Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution mexicaine

 | 
Romain Robinet

Troisième partie. Race et révolution : l’action ibéro-américaine du mouvement étudiant (1916-1939)

Chapitre VII

Les défenseurs de la Raza (1916-1929)

Texte intégral

  • 1 Islas García L., « Antimperialismo », La antorcha estudiantil, 15-08-1928, p. 11.

« Malheureusement en sortant de l’Université, on a trop foi dans l’idée, l’esprit, la race, comme principaux mobiles de l’Histoire, et on hait profondément la réalité et la matière. […] Quand des groupes d’étudiants considèrent l’anti-impérialisme comme une lutte de nationalités ou comme un phénomène racial, au sein duquel ils défendent des thèses “indo-américaines” ou “latino-américaines”, cela signifie que ces étudiants ne se sont JAMAIS mis à faire une critique honnête de l’impérialisme ou que leur mauvaise foi est évidente1. »

1Lectrices des théoriciens de l’identité hispano-américaine, les générations étudiantes de la Révolution adhérèrent sans réserve au discours racial. S’identifiant à la Raza, les étudiants, mexicains et hispano-américains, furent sans doute le milieu social où s’affirma le plus clairement la conscience ibéro-américaine. Les dirigeants du CLEDF puis de la FEDF, ainsi que les premiers représentants de la CNE, ne cherchèrent pas seulement à organiser les étudiants nationalement : projetant la création d’une confédération étudiante latino-américaine, ils furent les fers de lance du rapprochement ibéro-américain sous toutes ses formes.

Les sources de l’ibéro-américanisme étudiant mexicain

2Deux éléments, entrant en résonance, forgèrent la conscience ibéro-américaine des étudiants : leur appropriation des américanismes raciaux se fit au moment même où le Mexique révolutionnaire, déchiré par la guerre civile et angoissé par le spectre de l’invasion étrangère, affirmait sa place dans le concert des nations par l’anti-impérialisme, le projet d’union « indo-latine » et le refus de la guerre européenne. Leur ibéro-américanisme se renforça davantage encore durant les années 1920, au fur et à mesure que les intellectuels, du Mexique ou d’ailleurs, dessinaient cet idéal avec une précision grandissante.

Les legs concordants : la symphonie raciale des hispano-américanismes nationaux

3Dans le concert des voix louant la Race et exaltant l’unité latino-américaine, certaines se firent plus audibles que d’autres. Les étudiants mexicains furent surtout sensibles aux discours de l’Uruguayen José Enrique Rodó, du Nicaraguayen Rubén Darío, de l’Argentin Manuel Ugarte et aux missives de la Unión Ibero-Americana de Madrid. Dans la deuxième moitié des années 1920, ils lurent avec passion les ouvrages de l’ancien « despote » de la SEP, José Vasconcelos, l’apôtre de la « race ibéro-américaine ». La musique entendue, néanmoins, était plus ancienne.

  • 2 Marcilhacy D., op. cit., p. 22-24.
  • 3 Reynaud Paligot C., La république raciale : paradigme racial et idéologie républicaine (18 (...)

4Le mot « race », à l’étymologie ambivalente, renvoyait généralement, chez les penseurs hispano-américains, à une famille de nations, unie par une civilisation commune2. Ses piliers étaient l’histoire mythifiée de la conquête et de la colonie, la langue, la culture, les liens du sang et, pour les catholiques, la religion. Processus marqué de biologisation du social, l’usage de la notion de race pour désigner et hiérarchiser les groupes humains remontait au début du xixe siècle. Chez les penseurs européens, le mot race était souvent le point d’entrée d’un système raciste, à savoir une distinction entre des races dites supérieures, dont la domination était ainsi légitimée, et inférieures, dont la disparition pouvait être programmée. Si les théoriciens appartenant aux races supposément inférieures cherchaient à inverser le stigmate, leur argumentation respectait souvent la logique raciale : ils prêchaient alors une égalité des races, un anti-racisme fondé sur les vertus des différentes races. La race débouchait aussi souvent sur le racialisme, c’est-à-dire l’idée que la race déterminait la culture, l’histoire pouvant s’expliquer, entièrement ou en partie, par la lutte des races. Bien que des publicistes conservateurs l’employassent avec excès et passion, la race restait légitime aux yeux des hommes de science et des progressistes3. Savante et profane, la race était plurielle de part et d’autre de l’Atlantique.

  • 4 González Undurraga C., « De la casta a la raza. El concepto de raza : un singular colectiv (...)
  • 5 González Navarro M., « Las ideas raciales de los científicos, 1890-1910 », HM, 1988, vol. (...)
  • 6 Favre H, « Race et nation au Mexique. De l’indépendance à la révolution », Annales. Histoi (...)
  • 7 Urías Horcasitas B., « El determinismo biológico en México : del darwinismo social a la so (...)
  • 8 González Navarro M., art. cit., p. 566-577, pour les citations qui suivent.
  • 9 Gleizer D., El exilio incómodo : México y los refugiados judíos, 1933-1945, Mexico, Colmex (...)

5Dans le Mexique du premier xixe siècle, la race naquit comme l’héritière moderne d’une catégorie coloniale, la casta4. L’introduction du darwinisme fut tardive et divisa les intellectuels5. Sous le Porfiriat et la Révolution, le terme « race » était couramment employé pour désigner les groupes humains du pays6. Les anthropologues mexicains étudièrent d’ailleurs les « races indigènes » jusqu’au début des années 19507. Il n’y avait pas, sous Díaz, de consensus concernant la définition du mot raza : certains y voyaient une « communauté psychologique », d’autres un ensemble biologique façonné par le milieu8. De nombreux penseurs s’accordaient sur l’inégalité des races, d’autres affirmaient que la pureté raciale n’existait pas. Certains proposaient une explication racialiste de l’histoire humaine, d’autres la réfutaient. Francisco Bulnes, chantre du social-darwinisme, élabora une célèbre hiérarchie, distinguant les races supérieures, lesquelles se nourrissaient de blé, des inférieures, les races mangeant du maïs et celles se contentant de riz. Mais si Bulnes pensait qu’il fallait trois Indiens pour égaler un blanc, Carlos Díaz Dufoo en préconisaient quatre, Enrique Creel, cinq. À l’inverse, d’autres intellectuels (Vicente Riva Palacio, Agustín Aragón) défendaient l’Indien, « race véritablement exceptionnelle » pour sa résistance, et faisaient le pari de sa rédemption. Le mot raza était aussi utilisé pour qualifier l’Autre absolu : si la figure de l’Indien faisait débat, les Noirs étaient quasi unanimement assimilés à une « race dégradée et paresseuse » et les Chinois aux « races dégénérées ». Concernant ces derniers, le journal catholique El País jugeait leur sang « puant et pourri », le Parti libéral mexicain, précurseur de la Révolution, souhaitait interdire leur immigration. Des centaines de Chinois furent d’ailleurs massacrés en 1911 à Torreón et les persécutions se poursuivirent dans les années 1930, surtout dans le Nord du pays. Le mot « race », enfin, pouvait désigner les juifs9. L’éloge d’une « race ibéro-américaine » n’avait de sens que dans cet imaginaire racial.

  • 10 Pakkasvirta J., op. cit., p. 73-74.
  • 11 Granados García A., « Congresos e intelectuales en los inicios de un proyecto y de una con (...)
  • 12 Rojas R., « Retóricas de la raza. Intelectuales mexicanos ante la guerra del 98 », HM, 200 (...)

6Le projet d’une union des nations latino-américaines existait bien avant l’adoption du paradigme racial : il fut consubstantiel à leur formation. Simón Bolívar, dans sa Carta de Jamaica (1815), souhaitait que les États dirigés par les créoles se regroupassent dans une fédération, appelée à être la « plus grande nation du monde10 ». Dès le début du xixe siècle, les intellectuels du continent s’emparèrent du projet d’union11. Néanmoins, ce fut plus tard, lors de la guerre hispano-américaine de 1898, au moment où l’Espagne apparut soudainement faible, que les intellectuels mexicains, libéraux et conservateurs, employèrent massivement la rhétorique de la Raza pour décrire le lien les unissant à la péninsule12.

  • 13 Marcilhacy D., op. cit., p. 7-9. Pike f. b., Hispanismo, 1898-1936 : Spanish Conservatives (...)
  • 14 Rojas R., art. cit., p. 621-622.

7En Espagne, 1898 favorisa également l’essor de la Raza, le terme dépassant là aussi les clivages politiques13. La consécration la plus officielle eut lieu en 1910 quand l’Espagne d’Alphonse XIII s’associa au centenaire des indépendances américaines. L’élan hispano-américain qui traversait l’Espagne monarchique s’était fait sentir au Mexique : en tournée américaine, l’intellectuel Rafael Altamira avait prêché le rapprochement mutuel en assurant 12 conférences fin 1909 à Mexico, notamment à l’ENP, à l’ENJ et à l’Athénée de la Jeunesse14.

  • 15 El Pueblo, 21-06-1916.
  • 16 El Universal, 15-09-1917.
  • 17 Cérémonie organisée par le CLEDF et la société Ariel. El Universal, 15-09-1917.
  • 18 Lombardo Toledano V., « La Universidad Nacional. Un estudio », in Lombardo Toledano V., o (...)
  • 19 Fell C., op. cit., p. 564.
  • 20 Pakkasvirta J., op. cit., p. 84.
  • 21 Vasconcelos faisait l’objet d’un véritable culte, tout comme Antonio Caso. « Dos hombres » (...)
  • 22 El Informador, 31-01-1927, p. 1 et 2. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 31.
  • 23 Cité par Fell C., op. cit., p. 554.

8Ainsi, au moment où éclata la Révolution, le milieu étudiant était déjà très imprégné du discours hispano-américaniste. Dès que les étudiants mexicains commencèrent à s’organiser en « classe », cet élément apparut central. Dans son appel du 18 juin 1916, l’étudiant Gabino Palma énumérait les questions auxquelles le futur Second Congrès national devait répondre : comment les jeunes des écoles devaient-ils contribuer « au développement culturel des masses, à la formation de l’Âme Nationale, à la formation du sentiment hispano-américain et en général à celui de confraternité universelle15 » ? Quelle politique internationale devaient mettre en œuvre les « Hispano-Américains » ? Devaient-ils être « panlatinistes » ou « panaméricanistes » ? Plus que les écrits raciaux mexicains, la référence prolatine de cette première génération du mouvement étudiant fut l’ouvrage Ariel de Rodó. Le 8 septembre 1917, Manuel Gómez Morin soulignait devant ses camarades le rôle précurseur de Rodó, latiniste et anti-positiviste : « Ariel […] est un chant de vie, de jeunesse, d’espoir16. » Écrit à la demande des étudiants uruguayens, pour rendre hommage au défunt Rodó, Gómez Morin prononça son discours dans l’amphithéâtre de l’ENP, en présence du chargé d’affaires de l’Uruguay, Pedro Erasmo Callorda17. Le livre emblématique de Rodó, écrit à la suite de la guerre de 1898, opposait deux personnages, Ariel (le frêle esprit latino-américain) et Calibán (l’anagramme de cannibale, l’utilitarisme nord-américain). Au Mexique, son succès s’expliquait par l’implication des athénéistes et des autorités pédagogiques dans sa diffusion, et par le fait que l’ouvrage s’adressait explicitement aux étudiants, lectorat en pleine croissance en Amérique latine. Sa fameuse phrase, « l’Amérique a grand besoin de sa jeunesse », était constamment citée18. Rodó pensait d’ailleurs que le rapprochement hispano-américain se ferait par les congrès étudiants19. La race, chez Rodó, était ethnique et latine, rivale de celle peuplant le Nord du continent20. Si Rodó était une référence œcuménique, la posture d’Ugarte était plus clivante, car partie prenante du débat sur la « guerre européenne ». L’écrivain argentin fut néanmoins un des plus éloquents en alliant ariélisme et anti-impérialisme. Outre Ariel, les étudiants fondateurs du CLEDF connaissaient aussi le latino-américanisme des étudiants du cône Sud à travers la figure d’Héctor Miranda, « Bolívar de la jeunesse », à laquelle ils s’identifiaient, puis via la réception des « révolutions étudiantes ». Par la suite, la « génération de 1929 » fut particulièrement attentive, dès sa gestation, à l’œuvre de Vasconcelos21. En 1927, lors du IVe Congrès étudiant, Vasconcelos fut proclamé Benemérito de la República Estudiantil Mexicana22. Ce titre honorifique étudiant lui fut adressé pour son action ibéro-américaine. À l’encontre des défenseurs de la pureté raciale, Vasconcelos annonçait en 1925 l’apparition imminente de « la race synthèse ou race intégrale, faite avec le génie et le sang de tous les peuples, et par là même, la plus capable d’une véritable fraternité et d’une vision réellement universelle23 ».

  • 24 Vasconcelos J. (trad. D. T. Jaen), The Cosmic Race. La raza cósmica : a Bilingual Edition, (...)
  • 25 Ibid., p. 59.
  • 26 Ibid., p. 65.

