Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Première partie. Mémoire des lieux et lieux de mémoire

Héritages, lieux et médiation dialogue des lieux et du temps au service d’un récit canadien

Stéphane Héritier

Texte intégral

Introduction

  • 1 Lowenthal D., The Past is a Foreign Country, Cambridge, Cambridge University, 1985, p. 210
  • 2 Lowenthal D., The Heritage Crusade and the Spoils of History, Cambridge, Cambridge Univers (...)
  • 3 O’Keeffe T., « Landscape and Memory : Historiography, Theory and Methodology », in N. Moor (...)
  • 4 Halbwachs M., Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 (1925).

1« The prime function of memory… is not to preserve the past but to adapt it so as to enrich and manipulate the present », écrit D. Lowenthal1. La méfiance de l’historien anglais concernant la mémoire et surtout le patrimoine qu’il considérait comme une véritable altération de l’histoire2, semble partagée par Tadhg O’Keeffe pour qui « collected memory is a product of external programming, and that […] it represents a triumph of “simulation” over “trace”3 ». Cette posture fait écho à la manière dont Halbwachs considère « le rappel des souvenirs » – c’est-à-dire l’opération qui permet de mobiliser la mémoire4. Pour lui, ce processus est directement lié à ce que nous appellerions aujourd’hui l’environnement social. Ce rappel est rarement neutre puisqu’il serait destiné, notamment lorsqu’il est opéré par une institution, à manipuler le présent. En considérant ce qui est dit par la mobilisation mémorielle à travers les lieux patrimoniaux, le Canada constitue un terrain d’observations privilégié de la manière dont le patrimoine canadien permet d’envisager un dialogue des lieux et du temps au service d’un récit collectif et national, celui-ci s’articulant autour des lieux porteurs d’héritages et servant de support à des opérations de médiation.

  • 5 Schiele B. (dir.), Patrimoines et identités, Québec, Éditions Multimondes et musée de la C (...)
  • 6 Berque A., in J. Levy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace (...)
  • 7 Lowenthal D., The Heritage Crusade…, op. cit.
  • 8 Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, t. 1 : La République, Paris, Gallimard, coll. « Quar (...)

2Le terme d’héritages fait référence à ce qui est légué par le passé, quels que soient les usages qui en sont faits au présent. Il correspond à ce qui s’inscrit dans le cadre de la transmission, à ce qui est reçu des antécédents (ancêtres, parents). Dans l’héritage, la mémoire, remettant en question « le rapport de temporalité5 », semble plus libre de circuler. Il s’incarne également dans des lieux. À leur propos, A. Berque révèle l’ambivalence des lieux géographiques, ce qui le conduit à considérer le lieu comme ce qui est « là où quelque chose se trouve ou/et se passe6 ». Il est donc lieu au sens géométrique, localisable, mais aussi au sens topologique, moins soumis à la contrainte de l’identité géométrique. Quand il devient « de mémoire », le lieu prend un sens élargi, qui dépasse la question de la localité et de la réalité géométrique. P. Nora rappelle un dénominateur à ces lieux : « Au départ, il faut qu’il y ait volonté de mémoire », mais ils deviennent ce là où quelque chose […] se passe par la mobilisation, de trois dimensions relevant du « matériel », du « symbolique » et du « fonctionnel » ; « les trois aspects [coexistant] toujours » simultanément. Le lieu de mémoire devient alors une sorte de symptôme du changement du rapport au temps historique – également souligné par Lowenthal7 – et de l’évolution du rapport de la nation ou de la société, et annonciateur du changement de capacité légitimante, d’une « légitimation par le passé », qui « a cédé le pas à la légitimation par l’avenir8 ». La médiation, enfin, est à la fois un processus, une – ou un ensemble de – pratique mais aussi, plus étonnamment, un lieu. Elle est processus car elle suppose une volonté, une stratégie et un objectif et car elle s’organise selon un déroulement. Elle est une pratique car elle nécessite des porteurs, des acteurs et des décideurs répondant souvent à des logiques institutionnelles. Elle est un lieu (au sens topologique) parce qu’elle est cet espace où quelque chose se passe autant qu’elle configure ce qui se transmet et qui se charge (ou change) de sens.

  • 9 Au sens de la dialogique d’Edgar Morin.
  • 10 Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, op. cit.
  • 11 Leniaud J.-M., Les Archipels du passé. Le patrimoine et son histoire, Paris, Fayard, 2002.
  • 12 Tonkin E., Narrating our Pasts. The social Construction of Oral History, Cambridge, Cambri (...)

3Ce texte s’intéresse aux conditions par lesquelles se transmettent des éléments d’une partie de l’héritage culturel canadien à travers des éléments considérés comme relevant du patrimoine. Associés à une démarche de médiation liée à des lieux ou à des moments d’interprétation, ceux-ci permettent d’interroger le sens des lieux retenus pour constituer les éléments d’une mémoire canadienne – ou nationale – officialisée et institutionnalisée. Ils sont aussi l’occasion d’interroger la relation entre les lieux et le temps, ou plus exactement la manière dont la temporalité dialogue9, au Canada, avec la localité et, probablement plus largement, avec la spatialité. Au-delà, il s’agit de saisir la manière dont l’État canadien ou les Canadiens (dont les visées ne sont pas nécessairement équivalentes) envisagent leur manière de se penser dans la durée. Comme dans de nombreux pays occidentaux, il peut être observé une sorte « d’explosion patrimoniale10 » ou « d’inflation patrimoniale11 » qui se traduit par l’augmentation du nombre de lieux référencés recevant un intérêt patrimonial, eux-mêmes à l’origine de récits spatialisés12. Quelles sont les configurations des lieux qui portent la mémoire au Canada ? Et en corollaire, comment cette fabrique de la mémoire contribue-t-elle à élaborer des récits à partir de configurations spatiales du temps ? Interroger les contours de la mémoire canadienne s’avère un passage nécessaire pour saisir la manière dont la valorisation de l’héritage sert la mobilisation de cette mémoire et sert à élaborer la mise en scène des lieux.

Mémoire canadienne ? Des hommes et des lieux

  • 13 Thiesse A.-M., La création des identités nationales. Europe xviiie-xixe siècle, Paris, Le (...)
  • 14 Dutourj., La construction du patrimoine du Canada entre reconnaissance publique et valoris (...)
  • 15 Nash R., Wilderness and the American Mind, New Heaven/Londres, Yale University Press, 1982 (...)

