Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution Mexicaine

 | 
Romain Robinet

Troisième partie. Race et révolution : l’action ibéro-américaine du mouvement étudiant (1916-1939)

Chapitre VIII

Le temps des réalisations : les confédérations ibéro-américaines étudiantes (1929-1936)

Texte intégral

  • 1 De los Reyes J. M., « Mensaje a los estudiantes latinoamericanos », La antorcha estudianti (...)

« Doivent maintenant se terminer l’ère du latino-américanisme purement théorique et commencer celle d’un latino-américanisme qui brûle dans les flammes d’une activité créatrice1. »

  • 2 « El primer congreso de estudiantes iberoamericanos », Universidad de México, no 3, t. 1, (...)
  • 3 M. Bergel parle, lui, d’un « latino-américanisme par le bas », ce qui ne rend pas compte d (...)

1Le 17 décembre 1930, s’ouvrait à Mexico le Premier Congrès ibéro-américain des étudiants. Organisé essentiellement par une poignée d’étudiants mexicains et espagnols, il s’effectua sous les auspices de Bolívar : inauguré 100 ans après sa mort, le congrès tint sa première session dans une maison de la capitale où le Libertador avait jadis dormi2. Les dirigeants de la CNE, la « génération de 1929 », exultaient. Depuis l’estrade, les autorités politiques, universitaires et diplomatiques contemplaient le futur de l’Ibéro-Amérique. Venus d’Espagne, de Cuba ou d’Uruguay, les congressistes incarnaient les aspirations unionistes qui s’étaient exprimées de plus en plus ardemment, tout au long des années 1920. Il s’agissait d’un ibéro-américanisme « par le haut », les étudiants se réunissant sous l’œil des plus hautes autorités3. Malgré cette dépendance évidente, il s’agissait aussi d’un ibéro-américanisme authentiquement étudiant, affirmant son autonomie. Enfin, ce premier mouvement étudiant organisé à l’échelle ibéro-américaine se construisait par et, dans une large mesure, pour le Mexique révolutionnaire.

  • 4 Douzième point du VIe Congrès national étudiant (Mérida, janvier 1929). Dromundo B., op. c (...)
  • 5 Iduarte A., « Sin oriente », Preparatoria, Mexico, Mortiz, 1986, p. 145 (La Huelga, Mexico (...)
  • 6 Iduarte A., « La trascendencia de los congresos internacionales de estudiantes », Preparat (...)

2L’organisation créée à l’issue du congrès, la Confédération ibéro-américaine des étudiants (CIADE), formula le programme commun de cette première coordination transatlantique, théoriquement fondée sur une communauté culturelle et raciale. La nouvelle union fit la synthèse des réflexions et mobilisations étudiantes passées : avec la CIADE, la « Réforme universitaire », vécue comme une révolution, devenait une plateforme ibéro-américaine unique, à laquelle chaque union nationale devait contribuer. Lieu d’échanges pour penser l’université ibéro-américaine du futur, la CIADE fut aussi un instrument aux mains des Mexicains pour défendre et exporter leur Révolution. Il s’agissait d’un but historique du mouvement étudiant mexicain, reformulé à l’occasion du VIe Congrès de janvier 1929 : si la « génération de 1915 » avait simplement souhaité mener des actions pro-mexicaines à l’échelle continentale, la « génération de 1929 », sa radicale héritière, se fixait comme objectif explicite la « diffusion de l’idéologie révolutionnaire du Mexique au sein de la classe étudiante latino-américaine4 ». Il existait toutefois une continuité entre les deux générations : comme celle de 1915, celle de 1929 prétendait défendre la « race » pour mieux protéger le Mexique. L’américanisation du pays et du continent était en effet redoutée : l’influence des « Yankees » risquait de transformer, aux dires de l’étudiant Andrés Iduarte, la « race cosmique » de Vasconcelos en une « race comique », réduite à mâcher du chewing-gum5. Or, la création de la CIADE permettait au Mexique de devenir un pôle majeur des relations internationales étudiantes. Si les congrès internationaux étudiants servaient la diplomatie culturelle de la Révolution, ils devaient surtout servir sa diplomatie raciale : pour Iduarte, particulièrement impliqué dans la politique internationale étudiante, ces grandes rencontres permettaient de faire connaître le pays auprès des jeunesses « blondes » d’Europe du Nord, auprès de ces « Scandinaves sains et vigoureux, source d’une future immigration » capable de s’assimiler et de fortifier la race mexicaine sans trop la diluer6.

  • 7 Manigat L., op. cit., p. 303-304. Pita A., op. cit., p. 104.

3Par ailleurs, il ne faut pas voir derrière le radicalisme de la CIADE la simple influence du gouvernement mexicain. Si la CIADE permit la légitimation ibéro-américaine des principes révolutionnaires du Mexique et favorisa leur circulation dans l’espace atlantique, ce fut aussi parce que les étudiants étrangers qui la composaient, formaient un public sensible à l’action d’un pays qu’ils considéraient unanimement comme le « gardien de la Race ». De fait, nombre de ces principes étaient aussi partagés par l’APRA ou l’Union latino-américaine d’Alfredo Palacios7.

4Tant d’audace ne pouvait que stimuler les ardeurs des rivaux des libéraux. Impressionnés par l’action de la CNE, les jeunes croyants convoquèrent, un an plus tard, une Convention ibéro-américaine des étudiants catholiques. Placée sous le signe de la Vierge de Guadalupe, la Convention organisée à Mexico en décembre 1931 par l’UNEC, déboucha elle aussi sur l’organisation d’une grande confédération régionale. La Confédération ibéro-américaine des étudiants catholiques (CIDEC) naquit officiellement deux ans après la Convention mexicaine, lors d’un pèlerinage à Rome, en décembre 1933. Inspirée par l’UNEC, la CIDEC procéda elle aussi à une lecture créatrice et sélective du phénomène révolutionnaire mexicain. Lieu de socialisation des jeunes élites catholiques, partisanes d’un catholicisme social ibéro-américain éclairé par l’exemple mexicain, elle fut l’antichambre de la démocratie chrétienne en Amérique latine. Là encore, les étudiants mexicains furent ceux qui donnèrent le ton. Là encore, leur magistère politique était jugé des plus légitimes. Les jeunes de l’UNEC n’étaient-ils pas considérés, de l’Espagne au Chili, comme les martyrs d’un gouvernement qui voulait réduire l’Église à néant ?

  • 8 Monchablon A., « La 1ère confédération internationale des étudiants (1919-1939) », in Mord (...)

5Les deux internationales étudiantes concurrentes, la CIDEC et la CIADE, fondées sur un ensemble comparable de connexions entre les organisations mexicaines et leurs homologues latino-américaines et ibériques, permirent une première régionalisation des relations internationales étudiantes. L’Europe n’était plus le centre unique du mouvement étudiant international. Si Bruxelles et Fribourg restaient les centres respectifs des mouvements représentatif (la CIE) et catholique (Pax Romana), Mexico devenait le pôle organisateur du monde étudiant ibéro-américain8. Le premier mouvement étudiant international, celui de l’entre-deux-guerres, tout comme la SDN qui l’encourageait expressément, ne pouvait se comprendre sans l’examen de son ancrage latino-américain.

Mexico, centre international de l’ibéro-américanisme étudiant

6Les années qui s’écoulèrent entre 1929 et 1936 furent fécondes. Cette courte période s’explique essentiellement par l’initiative des jeunes Mexicains. Qu’ils fussent perçus comme des révolutionnaires ou des martyrs, qu’ils fussent aidés par la diplomatie mexicaine ou par les réseaux jésuites, ils jouèrent un rôle décisif dans l’ibéro-américanisation des différents mouvements étudiants qui reconnaissaient leur magistère moral et politique. Ils ne furent cependant pas les seuls. Espagnols, Péruviens ou Chiliens, pour ne citer que les plus actifs, jouèrent aussi une partition qui leur fut propre, en fonction de leur vision du monde, de leurs intérêts et de ceux des États ou des organisations qui finançaient leurs voyages. L’essentiel n’est donc pas seulement de comprendre l’action des jeunes Mexicains mais aussi d’apprécier les conditions internationales qui rendirent possibles l’entrelacement soudain de ces premières connexions et la formation de ces hybrides rivaux que furent la CIADE et la CIDEC. Il faut, pour le comprendre et écrire cette « histoire connectée » des mouvements étudiants, revenir à Oaxaca en 1927, faire un détour par la « Mère Espagne » et se rendre Paris en 1928.

La genèse de la Confédération ibéro-américaine des étudiants : la connexion hispano-mexicaine (1927-1931)

  • 9 El Informador, 31-01-1927.
  • 10 El Informador, 18-01-1927.
  • 11 El Informador, 31-01-1927.

7Réuni à Oaxaca en janvier 1927, le IVe Congrès consacra et cisela les aspirations ibéro-américanistes de la jeunesse mexicaine. Les premières racines de la CIADE peuvent être trouvées lors de cette rencontre où fut voté, par l’ensemble des congressistes, un rapport pour « le salut de la race9 ». Une commission avait été chargée de plancher sur « l’unification des étudiants ibéro-américains » et sur le conflit entre le Mexique et les États-Unis concernant le Nicaragua10. Ladite commission étudia d’abord un projet présenté par le jeune José María de los Reyes, futur orateur de 192911. Le terme « Ibéro-Amérique » y était clairement défini : il s’agissait d’un ensemble formé par 21 « nations », ayant toutes « une même origine », « un seul esprit », formant une même « race » mais différant par leurs « coutumes, idées et possibilités ». La commission présenta ensuite son propre rapport afin de réaliser « l’union de toute la jeunesse ibéro-américaine », considérée comme le « principe fondamental pour le salut de notre Race ». L’union étudiante devait permettre l’avènement d’une confédération ibéro-américaine des États, rendue possible grâce à la socialisation internationale de ses futurs dirigeants.

8D’après le rapport présenté en 1927, la future CNE devait mettre en place « un corps collégial », dont l’action devait être la suivante : organiser, en premier lieu, des cours ou conférences sur « l’état social et économique de chacun des pays » et « sur l’Histoire, la Géographie et la Littérature hispano-américaine ». En second lieu, le « corps collégial », dépendant de la future CNE, avait aussi pour mission de développer les échanges culturels hispano-américains. Les congressistes pensaient plus précisément à des échanges de publications, d’étudiants, de professeurs et d’intellectuels. Pour mener à bien ce programme salvateur, les délégués présents à Oaxaca décidèrent d’organiser un « premier Congrès étudiant ibéro-américain », à Mexico. Ambitieux, les congressistes se donnèrent un an pour organiser la grande rencontre.

  • 12 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 61.
  • 13 El Informador, 02-01-1928.
  • 14 El Informador, 05-02-1928.
  • 15 El Informador, 05-02-1928. Sur l’AGELA : Taracena Arriola A., « La Asociación General de E (...)
  • 16 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 37.

9Le grand congrès ibéro-américain prévu pour janvier 1928 n’eut toutefois pas lieu à la date choisie. Afin d’éviter la dispersion des forces, les jeunes Mexicains décidèrent de se consacrer à l’organisation de la CNE12 : il fallait disposer d’une vraie union nationale pour participer formellement aux relations internationales étudiantes. Lors du Ve Congrès de janvier 1928, « l’unification des étudiants latino-américains » fut de nouveau évoquée13. Pour les jeunes Mexicains, l’heure était en réalité au combat contre l’impérialisme des États-Unis : le congrès critiqua publiquement la Conférence panaméricaine de La Havane, recevant pour ses déclarations les félicitations d’Haya de la Torre, et chercha même à récolter des fonds pour la lutte de Sandino14. Le Ve Congrès chargea néanmoins l’étudiant Andrés Iduarte de porter un message, écrit par les Mexicains, à l’Association générale des étudiants latino-américains (AGELA)15. Établie depuis le milieu des années 1920 à Paris, l’AGELA était alors un pôle important des relations internationales étudiantes. Iduarte joua ensuite un rôle clé dans l’organisation de la CIADE. Le besoin d’activer ou d’entretenir les contacts demeurait intact. Ce besoin fut d’ailleurs à l’origine de la décision du premier président de la CNE, Luis Meixueiro Bonola, de partir aussi pour Paris, afin de participer au Xe Congrès international étudiant, organisé par l’UNEF et la CIE16. Or, ce fut précisément à Paris que s’établit la connexion hispano-mexicaine.

  • 17 González Calleja E., « Rebelión en las aulas : un siglo de movilizaciones estudiantiles en (...)
  • 18 Barba Prieto D., « La Confederación Nacional de Estudiantes Católicos : orígenes, primeros (...)
  • 19 Ibid., p. 125, 129-130. Parmi les 20 pays fondateurs de Pax Romana en juillet 1921, il y e (...)