9Lecteur de Gregor Mendel, le père de la génétique, Vasconcelos partageait avec Gobineau l’obsession de la race24. Si ce dernier était hanté par le métissage, Vasconcelos en rêvait, car il était le futur incarné. La race ibéro-américaine avait vocation à intégrer les autres races et à se transformer en une cinquième race, synthétisant les races blanche, rouge, jaune et noire. Certes, toutes ces races n’étaient pas égales. Effrayé, Vasconcelos écrivait : « nous reconnaissons qu’il n’est pas juste que des peuples comme les Chinois, sous le saint conseil de la morale confucéenne, se multiplient comme des rats25 ». Le métissage était cependant programmé : l’histoire commençant et finissant sous les tropiques, il fallait peupler l’Amazonie – berceau d’une nouvelle civilisation – et la race métisse était la plus apte pour ce faire26. En rendant hommage à Vasconcelos, les étudiants faisaient un acte politique : solidaire d’un discours extrêmement biologisant, ils saluaient la conscience ibéro-américaine d’un visage intellectuel de la Révolution mexicaine, lu et commenté de part et d’autre de l’Atlantique. Si la jeunesse intellectuelle du Mexique se choisissait de tels maîtres, c’était parce qu’elle avait fait sienne la reformulation de l’identité nationale du pays, lequel était devenu l’ultime rempart face au Colosse du Nord.

L’exemple national : la Révolution mexicaine et la solidarité latino-américaine

10Le latino-américanisme des gouvernements et représentants révolutionnaires fut régulièrement érigé en exemple par les étudiants mexicains, toujours prompts à défendre la Patria et la Raza – dès lors que la seconde renforçait la première. De Carranza à Calles, les générations étudiantes soutinrent les orientations à la fois patriotiques et ibéro-américaines de la Révolution. Sur ce point, le mouvement étudiant et la Révolution jouèrent à l’unisson.

  • 27 En novembre 1919, dans une lettre à sa mère, l’étudiant Carlos Pellicer qualifiait Carranz (...)
  • 28 « Discurso pronunciado por el C. Venustiano Carranza en San Luis Potosí, el 26 de diciembr (...)
  • 29 « Discurso pronunciado por el C. Venustiano Carranza en Matamoros, el 29 de noviembre de 1 (...)

11« Chef suprême de la Révolution constitutionnaliste », Carranza fut perçu comme un « nouveau Juárez » par les étudiants27. Civil supérieur aux militaires, restaurateur de l’ordre constitutionnel, point de continuité immaculé entre ancien et nouveau régime, incarnation de la nation face à l’envahisseur étranger : l’homme ne pouvait qu’être providentiel. Toutefois, ce fut surtout la « doctrine Carranza », qui transforma l’ancien sénateur porfirien en héros aux yeux des étudiants. Le dirigeant révolutionnaire fut en effet le théoricien d’un nouvel ordre mondial, appelé à régir les relations internationales, dès lors que la Grande Guerre prendrait fin. Faisant part de ses conceptions à la fin de l’année 1915, Carranza expliqua que la Révolution mexicaine était un « exemple pour toutes les Nations de la terre28 ». Cette lutte nationale s’inscrivait dans une « lutte universelle », laquelle devait inaugurer une « ère de justice », fondée sur le « principe de respect » que les « peuples forts » devaient avoir envers les « peuples faibles29 ». Carranza déclarait ainsi :

  • 30 « Discurso pronunciado por el C. Venustiano Carranza en San Luis Potosí… », in Córdova A., (...)

« Nous avons représenté la légalité durant la lutte armée, et nous sommes actuellement les révolutionnaires, non seulement de la nation mexicaine, mais aussi les révolutionnaires de l’Amérique latine, les révolutionnaires de l’Univers30. »

  • 31 Ibid., p. 499.
  • 32 El Demócrata, 10-06-1916.
  • 33 El Demócrata, 15-06-1916.
  • 34 El Pueblo, 28-06-1916.
  • 35 Ibid.
  • 36 El Demócrata, 28-06-1916.

12Pour Carranza, tout opposait l’Amérique latine, porteuse de valeurs universelles, à la guerre européenne, fruit des « grands intérêts privés31 ». Sa doctrine pacifiste ne fut que partiellement mise à mal par l’expédition punitive dont fut victime le Mexique en 1916 et par la fièvre obsidionale qui s’empara du pays : devant les étudiantes de l’École normale et en présence de la vice-présidente du CLEDF (Adelaida Argüelles), Carranza rappela que le Mexique – qui par sa Révolution avait selon lui contribué au rapprochement latino-américain – pourrait si nécessaire tenir en respect le voisin du Nord32. Le 13 juin 1916, en visite à l’École normale masculine, le « Chef suprême » assigna aux étudiants mexicains la mission suivante : « Vous devez travailler, non seulement pour l’unification de la race latine sur les deux continents, mais aussi pour les idées universelles du Bien et de la Justice partout dans le monde33. » Le 27 juin 1916, après un meeting au théâtre Lírico, une commission d’étudiants de l’ENJ, fidèle à l’idéal pacifiste latino-américain prôné par Carranza et consciente de la nécessaire défense nationale, proposa de préparer les jeunes Mexicains à la guerre mais aussi de sillonner le sud du continent, afin de constituer un bloc étudiant latino-américain médiateur pour éviter le choc mexicano-américain qui semblait imminent34. Le même jour, Carranza souligna devant les étudiants le rôle particulier du Mexique révolutionnaire : leur pays était, du fait de sa position géopolitique, le « gardien de la race » et de la souveraineté des États latino-américains35. S’il fallait préparer la guerre, c’était pour mieux protéger « nos sœurs les républiques latino-américaines36 ». Quand le spectre de la guerre avec les États-Unis disparut, Carranza préconisa, face à la « guerre européenne », le neutralisme et le pacifisme, posture qui fut officiellement adoptée par le CLEDF et les congrès locaux étudiants provinciaux en 1917.

  • 37 Meyer L., La marca del nacionalismo, Mexico, Colmex, 2010, p. 34.
  • 38 Dans La Doctrina Carranza y el acercamiento indoamericano (1919), Hermila Galindo, interpr (...)
  • 39 « Viva Carranza y muera Wilson » (lettre à sa mère, Caracas, 29-05-1920). Pellicer C., op. (...)
  • 40 Lettre à son père, Caracas, 08-06-1920. Pellicer C., op. cit., p. 222.

13Les prises de position successives de Carranza furent ensuite synthétisées. Son message au Congrès en septembre 1918 fut l’occasion de clarifier sa doctrine internationale. La non-intervention d’un État dans les affaires d’un autre, l’égalité juridique des États et le droit des nations à l’auto-détermination en étaient les fondements37. Le « rapprochement indo-américain » restait un aspect essentiel38. Fin 1918, au moment où la question pétrolière vint tendre les relations entre le Mexique et le voisin du Nord, la doctrine Carranza fut proclamée comme l’antithèse de la doctrine Monroe. Durant des décennies, elle demeura une norme pour les gouvernements révolutionnaires. Envoyé par la FEDF en Colombie, Carlos Pellicer fit à maintes reprises l’éloge de Carranza dans le courrier qu’il envoya à sa famille39. L’assassinat du président, en mai 1920, le consterna40.

  • 41 Fell C., op. cit., p. 557-558.
  • 42 Sosa de León M., La crisis diplomática entre Venezuela y México, 1920-1935 : visión histór (...)
  • 43 El Demócrata, 21-09-1921.
  • 44 Ibid.
  • 45 Fell C., op. cit., p. 565.
  • 46 Ibid., p. 567.
  • 47 Ibid., p. 594-638.
  • 48 Yankelevich P., « Las redes intelectuales de la solidaridad latinoamericana : José Ingenie (...)
  • 49 « Conferencia leída por Gabriela Mistral en la Federación de Estudiantes Mexicanos », Bole (...)
  • 50 Pakkasvirta J., op. cit., p. 85 et 93.
  • 51 Melgarbao R., « Redes del exilio aprista en México (1923-1924) : una aproximación », in Ya (...)

14Durant la première moitié des années 1920, le flambeau de l’hispano-américanisme fut repris par un autre révolutionnaire, ennemi viscéral de Carranza : José Vasconcelos. Si le Vasconcelos théoricien de l’identité passionna les étudiants livresques, le Vasconcelos politique les électrisa et les mobilisa. L’apôtre de l’éducation imprima sa marque en dehors de son domaine de compétence, provoquant par là même de nombreux incidents diplomatiques. Le 12 octobre 1920, fête de la Race, Vasconcelos, alors recteur de l’Université nationale, expliqua devant un parterre de diplomates et d’étudiants que deux tyrans venaient de tomber : Venustiano Carranza au Mexique, Manuel Estrada Cabrera au Guatemala41. Or, un autre dictateur, tel un anachronique Porfirio Díaz, venait de se faire réélire : il s’agissait du vénézuelien Juan Vicente Gómez, lequel selon Vasconcelos, devait être renversé. Bien que le recteur eût prétendu s’exprimer en tant que simple citoyen, l’incident provoqua une crise diplomatique de 15 ans entre les deux pays42. Comme Carranza auparavant, Vasconcelos s’adressait expressément aux étudiants, leur demandant de manifester pour la liberté au Venezuela : ces derniers se mobilisèrent immédiatement. Toutefois, à la différence de la doctrine Carranza, l’hispano-américanisme révolutionnaire de Vasconcelos n’était pas un rapprochement œcuménique : il impliquait la fin du caudillisme et l’avènement d’une Amérique nouvelle. Le charismatique recteur de l’Université apposa aussi son sceau sur le Congrès international étudiant de septembre 1921 : dans son discours d’inauguration, Vasconcelos invita les étudiants « hispano-américains » à adopter des positions communes face aux autres congressistes présents. « Je crois que votre devoir est de ne pas organiser les votes par nationalités, mais par races », souligna le recteur qui différenciait explicitement « pays étrangers » et « pays frères43 ». La consigne fut suivie d’effet. Vasconcelos, promoteur et président d’honneur du congrès, s’avéra un des éléments moteurs de la réunion. Le recteur confia une mission rédemptrice aux étudiants : après « le désastre des peuples » – la Grande Guerre – les congressistes devaient faire triompher les nouvelles tables de la loi, à savoir les principes d’organisation destinés à faire régner la justice sociale44. Ce discours était en partie inspiré par le manifeste aux étudiants et intellectuels latino-américains, signé par Anatole France et Henri Barbusse45. À l’issue du congrès international, Vasconcelos promut la création d’une éphémère Fédération des intellectuels latino-américains. Quasi morte née, cette organisation aurait dû travailler à « l’abolition de toutes les tyrannies, aussi bien politiques qu’économiques, et pour que, dans tous les pays [formant] l’union latino-américaine, Espagne incluse, [s’eussent établis] non seulement des régimes démocratiques et républicains mais aussi le socialisme avancé46 ». L’année suivante, en 1922, Vasconcelos propagea son hispano-américanisme révolutionnaire en Amérique du Sud47. Lors de sa venue en Argentine, José Ingenieros lui rendit hommage en prononçant un discours intitulé « Pour l’Union latino-américaine », discours ensuite à l’origine de l’organisation du même nom48. Figure exemplaire aux yeux des étudiants mexicains, le ministre Vasconcelos fut aussi le passeur des latino-américanismes du cône Sud, introduisant en 1923 la Chilienne Gabriela Mistral et l’Argentin Alfredo Palacios auprès de la jeunesse des écoles49. Ces intellectuels étrangers communiaient dans l’éloge du Mexique révolutionnaire, « gardien de la race », ce qui ne pouvait qu’aiguiser la conscience ibéro-américaine de ses étudiants. Vasconcelos permit aussi au leader étudiant péruvien Victor Raúl Haya de la Torre de s’exiler au Mexique : quelques années plus tard, ce dernier fonda l’Alliance populaire révolutionnaire américaine (APRA), organisation anti-impérialiste dont l’une des références fondamentales était la Révolution mexicaine50. Le mythe voulait que l’APRA fût officiellement fondée le 7 mai 1924 par la remise du drapeau indo-américain, par Haya de la Torre, à la FEM51. Si Vasconcelos ne fut pas la seule figure révolutionnaire appelant à l’unité hispano-américaine au début des années 1920, son action marqua profondément les étudiants.

  • 52 Meyer L., op. cit., p. 48.
  • 53 Ibid., p. 44-45 et 54-57.
  • 54 Ibid., p. 57-58. Loi fidèle au projet de 1925, octroyant des concessions de 50 ans en cas (...)
  • 55 El Informador, 29-01-1926.
  • 56 Commission composée de F. Correa Icaza, F. Gutiérrez Quintana, J. Treviño, M. Yáñez, M. Gu (...)
  • 57 El Informador, 07-02-1926.
  • 58 Ibid., 07-02-1926. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28.
  • 59 El Informador, 07-02-1926.
  • 60 Meyer L., op. cit., p. 61.