4Depuis les premiers temps de la Confédération, la construction d’une identité canadienne a pris des formes très variées. Comme dans le cas de la construction d’identités nationales en Europe13, le Canada a utilisé différents outils de cette mise en cohérence progressive de la diversité culturelle, religieuse et socio-politique tels que les langues, l’histoire, les institutions politiques et religieuses ou encore les plaques commémoratives au service de l’élaboration d’un « patrimoine narratif14 ». Mais, dans ce continent intégré à l’imaginaire occidental à partir de l’époque moderne, quelques siècles d’histoire semblaient insuffisants pour asseoir une antériorité et une identité sur l’histoire seule15.

  • 16 Ce moment fondateur a été le sujet d’un puissant débat lié à une véritable offensive polit (...)
  • 17 Berton P., Le grand défi. Le chemin de fer canadien, Montréal, Éditions du jour, 1975 (édi (...)
  • 18 Cros L., La représentation du Canada dans les écrits des historiens anglophones canadiens, (...)

5Pour démarrer une temporalité moderne et passer de l’Amérique du Nord britannique au Canada, il lui fallait un moment fondateur16, des héros et une mythologie. L’Act(e) de l’Amérique du nord britannique offrira le premier, les Pères de la confédération les deuxièmes et quelques récits de maîtrise territoriale – parmi lesquels l’histoire de la Compagnie de la baie d’Hudson, le « grand défi » ferroviaire17, ou les travaux d’historiens construisant une certaine idée du rôle de la nature dans l’aventure économique du pays18 – la troisième. Depuis les années 1970, de manière plus nette, les lieux patrimoniaux du Canada constituent des supports commodes sur lesquels il est possible d’arrimer une mémoire collective tout en établissant des balises temporelles pour le présent.

Lieux de l’héritage, lieux de la mémoire ?

  • 19 Taylor C. J., Negotiating the Past. The Making of the Canada’s National Historic Parks and (...)
  • 20 Riegl A., Le culte moderne des monuments, Paris, Seuil, 1984.

6L’intérêt porté au passé est ancien puisque le Canada a commencé à identifier des lieux d’importance historique au moins depuis 1919, année de la création de la Commission des lieux et des monuments historiques du Canada (CLMHC)19, dont les motivations et les pratiques s’inscrivaient dans un désormais classique « culte moderne des monuments20 », commun aux États-nations en recherche de légitimation.

  • 21 Par comparaison, pour un calcul équivalent effectué à partir des sites classés et inscrits (...)

7Depuis lors, le patrimoine canadien s’est étoffé grâce à une politique volontariste menée par les services du ministère du Patrimoine (au moins jusqu’en 2011) et par l’agence de Parcs Canada (tableau 1). En opérant une comptabilisation brute, le nombre s’élève à 13629 unités différentes. Le total représente 1 lieu fédéral pour 2530 canadiens, soit un taux de patrimonialité – entendu comme le nombre de lieux patrimoniaux pour 1000 habitants – se montant à 0,396/100021.

Type de lieu Désignés À l’étude Chargé de la protection Date de l’information
Parcs nationaux du Canada 44 5 Parcs Canada* 2013
Lieux historiques nationaux 964 # Parcs Canada * (167)
Autres services publics
Privé (entretien)
Avril 2012
Lieux patrimoniaux (inscrits dans le RCLP) + de 12400 # Patrimoine Canadien
Provinces
Territoires
Personnes ou institutions privées
2013
amnc 5 3 Parcs Canada * 2012
Gares ferroviaires patrimoniales 163 # Parcs Canada * 2012
Rivières du Patrimoine 37 4 Parcs Canada * 2011
Patrimoine mondial (Unesco) 16 4 Divers niveaux de compétence canadiens 2011

* : Parcs Canada est une agence dépendant du ministère Environnement Canada depuis 2003 ;
# : absence de donnée.
Tableau 1. – Le patrimoine du Canada en chiffres.

Sources : sites internet du gouvernement du Canada, 2013.

  • 22 Leniaud J.-M., Les Archipels du passé. Le patrimoine et son histoire, Paris, Fayard, 2002.

8Deux tiers des lieux historiques nationaux environ relèvent d’une gestion privée (figure 1a), Parcs Canada disposant d’une responsabilité de gestion des sites pour une part relativement faible, parfois partagée avec d’autres niveaux publics (d’autres administrations fédérales ou provinciales). Au-delà de la représentation par province, la localisation nationale montre un véritable archipel patrimonial qui évoque directement les « archipels du passé » de J.-M. Leniaud22.

Repérer le temps sur l’espace

  • 23 Cf. site Parcs Canada : [http://www.pc.gc.ca/eng/progs/lhn-nhs/index.aspx], consulté le 10 (...)

9La distribution spatiale des lieux patrimoniaux (espace de nature, personnage, monument, arrondissements historiques, pratique historique, etc.) atteste de la manière dont le gouvernement canadien, par l’entremise de l’agence Parcs Canada et de ses ministères (du Patrimoine d’un côté et de l’Environnement de l’autre), constitue progressivement, des référents spatialisés à partir d’éléments du passé. La répartition provinciale de la catégorie des « lieux historiques nationaux », au nombre de 964 recensés au 15 mars 201223, montre une hiérarchie provinciale assez marquée (figure 1a et b) : les quatre provinces « historiques » (Ontario, Québec, Nouvelle-Écosse et Nouveau-Brunswick), réunissent 62,9 % des lieux historiques nationaux canadiens, l’Ontario et le Québec, qui bénéficient à la fois d’un peuplement ancien et d’une forte concentration de la population dans le corridor laurentien depuis l’époque moderne concentrant l’essentiel des sites (47,5 %).

  • 24 Parcs Canada, Plan du réseau des lieux historiques nationaux du Canada, Ottawa, Patrimoine (...)
  • 25 Rautenberg M., « L’émergence patrimoniale de l’ethnologie : entre mémoire et politiques pu (...)
  • 26 Taylor C. J., Negotiating the Past. The Making of the Canada’s National Historic Parks and (...)
  • 27 Parcs Canada, Plan du réseau…, op. cit.