10Les étudiants espagnols qui se rendirent à Paris en 1928, avaient, eux aussi, un but bien particulier : se faire reconnaître comme les représentants exclusifs de leur pays. Ces étudiants étaient de filiation libérale et s’opposaient aux catholiques qui détenaient la représentation internationale de l’Espagne depuis le début des années 1920. D’une certaine manière, la configuration du mouvement étudiant dans l’Espagne d’Alphonse XIII était l’exact inverse de celle qui se figeait au Mexique. Le mouvement étudiant espagnol avait cherché, comme son homologue mexicain, à se structurer nationalement dès le tournant du siècle17. Mais, dans la péninsule, le mouvement étudiant était clairement dominé par la Confédération des étudiants catholiques d’Espagne (CECE), liée à l’Action catholique espagnole (ACE)18. La CECE avait été fondée à Madrid en 1920, dans le sillage du décret royal du 21 mai 1919 (dit « décret Silió »), lequel instaurait une forme réduite d’« autonomie universitaire » et octroyait une reconnaissance officielle aux associations étudiantes. Les jeunes libéraux avaient, eux aussi, fondé leur propre association, l’Union ou Fédération nationale des étudiants (UNE). Rappelons que, durant ce premier xxe siècle étudiant, les unions nationales naissaient et essaimaient dans le but de participer aux relations internationales : la CECE n’échappa pas à la règle et sa fondation fut intrinsèquement liée au projet de former une internationale catholique sur les décombres d’une Europe ravagée par la guerre, la future Pax Romana. Le décret Silió, la perspective de contribuer immédiatement à une nouvelle internationale blanche étudiante et l’horreur causée par l’apparition d’associations libérales et socialistes en Espagne, furent à l’origine de la fondation de la CECE. Sa création fut actée en 1919, à Loyola, lors de l’assemblée générale de l’Association catholique nationale des propagandistes, œuvre du père Ayala. La CECE fut fondée le 7 mars 1920, lors de la fête de Thomas d’Aquin, et essaima dans les villes provinciales. Fait révélateur : cette fête catholique devint, dès 1922, la fête officielle des étudiants espagnols. Le premier animateur de la CECE fut Fernando Martín-Sánchez. Ce dernier participa comme prévu à la fondation de Pax Romana en juillet 1921, à Fribourg, et en devint le premier vice-président. Dès la fondation de l’internationale blanche, il plaida pour l’intégration des étudiants hispano-américains dans l’organisation19. Soutenue par la monarchie puis par la dictature de Primo de Rivera (1923-1930), la CECE devint hégémonique en milieu étudiant. Aux antipodes du cas espagnol, le mouvement mexicain apparaissait dominé par des étudiants révolutionnaires, enfants d’un libéralisme politique radical. Les catholiques y faisaient figure de proscrits. Néanmoins, si le rapport de force était inversé dans la péninsule, les discours et les pratiques des étudiants catholiques espagnols et mexicains étaient en tout point similaires.

  • 20 Jiménez-Landi A., La Institución Libre de Enseñanza y su ambiente. Período de expansión in (...)
  • 21 Sbert fut le premier président de la FUE.
  • 22 Delgado Larrios A., La Revolución Mexicana en la España de Alfonso XIII (1910-1931), Salam (...)
  • 23 Araquistain L., La Revolución mejicana. Sus orígenes, sus hombres y su obra, Madrid, CIAP, (...)
  • 24 Delgado Larrios A., « Una revolución regeneracionista : la reforma laboral y educativa mex (...)

11Primo de Rivera abolit le statut d’autonomie universitaire en 1923 et essaya de séduire, puis de contraindre, les étudiants libéraux à rejoindre les Jeunesses patriotiques, étroitement dépendantes de son parti, l’Union patriotique (UP). Le secrétaire de l’UP convoqua même les jeunes Prudencio Sayagués et Antonio María Sbert à venir dialoguer dans son bureau, sans succès20. Après l’échec de l’UNE, les libéraux fondèrent une nouvelle association fin 1924, l’Union libérale des étudiants (ULE). La nouvelle Union organisa une grève étudiante nationale en mai 1925. L’un des dirigeants du mouvement, Antonio María Sbert, un étudiant barcelonais en agronomie, fut sanctionné et envoyé à Cuenca. Le gouvernement refusa d’approuver les statuts de l’ULE. Devant l’impossibilité d’organiser un mouvement étudiant proprement politique, les jeunes libéraux se consacrèrent au développement d’associations à caractère purement représentatif (les seules reconnues par le régime). La Fédération universitaire scolaire de Madrid (Federación Universitaria Escolar, FUE) naquit en janvier 1927 de la coordination de différentes « associations professionnelles » durant l’année 1925-192621. Plusieurs FUE furent créées, sur le modèle de la Fédération madrilène. La FUE de Madrid, comme la Fédération des étudiants de Mexico, inscrivait la « Réforme Universitaire » dans son programme. Politiquement, il est très probable que les étudiants des FUE fussent sensibles à la Révolution mexicaine : dans la péninsule, libéraux et socialistes s’intéressaient vivement à l’expérience mexicaine et aux solutions apportées par le gouvernement révolutionnaire aux questions éducatives, agraires et ouvrières22. El Sol et El Socialista publièrent de nombreux articles sur le Mexique révolutionnaire, pays aussi analysé par un penseur libéral proche du socialisme, Luis Araquistain. Ce dernier publia à Madrid, en 1926, « La Révolution mexicaine, ses origines, ses hommes, son œuvre23 ». Venu étudier en Espagne au début des années 1920, Raúl Carrancá, ancien membre du Congrès local étudiant de Mérida et correspondant du CLEDF, fut aussi un passeur extrêmement actif24. Les FUE se regroupèrent rapidement, en 1928, formant le comité pro-Union fédérale des étudiants hispaniques (CP-UFEH). Ce comité devait parvenir sous peu à former une grande union nationale, officiellement apolitique, en réalité libérale.

  • 25 Mancebo Alonso M. F., art. cit., p. 98.

12Qu’ils fussent libéraux ou catholiques, les représentants étudiants espagnols croyaient, comme leurs homologues mexicains, en l’existence d’une « race » ibéro-américaine. Forts de ce constat racialiste, ils se déclaraient également solidaires de leurs homologues d’outre-Atlantique et souhaitaient ardemment l’avènement d’une confédération ibéro-américaine, où leur pays semblait appelé à jouer un rôle de premier plan. Les filles émancipées de la « Mère Espagne » étaient, pour eux, bien plus importantes que les pays d’un Vieux Continent défiguré par la guerre. L’Espagne, comme le Mexique, était restée neutre durant la Grande Guerre : la fraternité pacifique était une communauté de destin. Pour les étudiants catholiques, la constitution d’un bloc « hispano-américain » était vitale. L’historienne María Mancebo note que « la référence à l’Hispano-Amérique [était] constante » chez les étudiants catholiques, comme chez les libéraux25.

  • 26 « Federación universitaria hispanoamericana », Revista de las Españas, janv.-févr. 1927, a (...)
  • 27 Ibid., p. 154-155, pour les citations et informations suivantes.

13Entre les deux franges rivales, les jeunes latino-américains de la FUHA (Fédération universitaire hispano-américaine) jouaient un rôle fédérateur. Fondée en 1924, la FUHA disposa à partir de 1927 d’une section dans la « Revue des Espagnes », publiée par l’UIA de Madrid26. Le bureau directeur de l’organisation comprenait 12 nationalités différentes. Les statuts de la FUHA expliquaient que son but était « la réalisation de l’idéal hispano-américain » et que le premier moyen pour l’atteindre était la connaissance de l’autre : la FUHA devait organiser des conférences sur les pays du Nouveau Monde, « célébrer des expositions artistiques hispano-américaines » ainsi que des concours littéraires, scientifiques et culturels. Les échanges d’étudiants et de professeurs étaient une de ses priorités27. La présidence d’honneur de la FUHA montrait le large consensus qui entourait l’idée hispano-américaine : le roi Alphonse XIII y côtoyait le professeur libéral Rafael Altamira. Parmi les membres d’honneur se trouvaient le prince des Asturies et l’ancien étudiant yucatèque, le docteur Raúl Carrancá, professeur de droit international à l’université de Mexico, ancien secrétaire général de la FUHA et correspondant du CLEDF. Le grand divulgateur de la Révolution mexicaine en Espagne, Luis Araquistain faisait partie des membres du Conseil superviseur. L’organisation était reconnue par le pouvoir espagnol et agissait de concert avec les différents représentants étudiants de la péninsule, catholiques ou libéraux. En janvier 1927, la FUHA organisa une session avec les « associations officielles d’étudiants espagnols », c’est-à-dire libérales, pour dénoncer l’intromission des États-Unis dans les affaires intérieures du Mexique et du Nicaragua, perçue comme une « nouvelle et brutale manifestation de l’impérialisme yanqui ». La FUHA et les étudiants espagnols considéraient le Mexique comme « l’imprenable forteresse de l’esprit de notre race ». L’ibéro-américanisation du mouvement étudiant espagnol était donc réelle. Ce trait d’union, qui faisait écho à l’idéologie ibéro-américaine du régime de Primo de Rivera, n’effaçait pas la rivalité croissante entre libéraux et catholiques.

  • 28 Barba Prieto D., art. cit., p. 119, 122.
  • 29 Jiménez-Landi A., op. cit., p. 163.
  • 30 Ben-Ami S., « La rébellion universitaire en Espagne, 1927-1931 », Revue d’histoire moderne (...)

14Dès le milieu des années 1920, les libéraux s’opposèrent à la dictature de Primo de Rivera et au pouvoir croissant attribué à leurs homologues catholiques. Si les deux courants antagonistes s’accordaient sur l’autonomie universitaire, les étudiants libéraux défendaient la « liberté d’enseignement » alors que les catholiques cherchaient à la restreindre28. Latent tout au long des années 1920, le conflit éclata en 1928, à la suite d’une modification législative mineure. La nouvelle loi élaborée par le ministre de l’instruction, Eduardo Callejo, favorisait clairement les collèges augustinien et jésuite (ceux de l’Escorial et de Deusto) : son article 53 donnait à ces établissements la faculté de délivrer des grades universitaires, au moment même où les étudiants se plaignaient de l’inflation du nombre de diplômes professionnels29. En mai 1928, le comité pro-UFEH organisa un vaste mouvement de grève contre la « loi Callejo ». Commença alors un long cycle de contestation étudiante qui finit par défaire la ley Callejo en 1929 et qui joua un rôle capital dans la chute de la dictature en 1930, puis de la monarchie en 193130.

  • 31 Iduarte A., « La génesis del congreso ibero-americano de estudiantes », Preparatoria, Mexi (...)
  • 32 Le second pays latino-américain à être représenté fut la Bolivie, en 1929. La Gaceta Liter (...)
  • 33 Iduarte A., art. cit., p. 180.
  • 34 D’après le texte du pacte dans Iduarte A., art. cit., p. 181-182.

15Ce fut précisément dans ce contexte de rivalité péninsulaire entre catholiques et libéraux que les délégués espagnols et mexicains se rencontrèrent à Paris, à l’occasion du Xe Congrès international étudiant, en août 192831. Le comité pro-UFEH venait plaider sa cause : être reconnu par la CIE comme le seul interlocuteur espagnol légitime alors que la CECE avait, faute d’autre organisation nationale crédible, représenté l’Espagne dans les relations internationales. La délégation de la CNE faisait, elle, son entrée dans la CIE. Fait capital : la CNE était la première union nationale d’Amérique latine à être représentée dans la très européenne CIE32. Le congrès de la CIE permit ainsi la rencontre entre deux jeunesses aux intérêts convergents, fascinées l’une par l’autre mais séparées par l’Atlantique : Bonola et Iduarte de la CNE purent ainsi parler avec Sbert, représentant du comité pro-UFEH. Les associations latino-américaines plurinationales étaient aussi présentes à Paris : les représentants espagnols et mexicains rencontrèrent les délégués de la FUHA madrilène (représentée par le Salvadorien Rodolfo Barón Castro) et de l’AGELA parisienne (représentée par le Mexicain Alfonso Alamán). Un « pacte » fut conclu entre ces différents représentants, unis, selon Andrés Iduarte, par « le sang et la langue33 ». Établi le 25 août 1928 à Paris, à la Cité universitaire, l’accord prévoyait « la célébration d’un Premier Congrès ibéro-américain des étudiants » à Mexico, durant les mois de décembre 1930 et janvier 1931, avec « toutes les organisations aconfessionnelles et apolitiques des pays fécondés par la civilisation hispano-lusitaine34 ». Là encore, la notion d’ibéro-américanisme étudiant à caractère représentatif apparaissait dans son acception la plus large. Le pacte se fit sans doute aussi pour des raisons de realpolitik étudiante. En collaborant avec les Mexicains et les Latino-Américains, les délégués espagnols savaient qu’ils allaient pouvoir mieux négocier leur reconnaissance au sein de la CIE. Par ailleurs, organiser un congrès international consolidait la légitimité de toutes les organisations participantes : la jeune CNE pouvait s’affirmer face à la Fédération de Mexico et légitimer sa place au sein de la trop européenne CIE, la FUHA et l’AGELA remplissaient la mission internationale qu’elles s’étaient donnée. Il était probable que d’autres pays suivissent une initiative commune à deux unions nationales étudiantes et à deux associations plurinationales. Ces dernières disposaient d’un carnet d’adresse régulièrement actualisé par les étudiants latino-américains expatriés, en contact avec les organisations représentatives de leur pays d’origine.

