Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution Mexicaine

 | 
Romain Robinet

Troisième partie. Race et révolution : l’action ibéro-américaine du mouvement étudiant (1916-1939)

Épilogue

La fin d’un monde (1939-1945)

Texte intégral

1La fin des années 1930 et le début des années 1940 virent se désagréger ce qui restait du premier mouvement étudiant mexicain organisé et représentatif. Ces années marquèrent aussi la fin de la phase radicale de la Révolution. Trois processus s’enchevêtrèrent ainsi au moment où une nouvelle guerre européenne éclatait : alors qu’auparavant les étudiants avaient su parler au nom de la « Jeunesse » pour légitimer leur position sociale, cette vieille catégorie était désormais promue par l’Église et l’État. Les deux grandes institutions rivales, après avoir tenté de contrôler la politique étudiante, misaient conjointement sur la construction des organisations de jeunesse. La « classe étudiante » avait tout à y perdre. D’autre part, la Révolution, dans sa dimension éducative, s’essoufflait indéniablement. L’heure était à l’unité nationale et il y était très difficile de concevoir une « éducation socialiste » en 1939, à l’heure du pacte germano-soviétique. Or, cette cause nationale, la bataille pour ou contre l’article 3, avait soudé et mobilisé deux camps opposés, les autonomistes et les socialistes, depuis 1933. En 1946, l’abandon définitif du « socialisme éducatif », au profit d’une éducation promouvant les valeurs démocratiques, fut propice à une démobilisation générale. Enfin, l’acquis historique du mouvement étudiant, le régime d’autonomie universitaire, fut soudainement remis en cause : au Mexique, 1945 marqua ainsi la fin d’une université qui se définissait davantage comme un corps politique, un État dans l’État, que comme une communauté de recherche et d’enseignement.

De la « classe étudiante » aux organisations de jeunesse

  • 1 Gardet M., op. cit., p. 159-160.
  • 2 Mabry D., op. cit., p. 181.
  • 3 AGN, LC, exp. 433/424.

2La création d’une organisation de jeunesse révolutionnaire avait été un objectif du président Lázaro Cárdenas dès 19351. Le nouveau Parti de la Révolution mexicaine (PRM), fondé dans l’euphorie suivant l’expropriation pétrolière les 30 mars et 1er avril 1938, comprenait une section de jeunesse, créée peu après, le 9 juin 1938. Cárdenas eut l’habileté de nommer, comme responsables de la section, des membres de la CESUM et de sa grande rivale, les JSUM (Jeunesses socialistes unifiées du Mexique, fondées en 1937). Contraintes de travailler ensemble au sein du PRM, la CESUM et les JSUM décidèrent de fonder, d’un commun accord, une centrale unique en mars 1939. La Confédération des jeunes Mexicains (CJM) fut le produit de leur union. La dissolution de la CESUM survint en 19392. Fait hautement significatif, c’était désormais la CJM qui assurait la représentation internationale des étudiants mexicains3. Par intérêt, par conviction, les étudiants de gauche avaient accepté de devenir des « jeunes ». Si les étudiants catholiques connurent un sort similaire, ce fut davantage contre leur gré.

  • 4 Calderón Vega L., op. cit., p. 185-186.
  • 5 II Asamblea Interamericana de Universitarios Católicos : documentos : 10 al 19 de marzo 19 (...)
  • 6 Calderón Vega L., op. cit., p. 90. En 1953, l’organisation était quasi-morte. AHPMCJ, fond (...)