10À l’échelle nationale, rappelons qu’en termes statistiques, le nombre de lieux historiques nationaux est passé de 861 en 199924 à 964 en 2012 organisés selon trois formes de gestion : 17,9 % par Parcs Canada, 14,8 % sous la forme d’une co-administration avec d’autres ministères ou agences et 67,3 % par d’autres niveaux de gouvernement, des organismes ou des particuliers. Ces lieux, auxquels doivent être ajoutés ceux du tableau 1, peuvent être raisonnablement considérés comme les lieux de mémoire du Canada au sens où l’entend Pierre Nora. Ils constituent les marqueurs spatiaux d’une histoire investie par la mémoire collective, à la fois imposée et choisie. En plus des actions institutionnelles, il est important de signaler que les citoyens canadiens ont la possibilité de solliciter le service fédéral et notamment la Commission des lieux et monuments historiques, afin de demander l’examen d’un site et, le cas échéant, de lui permettre d’intégrer la liste des lieux patrimoniaux, formalisant ainsi le lien entre les « deux types de patrimoine [que sont] le patrimoine par désignation […] et […] le patrimoine par appropriation » identifiés par le sociologue M. Rautenberg25. Dans le cas canadien, les deux approches se confortent depuis le début du xxe siècle, les services gouvernementaux sont saisis par des organisations locales disposant de relais à l’échelle nationale26. Ce processus est à l’origine de la constitution d’un corpus patrimonial en expansion permanente, qui a plus tardivement été ordonné sous la forme de regroupements thématiques27.

Figure 1 a et b. – Répartition spatiale des lieux historiques nationaux du Canada.

  • 28 Robinson J. L., Concepts and Themes in the Regional Geography of Canada, Vancouver, Talonb (...)
  • 29 Lowenthal D., « Past Times, Present Place : Landscape and Memory », The Geographical Revie (...)
  • 30 Halbwachs M., Les cadres sociaux…, op. cit., p. 79.

11La distribution spatiale des lieux historiques nationaux illustre « l’archipel de peuplement canadien28 », constitué depuis le début de la colonisation. Elle témoigne, sans chercher véritablement à la mettre en exergue, d’une histoire coloniale, tant les lieux retenus racontent l’histoire d’une conquête territoriale valorisant l’espace de la colonisation au détriment de l’œcoumène pré-colonial. Ainsi, la collection de lieux historiques réunis dans cette catégorie prend la forme d’un inventaire national et contribue à fabriquer un corpus de lieux mémorables dont les qualités et l’histoire pourront être mémorisables aussi bien par des résidents proches que par des visiteurs ayant parcouru des milliers de kilomètres pour les visiter. De même leur signification offre une certaine plasticité qui dépasse la dimension figée de sa forme objective. « The past is not only recalled ; it is incarnate in the things we build and the landscapes we create. We make our environment comfortable by incorporating or fabricating memorabilia », écrit Lowenthal29, ajoutant que la sélection de lieux ne se réduit pas à un acte administratif mais qu’elle s’inscrit bien au contraire dans un processus de construction mémorielle qui fait écho à l’idée d’Halbwachs selon laquelle « il n’y a pas de mémoire possible en dehors des cadres dont les hommes vivant en société se servent pour fixer et retrouver leurs souvenirs30 ».

12Ces paragraphes mettent en évidence que le patrimoine canadien prend la forme d’un ensemble complexe constitué d’éléments matériels et immatériels, considérés comme un héritage collectif, qui ont imprégné temporairement ou durablement le rapport de la société canadienne au monde et qui continuent de participer à la production de la mémoire collective.

La construction d’une mémoire fondée sur la valorisation contemporaine du patrimoine

  • 31 Lowenthal D., « Past Times… », art. cité.

13Reçu du passé, l’héritage sert également de support aux souvenirs individuels ou collectifs permettant de les associer, dans le cas présent, à un lieu topographique et à un moment de l’histoire. Les lieux servent à amarrer la mémoire tout en ouvrant, dans le même temps, la possibilité de la (re)configurer. La mémoire associée à un lieu est évolutive et ce d’autant plus qu’elle se recharge de signification à mesure de la transformation des sociétés et du regard que ces dernières portent sur leur passé31. Les paragraphes suivant s’intéresseront surtout à montrer comment des phénomènes a priori naturels intègrent la mémoire collective.

Et la nature, intégrée au champ de l’histoire, devint patrimoine

  • 32 Toulmin S. et Goodfield J., The discovery of Time, Harmondsworth, Middlesex, Penguin Books (...)
  • 33 Lazzarotti O., Des lieux pour mémoires. Monuments, patrimoines et mémoires-Monde, Paris, A (...)
  • 34 Cros L., La représentation du Canada…, op. cit. et de la même, « Nature, histoire et const (...)

14En Occident, jusqu’à une période récente, la nature a été considérée comme étant hors de l’histoire, comme le rappellent Toulmin & Goodfield32, qui montrèrent par ailleurs que la nature disposait d’une temporalité et qu’elle avait été socialisée par le fait que cette dernière s’était articulée avec l’histoire des sociétés humaines. Toutefois, l’héritage demeure un simple donné tant qu’il n’est pas réinvesti par la société présente, qui le transforme en patrimoine en inscrivant sa mémoire dans les lieux33. Dans le cas du Canada, la nature a été considérée comme un élément majeur de l’histoire du pays. Aussi sûrement que ce dernier a été colonisé, la nature a été culturalisée de manière ambivalente à mesure de la construction de la nation34.

  • 35 Heritier S., « Une Nature monumentale. Paysage et patrimoine dans les Alpes canadiennes », (...)
  • 36 Lowenthal D., The Heritage Crusade…, op. cit., p. 127.

15Devenus patrimonialisables, les éléments naturels tels que les paysages ou plus récemment la biodiversité ont été investis de valeurs, au même titre que des artefacts ou des monuments hérités plus classiquement de l’activité des sociétés35 ; dans les deux cas, ces valeurs ont été attribuées par le présent. Lowenthal considère que, contrairement à l’histoire, « Like Medieval relics, heritage is sanctioned not by proof of origins but by present exploits36 ». Ce dernier en fait une dimension de la critique qu’il porte au patrimoine, mais ce qui est suggéré n’en est pas moins intéressant : puisque la preuve de l’origine n’est pas nécessaire, la mise en évidence ou la construction d’exploits présents peut parfois justifier la constitution d’une dimension patrimoniale à un élément (naturel) qui n’aura pas forcément besoin d’une preuve de sa valeur antérieure à la reconnaissance de son importance historique.

16Ces paragraphes rappellent la variété des voies par lesquelles la nature devient une composante du champ social et, plus largement, de la mémoire collective, qu’elle contribue à façonner. L’espace matériel se charge dès lors de valeurs qui contribuent à nourrir la connaissance du passé et à en reconfigurer la compréhension.

Le passé composé et reconfiguré : le cas du Cave and Basin (PN Banff, Alberta)

  • 37 Parcs Canada, Lieux historiques nationaux du Canada des parcs des Rocheuses : Jasper House (...)

