Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution Mexicaine

 | 
Romain Robinet

Deuxième partie. Le mouvement étudiant contre la révolution mexicaine ? (1929-1939)

Chapitre VI

La grande bataille de « l’éducation socialiste » et la radicalisation de la révolution (1933-1939)

Texte intégral

  • 1 « Manifiesto a los Estudiantes de la República », Futuro, sept. 1934, p. 112.

« Les socialistes ne croient pas que, en transformant l’enseignement public au Mexique, la Révolution Sociale se fera. Les masses opprimées la feront le moment venu ; mais, comme un facteur de la lutte des classes, en soutien à la classe travailleuse, l’enseignement socialiste dans les écoles contribuera de manière puissante à la transformation du régime social dans lequel nous vivons1. »

  • 2 Lerner V., « Historia de la reforma educativa : 1933-1945 », HM, no 1, vol. 29, 1979, p. 9 (...)

1« L’école socialiste » fut, sans aucun doute, la réforme la plus radicale de la Révolution mexicaine en matière éducative2. Elle chercha, pendant plus d’une décennie, à faire du matérialisme historique et de la science, l’alpha et l’omega de tout enseignement, du primaire au supérieur. Elle suscita, dans cette société non sécularisée, des résistances considérables de la part des catholiques. De nombreux instituteurs furent alors mutilés pour avoir voulu enseigner des matières jugées subversives. Aujourd’hui encore, cette réforme surprend par sa radicalité. En décembre 1934, la réforme de l’article 3 de la Constitution renforça doctrinairement l’école laïque de la Révolution, en lui imposant une orientation anti-religieuse, scientifique et socialiste :

  • 3 Diario official, 13-12-1934.

« L’éducation qu’assure l’État sera socialiste et, en plus d’exclure toute doctrine religieuse, elle combattra le fanatisme et les préjugés. Pour ce faire, l’école organisera ses enseignements et activités de manière à créer chez la jeunesse un concept rationnel et exact de l’univers et de la vie sociale3. »

  • 4 Guevara Niebla G., op. cit., vol. 2, p. 19.
  • 5 Cette volonté de contrôler les consciences a été explicitement formulée par Calles, dans s (...)

2L’école et la culture étaient alors des « instruments de combat ». En ce sens, « l’école socialiste » était en partie l’héritière de « l’école rationaliste », théorisée et mise en pratique par l’Espagnol Francisco Ferrer au tournant du siècle. Au Mexique, « l’école rationaliste » avait successivement inspiré la Maison de l’ouvrier mondial (1915), plusieurs des constituants de 1917, les mouvements ouvrier et enseignant ainsi que les gouverneurs du Yucatán, du Tabasco et de Veracruz4. À la différence de la escuela moderna de Ferrer, la escuela socialista mexicaine était l’instrument de l’État. Face aux forces réactionnaires, la Révolution devait gagner la bataille des consciences5. Son idéologie serait finalement socialiste. « L’école socialiste » remplaçait « l’école laïque », jugée bourgeoise.

3À la lecture marxiste de l’histoire prévoyant la fin du capitalisme par ses contradictions propres, s’ajoutait la croyance dans le pouvoir transformateur de l’éducation. Il fallait, selon les partisans de la réforme, accélérer la désagrégation du système capitaliste en permettant l’avènement, par l’éducation, d’une société socialiste. L’urgence imposait d’établir le dogme socialiste de la petite école à l’Université. Dans le supérieur, ce dogme devait notamment favoriser l’essor des sciences sociales, face aux philosophies spiritualistes qui avaient contribué à l’anarchie idéologique du corps étudiant.

4Un secteur de la société mexicaine s’opposa avec une extrême vigueur à l’éducation socialiste : ce fut le mouvement étudiant de l’après-1929. En réalité, au lieu d’un rejet unanime, ce mouvement se divisa entre les opposants à la réforme, majoritaires, et les partisans de l’éducation socialiste, minoritaires. Les premiers, de filiation libérale ou catholique, d’extraction surtout universitaire, défendaient la liberté d’enseignement et l’autonomie, contre les intromissions de l’État et le nouveau dogme officiel. Les seconds, souvent inscrits dans les écoles techniques et normales étroitement contrôlées par la SEP, partisans de Cárdenas, et rejoints à partir de l’été 1935 par les jeunes communistes, jugeaient nécessaire l’imposition du credo marxiste et prêchaient la « socialisation de la culture ». La lutte entre ces deux courants laissa le mouvement étudiant représentatif exsangue. L’école socialiste divisa définitivement le mouvement étudiant, politiquement (en structurant un clivage « gauche/droite » auparavant sans fondements pérennes) et sectoriellement (en opposant frontalement le petit peuple des écoles normales et techniques aux « privilégiés » des tours d’ivoires universitaires).

5Si le mouvement étudiant universitaire s’opposa globalement à l’école et à l’université socialistes, il est impérieux de rappeler que cette réforme éducative avait d’abord germé au sein des organisations représentant la jeunesse scolaire. L’école socialiste avait été évoquée au Second Congrès national étudiant en 1921. Par la suite, un des futurs dirigeants du mouvement de mai 1929 avait demandé pour l’éducation, dès 1928, une « orientation claire et précise en matière scientifique, philosophique et sociale », cristallisant les « nouvelles valeurs créées par la Révolution sociale mexicaine ». Cette demande d’orientation faisait bien partie du programme de la Réforme universitaire : en plus de l’extension universitaire (premier pilier) et de l’autonomie (troisième pilier), le second pilier préconisait la modernisation et la mexicanisation du savoir. Il fallait donc créer l’école incarnant la Révolution mexicaine et ses valeurs. La réponse à cette demande s’élabora peu à peu, entre 1932 et 1933, au moment où la crise économique prenait une dimension mondiale. Une partie de la « génération de 1929 », inspirée par un membre de la « génération de 1915 », Vicente Lombardo Toledano, proposa que l’Université devînt la planificatrice de la transformation socialiste du pays. L’Université devait choisir une orientation décisive, matérialiste, anti-spiritualiste, favorable à l’étude scientifique des « grands problèmes nationaux ». L’idée d’une éducation socialiste fut ensuite étendue à l’ensemble du système éducatif. En ce sens, la dernière grande réforme éducative de la Révolution ne saurait se comprendre sans analyser le mouvement étudiant. Le principal problème fut que la nouvelle école se trouvât imposée par une alliance entre une poignée d’intellectuels révolutionnaires et une minorité d’étudiants. Liée à la volonté de faire de l’Université le phare de la pensée révolutionnaire (second pilier de la Réforme universitaire), elle se heurta de front au principe d’autonomie (troisième pilier), défendu bec et ongles par la majeure partie des étudiants. Au moment où la récession s’abattait sur le Mexique, la Reforma Universitaria mexicaine mourrait de ses contradictions et de son inachèvement. Seule l’idée d’extension universitaire (premier pilier) allait, par la suite, continuer à fédérer les étudiants, sous la forme du « service social ».