15Dans la seconde moitié des années 1920, les relations entre le Mexique révolutionnaire et les États-Unis se dégradèrent de nouveau. Aux yeux des étudiants mexicains comme latino-américains, la nation révolutionnaire s’affirmait une nouvelle fois comme l’ultime rempart face au Colosse du Nord. Si la fièvre obsidionale fut moins forte qu’en 1914 ou en 1916, la crise de 1925-1927 renforça assurément l’idéologie ibéro-américaine et anti-impérialiste des étudiants du pays. La « génération de 1929 », en gestation, connut ainsi la même angoisse que la « génération de 1915 » en son temps : la peur d’une guerre avec les États-Unis. Pour Washington, une intervention armée au Mexique demeura en effet une option possible jusqu’en 192752. Le regain de tension entre les deux pays était lié à la question pétrolière. Le président qui entra en fonction fin 1924, Calles, décida qu’il n’était pas tenu de respecter l’accord de Bucareli de 1923, qu’il jugeait contraire à l’intérêt national53. À l’initiative de l’Exécutif, le Congrès travailla à la formulation d’une loi sur le pétrole, fondée sur l’article 27 de la Constitution, lequel disposait que la nation était propriétaire du sol et du sous-sol du territoire. Les titres de propriété des compagnies pétrolières, obtenus avant 1917, devaient être remplacés par des « concessions » octroyées par l’État mexicain, limitées à 50 ans. Si ce principe de rétroactivité mécontentait fortement les entreprises des États-Unis, Washington craignait surtout que cette législation inspirât d’autres nations latino-américaines. Malgré l’hostilité du voisin du nord, la loi sur le pétrole fut votée fin 192554. Le IIIe Congrès étudiant se réunit en janvier 1926, dans ce contexte de tension grandissante. La « situation internationale » fut au cœur des débats. Un groupe de l’ENJ avait préalablement envoyé un télégramme explicitant le soutien étudiant au gouvernement55. Le président du congrès, Manuel Gudiño, choisit de confier l’épineuse question à une commission spéciale56. Le 29 janvier, les congressistes reçurent un message de soutien de la part des étudiants du Nicaragua, félicitant le Mexique en raison de l’attitude du président Calles face aux États-Unis57. Le même jour, la commission rendit son rapport, qui fut approuvé à l’unanimité. Considérant que le Mexique avait le droit de dicter des lois conformes à ses intérêts, que toute intromission d’un État étranger était une violation du droit des gens et que tout Mexicain devait défendre la souveraineté nationale, le IIIe Congrès déclarait publiquement être en accord avec l’attitude du gouvernement vis-à-vis des États-Unis58. Le congrès souhaitait envoyer ses conclusions à « tous les étudiants de l’Amérique latine », au gouvernement, à la presse nationale et internationale, et demander aux étudiants en droit des États-Unis de se prononcer sur la question59. Toutefois, la tension ne faiblit pas durant l’année 1926, les pétroliers refusant toute coopération avec les autorités60. Le Mexique se présentait de nouveau comme le paladin de l’anti-impérialisme, ce qui renforçait la conscience ibéro-américaine de ses étudiants. Le 20 novembre 1926, anniversaire de la Révolution, le comité organisateur du IVe Congrès soulignait ainsi l’importance de la prochaine rencontre étudiante :

  • 61 El Informador, 29-12-1926.

« la race pourra savoir si elle attend quelque chose de la jeunesse hispano-américaine […] les paroles de notre jeunesse seront la pointe avancée de l’idée révolutionnaire à travers le Continent, parce que le Mexique porte l’initiative de la Révolution en Amérique61 ».

  • 62 Calles fournit une modeste aide matérielle aux libéraux nicaraguayens (faite d’armes et de (...)
  • 63 Ibid., p. 62-63.
  • 64 Commission composée de J. Cantú Estrada, G. Rovirosa, A. Gómez Arias et S. Navarro Aceves. (...)
  • 65 El Informador, 18-01-1927.
  • 66 El Informador, 31-01-1927.
  • 67 El Informador, 01-02-1928. Cette proposition, faite au Sénat le 22 septembre 1927, eut une (...)

16Réuni en janvier 1927, le IVe Congrès se déroula dans un moment de grande tension. Dans la perspective d’une intervention armée, l’administration Coolidge cherchait à convaincre son opinion publique du caractère immoral et anti-américain du gouvernement Calles : la persécution religieuse et le soutien mexicain au président libéral du Nicaragua, Juan Sacasa, en étaient les preuves62. Au même moment, les marines revenaient au Nicaragua pour renforcer le pouvoir du conservateur Adolfo Díaz, seul président légitime aux yeux des États-Unis63. Face à la crise, le congrès étudiant nomma une commission chargée des questions internationales, notamment des relations entre le Mexique, le Nicaragua et les États-Unis64. Le IVe Congrès décida finalement d’envoyer un message de soutien au gouvernement libéral de Sacasa, mais pas à Calles65. S’ils prenaient leurs distances avec le président, les congressistes continuaient de faire leur la mission de la nation révolutionnaire : « notre pays s’est effectivement constitué en défenseur de la race ibéro-américaine66 ». Lors du Ve Congrès, en 1928, ce fut en vertu de cette orientation qu’ils saluèrent l’audacieuse initiative du sénateur mexicain Higinio Álvarez, auteur d’un projet de « citoyenneté continentale67 ».

17Indissociables défenseurs de la Raza et de la Patria, les étudiants mexicains devinrent les chantres de l’idéal ibéro-américain à la lecture des théoriciens de l’américanité, à la lumière de la Révolution et dans l’angoisse des crises internationales. Une remarquable continuité unit ainsi les générations de 1915 et de 1929. Parallèlement à l’orientation ibéro-américaine des dirigeants révolutionnaires, un ibéro-américanisme étudiant se construisit de manière autonome, avec ses projets propres, lesquels étaient au service de la Patrie, de la « Race », mais aussi au bénéfice de la « classe étudiante » mexicaine.

Le mouvement étudiant, fer de lance de l’ibéro-américanisme du Mexique révolutionnaire

  • 68 El Pueblo, 20-10-1916.
  • 69 El Demócrata, 27-06-1916.

18En octobre 1916, soucieuse de développer la « solidarité étudiante américaine », la commission du CLEDF chargée d’organiser le Second Congrès invitait les jeunes à réfléchir aux relations internationales du mouvement étudiant en formation. L’appel pour le congrès divisait, telle une évidence, les étudiants des autres pays en trois catégories : d’un côté, les étudiants d’Amérique centrale et du Sud, de l’autre, les Nord-Américains, enfin, « les étudiants non américains ». Si les Mexicains devaient nécessairement entretenir des liens de type différent avec ces trois catégories, un même objectif justifiait l’insertion internationale du mouvement étudiant balbutiant : obtenir « l’élévation du prestige national ». « Le Mexique est considéré comme le lieu central des relations étudiantes américaines. Via ces relations, [le congrès étudiant] défendra les intérêts et droits mexicains », disposait l’appel68. Les fondateurs du CLEDF avaient déjà commencé à prendre contact avec la Ligue des étudiants américains, domiciliée à Montevideo, comme recours extérieur face à l’expédition punitive69. Ce fut donc par anti-impérialisme et pour des raisons de défense nationale, que les étudiants mexicains se tournèrent vers leurs homologues latino-américains.

  • 70 Le panaméricanisme fut un courant cherchant l’union de toutes les républiques du continent (...)

19Pour la « génération de 1915 », l’horizon d’attente fut l’union hispano-américaine ou « l’union des peuples indo-latins », l’Espagne y étant parfois incluse, parfois exclue. Ce projet d’union était indissociable d’un éloignement vis-à-vis des États-Unis, ibéro-américanisme rimant généralement avec anti-panaméricanisme et anti-yanquisme70. Poursuivant l’élan racial de leurs prédécesseurs, les cohortes étudiantes des années 1920 se tournèrent davantage vers la « Mère Espagne », faisant de l’union ibéro-américaine un projet clairement post-impérial, devant réunir tous les pays de langue espagnole ou portugaise, Philippines incluses.

Face à « l’ennemi naturel »

  • 71 Téllez G., « Conocer al enemigo para luchar contra él », San-Ev-Ank, 24-10-1918, p. 1-2.
  • 72 El Universal, 22-01-1917.
  • 73 ASRE, exp. 17-8-25.
  • 74 El Universal, 13-11-1917.
  • 75 Palma G., « Los problemas de América », Cooperación, mars 1923, t. 1, no 4, p. 32 (1918).

20Durant toute la Révolution, les étudiants mexicains considérèrent les États-Unis comme l’« ennemi naturel71 ». Leurs représentants essayèrent parfois de trouver des interlocuteurs légitimes de l’autre côté du Río Bravo. Dans le même temps, ils tentèrent de mobiliser systématiquement les étudiants d’Amérique centrale et du Sud au service de leur cause anti-impérialiste. Ainsi, en janvier 1917, le CLEDF invita les étudiants du continent à protester contre l’intervention des États-Unis en République dominicaine72. Pour les mêmes raisons, l’organisation étudiante envoya une missive alarmée à l’Union panaméricaine et à l’American Federation of Labor de Samuel Gompers73. Afin d’éviter toute nouvelle intervention armée des États-Unis au Mexique, le CLEDF puis la FEDF, s’adressèrent à plusieurs reprises – dans les moments de tension uniquement – aux étudiants du « Colosse du Nord ». Si le mouvement étudiant mexicain développa, de manière spectaculaire, ses liens avec ses homologues latino-américains, il n’entretint pas de relations spécifiques avec les étudiants des universités nord-américaines. Créée fin 1917, à l’initiative du jeune Vicente Lombardo Toledano, l’éphémère « commission mexicano-américaine » du CLEDF, qui cherchait à rapprocher les étudiants des deux pays, fut l’exception qui confirma la règle74. D’autres représentants étudiants, sans rien renier de leur anti-yanquisme, étaient conscients de leur commune appartenance au « vieux tronc blanc » et se déclaraient solidaires des États-Unis face au « péril jaune » représenté par l’impérialisme du Japon75.

  • 76 El Informador, 12-10-1918.
  • 77 El Universal, 12-03-1919. La FEDF envoya à cet effet une délégation spéciale à New York (C (...)
  • 78 El Universal, 27-08-1919.

21Le mouvement étudiant sut cependant agir avec pragmatisme, au moment où l’ambassadeur Henry Fletcher cherchait à structurer les échanges universitaires entre les deux voisins76. Si les contacts avec les étudiants du Nord n’étaient guère recherchés, les avantages matériels l’étaient assurément. Bourses d’études, réductions des frais d’inscription : tels furent les véritables objectifs du mouvement étudiant mexicain quand il s’intéressait aux États-Unis77. Il s’agissait de mieux connaître l’ennemi : la tension entre les deux pays ne faiblissait pas. En août 1919, la FEDF dut s’adresser aux étudiants des États-Unis comme à ceux d’Amérique latine pour conjurer le danger d’une intervention armée, d’autant plus terrifiante que l’Oncle Sam sortait victorieux de la Grande Guerre78. Conscients du péril, les étudiants n’exprimaient plus leur volonté d’en découdre, à l’inverse de 1916.

  • 79 ASRE, exp. 17-20-274, « Congreso permanente de estudiantes latino-americanos en los E.U. » (...)

22Aidé par la diplomatie mexicaine, le mouvement étudiant chercha même à agir de l’intérieur, aux États-Unis. Parvenu à Mexico le 8 mars 1920, le rapport confidentiel rédigé par l’étudiant Guillermo Dávila, membre de la FEDF et employé auxiliaire du consulat de New York, trahissait les véritables objectifs des étudiants mexicains79. Son projet était de créer aux États-Unis une union étudiante regroupant tous les Latino-Américains. Son « congrès permanent des étudiants latino-américains » avait pour but de « réveiller chez les étudiants latino-américains la conscience de la race » et de forger « un instrument d’action mexicaine dans ce pays ». Même si le consul expliquait que le projet du jeune Guillermo cherchait aussi à attirer « la classe étudiante anglo-américaine », cela demeurait un vœu pieux. En effet, l’organisation projetée s’intitulait officiellement « Confédération des étudiants de langue espagnole » et le mémorandum précisait que son champ d’action était « la caserne de l’ennemi ». Le combat était culturel : Dávila préconisait l’enseignement de l’espagnol, la propagande pro-Mexique et la « fondation de petites universités gratuites pour ouvriers », destinées à orienter l’opinion. Sous Carranza, le mouvement étudiant cherchait ainsi à contribuer aussi bien à la circulation de la Révolution mexicaine qu’à l’union hispano-américaine… en terre ennemie.

  • 80 Présidée par P. L. Green, la LPE fut fondée le 18 avril 1921 à l’université de Columbia, e (...)
  • 81 Palma G., « La Doctrina Monroe », Cooperación, janv. 1923, t. 1, no 2, p. 24-48.