17Le site Cave and Basin, situé sur les pentes du Mount Sulphur, dans le parc national Banff, en Alberta, constitue un exemple archétypal de l’édification patrimoniale d’un lieu. Dans les documents de gestion, Parcs Canada présente le site tel qu’il a été désigné en 1981 par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, « en raison de son rôle en tant que berceau des parcs nationaux du Canada. Le lieu historique englobe la grotte, la nappe d’eau intérieure et le trou d’aération original, le bassin, les sources thermales, les fondations d’un hôtel, le pavillon des bains et le chalet du gardien37 ».

  • 38 L’intégrité écologique est une notion particulièrement importante à Parcs Canada. Voir les (...)

18À cette description s’est ajoutée la physe des fontaines ou Banff Spring Snail (Physella johnsoni). Ce gastéropode thermophile, identifié depuis 1926 (figure 2), a connu un effondrement démographique conduisant les scientifiques à l’inscrire en 1997 sur la liste des espèces menacées d’extinction. Il a été progressivement considéré comme un élément à part entière du patrimoine du Cave and Basin, témoin des efforts de protection de la biodiversité et de « l’intégrité écologique38 » du site.

Figure 2. – La formation du lieu historique national Cave and Basin.

  • 39 Morin O., Comment les traditions naissent et meurent. La transmission culturelle, Paris, O (...)

19Les éléments qui forment le lieu peuvent être regroupés en strates (figure 2) qui composent le processus à l’œuvre. La figure permet de révéler un spectre complexe de moments et de temporalités permettant de distinguer différentes catégories d’action de la société. En deçà de la continuité apparente, se succèdent des phases au cours desquelles, ou bien à l’origine desquelles, des événements ou des usages contribuent à rendre ces sites mémorables. Dans un ouvrage récent consacré à la question des traditions, O. Morin39 insiste sur le double sens du mot « mémorable » qui permet selon lui de distinguer « les attraits cognitifs et les attraits motivationnels », les premiers faisant appel « à nos capacités de traitement de l’information » et les seconds à la mobilisation « des émotions, ou des mécanismes de décision qui poussent à les reproduire ». Ce détour par la notion de tradition permet d’attribuer un rôle central aux dimensions phénoménologiques de l’expérience du lieu patrimonialisé. Dans le cas présent, les formes du mémorables sont triples : elles passent d’abord par l’expérience individuelle, parfois répétée, ensuite par la reconnaissance de l’intérêt historique ou patrimonial du site par une institution relevant de l’État et qui décrète par l’acte officiel de « désignation » et enfin par les moments de commémoration qui deviennent des événements à part entière.

20La fréquentation des lieux patrimoniaux, désignés, promus et commémorés permet de favoriser l’appropriation individuelle de ces sites et favorise en retour, dans une sorte de mécanisme itératif, leur reconnaissance en tant que composante de la mémoire collective et, dans le cas présent, nationale. Pour le dire plus simplement, la cognition, l’émotion et la mémoire sont ainsi mobilisées de manière synergique pour servir à la fois la reconnaissance d’une signification collective, pour permettre l’imprégnation individuelle de son sens et pour assurer la transmission des valeurs qui, le cas échéant, y sont associées et devront être transmises.

La mise en représentation, outil d’affiliation et de filiation ?

  • 40 Tilden F., Interpreting our Heritage, Chapel Hill, NC, University of North Carolina Press, (...)
  • 41 Helmsley A. F., Park Interpretation Policy, National Parks of Canada, Ottawa, National Par (...)
  • 42 Lothian W. F., Histoire des parcs nationaux du Canada, Ottawa, Parcs Canada, ministre des (...)
  • 43 Héritier S., « Phénomènes karstiques et tourisme dans les parcs nationaux de l’Ouest canad (...)

21Les lieux d’interprétation dans les parcs sont l’occasion de proposer une mise à disposition du public des sites aménagés en pleine nature équipés de panneaux servant de support à un discours bref, selon les principes proposés par Tilden40 aux États-Unis et par A. Helmsley41 au Canada42. Le site des Paint Pots, un dépôt d’ocre situé dans le parc national Kootenay (Colombie-Britannique) servira d’illustration. Il est équipé d’un sentier doté de six stations présentant chacune un panneau d’interprétation. Ces panneaux explicitent une curiosité (la présence naturelle de vastes dépôts d’ocre en relation avec la présence de sources ferrugineuses) et l’origine des traces – ou les reliques – de l’utilisation de l’ocre par les Autochtones puis les colons avant la création du parc en 192043. Histoire « naturelle » et histoire « humaine » sont ici parfaitement assemblées. Inscrite dans un parcours touristique, l’expérience du lieu est un moyen d’édifier ce qui s’avère mémorable, modalité qui sert de point de condensation au travail mémoriel.

  • 44 Boursier J.-Y., « La mémoire comme trace des possibles », Socio-anthropologie, 2002, no 12 (...)
  • 45 Davallon J., « Le patrimoine : “une filiation inversée” ? », Espaces Temps, 74-75, « Trans (...)

22Les temporalités se chevauchent sans pour autant se télescoper, une situation qui fait écho aux propos de J.-Y. Boursier pour qui « la mémoire s’affranchit de la contrainte du temps, […] et pose la question de la transmission. Elle porte l’histoire que l’on se raconte et que l’on raconte44 ». Mis en exergue par un panneau d’interprétation, parfois intégré à un circuit d’interprétation élaboré, le site devient un lieu porteur de sens, autant par la sélection dont il a fait l’objet initialement, que par la signification transmise par la voi-e(x) du discours interprétatif (qui suppose une sélection, une reconstruction, une mise en intrigue portée par une narration). De ce fait, les lieux d’interprétation permettent la mobilisation de deux opérations que J. Davallon45 qualifie de « mémoration » et de « remémoration » à propos desquels il précise :

  • 46 Ibid., p. 15-16.

« Au travail de remémoration qui actualise et reconstitue la mémoire ou celui de commémoration qui la conduit, il convient donc d’opposer le travail de ‘‘mémoration’’ qu’opère le rituel de la visite patrimoniale qui est production d’une mémoire, faisant de l’invention de l’objet l’origine d’une mémoire collective46. »

  • 47 Ibid., p. 16.
  • 48 Il précise emprunter l’expression à Jean Pouillon, « Tradition : transmission ou reconstru (...)
  • 49 Davallon J., « Le patrimoine : “une filiation inversée” ? », art. cité, p. 16.

