants, des professeurs se sont regroupés autour du Café Cléopâtre pour créer l’association Save the Main. Un comité particulier s’est constitué au sein de cette association pour faire du lobbying auprès des politiques, des partis municipaux d’opposition (Projet Montréal et Vision Montréal), mais aussi auprès des circonscriptions provinciales (Sainte-Marie-Saint-Jacques) et fédérales (Westmount-Ville-Marie et Laurier-Sainte-Marie). Enfin, sous forme de boutade, l’association a même écrit au prince Charles pour lui demander d’intervenir41. Ces appels aux différents niveaux de gouvernement sont restés sans réponse, tandis que leur présence dans les médias et la bataille sur le plan juridique ont été plus fructueuses42.

  • 43 Lambert P. et Bumbaru D., lettre ouverte parue dans Le Devoir : « Revitalisation du patrim (...)
  • 44 Voir site de Héritage Montréal : [http://www.heritagemontreal.org/fr/ilot-saint-laurentmon (...)
  • 45 Lambert P. et Bumbaru D, op. cit.

29L’association patrimoniale la plus importante de Montréal, Héritage Montréal, a aussi tenté d’en appeler aux niveaux supérieurs de gouvernement pour protéger l’îlot Saint-Laurent, par des lettres directes aux politiques et en passant par les médias. Dans une lettre ouverte parue conjointement dans Le Devoir et The Gazette, Dinu Bumbaru, directeur des politiques chez Héritage Montréal, et Phyllis Lambert, directeur fondateur et président du conseil des fiduciaires du Centre canadien d’architecture, demandent « de suspendre l’exécution de tout ordre ou autorisation de démolir les bâtiments ou façades d’intérêt patrimonial sur l’îlot du Monument-National43 ». La fondation Héritage Montréal a aussi inscrit l’îlot Saint-Laurent sur la liste des sites du patrimoine en danger en 2012 et à nouveau en 201344. Les enjeux soulignés sont bien ceux de la « crédibilité des protections gouvernementales et municipales accordées au patrimoine45 ».

D’après [openstreetmap.org]. Cartographie : Marie-Laure Poulot, 2013.
Figure 3. – L’îlot Saint-Laurent/Monument-National au sein de l’actuel Quartier des Spectacles.

30Les niveaux supérieurs de gouvernement se renvoient la responsabilité tant au niveau de la protection que de la destruction des édifices : l’îlot, dans l’aire de protection du Monument-National, relèverait du provincial selon le gouvernement fédéral, et inversement, le gouvernement provincial peut faire valoir que le boulevard Saint-Laurent est un « arrondissement historique national » fédéral. La sécurité publique, invoquée par la Ville de Montréal, a en outre servi d’argument à la municipalité et au gouvernement provincial pour la démolition des bâtiments (risques d’incendies ou d’écroulement).

31L’outillage en matière de protection est encore plus faible ici car le boulevard a été patrimonialisé pour son cosmopolitisme. Or, l’ancien Red Light répond à d’autres logiques et ce passé n’est pas une mémoire à conserver et à mettre en valeur pour la ville de Montréal. Il est intéressant de noter que le projet de Quartier des Spectacles semble s’inscrire dans la lignée d’autres grands projets qui ont tous cherché à transformer en profondeur cet espace : le projet de boulevard national évoqué précédemment, ou encore les velléités du maire Jean Drapeau.

Des mémoires effacées au profit d’une nouvelle identité « culturelle » ?

32Cette opposition au projet repose par ailleurs sur l’idée que la destruction des bâtiments, justifiée par l’embellissement et la modernisation dans le cadre d’un Quartier des Spectacles d’importance internationale, revient à gommer certaines mémoires du Red Light : selon les opposants au projet, les démolitions ne peuvent qu’entraîner la disparition de certaines strates historiques, sociales ou urbanistiques, et donc des mémoires liées à ces strates.

33Certains voient d’abord la destruction du côté ouest du boulevard comme une manière de gommer les mémoires anglophones. Un des membres de Save the Main explique ainsi :

« Et ya beaucoup de désir de venir à l’ouest et de jeter par terre, de tout reconstruire. C’est une façon aussi d’effacer les mémoires un peu des quartiers anglophones. En fait, tout le complexe Desjardins et la place des Arts étaient un quartier ouvrier anglophone des années soixante. Et ya quasiment aucune trace de ça, tout a été mis à terre et reconstruit. » (Entretien 2012).