3L’UNEC s’éteignit progressivement au milieu des années 1940. L’organisation fut peu à peu remplacée par le Mouvement étudiant professionnel (MEP, fondé en 1941), une association dépendante de l’ACJM4. De manière a priori surprenante, le clergé mexicain décida d’abandonner l’UNEC, au moment même où celle-ci semblait à son apogée. Plusieurs raisons expliquent ce paradoxe apparent. D’une part, la rivalité entre l’UNEC et l’ACJM n’avait cessé tout au long des années 1930. D’autre part, la seconde moitié des années 1930 avait été marquée par l’amélioration des relations entre l’Église et l’État révolutionnaire. Cárdenas avait desserré l’étau qui opprimait l’Église. Son successeur, Manuel Ávila Camacho (1940-1946), s’était déclaré publiquement catholique durant la campagne électorale. Dans ce contexte d’apaisement, la sulfureuse UNEC apparaissait définitivement comme un élément perturbateur. La très politique organisation entretenait de plus des liens incestueux avec Action nationale, le nouveau parti d’opposition. Le clergé devait donner des gages de bonne conduite. Le réchauffement des relations entre l’Église et l’État devait aussi permettre à la Compagnie de Jésus de réaliser son rêve, la fondation d’une Université catholique. Ce fut l’université ibéro-américaine (UIA), initialement créée comme une annexe de l’université autonome de Mexico. L’UNEC n’avait plus de raison d’être. Elle mourut ainsi d’une mort lente, quand bien même son pendant international, la CIDEC, restait active. En 1946, la CIDEC participa à la seconde assemblée interaméricaine de Pax Romana5. Ce fut alors le MEP qui représenta les Mexicains. De manière significative, la CIDEC changea de nom en 1950 pour devenir la CIDUC (Confédération ibéro-américaine des universitaires catholiques)6. La CIDEC était devenue un club de franquistes, toujours fascinés par l’Espagne éternelle. Restait désormais l’ACJM qui demeure, aujourd’hui encore, le cadre de référence des étudiants catholiques mexicains.

  • 7 El Universal, 27-04-1944.

4La fin des années 1930 et le début des années 1940 virent aussi le ralentissement et l’essoufflement du mouvement étudiant national à vocation représentative. La CNE, plus que jamais assimilée à une « Confédération nationale ecclésiastique », organisa trois congrès, de plus en plus espacés dans le temps. Était-ce le signe d’une indifférence croissante de la part des nouvelles générations ou la conséquence de l’approfondissement du schisme entre gauches et droites ? L’organisation se réunit à Oaxaca en 1939, puis à Puebla en 1941, et enfin à Toluca en 1944. Les catholiques conservèrent la mainmise sur l’organisation. L’hégémonie de l’UNEC se maintint jusqu’à son sabordage. Avant le congrès de 1944, le président de la CNE, Rafael Hernández Ortiz, était encore et toujours un étudiant issu de l’UNEC7.

La Seconde Guerre mondiale et la mort du projet révolutionnaire radical

  • 8 Lerner V., op. cit., p. 175.
  • 9 La Batalla, no 2, 20-11-1939. « La Reglamentación del Artículo Tercero », Proa, no 2, 12-1 (...)

5En milieu étudiant, le spectre de la guerre mondiale renforça d’abord les voix des plus conservateurs qui s’étaient opposés à la révolution cardéniste. Alimenté par l’électrochoc intellectuel que fut la Grande Guerre, le projet révolutionnaire fut mis à l’épreuve par la nouvelle « guerre européenne » qui semblait rejouer la précédente. Le président « rouge » avait d’ailleurs remis l’éducation socialiste à l’ordre du jour, provoquant un ultime sursaut étudiant. En décembre 1939, le gouvernement cardéniste décida de réglementer l’article 3 de la Constitution8. Jusqu’alors les professeurs n’avaient pu se référer qu’au texte constitutionnel, très général, et non à une « loi réglementaire », donnant des instructions. Le contexte n’était pourtant guère favorable à une nouvelle législation. Certes, les esprits s’étaient apaisés depuis 1936, constatant l’absence d’une subversion réelle par l’éducation. Néanmoins, l’anticommunisme était plus fort qu’au début des années 1930 et le mot « socialiste » évoquait inévitablement l’invasion de la partie orientale de la Pologne, puis de la Finlande, par l’URSS. Les premières annonces, faites en novembre 1939 dans la presse, produisirent une réaction immédiate de rejet en milieu étudiant9.