23Cette perspective « ouvre la possibilité à la fois de choisir ses ancêtres et de regarder son histoire de l’extérieur47 » et pourrait-on ajouter, de se choisir ses références, son passé et d’investir de mémoire tout élément doté d’une historicité, fut-elle associée à des éléments radicalement non-humains. Dans une certaine mesure, ce qu’il désigne comme processus de « filiation inversée48 », « où la filiation culturelle vient se substituer à la filiation biologique et sociétale stricte49 », participe pratiquement d’un processus d’affiliation. À la différence de la filiation, qui évoque les liens de parenté, de continuité, voire des rapports de dépendance spirituelle, l’affiliation offre par son étymologie l’idée de l’adoption et de la réception dans un groupe. Autrement dit l’accueil dans le sein de l’espace social de tout élément saisi par ce processus.

  • 50 Latour B., Nous n’avons jamais été modernes : essai d’anthropologie symétrique, Paris, La (...)

24Au total, la mémoire des lieux se recompose ainsi à la mesure du temps, des discours et des textes dont ceux-ci font l’objet. Cette caractéristique explique que tout phénomène – dont les éléments non-humains (pour reprendre les catégories de B. Latour50) font partie – saisi par la société peut en être affecté. Mis en exergue par la désignation monumentale puis par l’interprétation patrimoniale, ils sont progressivement reçus par les visiteurs comme un héritage commun doté de valeurs et, dans certains cas, littéralement mis en scène.

Scènes de lieux, lieux de scènes ?

  • 51 Schiele B (dir.), Patrimoines et identités, Québec, Éditions Multimondes et musée de la Ci (...)

25La mise en représentation observée précédemment ne suffit pas à susciter seule l’émergence ou l’activation d’une mémoire. Elle est considérée comme un préalable voir un outillage nécessaire sans être fonctionnel à soi seul. Les sites patrimoniaux, notamment quand ils servent de support à des pratiques d’interprétation, sont-ils des outils de production de mémoire ou de récits mémoriels et de quelle manière ? Cette interrogation suppose de regarder les sites en question à travers leur dispositif spatial qui prend la forme d’une scène, le rôle que joue l’interprète et la manière dont s’opère la « mise en médiation51 » patrimoniale.

L’interprète enscène

26En tant que dispositif, l’interprétation prend deux formes : l’une statique, formée par un espace aménagé, équipé de visuels explicatifs, les panneaux d’interprétation ; l’autre, dynamique, est en général incarnée par un interpreter chargé d’accompagner les touristes. Le site interprété (formé d’un site isolé équipé de panneaux d’interprétation, ou d’un circuit réunissant plusieurs sites) constitue une figure de l’unité dans laquelle le lieu, le temps et l’action sont convoqués : l’unité du lieu, par-delà le temps est exprimée par le lieu d’interprétation, qui constitue un pont entre passé et présent ; l’unité d’un temps reconfiguré par la contraction des temporalités, la construction géologique la plus ancienne étant placée en situation de voisinage voire d’affinité avec le visiteur ; unité de et par l’action du visiteur qui, par sa seule présence, assure la condensation de ce qui lui est présenté. Il est l’espace où l’un des ressorts du tragique, l’émotion, sert de support à la formalisation d’une épopée, en partie racontée par un intercesseur, l’interprète.

  • 52 Ricœur P., Temps et Récit, t. 3 : Le temps raconté, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 198 (...)

27Ce dernier doit inciter le public touristique à participer à la représentation qu’il propose. Celle-ci correspondant à une scène – en tant que moment, le verbe interpréter relève aussi de la sémantique théâtrale – souvent imaginaire qui dispose d’une force évocatrice ou symbolique, servant la narration et l’objectif de l’interprétation. Ainsi, le site sert de scène tout autant qu’il est le lieu de la scène, qui donne de l’importance à la parole de l’interprète. Ce dernier accompagne, explicite et positionne le lieu et les phénomènes temporels par le truchement d’une narration ; il est celui qui raconte, qui met en intrigue (pour reprendre une expression de Ricœur52). Au-delà, il transpose une pensée et plus largement ce qui inspire un autre imaginaire mental afin de le rendre compréhensible à un – groupe d’–inter-locuteur(s)… distant par l’aire linguistique et culturelle ou, dans le cas présent, par le temps. Son intervention s’appuie sur l’usage de la parole et du langage qui joue un rôle déterminant dans l’appropriation des lieux, la sollicitation des émotions et la création de la mémoire.

  • 53 Till K. E., « Places of Memory », in J. Agnew, K. Mitchell et G. Toal (O’ Tuathail) (ed.), (...)
  • 54 Tuan Y.-F., « Language and the Making of Place : A Narrative-Descriptive Approach », Annal (...)
  • 55 Ibid., p. 691.

28L’interprète demeure le maître de la parole et du discours. Till rappelle que Halbwachs « work is important because he emphasized the role of language and landscape in social recall53 ». Tuan avait également insisté sur le fait que la parole « transforms nature into a human place54 ». Selon le géographe américain, la parole joue un rôle considérable dans ce qui pourrait être qualifié d’appropriation individuelle et collective des phénomènes et ce qu’il écrit à propos des jardins en Chine dépasse largement le seul cas chinois : « The visual alone does not rise to the full protential of its power. Words must also be used55. » Ce qui fonctionne pour la nature fonctionne également pour tous types de lieux et en suivant Tuan, la parole est l’une des composantes de l’appropriation et de la révélation d’un espace géographique, transformant un espace en apparence sans qualité en un lieu chargé d’expériences et, par extension, de mémoire.

  • 56 Tilden F., Interpreting our Heritage, Chapel Hill, NC, University of North Carolina Press, (...)

29Ainsi, le site est lieu d’exposition où l’exposé, constitué de la parole de l’interprète, met en cohérence sa (re)présentation sous une forme discursive. Le déplacement sur le lieu, les stations et les documents utilisés en complément de la présentation et de l’information existant sur le site, peuvent avoir plusieurs fonctions : aux visiteurs qui découvrent, porter à leur connaissance une part d’information historique dans une expérience partagée – cette action avoisine la « mémoration » de J. Davallon – ; à ceux qui connaissent, faire partager une expérience nouvelle en insistant sur les dimensions de remémoration (individuelles) afin de consolider des liens avec le lieu ou avec un élément de la narration (intégration d’histoire personnelle ou de réaction dans la narration) ; à tous, renforcer la participation à l’expérience par de nombreuses interactions destinées à créer autant que possible des petits instants d’émotion qui serviront à la fixation du message. Dans ce contexte, l’interprète est un passeur, principalement parce que l’interprétation ne cherche pas ici à faire retenir des connaissances pour elles-mêmes56, mais elle vise à susciter une expérience et à permettre de fixer le souvenir d’une émotion qui constitue par ailleurs le meilleur substrat permettant la mémorisation et la réactivation de la mémoire.