34L’exposition sur les « Quartiers disparus » au Centre d’histoire de Montréal tente de conserver les mémoires de ces quartiers avec une attention à l’ancien quartier résidentiel du Red Light, remplacé en 1959 par les Habitations Jeanne-Mance. Cette exposition présente notamment des témoignages des anciens habitants.

35D’autres voient l’initiative du Quartier des Spectacles comme une manière d’effacer les mémoires liées au Red Light, avec la disparition des derniers lieux représentatifs de ces activités, notamment le Café Cléopâtre, qui comprend un club de strip-tease et une salle de spectacles pour divers événements, du burlesque au festival fetish. C’est pourquoi l’association Save the Main est composée à la fois de chercheurs sur les sujets liés aux travailleuses du sexe, afin de rendre compte de ces mémoires particulières, et de personnes cherchant à intégrer le burlesque dans la mémoire du quartier de l’ancien Red Light, comme une des identités de l’actuel Quartier des Spectacles.

36Enfin, certaines mémoires liées à la pauvreté et notamment aux maisons de chambre (ou meublés) disparaissent aussi avec la démolition des bâtiments de l’îlot Saint-Laurent. Aujourd’hui, un projet de recherche, mené depuis 2010 en partenariat avec le Service aux collectivités de l’UQAM, la Table de concertation du faubourg Saint-Laurent et le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM), est en cours dans la foulée des travaux de la Commission populaire sur la sauvegarde des maisons de chambres à Montréal.

  • 46 Drouin M., Le combat du patrimoine à Montréal (1973-2003), Québec, Presses de l’université (...)

37Les associations et les habitants souhaitant voir le patrimoine protégé et la mémoire des lieux préservée se sentent ainsi dépossédés du boulevard par les trois échelles du pouvoir (ville, province et fédéral). Ils se mobilisent autour du patrimoine du boulevard Saint-Laurent en construisant un « nous » montréalais au sein duquel les différents niveaux de gouvernement sont rangés dans la même catégorie que les promoteurs (ceux en charge du projet de tour de bureaux par exemple) et que certains propriétaires ayant laissé leurs bâtiments à l’abandon et donc aux pics des démolisseurs. Ils sont vus comme lointains, voire étrangers ou résidant à l’extérieur, ou plus exactement comme ne connaissant pas Montréal. On retrouve là un des traits analysés par Martin Drouin pour la sauvegarde du patrimoine en général à Montréal46.

  • 47 Bédard M., « Une typologie du haut-lieu, ou la quadrature d’un géosymbole », Cahiers de gé (...)
  • 48 Debarbieux B., art. cité.

38Le boulevard Saint-Laurent est inscrit au patrimoine pour son cosmopolitisme, dans son ensemble ou en partie, aux différents niveaux de gouvernements, pour diverses raisons politiques. Les communautés chinoises, portugaises, juives et italiennes se partagent les secteurs du boulevard et apposent leurs marques sur le territoire. Par ces reconnaissances multiples, le boulevard Saint-Laurent devient un haut lieu montréalais, « en égard à l’imaginaire qu’il suscite et à la symbolique qu’on lui reconnaît47 », c’est-à-dire un lieu « qui rend possible l’expression d’une adhésion individuelle à une idéologie collectivement partagée48 ». Mais s’il y a consensus autour de l’importance du boulevard Saint-Laurent dans son ensemble dans la mémoire montréalaise, certaines tensions émergent dans les secteurs qui ne sont pas caractérisés par le cosmopolitisme, où l’absence de réglementations concernant le patrimoine amène les citadins montréalais à œuvrer pour sa protection. Le boulevard Saint-Laurent se construit en lieu de commémoration du quotidien, mais les transformations successives et les géographies fragmentées rendent difficile la commémoration d’un moment ou d’un tronçon précis du boulevard. Sans réel conflit entre les communautés, du fait de la longueur de la rue, certaines tensions peuvent tout de même apparaître dans les secteurs où de nouvelles communautés se sont installées : ainsi les arches de la Petite Italie ont été déplacées sur une autre rue, du fait de la présence de communautés vietnamiennes et hispaniques. Un récit unifié s’impose à petite échelle avec la convergence des mémoires habitantes et mémoires nationales, alors que la variété l’emporte pour les récits à grande échelle. L’imaginaire entourant la rue semble alors être la meilleure protection pour le boulevard Saint-Laurent. Cet imaginaire fait ici moins référence à la nation canadienne ou québécoise qu’à l’histoire locale, montréalaise et contribue alors à faire du boulevard Saint-Laurent un espace des plus importants dans la mémoire habitante des Montréalais qui tentent d’utiliser l’inscription au patrimoine comme outil de protection des bâtiments.

