Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Mémoires canadiennes

 | 
Marc Bergère
, 
Hélène Harter
, 
Catherine Hinault
, 
et al.

Préface

L’embrigadement du passé canadien. Les politiques mémorielles du gouvernement Harper

Yves Frenette

Volltext

1Cette préface se veut un commentaire sur les usages politiques du passé dans le Canada contemporain, puisqu’elle porte sur l’embrigadement du passé canadien par le gouvernement conservateur de Stephen Harper, au pouvoir entre 2006 et 2015.

  • 1 Soulet J.-F., L’histoire immédiate. Historiographie, sources et méthodes, Paris, Armand Co (...)

2Il s’agit donc d’un exercice d’histoire immédiate, avec tous les possibles, mais aussi tous les dangers afférents au genre1. D’une part, au moment de rédiger ce texte je ne connaissais pas la suite de l’histoire, je ne savais pas quelle serait la longévité de ce gouvernement au-delà de 2015, année électorale. Je ne savais pas non plus quel impact ces politiques auraient sur l’identité canadienne. C’était un atout. D’autre part, l’action mémorielle du gouvernement Harper constituait de l’histoire à chaud, de l’actualité brûlante, controversée. Face à cette actualité, j’étais plus qu’un historien témoin. J’étais un combattant. Pas tant pour des motifs idéologiques, bien que, forcément, ils influaient sur ma perspective, mais davantage pour des raisons ayant trait à ma conception du métier d’historien et du rôle social de l’histoire. Cette dernière a pour moi essentiellement trois fonctions, qui se recoupent : la formation de citoyens éclairés, prêts à poser des questions difficiles, peu importe leur allégeance politique et celle des gouvernants ; l’ouverture à l’Autre, peu importe l’époque à laquelle Il évolue ou le continent où Il vit ; la mise en exergue de la complexité des phénomènes et des acteurs historiques. Or ces trois fonctions de l’histoire sont, le plus souvent, très éloignées des usages que les hommes et les femmes politiques font du passé. Dans le cas du gouvernement Harper, il s’agissait d’une opposition fondamentale.

  • 2 Bien que mon texte soit informé par mes fonctions passées au sein de la SHC, il n’engage q (...)

3De juin 2012 à juin 2015, je présidai le comité des interventions publiques de la Société historique du Canada (dorénavant SHC), la plus importante organisation représentant les historiens au pays, ce qui fit de moi un interlocuteur du gouvernement en matière de politique mémorielle et patrimoniale. Je fus particulièrement impliqué dans le dossier de la création du Musée canadien de l’histoire (dorénavant MCH) sur les cendres du Musée canadien des civilisations (dorénavant MCC). J’y reviendrai2.

  • 3 Frenette Y., « La grande semaine des Franco-Américains et le tricentenaire de la découvert (...)

4Le présent texte, ai-je dit, constitue un commentaire. Je ne saurais faire autrement, n’étant ni théoricien de la mémoire ni spécialiste des relations qu’elle entretient avec l’histoire. Il m’est bien arrivé, à l’occasion, d’effectuer des recherches sur des commémorations en milieu minoritaire francophone3, mais je me positionne ici en tant que praticien. Adoptant la position qu’il ne faut pas laisser la commémoration aux mains des commémorateurs, je me suis investi, au cours des années, dans divers projets, notamment à la Fiducie du patrimoine ontarien et à la Commission de la capitale nationale (dorénavant CCN), dont j’ai présidé le comité aviseur externe d’experts sur la commémoration (2011-2014).

Le gouvernement Harper, une entreprise de réécriture de l’histoire canadienne

5On le sait, le Canada, à l’image du monde occidental, est en mutation profonde. Depuis plus d’un quart de siècle, parfois lentement parfois rapidement, le néo-libéralisme n’a cessé d’y prendre plus de place. Dans cette évolution, l’arrivée au pouvoir des conservateurs de Stephen Harper en 2006 et leur obtention d’une majorité parlementaire en 2011 marquent des points tournants.

  • 4 Voir notamment Cardinal L. et Lacroix J.-M. (dir.), Le conservatisme. Le Canada et le Québ (...)
  • 5 Balthazar L., « La portée du conservatisme américain au Canada », in L. Cardinal et J.-M. (...)
  • 6 Ipperciel D., « Le tournant conservateur au Canada et le nouveau Nation Building canadien  (...)
  • 7 Boily F., « Un néoconservatisme à la canadienne ? Stephen Harper et l’École de Calgary », (...)
  • 8 Flanagan T., Harper’s Team. Behind the Scenes in the Conservative Ride to Power, Montréal/ (...)
  • 9 Bricker D. et Ibbitson J., The Big Shift. The Seismic Change in Canadian Politics, Busines (...)

6Les analyses pour expliquer leurs bases idéologiques et leurs succès électoraux pullulent, s’entrecroisent et parfois s’entrechoquent4. Pour certains, il s’agit d’un débordement continental de la droite américaine5. Pour d’autres, le conservatisme canadien est porteur de caractéristiques propres ancrées dans une longue tradition6. Pour d’autres encore, il est le fruit d’une synthèse7. Dans ce débat, aucun protagoniste n’a complètement tort, mais aucun n’a complètement raison. Le Parti conservateur du tournant du xxie siècle est une coalition dans laquelle cohabitent, pas toujours harmonieusement, diverses tendances, diverses façons d’être de droite. Qui plus est, les stratèges du parti, y compris Harper lui-même, sont très prudents. Désirant conserver le pouvoir longtemps, ils essaient de moduler l’opinion publique. S’il se sent au diapason avec elle, le gouvernement bouscule. S’il craint d’être trop en avance sur son temps, il se montre patient, il temporise. C’est la stratégie de l’« incrémentalisme » de Tom Flanagan, sans doute l’intellectuel qui a le plus influencé Harper, en tant que politologue et en tant que proche conseiller pendant plusieurs années8. Cette stratégie explique en partie pourquoi le Premier ministre est resté plutôt timide envers l’agenda conservateur dit « social » importé du Sud, notamment la réouverture du dossier de l’avortement et du mariage entre personnes de même sexe. L’acceptation, voire la promotion, du multiculturalisme semble se situer dans la même mouvance, en plus de répondre à des motifs purement électoraux. En 2011, ce n’est pas le moindre accomplissement d’Harper que d’avoir capturé une partie du vote des communautés ethnoculturelles, qui accordaient leur appui en bloc au parti libéral depuis presque cinquante ans9.

  • 10 Hayek F. A., La route de la servitude, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Qu (...)
  • 11 Ipperciel D., « Le tournant conservateur », art. cité, p. 25-46.
  • 12 Voir l’évaluation du gouvernement Harper par le commentateur conservateur Adam Daifallah, (...)

7Disciple de l’École de Calgary influencé par la doctrine de Friedrich Hayek, Stephen Harper croit à l’économie de marché, à un gouvernement minimalement interventionniste et à des impôts réduits au maximum10. S’il est vrai, comme le soutient Donald Ipperciel, que le parti conservateur n’est pas la seule formation politique canadienne à pratiquer la prudence fiscale et qu’il est critiqué sur sa droite pour ne pas aller assez loin dans le démantèlement de l’État11, il faut en chercher la cause dans la réalité de l’exercice du pouvoir : en période d’instabilité des marchés et de menace financière mondiale, il serait très dangereux pour un gouvernement, quel qu’il soit, de donner un coup de barre susceptible de faire chavirer le navire. Ici encore, la politique des petits pas prévaut12.