23L’élan hispano-américain des étudiants de Mexico s’opposait clairement au Janus du Nord, qu’il prît la forme (détestable) de l’impérialisme ou (aimable) du panaméricanisme. Lorsque Washington lança une éphémère Ligue panaméricaine des étudiants (LPE) en avril 1921, ce fut Gabino A. Palma, le plus anti-impérialiste des fondateurs du CLEDF, qui représenta le Mexique au sein de l’organisation80. Alors que la LPE cherchait à réunir un Congrès panaméricain des étudiants à Mexico en 1921, la FEDF décida d’organiser le Congrès international des étudiants, à forte composante latino-américaine. D’apparence sémantique, la bataille était politique. Ce fut précisément Palma qui, profitant de ses contacts new-yorkais, fut à l’origine du Congrès international de Mexico. Devant les congressistes étudiants, ce dernier se livra à un réquisitoire implacable contre les interprétations expansionnistes de la « doctrine Monroe81 ». Les conclusions finales du congrès étaient sans équivoque concernant la politique agressive du « Colosse du Nord » :

  • 82 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84.

« Le congrès international des étudiants, contemplant l’avancée impérialiste qu’exerce le gouvernement des États-Unis sur Saint-Domingue et au Nicaragua, exprime sa protestation concernant l’attentat commis contre ces peuples faibles, qui se traduit même par la suppression des universités et des écoles82. »

  • 83 Cf. les résolutions de la Ve Conférence internationale américaine (Santiago du Chili, 25 m (...)

24Face à cette offensive radicale des étudiants latino-américains, l’Union panaméricaine s’intéressa soudainement au rôle des « sociétés étudiantes83 ».

  • 84 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28-29.
  • 85 El Informador, 21-01-1928.
  • 86 El Informador, 05-02-1928.

25L’anti-impérialisme fut dès lors un combat permanent. L’impérialisme « politique » et « économique » fut dénoncé lors du IIIe Congrès étudiant, début 192684. Début 1928, le Ve Congrès s’adressa aux délégués de la VIe Conférence panaméricaine, réunis à La Havane, pour protester contre les « événements du Nicaragua » et « démontrer sa sympathie envers le général Augusto Sandino85 ». Prétendant parler au nom de la jeunesse mexicaine, le Ve Congrès établit une nouvelle déclaration de principes, rendant publique « sa franche réprobation envers la politique impérialiste des États-Unis86 ». Par ses positions, le mouvement étudiant mexicain apparaissait comme l’avant-garde révolutionnaire de l’opposition à la politique étrangère des États-Unis. Mieux tenir à distance le Colosse du Nord impliquait évidemment de formuler une alternative, en matière de relations internationales étudiantes comme en politique internationale.

Unir l’Ibéro-Amérique par ses étudiants

26Les étudiants mexicains cherchèrent à unir l’Ibéro-Amérique par différents moyens. Tous pensaient que la construction ibéro-américaine devait se faire par leur biais, que cela fût par les échanges universitaires ou par la formation d’une confédération étudiante internationale – de préférence étroitement liée à Mexico. Leurs représentants réussirent, sans difficultés, à convaincre les gouvernements révolutionnaires du bien-fondé de ces méthodes : cette jeunesse dorée n’était-elle pas l’antithèse du barbarous Mexico dépeint par les agences de presse internationales et Hollywood ? Pour les étudiants, la construction ibéro-américaine devait commencer par la culture et l’éducation : les universités hispano-américaines devaient forger une culture commune, laquelle devait servir à inculquer aux masses un sentiment d’appartenance à la grande patrie. Cette culture devait se diffuser grâce aux différents systèmes scolaires, mais aussi par les étudiants, champions de l’« extension universitaire ». Les représentants étudiants les plus ambitieux préconisaient, outre ce rapprochement culturel, un rapprochement économique et politique. Ces projets ibéro-américains étaient similaires à ceux de l’Union panaméricaine, mais sans les États-Unis et sans référence à la civilisation anglo-saxonne. Apôtres de l’union, les représentants étudiants purent donc jouer un rôle international « pro-latino », en symbiose avec les gouvernements révolutionnaires : ils pouvaient être tour à tour, les hôtes les plus accueillants, les ambassadeurs les mieux accueillis ou des propagandistes audacieux dont on faisait l’éloge ou dont on excusait les outrances.

  • 87 Commission composée de J. Prieto Laurens, E. Soto Peimbert, M. Torner, M. I. Fierro, V. Lo (...)
  • 88 El Universal, 25-03-1917. Les citations suivantes en sont extraites.

27Dès sa première année d’existence, le CLEDF chercha à contribuer à l’union continentale, en développant les liens entre étudiants. Représenté par une commission spéciale lors du Second Congrès pédagogique, réuni à Coahuila en février 1917, le CLEDF fit voter une initiative visant à promouvoir les échanges de professeurs et d’étudiants en Amérique latine87. Le 24 mars, les étudiants s’entretenaient à ce sujet avec le ministre des relations extérieures88. Ces derniers soulevaient un paradoxe : les étudiants étaient toujours envoyés en Europe ou aux États-Unis pour se perfectionner et jamais dans les pays « frères » : « on a presque toujours cherché à nous imposer des systèmes et des coutumes qui s’avèrent exotiques dans notre milieu indo-latin ». Le CLEDF proposait ainsi au ministre Cándido Aguilar de sélectionner le « Corps consulaire et diplomatique mexicain », envoyé en Amérique, « parmi les jeunes intellectuels de toute la République, en particulier parmi les universitaires et normaliens de la capitale et des États, qui [appartinssent] à la Confédération des étudiants mexicains ». Cette dernière n’existait alors que sur le papier. Pour construire l’Amérique latine future, le CLEDF cherchait à se façonner comme une organisation aux ramifications latino-américaines, avant même d’avoir réellement obtenu l’union nationale. S’inspirant d’un modèle salvadorien, le CLEDF proposait que les étudiants sélectionnés s’occupassent des « charges secondaires » dans les consulats et légations mexicains, afin de financer leurs études dans un autre pays de la Grande Patrie, tout en contribuant au rapprochement de ses peuples. L’idée tarda cependant deux ans avant de se concrétiser, après un long lobbying : les premiers agredados estudiantiles (« attachés étudiants ») partirent pour les républiques américaines début 1919.

  • 89 Prieto Laurens J., « La unión de los estudiantes », La Voz del Joven, 17-02-1917, p. 18.
  • 90 Le CLEDF correspondait avec la Liga Internacional Universitaria Americana, la FECH, la FUB (...)
  • 91 Prieto Laurens J., « A los universitarios mexicanos… », El Universal, 29-03-1917.
  • 92 El Universal, 14-07-1917.
  • 93 El Universal, 17-07-1917.

28Les fondateurs du CLEDF étaient tout à fait conscients du retard mexicain en matière d’organisation étudiante : l’absence d’union nationale empêchait le bon développement des relations internationales du mouvement. Dès 1917, l’horizon fut de fonder la « Confédération des étudiants mexicains » afin qu’elle intégrât, dès que possible, la Ligue des étudiants américains, fondée à Montevideo en 190889. L’intégration du Mexique à cette internationale étudiante sud-américaine, dont l’activité en réalité faiblissait, devait permettre la création d’une « Alliance continentale des étudiants ». Dès 1917, le CLEDF commença à correspondre avec les fédérations étudiantes sud-américaines90. En mars de la même année, l’étudiant Prieto Laurens, partisan de « l’union des races neuves », invita ses homologues mexicains à rendre hommage au « Bolívar de la Jeunesse », Héctor Miranda, l’initiateur des congrès étudiants américains91. Le CLEDF chercha même à créer des « comités latino-américains » étudiants92. Chaque congrès local étudiant du Mexique devait avoir son « comité de propagande latino-américaine93 ». Dans la perspective de « l’union latino-américaine », ces comités devaient fonder des « bureaux d’information et de commerce interaméricain » et réfléchir aux moyens pratiques pour relier les peuples. En juillet 1917, l’auteur de l’initiative, Prieto Laurens, préconisait aussi :

  • 94 Ibid.

« la fondation d’Académies de Géographie et d’Histoire comparée de l’Amérique, la création de cours [dispensant de] telles matières dans les écoles secondaires de la République, et d’un journal, organe de la propagande culturelle et commerciale94 ».

  • 95 El Universal, 28-07-1917.
  • 96 El Universal, 18-08-1917.
  • 97 El Universal, 21-07-1917.

29Un comité latino-américain fut ainsi rapidement créé au sein du CLEDF95. Ce même comité se chargea de mettre en œuvre l’envoi d’étudiants vers les républiques sud-américaines96. L’idée avait été approuvée par Carranza et une première liste d’« attachés étudiants » potentiels parut en août 191797. Toutefois, avant d’être institutionnalisé, le modèle de l’étudiant-ambassadeur fut testé une première fois, durant une durée limitée.

  • 98 El Universal, 04-09, 09-09-1917. Sur ce voyage : ASRE, exp. 17-16-30, exp. 16-24-56. « Com (...)
  • 99 El Universal, 22-09-1917.
  • 100 Les étudiants arrivèrent au Pérou le 17 octobre, au Chili le 27, en Argentine le 16 décemb (...)
  • 101 Ils rencontrèrent successivement des membres de : la Fédération des étudiants du Pérou (F. (...)

30Fin septembre 1917, le ministère des Relations extérieures envoya deux étudiants du CLEDF en mission internationale dans le cône Sud : la tournée d’Enrique Soto Peimbert et d’Adolfo Desentis servit de manière indissociable le mouvement étudiant, la Révolution et l’union latino-américaine. Le prétexte fut une invitation formulée par les étudiants du Chili98. Les deux étudiants partirent pour la Nouvelle-Orléans afin de prendre un bateau pour Santiago99. Ils s’arrêtèrent brièvement au Pérou et consacrèrent l’essentiel de leur voyage à visiter le Chili, l’Argentine, l’Uruguay et le Brésil100. Desentis et Soto furent systématiquement accueillis par leurs homologues101. Les deux membres du CLEDF furent à chaque fois aidés, encadrés et surveillés par les représentants officiels du Mexique carranciste. Le voyage fut entièrement payé par la SRE. Par son intermédiaire, ils purent rencontrer les plus hautes autorités, dont les présidents du Chili (Sanfuentes) et de l’Argentine (Yrigoyen). Néanmoins, les échanges avec les autres jeunes furent les aspects les plus mémorables du voyage.

31Soucieux de développer les relations internationales du CLEDF, Soto Peimbert expliqua ainsi, le 14 novembre 1917, lors d’une veillée en hommage au Mexique à l’université de Santiago, l’histoire du mouvement étudiant dans son pays. Devant ses homologues de la FECH et Manuel Ugarte, Soto commença par dépeindre les « institutions étudiantes » du Mexique, les Sociétés d’élèves, le jalon qu’avait été le Premier Congrès national étudiant. Il mentionna ensuite l’importance du phénomène révolutionnaire qui avait permis la « reconnaissance officielle des institutions étudiantes ». Vue sous cet angle, la Révolution mexicaine devait nécessairement apparaître, aux étudiants chiliens, comme un processus fort différent que celui décrit par les agences de presse étrangères. Soto parlait en effet le même langage que les étudiants chiliens. Les objectifs de Mexico étaient les mêmes que ceux de Santiago : « indépendance de l’Université », « extension universitaire », action « auprès des ouvriers ». Le troisième point de son discours (« les étudiants dans la révolution ») expliquait le phénomène du point de vue des étudiants. Le Porfiriat était présenté comme le temps des privilèges (« La politique réservée aux favoris »). Soto consacra une part importante de son exposé aux (rares) étudiants révolutionnaires, les « jeunes figures remarquables : G. Espinosa Mireles, Enrique Estrada, Adolfo Cienfuegos y Camus, Manuel Pérez Treviño, etc., etc. ». Pour les jeunes Chiliens écoutant leurs semblables, l’image de la Révolution mexicaine s’en trouvait nécessairement modifiée. Le soir même, le chargé d’affaires mexicain résumait la veillée : « Ovations délirantes ».

  • 102 Bermann G., « Discurso en homenaje a los estudiantes mejicanos », Verbum, 1918, p. 80.
  • 103 El Universal, 21-07-1918.

32Le 28 novembre 1917, Soto Peimbert récidiva. Il expliqua, devant les jeunes du lycée de Concepción, l’histoire mexicaine, de l’indépendance jusqu’en 1917. Ce faisant, il intégrait la Revolución dans l’histoire des révolutions du pays, traçant une ligne droite reliant Hidalgo, Juárez et Carranza. La Révolution n’était pas un événement chaotique mais l’aboutissement du récit libéral, la troisième « étape » dans « le développement de notre nationalité ». Après l’« Indépendance » et la « Réforme », venait la « Révolution sociale ». Outre le détail des événements, plusieurs mots la résumaient : « Liberté économique et action sociale […] Nationalisme […] Travail de rapprochement » avec l’Amérique latine. La Révolution mexicaine pénétrait brusquement l’imaginaire de la jeunesse chilienne, comme celle d’Argentine qui saluait alors cette « révolution agraire102 ». Pour la SRE, l’essentiel fut que, du Pérou au Brésil, les jeunes du cône Sud eussent crié « ¡Viva México ! » Pour les étudiants mexicains, ce fut le début d’une politique de l’amitié, permettant de renforcer la communauté d’émotions naissantes entre les jeunes intellectuels latino-américains. Les gouvernements sud-américains semblèrent se saisir de l’occasion pour renforcer leurs liens avec le Mexique. Quand Desentis et Soto Peimbert revinrent sur le sol national, le CLEDF, en passe de devenir FEDF, chercha à inviter les étudiants chiliens, argentins et uruguayens au Mexique103. Le voyage avait été un succès.