  • 35 AHUNAM, Informe que Ciriaco Pacheco Calvo, delegado al congreso internacional de estudiant (...)

16Les longs mois qui précédèrent la tenue du Premier Congrès ibéro-américain contribuèrent à asseoir davantage encore le pouvoir des deux nouvelles unions nationales étudiantes qui devaient l’organiser, le comité pro-UFEH et la CNE nés en 1928. Ces mois de luttes forgèrent aussi et surtout deux nouvelles « générations », nées de mobilisations étudiantes sans précédents dans les deux pays. La synchronie entre le Mexique et l’Espagne apparaît ici éclatante : dans la péninsule, les années 1929-1930 furent celles de la fronde étudiante. Au Mexique, mai 1929 fut un véritable séisme qui démultiplia la puissance de la « classe étudiante ». La grève des étudiants de Madrid commença avant celle de Mexico, le jour de la fête de Thomas d’Aquin, le 7 mars 1929, tel un pied de nez aux étudiants catholiques. Le grand agitateur Sbert fut immédiatement expulsé. Les facultés de Madrid furent occupées par l’armée le 11 mars. Par peur d’un scandale international, l’Université centrale fut finalement réouverte en mai, les sanctions contre les étudiants annulées (sauf pour Sbert). L’article 53 de la « loi Callejo » fut supprimé le 24 septembre 1929. La FUE de Madrid triomphait ainsi au moment même où la CNE et la FEM se drapaient de l’aura de la « révolution étudiante de mai 1929 ». L’année 1929 fut aussi celle de la première polémique importante sur la représentation de l’Espagne au sein de la CIE, à l’issue du XIe Congrès international étudiant, tenu à Budapest35. Si le calme revint au Mexique, ce ne fut pas le cas en Espagne. Les nouvelles émeutes étudiantes de janvier 1930 provoquèrent la chute de Primo de Rivera, le 28 janvier. Le gouvernement Berenguer (29 janvier 1930-14 février 1931) dut aussi faire face à une contestation étudiante qui se radicalisait politiquement : les étudiants libéraux expulsaient les catholiques des universités et rejoignaient l’Association des étudiants républicains (AER). Le dirigeant de la FUE de Madrid, José López-Rey commémora même la République le 11 mars 1930, en présence de Manuel Azaña. Désireux de lâcher du lest, le comte de Romanones, ministre de l’Instruction publique, autorisa le comité pro-UFEH à célébrer son congrès constituant, du 21 au 27 avril 1930. L’UFEH était née. Elle approuva, dès sa naissance, les bases du futur Congrès ibéro-américain.

  • 36 La Gaceta Literaria, 15-05-1930.
  • 37 AHUNAM, Informe… Les autres délégués mexicains ne purent se rendre à Bruxelles.

17Or, à l’échelon international, les catholiques de la CECE représentaient encore l’Espagne36. Le XIIe congrès de la CIE, tenu à Bruxelles du 12 au 26 août 1930, fut l’occasion d’un nouveau débat sur la représentation de l’Espagne. La CNE envoya le jeune Ciriaco Pacheco Calvo comme représentant du Mexique37. Solidaire des étudiants espagnols libéraux, Pacheco Calvo respecta son mandat : voter en faveur de l’admission, au sein de la CIE, de l’UFEH. L’organisation espagnole fut alors acceptée. Fin diplomate, le délégué Pacheco prit soin d’informer la CIE du futur Congrès ibéro-américain. Conscient de la globalité des enjeux, le délégué mexicain soulignait que les « jeunesses d’Amérique » devaient apporter leur pierre à l’édifice de « l’union étudiante ».

  • 38 La Libertad, 03-10-1930. El Heraldo de Madrid, 04-10-1930.
  • 39 El Imparcial, 11-12-1930.
  • 40 ABC, 01-10, 02-12-1930.

18Pacheco profita de son voyage en Europe pour se rendre en Espagne : en octobre 1930, le vice-président de la CNE vint à Madrid pour inviter officiellement l’UFEH, désormais reconnue internationalement, à participer au Premier Congrès ibéro-américain prévu à Mexico pour décembre de la même année38. Le 28 novembre 1930, alors que la FUE participait à un mouvement de grève avec l’Union générale des travailleurs (UGT), la délégation de l’UFEH, accompagnée par Ciriaco Pacheco Calvo, prit le bateau pour le Mexique39. Le gouvernement espagnol versa 7500 pesetas pour leur voyage40 : cherchait-il à éloigner des agitateurs ? Les grands dirigeants du mouvement étudiant espagnol (Antonio María Sbert, Prudencio Sayagués, José López-Rey), accompagnés du Salvadorien de la FUHA Rodolfo Barón Castro, arrivèrent à temps pour l’inauguration du congrès, le 17 décembre 1930.

  • 41 AGN, POR, exp. 16/805.
  • 42 Ibid.
  • 43 AUOM, Lettre de la CNE à L. Chico Goerne, 17-11-1930.
  • 44 AUOM, Lettre de L. Chico Goerne à V. Lombardo Toledano, 21-11-1930. Pacheco Calvo C., op. (...)

19Au Mexique, l’annonce du Congrès ibéro-américain mobilisa les étudiants des provinces, lesquels demandèrent à la présidence de la République un soutien financier pour y participer41. La CNE obtint du président Ortiz Rubio un financement spécial pour la grande rencontre42. Aux professeurs et intellectuels mexicains, la CNE tenait un langage clair : le Congrès ibéro-américain devait être l’occasion de contrer les « préjugés » attribués au « mouvement culturel de notre patrie43 ». Le directeur de la faculté de droit, Luis Chico Goerne, extrêmement enthousiaste, fut des plus actifs lors du congrès44. Cette mobilisation montrait bien qu’il s’agissait d’un ibéro-américanisme « par le haut ».

  • 45 AHUNAM, C.I.A.D.E., Estatutos. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 61-62. Des étudiants d’Argen (...)
  • 46 Lora G., Bacherer J., Gentino E. et Plata V., Sindicalismo del magisterio (1825-1932) – La (...)
  • 47 Archila M., « Entre la academia y la política : el movimiento estudiantil en Colombia, 192 (...)
  • 48 Vanaken M. J., « The Radicalization of the Uruguayan Student Movement », The Americas, vol (...)

20La composition du congrès montrait que la CNE avait réussi à drainer les sympathies étrangères et que la FUHA et l’AGELA avaient informé les étudiants latino-américains avec suffisamment d’avance pour qu’ils fussent en mesure de se rendre à Mexico à cette date. Si la connexion hispano-mexicaine fut décisive, il y avait derrière l’organisation du congrès, une multiplicité de connexions secondaires. Outre la CNE, l’UFEH, la FUA, l’AGELA, six fédérations étudiantes latino-américaines participèrent au congrès de l’hiver 1930-1931 et à la fondation de la CIADE : la Fédération universitaire bolivienne (FUB), la Fédération universitaire colombienne (FUC), la Fédération des étudiants universitaires d’Uruguay (FEUU), l’Association nationale des étudiants universitaires (ANEU) de la République dominicaine et la Fédération nationale des étudiants universitaires honduriens (FNEUH)45. Les trois premières Fédérations étudiantes, dont l’histoire est mieux connue, étaient de fondation relativement récente et leur création évoquait, à de nombreux égards, la trajectoire du mouvement mexicain : la FUB, fondée en 1928, venait d’obtenir l’autonomie universitaire en juillet 193046. La FUC s’était particulièrement mobilisée au printemps 1929 et joua un rôle important dans l’accession des libéraux au pouvoir en 193047. La FEUU, nouvel avatar d’un mouvement étudiant qui s’était développé dès le début du xxe siècle, venait d’être créée en 1929 et organisa un grand congrès national étudiant en septembre 1930, congrès dont les résolutions plaidaient pour l’autonomie universitaire, les universités populaires et le socialisme48.

  • 49 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 56. Commission composée de : A. Gómez Arias, S. Azuela, R. (...)
  • 50 Cité par Pita A., op. cit., p. 262.
  • 51 Manifiesto de la filial de Córdoba de la Unión Latinoamericana, janv. 1927, in Portantiero(...)

21Les messages fraternels envoyés tout au long des années 1920, les contacts entretenus alors par la FEM, étaient à l’origine de cette réunion réussie. Début 1930, une commission de la CNE était ainsi partie en Uruguay, à l’invitation de ses étudiants, à l’occasion du centenaire du pays49. Quelle pouvait être l’opinion des étudiants sud-américains quant au Mexique ? Dans une large mesure, ces étudiants, qui partageaient par ailleurs le programme de la « Réforme universitaire », continuaient de défendre la Révolution mexicaine. Influente parmi les étudiants, l’Union latino-américaine et son bulletin « Rénovation » avaient fermement défendu, en août 1926, Calles face aux cristeros : « Nous sommes avec le Mexique, notre frère dans le désir de rédemption totale de la Race50. » L’affaire du Nicaragua, en janvier 1927, avait été aussi l’occasion de se déclarer solidaire du Mexique51.

  • 52 Les résolutions du Congrès furent reproduites dans la revue de l’université de Mexico, les (...)
  • 53 AHUNAM, CIADE. Boletín mensual de la secretaría general, no 1, mai 1931.
  • 54 L’UEPOC envoya un télégramme de félicitation, via Sbert, aux étudiants espagnols. Les étud (...)
  • 55 « Recepción del estudiante señor de la Macorra », Universidad de México, sept. 1931, p. 43 (...)

22Comme prévu, le congrès déboucha sur la constitution de la CIADE en janvier 1931. La presse espagnole, comme la presse mexicaine, se firent l’écho de l’évènement52. La CIADE naissait avec un exécutif plurinational53 : son directeur général était l’ancienne bête noire de Primo de Rivera, Antonio María Sbert. Un second Espagnol, son frère d’armes, Prudencio Sayagués, occupait la trésorerie. Si Sbert tenait le premier poste clé, le Mexicain Efraín Escamilla reçut le second et fut nommé secrétaire général. Après la connexion hispano-mexicaine, les connexions secondaires : les deux postes de « délégué conseiller » furent attribués à l’Uruguayen José Pedro Cardoso et au Colombien Enrique Caballero Escobar. Quelques jours après, le 22 janvier 1931, les étudiants espagnols organisaient une nouvelle grève générale, contribuant à aggraver la crise politique que connaissait l’Espagne monarchique. La Seconde République espagnole fut proclamée le 14 avril 1931. Au Mexique, les représentants étudiants exultaient et saluaient l’exploit de leurs frères de sang et d’esprit54. Le fait était propice à l’union. En août 1931, en présence d’un représentant espagnol de l’UFEH, la CNE salua le rôle de la jeunesse studieuse d’Espagne dans l’œuvre révolutionnaire de la péninsule55. La connexion hispano-mexicaine était plus forte que jamais.

23Pour les catholiques mexicains, les esprits pervertis du libéralisme, en organisant la CIADE, venaient de faire preuve d’une incroyable audace. Il fallait dès lors répondre et défendre la vérité de l’Église. Subitement isolés, les catholiques espagnols se retrouvaient en position de faiblesse face aux jeunes républicains et socialistes. Ils étaient finalement dans la même situation que les étudiants de la CNEC face à la CNE. Une seconde connexion hispano-mexicaine, catholique et encadrée par les jésuites, se dessinait.

La réponse antilibérale : la formation de la Confédération ibéro-américaine des étudiants catholiques (1931-1933)

  • 56 Calderón Vega L., op. cit., p. 24.

24La riposte des étudiants catholiques mexicains fut prompte. En janvier 1931, deux jeunes étudiants originaires de Guadalajara mais vivants à Mexico, Jesús Pérez Sandi et Jesús Toral Moreno, s’entretinrent avec le père Martínez Silva. Les deux Jesús lui firent part de leur projet : organiser un grand congrès ibéro-américain pour les étudiants catholiques, dans le cadre du quadricentenaire des apparitions de la Vierge de Guadalupe56. L’idée, présentée plus tard comme la géniale création de l’UNEC par un Luis Calderón Vega vieillissant, n’était alors que la réponse anti-libérale d’étudiants intransigeants en manque d’inspiration. Grâce à l’action coordonnée des jeunes catholiques et des jésuites, la Convention ibéro-américaine des étudiants catholiques put se tenir à la fin de l’année 1931, sous le regard bienveillant de la Vierge à la peau brune. L’œuvre finale, la CIDEC, fut achevée à Rome, en décembre 1933.