  • 13 Ipperciel D., « Le tournant conservateur », art. cité, p. 26.

8Par ailleurs, le parti conservateur se distingue sur la scène politique par sa volonté de redéfinir les valeurs et l’identité nationales « que les Libéraux ont pu façonner à leur guise au cours d’un demi-siècle, notamment par l’adoption de la Loi sur le multiculturalisme en 1971, et de réorienter cette identité collective vers des principes conservateurs qui prévalaient dans un passé pré-libéral au Canada, avec comme point d’ancrage le monarchisme et le militarisme13 ». Pour ce faire, il n’hésite pas à investir des sommes importantes, en dépit des restrictions budgétaires qu’il impose à la société canadienne.

  • 14 Martin L., Harperland. The Politics of Control, Toronto, Penguin Canada, 2011 ; Linnit C., (...)
  • 15 Bien qu’il n’ait été créé qu’en 2008, le Programme des études canadiennes s’inscrivait dan (...)

9Et comme la majorité des intellectuels canadiens n’adhèrent pas à ces idées, il existe au sein du gouvernement conservateur une grande méfiance pour les artistes, les journalistes, les chercheurs et même les mandarins de la fonction publique. Il en résulte un contrôle strict de l’information. Ainsi est-il de plus en plus difficile pour les scientifiques et autres professionnels de la recherche œuvrant au sein de l’appareil gouvernemental fédéral de diffuser librement leurs travaux14. En mai 2012, l’abolition du programme « Comprendre le Canada – Études canadiennes », qui coupe les vivres aux associations d’études canadiennes à l’extérieur du pays, mettant fin à une longue tradition de diplomatie culturelle, représente un exemple probant de ce contrôle de l’information15.

Une exaltation renouvelée de la tradition britannique

  • 16 McKay I. et Bates R., In the Province of History. The Making of the Public Past in Twentie (...)

10Pour les conservateurs de Stephen Harper, les mythes et les symboles de la canadianité contemporaine (les missions de paix des « casques bleus », l’Unifolié, le bilinguisme, le multiculturalisme, la Charte des droits et libertés) ont été inventés puis diffusés par le Parti libéral et ses alliés universitaires, particulièrement les historiens. Il faut renverser la vapeur pour que les Canadiens prennent conscience de leurs racines britanniques par le recours à un passé imaginé, c’est-à-dire à une simplification de l’Histoire, qui devient ainsi parfaite pour une consommation facile et rapide dans un pays d’où sont absentes les distinctions sociales ainsi que la disparition des notions de race et de classe16.

  • 17 Sholdice M., « The New History Wars », Toronto Review of Books, 5 mai 2013. [http://www.to (...)

11Dans cette entreprise de refondation nationale, les conservateurs s’abreuvent aux idées de Christian P. Champion, un historien associé pendant plusieurs années au défunt Alberta Report, avant de travailler sur la Colline parlementaire, à Ottawa, pour le parti de la Réforme, l’Alliance canadienne puis le parti conservateur. Lorsqu’il devint chef de l’opposition officielle en 2002, Harper se débarrassa de Champion, qu’il jugeait trop près des « conservateurs sociaux » de Stockwell Day. Après avoir soutenu sa thèse de doctorat à l’université McGill, Champion se réincarna comme conseiller de Jason Kenney, ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration de 2008 à 2013, en plus d’écrire pour des médias conservateurs, notamment le National Post et la Dorchester Review17. Pour lui, la britannicité constitue le fondement de l’identité canadienne, un fondement qui a été mis au rancart entre 1964 et 1968 par le gouvernement minoritaire de Lester B. Pearson, Premier ministre libéral, qui, appuyé par un petit groupe d’intellectuels « néo-nationalistes », imposa alors aux Canadiens de nouveaux symboles, bien qu’avec ses acolytes, il fût autant enraciné dans la tradition britannique que ses adversaires tory. Car, toujours selon Champion, cette tradition comporte de multiples visages. Au Canada, comme ailleurs dans le Commonwealth, elle s’avère être une adaptation de la britannicité de la mère patrie. Elle a pris racine après la conquête de 1760 et elle s’est enrichie et diversifiée en raison de l’immigration de Loyalistes, d’Écossais, d’Anglais et d’Irlandais. Avec le temps, elle a même été acceptée par les Canadiens français et vague après vague des immigrants venus de tous les coins du monde l’ont adoptée, tout en la modifiant. La tradition britannique est ainsi profondément canadienne. Sous la plume de Champion, presque tous les habitants du Canada, y compris ceux qui le nient, en sont imbus. Au contraire, ce sont les symboles contemporains de l’identité collective inventés par les libéraux de Pearson et de Pierre Elliott Trudeau qui sont factices. L’intellectuel de droite conclut son livre de 2010 par ces mots :

  • 18 Champion C. P., The Strange Demise of British Canada. The Liberals and Canadian Nationalis (...)

« Canada was, after all, a sub-imperial Dominion developing its own myths, public pieties and blind alleys… the country that emerged from the crisis of Britishness at the end of the 1960’s as an officially bilingual, increasingly multicultural liberal state, was the natural hybrid successor to a multiracial empire, a fulfillment and not a rejection, of British imperialism. Indignant publicists, steeped in neo-nationalist doctrine, will continue the Quixotic fight to be free of our “colonial past”, tilting at imperial windmills. But a British colony we shall ever be, to be precise; and that does not appear, from a twenty-first-century vantage point, to be such a bad thing. With all its fusions, diversities, and continuities, the Res Canadiana remains the product of a British world18. »

  • 19 Smith J. D., « Reinventing Canada. Stephen Harper’s Conservative Revolution », World Affai (...)

12La justification intellectuelle fournie par Champion s’arrime fort bien avec la fascination d’Harper pour la monarchie et l’anglosphere. En 2006, dans son discours inaugural au Parlement canadien en tant que premier ministre, l’homme politique rendit en tout premier lieu hommage à la reine Elizabeth II19. À plusieurs autres occasions, il a fait ressortir les liens de loyauté et d’affection liant le peuple canadien à la souveraine :

  • 20 Cité dans McKay I. et Swift J., Warrior Nation. Rebranding Canada in an Age of Anxiety, To (...)

« At the heart of our relationship is the golden circle of the crown which links us all together with the majestic past that takes us back to the Tudors, the Plantagenets, the Magna Carta, Habeas Corpus, Petition of Rights and English Common Law20. »

  • 21 Découvrir le Canada. Les droits et responsabilités liés à la citoyenneté, Ottawa, 2009, p. (...)

13Et Harper ne s’est pas contenté de discours. Durant son mandat, la reine devint plus visible : au bureau du Premier ministre, dans les ambassades, au ministère des Affaires extérieures, où son portrait remplaça deux tableaux du peintre québécois Alfred Pelland. Il faut aussi souligner la réintroduction de l’appellation « royale » à la Marine et à l’Aviation du Canada, qui ont ainsi retrouvé le nom qu’elles portaient avant 1968, lorsque les libéraux de Pierre Elliott Trudeau l’avaient fait disparaître. C’est encore le lien royal qui figure à la première page du nouveau guide de la citoyenneté canadienne en 200921. Enfin, tout Canadien qui en fait la demande peut recevoir une affiche de la souveraine britannique.