  • 104 « Discurso de Venustiano Carranza al abrir las sesiones ordinarias del Congreso. 1 de sept (...)
  • 105 El Universal, 20-09-1918.

33Constatant le succès à petite échelle du modèle de l’étudiant-ambassadeur, le président Carranza se décida à donner à la FEDF les moyens de sa politique latino-américaine. Le 1er septembre 1918, au moment même où il définissait la « doctrine Carranza », le président souligna officiellement l’action du mouvement étudiant mexicain en faveur de la « confraternité latino-américaine104 ». Faisant table rase des procédures antérieures, cinq étudiants-ambassadeurs furent sélectionnés. La décision finale fut d’octroyer des bourses à ces étudiants, sans leur confier de poste dans les légations. Seule mission : « faire un travail de rapprochement » entre le Mexique et les républiques sud-américaines. Les finalités du système des étudiants-ambassadeurs étaient à court terme « l’échange culturel » et, à long terme, la socialisation commune des futures classes dirigeantes d’Amérique latine : les « relations amicales » étudiantes d’alors devaient se transformer en un futur « rapprochement intégral » des peuples « frères par le danger, par l’idéal et par le sang105 ». L’Amérique latine s’unirait par ses étudiants.

Tableau 4. – Cinq étudiants au service de la Révolution.

Source : El Universal, 12-09-1918. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 18.

  • 106 El Universal, 19-12-1918, 06-01-1919.
  • 107 Ses principaux correspondants furent ses deux parents. Pellicer C. (éd. et prol. S. I. Zaï (...)
  • 108 Lettre à son père (Bogotá, 09-02-1920), p. 196.
  • 109 Pellicer C., op. cit., p. XVII, XVIII, XXII, p. 105, p. 121-123, p. 152-153, p. 157, p. 17 (...)
  • 110 Pellicer C., op. cit., p. XX. Lettre à sa mère (Bogotá, 28-07-1919), p. 127.
  • 111 Lettre à sa mère (Bogotá, 22-09-1919), p. 143-144.
  • 112 Pellicer C., op. cit., p. XXI. Lettre à sa mère (Bogotá, 03-08-1920), p. 130.
  • 113 Lettre à sa mère (Bogotá, 17-08-1920), p. 136.
  • 114 Lettre à son père (Bogotá, 13-07-1920), p. 123.

34Voulant réaliser une « intense œuvre de propagande pro-Mexique » au Brésil, Pablo Campos Ortiz, qui devait terminer ses études à Rio de Janeiro, emporta dans ses valises 500 livres et de nombreuses partitions de musique106. Ses camarades partageaient la même ambition, servir la grande Patrie comme la petite, par l’action étudiante. La correspondance privée de Carlos Pellicer, « attaché étudiant » pour la Colombie, le Venezuela et l’Équateur, révèle la marge de manœuvre dont disposaient les jeunes Mexicains envoyés dans les « pays frères107 ». Arrivé fin décembre 1918 à Bogotá, le jeune poète tabasqueño ne reçut que deux messages de la FEDF durant toute l’année 1919108. Pellicer n’attendit pas les ordres de ses supérieurs, étudiants ou diplomates, pour agir. Consterné par la pédagogie archaïque du Colegio Mayor del Rosario où il s’était inscrit et par l’inaction étudiante, Pellicer œuvra durant toute l’année 1919 à organiser les étudiants colombiens : mettant à profit son expérience mexicaine, il favorisa la fondation de la Fédération des étudiants de Bogotá, malgré les attaques de l’Église colombienne contre lui109. Pour Pellicer, l’union des étudiants colombiens était nécessaire afin que ceux-ci entretinssent des relations avec leurs homologues étrangers déjà organisés. Menée parallèlement, la « propagande mexicaine » de Pellicer fut un succès : le 25 juillet 1919, le jeune étudiant mexicain donna sa première conférence à Bogotá, annoncée à grand renfort d’affiches110. Le 15 septembre, fête nationale mexicaine, il prononça une conférence sur l’indépendance du Mexique, qui s’acheva par une immense ovation. Le 16, une « grandiose manifestation étudiante en l’honneur du Mexique » vint saluer Pellicer près de son domicile : ses homologues colombiens criaient « À bas l’impérialisme yankee », « Vive le Mexique, Vive Carranza, et Vive Carlos Pellicer111 ! » Pellicer noua ainsi de nombreuses relations dans la capitale colombienne. Preuve du succès de l’ambassade étudiante, l’étudiant écrivait à ses proches : « Les gens disent que la véritable Légation du Mexique est ma chambre112. » Le jeune étudiant fut aussi un passeur culturel : il demandait régulièrement à ses parents de lui envoyer des recueils de poésie mexicaine, des partitions, des livres d’histoire et de géographie du Mexique, ce en plusieurs exemplaires, afin de les distribuer aux jeunes Colombiens113. Demandant à ses parents six exemplaires de la Constitution de 1917, ce fervent admirateur de Carranza contribua aussi à la circulation de la Révolution mexicaine chez les élites colombiennes114.

  • 115 Pellicer C., op. cit., p. XXIV-XXV.
  • 116 Lettre à son père (Caracas, 12-05-1920), p. 209.

35Après son séjour d’un an en Colombie, Pellicer se rendit au Venezuela en mars 1920115. Le pays du Libertador vivait sous le joug du « despote » Juan Vicente Gómez, « le plus canaille et vil des hommes », grand persécuteur des étudiants116. Cette ultime étape explique son rôle futur dans la campagne mexicaine anti-Gómez, fin 1920. L’arrivée d’Obregón au pouvoir mit fin à l’ambassade-étudiante de Pellicer. Promu par Carranza, le système des « attachés étudiants » s’arrêta sous les Sonoriens. Le nouveau régime donna cependant toutes latitudes à l’action internationale de ses étudiants.

36Durant la première moitié des années 1920, le mouvement étudiant mexicain fut travaillé par deux orientations apparemment contradictoires. D’un côté, ses représentants cherchèrent à changer le visage de leur Amérique, en renversant ses derniers tyrans, en empêchant à jamais ses guerres internes et en unifiant l’Amérique centrale, trop fragmentée à leurs yeux. De l’autre, ils se tournèrent avec une passion aveugle vers l’Espagne monarchique, dont ils louaient les legs multiples. En réalité, la coexistence de ce radicalisme latino-américain et de cette ferveur hispano-américaine croissante s’expliquait de deux manières : d’une part, le latino-américanisme était plus ancré que l’hispano-américanisme. D’autre part, l’Espagne était davantage perçue comme un mythe fondateur que comme une nation partageant le même destin. Elle faisait partie de la Grande Patrie, mais la « mère Espagne » n’était pas sur le même plan que ses « filles latino-américaines ». L’Espagne était un héritage : l’union ibéro-américaine ou hispano-américaine pouvait se faire avec ou sans elle. Cette double appréciation conduisit cependant les étudiants mexicains à prendre contact avec leurs homologues de la péninsule Ibérique.

  • 117 « Reseñas de la fiesta de la raza tomadas de la prensa de la capital », BUN, janv. 1921, t (...)
  • 118 El Heraldo de Mexico, 28-10-1920, BUN, janv. 1921, t. 1, no 3, p. 228-231.
  • 119 El Demócrata, 21-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 172-173.
  • 120 El Heraldo de México, 24-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 174-175.
  • 121 El Demócrata, 25-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 177-180. El Heraldo de México, 2 (...)
  • 122 El Demócrata, 27-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 191-194.
  • 123 Voir les articles de El Universal, El Heraldo de México, El Demócrata, Excélsior, tous par (...)
  • 124 Des commissions partirent pour : Guadalajara, Toluca, Pachuca, Puebla, Orizaba, Jalapa, Ve (...)
  • 125 Excélsior, 30-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 215-218.

37Le radicalisme latino-américain du mouvement étudiant mexicain ne saurait se comprendre sans le rôle tutélaire de Vasconcelos. Le recteur lança ses foudres contre le tyran vénézuelien Juan Vicente Gómez, le 12 octobre 1920, lors d’une fête de la Race où, par ailleurs, l’Espagne fut particulièrement célébrée117. Une manifestation étudiante s’en suivit. Toutefois, la naissance d’un fort mouvement anti-Gómez en 1920-1921 s’explique surtout par l’implication des dirigeants étudiants dans cette lutte de solidarité latino-américaine. Peu après le discours de Vasconcelos, la FEDF rendit public le rapport remis par l’expert en la matière, Carlos Pellicer118. Fin connaisseur du Venezuela, il résumait la situation du pays par le triptyque : « cruauté », « tyrannie », « terreur ». L’Université centrale était fermée depuis sept ans, plusieurs étudiants avaient été assassinés, torturés, 50000 Vénézuéliens étaient en exil, à cause de cet « homme d’une obèse vulgarité », « d’une absolue inculture ». Indifférent au charme feutré de la diplomatie, Pellicer invitait la jeunesse du Mexique, « jeunesse d’avant-garde », à protester contre le tyran. La connaissance réelle de l’Amérique latine, fruit de l’action internationale de la FEDF, conduisait les étudiants mexicains à délaisser l’œcuménisme latino-américain, indifférent aux situations internes des régions de la Grande Patrie, au profit d’un latino-américanisme anti-caudillos. Si l’anti-gomécisme ressurgit au printemps 1921, ce fut parce que les étudiants vénézuéliens demandèrent aux jeunes Mexicains de mener la bataille119. Les écoles de Mexico s’animèrent120. Le 24 avril 1921, leurs délégués se réunirent au sein de la FEDF et décidèrent à l’unanimité de mobiliser les étudiants de la capitale, des États et des universités du continent121. Le 27, El Demócrata publia la lettre désespérée d’un étudiant vénézuélien exilé à Cuba, adressée à Carlos Pellicer : il s’agissait d’un appel au combat contre les « maladies sociales et politiques qui [minaient] l’organisme du peuple latino-américain122 ». Le 28, la FEDF organisa un meeting dans l’amphithéâtre de l’ENP, suivi d’une « imposante manifestation » de 3000 étudiants, où de multiples orateurs défendirent la « Race » et le droit123. Parallèlement, les représentants de la FEDF sillonnèrent le pays pour convaincre leurs homologues du bien-fondé de la cause anti-Gómez : des manifestations de solidarité eurent ainsi lieu à Puebla et à Guadalajara124. Un message devait être envoyé au président Warren Harding, mais ne fut finalement pas transmis : il ne fallait pas donner préférence aux États-Unis « sur les Gouvernements d’Espagne et des Républiques latines d’Amérique125 ».

  • 126 El Demócrata, 08-05-1921, p. 3.
  • 127 Ce fut Antonio Caso, éternel ami de la classe étudiante, qui justifia la devise racialiste (...)

38Peu après ce large mouvement de solidarité, le mouvement étudiant mexicain fêta officiellement son cinquième anniversaire, en présence du président Obregón et des ambassadeurs espagnol et argentin126. Les messages rapportés par les « attachés étudiants » y furent lus, exaltant le rôle de la jeunesse révolutionnaire mexicaine. Lors de la cérémonie, le président étudiant entrant, Daniel Cosío Villegas, prêta serment devant Obregón et, au nom de la classe étudiante, protesta contre la dictature au Venezuela. Le radicalisme du mouvement étudiant mexicain recevait la bénédiction des Sonoriens. Ce fut durant cette cérémonie étudiante que l’Université officialisa sa nouvelle devise : « Par ma race parlera l’esprit127 ».

  • 128 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84, dont sont extraites les citations suivantes.
  • 129 El Demócrata, 13-10-1923. « Protesta contra el tirano de Venezuela », La antorcha estudian (...)

39Fin 1921, le radicalisme latino-américain des jeunes Mexicains exerça une grande influence sur les délégués présents au Congrès international étudiant de Mexico. Ce latino-américanisme de combat, en partie propre aux étudiants du Mexique révolutionnaire, se latino-américanisa. Les délégués firent entièrement leur la lutte anti-Gómez128. Viscéralement pacifistes, et ce davantage après la Grande Guerre, ils condamnèrent la « rétention de Tacna, Arica et Tarapacá » par le Chili, dans le litige territorial l’opposant au Pérou. Ils encouragèrent aussi l’unification de l’Amérique centrale, pièce nécessaire à la construction de l’Amérique latine future. Les campagnes de solidarité latino-américaine, contre Juan Vicente Gómez, ou contre son équivalent péruvien, Augusto Leguía, ressurgirent ainsi épisodiquement tout au long des années 1920129.