Autonomie universitaire ou Université révolutionnaire ? (1932-1934)

  • 6 « Discurso pronunciado por el rector de la Universidad, Abogado Ignacio García Téllez », U (...)

6À l’été 1932, le mouvement étudiant représentatif était à son apogée. Traversé par de sourdes rivalités, il était cependant parvenu à conserver son unité. Mais l’environnement était mouvant : le statu quo idéologique était impossible à l’heure des crises. Prononçant le discours de clôture du IXe Congrès national étudiant à l’été 1932, le recteur de l’Université rappelait aux jeunes délégués qu’ils ne pouvaient demeurer « neutres, oisifs ou contemplatifs6 ». Les étudiants devaient « socialiser » leur culture. La « socialisation de la culture » devait permettre aux classes travailleuses d’améliorer leurs compétences techniques mais aussi d’acquérir une conscience de classe, libérée de « l’obscure superstition ». L’Université devait être politique et orienter les masses. Le premier recteur de l’après-1929 l’encourageait ouvertement. Parmi les nombreux partisans d’une « Université politique », l’intellectuel Lombardo Toledano en vint à plaider progressivement pour une institution rénovée favorisant l’avènement d’une société socialiste. Ce n’était que pousser à son terme ultime la « Réforme universitaire ». Soutenu par une partie des représentants étudiants, Lombardo réussit peu à peu à conquérir les organes dirigeants de l’Université et du mouvement représentatif, dévoilant graduellement la véritable nature de son projet. L’imposition d’une orientation socialiste, perçue comme une négation de l’autonomie, enflamma, une fois révélée, le milieu universitaire.

« L’orientation idéologique de l’Université » : l’offensive de Lombardo et de ses alliés étudiants

  • 7 Krauze E., op. cit., p. 172.
  • 8 Ibid., p. 173.
  • 9 Lombardo Toledano V., Definiciones sobre derecho público, Mexico, Cultura, 1922, p. 13, ci (...)

7Vicente Lombardo Toledano commença à se rapprocher des organisations étudiantes après la « révolution universitaire de mai 1929 ». Lombardo se mit à entretenir une correspondance fournie avec le CASEU, l’UEPOC et la CNE. Qui était donc ce nouvel et actif collaborateur de la « classe étudiante » ? L’ancien membre du CLEDF était devenu, durant les années 1920, un penseur de l’éducation. Directeur d’une ENP réformée et modernisée par ses soins, Lombardo avait d’abord exposé ses idées, en septembre 1922, lors du Premier Congrès national des écoles préparatoires, tenu à son instigation7. Selon lui, l’éducation devait permettre à l’élève « d’affirmer par lui-même une valeur définie, congruente et synthétique sur le monde et la vie8 ». Lombardo cherchait alors un credo collectif, seul à même de purifier « l’esprit » des Mexicains et de « transformer leur anarchie intérieure en un jugement clair et humain sur l’existence9 ». En novembre 1924, lors de la VIe convention de la CROM, Vicente Lombardo avait précisé ses vues :

  • 10 Lombardo Toledano V., El problema de la educación en México, Mexico, Cultura, 1924, p. 16, (...)

« Les intérêts du prolétariat seront garantis le jour où l’université […] l’indépendance conquise, puisse rendre à la vie sociale, en lieu et place de directeurs et d’éléments pour une seule caste, un ensemble d’hommes surgis de toutes les sphères sociales, qui non seulement ne se constituent pas en obstacles pour le développement […] mais les anticipent, les canalisent et les surmontent10. »

8L’Université, dont l’autonomie était revendiquée, devait former des cadres capables de transformer la société – non des laquais au service de la bourgeoisie. Lombardo reformulait les aspirations de la Reforma Universitaria dans un sens radical. Il était alors à la recherche d’un dogme humaniste, permettant la transformation pacifique de la société.

  • 11 Lombardo Toledano V., « Prólogo al debate sobre Idealismo vs. Materialismo dialéctico publ (...)

9Peu à peu, au milieu des années 1920, Lombardo s’appropria les écrits de Marx. Marqué par sa formation spiritualiste, il décrivit plusieurs années plus tard sa découverte du marxisme comme une conversion religieuse11. Lecteur d’Henri Bergson et de William James, Lombardo croyait initialement en l’existence d’une hiérarchie des valeurs, la « valeur spirituelle » étant largement supérieure à la « valeur économique ». Après avoir été captivé par la quête mystique de son maître Antonio Caso, Lombardo s’interrogea longuement, réfléchissant à l’irruption traumatisante des masses durant la Révolution, masses pour qui la « valeur économique » semblait au-dessus de tout. La recherche individuelle de l’esprit, au sein de l’élite universitaire, apparaissait égoïste. Il fallait élaborer une valeur spirituelle collective, capable de transformer un système économique injuste. Or, cette valeur spirituelle collective ne pouvait qu’être le marxisme, nouvelle idéologie orientant les révolutions socialistes depuis la « Guerre européenne ».

  • 12 AUOM, lettre de Lombardo Toledano à Portes Gil, 26-05-1929.
  • 13 Lombardo Toledano V., « El sentido humanista de la Revolución Mexicana », Conferencias del (...)