25Le mouvement étudiant ibéro-américain catholique fut sans doute moins autonome que celui fondé par les organisations à simple vocation représentative. Les jésuites, qui encadraient généralement les associations nationales d’étudiants catholiques, jouèrent un rôle essentiel dans leur mise en relation. Ces pères étaient souvent passés par les mêmes séminaires, en Belgique ou en Espagne : la Compagnie de Jésus était un ordre globalisé dont Rome était la tête. Ces prêtres formaient un groupe homogène et demeuraient en contact étroit. Du point de vue des étudiants, la dépendance organisationnelle était ici, extrêmement prégnante, sans doute davantage qu’à l’échelon national. Seule l’Église, par son accord et son aide matérielle, garantissait l’accès aux rencontres internationales. Il est plus que probable que les jésuites sélectionnassent les délégués. La CIDEC n’aurait vraisemblablement jamais vu le jour sans les réseaux jésuites et épiscopaux qui l’aidèrent à se développer. Mais la dépendance était aussi idéologique. Les « assistants ecclésiastiques », dans chaque pays, dispensaient un enseignement similaire à leurs brebis. À la différence du mouvement étudiant ibéro-américain représentatif, mouvement marqué par des cultures politiques nationales spécifiques et par des intérêts parfois divergents, le mouvement catholique était très homogène. Dans l’espace ibéro-américain, tous les étudiants catholiques étaient encadrés par des jésuites disposant d’une culture similaire, formés aux mêmes endroits, partageant un même objectif : orienter les futurs dirigeants d’un monde redevenu chrétien. Dépendant et homogène, le mouvement ibéro-américain étudiant catholique fut probablement le mouvement étudiant international le plus solide de l’entre-deux-guerres.

  • 57 Calderón Vega L., op. cit., p. 25.
  • 58 Gutiérrez Casillas J., Jesuitas en México durante el siglo XX, Mexico, Porrúa, 1981, p. 55 (...)
  • 59 Ibid., p. 507-508.
  • 60 Ibid., p. 603-604.

26Il est donc nécessaire de s’intéresser aux maîtres d’œuvre, ceux de 1931 et ceux d’après. Dans ses mémoires, Luis C. Vega insista sur l’étendue des contacts dont disposait le père Ramón Martínez Silva57. Don Ramón avait, en effet, beaucoup voyagé58 : né à Zamora (Michoacán) en 1890, le jeune Martínez Silva termina ses études de philosophie commencées dans l’État de Mexico (à Tepotzotlán), à Cuba (au collège de Belén), durant le contexte trouble des années 1910. La « mère Espagne » fut un point de passage obligé : Martínez Silva étudia à Madrid de 1916 à 1920, puis suivit des études de théologie au collège Sarriá de Barcelone, de 1920 à 1922. Ordonné prêtre en 1922, il termina sa théologie à Enghien, en Belgique, et passa sa troisième probation dans ce même pays, à Florennes, en 1924. Après un retour au Mexique au milieu des années 1920, le jeune père partit pour le Salvador, retourna au Mexique, avant d’être nommé préfet de discipline au Collège Pio Latino, à Rome, en 1929. Le prêtre qui retourna finalement en 1930 au Mexique avait nécessairement, à défaut d’être un homme de réseaux, un carnet d’adresses volumineux. Le père Jaime Castiello, qui joua un rôle important dans la formation de la CIDEC en 1933, était aussi le produit d’un parcours international59 : né en 1898 à Guadalajara, Jaime Castiello entra au noviciat de Grenade (en Espagne) en novembre 1918. Il fréquenta aussi le collège Sarriá de Barcelone de 1923 à 1926, avant de partir pour Grenade, au Nicaragua. Il retourna en Europe, pour étudier la théologie au collège Valkenburg, en Hollande. Il fut finalement ordonné prêtre en août 1931 et commença un doctorat à l’université de Bonn en 1933, année où il rencontra les étudiants ibéro-américains de la CIDEC. Julio Vértiz, le troisième assistant ecclésiastique de l’UNEC, par ordre chronologique, avait aussi été formé dans l’espace euro-atlantique60 : né en 1891, à Mexico, Vértiz enseigna à Madrid à partir de 1915 et étudia, lui aussi, la théologie au collège Sarriá de Barcelone, en 1922. Le plus anti-impérialiste des pères jésuites fut ordonné prêtre aux États-Unis, dans le Maryland, en 1924. Il passa la fin des années 1920 et le début des années 1930 entre le Mexique et les États-Unis. Les trois assistants ecclésiastiques de l’UNEC, collaborateurs successifs de la CIDEC, furent donc, avant toute chose, des Ibéro-Américains, au sens le plus profond du terme. Mexicains de cœur, l’Ibéro-Amérique était pour eux un espace vécu. Ces parcours n’étaient pas exceptionnels : leurs homologues latino-américains étaient aussi passés par les pays catholiques de « race latine » qu’étaient l’Espagne et la Belgique.

  • 61 SIDEC, op. cit.
  • 62 Barranco B., art. cit., in Blancarte R., op. cit., p. 202.
  • 63 Calderón Vega L., op. cit., p. 31. « Oviedo », ACNP, no 64, 05-12-1928, p. 3.
  • 64 Sur l’ANEC : Larson O., La anec y la democracia cristiana, Santiago, Ediciones Ráfaga, 196 (...)
  • 65 Klaiber J., « Los partidos católicos en el Perú », Histórica, vol. VII, no 2, 1983, p. 5.

27Il est nécessaire de comparer, de manière sommaire, les mouvements nationaux catholiques qui entrèrent en contact grâce à l’action de l’Église. Quelles étaient les organisations étudiantes catholiques présentes à Mexico en décembre 1931 ? L’UNEC reçut des délégations espagnole, chilienne, péruvienne, guatémaltèque, salvadorienne et dominicaine. Face aux Mexicains, ces délégations étaient numériquement réduites : dans les conclusions de la Convention, peu de noms étrangers apparaissaient61 : citons Fernando Menéndez Artamendi pour l’Espagne, Alfredo Barranda pour le Chili, César Arrospide de la Flor pour le Pérou, Humberto Vizcaíno et Roberto Arzú Cobos comme représentants du Guatemala, Miguel Valle y Peña et León E. Cuellar pour le Salvador, Ernesto Santiago López pour la République dominicaine. Notons que toutes ces délégations n’étaient pas authentiques : Ernesto Santiago López et Alfredo Barranda, tous deux Mexicains, représentaient des nations étrangères qui n’avaient pu se rendre à la rencontre62. Menéndez Artamendi, président de la Fédération des étudiants catholiques d’Oviedo, représentait la CECE, déjà mentionnée63. Barranda était, lui, le délégué mexicain de l’Association nationale des étudiants catholiques (ANEC)64. L’ANEC, œuvre chilienne, était en tout point semblable à l’UNEC : elle partageait le même intérêt pour la doctrine sociale de l’Église, les mêmes lectures (Maritain, Goyau, Belloc et Chesterton étant les plus cités) ainsi que la même volonté de participer à la « politique universitaire ». Quant à César Arrospide de la Flor, il avait été un des fondateurs de l’Action sociale de la jeunesse (ASJ) au Pérou en 1926, du Centre Fides en 1930, puis de la Fédération diocésaine de la jeunesse en 193165. Il était avec Gerardo Alarco (autre futur membre de la CIDEC), l’un des jeunes leaders du mouvement social-chrétien au Pérou. Ce fut donc bien l’élite de la jeunesse catholique qui communia à Mexico, en décembre 1931. Il s’agissait, là encore, d’un « ibéro-américanisme par le haut ».

  • 66 AHAM, E, 5A, Correspondencia, 159, exp. 85, lettre de la CECE à Mora del Río, archevêque d (...)
  • 67 Meyer J. (dir.), Las naciones frente al conflicto religioso en México, Mexico, Tusquets, 2 (...)

28Quand et comment ces étudiants entrèrent-ils en contact ? Il est fort probable que toute correspondance passât, dans un premier temps, par l’épiscopat et par les pères de la Compagnie de Jésus. Le désir d’entrer en contact avec les Mexicains fut, pour les nouvelles générations latino-américaines et espagnole, sans doute étroitement lié à l’inquiétude causée par l’anticléricalisme révolutionnaire. Ainsi, en 1926, lors de la Ve assemblée nationale de la CECE, les étudiants catholiques espagnols décidèrent de s’adresser à l’archevêque de Mexico pour envoyer, par voie hiérarchique, un « salut fervent et filial » à leurs homologues d’outre-atlantique, lesquels vivaient « les cruelles heures » de la persécution66. De manière générale, la guerre contre les cristeros fut vécue avec angoisse par les catholiques du monde entier et fut à l’origine d’une solidarité internationale en faveur des fidèles et du clergé mexicains. Cet élan mondial de solidarité fut sans doute à l’origine du succès de la Convention ibéro-américaine des étudiants catholiques, en décembre 1931. Les catholiques mexicains apparaissaient, aux yeux de leurs coreligionnaires étrangers, comme des « martyrs67 ».

  • 68 CNEC, Convención Iberoamericana de Estudiantes Católicos : Convocatoria, Mexico, Cultura, (...)
  • 69 Calderón Vega L., op. cit., p. 25.
  • 70 UIA/ACM : 10.64 CNEC 1930-1934, courrier de la CNEC au président de la Junte Centrale de l (...)
  • 71 Calderón Vega L., op. cit., p. 33.
  • 72 Ibid.
  • 73 Ibid. Carta de Georges Goyau Dirigida a la Convención Ibero Americana de Estudiantes Catól (...)
  • 74 Barranco B., art. cit., in Blancarte R., op. cit., p. 203.

29En mars 1931, les étudiants de la CNEC publièrent une brochure annonçant la tenue de la Convention ibéro-américaine des étudiants catholiques, du 14 au 21 décembre 193168. En avril, la CNEC invita une série de conférenciers à venir l’éclairer pour la formulation des thèmes de la future Convention69. Venu pour l’occasion, l’intellectuel Andrés Molina Enríquez, spécialiste des « grands problèmes nationaux », semble avoir eu une influence forte quant à la question du métissage, effectivement abordée par la Convention. Si certains conférenciers étaient des laïcs, comme le maurrassien Jesús Guiza y Acevedo qui traita des problèmes philosophiques, d’autres étaient des ecclésiastiques, à l’instar du père jésuite Francisco Stens, lequel vint parler du droit international. À la différence du Congrès ibéro-américain des « neutres », la Convention des catholiques reposa exclusivement sur les travaux théoriques des Mexicains. En présentant leurs problèmes comme des questions proprement ibéro-américaines, ils devaient aussi exporter leurs solutions. Initiative étudiante, le projet de convention avait été au préalable approuvé par la hiérarchie70. À en croire Luis C. Vega, la Convention ibéro-américaine fut vécue avec passion par ses participants71. Les étudiants étaient bien encadrés, à la fois par des laïcs (Francisco de P. Herrasti, Alfonso Junco), mais aussi par « l’équipe la plus brillante de la Compagnie de Jésus72 ». Certains grands noms du catholicisme envoyèrent des messages : ce fut le cas de Chesterton et de l’académicien Georges Goyau73. Si peu de délégués étrangers avaient pu venir, la Convention s’apparentait tout de même à un franc succès. L’hostilité du gouvernement restait palpable : la Convention dut se tenir dans le secret74.

  • 75 Ibid., p. 219.

30Un secrétariat ibéro-américain des étudiants catholiques (SIDEC) fut créé à l’issue de la rencontre. Présidé par le chef de l’UNEC, Manuel Ulloa, le secrétariat était basé à Mexico. Le mouvement était lancé. Le SIDEC devait désormais maintenir et établir les contacts : pour ceux qui n’avaient pu se rendre à Mexico, cela n’était que partie remise. Quelques mois plus tard, en mai 1932, le SIDEC disait avoir pris contact avec neuf associations étudiantes catholiques d’Ibéro-Amérique ainsi qu’avec cinq organisations de jeunesse75 : les Centros de Estudiantes Católicos de Córdoba et Buenos Aires, la Federación de la Juventud Católica Argentina, l’Action universitaire catholique du Brésil, la Agrupación Católica Universitaria (à Cuba), l’ANEC (au Chili), le Centro Estudiantil Católico (au Guatemala), la CECE en Espagne, la Jeunesse universitaire catholique du Portugal, le Centro de Universitarios Católicos (à Porto Rico), le Secretariado Nacional de Estudiantes Católicos (en Uruguay), la Asociación La Salle (au Panama), et les Jeunesses catholiques du Venezuela, du Pérou et du Paraguay. La composition du SIDEC, issue de la Convention, était plurinationale :

Tableau 5. – L’exécutif du SIDEC.

Source : AHAM, F, 5A, Asociación Pia, 56, exp. 17, Convocatoria, Proa SIDEC, 1932.

  • 76 Pax Romana (PR), no 3, juin 1932, p. 12.
  • 77 PR, no 4, oct. 1932, p. 4.
  • 78 PR, no 3, juin 1932, p. 12.
  • 79 PR, no 4, oct. 1932, p. 4-6.

31Nouvel acteur des relations internationales étudiantes catholiques, le SIDEC entra en contact avec l’interlocuteur suprême, Pax Romana. L’organisation internationale était alors coupée de l’Amérique latine : seul l’Uruguay avait demandé son affiliation à cette association76. L’adhésion des Uruguayens était liée à l’activité de l’abbé Cervetti, lequel avait cherché à rallier aussi les étudiants d’Argentine, du Chili et du Paraguay77. En juin 1932, Pax Romana mentionnait pour la première fois le SIDEC78. L’internationale blanche reconnaissait avoir entamé une correspondance avec le secrétariat ibéro-américain, dès février 1932, à l’instigation des Mexicains qui leur avaient envoyé la revue Proa79. Alors que la CIADE était née dans le cadre de la CIE, le SIDEC, enfanté hors de Pax Romana, se rattacha rapidement à l’organisation-mère.