  • 130 El Universal, 07-04-1919.
  • 131 El Demócrata, 27-03-1916.
  • 132 El Demócrata, 25-03-1920.
  • 133 El Demócrata, 13-08-1920.
  • 134 Message signé par D. Cosío Villegas et R. Pous Ortiz. El Demócrata, 02-06-1921.
  • 135 Policromías, « Sección Hispano-Americana », mai 1921, p. 7.

40Aux yeux des étudiants mexicains, l’Espagne apparaissait parallèlement comme l’auxiliaire identitaire idéal de la construction latino-américaine. Cet hispano-américanisme impliquait nécessairement le développement des relations étudiantes entre les deux pays. Dès avril 1919, la FEDF chercha à nommer des correspondants mexicains à Madrid130. L’un d’eux, Raúl Carrancá, partit étudier dans la péninsule et permit l’établissement d’un premier contact. Venues d’Espagne, nombreuses étaient les voix qui prêchaient le rapprochement hispano-américain et s’adressaient aux étudiants mexicains131. Héritage ou actualité, l’Espagne fascinait. En mars 1920, la FEDF se chargea d’organiser la réception de l’écrivain espagnol Vicente Blasco Ibañez : sa venue fut célébrée par plusieurs milliers d’étudiants, avec en tête du cortège, des jeunes déguisés en Don Quichotte et Sancho Panza, puis des jeunes filles vêtues de costumes régionaux espagnols132. L’hispano-américanisme n’était d’ailleurs pas l’apanage des étudiants mexicains : à l’été 1920, Victor Raúl Haya de la Torre, président de la Fédération des étudiants péruviens, envoya à la FEDF un projet de fondation de comités étudiants « Pour le rapprochement hispano-américaniste133 ». Ces comités devaient essaimer dans toute « l’Amérique espagnole » et celui de Mexico devait mettre en branle le réseau des étudiants accrédités par la FEDF en Argentine, au Brésil, au Chili, en Uruguay, au Venezuela et en Espagne. Transmettant un message aux étudiants péruviens via Antonio Caso, en juin 1921, la FEDF rappelait qu’elle recherchait « l’union complète et fraternelle entre les peuples de langue espagnole, liés de manière naturelle par une communauté de traditions, d’idées et de sentiments134 ». Un mois avant, une revue étudiante de l’ENP avait résumé le sentiment général : « On peut dire que, dernièrement, une volonté de se connaître, un désir d’union a surgi entre les étudiants d’Espagne et de l’Amérique espagnole135. »

  • 136 ASRE, exp. 7-16-56.
  • 137 Si le premier congrès international étudiant eut lieu en 1865 à Liège, la première interna (...)
  • 138 ABC, 10-04-1921.
  • 139 ASRE, exp. 7-16-58.
  • 140 El Demócrata, 20-05-1921.
  • 141 « La organización del segundo congreso internacional de estudiantes », BUN, déc. 1921, vol (...)

41Référence identitaire de l’Amérique nouvelle, l’Espagne était aussi une ressource stratégique. Afin que la FEDF fût représentée au Premier Congrès international étudiant à Prague en avril 1921, le diplomate Alfonso Reyes, alors en poste à Madrid, accepta l’initiative des étudiants espagnols qui se proposaient de parler au nom de leurs homologues mexicains136. L’enjeu était capital et l’union faisait la force : il s’agissait de favoriser l’intégration des jeunes Mexicains aux relations internationales étudiantes, lesquelles étaient en complète réorganisation après la Grande Guerre137. Salas Viu, président de l’Union nationale des étudiants d’Espagne put ainsi prendre la parole au nom des Espagnols et Mexicains, soulignant la force « des peuples de langue espagnole138 ». Les relations entre étudiants espagnols et mexicains restaient toutefois tenues : les étudiants de la péninsule, invités, ne se rendirent pas au Congrès international étudiant de Mexico en septembre 1921139. En mai 1921, la FEDF procéda à la sélection de quatre étudiants boursiers devant partir pour l’Espagne140. L’un d’entre eux, Luis Enrique Erro, d’origine espagnole, se chargea de la représentation officielle des étudiants mexicains dans la péninsule. À Madrid, Erro tenta de donner chair à la Fédération internationale des étudiants (FIE), organisation que le Congrès international étudiant de Mexico avait souhaité fonder141. Ce fut un échec. Toutefois, l’organisation, qui aurait très bien pu s’appeler fédération hispano-américaine des étudiants, préfigurait clairement la CIADE, fondée en 1931.

  • 142 « De la Federación de Estudiantes de México al Exmo. Sr. Marqués de Figueroa, Presidente d (...)
  • 143 Ibid. La xénophobie révolutionnaire frappa les Espagnols (40 d’entre eux furent assassinés (...)
  • 144 ASRE, exp. 21-5.
  • 145 « Unión Juventud de Hispano-América de México », UIA, déc. 1924, p. 43.

42La mise en valeur de l’héritage hispanique était le moteur du lien hispano-mexicain. Répondant aux sollicitudes de l’UIA, à l’occasion de la fête de la Race en 1922, Benito Flores, président de la FEDF, expliquait le lien particulier unissant le continent à la péninsule : « l’Amérique hispanique est jeune et vierge ; l’Espagne, noble, forte et très généreuse142 ». Il appelait, en conséquence, le marquis de Figueroa, président de l’UIA, à faire en sorte que des échanges étudiants fussent organisés entre les deux pays. Niant l’hispanophobie populaire, Flores expliquait même que la Révolution avait ôté le « voile odieux » qui empêchait le peuple mexicain de contempler l’Espagne143. En 1923, la FEDF nomma un nouveau représentant en Espagne, José Antonio Riquelme144. En 1924, signe du renouveau hispanophile, une nouvelle officine du mouvement étudiant mexicain se consacrait exclusivement à louer l’Espagne éternelle145. Président de « l’Union Jeunesse d’Hispano-Amérique du Mexique », l’étudiant Luis Rubio Siliceo, chef du département technique de la FEDF en 1923, écrivait aux lecteurs espagnols que les Mexicains étaient en train de fortifier leur nationalité, après avoir connu des « révolutions intestines » qui les avaient affaiblis :

  • 146 Ibid.

« Nous avons besoin de trouver dans l’hispano-américanisme un auxiliaire, face au panaméricanisme écrasant […] Nous avons besoin de ressusciter les vertus de Moctezuma et du valeureux Atahualpa ; la hauteur des Mexicains et des Araucans ; le caractère indomptable d’Hernan Cortés ; de rappeler perpétuellement l’héroïsme des saints missionnaires qui semèrent la foi qui palpite encore dans nos consciences146. »

  • 147 Araquistain L., « La Juventud de América », La Antorcha, 27-12-1924, t. 1, no 13, p. 10. F (...)
  • 148 « Federación universitaria hispanoamericana », Revista de las Españas, janv.-févr. 1927, a (...)

43Si le monde étudiant mexicain était favorable à l’idée hispano-américaine, il faut noter que le centre de l’hispano-américanisme universitaire restait alors l’Université espagnole. La dictature de Miguel Primo de Rivera et l’UIA encouragèrent et encadrèrent une association d’étudiants latino-américains inscrits dans les universités espagnoles : née en 1924, cette Federación Universitaria Hispano Americana (FUHA, Fédération étudiante hispano-américaine) joua un rôle capital dans le maintien des liens entre les organisations étudiantes du monde hispanique147. Raúl Carrancá y Trujillo, évoqué précédemment, ancien membre du CLE de Mérida, représentait les étudiants mexicains au sein de cette association148.

  • 149 El Informador, 31-01-1927.

44Conciliant l’élan hispano-américain et la solidarité latino-américaine, le terme d’ibéro-américanisme s’imposa finalement au sein du mouvement étudiant. Le Congrès national étudiant de 1927 élabora un vaste plan d’action ibéro-américain, fort similaire à celui proposé dix ans plutôt par le jeune Jorge Prieto Laurens149. Ce plan ne se concrétisa toutefois qu’après 1929. La continuité restait frappante, une fois encore, entre les attentes de la « génération de 1915 » et les réalisations de la « génération de 1929 ». La conscience ibéro-américaine des étudiants mexicains se renforça nettement durant cet intervalle par l’implication volontaire du groupe dans l’organisation de la fête de la Race. Célébrée chaque 12 octobre, elle permit la mobilisation régulière de la jeunesse des écoles en faveur de son idéal.

La Fiesta de la Raza, fête étudiante, fête nationale ?

45Pierre angulaire du rapprochement des peuples, la fête de la Race fut essentiellement, dans le Mexique révolutionnaire, une fête étudiante. Fêtée sur les deux rives de l’Atlantique, elle favorisa échanges et connexions entre les étudiants de l’Ibéro-Amérique et les autres acteurs de ce mouvement de réconciliation internationale. Ardents défenseurs de l’idéal ibéro-américain, les étudiants mexicains cherchèrent logiquement à transformer cette cérémonie scolaire en fête nationale.

  • 150 Marcilhacy D., op. cit., p. 330-341.

46L’idée de faire du 12 octobre une fête civique avait été émise, pour la première fois, lors du IVe Congrès des américanistes, en 1881150. Fondée en 1885, l’UIA de Madrid avait été la première association à souhaiter inscrire cette date en lettres d’or dans les calendriers nationaux. Cette officine avait aussi été l’organisatrice de la première fête de la Race, célébrée en Espagne à l’occasion du quadricentenaire de la « Découverte », en 1892. Plusieurs républiques américaines s’étaient montrées sensibles à cette commémoration et avaient décrété le 12 octobre 1892 fête nationale. Les cérémonies saluant l’exploit de Colomb se propagèrent en Amérique latine au début des années 1900 et se généralisèrent à partir de 1913 et du début de la Grande Guerre. Durant le premier conflit mondial, le 12 octobre se racialisa : alors qu’auparavant cette cérémonie avait pu rimer aussi bien avec le panaméricanisme qu’avec l’ibéro-américanisme, elle devint soudain un marqueur identitaire pacifiste et anti-impérialiste, liant la Mère Patrie et ses filles latino-américaines contre le « Colosse du Nord ». Ainsi, quand les États-Unis intervinrent militairement en République dominicaine en 1916, ils interdirent dans l’île, toute propagande en faveur de la « fête de la Race » : le sens profond de cette célébration leur apparaissait bien différent du Colombus Day qu’ils organisaient pourtant à la même date.

  • 151 « Fiesta de la Raza », Boletín de la ENP, 01-11-1913, t. IV, no 4, p. 113-129.

47Au Mexique, les premières célébrations officielles de la fête de la Race eurent lieu en 1913 : le secrétaire à l’Instruction publique, le huertiste Nemesio García Naranjo, ordonna aux écoles publiques d’inscrire cette date dans leur calendrier. Il assista en personne à la cérémonie organisée par l’ENP, le 12 octobre 1913, animée par le professeur d’histoire et de géographie Miguel E. Schulz et par Telésforo García, représentant de la « Colonie espagnole » de Mexico151. Ce dernier sut répondre aux angoisses des jeunes élèves :

  • 152 Ibid., p. 117.

« Existe-t-il une race latine ? Et comme variété d’une race latine, existe-t-il une race hispano-américaine ? Poser la question revient à la résoudre par l’affirmative. Non seulement dans notre langue, dans notre littérature, dans notre vie effective, dans nos manifestations intellectuelles, mais aussi dans ce qui constitue l’être intime, dans ce qui concerne quelque chose de profond et substantiel, nous pouvons trouver sans effort ce centre indéplaçable […] ce pivot sur lequel tourne tout le mouvement, cette âme mère qui sollicite nos amours et embellit notre existence. Ceux qui le nient […] portent en eux un honteux penchant pour le suicide152. »

  • 153 El Universal, 13-10-1916, 11-10-1917. El Demócrata, 13-10-1917.
  • 154 El Demócrata, 13-10-1917.
  • 155 El Nacional, 24-09-1917.

48Dès son éclosion, le mouvement étudiant mexicain s’empara de la Race pour la brandir dans l’espace public : l’ancien auditoire captif des écoles marchait dans la rue pour incarner l’évidence. Si les membres du CLEDF ne firent que participer, à titre officiel, à la cérémonie du 12 octobre 1916, la jeune association étudiante organisa elle-même, en lien avec la mairie de Mexico, la fête de la Race de 1917153. Le rituel devint rapidement immuable : chaque année, les étudiants se réunissaient devant le monument à Colomb, point de départ d’une procession laïque dans les rues de Mexico. Les hymnes nationaux des républiques latino-américaines accompagnaient la jeunesse dorée dans sa démonstration. La journée s’achevait généralement par une veillée à l’ENP, en présence des autorités nationales, diplomatiques, des membres de la colonie espagnole et des familles de la bonne société. Cette célébration n’en était pas moins la fête des étudiants, corps latino-américain par excellence : le 12 octobre 1917, les étudiants achevèrent ainsi leur procession sur la Plaza del Carmen, qu’ils rebaptisèrent officiellement « Place des Étudiants », avec l’accord de la mairie154. Le soir, à l’ENP, ils écoutèrent le chargé d’affaires uruguayen, Pedro Erasmo Callorda, qui leur vanta les mérites d’Héctor Miranda, promoteur des congrès étudiants sud-américains et modèle de la nouvelle génération. Le CLEDF avait d’ailleurs décidé de célébrer le « Jour de l’étudiant » chaque 12 octobre, en vertu même des accords pris par les étudiants sud-américains155.