10Le professeur Lombardo Toledano était assurément un marxiste hétérodoxe. En 1929, Lombardo put constater la force du mouvement étudiant et son potentiel pour résoudre les problèmes spirituels du Mexique. Pour l’ancien directeur de l’ENP, la grève étudiante de mai 1929 était un des symptômes du « problème éducatif national12 ». Elle révélait « le désastre éducatif en matière d’orientation sociale ». « La Révolution, pendant ce temps, continue d’espérer que l’école l’explique, l’affine, la définisse et la justifie dans la conscience de tous les Mexicains », soulignait le spiritualiste Lombardo. Il fallait orienter les étudiants et les écoliers. En décembre 1930, la Revue de l’Université nationale publia un long texte du nouveau directeur de l’École d’arts plastiques, intitulé « Le sens humaniste de la Révolution mexicaine13 ». Dans ce texte, adressé à la « classe étudiante », Lombardo rappelait :

« Une révolution est toujours l’exaltation de valeurs spirituelles, l’élévation de la personnalité humaine dans tous ses aspects. […] La troisième révolution de l’histoire des peuples de culture méditerranéenne, le socialisme, est aussi un mouvement pour les droits de l’esprit. […] Et ce qu’a d’important la Révolution mexicaine, c’est son caractère de mouvement socialiste. Sa signification historique consiste dans l’exaltation du paria, dans l’élévation du paysan, dans la plus grande dignité de l’ouvrier. »

11La Révolution mexicaine était, comme toute révolution, une « subversion des valeurs ». Seule une éducation d’un nouveau type pourrait permettre de « maintenir, chez les générations futures, la foi vive dans la justice sociale » en enseignant « sans ambages » les « moyens pour réussir la transformation du régime capitaliste ». Pour que « la révolution [restât] sur pied », un changement devait s’opérer « dans la conscience de la classe étudiante ». L’Université socialiste ne disait pas encore son nom.

  • 14 Krauze E., op. cit., p. 312.
  • 15 Ibid., p. 315.

12Lombardo Toledano ne faisait qu’exposer avec éloquence les préoccupations du temps, partagées par de nombreux étudiants. Les dirigeants de la CNE partageaient le même constat. Ce fut grâce à eux que Lombardo, représentant de l’Université nationale, put assister au Congrès international des universitaires à Montevideo (Uruguay), en 193114. Lombardo proposa alors aux congressistes latino-américains que l’histoire fût enseignée selon les principes du matérialisme. Sa motion fut adoptée. En février 1932, au moment où l’effondrement définitif du système capitaliste lui paraissait imminent, Lombardo annonçait, d’une manière prophétique, « le socialisme ou le chaos15 ». Il fallait procéder à un changement pacifique de régime économique, pour ne pas sombrer dans l’anarchie et la violence.

  • 16 « IX Congreso Nacional de Estudiantes (Toluca, 1932) », in Lombardo Toledano V., Obra hist (...)

13Le maestro Lombardo put exposer plus amplement ses conceptions lors du IXe Congrès national étudiant, à l’été 193216. Lombardo narra ses années étudiantes : l’École – allusion à peine voilée à son ancien professeur Antonio Caso – lui avait appris à aimer les hommes. Mais elle ne l’avait pas préparé à comprendre et à transformer le monde. À la sortie de l’Université, Lombardo avait été contraint de tout réapprendre, afin de se défaire de la « culture anarchique » enseignée dans son Alma Mater. Cette culture, toujours enseignée à l’Université, servait le régime passé. Or, les temps avaient changé : selon Lombardo, la période vécue par les congressistes réunis à Toluca était exceptionnelle, plus encore que celle de la Révolution française. Il fallait enseigner tout autre chose. L’ancien étudiant du CLEDF prenait comme exemple un manuel utilisé dans les écoles russes : il s’agissait de « L’histoire du grand plan », écrit par un ingénieur soviétique, vantant les mérites de la planification économique auprès des jeunes de 12 à 14 ans. Voilà une culture qui n’était pas au service d’un régime « pourri ».

  • 17 Les délégués du Tabasco étaient : J. A. Domínguez Canabal (neveu du gouverneur), J. Rivera (...)
  • 18 AGN, POR, exp. 24/3165, Copia de informe…, 5-07-1932.
  • 19 Del Castillo Troncoso A., « La polémica en torno a la educatión sexual en la ciudad de Méx (...)

14Durant le Congrès, les délégués du Tabasco – État le plus radical du Mexique, en raison de l’action de son gouverneur Garrido Canabal – demandèrent, sans succès, l’approbation par l’assemblée de deux points, préfigurant les débats sur « l’école socialiste17 ». Lombardo n’était pas le seul à lancer son offensive éducative. Pour les jeunes tabasqueños, la transformation sociale passait nécessairement par « l’école rationaliste ». Il fallait donc réformer l’article 3 de la Constitution afin que « l’école [fût] rationaliste et non laïque ». Le raisonnement des jeunes étudiants était le suivant : l’humanité avait cru, pendant des milliers d’années, qu’elle pouvait obtenir le bien-être social et économique grâce à la protection d’êtres surnaturels. Les gouvernements, les écoles, s’étaient alors soumis alors à ces êtres surnaturels, générant l’inégalité sociale et économique, engendrant les castes et les hiérarchies, laissant les classes inférieures dans l’oppression. L’école confessionnelle avait été l’école de la classe privilégiée. L’école laïque était ensuite apparue, popularisée par la Révolution française, pour former les élites bourgeoises du régime capitaliste et continuer à exploiter le prolétariat. L’école laïque était en tout point similaire à l’école confessionnelle, excepté l’enseignement de la religion : il s’agissait bien d’une école lâche, neutre et passive, s’opposant aux questions sociales du temps. La liberté de croyance qu’elle favorisait n’était qu’une tolérance, empêchant le triomphe des « idéaux prolétaires ». Il fallait une école de combat. Pour la délégation étudiante du Tabasco, la lutte pour l’école rationaliste était celle du prolétariat universel. L’école rationaliste était aussi authentiquement mexicaine : la Casa del Obrero Mundial l’avait proclamé en 1915, avant la Révolution russe. Une partie du mouvement étudiant était donc favorable à une réforme radicale de l’éducation. Deux étudiants « lombardistes » furent élus à l’issue du Congrès, le 3 juillet 1932, pour diriger la CNE : Perfecto Gutiérrez Zamora (ancien secrétaire de la CNE, originaire de Veracruz) en devint président, Luis Fernández del Campo (délégué du Tabasco), vice-président18. Lors du Congrès, plusieurs étudiants avaient vu derrière le bureau directeur de la CNE, la main de Lombardo, lui-même considéré comme une simple marionnette du ministre de l’Éducation, Narciso Bassols. Or, Bassols, d’obédience marxiste, cristallisait l’hostilité des étudiants. De 1933 à 1934, son projet d’éducation sexuelle pour les écoles primaires déclencha une vague d’oppositions, chez les étudiants, comme dans d’autres secteurs de la société civile19.