La médiation et la fabrique du récit

  • 57 Tuan Y.-F., « Language… », art. cité, p. 686.
  • 58 Certeau M. de et Giard L., « L’ordinaire de la communication », Réseaux, Dalloz, ministère (...)
  • 59 Certeau M. de, Giard L. et Mayol P., L’invention du quotidien, t. 2 : Habiter, cuisiner, P (...)

30L’hypothèse sous-jacente de ces paragraphes est de considérer que la manière dont s’opèrent les formes d’interprétation et de médiation des lieux patrimoniaux contribue à élaborer des récits. En continuité avec les paragraphes précédents, il est utile d’insister sur la fonction d’incarnation que Tuan attribue au langage : « At a more affective level, storytelling converts mere objects “out there” into real presences57. » Dans une certaine mesure, les narrations servent la production des lieux ou tout au moins leur formalisation en tant que réalités sociales et mémorielles (puisque transmissibles). Le rôle majeur des récits est également affirmé par M. de Certeau et al., à propos des quartiers urbains, mais dont la portée s’avère bien plus vaste : « Les récits constituent des instruments puissants et nécessaires58 » ; « par les histoires des lieux, ils deviennent habitables. Habiter, c’est narrativiser. […] Il faut réveiller les histoires qui dorment […] et qui gisent quelquefois dans un simple nom59 » et, pourrait-on ajouter, dans un simple site.

  • 60 Azaryahu M. et Foote K. E., « Historical space as narrative medium : on the configuration (...)
  • 61 Ricœur P., Temps et Récit…, op. cit.

31Narrativiser ne se limite toutefois pas à réveiller ces histoires endormies. Cette action se traduit par une opération volontaire de mise en cohérence d’éléments spatialement épars sous la forme d’un récit60. Le moteur de cette opération se situe au cœur du processus de médiation et de sa configuration spatiale, entendus comme réunissant trois étapes que sont la préparation (l’intention), la formalisation (le dispositif spatial) et la présentation de la médiation (la mise à disposition du public). La médiation constitue une fonction essentielle car, en tant que pratique associée au tourisme, elle configure ce qui se transmet et qui se charge (ou change) de sens. La matérialité du site se trouve alors dotée d’une signification déclarée (et parfois proclamée), qui lui confère un statut de lieu par la place qu’il est supposé occuper pour la société ou dans l’histoire de la constitution de cette dernière. Autrement dit, pour reprendre les mots de Ricœur61, cette opération propose une configuration textuelle nouvelle, qui s’opère par une mise en intrigue, opération qui constitue le deuxième temps de la mimèsis ricoeurienne, ce processus actif imitant l’action ou servant à la représenter une idée.

  • 62 Les termes en italique sont soulignés par l’auteur de ce texte.
  • 63 Jensen B. E., « Usable pasts : Comparing Approaches to popular and public History », in P. (...)

32La médiation est également l’occasion, par l’accompagnement de l’expérience du visiteur, de mobiliser les dimensions de l’émotion singulière et collective. Cette dernière action constitue un objectif recherché – et revendiqué – par les responsables des sites patrimoniaux proposant aux touristes des activités d’interprétation ou des activités scénarisées : c’est le cas des visiteurs assistant aux reconstitutions du Fort Chambly, à celle de la bataille des plaines d’Abraham, ou encore des participants à des cérémonies commémoratives. Cette médiation institutionnelle fait écho à une seconde, portée par la communication touristique de sociétés travaillant dans les parcs. La société privée Brewster, par exemple, gère les installations touristiques du secteur Columbia Icefields au sud du parc national Jasper. Ses brochures touristiques proposent, une expérience émotionnelle au superlatif : « enjoy the glacier adventure62 », « explore a Canadian Icon », « fascinating information », « Getting to the Columbia Icefield is a remarkable experience in itself ! ». Le discours tenu pendant la visite présente l’intérêt, et c’est sans doute son efficacité, de situer le visiteur, de renouveler l’argument d’une expérience rare et originale – ce qu’elle est effectivement pour la plupart des participants. Dans la plupart des cas, tout le dispositif d’interprétation et de communication permet au visiteur de mobiliser les cinq mémoires considérées par Jensen63. Celles-ci sont d’autant plus performantes qu’elles permettent au visiteur de s’approprier une partie d’un discours plus vaste sur l’environnement, la nature et même les effets du réchauffement climatique.

33Au total, l’interprétation constitue un outil privilégié de mémoration et parfois de remémoration. Les dispositifs spatiaux proposés sont destinés à construire des souvenirs de l’expérience afin de laisser des traces dans les différentes mémoires disponibles. Les dimensions émotionnelles constituent un aspect essentiel de la constitution, de la mobilisation et de la réactivation de la mémoire des lieux patrimoniaux. Sur le lieu interprété, le dispositif scénique, la mise en représentation statique et dynamique autant que les éléments qui nourrissent le discours constituent un récit. La situation ne se réduit pas à raconter une histoire qui relèverait du seul storytelling, mais plus largement de construire un dispositif spatial qui soit à la fois support d’un récit et, par la configuration des lieux et leur réorganisation, un dispositif narratif spatialisé.

Conclusion – Le sens des lieux épars

34L’institutionnalisation du patrimoine, considérée dans ce texte à partir d’une sélection de quelques sites privilégiés, donne l’impression d’une homogénéité qui n’existe pas forcément dans la réalité. Elle est une étape de la construction de la mémoire collective, mais certains lieux sont encore en devenir, n’étant pas dotés d’une charge mémorielle équivalente en tous moments et pour toutes les composantes de la société. L’intervention de services publics et notamment d’une agence fédérale comme Parcs Canada dans la valorisation de ces lieux, dans lesquels les héritages naturels et historiques – ou plus exactement humains et non-humains – se complètent, montre l’étendue qu’offre l’éventail de l’héritage.

35Ces lieux servent de support à des explications relatives à l’histoire naturelle ou de l’histoire humaine, rapprochant les éléments explicatifs du temps présent pour permettre leur appropriation cognitive ou symbolique. Cette situation permet d’assurer un processus d’affiliation afin que, après avoir été reconnus institutionnellement comme patrimoine, ils soient intimement ressentis/compris par les visiteurs comme un bien collectif. Les dispositifs de médiation, de même que les pratiques qui y sont associées, contribuent pleinement à élaborer une configuration spatiale signifiante (localisée, sous forme de circuit ou de réseau), dont le sens est renforcé par les discours d’interprétation. Ce ne sont pas seulement les événements historiques qui sont porteurs d’une temporalité ou d’une signification, mais aussi la manière dont s’opèrent l’appropriation (ce qui est l’un processus majeur en œuvre dans ces parcs par la pratique touristique), l’institutionnalisation et la commémoration en relation avec les lieux mis en représentation, au-delà, la spatialisation de la narration.