  • 80 SIDEC, op. cit., p. 71.
  • 81 Andes S., The Vatican and Catholic Activism in Mexico and Chile : The Politics of Transnat (...)

32Le SIDEC était chargé de l’organisation du congrès fondateur de la CIDEC. En raison des bonnes relations entre l’UNEC et les étudiants péruviens, notamment grâce à César Arrospide de la Flor, la prochaine rencontre devait avoir lieu à Lima en 193380. En 1932, la guerre entre le Pérou et la Colombie (le conflit de Leticia) ajourna sa réalisation. Ce fut alors que Rome s’imposa comme une évidence81.

  • 82 Barranco B., art. cit., in Blancarte R., op. cit., p. 221-222. Andes S., op. cit., p. 207. (...)
  • 83 ASRE, exp. III-124-9 : CIDEC.
  • 84 « El año santo y la u. n. e. c. », Proa, no 7-8-9, sept.-oct.-déc. 1933, p. 12.
  • 85 « Sugerencias del año santo », Proa, no 7-8-9, sept.-oct.-déc. 1933, p. 12-13.
  • 86 Ibid., p. 13.
  • 87 « Bases para las reuniones de acción católica universitaria que se tendrán en Roma del 10  (...)

33Le congrès qui se tint à Rome, en décembre 1933, ne pouvait en aucune mesure apparaître politique. Observant la difficile situation de l’Église catholique en Italie et au Mexique, le cardinal Giuseppe Pizzardo posa ses conditions82. Le congrès devait être strictement religieux : les étudiants devaient se rendre à Rome, non comme des congressistes, mais comme des pèlerins. Les jésuites devaient tout encadrer et, en dehors des étudiants, les laïcs ne devaient pas être présents. La culture catholique devait être au centre des discussions. Ne réalisant absolument pas l’enjeu du congrès, la SRE, après avoir été informée par la diplomatie italienne, ne s’opposa pas à sa tenue83. Fin 1933, Proa salua chaleureusement les jeunes catholiques d’Ibéro-Amérique qui devaient se réunir à Rome, en cette « année sainte », 1900 ans après la mort du Christ. Ces étudiants devaient participer aux sessions de l’« Action catholique universitaire84 ». Le jubilé, dont le but était d’obtenir des grâces pour « le bien général de l’Église et pour la réforme du peuple catholique », avait aussi, pour les « catholiques d’Amérique latine », un sens « religieux et racial85 ». L’enjeu était de « coordonner à Rome les efforts pour le salut de l’Amérique ibérique et catholique86 ». Plus concrètement, Proa informait ses lecteurs que ce congrès, prévu du 10 au 29 décembre 1933, devait fonder la CIDEC87.

  • 88 Délégation composée de : A. Gómez Robledo, García Robles, E. Santiago López, J. Toral More (...)
  • 89 Barranco B., art. cit., in Blancarte R., op. cit., p. 224.
  • 90 Ibid., p. 225-226.
  • 91 Droulers P., Le père Desbuquois et l’Action Populaire : dans la gestation d’un monde nouve (...)
  • 92 38 participants selon Droulers P., op. cit., p. 95. 35 étudiants d’après Barranco B., art. (...)
  • 93 Andes S., op. cit., p. 208.

34Le congrès débuta le 14 décembre 1933. La délégation mexicaine était venue par bateau88. À la différence de la rencontre précédente, les délégations nationales étaient légions. En dehors du Mexique, des représentants du Chili, de la Colombie, du Pérou, de Porto Rico, de l’Uruguay, du Venezuela, d’Espagne, du Brésil, d’Équateur, de Cuba et de République dominicaine étaient présents89. Ce moment d’intense sociabilité mit en contact la jeune élite catholique ibéro-américaine, notamment les étudiants Eduardo Frei et Manuel Garretón pour le Chili, Hernán Vergara pour la Colombie ou Rafael Caldera pour le Venezuela, futurs dirigeants, pour beaucoup, des partis démocrates chrétiens d’Amérique latine. Ils étaient accompagnés de leurs assistants ecclésiastiques, comme Ramón Martínez Silva pour le Mexique, ou Oscar Larson Soudy pour le Chili. En toute discrétion, des thèmes ne relevant pas exclusivement de la culture catholique furent abordés, sous l’impulsion de Martínez Silva90. Son maître à penser, âgé de 64 ans, le jésuite français Gustave Desbuquois, aborda la question sociale et celle du communisme91. Son jeune homologue mexicain, Jaime Castiello, disserta sur l’Université et l’idéal chrétien. Le père Vermeersch se concentra sur la réforme agraire. Les deux dernières leçons portaient sur l’organisation : Monseigneur Civardi parla de l’Action catholique et l’abbé Joseph Gremaud, de Pax Romana. Une trentaine d’étudiants étaient présents92. La CIDEC était née. Ses délégués purent même s’entretenir avec le pape Pie XI, lors d’une audience spéciale93.

  • 94 PR, no 3, juil. 1933, p. 61-62.
  • 95 PR, no 1, mai 1934, p. 21. Accord daté du 2 janvier 1934 et signé par le président de la C (...)
  • 96 La Vanguardia, 19-04, 29-05-1934.

35L’après-congrès fut aussi important que le congrès lui-même. La CIDEC normalisa ses relations avec le mouvement catholique international : tout comme la CIADE au sein de la CIE, la CIDEC régissait les relations internationales étudiantes de l’espace ibéro-américain, en délégation de Pax Romana. Avant même le congrès de Rome, l’internationale blanche avait salué l’œuvre initiée par les Mexicains94. Immédiatement après Rome, il fut décidé que l’affiliation des unions latino-américaines à Pax Romana passerait obligatoirement par la CIDEC95. Les étudiants latino-américains qui s’étaient rendus à Rome, en profitèrent pour sillonner l’Europe, visitant l’Allemagne, l’Italie, la France, la Belgique et l’Espagne, prenant conscience des réalités fascistes et de ce qui les unissait à la péninsule Ibérique96. Les multiples circulations des étudiants venus initialement à Rome, permirent de renforcer les liens entre les branches espagnole et latino-américaines de la jeune CIDEC.

36Ibéro-américaine dans son esprit, largement latino-américaine en pratique, la CIDEC fut aussi et surtout mexicaine par son programme politico-religieux. Les thèmes de la convention de 1931 avaient été pensés par les jeunes Mexicains et leurs maîtres, à la lueur de leur tragique expérience nationale, pour l’espace ibéro-américain. Ce faisant, ils ibéro-américanisaient leurs « grands problèmes nationaux » et les solutions apportées par la Révolution mexicaine, phénomène sur lequel ils portaient un regard extrêmement critique. Cette démarche était, somme toute, très proche de celle des étudiants de la CIADE, qui contribuèrent, eux aussi, à la circulation de la Révolution mexicaine. Initialement proches, les projets de la CIADE et de la CIDEC, divergèrent toutefois rapidement.

Les projets d’union ibéro-américaine : des convergences aux divergences

37En 1931, les ibéro-américanismes étudiants, laïc ou catholique, semblaient relativement proches, exceptés sur l’épineuse question religieuse. Les grandes lignes de leurs programmes étaient généralement les mêmes : il fallait réaliser, selon eux, l’union politique, juridique, socio-économique et culturelle de l’Ibéro-Amérique, dans le cadre d’une grande confédération d’États, seule capable de résoudre les problèmes de cet espace et seule à même de lutter contre l’impérialisme des États-Unis. D’après les étudiants, cette union ne pouvait se faire sans briser définitivement les murs de la tour d’ivoire : de la Réforme universitaire, il était toujours question. Après une phase marquée par une inspiration commune, les chemins divergèrent nettement à partir de l’année 1933.

La Révolution comme référence

38Les ibéro-américanismes formulés en 1930-1931 à Mexico, à vocation représentative ou catholique, étaient bien des ibéro-américanismes nationaux. L’expérience révolutionnaire mexicaine, son nationalisme économique et culturel, ses échecs, ses espoirs, alimentaient, dans les deux cas, la construction ibéro-américaine.

  • 97 AHUNAM, Conclusiones que en sesión plenaria de dos de enero de 1931, fueron aprobadas por (...)
  • 98 La Libertad, 30-01-1931.
  • 99 Primera convención nacional de estudiantes bolivianos, in Portantiero J. C., op. cit., p.  (...)
  • 100 AHUNAM, ibid.
  • 101 AHUNAM, Conclusiones que sobre el tema social aprobó el primer congreso iberoamericano de (...)
  • 102 Portantiero J. C., op. cit., p. 225-226.
  • 103 AHUNAM, Conclusiones aprobadas en la tercera sesión plenaria celebrada el 31 de diciembre (...)

39Lors du Congrès fondateur de la CIADE, les délégués étudiants votèrent une série de conclusions, non sans avoir longuement examiné les problèmes ibéro-américains97. Soulignons que cette prise de position politique suscita le débat : les Espagnols y étaient hostiles, alors que Mexicains et Boliviens défendaient le rôle politique que pouvaient avoir les étudiants98. Pour les délégués réunis, l’Ibéro-Amérique traversait une « crise politique » profonde, marquée par la corruption des pouvoirs exécutifs et l’absence de participation des « masses ». Les étudiants réunis souhaitaient unanimement une « rénovation politique » et proclamaient leur foi en une « démocratie intégrale ». La démocratie représentative devait dès lors être améliorée par l’introduction d’une « démocratie fonctionnelle », assurant « la représentation des valeurs de la production et de la consommation ». Si cette idée était chère à l’Argentin José Ingenieros, son principal théoricien, notons aussi qu’elle avait été avancée en 1928 par les étudiants boliviens99. Les délégués s’accordèrent aussi sur la nécessité de procéder, partout où il le fallut, à des réformes constitutionnelles empêchant le pouvoir personnel perpétuel. La mesure venait sans doute des combats contre les tyrannies latino-américaines, entrepris par Vasconcelos et les étudiants durant les années 1920. Dans la lignée du vasconcélisme, les étudiants demandaient aussi « l’égalité des droits civiques et politiques de la femme ». L’exigence démocratique, commune aux Latino-Américains, était vive : le vote devait être secret, les mandats, révocables, et les référendums d’initiative populaire devaient être rendus possibles. Le réformisme de la Révolution mexicaine, notamment contenu dans les articles 27 et 123 de la Constitution de 1917, semblait inspirer les délégués : les étudiants devaient lutter pour des lois protégeant « la mère, l’enfant, l’ancien », favorisant « l’organisation syndicale des travailleurs manuels et intellectuels », tendant à une plus juste distribution de la richesse et permettant « la reconquête des richesses nationales et la socialisation des services publics100 ». La question indigène n’était pas oubliée : il fallait « lutter contre l’esclavage dont [souffrait] l’Indien », contre le « cléricalisme » et le « latifundisme » qui le maintenaient dans une « situation d’infériorité culturelle101 ». Cette question, prégnante pour le Mexique révolutionnaire, avait aussi été débattue par les étudiants boliviens en 1928102. Si la formulation était mexicaine, le problème était continental. Fait notable, le Premier Congrès ibéro-américain jugeait bon l’introduction, dans les constitutions des pays concernés, d’une série « de principes de contenu social et économique103 ». La référence à la Constitution mexicaine de 1917 était implicite, mais claire compte tenu du contexte.

  • 104 AHUNAM, Conclusiones que en sesión plenaria de dos de enero de 1931, fueron aprobadas por (...)
  • 105 La Libertad, 18-03-1931.
  • 106 AHUNAM, C.I.A.D.E., Estatutos.
  • 107 La Libertad, 18-03-1931.
  • 108 Van Aken M. J., art. cit., p. 123.