  • 20 Mabry D., op. cit., p. 97-98.
  • 21 FEU, Anuario 1932-1933, Mexico, FEU, 1933, p. 57 et 62. En décembre 1932, la FEU déclara r (...)
  • 22 « 1933 Primer Congreso Iberoamericano de Estudiantes », Futuro, oct. 1934, p. 30.
  • 23 Ibid., p. 31.
  • 24 Mabry D., op. cit., p. 105-106. Le rival d’Alonso Garrido était l’étudiant en droit J. Val (...)
  • 25 Ibid., p. 105. Les camisas rojas étaient la milice anticléricale du gouverneur. Le frère d (...)

15Parallèlement, Vicente Lombardo Toledano continua de tisser sa toile, à la croisée des mondes politico-syndicaux et éducatifs, afin de faire avancer son projet. Il soutint Roberto Medellín, un chimiste, lors de l’élection rectorale de septembre 193220. Le recteur Medellín, à peine intronisé, se mit à acheter les étudiants en distribuant des bourses à ses favoris – une pratique très critiquée. Fin 1932, Lombardo fut élu directeur de l’ENP, institution centrale de l’Université. Sa candidature, soutenue par Bassols, Medellín et une partie du Conseil universitaire, comme son élection, furent extrêmement contestées21. En 1933, Lombardo réussit finalement à obtenir le soutien de l’ensemble des dirigeants des organisations représentatives étudiantes. En mai 1933, les délégués de la CNE se rendirent au Congrès ibéro-américain étudiant de San José, au Costa Rica. Qui dirigea la délégation ? Le professeur Lombardo, invité par la CNE. Les conclusions du congrès portaient le sceau des « lombardistes » de la CNE : l’enseignement devait préparer « mentalement et moralement les enfants, les jeunes et les adultes à l’organisation d’une société sans classes22 ». Les adeptes de Lombardo voyaient juste et anticipaient le grand affrontement des années 1930 : si « l’autonomie universitaire » était bien la « forteresse des idées avancées », elle devait à terme disparaître23. L’Université risquait, en effet, de devenir le « refuge des idées conservatrices ». Elle devait plutôt favoriser l’adoption d’un « plan d’action socialiste ». Au début de l’été 1933, après de nombreuses manœuvres, la présidence de la FEU échoua dans les mains d’Alonso Garrido Canabal, le jeune frère du gouverneur du Tabasco24. Les « chemises rouges » de Tomás Garrido avaient participé à la campagne électorale d’Alonso, par ailleurs bénéficiaire de nombreux soutiens25. Les « lombardistes » contrôlaient dès lors les deux piliers du mouvement représentatif, la FEU et la CNE.

  • 26 Mabry D., op. cit., p. 107. Partido Nacional Estudiantil (PNE), Bases y Programa, Mexico, (...)
  • 27 PNE, op. cit., p. 3.
  • 28 « Convocatoria a la Juventud Estudiantil Revolucionaria de la República », PNE, op. cit., (...)
  • 29 « Salutación de Ramón Magaña Ch. », PNE, op. cit., p. 12-14. « Palabras del estudiante Ale (...)

16Les sphères de la politique officielle et de la politique étudiante se pénétraient : le 13 juillet 1933, 25 groupuscules étudiants fusionnèrent pour créer un grand rassemblement en faveur du candidat Cárdenas à la présidentielle26. Le nouveau Parti national étudiant pro-Cárdenas (PNEPC) partageait les thèses éducatives « lombardistes ». Une « gauche » étudiante, pro-gouvernementale, louant Calles et Cárdenas, commençait à se dessiner. Le PNEPC fut le premier point de rencontre de tous les étudiants favorables à une réforme universitaire et éducative authentiquement socialiste. En juillet 1933, la Convention du PNEPC, tenue à Morelia (Michoacán), se chargea de définir l’« Idéologie de la jeunesse27 ». Les critiques faites à l’Université étaient plus radicales que durant les années 1910-1920 : les facultés ne devaient plus être ces « usines à cadres », délivrant un diplôme semblable à un « carton », accréditant la « capacité d’exploiteur » de l’étudiant28. « L’échec du système capitaliste » rendait nécessaire « la prolétarisation de l’Université » et « l’école socialiste » (le mot était enfin employé)29.

  • 30 « Bases de Reforma Pedagógica », PNE, op. cit., p. 35-36.
  • 31 « Reforma Universitaria », PNE, op. cit., p. 45.
  • 32 « Arenga del estudiante Luis Fermín Cuéllar », PNE, op. cit., p. 20. Voir aussi « Reforma (...)

17L’Université se voyait confier un nouveau rôle30. Si l’école socialiste devait préparer les paysans et les ouvriers à diriger les moyens de production, l’Université devait former les cadres permettant l’organisation économique du nouveau régime. Malgré l’emploi d’un lexique radical, il n’y avait ni une subversion réelle du statut de l’étudiant ni du rôle de l’Université31. Dans les faits, les masses iraient à « l’école-atelier », l’élite à « l’Université prolétaire ». Parallèlement, les étudiants cardénistes, pourtant partisans d’une orientation socialiste, réaffirmaient le principe d’autonomie de l’Université32. Ils semblaient donc difficilement percevoir, à la différence des « lombardistes » de la CNE, la contradiction entre l’autonomie et le choix d’un credo collectif, nécessairement imposé par l’État. Le temps des contradictions n’était pas encore venu. En juillet 1933, la réforme de la Constitution de 1917 était demandée par la « majorité des délégations » :

  • 33 « Bases de Reforma al Artículo Tercero Constitucional », PNE, op. cit., p. 39.