Une histoire canadienne remilitarisée

  • 22 McKay I. et Swift J., Warrior Nation, op. cit., p. 11.
  • 23 Ibid., p. 15-18.

14Le Canada idéalisé de Stephen Harper n’est pas seulement monarchiste, il est aussi militariste. Le pays « was created by wars, defended by soldiers, and kept free by patriotic support of military virtues. It is a Warrior Nation22 ». Le Canada est ainsi doté d’un glorieux passé militaire qu’il doit faire connaître et de grandes traditions militaires qu’il doit préserver et promouvoir. On en a un exemple avec le guide de la citoyenneté canadienne, dont le militarisme est l’un des thèmes centraux. Parmi les 30 illustrations incluses dans la section sur l’histoire du pays, les deux-tiers ont pour sujet la guerre ou l’armée, en contraste marqué avec la version de 2005, qui ne contenait aucune image militaire. Selon les auteurs du guide version 2009, le Canada du xxe siècle s’est constitué dans les guerres mondiales et la bataille de Vimy est devenue un des symboles par excellence de la canadianité. Dans cette mouvance, le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, et le ministre des Finances, Jim Flaherty, dévoilèrent en mai 2012 le nouveau billet de vingt dollars arborant le mémorial de Vimy, qui remplaçait l’image de la célèbre statue du sculpteur haïda Bill Reid, intitulée « The Spirit of Haïda Gwali23 ».

  • 24 Ibid., p. 283-284.

15Il faut préciser que la militarisation du Canada anglais – car ce n’est pas du tout la même chose au Québec – commença doucement il y a une vingtaine d’années, devint plus importante après le 11 septembre 2001 et s’accéléra avec l’arrivée au pouvoir des conservateurs en 2006. Les célébrations annuelles de l’Armistice ont pris beaucoup d’ampleur et les références aux horreurs de la guerre y ont été remplacées par des hommages aux vaillants soldats qui ont préservé la liberté des Canadiens. Alors qu’autrefois les vétérans honorés étaient ceux des deux guerres mondiales et de la guerre de Corée, les soldats ayant combattu dans les guerres coloniales (la Crimée dans les années 1850, la répression des Métis pendant les décennies de 1870 et de 1880, la guerre des Boers au tournant du xxe siècle) étaient désormais tous considérés comme des héros24. Il fallait aussi honorer les vétérans de l’Afghanistan, en l’honneur desquels le gouvernement planifia d’ériger un monument à Ottawa, en dépit des directives de la CCN qui prévoient qu’un certain nombre d’années doivent s’être écoulées pour qu’un événement ou des individus soient commémorés. Qu’à cela ne tienne, pour centraliser les prises de décision mémorielles, le gouvernement intégra au ministère du Patrimoine canadien et des Langues officielles le secteur de la programmation publique de la CCN.

La guerre de 1812 revisitée

  • 25 Ibid.

16L’exaltation de la britannicité et de la chose militaire se conjugua dans la commémoration, en grande pompe et à grands frais (28 millions de dollars), de la guerre de 1812. Le gouvernement soutint financièrement des célébrations, des expositions, des reconstitutions historiques, des émissions de timbres et de pièces de monnaie, ainsi qu’une application iPad et il dévoila un monument sur la Colline parlementaire en 201425.

  • 26 Mathieu A., « Commémoration de la guerre de 1812. Un conflit, deux versions », Le Soleil, (...)
  • 27 [http://1812.gc.ca/fra/1305743548294/13057436212], consulté le 10 décembre 2013. La page e (...)

17La commémoration de ce conflit constitue une tentative, fort gauche, d’unir les Canadiens derrière un mythe commun. Selon la version conservatrice de la guerre de 1812, les Loyalistes venus des États-Unis, les immigrants britanniques, les Canadiens français et les autochtones se seraient alliés pour défendre le Canada qui, faut-il le rappeler, n’existait pas avant 1867. Sans cet effort remarquable, les Canadiens de diverses origines seraient devenus américains, y compris les Canadiens français qui avaient bien compris que leur langue et leur culture n’avaient aucune chance de survie avec l’Oncle Sam26. Sur le site web du ministère du Patrimoine canadien et des Langues officielles, Stephen Harper expliqua lui-même la signification de ce conflit : « La guerre nous a permis de devenir un pays libre et indépendant, uni sous la Couronne et respectueux de notre diversité ethnique et linguistique. Les efforts héroïques des Canadiens d’alors ont défini ce que nous sommes devenus, le côté de la frontière que nous habitons et le drapeau que nous saluons27. »

  • 28 Voir l’analyse perspicace de Bernard Andrès avec la collaboration de Patricia Willemin-And (...)
  • 29 « Guerre de 1812 – Un illustrateur refuse de cautionner les distorsions historiques des co (...)

18Cette interprétation est à la fois anachronique et contrefactuelle28. C’est la raison pour laquelle l’illustrateur Francis Back refusa l’invitation à réaliser quatre fresques pour une exposition au Musée canadien de la guerre. Le dessinateur, dont la plume est recherchée tant en Europe et aux États-Unis qu’en Asie pour illustrer des livres d’histoire, des story-boards de films, des illustrations pour les musées et les parcs, n’en était pas à sa première déconvenue face aux distorsions historiques du gouvernement fédéral. Invité par Postes Canada à soumettre un dossier de recherche et des croquis pour honorer une série de personnages liés à la guerre de 1812, l’artiste vit ses esquisses refusées. Un de ses projets mettait en scène Tecumseh, le grand chef amérindien qui rallia 3000 hommes de différentes tribus pour faire la guerre aux Américains. Dans les officines gouvernementales, on reprocha au Tecumseh de Back d’arborer un air trop vindicatif29.

Le procès de l’histoire sociale au profit d’une approche politico-militaire

19L’entreprise harpérienne de reconstruction mémorielle recoupe un débat historiographique ayant cours depuis vingt ans, débat lancé par la parution en 1998 de l’essai virulent Who Killed Canadian History ? de Jack Granatstein. Dans ce livre très influent, l’historien à la retraite de l’université York s’attaque, entre autres choses, à l’institution historienne universitaire pour avoir abandonné l’histoire politique et militaire en faveur d’études hyperspécialisées d’histoire sociale qui n’intéressent pas le grand public. Selon lui, les historiens du social sont en partie responsables du manque de conscience historique des Canadiens et ils mettent indument l’emphase sur les injustices plutôt que sur les réalisations du pays. Leur perspective négative se serait répercutée dans les systèmes scolaires provinciaux :

  • 30 Granatstein J., Who Killed Canadian History ?, Toronto, Harper Collins, 1998, p. 14.

« Canada must be one of the few Western industrialized states that does not make an effort to teach its history positively and thoroughly to its young people. It must be one of the few political entities to overlook its own cultural traditions – the European civilization on which our nation is founded – on the grounds that they would systematically discriminate against those who come from other cultures. The effect of these policies on a generation of students are all around us30… »

  • 31 Ibid., p. 16.

20Le Canada de Granatstein regorge de véritables héros, le premier ministre John A. Macdonald par exemple, que ne connaissent pas ou ne reconnaissent pas les Canadiens, à qui les enseignants vantent plutôt les mérites de héros « abâtardis » comme le chef métis Louis Riel31.