36Elle permet de ce fait d’appréhender les lieux par l’expérience immédiate : c’est-à-dire par les sens, l’intellect et par les mots. C’est par l’espace et son usage – ici, dans le sens de sa pratique et de son parcours – que s’élabore cette narration ; cette dernière est dotée d’une caractéristique particulière liée au fait que chaque visiteur agence, par le jeu de la singularité des mémoires, une narration intime, dont la singularité se lie en même temps à un récit collectif.

  • 64 Till K. E., « Places of Memory », art. cité, p. 297.

37Au final, le processus d’intégration des lieux interprétés dans la mémoire collective semble fonctionner dans le cas étudié au Canada. Il soulève toutefois des questions de recherches très profondes concernant les modalités de réception par les visiteurs. Il ne saurait sans doute être considéré comme absolu ou universel. Comme le signale Angela Till : « The recent popularity of places of memory as tourist sites does not indicate that visitors accept the narratives exhibited, or that they share uniform interpretation and experiences of these places64 », une remarque qui nécessite de réfléchir également à la manière dont les narrations proposées peuvent être appropriées par les visiteurs ouvrant ainsi un vaste champ de recherche à explorer.

Notes

1 Lowenthal D., The Past is a Foreign Country, Cambridge, Cambridge University, 1985, p. 210.

2 Lowenthal D., The Heritage Crusade and the Spoils of History, Cambridge, Cambridge University Press, 2009 (1997).

3 O’Keeffe T., « Landscape and Memory : Historiography, Theory and Methodology », in N. Moore et Y. Whelam, Heritage, Memory and the Politics of Identity. New Perspectives on the Cultural Landscape, Aldershot (Angleterre), Ashgate Publishing Ltd, 2007, p. 3-18.

4 Halbwachs M., Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 (1925).

5 Schiele B. (dir.), Patrimoines et identités, Québec, Éditions Multimondes et musée de la Civilisation, coll. « Muséo », 2002.

6 Berque A., in J. Levy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 555.

7 Lowenthal D., The Heritage Crusade…, op. cit.

8 Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, t. 1 : La République, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997, p. 28.

9 Au sens de la dialogique d’Edgar Morin.

10 Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, op. cit.

11 Leniaud J.-M., Les Archipels du passé. Le patrimoine et son histoire, Paris, Fayard, 2002.

12 Tonkin E., Narrating our Pasts. The social Construction of Oral History, Cambridge, Cambridge University Press, 1992 ; Morris-Suzuki T., The Past Within Us : Media, Memory, History, Londres, Verso, 2005 ; Cameron E., « New geographies of story and Storytelling », Progress in Human Geography, vol. 36, no 5, octobre 2012, p. 573-592.

13 Thiesse A.-M., La création des identités nationales. Europe xviiie-xixe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « Point Histoire », 2001 (1re éd., Le Seuil, 1999).

14 Dutourj., La construction du patrimoine du Canada entre reconnaissance publique et valorisation touristique : le rôle de la Commission des lieux et monuments historiques et des organismes de tourisme canadiens (1919-1956), Québec, thèse de l’université Laval, [http://theses.ulaval.ca/archimede/fichiers/26130/26130.html], 2008.

15 Nash R., Wilderness and the American Mind, New Heaven/Londres, Yale University Press, 1982 (première édition, 1967) ; Nelson J. G., Man’s Impact on the Western Canadian Landscape, Toronto, Ontario, McClellandand Stewart Limited, 1976.

16 Ce moment fondateur a été le sujet d’un puissant débat lié à une véritable offensive politico-idéologique visant à le déplacer vers la guerre anglo-américaine de 1812.

17 Berton P., Le grand défi. Le chemin de fer canadien, Montréal, Éditions du jour, 1975 (édition originale en anglais : « The National Dream » et « The Last Spike », 1974).

18 Cros L., La représentation du Canada dans les écrits des historiens anglophones canadiens, Paris, Centre d’études canadiennes de l’université de Paris III – Sorbonne Nouvelle, « Collection des thèses », 2000.

19 Taylor C. J., Negotiating the Past. The Making of the Canada’s National Historic Parks and Sites, Montréal/ Québec, McGill/Queen’s University Press, 1990.

20 Riegl A., Le culte moderne des monuments, Paris, Seuil, 1984.

21 Par comparaison, pour un calcul équivalent effectué à partir des sites classés et inscrits à l’inventaire national en France (39000 sites environ et 62 millions d’habitants), l’indice serait d’environ 0,629/1000.

22 Leniaud J.-M., Les Archipels du passé. Le patrimoine et son histoire, Paris, Fayard, 2002.

23 Cf. site Parcs Canada : [http://www.pc.gc.ca/eng/progs/lhn-nhs/index.aspx], consulté le 10 juillet 2013.

24 Parcs Canada, Plan du réseau des lieux historiques nationaux du Canada, Ottawa, Patrimoine canadien – Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2000.

25 Rautenberg M., « L’émergence patrimoniale de l’ethnologie : entre mémoire et politiques publiques », in D. Poulot, Patrimoine et modernité, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 279-289, p. 288.

26 Taylor C. J., Negotiating the Past. The Making of the Canada’s National Historic Parks and Sites, Montréal/ Québec, McGill/Queen’s University Press, 1990, p. 3.

27 Parcs Canada, Plan du réseau…, op. cit.

28 Robinson J. L., Concepts and Themes in the Regional Geography of Canada, Vancouver, Talonbooks, 1989.

29 Lowenthal D., « Past Times, Present Place : Landscape and Memory », The Geographical Review, vol. LXV, no 1, janvier 1975, p. 1-36, p. 6.

30 Halbwachs M., Les cadres sociaux…, op. cit., p. 79.

31 Lowenthal D., « Past Times… », art. cité.

32 Toulmin S. et Goodfield J., The discovery of Time, Harmondsworth, Middlesex, Penguin Books Ltd, 1967 (1965).

33 Lazzarotti O., Des lieux pour mémoires. Monuments, patrimoines et mémoires-Monde, Paris, Armand Colin, coll. « Le temps des Idées », 2012.