40Les problèmes internationaux de l’Ibéro-Amérique appelaient aussi des solutions très mexicaines dans leur esprit104. Il fallait faire front face à l’impérialisme économique et politique des États-Unis, dont l’origine profonde était d’ordre « racial105 ». Comme le préconisaient beaucoup d’européistes pour le Vieux Continent, les délégués ibéro-américains préféraient l’idée d’une confédération d’États à celle d’une fédération. Pragmatiques, les jeunes étudiants pensaient que l’union ibéro-américaine se ferait par de « lents regroupements partiels ». Dans ce cadre, les deux premiers chantiers étaient la construction d’une grande « République d’Amérique centrale », incluant le Mexique, et la constitution de la « Fédération insulaire antillaise106 ». L’union ibéro-américaine commencerait par le Mexique révolutionnaire et son espace proche. Comme l’avait proposé en 1927, le sénateur mexicain Higinio Álvarez, les étudiants de la future CIADE souhaitaient « la mise en place de la citoyenneté ibéro-américaine ». Le panaméricanisme, la doctrine Monroe, l’article 21 du Pacte de la SDN (lequel reconnaissait officiellement ladite doctrine) et l’amendement Platt étaient dénoncés. Il ne fallait, en aucun cas, reconnaître la valeur juridique internationale des « annexions violentes », « interventions » et « occupations militaires » des pays ibéro-américains, par les États-Unis. Pour les étudiants, la force ne fondait pas le droit : la doctrine pacifiste était la référence, l’arbitrage, la solution. Dans le sillage de l’APRA et du grand congrès anti-impérialiste de Bruxelles de 1927, la CIADE se déclarait enfin solidaire de « tous les peuples et classes opprimées du monde ». Les prémices du tiers-mondisme en Amérique latine étaient donc aussi visibles à Mexico, en ce mois de janvier 1931. Politique, cette union devait aussi être économique et douanière107. Il fallait « lutter pour le nationalisme économique continental ». Les idées de la Révolution mexicaine faisaient ici écho à celles de l’APRA : il fallait socialiser les « pétroles, mines, communications, industries » et liquider les emprunts extérieurs ainsi que les concessions étrangères. Ces idées avaient aussi été celles des étudiants uruguayens en 1930108. Pour les délégués réunis à Mexico, il fallait rattraper techniquement les États-Unis et mener une campagne pour l’industrialisation de l’Ibéro-Amérique. Il fallait, enfin, s’opposer « à tout contrôle impérialiste » du canal de Panama. La synthèse était radicale.

  • 109 AHUNAM, C.I.A.D.E., Estatutos. « El primer congreso iberoamericano de estudiantes », Unive (...)
  • 110 AHUNAM, ibid.

41Soulignons que ces étudiants, souvent issus des facultés de droit, concevaient la CIADE comme un laboratoire d’idées, un lieu de formation et un espace d’expertise pour la construction ibéro-américaine. L’article 34 des statuts de la CIADE créait un « Institut hispano-luso-américain d’échange et de coopération », chargé d’étudier « l’union de nos peuples » : un bureau technique, dépendant de ce dernier, devait proposer des « plans de politique douanière et industrielle » et organiser « des expositions internationales de produits109 ». Les étudiants prévoyaient aussi la formation de « Conseils techniques nationaux », dépendants de la CIADE et travaillant, en prévision de futurs congrès ibéro-américains non étudiants, à la rédaction de traités de commerce, à l’unification de la législation civile et commerciale ainsi qu’à la formation d’un réseau ibéro-américain de communications110. L’intégration régionale ibéro-américaine était ainsi explorée dans toutes ses dimensions, dès 1930-1931, par des étudiants proches de la gauche non communiste et favorables à la circulation du réformisme de la Révolution mexicaine. Leurs rivaux, les étudiants catholiques, élaborèrent en retour un ibéro-américanisme spécifique, modérant une partie des propositions de la CIADE et faisant de la Révolution mexicaine une lecture sélective, orientée par la doctrine sociale de l’Église.

  • 111 Islas García L., « Los estudiantes católicos y la convención iberoamericana », Proa, no 1, (...)
  • 112 SIDEC, op. cit., p. 64-65.
  • 113 Ibid., p. 63.
  • 114 Islas García L., art. cit., Proa, no 1, févr. 1932, p. 6-7.

42Les travaux de la CIADE inspirèrent indéniablement les jeunes de l’UNEC qui élaborèrent les thèmes de la Convention de 1931111. Là encore, l’intégration devait être économique (via la mise en place d’un « système douanier »), politique (conférant « la citoyenneté automatique aux ressortissants de nos peuples ») et juridique (à travers l’unification du droit privé ibéro-américain)112. Comme le congrès inauguré en décembre 1930, la Convention opposait inflexiblement « ibéro-américanisme » et « panaméricanisme113 ». Toutefois, le fondement de ce programme, similaire en apparence, était un catholicisme intégral et intransigeant. Luis Islas García, l’idéologue de l’UNEC, ne s’en cachait pas114.

  • 115 SIDEC, op. cit., p. 64.
  • 116 Ibid., p. 7-10.
  • 117 Ibid., p. 10-11.

43La structure des conclusions de la Convention ibéro-américaine des étudiants catholiques traduisait bien l’ordre des priorités. Le premier thème était ainsi consacré « à l’invasion politico-religieuse du protestantisme ». Les étudiants catholiques s’opposaient en effet au panaméricanisme avec un langage fondamentalement intransigeant. Ils considéraient l’Union panaméricaine comme le « véhicule du protestantisme » en Amérique115. Le protestantisme était perçu comme un « acte de rébellion contumace et irrationnelle contre la saine doctrine de l’Église116 », ses ministres comme « d’excellents véhicules, conscients ou irresponsables, de la pénétration capitaliste des États-Unis en Ibéro-Amérique117 ». Face à cette invasion, l’ibéro-américanisme catholique apparaissait comme le seul rempart. En dehors de ce premier thème et du septième, consacré à la « crise de la foi », les autres pans du programme semblaient très ancrés dans la réalité mexicaine : les considérations sur la question sociale se faisaient à l’aune de la Révolution.

  • 118 Ibid., p. 35.
  • 119 Calderón Vega L., op. cit., p. 69-70 des annexes.
  • 120 Ibid.
  • 121 Ibid.

44En ce sens, le second thème, portant sur la participation des étudiants ibéro-américains à la résolution des problèmes sociaux, analysait longuement « le problème agraire mexicain » et « le problème ouvrier mexicain ». De même, les conclusions concernant « le problème de la culture », tout en niant l’existence d’une « culture mexicaine » au profit d’une « culture ibéro-américaine », se positionnaient essentiellement par rapport au nationalisme culturel et artistique mexicain118. Un problème social spécifique à « l’Ibéro-Amérique » fit l’objet du douzième et dernier thème : « le métissage119 ». Là encore, l’importance du sujet était liée à l’indigénisme de la Révolution mexicaine. Il s’agissait cependant d’un métissage catholique, issu de la Conquête et qui devait être accéléré grâce à l’action bienveillante du clergé, garant de la reproduction et du bon mélange racial120. Dans une perspective racialiste, le métissage racial permettait le métissage culturel121.

45La CIADE et la CIDEC s’intéressaient donc aux mêmes questions. Aussi bien l’intégration régionale que les solutions proposées se nourrissaient de l’expérience politique mexicaine, qu’elle fût lue avec les yeux d’anciens vasconcélistes ou passée au tamis par de jeunes catholiques sociaux. Sur les thèmes politiques, économiques et sociaux, l’influence de la Révolution mexicaine, aux visages multiples, était palpable. En profondeur, deux conceptions antithétiques s’affrontaient : la révélation contre la raison, l’origine divine du corps social contre la philosophie du contrat. Le racialisme était plus prégnant chez les catholiques, obsédés par la famille et la reproduction, que chez les libéraux et socialistes, qui pensaient de plus en plus la question indigène comme une question sociale que comme un problème racial. Les divergences profondes entre les deux courants de l’ibéro-américanisme, visibles en 1931, devinrent éclatantes en 1933.

1933 : défaite de l’ibéro-américanisme révolutionnaire, triomphe de l’ibéro-américanisme catholique ?

46En 1933, la CIADE fut utilisée par Vicente Lombardo Toledano et ses disciples pour préparer les esprits à une nouvelle réforme universitaire, faisant du marxisme et du matérialisme l’alpha et l’oméga de tout enseignement. Cette évolution radicale, qui s’inscrivait cependant dans les principes rédigés en 1931, allait à l’encontre de la pensée des jeunes du SIDEC, très hostiles au marxisme. Ces derniers, suivant en cela les courants conservateurs des différents pays, revendiquaient davantage l’identité « hispanique » qu’auparavant et se solidarisaient des Espagnols insatisfaits du régime républicain. La divergence entre les deux ibéro-américanismes s’exprima pleinement en 1933. Domiciliée à Mexico, la CIADE fut finalement pulvérisée par la « révolution étudiante » d’octobre 1933, qui éjecta la CNE lombardiste de l’Université. À l’inverse, la CIDEC, officiellement constituée en décembre 1933, consolida son implantation à partir de cette date.

  • 122 Brochure pour le second congrès de la CIADE à San José du Costa Rica, 7-14 mai 1933.

47La radicalisation idéologique de la CIADE s’opéra dans le cadre d’une prise de conscience de la crise économique et politique de l’Ibéro-Amérique. En mars 1933, le secrétariat de l’organisation invitait les étudiants ibéro-américains à un second congrès, devant se tenir au Costa Rica du 7 au 14 mai. Les temps étaient sombres. Le ton de l’appel rappelait celui du prophète Lombardo : « le régime capitaliste vit une de ses dernières heures comme structure économique, politique et morale122 ». Quand bien même l’Espagne était invitée, c’était le sort de l’Amérique latine qui inquiétait l’exécutif de l’organisation :

  • 123 Ibid.

« La guerre pour le Chaco entre le Paraguay et la Bolivie ; le conflit entre le Pérou et la Colombie ; les assassinats de paysans et d’ouvriers au Salvador et dans d’autres pays centraméricains ; les rébellions armées dans quasi tous les pays latins d’Amérique survenues ces dernières années ; la misère croissante des masses ; la tyrannie honteuse de Machado à Cuba, sont les preuves évidentes de cette grande crise économique et morale de nos régimes et de nos hommes123. »

48Les seules lueurs d’espoir étaient « la lutte tenace de quelques secteurs ouvriers » et la « jeunesse ibéro-américaine ». Le salut devait venir de l’école et la notion d’éducation socialiste, défendue ouvertement quelques mois après, transparaissait déjà :

  • 124 Ibid.

« Il est nécessaire, par conséquent, que l’éducation affirme à partir d’aujourd’hui même, une attitude humaine face au chaos du régime capitaliste et formule un programme de substitution au régime bourgeois décadent124. »

  • 125 Id.

49Alors que la CIADE, en 1931, avait adopté un programme d’inspiration mexicaine mais faisant écho à de nombreuses motions étudiantes latino-américaines, la même organisation, en 1933, devenait la porte-parole d’un marxisme portant très nettement les marques de la pensée de Lombardo. Le projet de la CIADE devenait nécessairement moins œcuménique. Le second thème du Congrès ibéro-américain de 1933, la « réforme éducative », était très lombardiste125. Ce pan du programme incluait « l’orientation sociale » de l’éducation publique, l’organisation des professions en relation avec les nécessités économiques et sociales des « masses », la surveillance et le contrôle des écoles privées par l’État, ainsi que les fondements pour un travail éducatif en faveur des idéaux ibéro-américains. Le déroulement du second congrès consacra les initiatives des Mexicains et leur mainmise sur l’organisation.

  • 126 ASRE, exp. III-136-8, lettre du chargé d’affaires au Costa Rica à la SRE, 02-06-1933.
  • 127 ASRE, exp. III-136-8.
  • 128 Costa Rica, Nicaragua, Honduras, Salvador, Cuba et Porto Rico. Il faut ajouter, en dehors (...)
  • 129 ASRE, exp. III-136-8, lettre du chargé d’affaires…, 02-06-1933.
  • 130 El Sol, 21-06-1933.

50Le Second Congrès ibéro-américain des étudiants fut inauguré le dimanche 7 mai au soir, dans la ville de San José, au Costa Rica126. Le bureau de la CIADE mobilisa, comme il le put, les fédérations étudiantes avec lesquelles il était en contact. La diplomatie mexicaine, ses chargés d’affaires, ses ambassadeurs, furent aussi des rouages essentiels dans l’organisation du congrès127. La rencontre fut-elle une réussite, comme l’avait été le congrès fondateur de l’hiver 1930-1931 ? Le bilan était mitigé. Des raisons diplomatiques, politiques, économiques et parfois de simple coordination, empêchèrent un nombre important de délégations de se rendre à San José. En dehors des deux groupes dirigeants de la CIADE (l’UFEH et la CNE), le Second Congrès ibéro-américain se réduisit à quelques pays d’Amérique centrale128. La diplomatie mexicaine observa toutefois avec attention le déroulement des sessions. De manière générale, la délégation mexicaine, accompagnée de Vicente Lombardo Toledano, réussit à imposer son agenda et ses mesures129. Le nouveau président de la CIADE, élu à l’issue du congrès, restait toutefois un étudiant espagnol (Arturo Fernández Cruz), secondé par un Mexicain (Perfecto Gutiérrez Zamora)130.

  • 131 Lettre de Rómulo Betancourt à Pedro Juliac, 22-05-1933, Archivo de Rómulo Betancourt, t. 5 (...)
  • 132 ASRE, exp. III-136-8, lettre du chargé d’affaires…, 02-06-1933.
  • 133 Ibid.