« Sans préjudice de la liberté d’enseignement secondaire et professionnel dans les établissements privés, est proposée la réforme de l’Article 3o Constitutionnel, remplaçant l’enseignement laïc des établissements publics […] par l’éducation intégrale socialiste33. »

  • 34 « Declaración… », PNE, op. cit., p. 51.

18L’éducation socialiste concernait donc toutes les écoles primaires, secondaires et supérieures publiques. Dans leur déclaration finale, les délégués affirmaient que la « Jeunesse mexicaine étudiante cardéniste », « inspirée par la pensée marxiste », professait « un credo socialiste clair et défini34 ». Les prêches de Lombardo avaient fait des émules.

  • 35 Mabry D., op. cit., p. 108.
  • 36 El Universal, 04-09-1933.
  • 37 Lombardo fut officiellement convié par les dirigeants de la CNE (le président P. Gutiérrez (...)
  • 38 AUOM, Temario del X congreso de la Confederación Nacional de Estudiantes, 1933. « 1933 Déc (...)
  • 39 Ibid.
  • 40 AUOM, « El Congreso Nacional de Estudiantes frente a los problemas nacionales », 1933.

19La fin de l’été 1933 marqua l’apothéose du « lombardisme » universitaire. Les adeptes de Lombardo contrôlèrent entièrement le déroulement du Xe Congrès national étudiant de Veracruz (25 août-2 septembre 1933)35. Les 120 congressistes se réunirent dans les locaux du syndicat des dockers du port de Veracruz. Ils approuvèrent, après de longs débats, le projet d’éducation sexuelle du ministre Bassols36. Ils apposèrent aussi leur sceau sur le projet d’université socialiste, largement élaboré par le « délégué collaborateur », Vicente Lombardo Toledano37. Les thèmes imposés précisaient le rôle de l’Université future : elle devait « former des hommes » qui contribuassent, selon leur diplôme, « à l’avènement de la société socialiste38 ». L’Université devait formuler un « plan de contrôle économique national » pour les nécessités du « prolétariat mexicain ». En dehors de l’épithète « socialiste », tout cela n’était qu’une reformulation, peu originale, du second axe de la Réforme universitaire. L’aspect novateur – et aussi le plus difficile à accepter – concernait le premier cycle universitaire, l’école préparatoire, lieu de socialisation intellectuelle de tous les aspirants aux facultés spécialisées : « l’enseignement préparatoire doit obéir à un plan philosophique qui oriente […] tous les étudiants39 ». Cette orientation devait « relier, de manière intime, la philosophie et la Nature, en prenant en compte le progrès scientifique de ces dernières années » mais « sans retourner à la thèse positiviste ». Il fallait surtout abandonner « les théories spiritualistes qui [servaient] de justification apparente et de refuge à beaucoup de préjugés sociaux et aux théories religieuses de l’existence ». Cette philosophie devait concerner toutes les écoles préparatoires du pays. La CNE devait lutter pour son application. Durant le Xe Congrès, Lombardo revint enfin sur un terme qui, selon lui, existait depuis « toujours » : la « classe étudiante ». Il lui déniait sa pertinence universelle : le « secteur » étudiant n’était pas une « classe » car les étudiants n’étaient pas un « facteur de production40 ». Ce « secteur » n’avait que deux choix possibles : rejoindre la « classe travailleuse » ou la « classe capitaliste ». Comme en 1931 et 1932, le Congrès national étudiant élit un « lombardiste » à la tête de la CNE (Guillermo Ibarra, ancien secrétaire général du mouvement durant la gestion précédente).

  • 41 Idealismo vs. Materialismo : polémicas filosóficas, Mexico, CEFPSVLT, 2008, p. 20. El Univ (...)
  • 42 El Universal, 09-09-1933. Il s’agissait des étudiants suivants : C. Osorio, J. de J. Amaro (...)
  • 43 « 1933 Primer Congreso de Universitarios Mexicanos », Futuro, oct. 1934, p. 37-38. Les cit (...)

20Le mouvement étudiant avait ratifié officiellement la réforme éducative et universitaire. Il fallait désormais que les Universités du pays acceptassent aussi la nouvelle orientation. Tel fut l’objet du Premier Congrès des universitaires, réuni en septembre 1933 à Mexico. Ce fut le point d’aboutissement de la vaste offensive animée par Lombardo et soutenue par les multiples propositions des étudiants « lombardistes », « garridistes » et « cardénistes ». L’idée d’un congrès universitaire avait été lancée par la CNE, en 1931, pour unifier l’enseignement supérieur. Les « lombardistes » l’avaient reprise afin d’orienter idéologiquement l’Université. Réuni sous les auspices du président Rodríguez et de son ministre Bassols, le congrès débuta le 7 septembre 1933, en présence de délégations venues de 21 États41. Une vingtaine d’étudiants occupa des postes dans les différentes commissions du congrès42. Un thème déclencha la polémique : il s’agissait de la « Position idéologique de l’Université face aux problèmes du moment ». Les conclusions avaient été formulées par une commission paritaire, comprenant deux professeurs (les docteurs Vicente Lombardo Toledano et Ramón Córdova) et deux étudiants (José González Beytia et Fidencio de la Fuente)43. Il s’agissait d’une synthèse en six points, très proche de celle exprimée lors du Xe Congrès. Le document explosif commençait classiquement par un considérant consensuel : « les Universités et les instituts de caractère universitaire du pays ont le devoir d’orienter la pensée de la nation mexicaine ». Le problème principal étant celui de la « production et de la distribution de la richesse matérielle », les universités devaient contribuer, par l’enseignement et la recherche scientifique, « à la substitution du régime capitaliste par un régime qui [socialisât] les instruments et les moyens de production économique ». Le mot « socialiste » n’était pas prononcé, seulement le verbe « socialiser ». Les « lombardistes » avaient donc modéré leur discours. Néanmoins, le fond du problème, le choix explicite du dogme matérialiste dans les écoles préparatoires, apparaissait nettement dans le troisième point : l’enseignement préparatoire devait obéir au « principe de l’identité essentielle des divers phénomènes de l’Univers ». Trois matières, chères au professeur Lombardo, devaient être dogmatiquement orientées : la philosophie, l’histoire et l’éthique.