21Granatstein eut l’occasion de mettre en pratique ses idées en présidant aux destinées du Musée canadien de la guerre de 1998 à 2001 et il continua à ne pas mâcher ses mots envers ses adversaires. En octobre 2013, il déclara : « Obviously I am generalizing, but historians are all NDPers, they hate the Tories with a passion, and they’re all social historians, so they think any government that’s going to commemorate the War of 1812 – which they have all said is unimportant, which is just silly – is a war-mongering government. » Il craignait que le pays ne célèbre pas comme il le devrait le centenaire de la Première Guerre mondiale, en dépit du fait que la participation canadienne-française au conflit ait été pour le moins mitigée :

  • 32 Cité dans Goodman L. A., « Is Government Trying to Reshape Canadian History ? », The Canad (...)

« I am told they’re only putting in as much money for World War One as they did for the War of 1812, about $30 million or something, and that’s just pathetic32. »

Quand un musée anthropologique devient un musée d’histoire nationale

  • 33 Voir le site [http://www.historyapplied.com/2013/03/canadian-history-wars-some-links.html]
  • 34 Gouvernement du Canada, « Le gouvernement Harper crée le Musée canadien de l’histoire », 1 (...)
  • 35 [http://www.parl.gc.ca/Content/LOP/LegislativeSummaries/41/1/c49-f.pdf], consulté le 14 dé (...)

22Les enjeux autour de la nature de l’histoire du Canada étaient au centre de la controverse suscitée par la transformation du Musée canadien des civilisations en Musée canadien de l’histoire33. C’est le 16 octobre 2012 que James Moore annonça la nouvelle, qui s’accompagnait d’une promesse d’investissement de 25 millions de dollars. Le ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles répéta à plusieurs reprises dans son discours que tous les amants de l’histoire du Canada, peu importe leur couleur politique, devaient se réjouir de cette initiative. Les préparatifs en vue du 150e anniversaire de la Confédération, précisa-t-il, représentaient « une occasion unique de célébrer notre histoire et les grandes réalisations qui ont permis de nous définir en tant que Canadiens34 ». Pour créer la nouvelle institution, le gouvernement Harper présenterait des modifications importantes à la Loi sur les musées. En effet, après plusieurs débats houleux, le Parlement adopta en troisième lecture, le 6 novembre 2013, la loi C-49 ou « Loi modifiant la Loi sur les musées afin de constituer le Musée canadien de l’histoire et apportant des modifications corrélatives à d’autres lois » par une majorité de 149 contre 12135.

  • 36 Dick L., « Where Are Canada’s Historical and Heritage Programs Following the Federal Cuts (...)
  • 37 Sheikh M. A., « Good Government and Statistics Canada. The Need for True Independence », A (...)

23Plusieurs journalistes et historiens présents lors de l’annonce officielle remarquèrent que l’injection massive de fonds dans la nouvelle institution muséale était pour le moins suspecte de la part d’un gouvernement n’ayant eu cesse d’effectuer des coupures drastiques dans les budgets de l’agence Parcs Canada, 29 millions de dollars pour les seuls exercices financiers 2012-2014, et de Bibliothèque et Archives Canada (dorénavant BAC), 19 millions de dollars pour les mêmes années36, et qui, de surcroît, abolit en 2010 l’obligation pour les citoyens de remplir le formulaire long du recensement fédéral, matériau très riche pour les historiens de l’avenir37.

  • 38 Morrison D., « Avoiding the Name Game. Is the Rebranding of the Civilization Museum a Nast (...)

24Il est vrai, comme l’écrit Deborah Morrison, alors directrice générale de la Société nationale d’histoire du Canada – une organisation vouée à la promotion d’une histoire dont l’accent est mis sur les grandes dates et les grands hommes – que les conservateurs investirent des sommes substantielles dans le Musée canadien de l’immigration, Pier 21 à Halifax et le Musée canadien pour les droits de la personne à Winnipeg, et qu’ils créèrent la Commission de la vérité et de la réconciliation au sujet des abus de toutes sortes subis par des générations d’enfants autochtones dans les écoles résidentielles38. Il est vrai aussi que depuis la naissance du MCC en 1986 – dont les origines remontent à 1858 – la conception qui y avait présidé était demeurée essentiellement la même. Selon plusieurs sources, le conseil d’administration croyait qu’il était temps pour l’institution d’entreprendre une cure de rajeunissement.

  • 39 « Ex-Museum CEO Calls Proposed Mandate “Narrow and Parochial” », CBC News, 6 juin 2013. [h (...)

25Mais la transformation d’un musée anthropologique en musée d’histoire n’est nullement anodine et il est étonnant que la direction du musée et le conseil d’administration n’aient pas senti le besoin de consulter des experts, particulièrement des historiens, avant de prendre la décision. Même les employés de l’institution, qui sont d’une grande compétence, ont été les derniers à apprendre la nouvelle, bien que des rumeurs aient circulé pendant plusieurs semaines. Les intervenants économiques et touristiques de la région de la Capitale nationale, pour qui le MCC représente un atout majeur avec 1,3 million de visiteurs chaque année, ont été également pris par surprise. Pour sa part, Victor Rabinovitch, qui a dirigé les destinées du MCC entre 2000 et 2011, craignait que le changement de nom et de mandat se traduise par une vision « étroite » et « paroissiale39 ».

  • 40 « Ex-Museum CEO Calls Proposed Mandate “Narrow and Parochial” », CBC News, op. cit.

26L’avènement du MCH pose en effet plusieurs questions. Son mandat, tel qu’il est formulé dans la loi C-49, n’apparaît pas très différent du mandat du MCC mais l’objectif de « compréhension critique » a disparu. En outre, comme l’a noté Rabinovitch, le mandat de recherche, qui représente le tiers du budget du MCC, est aussi modifié40.

  • 41 Bloch M., Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1952, p. (...)
  • 42 J’emprunte la notion de mythistoire à Létourneau J., « Mythistoires de Losers. Introductio (...)

27Et quelle histoire du Canada sera présentée au nouveau musée ? Dans les dernières décennies, la pratique et l’enseignement de l’histoire sont devenus multidimensionnels, prenant en compte l’expérience de plusieurs groupes et des perspectives parfois opposées. Des sujets tels que les Autochtones, la colonisation, le peuplement, l’agriculture, les ressources naturelles, l’industrialisation, les relations hommes-femmes, la sexualité, les migrations, les accommodements et les conflits ethnoculturels, sont désormais au centre des préoccupations des chercheurs, qui ont enfin fait leur les propos de Marc Bloch à l’effet que l’historien est un ogre qui se nourrit de toute l’activité humaine41. L’histoire du Canada est complexe. Un musée d’histoire « nationale » dont la principale visée serait de créer un grand mythistoire, quel qu’il soit, est irrémédiablement voué à l’échec42.

  • 43 Butler D., « Museum of Civilization lifts Veil on its new Canadian History Hall », Ottawa (...)