34 Cros L., La représentation du Canada…, op. cit. et de la même, « Nature, histoire et construction nationale au Canada : une étude des écrits de Harold Innis, Donald Creighton et Arthur Lower », Études canadiennes/ Canadian Studies, 2007, no 62, p. 195-206.

35 Heritier S., « Une Nature monumentale. Paysage et patrimoine dans les Alpes canadiennes », M@ppemonde, 104, 2011/4. [http://mappemonde.mgm.fr/num32/articles/art11402.html].

36 Lowenthal D., The Heritage Crusade…, op. cit., p. 127.

37 Parcs Canada, Lieux historiques nationaux du Canada des parcs des Rocheuses : Jasper House, Centred’Information-du-Parc-Jasper, Col-Yellowhead, Col-Athabasca, Col-Howse, Kootenae House, Col-Kicking Horse, Auberge-de-Ski-Skoki, Salon-de-Thé-des-Chutes-Twin, Refuge-du-Col-Abbot, Caveand Basin, Musée-du-Parc-Banff, Station-d’Étude-des-Rayons-Cosmiques-du-Mont-Sulphur, Premier-Puits-de-Pétrole-del’Ouest-Canadien : plans directeurs, Ottawa, Parcs Canada, 2007, p. 67.

38 L’intégrité écologique est une notion particulièrement importante à Parcs Canada. Voir les pages que l’agence lui consacre : [http://www.pc.gc.ca/fra/progs/np-pn/ie-ei.aspx].

39 Morin O., Comment les traditions naissent et meurent. La transmission culturelle, Paris, Odile Jacob, 2011, p. 156.

40 Tilden F., Interpreting our Heritage, Chapel Hill, NC, University of North Carolina Press, 1957.

41 Helmsley A. F., Park Interpretation Policy, National Parks of Canada, Ottawa, National Park Service Operation Division, National and Historic Parks Branch, Department of Indian Affairs and Northern Development, 1969, 17 p. (rapport interne).

42 Lothian W. F., Histoire des parcs nationaux du Canada, Ottawa, Parcs Canada, ministre des Approvisionnements et Services du Canada, vol. IV, 1983.

43 Héritier S., « Phénomènes karstiques et tourisme dans les parcs nationaux de l’Ouest canadien : la mise en valeur progressive d’un patrimoine naturel », Karstologia, 2006, no 47, 1er semestre 2006, p. 33-48.

44 Boursier J.-Y., « La mémoire comme trace des possibles », Socio-anthropologie, 2002, no 12. Mis en ligne le 15 mai 2004, consulté le 21 juillet 2013. [http://socio-anthropologie.revues.org/145], § 33.

45 Davallon J., « Le patrimoine : “une filiation inversée” ? », Espaces Temps, 74-75, « Transmettre aujourd’hui. Retour vers le futur », 2000, p. 6-16.

46 Ibid., p. 15-16.

47 Ibid., p. 16.

48 Il précise emprunter l’expression à Jean Pouillon, « Tradition : transmission ou reconstruction ? », in Fétiches sans fétichisme, Paris, Maspero, 1975, 351 p.

49 Davallon J., « Le patrimoine : “une filiation inversée” ? », art. cité, p. 16.

50 Latour B., Nous n’avons jamais été modernes : essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 2005.

51 Schiele B (dir.), Patrimoines et identités, Québec, Éditions Multimondes et musée de la Civilisation, coll. « Muséo », 2002.

52 Ricœur P., Temps et Récit, t. 3 : Le temps raconté, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1985.

53 Till K. E., « Places of Memory », in J. Agnew, K. Mitchell et G. Toal (O’ Tuathail) (ed.), ACompanion to Political Geography, Oxford, Blackwell, 2003, p. 289-301.

54 Tuan Y.-F., « Language and the Making of Place : A Narrative-Descriptive Approach », Annals of the Association of American Geographers, vol. 81, no 4, décembre 1991, p. 684-696, p. 685.

55 Ibid., p. 691.

56 Tilden F., Interpreting our Heritage, Chapel Hill, NC, University of North Carolina Press, 1957.

57 Tuan Y.-F., « Language… », art. cité, p. 686.

58 Certeau M. de et Giard L., « L’ordinaire de la communication », Réseaux, Dalloz, ministère de la Culture, vol. 1, no 3, 1983, p. 3-26, p. 23.

59 Certeau M. de, Giard L. et Mayol P., L’invention du quotidien, t. 2 : Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 1994, p. 203.

60 Azaryahu M. et Foote K. E., « Historical space as narrative medium : on the configuration of spatial narratives of time at historical sites », GeoJournal, 2008, vol. 73, p. 179-194.

61 Ricœur P., Temps et Récit…, op. cit.

62 Les termes en italique sont soulignés par l’auteur de ce texte.

63 Jensen B. E., « Usable pasts : Comparing Approaches to popular and public History », in P. Ashton et H. Keen (ed.), People and Their Pasts : Public History Today, Londres, Palgrave MacMillan, 2009. Il distingue les mémoires autobiographiques, épisodiques, sémantiques, émotionnelles et procédurales. Cité par Friesen G., Muise D. et Northrup D., « Variations on the Theme of Remembering : ANational Survey of How Canadians Use the Past », Journal of the Canadian Historical Association/Revue de la Société historique du Canada, vol. 20, no 1, 2009, p. 221-248.

64 Till K. E., « Places of Memory », art. cité, p. 297.

Table des illustrations

Légende Figure 1 a et b. – Répartition spatiale des lieux historiques nationaux du Canada.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Figure 2. – La formation du lieu historique national Cave and Basin.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

Auteur

Stéphane Héritier est enseignant-chercheur au département de géographie de l’université Jean Monnet de Saint-Étienne (université de Lyon) et membre de l’équipe CNRS UMR 5600 Environnement, Ville, Société. Son doctorat a porté sur les parcs nationaux du Canada de l’Ouest (Rocheuses et Montagnes de Colombie). Il s’intéresse, à travers les espaces protégés, aux enjeux environnementaux associés aux questions touristiques, patrimoniales et aux conflits qui animent les politiques territorialisées de la conservation. Il a coordonné avec L. Laslaz, Les parcs nationaux dans le monde. Protection, gestion et développement « durable » (Ellipses, 2008) ainsi que, avec L. Laslaz, C. Gauchon, M. Duval-Massaloux, les ouvrages suivants : Espaces protégés, acceptation sociale et conflits environnementaux (Collection Edytem, 2010), Les espaces protégés. Entre conflits et acceptation (Belin, 2014).

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540