  • 44 AUOM, « Pro-Reforma Universitaria. Manifiesto de los estudiantes marxistas », sept. 1933.
  • 45 AUOM, « Primer congreso nacional de universidades. Trabajo presentado por el Consejo Estud (...)

21Tous les délégués avaient parfaitement compris la seule nouveauté qu’introduisait la Réforme universitaire des « lombardistes » : le choix du matérialisme comme paradigme d’enseignement. En septembre 1933, les « étudiants marxistes » de la faculté de droit et sciences sociales ne s’y trompèrent pas en publiant un manifeste en faveur du « dogme marxiste », « doctrine d’orientation d’exclusive des sciences sociales44 ». Pour d’autres, notamment les étudiants socialistes de Morelia, l’orientation idéologique de l’Université devait permettre « l’établissement d’un État socialiste intégral45 ». Soulignons qu’il ne faut pas voir en Lombardo un deus ex machina manipulant la jeunesse des écoles : de nombreux étudiants soutinrent la nouvelle « Réforme universitaire » dont ils avaient proposé l’introduction. Le congrès approuva la réforme à une très grande majorité. Une voix s’y opposa de manière tranchante : celle de l’ancien maître de Lombardo, Antonio Caso. Spiritualiste et chrétien, Caso déploya toute son énergie pour réfuter la thèse dogmatique. Il entraîna, dans son sillage, une mobilisation corporatiste qui éjecta définitivement les « lombardistes » de l’Université et du mouvement étudiant représentatif. Ce fut la seconde « révolution étudiante ».

L’autonomie à tout prix : la « révolution étudiante » de 1933 et ses conséquences

  • 46 « Opinión del maestro Caso sobre las conclusiones », Idealismo vs. Materialismo : polémica (...)
  • 47 « Primera intervención del maestro Antonio Caso », op. cit., p. 29.

22Caso prit la parole avant le vote des délégués. Pour le vénérable professeur qui s’exprima à la fin du congrès, le 14 septembre 1933, l’Université, comme « communauté culturelle d’enseignement et de recherche » et « personne morale », ne devait jamais préconiser officiellement un « credo », qu’il fût « philosophique, social, artistique ou scientifique46 ». Caso acceptait néanmoins que le « devoir essentiel » de l’institution était d’aider « la classe prolétaire du pays ». L’Université ne devait cependant pas opter pour « une théorie économique circonscrite, parce que les théories [étaient] transitoires par essence ». Après avoir présenté son texte, Caso intervint plus longuement, en employant les mots effrayants qui, jusqu’alors, avaient été soigneusement évités : fervent partisan d’une « orientation de l’université vers les problèmes sociaux », il refusait la « consécration d’un système social défini, le collectivisme, comme credo de l’université47 ».

  • 48 « Respuesta del maestro Lombardo », op. cit., p. 38.
  • 49 Ibid., p. 42.
  • 50 Ibid., p. 43.
  • 51 « Respuesta del maestro Lombardo », op. cit., p. 45, 47.
  • 52 « Segunda intervención del maestro Antonio Caso », op. cit., p. 52.
  • 53 « Respuesta del maestro Lombardo », op. cit., p. 56.

23La polémique commençait. Lombardo répondit en soulignant la différence fondamentale qui l’opposait à son ancien maître. Pour Caso, la culture était une fin en soi, pour Lombardo, c’était un « moyen d’action pour la vie collective48 ». Chaque époque avait sa culture. Après la Colonie et l’école religieuse, après la Réforme libérale et sa « pédagogie individualiste », la Révolution devait définir son orientation et son éducation : la neutralité n’avait jamais existé. Confrontés à la diversité d’opinion des professeurs, les étudiants ne pouvaient être que des « simulateurs », jetés dans le tourbillon de la vie49. Il fallait leur enseigner la « vérité » du moment, en matière scientifique et sociale. Pris dans la spirale de la polémique, Lombardo dut employer le mot « socialisme » pour répondre à son interlocuteur50. Le syndicaliste se ressaisit ensuite, précisant qu’il refusait toute « doctrine » socialiste ou collectiviste. Il était simplement pour la « socialisation de la propriété », thèse scientifique51. Les divergences entre les deux intellectuels s’accentuèrent immédiatement : Caso répondit en se déclarant « de ceux qui [croyaient] en Dieu », considérant le « monde surnaturel » comme le « monde de l’homme52 ». Lombardo disait, lui, appartenir au contraire à ceux qui ne croyaient pas que le « mobile de la vie » fût le « mobile religieux53 ».

  • 54 Hernández Luna J., « Prólogo a la polémica en la prensa », op. cit., p. 59.
  • 55 Ibid.

24Le duel se poursuivit dans la presse. Les grands journaux lus par les étudiants tirèrent à boulets rouges sur Lombardo et sa proposition. Excélsior qualifia le marxisme de « philosophie des porcs54 ». El Universal, dans deux éditoriaux intitulés « L’Université ne doit pas être sectaire » et « L’Université autonome ne peut pas être socialiste », soutint que l’essence de l’autonomie était la liberté d’enseignement et que l’esprit de l’article 3 empêchait de transformer les universités mexicaines en « centres de propagande bolchevique55 ». Amplifiés, les termes du débat avaient aussi été largement déformés. Il était question de « marxisme » et de « socialisme », mots qui n’apparaissaient pas dans la résolution votée par le Congrès.

  • 56 Lombardo Toledano V., « Bases de la reforma universitaria », El Universal, 20-09-1933.
  • 57 Caso A., « El marxismo en la preparatoria », Excélsior, 27-09-1933.
  • 58 Lombardo Toledano V., « Límites de la libertad de pensamiento », El Universal, 27-09-1933.
  • 59 Caso A., « El marxismo y la universidad contemporánea », Excélsior, 29-09-1933.