  • 156 El Universal, 13-10-1918.
  • 157 El Universal, 12-10-1919.
  • 158 El Universal, 13-10-1919.
  • 159 Ibid. La « china poblana » (chinoise de Puebla) et le « charro » (équivalent du gaucho arg (...)

49La fête de la Race permettait au mouvement étudiant d’affirmer sa force et ses ambitions : en 1918, cette jeunesse d’élite défilait école par école, « comme dans une parade militaire156 ». Le 12 octobre 1919, le jeune Antonio Pozzi rappelait dans la page étudiante d’El Universal que les « classes étudiantes de l’Hispano-Amérique » étaient les plus à même de parvenir à « l’union de la Race157 ». Le même jour, ses camarades rivalisaient d’imagination pour assurer le succès de la célébration158. Une impressionnante caravelle prenait la tête du défilé étudiant, dirigé par un étudiant déguisé en Christophe Colomb. Deux autres étudiants, sous les traits de Don Quichotte et de Sancho Panza, le suivaient, sous les ovations du public. Venait ensuite un « autre char allégorique rempli d’Indiens et d’Indiennes, de chinas poblanas et de charros, qui portaient au centre, sur un piédestal, l’empereur Cuauhtémoc en personne159 ». L’histoire réconciliée de la Conquête, la littérature cervantine, l’élément indigène et le folklore paradaient ensemble. Les étudiants assénaient une leçon d’identité nationale aux passants. Le cortège se terminait par les mots « Mexique » et « Espagne », dont les lettres lumineuses, portées par les étudiants, se détachaient d’un fonds constitué par les drapeaux des deux pays.

  • 160 El Demócrata, 11-10-1920.
  • 161 « De la Federación de Estudiantes de México al Exmo. Sr. Marqués de Figueroa, Presidente d (...)
  • 162 En 1922, le Trésor public versa de l’argent à la FEDF pour la fête de la Race. AGN, AO/PEC (...)

50Fête nationale espagnole depuis 1918, la Fiesta de la Raza était l’occasion d’affermir les liens entre l’Espagne et le Mexique. À cette occasion, les partisans de la réconciliation s’écrivaient de part et d’autre de l’Atlantique. En octobre 1920, la FEDF recevait une lettre du marquis de Figueroa, président de l’UIA, évoquant « l’unité de race » et la communauté de destin hispano-américaine160. En octobre 1922, c’était la FEDF qui écrivait au même marquis, se réjouissant des quelques minutes où des millions d’êtres allaient être enfin réunis, certains du « triomphe définitif de la race161 ». Les gouvernements révolutionnaires n’étaient pas hostiles à cette fête transatlantique et la finançaient162.

  • 163 « Unión Juventud de Hispano-América de Méjico », UIA, oct. 1924, p. 49.
  • 164 El Demócrata, 30-09-1924.
  • 165 El Informador, 31-01-1927.

51Conscient du rôle capital de la fête de la Race en termes identitaire et politique, le mouvement étudiant plaida rapidement pour transformer le rituel scolaire en célébration nationale. Écrivant au marquis de Figueroa en octobre 1924, le jeune président de « l’Union Jeunesse d’Hispano-Amérique du Mexique » rappelait l’importance du 12 octobre : « Cette fête constitue la pierre angulaire du rapprochement, d’abord spirituel, plus tard économique et politique, que nous recherchons163. » Dans le même message, Luis Rubio Silíceo critiquait le fait que le Mexique fût l’unique pays à n’avoir pas fait de la fête de la Race une célébration nationale. Pour y remédier, son association publiait le projet de décret qu’elle avait fait parvenir aux députés et sénateurs mexicains : « Article unique. Que l’on déclare fête nationale le 12 octobre de chaque année, en hommage à la nation espagnole et à Christophe Colomb, découvreur de l’Amérique ». L’union s’était aussi adressée au président Obregón fin septembre 1924. Toutefois, l’officialisation complète du 12 octobre tarda encore cinq ans. La Fiesta de la Raza était cependant devenue une institution étudiante, célébrée à Mexico, à Guadalajara comme à Saltillo164. Fait révélateur, le IVe Congrès de 1927 n’émit aucune proposition concernant la « fête de la Race », constatant que le rituel s’était généralisé, et préféra plancher sur la réalisation future d’un Congrès étudiant ibéro-américain165. En 1929, quelques mois seulement après la « révolution étudiante » de mai-juin, le président Portes Gil fit du 12 octobre une fête nationale : si le Mexique révolutionnaire fêtait officiellement la Race, c’était, dans une large mesure, parce que ses étudiants avaient su la faire sortir des cloîtres.

Figure 4. – Célébrer la « Race » : les caravelles étudiantes de Christophe Colomb, Don Quichotte et les Aztèques (1919).

Source : El Universal, 13-10-1919.

52Jeunesse ibéro-américaine par excellence, les étudiants du Mexique révolutionnaire surent s’approprier les multiples discours racialistes, convaincus de pouvoir unir et diriger, à terme, une nation, un continent, régénérés par l’héritage espagnol. Voyages, ambassades étudiantes, accréditations de jeunes représentants dans les pays de la Grande Patrie, messages de solidarité, communion raciale, participation aux congrès étudiants hispano-américains : la jeunesse intellectuelle mexicaine s’intégra rapidement à la sphère des relations internationales étudiantes. Cette sphère, en partie liée au bon vouloir des gouvernements, était un monde en soi. C’était dans ce monde que l’union ibéro-américaine se construisait. Si 1916-1929 fut le temps des projets, la période 1929-1936 fut le temps des réalisations concrètes.

Notes

1 Islas García L., « Antimperialismo », La antorcha estudiantil, 15-08-1928, p. 11.

2 Marcilhacy D., op. cit., p. 22-24.

3 Reynaud Paligot C., La république raciale : paradigme racial et idéologie républicaine (1860-1930), Paris, PUF, 2006.

4 González Undurraga C., « De la casta a la raza. El concepto de raza : un singular colectivo de la modernidad. México, 1750-1850 », HM, 2011, vol. 60, no 3, p. 1491-1525.

5 González Navarro M., « Las ideas raciales de los científicos, 1890-1910 », HM, 1988, vol. 37, no 4, p. 567.

6 Favre H, « Race et nation au Mexique. De l’indépendance à la révolution », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1994, 49e année, no 4, p. 951-976. Urías Horcasitas B., « Fisiología y moral en los estudios sobre las razas mexicanas : continuidades y rupturas (siglos XIX y XX) », Revista de Indias, 2005, vol. LXV, no 234, p. 355-374. Knight A., « Racism, Revolution and Indigenismo, 1910-1940 », in Graham R. (dir.), The Idea of Race in Latin America, 1870-1940, Austin, UT Press, 1990, p. 71-113.

7 Urías Horcasitas B., « El determinismo biológico en México : del darwinismo social a la sociología criminal », RMS, 1996, vol. 58, no 4, p. 114.

8 González Navarro M., art. cit., p. 566-577, pour les citations qui suivent.

9 Gleizer D., El exilio incómodo : México y los refugiados judíos, 1933-1945, Mexico, Colmex, 2011.

10 Pakkasvirta J., op. cit., p. 73-74.

11 Granados García A., « Congresos e intelectuales en los inicios de un proyecto y de una conciencia continental latinoamericana, 1826-1860 », in Granados García A. et Marichal C. (dir.), Construcción de las identidades latinoamericanas : ensayos de historia intelectual (siglos XIX y XX), Mexico, Colmex, 2004, p. 39-70.

12 Rojas R., « Retóricas de la raza. Intelectuales mexicanos ante la guerra del 98 », HM, 2000, vol. XLIV, no 4, p. 598-606.

13 Marcilhacy D., op. cit., p. 7-9. Pike f. b., Hispanismo, 1898-1936 : Spanish Conservatives and Liberals and their Relations with Spanish America, Londres, University of Notre Dame Press, 1971.

14 Rojas R., art. cit., p. 621-622.

15 El Pueblo, 21-06-1916.

16 El Universal, 15-09-1917.

17 Cérémonie organisée par le CLEDF et la société Ariel. El Universal, 15-09-1917.

18 Lombardo Toledano V., « La Universidad Nacional. Un estudio », in Lombardo Toledano V., op. cit., p. 12. El Universal, 25-02-1918.

19 Fell C., op. cit., p. 564.

20 Pakkasvirta J., op. cit., p. 84.

21 Vasconcelos faisait l’objet d’un véritable culte, tout comme Antonio Caso. « Dos hombres », La antorcha estudiantil, 15-08-1928, p. 4. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 39. Azuela S., op. cit., p. 46-48.

22 El Informador, 31-01-1927, p. 1 et 2. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 31.

23 Cité par Fell C., op. cit., p. 554.

24 Vasconcelos J. (trad. D. T. Jaen), The Cosmic Race. La raza cósmica : a Bilingual Edition, Baltimore, Johns Hopkins UP, 1997, p. 79.

25 Ibid., p. 59.

26 Ibid., p. 65.

27 En novembre 1919, dans une lettre à sa mère, l’étudiant Carlos Pellicer qualifiait Carranza de « premier homme d’État du continent ». Pellicer C., op. cit., p. 159.

28 « Discurso pronunciado por el C. Venustiano Carranza en San Luis Potosí, el 26 de diciembre de 1915 », in Córdova A., La ideología de la revolución mexicana : la formación del nuevo régimen, Mexico, Era, 1973, p. 499.

29 « Discurso pronunciado por el C. Venustiano Carranza en Matamoros, el 29 de noviembre de 1915 », in Córdova A., op. cit., p. 497.

30 « Discurso pronunciado por el C. Venustiano Carranza en San Luis Potosí… », in Córdova A., op. cit., p. 498.

31 Ibid., p. 499.

32 El Demócrata, 10-06-1916.

33 El Demócrata, 15-06-1916.

34 El Pueblo, 28-06-1916.

35 Ibid.

36 El Demócrata, 28-06-1916.

37 Meyer L., La marca del nacionalismo, Mexico, Colmex, 2010, p. 34.

38 Dans La Doctrina Carranza y el acercamiento indoamericano (1919), Hermila Galindo, interprète officielle de la doctrine, consacre de nombreuses pages à l’union latino-américaine.

39 « Viva Carranza y muera Wilson » (lettre à sa mère, Caracas, 29-05-1920). Pellicer C., op. cit., p. 220.

40 Lettre à son père, Caracas, 08-06-1920. Pellicer C., op. cit., p. 222.

41 Fell C., op. cit., p. 557-558.

42 Sosa de León M., La crisis diplomática entre Venezuela y México, 1920-1935 : visión histórica, Caracas, UCV, 2006.

43 El Demócrata, 21-09-1921.

44 Ibid.

45 Fell C., op. cit., p. 565.

46 Ibid., p. 567.

47 Ibid., p. 594-638.

48 Yankelevich P., « Las redes intelectuales de la solidaridad latinoamericana : José Ingenieros y Alfredo Palacios frente a la Revolución mexicana », RMS, 1996, vol. 58, no 4, p. 136-138. La Unión Latino Americana fut fondée en 1925. Pita A., La Unión Latino Americana y el Boletín Renovación : redes intelectuales y revistas culturales en la década de 1920, Mexico, Colmex, 2009.

49 « Conferencia leída por Gabriela Mistral en la Federación de Estudiantes Mexicanos », Boletín de la SEP, janv. 1923, t. 1, no 3, p. 179-182. Sur le voyage de Palacios au Mexique : Yankelevich P., art. cit., p. 138-140. À l’initiative d’Isidro Fabela et de Palacios, fut fondée une éphémère Alliance ibéro-américaine. Le président de la FEDF, B. Flores, signa l’acte de fondation.

50 Pakkasvirta J., op. cit., p. 85 et 93.

51 Melgarbao R., « Redes del exilio aprista en México (1923-1924) : una aproximación », in Yankelevich P., México, país refugio : la experiencia de los exilios en el siglo XX, Mexico, INAH, 2002, p. 245 et suivantes.

52 Meyer L., op. cit., p. 48.

53 Ibid., p. 44-45 et 54-57.

54 Ibid., p. 57-58. Loi fidèle au projet de 1925, octroyant des concessions de 50 ans en cas d’« acte positif », et rendant l’expropriation possible.

55 El Informador, 29-01-1926.

56 Commission composée de F. Correa Icaza, F. Gutiérrez Quintana, J. Treviño, M. Yáñez, M. Gudiño et de S. Navarro Aceves. Ibid., 29-01-1926.