28Avec raison, les autorités du MCC parlent de la nécessité pour les Canadiens et les visiteurs étrangers d’avoir un lieu où ils pourront prendre connaissance de la trame politique, militaire, économique, sociale et culturelle du pays dans toute sa diversité. À plusieurs reprises, le président-directeur général, Mark O’Neill, a fait ressortir le caractère inclusif du futur MCC et David Morrison, responsable de la conception de la nouvelle exposition permanente, a déclaré en parlant de certains événements « obscurs » de l’histoire du Canada : « We’re taking what we call a multi-perspective approach, because there is no single view of some of these events. Your view depends so much on who you are. We’ve got to tell a lot of these stories from the different points of view of these different communities43. »

  • 44 Goodman L. A., « Is Government Trying to Reshape Canadian History ? », op. cit.

29Toutefois, pour le gouvernement Harper, le MCH jouerait le rôle d’incubateur « d’un solide sentiment d’identité canadienne » et de fierté44. Et, à plusieurs reprises, Mark O’Neill a mentionné que les thématiques militaires y auraient une place de choix, en dépit de l’existence du Musée canadien de la guerre. Les documents émanant du musée au sujet de la nouvelle salle d’histoire canadienne, qui constituera le cœur du MCH, témoignent de la même ambivalence.

  • 45 Butler D., « Oil-Industry Money won’t Influence Exhibits, Museum of Civilization CEOVows » (...)
  • 46 Butler D., « Oil-Industry Money won’t Influence Exhibits », op. cit.

30L’inquiétude provient également du fait que le MCH est à la recherche de partenariats avec le secteur privé, le financement public n’étant pas suffisant pour sa bonne marche. Un premier pas a été franchi dans cette direction avec l’annonce, le 27 novembre 2013, d’un partenariat entre le musée et la Canadian Association of Petroleum Producers (dorénavant CAPP). D’une durée de cinq ans, l’entente apportera 1 million de dollars dans les coffres du musée, en échange d’une visibilité de l’association dans les principales expositions jusqu’en 2018. Pour Mark O’Neill, « CAPP is an important sector organization in Canada and its support is going to help us do things for Canadians that we would not be able to do over the next five years45 ». Dans un contexte de restrictions et de coupures budgétaires, des partenariats entre les grandes institutions publiques et l’entreprise privée sont certes quasi inévitables, mais les premières encourent le risque d’une perte d’autonomie. Il existe en effet plusieurs exemples de commanditaires qui ont essayé d’influencer la programmation des organisations à qui ils donnent de l’argent. CAPP elle-même l’a fait en 2011 avec une exposition sur l’énergie au Musée canadien de la science et de la technologie46. Plus fondamentalement, il faut garder en tête l’avertissement d’Allan Megill, un historien canadien qui fait carrière aux États-Unis :

  • 47 Megill A., Historical Knowledge, Historical Error. A Contemporary Guide to Practice, Chica (...)

« The demand that the past should be remembered in the right way is an insistent one, and historians are expected to do their part, by those who pay them and by those who feel that their own political, social and cultural ‘imperatives’ are the deserving ones47. »

31Pour sa part, la SHC accueillit l’annonce de la création du MCH avec circonspection, pour les raisons évoquées ci-dessus. Toutefois, au fil des mois, elle fut quelque peu rassurée par la composition des six comités consultatifs formés pour la conception de l’exposition permanente, dont les membres représentaient diverses perspectives historiographiques. Elle fut même invitée à nommer quatre personnes à ces comités et à être représentée aux séances d’échange d’idées (autour de la nouvelle salle d’histoire du Canada).

  • 48 Souza M. de, « Canadian history comes under Conservative review in Parliament », Calgary H (...)
  • 49 « Ottawa ne fera pas d’histoire dans les écoles », 6 mai 2013. [http://www.radio-canada.ca (...)

32Peu après l’annonce de la création du MCH, le ministre Moore émit l’opinion sur différentes tribunes que l’enseignement de l’histoire du Canada devrait devenir obligatoire dans toutes les écoles du pays. Mais comme l’éducation est de juridiction provinciale, il ne fut pas pris très au sérieux. Et pourtant… le 29 avril 2012, le comité parlementaire du Patrimoine et des Langues officielles, en dépit apparemment des objections des membres des partis d’opposition, décida, à huis clos, de mener une étude complète de l’enseignement « des aspects significatifs » de l’histoire du Canada, particulièrement des conflits armés du xxe siècle. Le comité s’attarderait aussi aux institutions et programmes gouvernementaux de diffusion de l’histoire et de préservation patrimoniale, y compris les musées nationaux, Radio-Canada et l’Office national du film. Devant la levée de boucliers suscitée par cette initiative, particulièrement au Québec, les porte-parole gouvernementaux s’empressèrent de préciser qu’ils respecteraient les champs de compétence provinciale48. Une semaine plus tard, le comité modifia son mandat en excluant les écoles de l’étude49. Il tint des audiences, mais le projet n’eut pas de suites.

  • 50 « Le ministre Moore annonce de nouveaux programmes en appui à l’histoire du Canada », 11 j (...)
  • 51 [http://www.histoirecanada.ca/].
  • 52 « Le ministre Moore annonce de nouveaux programmes en appui à l’histoire du Canada », 11 j (...)
  • 53 [http://www.pch.gc.ca/fra/1386771180955], consulté le 14 décembre 2013. La page existe tou (...)

33Par ailleurs, le 11 juin 2013, le ministre Moore annonça une série de mesures pour promouvoir l’histoire du Canada, totalisant un investissement de 12 millions de dollars. Le gouvernement remplaçait ainsi le Programme des études canadiennes du ministère du Patrimoine canadien et des Langues officielles par le Fonds pour l’histoire du Canada, qui visait à appuyer l’élaboration d’activités et de contenu célébrant « les moments importants de l’histoire et les personnes qui ont façonné le pays dans lequel nous vivons aujourd’hui ». Il créa en outre les prix d’histoire du gouvernement du Canada pour rendre hommage à des élèves et à des enseignants remarquables ayant manifesté un intérêt pour la « célébration » de l’histoire du Canada. Ces prix seraient gérés par l’entremise d’Histoire Canada, « un organisme national indépendant dont le mandat consisterait à rendre la découverte de notre passé pertinente et accessible à tous les Canadiens50 ». Si on en juge par son site web, Histoire Canada semble être une réincarnation de la Société nationale d’histoire du Canada51. Parmi les autres mesures annoncées par Moore, on compte l’établissement d’un partenariat entre le gouvernement et l’Institut Historica-Dominion pour réaliser annuellement deux Minutes du patrimoine entre 2013 et 2017, la désignation de la période du 1er au 7 juillet en tant que Semaine de l’histoire du Canada, le renforcement de programmes existants pour que des institutions et des groupes souhaitant promouvoir l’histoire du Canada dans leur communauté aient un meilleur accès à du financement, une aide accrue aux programmes assurant la présence d’anciens combattants et de membres des Forces canadiennes dans les écoles ainsi qu’au Dictionnaire biographique du Canada et à L’Encyclopédie canadienne52. Shelly Glover, successeure de James Moore à la tête du ministère du Patrimoine canadien et des Langues officielles à la suite du remaniement ministériel de l’été 2013, lança, pour sa part, le 11 décembre suivant des consultations pancanadiennes au sujet du 150e anniversaire de la Confédération, en 201753.

Un travail de sape des ressources archivistiques

  • 54 Synthèse de l’approche pansociétale d’évaluation et d’acquisition du patrimoine documentai (...)
  • 55 La SHC a compilé des témoignages qui montrent les effets dévastateurs de l’abandon du Serv (...)
  • 56 Progressive Librarian National Guild Toronto Chapter, « Statement on Library and Archives (...)