25Certes partisans, les journaux ouvrirent toutefois leurs colonnes aux deux intéressés. Lombardo expliqua de nouveau, le 20 septembre 1933, le sens de sa « réforme universitaire56 ». Fait significatif, il souligna l’apport de Karl Marx, « fondateur du socialisme scientifique », lequel expliquait l’histoire grâce à l’économie, considérée comme « l’infrastructure » des sociétés. L’Université mexicaine devait contribuer à la « formation d’un homme nouveau ». Caso répondit à Lombardo dans Excélsior, comparant le Congrès des universitaires à un « spectacle […] comique57 ». Il souligna que les trois étapes de la pensée mexicaine distinguées par Lombardo (catholicisme, positivisme, marxisme) étaient d’une simplicité rustique. Puis, s’adressant aux étudiants de l’ENP, Caso conclua d’un ton menaçant : « le marxisme ne s’implantera pas à la préparatoire, et s’il s’implante aujourd’hui, demain nous l’arracherons ». Son ancien disciple lui répondit le même jour dans El Universal58. Son article, intitulé « Limites de la liberté de pensée », avait de quoi effrayer les modérés. « Celui qui enseigne, celui qui éduque, celui qui oriente, est obligé de présenter à ses élèves non seulement les doctrines et les faits passés, mais aussi la possible vérité du futur », affirmait Lombardo. Les écoles du monde entier choisissaient leur théorie sociale, qu’elles fussent des établissements socialistes ou fascistes. Deux jours plus tard, Caso contre-attaqua, insistant une nouvelle fois sur ce mot terrible, le « marxisme59 ». Dès la première ligne, le vénérable professeur expliquait que Marx ne pourrait jamais être considéré comme « un des grands philosophe de l’humanité » : « son éthique est constituée par l’élan juif primordial qui donne la main à tout ce qui est bas, tout ce qui est déchu […] pour l’exalter jusqu’à la cime ». Son antisémitisme, pourtant peu présent dans ses écrits, faisait brutalement surface. Caso fustigeait sans la nommer « cette race » pour qui tout devait être mis à égalité. Il soulignait que la Révolution mexicaine devait plutôt suivre le « nationalisme social », pratiqué par Hitler, Mussolini ou Roosevelt. Fin septembre 1933, les esprits des grands professeurs, mais aussi des étudiants, étaient particulièrement échaudés. Ces derniers commencèrent à se mobiliser durant la dernière semaine de septembre au moment où la polémique Caso-Lombardo battait son plein.

  • 60 Mabry D., op. cit., p. 98-99. Brito avait été élu fin novembre 1932.
  • 61 FEU, Discursos pronunciados…, Mexico, FEU, 1933, p. 11-15.

26La contestation vint des étudiants les plus politisés, encouragés par Caso et par de nombreux professeurs. Ce ne fut pas un hasard si la faculté de droit et de sciences sociales, antichambre du pouvoir, lieu central de pénétration de la politique étudiante et de la politique officielle, s’insurgea en premier. Le directeur de la faculté, l’ancien étudiant Rodulfo Brito Foucher, était un antilombardiste notoire60. Originaire du Tabasco, Brito Foucher était proche des anciens orateurs de 1929, lesquels avaient contrôlé la FEU jusqu’à l’élection très contestée du jeune Garrido à l’été 1933. Hostile aux « caciques nationaux » et à la SEP, jugeant les gouvernements révolutionnaires tyranniques, le directeur de la faculté de droit refusait catégoriquement que l’Université eût une « idéologie » précise61. Lui en imposer une aurait été retourner au Moyen Âge ou s’accorder avec les expériences fasciste, nazi ou soviétique, perçues comme un retour au « césarisme ». Lors de la commémoration de la réforme universitaire, le 23 mai 1933, Brito avait salué, devant les étudiants, le grand acquis de « 1929 » : « la liberté de pensée ». Solidaires ou captifs de Brito Foucher, la plupart des jeunes de la faculté de droit avaient été, dès lors, dans une opposition latente aux thèses lombardistes.

27Trois groupes d’étudiants, présents à la faculté de droit mais aussi dans les autres écoles, étaient par principe hostiles à la réforme de Lombardo : les étudiants modérés, qui avaient contrôlé la FEU jusqu’en 1933, détestaient la faction lombardiste qui dirigeait la CNE, les jeunes catholiques de l’UNEC abhorraient le matérialisme athée de Lombardo et les communistes de la nouvelle Fédération des étudiants révolutionnaires (FER) prétendaient avoir le monopole du marxisme légitime. Leur parti, le PCM, avait été interdit et mis à sac en décembre 1929. L’alliance de circonstances entre ces trois factions, qui généralement éprouvaient très peu de sympathie les unes à l’égard des autres, fut à l’origine de la « révolution étudiante » d’octobre 1933. Le point de rencontre entre modérés, catholiques et communistes, fut la faculté de droit. Leur dénominateur commun fut la défense de l’autonomie universitaire. Pour eux, l’Université était « sacrée », la mémoire de 1929, prégnante.

  • 62 El Universal, 20-09-1933.
  • 63 AHPMCJ, fonds J. Vértiz, « UNEC. Segundo Congreso Sesión de Clausura. 1933 ».

28Les catholiques furent parmi les premiers à lancer l’offensive. Alfonso García Robles, élève de la faculté de droit et membre de l’UNEC, dénonça dès fin septembre l’illégitimité du Xe Congrès national étudiant62. Comment expliquer une réaction aussi rapide de la part de l’UNEC ? D’une part, Lombardo Toledano était dans la ligne de mire de la formation catholique depuis 1932. D’autre part, un membre important de l’UNEC, Daniel Kuri Breña, avait assisté au Congrès des universitaires : il avait probablement averti ses coreligionnaires de la teneur des débats. Par ailleurs, d’autres unecicos, Garay et Santiago López, suivaient de près les travaux de la CNE. Enfin, fait décisif, les pères jésuites appelèrent leurs troupes au combat. Mi-septembre 1933, le prêtre Julio Vértiz exposa ses conceptions sur la question universitaire. Pour Vértiz, le « Socialisme » était un « monstrueux dragon matérialiste », dépourvu d’âme, animé par « un souffle infernal63 ». Or, ce dragon, qui venait des profondeurs, cherchait à prendre la forteresse de diamant : l’Université. Et si par malheur le dragon la prenait, nul doute qu’il dût ensuite s’attaquer à l’Église, située sur une montagne encore plus élevée. Contre ce dragon, une « légion de combat » devait agir. Vértiz expliqua ensuite le sens de cette parabole à ceux qui étaient demeurés interdits :

« l’Université que nous défendons, retenez bien mes mots, est l’Université telle qu’elle existe en ce moment parmi nous : laïque et autonome […] écoutez la formule qui me paraît juste : nous la tolérons comme laïque et nous la défendons avec ardeur comme autonome, pas précisément n’importe quelle autonomie, mais bien une autonomie qui la protège contre l’État tyrannique qui prétend introduire un absolu ».