  • 10 Sur le Mexique et la Seconde Guerre mondiale, voir notamment Torres B., De la guerra al mu (...)

6La grande conciliation s’opéra plus tard. Une nouvelle loi vint réglementer l’article 3 le 31 décembre 1941. Dans la nouvelle loi, publiée en janvier 1942, l’éducation devait encore et toujours être « socialiste », mais cette expression signifiait tout ce qui avait un caractère collectif. Afin d’apaiser définitivement les esprits, le texte constitutionnel fut finalement réécrit. En décembre 1946, le nouvel article 3 affirmait que l’éducation publique devait défendre les valeurs démocratiques. Le mot « socialiste » avait disparu. Ce soudain attachement à la démocratie s’expliquait par le combat du Mexique d’Ávila Camacho, au sein des Nations Unies, contre les puissances de l’Axe10. Parallèlement, les années 1940 inauguraient aussi une vaste reconfiguration du monde étudiant et une redistribution du pouvoir au sein de l’université autonome de Mexico.

Les transformations de l’institution universitaire et du monde étudiant

7Pour les tenants d’une modernisation ordonnée du Mexique, l’Université, surpolitisée, semblait une entrave. L’image désastreuse renvoyée par l’Université autonome dans les années 1930 et 1940 justifia la rédaction d’une nouvelle loi organique. Votée par le Congrès en 1945, la nouvelle loi faisait de l’UNAM une agence d’État décentralisée. L’Université autonome retrouvait symboliquement son caractère « national ». Le « cogouvernement » paritaire, idée centrale de la Reforma Universitaria, était définitivement abandonné. La réalité du pouvoir appartenait désormais à la Junta de Gobierno, petit conseil de notables académiques, et non au Conseil universitaire. La Junta nommait le recteur et les directeurs. La technique remplaçait la politique. C’était la fin de la république universitaire.

  • 11 Mendoza Rojas J., op. cit., p. 102. Voir aussi Pensado J. M., Rebel Mexico : Student Unres (...)
  • 12 Ibid.

8La politique étudiante ne pouvait conserver des traits identiques dans une Université autonome qui entrait, lentement mais sûrement, dans un processus de massification. L’interconnaissance, fondamentale pour former des groupes politiques, devenait nécessairement plus réduite. Le monde étudiant ne se résumait d’ailleurs plus à l’Université nationale autonome. En 1936-1937, la fondation de l’Institut polytechnique national (IPN) vint institutionnaliser la division, surgie en 1929, entre « universitaires » et « techniciens ». Dans les années 1950, les deux mondes se rencontraient à l’occasion des matchs de football américain, opposant les « pumas » de l’Université aux « ânes » de l’IPN, ou les « privilégiés » du sud de la ville aux « plébéiens » du nord11. Seuls les mouvements étudiants de 1958 et 1968 virent apparaître une nouvelle solidarité entre universitarios et técnicos. Enfin, au tournant des années 1930 et 1940, de nouveaux établissements vinrent concurrencer l’Université autonome : 1938 vit la création de l’ENAH (École nationale d’anthropologie et d’histoire), 1940 celle du Colegio de México (ancienne Maison de l’Espagne). Plusieurs importantes initiatives privées s’ajoutèrent au développement du secteur public : les années 1940 connurent notamment la création de l’Université ibéro-américaine, de l’ITAM (Institut technologique autonome de Mexico) et de l’Institut technologique et d’études supérieures de Monterrey (ITESM)12.

  • 13 Primer censo nacional universitario, 1949, Mexico, UNAM, IIS, 1953, p. CI.