Notes

1 MacLennan H., Two Solitudes, Toronto, Collins, 1945.

2 Parcs Canada, unité de gestion de l’ouest du Québec, énoncé d’intégrité commémorative, lieu historique national du Canada boulevard Saint-Laurent, 2006, p. 4.

3 Brenner N., « The Limits to Scale ? Methodological Reflections on Scalar Structuration », Progress in Human Geography, vol. 25, no 4, 2001, p. 591-614.

4 Nora P., « Entre mémoire et histoire : la problématique des lieux », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, I : La République, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque illustrée des histoires », 1984, p. xv-xlii.

5 Debarbieux B., « Haut lieu », in J. Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 448-449.

6 Rapport de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, L’arrondissement historique du Boulevard Saint-Laurent (La Main), Gordon Fulton et Luce Vermette, direction des Services historiques, Parcs Canada, 1996.

7 Commission des lieux et monuments historiques du Canada, op. cit.

8 Parcs Canada, plan du réseau des lieux historiques nationaux du Canada, 2000.

9 Commission des lieux et monuments historiques du Canada, op. cit.

10 Raoulx B., « Être visible dans la ville : le rôle des associations dans les enjeux culturels et sociaux du patrimoine à Vancouver », in M. Gravari-Barbas et S. Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du xxie siècle (actes du colloque international, 7-9 octobre 1999, Sorbonne), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2003, p. 433-451.

11 Kymlicka W., La voie canadienne. Repenser le multiculturalisme, Boréal, 2003 (trad. par Antoine de Robitaille, Finding Our Way : Rethinking Ethnocultural Relations in Canada, Toronto, Oxford University Press, 1998).

12 Thériault J.-Y., « Le Canada est-il vraiment une société cosmopolite ? », Les cahiers de la Fondation Trudeau, Montréal, Fondation Trudeau, vol. 1, 2009, p. 153-172.

13 Caron J.-F., « Rooted Cosmopolitanism in Canada and Quebec », National Identities, 14 : 4, 2012, p. 351-366.

14 Kymlicka W., op. cit.

15 Courtois S., « La politique du multiculturalisme est-elle compatible avec le nationalisme québécois ? », Globe : revue internationale d’études québécoises, vol. 10, no 1, 2007, p. 53-72, p. 57.

16 Site Parcs Canada : [http://www.pc.gc.ca/culture/proj/Main/intro_F.asp].

17 Entretiens avec des spécialistes en patrimoine et des fonctionnaires à la municipalité de Montréal, 2011-2012.

18 Thériault J.-Y., « Entre Républicanisme et Multiculturalisme : La Commission Bouchard-Taylor, une Synthèse Ratée », in B. Gagnon (dir.), La Diversité Québécoise en Débat : Bouchard, Taylor et les Autres, Montréal, Québec Amérique, 2010, p. 143-156.

19 Caron J.-F., op. cit.

20 Segura E., « L’interculturalisme québécois, alternative au multiculturalisme canadien ? Voie québécoise ou voix québécoise », Humanisme et Entreprise, no 305, 2011/5, p. 81-88, p. 86.

21 Site du Répertoire du patrimoine culturel du Québec : [http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=92824&type=bien#.Uh_fkLz3A18].

22 Larrue J.-M. et Bourassa A. G., Les Nuits de la « Main », Cent ans de spectacles sur le boulevard Saint-Laurent 1891-1991, Montréal, Vlb Éditeur, 1993.

23 Larrue J.-M., Le Monument inattendu. Le Monument-National, 1893-1993, LaSalle, Éditions Urtubise, 1993.

24 Larrue J.-M. et Bourassa A. G., op. cit.

25 Répertoire du patrimoine culturel du Québec : [http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/RPCQ/].

26 Entretiens avec des experts en patrimoine et des responsables de la fondation Héritage Montréal, 2012.

27 Magnusson W., « Are Municipalities Creatures of the Provinces ? », Journal of Canadian Studies/Revue d’études canadiennes, vol. 39, no 2, 2005, p. 5-29, et Prémont M.-C., « Les recompositions territoriales dans la région de Montréal : une relation traditionnelle entre le législateur québécois et les municipalités de l’île », intervention au colloque international Les recompositions territoriales locales en France et au Québec, Institut d’études politiques de Bordeaux, 4 et 5 mai 2004.