57 El Informador, 07-02-1926.

58 Ibid., 07-02-1926. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28.

59 El Informador, 07-02-1926.

60 Meyer L., op. cit., p. 61.

61 El Informador, 29-12-1926.

62 Calles fournit une modeste aide matérielle aux libéraux nicaraguayens (faite d’armes et de munitions). Coolidge utilisa cet état de fait pour dénoncer le « bolchevisme » du président mexicain.

63 Ibid., p. 62-63.

64 Commission composée de J. Cantú Estrada, G. Rovirosa, A. Gómez Arias et S. Navarro Aceves. El Informador, 18-01-1927.

65 El Informador, 18-01-1927.

66 El Informador, 31-01-1927.

67 El Informador, 01-02-1928. Cette proposition, faite au Sénat le 22 septembre 1927, eut une importante répercussion, aussi bien dans la revue costaricaine Repertorio Americano (Pakkasvirta J., op. cit., p. 102), que dans celle de l’UIA (« Concepción de una ciudadanía hispano-americana », Revista de las Españas, janv.-févr. 1928, an III, no 17-18, p. 57).

68 El Pueblo, 20-10-1916.

69 El Demócrata, 27-06-1916.

70 Le panaméricanisme fut un courant cherchant l’union de toutes les républiques du continent américain. L’idée panaméricaine fut promue par le secrétaire d’État James Blaine lors de la Première Conférence internationale américaine (à Washington). Si les conférences successives se déroulèrent sur tout le continent (Mexico en 1901-1902, Rio en 1906, Buenos Aires en 1910, Santiago en 1923, La Havane en 1928), le siège de l’Union panaméricaine, fondée en 1910, était à Washington.

71 Téllez G., « Conocer al enemigo para luchar contra él », San-Ev-Ank, 24-10-1918, p. 1-2.

72 El Universal, 22-01-1917.

73 ASRE, exp. 17-8-25.

74 El Universal, 13-11-1917.

75 Palma G., « Los problemas de América », Cooperación, mars 1923, t. 1, no 4, p. 32 (1918).

76 El Informador, 12-10-1918.

77 El Universal, 12-03-1919. La FEDF envoya à cet effet une délégation spéciale à New York (C. Pellicer et A. Castro Leal).

78 El Universal, 27-08-1919.

79 ASRE, exp. 17-20-274, « Congreso permanente de estudiantes latino-americanos en los E.U. », 08-03-1920.

80 Présidée par P. L. Green, la LPE fut fondée le 18 avril 1921 à l’université de Columbia, en présence de l’ancien président de l’Union panaméricaine, J. Barret. « La Liga Panamericana de Estudiantes », Cooperación, déc. 1922, vol. 1, no 1, p. 63.

81 Palma G., « La Doctrina Monroe », Cooperación, janv. 1923, t. 1, no 2, p. 24-48.

82 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84.

83 Cf. les résolutions de la Ve Conférence internationale américaine (Santiago du Chili, 25 mars-3 mai 1923). Conferencias Internacionales Americanas : 1889-1936, Washington, Dotación Carnegie para la Paz Internacional, 1938, p. 261.

84 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28-29.

85 El Informador, 21-01-1928.

86 El Informador, 05-02-1928.

87 Commission composée de J. Prieto Laurens, E. Soto Peimbert, M. Torner, M. I. Fierro, V. Lombardo Toledano et M. Gómez Morin. El Universal, 04-03-1917.

88 El Universal, 25-03-1917. Les citations suivantes en sont extraites.

89 Prieto Laurens J., « La unión de los estudiantes », La Voz del Joven, 17-02-1917, p. 18.

90 Le CLEDF correspondait avec la Liga Internacional Universitaria Americana, la FECH, la FUBA, la Federación de Estudiantes de Uruguay, la Federación de Estudiantes de Lima et les étudiants colombiens. « Organizaciones estudiantiles », BUN, t. 1, déc. 1917, no 1, p. 246-247.

91 Prieto Laurens J., « A los universitarios mexicanos… », El Universal, 29-03-1917.

92 El Universal, 14-07-1917.

93 El Universal, 17-07-1917.

94 Ibid.

95 El Universal, 28-07-1917.

96 El Universal, 18-08-1917.

97 El Universal, 21-07-1917.

98 El Universal, 04-09, 09-09-1917. Sur ce voyage : ASRE, exp. 17-16-30, exp. 16-24-56. « Comisión de Estudiantes Mexicanos en Sudamérica », 12 de Octubre de 1917 : Fiesta de la Raza, Mexico, Segob, 1918, p. 111-132.

99 El Universal, 22-09-1917.

100 Les étudiants arrivèrent au Pérou le 17 octobre, au Chili le 27, en Argentine le 16 décembre, puis partirent du Brésil le 4 mars.

101 Ils rencontrèrent successivement des membres de : la Fédération des étudiants du Pérou (F. Quesada), la Fédération des étudiants de Valparaiso (D. de la Fuente), la Fédération des étudiants du Chili (C. Gutiérrez Urrutia), la Fédération des étudiants de Buenos Aires (E. Loubet), l’Association latino-américaine, l’Oficina Internacional Universitaria (dirigée par les étudiants uruguayens S. E. Reta et R. Jude), de l’Alliance académique et du Centre académique nationaliste brésiliens.

102 Bermann G., « Discurso en homenaje a los estudiantes mejicanos », Verbum, 1918, p. 80.

103 El Universal, 21-07-1918.

104 « Discurso de Venustiano Carranza al abrir las sesiones ordinarias del Congreso. 1 de septiembre de 1918 », Los presidentes de México ante la Nación : informes, manifiestos y documentos de 1821 a 1966, Mexico, Cámara de Diputados, 1966 : http://lanic.utexas.edu/larrp/pm/sample2/mexican/history/index.html.

105 El Universal, 20-09-1918.

106 El Universal, 19-12-1918, 06-01-1919.

107 Ses principaux correspondants furent ses deux parents. Pellicer C. (éd. et prol. S. I. Zaïtzeff), Correo familiar : 1918-1920, Mexico, Factoría, 1998. Les lettres suivantes en proviennent.

108 Lettre à son père (Bogotá, 09-02-1920), p. 196.

109 Pellicer C., op. cit., p. XVII, XVIII, XXII, p. 105, p. 121-123, p. 152-153, p. 157, p. 177. El Universal, 27-06-1919.

110 Pellicer C., op. cit., p. XX. Lettre à sa mère (Bogotá, 28-07-1919), p. 127.

111 Lettre à sa mère (Bogotá, 22-09-1919), p. 143-144.

112 Pellicer C., op. cit., p. XXI. Lettre à sa mère (Bogotá, 03-08-1920), p. 130.

113 Lettre à sa mère (Bogotá, 17-08-1920), p. 136.

114 Lettre à son père (Bogotá, 13-07-1920), p. 123.

115 Pellicer C., op. cit., p. XXIV-XXV.

116 Lettre à son père (Caracas, 12-05-1920), p. 209.

117 « Reseñas de la fiesta de la raza tomadas de la prensa de la capital », BUN, janv. 1921, t. 1, no 3, p. 169-170.

118 El Heraldo de Mexico, 28-10-1920, BUN, janv. 1921, t. 1, no 3, p. 228-231.

119 El Demócrata, 21-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 172-173.

120 El Heraldo de México, 24-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 174-175.

121 El Demócrata, 25-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 177-180. El Heraldo de México, 25-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 181-184.

122 El Demócrata, 27-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 191-194.

123 Voir les articles de El Universal, El Heraldo de México, El Demócrata, Excélsior, tous parus le 29-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 201-214.

124 Des commissions partirent pour : Guadalajara, Toluca, Pachuca, Puebla, Orizaba, Jalapa, Veracruz. El Heraldo de México, 28-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 196-198. El Informador, 03-05-1921.

125 Excélsior, 30-04-1921, BUN, juil. 1921, t. 2, no 5, p. 215-218.

126 El Demócrata, 08-05-1921, p. 3.

127 Ce fut Antonio Caso, éternel ami de la classe étudiante, qui justifia la devise racialiste (« por mi raza hablará el espíritu ») et le changement d’écusson au nom de l’idéal latino-américain (le nouvel écusson juxtaposait l’aigle aztèque et le condor des Andes, en référence à un poème de Rubén Darío).

128 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84, dont sont extraites les citations suivantes.

129 El Demócrata, 13-10-1923. « Protesta contra el tirano de Venezuela », La antorcha estudiantil, 11/1928, p. 46.

130 El Universal, 07-04-1919.

131 El Demócrata, 27-03-1916.

132 El Demócrata, 25-03-1920.

133 El Demócrata, 13-08-1920.

134 Message signé par D. Cosío Villegas et R. Pous Ortiz. El Demócrata, 02-06-1921.

135 Policromías, « Sección Hispano-Americana », mai 1921, p. 7.

136 ASRE, exp. 7-16-56.

137 Si le premier congrès international étudiant eut lieu en 1865 à Liège, la première internationale étudiante, Corda Fratres, fut fondée en 1898. Cette organisation déclina et la Confédération internationale des étudiants (CIE) prit ensuite le relais. Fondée en 1919 à Strasbourg, lors du huitième « Congrès national et interallié des étudiants », la CIE regroupait initialement les étudiants provenant de pays alliés ou neutres durant la Grande Guerre. Les membres fondateurs furent la France, la Belgique, le Luxembourg, l’Espagne, la Pologne, la Tchécoslovaquie et la Roumanie. Son premier président fut français, tout comme son secrétaire général, et la langue officielle de la CIE était celle de Molière. Les étudiants français bloquèrent l’intégration des Allemands jusqu’en 1930. Monchablon A., « La 1ère confédération internationale des étudiants (1919-1939) », in Morder R. et Rolland-Diamond C. (dir.), op. cit., p. 59 et suivantes.

138 ABC, 10-04-1921.

139 ASRE, exp. 7-16-58.

140 El Demócrata, 20-05-1921.

141 « La organización del segundo congreso internacional de estudiantes », BUN, déc. 1921, vol. 3, no 7, p. 77.

142 « De la Federación de Estudiantes de México al Exmo. Sr. Marqués de Figueroa, Presidente de la “Unión Ibero-Americana”, de Madrid », UIA, nov.-déc. 1922, p. 72-73.

143 Ibid. La xénophobie révolutionnaire frappa les Espagnols (40 d’entre eux furent assassinés en avril 1911). Durant les années 1920, les attaques verbales contre les gachupines (désignation péjorative des Espagnols) étaient monnaie courante, notamment contre les propriétaires terriens hostiles à la réforme agraire. González Navarro M., « Xenofobia y xenofilia durante la Revolución Mexicana », HM, 1969, vol. 18, no 4, p. 584-589.

144 ASRE, exp. 21-5.

145 « Unión Juventud de Hispano-América de México », UIA, déc. 1924, p. 43.

146 Ibid.

147 Araquistain L., « La Juventud de América », La Antorcha, 27-12-1924, t. 1, no 13, p. 10. FUHA, « Importante circular de la Federación Universitaria Hispanoamericana », La Antorcha, 07-02-1925, t. 1, no 19, p. 32.

148 « Federación universitaria hispanoamericana », Revista de las Españas, janv.-févr. 1927, an II, no 5-6, p. 154.

149 El Informador, 31-01-1927.

150 Marcilhacy D., op. cit., p. 330-341.

151 « Fiesta de la Raza », Boletín de la ENP, 01-11-1913, t. IV, no 4, p. 113-129.

152 Ibid., p. 117.

153 El Universal, 13-10-1916, 11-10-1917. El Demócrata, 13-10-1917.

154 El Demócrata, 13-10-1917.

155 El Nacional, 24-09-1917.

156 El Universal, 13-10-1918.

157 El Universal, 12-10-1919.

158 El Universal, 13-10-1919.

159 Ibid. La « china poblana » (chinoise de Puebla) et le « charro » (équivalent du gaucho argentin) étaient des éléments emblématiques du folklore mexicain.

160 El Demócrata, 11-10-1920.

161 « De la Federación de Estudiantes de México al Exmo. Sr. Marqués de Figueroa, Presidente de la “Unión Ibero-Americana”, de Madrid », UIA, nov.-déc. 1922, p. 72.

162 En 1922, le Trésor public versa de l’argent à la FEDF pour la fête de la Race. AGN, AO/PEC, exp. 805-F.

163 « Unión Juventud de Hispano-América de Méjico », UIA, oct. 1924, p. 49.

164 El Demócrata, 30-09-1924.

165 El Informador, 31-01-1927.

Table des illustrations

Légende Tableau 4. – Cinq étudiants au service de la Révolution.
Crédits Source : El Universal, 12-09-1918. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 18.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138724/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Figure 4. – Célébrer la « Race » : les caravelles étudiantes de Christophe Colomb, Don Quichotte et les Aztèques (1919).
Crédits Source : El Universal, 13-10-1919.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138724/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540