9La capitale n’avait plus le monopole des effectifs étudiants. En 1949, le sociologue Mendieta y Núñez dénombrait 23000 étudiants universitaires dans les États, autant qu’à l’UNAM13. Cette croissance des effectifs favorisa ce qu’il est possible d’appeler une « régionalisation » du mouvement étudiant. Cette expression ne signifie pas la dislocation du mouvement étudiant mais bien la fin d’une première nationalisation fondée sur la domination du centre. La régionalisation ne signifie pas la dénationalisation mais plutôt la création, très progressive, d’un mouvement étudiant multipolaire. Outre la croissance des effectifs, plusieurs facteurs contribuèrent à ce processus. Le grand combat contre l’éducation socialiste, tout en ayant une dimension nationale, contribua nécessairement à activer les mobilisations en faveur d’enjeux plus locaux : face à l’hydre matérialiste, les universités provinciales apparurent, en effet, de plus en plus tentées par le démon de l’autonomie. Plus profondément, la formation du premier mouvement national étudiant, dans les années 1910-1920, avait contribué à pérenniser l’existence des fragiles fédérations locales. Ces dernières s’épanouirent par la suite, sans que l’aide active du centre fût nécessaire.

  • 14 Mendoza Rojas J., op. cit., p. 111-112.

10Ainsi, en 1946, quand s’achevait la Révolution, le mouvement étudiant mexicain entrait dans une phase de profonde reconfiguration. L’organisation nationale n’avait clairement plus la même vitalité qu’en 1929 ou qu’en 1935. La CNE n’était plus le lieu central du pouvoir. La CJM et l’ACJM apparaissaient comme d’indéniables rivales. Le monde étudiant croissait et se diversifiait. Si les représentants étudiants étaient toujours en proie à la tentation politique, celle-ci passait désormais par l’affiliation au PRI, fondé en 1946. Cette même année, le président Ávila Camacho transmettait le pouvoir suprême à un ancien étudiant de l’université de Mexico14. Le nouveau président, Miguel Alemán, se parait de la légitimité conférée par l’Université nationale et lui confiait la résolution des « grands problèmes nationaux ». Les civils prenaient la place des militaires : si le général Cárdenas avait en partie offert les postes de son cabinet à la « génération de 1915 », le licenciado Alemán ouvrit très largement les portes de son gouvernement à ses camarades de classe. Le président Alemán et son « gouvernement des universitaires » permirent à la « génération de 1929 » d’exercer, durant plusieurs années, une ascendance forte sur les destinées du Mexique de l’après-guerre.

Notes

1 Gardet M., op. cit., p. 159-160.

2 Mabry D., op. cit., p. 181.

3 AGN, LC, exp. 433/424.

4 Calderón Vega L., op. cit., p. 185-186.

5 II Asamblea Interamericana de Universitarios Católicos : documentos : 10 al 19 de marzo 1946, Lima, Lumen, 1946.

6 Calderón Vega L., op. cit., p. 90. En 1953, l’organisation était quasi-morte. AHPMCJ, fonds Ramón Martínez Silva.

7 El Universal, 27-04-1944.

8 Lerner V., op. cit., p. 175.

9 La Batalla, no 2, 20-11-1939. « La Reglamentación del Artículo Tercero », Proa, no 2, 12-12-1939, p. 6-7.

10 Sur le Mexique et la Seconde Guerre mondiale, voir notamment Torres B., De la guerra al mundo bipolar, Mexico, Colmex, 2010, p. 15-64. Niblo S., « Allied Policy Toward Axis Interests in Mexico during World War II », Mexican Studies, 2001, vol. 17, no 2, p. 351-373. Cruz García M., « Gobierno y movimientos sociales mexicanos ante la Segunda Guerra Mundial », Foro Internacional, vol. LI, no 3, 2011, p. 458-504. Rodríguez Aviñoa P., « La prensa nacional frente a la intervención de México en la Segunda Guerra Mundial », HM, vol. 29, no 2, 1979, p. 252-300.

11 Mendoza Rojas J., op. cit., p. 102. Voir aussi Pensado J. M., Rebel Mexico : Student Unrest and Authoritarian Political Culture During the Long Sixties, Stanford, SUP, 2013.

12 Ibid.

13 Primer censo nacional universitario, 1949, Mexico, UNAM, IIS, 1953, p. CI.

14 Mendoza Rojas J., op. cit., p. 111-112.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540