34Une revue des politiques mémorielles du gouvernement Harper ne saurait être complète sans traiter brièvement de BAC qui, en 2009, amorça une réflexion approfondie sur ses pratiques en matière d’évaluation et d’acquisition des ressources documentaires, afin de faire face aux réductions budgétaires drastiques imposées par le gouvernement. La réorientation de l’institution tenait compte de quatre enjeux : l’avènement du numérique, la nécessité de mettre en place un cadre analytique institutionnel « objectif et transparent », la responsabilisation, le besoin de mettre en place une approche collaborative à l’échelle nationale. Dans un premier temps, les activités d’évaluation et d’acquisition furent révisées en fonction d’une approche dite « pansociétale », élaborée sous la direction de Daniel Caron, bibliothécaire et archiviste du Canada entre 2009 et 2012. Cette approche aurait apparemment permis de schématiser les interactions entre les acteurs sociaux pour les rendre intelligibles aux spécialistes ayant la tâche de conserver et de diffuser le patrimoine documentaire de la nation. En outre, « l’approche pansociétale permet d’avoir une représentation claire, actuelle, pertinente et aussi complète que possible de la société canadienne. Grâce à elle, BAC s’assure de bâtir collaborativement un patrimoine documentaire dont les contenus reflètent le plus fidèlement possible la société54 ». Pour bien saisir la complexité de l’activité humaine, la grille de l’approche pansociétale divisait la société en quatre domaines généraux eux-mêmes répartis en quinze sous-domaines sociaux. Problématique à bien des égards, elle mordit la poussière avec le départ de Caron en mai 2013, pour être remplacée par un modèle plus réaliste. Elle aura néanmoins contribué à la mise en œuvre de coupures dévastatrices, comme en témoigne la liste partielle qui suit : réduction du cinquième des ressources humaines ; déprofessionalisation ; ralentissement marqué de l’acquisition d’archives privées et de livres ; réduction des heures d’ouverture ; abandon de portails en ligne ; abolition du Service de prêts entre bibliothèques55 ; abolition du Programme national de développement des archives de 1,7 million de dollars qui, en 26 ans, s’était avéré essentiel pour 800 petits dépôts d’archives ; absence de consultation des principaux intervenants canadiens en matière de bibliothèques et d’archives ; abandon du rôle de leadership international en matière de conservation, de diffusion du patrimoine documentaire et de théorie archivistique. Quant au programme de numérisation des archives présenté comme panacée universelle, ses résultats sont mitigés56.

  • 57 Cobb C., « Anger greets secret private Library and Archives Canada deal », Ottawa Citizen, (...)
  • 58 Dillon L., « The 1921 Census of Canada. A (not so) hidden history », 2013. [http: professe (...)

35Parallèlement, BAC a mis sur pied des partenariats avec l’entreprise privée qui ont suscité la controverse quand ils sont devenues publics. En juin 2012, l’Ottawa Citizen a ainsi révélé que l’institution avait signé un contrat par lequel elle cédait à Canadiana.com les droits numériques exclusifs sur des millions de documents et de livres pendant dix ans. Interpellé par l’opposition à la Chambre des communes, le ministre Moore « agreed that Canadians shouldn’t pay to access their own archives57 ». Deux mois plus tard, soit le 8 août, l’institution a mis en ligne le recensement canadien de 1921 accompagné d’un index géographique, en partenariat avec la firme Ancestry.com, qui produirait un index nominatif et en aurait le monopole commercial pendant trois ans. Les utilisateurs ont accès au recensement et à l’index géographique gratuitement mais ils doivent s’abonner à Ancestry.com pour consulter l’index nominatif. Comme le MCH, BAC allégua qu’en contexte de restrictions budgétaires les partenariats entre le secteur public et le secteur privé permettaient de diffuser des documents et des bases de données, tout en faisant des économies bénéfiques aux contribuables canadiens. C’est une position qui se défend, sauf que, dans le cas du recensement de 1921, BAC avait déjà en mains une version numérisée, réalisée grâce à des collaborations avec Statistiques Canada et des partenaires universitaires58.

36Il ne fait pas de doute que les politiques mémorielles du gouvernement Harper ont fait beaucoup de mal. Deux grandes institutions, Parcs Canada et BAC, ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes, quoique la nomination en 2014 de Guy Berthiaume à titre de bibliothécaire et d’archiviste du Canada ait redonné confiance dans la volonté de l’institution de préserver et de mettre en valeur le patrimoine documentaire du pays. Quant à l’obligation pour les Canadiens de remplir le formulaire long du recensement quinquennal, son rétablissement fut une des premières actions concrètes du gouvernement de Justin Trudeau, qui a pris le pouvoir en octobre 2015. En ce qui concerne le MCH, les signaux sont mixtes. L’inauguration de la nouvelle salle de l’histoire canadienne le 1er juillet 2017 sera un indicateur de l’orientation que prendra le plus prestigieux musée du Canada.

  • 59 Chase S., « Harper’s 1812 overture. Study shows Canadians unfamiliar with war’s details », (...)
  • 60 « Questions Arise over Future King’s Relevance to Canada », The Globe and Mail, 23 juillet (...)

37Les transformations identitaires ne peuvent s’évaluer dans la courte durée, mais s’il faut en croire quelques sondages d’opinion, la population est jusqu’ici restée froide envers la reconstruction identitaire conservatrice. Apparemment, en dépit des sommes dépensées, la commémoration de la guerre de 1812 n’a guère été populaire ; les Canadiens auraient préféré voir des commémorations d’événements qu’ils perçoivent comme ayant un impact dans leur vie, par exemple le centenaire du suffrage féminin et le 30e anniversaire de la Charte des droits et libertés59. Par ailleurs, les politiques conservatrices seraient en partie responsables du regain d’intérêt pour la monarchie. Cependant, elles ont possiblement contribué à éveiller le sentiment anti monarchiste, comme en fait foi la controverse autour du serment d’allégeance à la reine pour les nouveaux citoyens60.

  • 61 Joutard P., Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, 2013, quatri (...)

38En ce mois de juin 2017, dix-huit mois après la défaite des conservateurs aux mains des libéraux de Justin Trudeau, je constate que les intentions mémorielles refondatrices et simplificatrices de Stephen Harper ont été en partie répudiées par son successeur. Ce dernier a en effet posé plusieurs gestes symboliques pour recouvrer l’héritage de son père et projeter le Canada dans le xxie siècle. Jusqu’à présent, cela n’a toutefois pas eu un grand impact sur les politiques publiques en matière de patrimoine et de mémoire, peut-être parce que la machine gouvernementale est lourde et lente, peut-être aussi parce que la vision conservatrice est plus au diapason qu’on voudrait l’admettre du rapport changeant des Canadiens envers leur passé. Les historiens doivent donc continuer à être vigilants, car, comme l’écrit Philippe Joutard, « l’histoire demeure le seul moyen d’apaiser les mémoires blessées, de permettre aux mémoires concurrentes de cohabiter. La meilleure façon de vaincre l’oubli et de se prémunir contre les excès mémoriels61 ».