51Il serait cependant faux d’affirmer que tout se passa comme prévu. Le Second Congrès ibéro-américain fut marqué par l’affrontement entre la faction lombardiste et les jeunes communistes présents (costaricains et états-unien), lesquels étaient en contact avec la FER de Mexico131. Les jeunes communistes latino-américains avaient bien compris que l’école socialiste était au cœur du projet de Lombardo et soulignaient l’impossibilité d’une telle éducation en régime capitaliste. L’État mexicain vit surtout le congrès comme un élément de diplomatie culturelle : ses jeunes envoyés purent converser avec plusieurs ministres ainsi qu’avec le président du Costa Rica, Ricardo Jiménez Oreamuno132. Lombardo Toledano, au verbe intarissable, fut aussi utile pour contrecarrer l’influence qu’exerçait un Vasconcelos de plus en plus critique vis-à-vis du gouvernement émanant de la Révolution133. Le voyage de Lombardo, avec les étudiants, servit globalement à faire connaître la cause révolutionnaire du Mexique. Pour la CNE et Lombardo, le Second Congrès ibéro-américain des étudiants permettait de préparer l’offensive pour imposer la grande Réforme universitaire d’inspiration marxiste. Ce jalon essentiel montrait ainsi que « l’école socialiste » avait été initialement pensée à l’échelle ibéro-américaine.

52Après avoir proposé en 1931 un programme révolutionnaire influencé par la Révolution mexicaine, par l’APRA et par les résolutions des congrès étudiants passés, nationaux ou latino-américains, la CIADE formulait en 1933 une plateforme d’avant-garde. Le problème résidait toutefois dans le fait que la CIADE était clairement devenue l’instrument des jeunes Mexicains, adeptes de Lombardo. Or, au Mexique, la lutte fut perdue par Lombardo et ses partisans : en octobre 1933, les archives de la CIADE brûlèrent en même temps que celles de la CNE. Là résidait la faiblesse d’un mouvement international qui reposait quasi exclusivement sur une organisation nationale. Aucune autre organisation latino-américaine ne se chargea de poursuivre l’œuvre de la CIADE. Les étudiants espagnols de l’UFEH, qui présidaient la CIADE, durent faire face, à partir de novembre 1933, à la victoire électorale des droites. L’UFEH, après une tentative d’infiltration par les phalangistes du Syndicat espagnol universitaire, puis par les communistes du Bloc scolaire d’opposition révolutionnaire, fut finalement interdite en octobre 1934, à la suite d’une année marquée par les affrontements étudiants. Au Mexique, les catholiques qui avaient fait rendre gorge à la CNE lombardiste, n’avaient guère envie de redresser la CIADE, jugée marxiste, et préférèrent se concentrer sur leur œuvre. Deux mois après la révolution d’octobre 1933, la CIDEC naissait à Rome.

  • 134 PR, no 1, 05/1934, p. 22.
  • 135 Salat R., « Rapport du Secrétariat général 1933-1935 », PR, no 3/4, 08/1935, p. 2-28.

53Le SIDEC, puis la CIDEC, disposaient d’atouts dont la CIADE était dépourvue. Œuvre initialement mexicaine, la confédération catholique sut s’en détacher : en décembre 1933, la présidence échoua à un Chilien de l’ANEC, Manuel Garretón134. À la différence de la CIADE, la CIDEC ne reposait donc pas uniquement sur un seul pays ou sur une seule organisation nationale. Si le SIDEC avait surtout été une œuvre mexicaine en 1932 et 1933, la CIDEC, en intégrant d’autres unions nationales, s’internationalisa nettement. Ses relations avec Pax Romana semblaient excellentes135. En 1935, au travers de la CIDEC, plusieurs unions avaient demandé leur rattachement à l’internationale blanche : si l’ANEC avait été acceptée au sein de Pax Romana dès avril 1934, « l’héroïque » UNEC du Mexique, la Fédération diocésaine de la jeunesse catholique péruvienne et le Centre des universitaires catholiques de Porto Rico, devaient alors être admis sous peu. Une brochure du secrétariat général de Pax Romana circulait aussi en Argentine, en Colombie, à Cuba et au Salvador.

  • 136 Atria Ramírez M., Barahona R. et Cifuentes A., Hacia una cultura Iberoamericana, Santiago, (...)
  • 137 Proa, no 2, mars 1933, p. 6-9 ; no 3/4, avril/mai 1933, p. 13-14 ; no 5/6, juin/juil. 1933 (...)
  • 138 Atria Ramírez M., Barahona R., Cifuentes A., op. cit., p. 43-46.

54Il est nécessaire de noter que l’œuvre impulsée par les catholiques mexicains leur échappait, parfois même idéologiquement. D’autres voix, moins influencées par les penseurs de la Révolution, pouvaient s’exprimer. Le point de vue de la délégation chilienne venue à Rome en décembre 1933, concernant la question d’une « culture ibéro-américaine », était profondément différent de la mestizofília exprimée par les jeunes de l’UNEC136. Pour la délégation de l’ANEC, la « race ibéro-américaine » était « quelque chose de plus qu’une collection de métis ». Les Chiliens faisaient l’éloge de « l’élément hispanique », présenté comme le « facteur indispensable de la race ». Dans ce cadre, « l’histoire de l’Ibéro-Amérique [était] l’histoire de l’Espagne ». Un roman racial s’imposait, dans lequel 1492 était décrit comme la naissance d’une « très vaste nation ». Les indépendances avaient été « un phénomène anti-espagnol », un « démembrement, la destruction de quelque chose d’unique et d’harmonieux ». La rhétorique était proche de celle du vasconcélisme. Dès lors, « l’union culturelle » entre l’Espagne et l’Amérique latine était le premier pas du salut. Œuvre des Chiliens, cette hispanisation de l’ibéro-américanisme ne pouvaient être entièrement rejetée par les Mexicains : l’UNEC ne cherchait-elle pas à lutter contre la « légende noire » de l’Espagne en réhabilitant le rôle de l’Inquisition137 ? Cette hispanisation de l’ibéro-américanisme avait également lieu en Espagne, à la même époque : les années 1920 et 1930 virent la droite espagnole capter la référence hispano-américaine. Les penseurs cités par les Chiliens, mais aussi par les Mexicains, étaient les théoriciens du conservatisme racial espagnol, également lus par les étudiants catholiques de la péninsule : Ángel Canivet, Marcelino Menéndez y Pelayo. Comme ces derniers, les Chiliens vantaient les caractères « mystique », « fanatique », « chevaleresque » de l’Espagnol, à l’opposé des hydres capitaliste et socialiste138. En 1933, les étudiants catholiques ibéro-américains se pensaient en « descendants des conquistadors » et se voyaient déjà en chevaliers de l’hispanité.

  • 139 Memoria de la Primera Convención Nacional de Estudiantes Católicos, Montevideo, 8 – 13 de (...)

55Lieu de discussions et d’application pratique de l’autorité dogmatique du catholicisme, la CIDEC commençait à acquérir un prestige certain en Amérique latine. Le choix d’un président chilien permettait à la CIDEC une action plus importante dans le cône Sud. En 1935, les étudiants catholiques uruguayens, qui tenaient leur première convention, invitèrent un représentant de la CIDEC et s’accordèrent sur leur nécessaire participation à l’internationale ibéro-américaine139. La CIDEC s’inscrivait donc dans la durée alors que les forces libérales ou socialistes étudiantes demeuraient désorganisées sur le plan ibéro-américain.

56Ainsi, en 1936, le mouvement ibéro-américain étudiant pouvait paraître en profonde reconfiguration. Trop dépendante de la politique étudiante mexicaine, la CIADE avait brutalement disparu après une soudaine radicalisation. Le mouvement étudiant ibéro-américain à vocation représentative avait perdu une de ses organisatrices légitimes. Sa continuité dépendait désormais des pays et des unions nationales pouvant proposer la tenue d’un nouveau congrès et la création d’une nouvelle organisation. La situation du mouvement étudiant catholique semblait meilleure. Contrairement à la CIADE, la CIDEC avait réussi à s’internationaliser réellement et continuait à exister. L’hydre peinait toutefois à organiser un nouveau congrès, alors que ses statuts imposaient des rencontres régulières. Néanmoins, la volonté de faire « race », de réunir les deux rivages de l’Atlantique, si utopique fût-elle, ne fit jamais défaut. Les sept années qui s’écoulèrent entre 1929 et 1936 avaient été le temps des réalisations et, de fait, le temps des premiers échecs. Pouvait-il en être autrement au regard des ambitions titanesques des étudiants ? Était-il possible de parvenir si promptement à l’union étudiante dans un espace aussi fragmenté, ravagé par la récession et marqué par l’instabilité politique ? Le fait même d’avoir réussi à organiser, pour la première fois, deux internationales étudiantes était, en soi, la plus éclatante des réussites. Le mouvement ibéro-américain étudiant devait nécessairement poursuivre son œuvre et se restructurer.

57Ce fut alors qu’une rébellion militaire éclata au Maroc espagnol. La guerre d’Espagne commençait. Pour tous les étudiants mexicains, qu’ils fussent communistes, socialistes, libéraux ou catholiques, ce qui se jouait de l’autre côté de l’Atlantique était d’une importance capitale, d’un point de vue politique et racial. Devant cet affrontement infâme, la passivité était improbable, la neutralité, impossible.

Notes

1 De los Reyes J. M., « Mensaje a los estudiantes latinoamericanos », La antorcha estudiantil, 15-08-1928, p. 14.

2 « El primer congreso de estudiantes iberoamericanos », Universidad de México, no 3, t. 1, janv. 1931, p. 250-251. « Velada en honor de Bolívar », Universidad de México, no 3, t. 1, janv. 1931, p. 261.

3 M. Bergel parle, lui, d’un « latino-américanisme par le bas », ce qui ne rend pas compte du caractère en partie élitiste du mouvement étudiant.

4 Douzième point du VIe Congrès national étudiant (Mérida, janvier 1929). Dromundo B., op. cit., p. 46-47.

5 Iduarte A., « Sin oriente », Preparatoria, Mexico, Mortiz, 1986, p. 145 (La Huelga, Mexico, 03-05-1930).

6 Iduarte A., « La trascendencia de los congresos internacionales de estudiantes », Preparatoria, Mexico, Mortiz, 1986, p. 161 (El Universal, 09-07-1930).

7 Manigat L., op. cit., p. 303-304. Pita A., op. cit., p. 104.

8 Monchablon A., « La 1ère confédération internationale des étudiants (1919-1939) », in Morder R. et Rolland-Diamond C. (dir.), op. cit., p. 59-66. Colon D., « Pax Romana (1921-1947) », ibid., p. 67-81.

9 El Informador, 31-01-1927.

10 El Informador, 18-01-1927.

11 El Informador, 31-01-1927.

12 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 61.

13 El Informador, 02-01-1928.

14 El Informador, 05-02-1928.

15 El Informador, 05-02-1928. Sur l’AGELA : Taracena Arriola A., « La Asociación General de Estudiantes Latinoamericanos de Paris (1925-1933) », Anuario de Estudios Centroamericanos, no 2, vol. 15, 1989, p. 61-80. L’AGELA se fit reconnaître par la CIE en 1926. Elle fut particulièrement active en 1927 au moment de l’affaire nicaraguayenne. Elle se rendit notamment au grand congrès anti-impérialiste de Bruxelles, en février 1927.

16 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 37.

17 González Calleja E., « Rebelión en las aulas : un siglo de movilizaciones estudiantiles en España (1865- 1968) », Ayer, 59 (3), 2005, p. 21-49. La première tentative d’union nationale étudiante datait de 1911, date de création de la Fédération nationale scolaire, laquelle se divisa rapidement entre libéraux et catholiques. Mancebo Alonso M. F., « La consolidación del movimiento estudiantil (1920-1947) », Saitabi, vol. 49, 1999, p. 93-123.

18 Barba Prieto D., « La Confederación Nacional de Estudiantes Católicos : orígenes, primeros pasos y consolidación (1920-1923) », Espacio, Tiempo y Forma, vol. 12, 1999, p. 117-131.

19 Ibid., p. 125, 129-130. Parmi les 20 pays fondateurs de Pax Romana en juillet 1921, il y eut seulement deux pays américains : les États-Unis et l’Argentine. L’organisation fut reconnue officiellement par la SDN le 4 février 1923.

20 Jiménez-Landi A., La Institución Libre de Enseñanza y su ambiente. Período de expansión influyente, Barcelone, UB, 1996, vol. 4, p. 159.

21 Sbert fut le premier président de la FUE.

22 Delgado Larrios A., La Revolución Mexicana en la España de Alfonso XIII (1910-1931), Salamanca, Junta de Castilla y León, 1993. Mateos A., De la Guerra Civil al exilio : Los republicanos españoles y México : Indalecio Prieto y Lázaro Cárdenas, Madrid, Fundación Indalecio Prieto, 2005.

23 Araquistain L., La Revolución mejicana. Sus orígenes, sus hombres y su obra, Madrid, CIAP, 1926.

24 Delgado Larrios A., « Una revolución regeneracionista : la reforma laboral y educativa mexicana en la prensa española (1910-1931) », Revista complutense de Historia de América, vol. 17, 1991, p. 219-257.

25 Mancebo Alonso M. F., art. cit., p. 98.

26 « Federación universitaria hispanoamericana », Revista de las Españas, janv.-févr. 1927, an II, no 5-6, p. 153.

27 Ibid., p. 154-155, pour les citations et informations suivantes.

28 Barba Prieto D., art. cit., p. 119, 122.

29 Jiménez-Landi A., op. cit., p. 163.

30 Ben-Ami S., « La rébellion universitaire en Espagne, 1927-1931 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 26-3, 1979, p. 365-390.