28 Ville de Montréal, Politique du patrimoine de la ville de Montréal, mai 2005.

29 Secteur de la mise en valeur du territoire et du patrimoine, direction du Développement urbain, évaluation du patrimoine urbain, arrondissement du Plateau-Mont-Royal, 2005.

30 Ibid., p. 31.

31 Ripoll F. et Veschambre V., « L’appropriation de l’espace : une problématique centrale pour la géographie sociale », in R. Séchet et V. Veschambre (dir.), Penser et faire la géographie sociale. Contribution à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 295-304.

32 Rémy J., « La ville cosmopolite et la coexistence interethnique », in A. Bastenier et F. Dassetti (éd.), Immigration et nouveaux pluralismes. Une confrontation de sociétés, Bruxelles, Éditions universitaires, université de Boeck, 1990, p. 85-106.

33 Commission des lieux et monuments historiques du Canada, op. cit.

34 Paré S., « Ethnicité et paysage, le marquage ethnique dans un Montréal aux identités plurielles », in P. Delorme (éd.), La ville autrement, FIDES, 2005, p. 193-209.

35 Veschambre V., Traces et mémoires urbaines. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

36 Commission des lieux et monuments historiques du Canada, op. cit.

37 Rémy J., op. cit.

38 Voir le site de la Casa d’Italia : [http://www.casaditaliaccpi.org/index.php/en/].

39 Leclerc J.-F. et Pirès J., « La mémoire et l’identité de Montréal : des repères territoriaux pour une mémoire sans frontières », Montréal cultures, 12 juin 2003.

40 Cha J., « La représentation symbolique dans le contexte de la mondialisation. L’exemple de la construction identitaire du Quartier Chinois de Montréal », Journal de la Société pour l’étude de l’Architecture au Canada, vol. 29, no 3 et 4, 2004.

41 Voir le site de l’association Save the Main : [http://www.savethemain.com/intro.htm], consulté le 10 septembre 2013.

42 Entretiens avec des membres de l’association Save the Main, 2012.

43 Lambert P. et Bumbaru D., lettre ouverte parue dans Le Devoir : « Revitalisation du patrimoine – Sauvons le boulevard Saint-Laurent ! », samedi 7 avril 2012.

44 Voir site de Héritage Montréal : [http://www.heritagemontreal.org/fr/ilot-saint-laurentmonument-national/], consulté le 16 juillet 2013.

45 Lambert P. et Bumbaru D, op. cit.

46 Drouin M., Le combat du patrimoine à Montréal (1973-2003), Québec, Presses de l’université du Québec, coll. « Patrimoine urbain », 2005.

47 Bédard M., « Une typologie du haut-lieu, ou la quadrature d’un géosymbole », Cahiers de géographie du Québec, vol. 46, no 127, 2002, p. 49-74, à la p. 51.

48 Debarbieux B., art. cité.

Table des illustrations

Légende D’après [openstreetmap.org]. Cartographie : Marie-Laure Poulot, 2013.Figure 1. – Le boulevard Saint-Laurent : « corridor de l’immigration » et « quartiers fondateurs ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Marie-Laure Poulot, 2012.Figure 2. – Le Monument-National.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende D’après [openstreetmap.org]. Cartographie : Marie-Laure Poulot, 2013.Figure 3. – L’îlot Saint-Laurent/Monument-National au sein de l’actuel Quartier des Spectacles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138801/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteur

Marie-Laure Poulot détient un doctorat en géographie de l’université Paris Nanterre réalisé au sein de l’UMR LAVUE. Sa thèse de doctorat, publiée aux Presses de l’université du Québec, porte sur la production de l’espace urbain à Montréal au prisme du cosmopolitisme à travers l’analyse des transformations du boulevard Saint-Laurent. M.-L. Poulot est actuellement ATER à l’université de Cergy-Pontoise et membre associée du laboratoire MRTE (Mobilités réseaux territoires environnement). Ses recherches portent sur les problématiques patrimoniales et la diversité culturelle dans les espaces publics urbains.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540