Une version préliminaire de ce texte fut présentée le 12 juin 2013 à l’université Rennes 2 à la fois comme conférence de clôture de la journée de la recherche « Mémoire(s) : construction, interprétation, enjeux » et comme conférence inaugurale du colloque « Mémoire(s) canadienne(s) », organisé par l’Association française d’études canadiennes. Je remercie Hélène Harter de m’avoir invité à prononcer cette conférence. Puis, en novembre 2013, j’ai présenté des versions mises à jour à l’université de Poitiers et à l’université de Strasbourg. Je suis reconnaissant envers André Magord et Jean-Noël Grandhomme de m’avoir invité dans leur institution respective. Au Canada, le texte a fait l’objet d’une publication, en anglais et en français, dans Canadian Journal of History/Annales canadiennes d’histoire sous le titre « Conscripting Canada’s Past : The Harper Government and the Politics of Memory – L’embrigadement du passé canadien : les politiques mémorielles du gouvernement Harper », XVIX (printempsété 2014), p. 31-65. Par ailleurs, je remercie de ses suggestions Mark Meyers. J’ai aussi bénéficié de l’appui multiforme de Rosana Barbosa, Lyle Dick, Lisa Dillon, Michel Duquet, Dominique Marshall, Nicole Neatby et Martin Pâquet.

Anmerkungen

1 Soulet J.-F., L’histoire immédiate. Historiographie, sources et méthodes, Paris, Armand Colin, 2012, p. 43-66.

2 Bien que mon texte soit informé par mes fonctions passées au sein de la SHC, il n’engage que moi-même.

3 Frenette Y., « La grande semaine des Franco-Américains et le tricentenaire de la découverte du lac Champlain (1909) », in M. Augeron et D. Guillemet (dir.), Champlain ou les portes du Nouveau Monde. Cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord (xvie-xxe siècles), La Crèche, Geste Éditions, 2004, p. 323-326 ; « La pucelle de Pembroke ou la construction d’une héroïne franco-ontarienne », communication présentée dans le cadre du colloque « Produire et reproduire la francophonie en la nommant », université d’Ottawa, septembre 2007.

4 Voir notamment Cardinal L. et Lacroix J.-M. (dir.), Le conservatisme. Le Canada et le Québec en contexte, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2009.

5 Balthazar L., « La portée du conservatisme américain au Canada », in L. Cardinal et J.-M. Lacroix, Le conservatisme, op. cit., p. 89-98. Voir aussi la conclusion du chapitre de Gérard Boismenu, « Le conservatisme. Une valeur transcontinentale ? », dans le même recueil, p. 114-115.

6 Ipperciel D., « Le tournant conservateur au Canada et le nouveau Nation Building canadien », Études canadiennes/Canadian Studies, no 73, 2012, p. 25-46.

7 Boily F., « Un néoconservatisme à la canadienne ? Stephen Harper et l’École de Calgary », in L. Cardinal et J.-M. Lacroix, Le conservatisme, op. cit., p. 35-49. Depuis la rédaction de mon texte, ce politologue a fait paraître une étude intitulée Stephen Harper. La fracture idéologique d’une vision du Canada, Québec, Presses de l’université Laval, 2016.

8 Flanagan T., Harper’s Team. Behind the Scenes in the Conservative Ride to Power, Montréal/Kingston, McGill/Queen’s University Press, 2007.

9 Bricker D. et Ibbitson J., The Big Shift. The Seismic Change in Canadian Politics, Business and Culture. And what it Means for our Future, Toronto, Harper Collins, 2013.

10 Hayek F. A., La route de la servitude, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 1985. Sur l’influence de ce penseur sur l’École de Calgary et sur Harper, voir Boily F., « Un néoconservatisme à la canadienne ? », art. cité, p. 42-44.

11 Ipperciel D., « Le tournant conservateur », art. cité, p. 25-46.

12 Voir l’évaluation du gouvernement Harper par le commentateur conservateur Adam Daifallah, « Rescuing Canada’s Right Five Years Later », Options politiques – Political Options, juin-juillet 2011, p. 109-112.

13 Ipperciel D., « Le tournant conservateur », art. cité, p. 26.

14 Martin L., Harperland. The Politics of Control, Toronto, Penguin Canada, 2011 ; Linnit C., « Harper’s Attack on Science. No Science, no Evidence, no Truth, no Democracy », Academic Matters. La revue d’enseignement supérieur d’UPAUO, mai 2013, p. 3-7.

15 Bien qu’il n’ait été créé qu’en 2008, le Programme des études canadiennes s’inscrivait dans une tradition d’engagement public qui remontait à la décennie de 1970.

16 McKay I. et Bates R., In the Province of History. The Making of the Public Past in Twentieth-Century Nova Scotia, Montréal/Kingston, McGill/Queen’s University Press, 2010.

17 Sholdice M., « The New History Wars », Toronto Review of Books, 5 mai 2013. [http://www.torontore-viewofbooks.com/2013/05/the-history-wars-in-canada/], consulté le 25 mai 2013.

18 Champion C. P., The Strange Demise of British Canada. The Liberals and Canadian Nationalism, 1964-1968, Montréal/Kingston, McGill/Queen’s University Press, 2010, p. 231. Parmi les intellectuels vilipendés par Champion pour avoir sacrifié sur l’autel du « néonationalisme » l’âme britannique du Canada, on compte George Francis Gillman Stanley, qui est considéré comme le père de l’Unifolié. Peut-on imaginer contraste plus grand avec l’auteur du Strange Demise of British Canada ? Stanley fut un historien talentueux et un militaire pour qui les Canadiens étaient essentiellement pacifiques. En 1981, il devint lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick.

19 Smith J. D., « Reinventing Canada. Stephen Harper’s Conservative Revolution », World Affairs, mars-avril 2012, p. 21-28. [http://www.worldaffairsjournal.org/article/reinventing-canada-stephen-harper%E2%80%99s-conservative-revolution], consulté le 10 décembre 2013.

20 Cité dans McKay I. et Swift J., Warrior Nation. Rebranding Canada in an Age of Anxiety, Toronto, Between the Lines, 2012, p. 11.

21 Découvrir le Canada. Les droits et responsabilités liés à la citoyenneté, Ottawa, 2009, p. 1. [http://www.cic.gc.ca/francais/ressources/publications/decouvrir/section-07.asp], consulté le 9 juin 2013.

22 McKay I. et Swift J., Warrior Nation, op. cit., p. 11.

23 Ibid., p. 15-18.

24 Ibid., p. 283-284.

25 Ibid.

26 Mathieu A., « Commémoration de la guerre de 1812. Un conflit, deux versions », Le Soleil, 17 juin 2012.

27 [http://1812.gc.ca/fra/1305743548294/13057436212], consulté le 10 décembre 2013. La page existe toujours, mais le message d’Harper n’y est plus.

28 Voir l’analyse perspicace de Bernard Andrès avec la collaboration de Patricia Willemin-Andrès, La Guerre de 1812. Journal de Jacques Viger, Québec, Presses de l’université Laval, 2012, p. 5-12.

29 « Guerre de 1812 – Un illustrateur refuse de cautionner les distorsions historiques des conservateurs », Le Devoir, 15 juin 2012. [http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/352551/un-illustrateur-refuse-de-cautionner-les-distorsions-historiques-des-conservateurs], consulté le 7 juin 2013.

