Desktop versionMobile version

La Révolution mexicaine

 | 
Romain Robinet

Troisième partie. Race et révolution : l’action ibéro-américaine du mouvement étudiant (1916-1939)

Introduction

Full text

  • 1 Les qualificatifs de l’espace identitaire de référence, « indo-latin », « indo-américain » (...)

1Communauté imaginée, la Race (Raza), qu’elle se dénommât « indo-latine » ou « hispano-américaine », obséda les étudiants comme les élites révolutionnaires1. Regroupement ethnique ou « sang de l’esprit » – selon l’expression de Miguel de Unamuno – la Raza fut célébrée par la jeunesse des écoles avec d’autant plus de ferveur qu’elle permettait de réunir l’ensemble de la « classe étudiante », transcendant ses rivalités politiques, ses querelles religieuses et dépassant ses barrières disciplinaires. La fête de la Race, chaque 12 octobre, ne commémorait pas seulement la supposée « découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb. Elle fortifiait l’esprit de corps d’une jeunesse lettrée qui, en faisant de ce rituel le marqueur absolu de son identité, affichait ainsi sa cohésion et légitimait sa place dans l’ordre social. La « classe étudiante » mexicaine, du fait de son adhésion aux orientations latino-américanistes et anti-impérialistes de la Revolución, se présentait comme le ferment et l’incarnation future d’une Ibéro-Amérique enfin réunie. La foi en la Raza, notion ethnoculturelle, appelait les étudiants mexicains à réfléchir à la nécessaire organisation d’une confédération étatique ibéro-américaine, laquelle impliquait le rapprochement politique, socio-économique, culturel et sentimental des peuples d’Amérique latine, de la péninsule Ibérique et des Philippines. Dès sa fondation, le mouvement étudiant mexicain s’appropria le discours racial pour devenir une avant-garde patriotique du rapprochement ibéro-américain, en parfaite intelligence avec les diplomates de la Révolution mexicaine : le rapprochement ibéro-américain était la membrane protectrice de la nation révolutionnaire, laquelle veillait ainsi plus strictement sur son limes, tenant à distance le « Colosse du Nord ». Les aspirations de la génération de 1915 furent réalisées par celle de 1929 : la première partie des années 1930 vit le mouvement mexicain devenir le centre névralgique du premier mouvement étudiant ibéro-américain pérenne, organisé en deux hydrides rivales (CIADE et CIDEC), deux internationales étudiantes nées à Mexico. Ces brèves années contribuèrent à accentuer les circulations ibéro-américaines de la Révolution mexicaine et de la Réforme universitaire. Les divisions entre étudiants mexicains à partir de 1933 et, plus encore, la guerre civile espagnole, déchirèrent le consensus racial. La Raza cessa alors d’être le dénominateur commun de la jeunesse des écoles pour devenir la référence identitaire des étudiants catholiques et conservateurs, fermement opposés à leurs camarades socialistes.

Notes

1 Les qualificatifs de l’espace identitaire de référence, « indo-latin », « indo-américain », « hispano-américain », « ibéro-américain » pouvaient être l’objet de débats : nommer ainsi une partie du continent permettait de valoriser l’apport indien ou de rattacher l’ensemble à la péninsule Ibérique, d’exclure ou non les peuples lusophones. Néanmoins, ces polémiques n’avaient souvent de sens que dans la mesure où elles étaient des logomachies utiles à l’existence médiatique de leurs auteurs. Dans son livre consacré à la « race ibéro-américaine », José Vasconcelos employait aussi bien les adjectifs « ibéro-américain », « latino-américain » que les dénominations « Amérique », « Amérique espagnole », « Amérique latine », « Amérique hispanique ». Sur la période étudiée, ce fut le terme iberoamericano qui fut le plus présent et le plus significatif.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search