31 Iduarte A., « La génesis del congreso ibero-americano de estudiantes », Preparatoria, Mexico, Mortiz, 1986, p. 180-184 (El Universal, 17-12-1930). La Libertad, 09-11-1930. ABC, 15-11-1930. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 61 et suivantes.

32 Le second pays latino-américain à être représenté fut la Bolivie, en 1929. La Gaceta Literaria, 15-05-1930.

33 Iduarte A., art. cit., p. 180.

34 D’après le texte du pacte dans Iduarte A., art. cit., p. 181-182.

35 AHUNAM, Informe que Ciriaco Pacheco Calvo, delegado al congreso internacional de estudiantes, rinde ante esta confederación nacional de estudiantes, p. 2. Lors du congrès de Budapest, les Salvadoriens R. Barón Castro (FUHA) et S. Escalona défendirent les libéraux espagnols et obtinrent qu’une commission d’enquête de la CIE fût envoyée en Espagne.

36 La Gaceta Literaria, 15-05-1930.

37 AHUNAM, Informe… Les autres délégués mexicains ne purent se rendre à Bruxelles.

38 La Libertad, 03-10-1930. El Heraldo de Madrid, 04-10-1930.

39 El Imparcial, 11-12-1930.

40 ABC, 01-10, 02-12-1930.

41 AGN, POR, exp. 16/805.

42 Ibid.

43 AUOM, Lettre de la CNE à L. Chico Goerne, 17-11-1930.

44 AUOM, Lettre de L. Chico Goerne à V. Lombardo Toledano, 21-11-1930. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 61.

45 AHUNAM, C.I.A.D.E., Estatutos. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 61-62. Des étudiants d’Argentine, de Cuba, du Nicaragua et du Costa Rica étaient aussi présents. Leurs pays pouvaient être considérés comme membres fondateurs si une union nationale était créée dans les dix mois.

46 Lora G., Bacherer J., Gentino E. et Plata V., Sindicalismo del magisterio (1825-1932) – La escuela y los campesinos – Reforma Universitaria (1908-1932), chapitres iii et iv, consultés en ligne le 08-11-2013 (initialement publié en 1979 chez Masas).

47 Archila M., « Entre la academia y la política : el movimiento estudiantil en Colombia, 1920-1974 », in Marsiske R. (dir.), Movimientos estudiantiles en la historia de América Latina, Mexico, UNAM, 1999, vol. 1, p. 158-174.

48 Vanaken M. J., « The Radicalization of the Uruguayan Student Movement », The Americas, vol. 33, no 1, juil. 1976, p. 109-129.

49 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 56. Commission composée de : A. Gómez Arias, S. Azuela, R. Ortiz Gris, L. M. Mezquida, C. Pacheco Calvo.

50 Cité par Pita A., op. cit., p. 262.

51 Manifiesto de la filial de Córdoba de la Unión Latinoamericana, janv. 1927, in Portantiero J. C., op. cit., p. 300-303.

52 Les résolutions du Congrès furent reproduites dans la revue de l’université de Mexico, les débats furent évoqués par la presse nationale (El Universal) et régionale (El Informador). En Espagne, plusieurs journaux reproduisirent les bases ou les résolutions du congrès ibéro-américain, notamment : La gaceta literaria, 15-12-1930 ; La Libertad, 27-02-1931, 18-03-1931.

53 AHUNAM, CIADE. Boletín mensual de la secretaría general, no 1, mai 1931.

54 L’UEPOC envoya un télégramme de félicitation, via Sbert, aux étudiants espagnols. Les étudiants mexicains de l’UEPOC manifestèrent leur soutien dans la rue, imités par d’autres. « Cable a los Estudiantes Hispanos », Indo-América, vol. 1, no 4, 30 avril 1931, p. 3.

55 « Recepción del estudiante señor de la Macorra », Universidad de México, sept. 1931, p. 434.

56 Calderón Vega L., op. cit., p. 24.

57 Calderón Vega L., op. cit., p. 25.

58 Gutiérrez Casillas J., Jesuitas en México durante el siglo XX, Mexico, Porrúa, 1981, p. 555.

59 Ibid., p. 507-508.

60 Ibid., p. 603-604.

61 SIDEC, op. cit.

62 Barranco B., art. cit., in Blancarte R., op. cit., p. 202.

63 Calderón Vega L., op. cit., p. 31. « Oviedo », ACNP, no 64, 05-12-1928, p. 3.

64 Sur l’ANEC : Larson O., La anec y la democracia cristiana, Santiago, Ediciones Ráfaga, 1967.

65 Klaiber J., « Los partidos católicos en el Perú », Histórica, vol. VII, no 2, 1983, p. 5.

66 AHAM, E, 5A, Correspondencia, 159, exp. 85, lettre de la CECE à Mora del Río, archevêque de Mexico, 10-12-1926.

67 Meyer J. (dir.), Las naciones frente al conflicto religioso en México, Mexico, Tusquets, 2010.

68 CNEC, Convención Iberoamericana de Estudiantes Católicos : Convocatoria, Mexico, Cultura, 1931.

69 Calderón Vega L., op. cit., p. 25.

70 UIA/ACM : 10.64 CNEC 1930-1934, courrier de la CNEC au président de la Junte Centrale de l’ACM (09-10-1931), signé par L. Rivero del Val (président) et M. Ulloa (secrétaire de l’intérieur).

71 Calderón Vega L., op. cit., p. 33.

72 Ibid.

73 Ibid. Carta de Georges Goyau Dirigida a la Convención Ibero Americana de Estudiantes Católicos, Mexico, 1932.

74 Barranco B., art. cit., in Blancarte R., op. cit., p. 203.

75 Ibid., p. 219.

76 Pax Romana (PR), no 3, juin 1932, p. 12.

77 PR, no 4, oct. 1932, p. 4.

78 PR, no 3, juin 1932, p. 12.

79 PR, no 4, oct. 1932, p. 4-6.

80 SIDEC, op. cit., p. 71.

81 Andes S., The Vatican and Catholic Activism in Mexico and Chile : The Politics of Transnational Catholicism, 1920-1940, Oxford, Oxford UP, 2014, p. 207-208. AHAM, F, 5A, Asociación Pia, 64, exp. 100, courrier du délégué apostolique et archevêque de Morelia L. Ruiz y Flores, 12-04-1933.

82 Barranco B., art. cit., in Blancarte R., op. cit., p. 221-222. Andes S., op. cit., p. 207. Pizzardo était l’assistant ecclésiastique de l’Action catholique italienne (ACI) et se trouvait en contact étroit avec W. Ledóchowski, le général des jésuites.

83 ASRE, exp. III-124-9 : CIDEC.

84 « El año santo y la u. n. e. c. », Proa, no 7-8-9, sept.-oct.-déc. 1933, p. 12.

85 « Sugerencias del año santo », Proa, no 7-8-9, sept.-oct.-déc. 1933, p. 12-13.

86 Ibid., p. 13.

87 « Bases para las reuniones de acción católica universitaria que se tendrán en Roma del 10 al 29 de diciembre 1933 », Proa, no 7-8-9, sept.-oct.-déc. 1933, p. 14.

88 Délégation composée de : A. Gómez Robledo, García Robles, E. Santiago López, J. Toral Moreno, L. Garay, L. Islas García. Calderón Vega L., op. cit., p. 105.

89 Barranco B., art. cit., in Blancarte R., op. cit., p. 224.

90 Ibid., p. 225-226.

91 Droulers P., Le père Desbuquois et l’Action Populaire : dans la gestation d’un monde nouveau, 1919-1946, Paris, Éditions ouvrières, 1981, p. 95.

92 38 participants selon Droulers P., op. cit., p. 95. 35 étudiants d’après Barranco B., art. cit., in Blancarte R., op. cit., p. 225-226.

93 Andes S., op. cit., p. 208.

94 PR, no 3, juil. 1933, p. 61-62.

95 PR, no 1, mai 1934, p. 21. Accord daté du 2 janvier 1934 et signé par le président de la CIDEC, le Chilien M. Garretón et l’abbé J. Gremaud, le secrétaire général de Pax Romana.

96 La Vanguardia, 19-04, 29-05-1934.

97 AHUNAM, Conclusiones que en sesión plenaria de dos de enero de 1931, fueron aprobadas por el primer congreso iberoamericano de estudiantes sobre el tema político. Les citations suivantes en sont extraites.

98 La Libertad, 30-01-1931.

99 Primera convención nacional de estudiantes bolivianos, in Portantiero J. C., op. cit., p. 225-226.

100 AHUNAM, ibid.

101 AHUNAM, Conclusiones que sobre el tema social aprobó el primer congreso iberoamericano de estudiantes en su sesión plenaria del día 26 de diciembre de 1930.

102 Portantiero J. C., op. cit., p. 225-226.

103 AHUNAM, Conclusiones aprobadas en la tercera sesión plenaria celebrada el 31 de diciembre de 1930, por el primer congreso iberoamericano de estudiantes sobre el tema jurídico.

104 AHUNAM, Conclusiones que en sesión plenaria de dos de enero de 1931, fueron aprobadas por el primer congreso iberoamericano de estudiantes sobre el tema político. Les citations suivantes en sont extraites.

105 La Libertad, 18-03-1931.

106 AHUNAM, C.I.A.D.E., Estatutos.

107 La Libertad, 18-03-1931.

108 Van Aken M. J., art. cit., p. 123.

109 AHUNAM, C.I.A.D.E., Estatutos. « El primer congreso iberoamericano de estudiantes », Universidad de México, no 4, t. 1, févr. 1931, p. 333. El Imparcial, 22-02-1931.

110 AHUNAM, ibid.

111 Islas García L., « Los estudiantes católicos y la convención iberoamericana », Proa, no 1, févr. 1932, p. 6-7.

112 SIDEC, op. cit., p. 64-65.

113 Ibid., p. 63.

114 Islas García L., art. cit., Proa, no 1, févr. 1932, p. 6-7.

115 SIDEC, op. cit., p. 64.

116 Ibid., p. 7-10.

117 Ibid., p. 10-11.

118 Ibid., p. 35.

119 Calderón Vega L., op. cit., p. 69-70 des annexes.

120 Ibid.

121 Ibid.

122 Brochure pour le second congrès de la CIADE à San José du Costa Rica, 7-14 mai 1933.

123 Ibid.

124 Ibid.

125 Id.

126 ASRE, exp. III-136-8, lettre du chargé d’affaires au Costa Rica à la SRE, 02-06-1933.

127 ASRE, exp. III-136-8.

128 Costa Rica, Nicaragua, Honduras, Salvador, Cuba et Porto Rico. Il faut ajouter, en dehors de cet espace, les États-Unis et le Venezuela. Les quatre pays en guerre (Bolivie, Paraguay, Colombie, Pérou) n’envoyèrent pas de représentants. Du fait des relations peu cordiales entre les étudiants argentins et uruguayens et leurs gouvernements respectifs, il n’y eut pas de délégations pour ces deux pays. Le dictateur Ubico empêcha l’envoi d’une délégation guatémaltèque. Notons enfin que deux pays absents (le Portugal et le Brésil) demandèrent à adhérer à la CIADE. El Sol, 21-06-1933. ASRE, exp. III-136-8, lettre du chargé d’affaires…, 02-06-1933.

129 ASRE, exp. III-136-8, lettre du chargé d’affaires…, 02-06-1933.

130 El Sol, 21-06-1933.

131 Lettre de Rómulo Betancourt à Pedro Juliac, 22-05-1933, Archivo de Rómulo Betancourt, t. 5, 1933-1935. Caracas, Congreso de la República, 1996, p. 41-43. Betancourt, invité au congrès, était alors membre du PC du Costa Rica et en contact étroit avec d’autres communistes latino-américains.

132 ASRE, exp. III-136-8, lettre du chargé d’affaires…, 02-06-1933.

133 Ibid.

134 PR, no 1, 05/1934, p. 22.

135 Salat R., « Rapport du Secrétariat général 1933-1935 », PR, no 3/4, 08/1935, p. 2-28.

136 Atria Ramírez M., Barahona R. et Cifuentes A., Hacia una cultura Iberoamericana, Santiago, Difusión Chilena, 1934. Les citations suivantes en sont extraites.

137 Proa, no 2, mars 1933, p. 6-9 ; no 3/4, avril/mai 1933, p. 13-14 ; no 5/6, juin/juil. 1933, p. 11-14.

138 Atria Ramírez M., Barahona R., Cifuentes A., op. cit., p. 43-46.

139 Memoria de la Primera Convención Nacional de Estudiantes Católicos, Montevideo, 8 – 13 de Enero de 1935, Montevideo, Talleres Gráficos Urta & Curbelo, 1936, p. 24, 45, 47.

Table des illustrations

Légende Tableau 5. – L’exécutif du SIDEC.
Crédits Source : AHAM, F, 5A, Asociación Pia, 56, exp. 17, Convocatoria, Proa SIDEC, 1932.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540