30 Granatstein J., Who Killed Canadian History ?, Toronto, Harper Collins, 1998, p. 14.

31 Ibid., p. 16.

32 Cité dans Goodman L. A., « Is Government Trying to Reshape Canadian History ? », The Canadian Press, 16 octobre 2013. [http: /.durhamregion.com/news-story/4158674-is-government-trying-to-reshape-cdn-history-/], consulté le 26 octobre 2013. Avec raison, divers commentateurs ont comparé les débats sur la nature du Canada ainsi que l’opposition entre les tenants de l’histoire nationale et de l’histoire sociale aux « culture wars » ayant fait rage dans les États-Unis à la fin du xxe siècle (entre autres, voir le numéro spécial qu’a consacré à la question le Journal of Social History, « Social History and the American Political Climate – Problems and Strategies », vol. 29). Il faut aussi évoquer le cas français, notamment le projet du président Nicolas Sarkozy de créer une Maison de l’histoire de France et les élucubrations pseudo-historiennes du comédien Lorànt Deutsch et du journaliste Patrick Buisson. Pour une critique exacerbée de ces derniers, voir Blanc W., Chéry A. et Naudin C., Les historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, Paris, Éditions Inculte, 2013.

33 Voir le site [http://www.historyapplied.com/2013/03/canadian-history-wars-some-links.html].

34 Gouvernement du Canada, « Le gouvernement Harper crée le Musée canadien de l’histoire », 16 octobre 2012. [http://www.pch.gc.ca/fra/1350400008284/1350400786417], consulté le 17 octobre 2012. La page existe toujours mais pas le communiqué de presse.

35 [http://www.parl.gc.ca/Content/LOP/LegislativeSummaries/41/1/c49-f.pdf], consulté le 14 décembre 2013.

36 Dick L., « Where Are Canada’s Historical and Heritage Programs Following the Federal Cuts of 2012, and how Should the Historical Community Respond ? », CHA Bulletin SHC, vol. 39, no 2, 2013, p. 41.

37 Sheikh M. A., « Good Government and Statistics Canada. The Need for True Independence », Academic Matters. Le journal d’enseignement supérieur d’UAPUO, mai 2013, p. 13.

38 Morrison D., « Avoiding the Name Game. Is the Rebranding of the Civilization Museum a Nasty Plot ? Not really », Canada’s History, février-mars 2013, p. 62.

39 « Ex-Museum CEO Calls Proposed Mandate “Narrow and Parochial” », CBC News, 6 juin 2013. [http://www.cbc.ca/news/arts/story/2013/06/06/ottawa-museum-civilization-history-rebranding-new-mandate-concerns.html], consulté le 8 juin 2013.

40 « Ex-Museum CEO Calls Proposed Mandate “Narrow and Parochial” », CBC News, op. cit.

41 Bloch M., Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1952, p. 18.

42 J’emprunte la notion de mythistoire à Létourneau J., « Mythistoires de Losers. Introduction au roman historial des Québécois d’origine canadienne-française », Histoire sociale – Social History, vol. 39, no 77, 2006, p. 157-180.

43 Butler D., « Museum of Civilization lifts Veil on its new Canadian History Hall », Ottawa Citizen, 28 novembre 2013.

44 Goodman L. A., « Is Government Trying to Reshape Canadian History ? », op. cit.

45 Butler D., « Oil-Industry Money won’t Influence Exhibits, Museum of Civilization CEOVows », Ottawa Citizen, 26 novembre 2013. Voir aussi Butler D., « Museum of Civilization Changes Driven by Clash Visions of Canada, Former CEO Says », Ottawa Citizen, 26 novembre 2013.

46 Butler D., « Oil-Industry Money won’t Influence Exhibits », op. cit.

47 Megill A., Historical Knowledge, Historical Error. A Contemporary Guide to Practice, Chicago, University of Chicago Press, 2007, p. 18.

48 Souza M. de, « Canadian history comes under Conservative review in Parliament », Calgary Herald, 3 mai 2013. [http://www.calgaryherald.com/Canadian+history+comes+under+Conservative+review+Parliament/8333191/story.html], consulté le 8 juin 2013.

49 « Ottawa ne fera pas d’histoire dans les écoles », 6 mai 2013. [http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/05/06/005-patrimoine-histoire-recul-federal.shtml], consulté le 8 juin 2013.

50 « Le ministre Moore annonce de nouveaux programmes en appui à l’histoire du Canada », 11 juin 2013. [http://www.canadianheritage.gc.ca/fra/1370873738331/1370873756081], consulté le 2 septembre 2013. La page existe toujours mais pas le communiqué de presse de Moore.

51 [http://www.histoirecanada.ca/].

52 « Le ministre Moore annonce de nouveaux programmes en appui à l’histoire du Canada », 11 juin 2013.

53 [http://www.pch.gc.ca/fra/1386771180955], consulté le 14 décembre 2013. La page existe toujours mais l’annonce de Moore a disparu.

54 Synthèse de l’approche pansociétale d’évaluation et d’acquisition du patrimoine documentaire de Bibliothèque et Archives Canada, Ottawa, Bibliothèque et Archives Canada, octobre 2012, p. 1-3 (citation p. 2).

55 La SHC a compilé des témoignages qui montrent les effets dévastateurs de l’abandon du Service de prêt entre bibliothèques sur la recherche historique, particulièrement pour les historiens de la région atlantique et de l’Ouest.

56 Progressive Librarian National Guild Toronto Chapter, « Statement on Library and Archives Canada », 17 mai 2013 ; Groover M., « Contempt for Values. The Controversy over Library and Archives Canada’s Code of Conduct », Academic Matters, p. 10. Au début de 2013, BAC annonça l’avènement d’un code de conduite qui limitait dangereusement le rayonnement professionnel de ses employés. Confronté par l’opposition, Moore désavoua la politique à la Chambre des communes. C’est sans doute la raison pour laquelle elle ne fut pas mise en œuvre.

57 Cobb C., « Anger greets secret private Library and Archives Canada deal », Ottawa Citizen, 12 juin 2013.

58 Dillon L., « The 1921 Census of Canada. A (not so) hidden history », 2013. [http: professeure.tumblr. com], consulté le 20 août 2013.

59 Chase S., « Harper’s 1812 overture. Study shows Canadians unfamiliar with war’s details », The Globe and Mail, 5 octobre 2011.

60 « Questions Arise over Future King’s Relevance to Canada », The Globe and Mail, 23 juillet 2013.

61 Joutard P., Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, 2013, quatrième de couverture.

Autor

Yves Frenette est professeur et titulaire de la chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l’université de Saint-Boniface (Manitoba). Ex-directeur du Centre de recherche en civilisation canadienne-française et de l’Institut d’études canadiennes, à l’université d’Ottawa, Frenette est également professeur auxiliaire aux départements d’histoire de l’université York et de l’université d’Ottawa. Spécialiste de la francophonie nord-américaine, il a fait paraître trois livres et plus de 100 chapitres et articles scientifiques. En outre, il a dirigé ou codirigé une quinzaine d’ouvrages collectifs. Frenette a réalisé le site web Francophonies canadiennes : identités culturelles [http://sites.ustboniface.ca/francoidentitaire]. Il dirige présentement le projet de développement de partenariat Nouveaux regards sur l’occupation du continent nord-américain par la population canadienne-française, 1760-1914.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540