29Pourquoi un père jésuite défendait-il à ce point l’autonomie, s’immisçant dans la politique étudiante ? Dans un Mexique persécutant l’Église, une université catholique était une utopie. L’Université autonome était « l’unique refuge possible de la Vérité catholique ».

  • 64 Mabry D., op. cit., p. 113.
  • 65 El Universal, 23-09-1933.
  • 66 El Universal, 24-09-1933.
  • 67 Ibid. Originaire du Yucatán, ce dernier avait participé au IXe Congrès national étudiant d (...)

30Parallèlement, voyant les oppositions monter de toutes parts, le recteur Medellín expliqua que la presse avait déformé les faits et déclara, le 21 septembre 1933, que tout changement devait s’opérer uniquement après consultation des Académies de professeurs et d’élèves64. Dans tous les cas, les conclusions du Congrès devaient être soumises au vote du Conseil universitaire. Cette décision prudente mit en réalité le feu aux poudres : elle obligea les étudiants à débattre collectivement des conclusions du congrès. L’information circula. La bataille s’engageait. Les débats commencèrent le 22 septembre 1933 : il fut question, dès cette date, d’une action étudiante concertée contre la CNE, contre Lombardo et contre la « tendance marxiste65 ». Dès le 23 septembre, des étudiants en droit proposèrent l’organisation d’une manifestation et d’une assemblée générale de toutes les facultés et écoles universitaires66. Porte-parole des étudiants mécontents, Bernardo Ponce critiqua vivement la « prétendue réforme universitaire » imposant le « dogme marxiste67 ». Ponce, l’un des futurs dirigeants de la grève d’octobre, citait José Ortega y Gasset, lequel expliquait que le marxisme, contre toute attente, n’avait pas triomphé en Russie : les Russes étaient un peuple jeune et le marxisme ne formait chez eux qu’une couche superficielle. Pour Ponce, le peuple mexicain était plus jeune encore que le russe : il commençait à peine à « s’intégrer ». Le « sentiment de nationalité » se forgeait peu à peu. Le territoire du pays était grand, peu cultivé, ce qui était idéal pour le développement de la petite propriété à grande échelle. « L’imposition » d’une telle idéologie aurait donc été « criminelle ». Le « problème mexicain » était « clair et précis : instruction, alimentation et meilleure distribution des richesses ». Et contrairement à ce qu’affirmait Lombardo, le socialisme n’était pas la tendance prédominante en Europe : les étudiants nazis ne brûlaient-ils pas les livres de Marx ?

  • 68 El Universal, 25-09-1933.
  • 69 El Universal, 26-09-1933. Trois professeurs s’exprimèrent contre les conclusions du congrè (...)
  • 70 El Universal, 27-09-1933.

31Le 23 septembre 1933, des étudiants demandèrent à la FEU de se réunir, afin d’élaborer une position contre la « norme socialiste68 ». De nombreux élèves voyaient en Caso un « guide ». À l’inverse, les dirigeants de la CNE défendaient la position de Lombardo. Le 25, les étudiants « nocturnes » de la faculté de droit s’assemblèrent et votèrent contre la « tendance dogmatique69 ». Ils dénoncèrent la « camarilla étudiante » qui contrôlait la CNE. Se déclarant « antimarxistes », ils lancèrent le mot d’ordre qui allait s’imposer pour une dizaine d’années : défendre la libertad de cátedra (« liberté d’enseignement »). Le mardi 26, les étudiants « diurnes » firent de même70. Ces deux assemblées étudiantes étaient d’ordre préparatoire : il fallait établir une position claire avant de participer à la réunion de l’Académie de professeurs et d’élèves. Le 26 au soir, l’Académie de la faculté de droit et sciences sociales rejeta, à l’unanimité, la résolution du Congrès lombardiste concernant la position idéologique de l’Université. De Brito Foucher jusqu’aux représentants étudiants, la faculté de droit formait un bloc uni contre le dogmatisme et pour la « liberté d’enseignement ».

  • 71 Ibid.
  • 72 El Universal, 30-09-1933. Manifeste rédigé le 29 par A. Ortega Martínez et G. Franco Garza

32Si El Universal offrait ses tribunes à Lombardo pour préciser sa pensée, le grand quotidien prêtait aussi ses colonnes aux professeurs et aux élèves : la « polémique Lombardo-Caso » était en réalité une joute opposant un Lombardo relativement isolé à une multitude de critiques. Un étudiant de l’ENP, le jeune Álvaro Gálvez y Fuentes, délégué élève au Conseil universitaire, rédigea ainsi une longue réfutation des arguments avancés par le directeur de son établissement : l’Université devait se consacrer à la « réalité mexicaine » et non admirer les « nuages marxistes » venus de Russie71. Le 30 septembre 1933, El Universal reproduisit les déclarations des jeunes communistes de la FER72. Pour ces derniers, uniques « étudiants véritablement révolutionnaires », « tout État [créait] sa propre culture ». En conséquence, « à un État bourgeois-latifundiste, [correspondait] une culture bourgeoise, libérale ou conservatrice ». Pour créer la véritable « Université marxiste », il fallait d’abord transformer « l’ordre économique actuel » grâce à un « gouvernement formé d’ouvriers et de paysans ». Les tenants du marxisme orthodoxe voyaient donc en Lombardo un démagogue, semant la « désorientation parmi les masses prolétaires et étudiantes ». Selon eux, sa position « réformiste-confusionniste » ne faisait que renforcer les conservateurs. La FER cherchait, au contraire, à approfondir la « réforme universitaire » du point de vue politico-économique et à répondre aux revendications des étudiants pauvres.

  • 73 Mabry D., op. cit., p. 115.
  • 74 El Universal, 02-10-1933.

33Ainsi, fin septembre 1933, le rejet de la réforme universitaire lombardiste semblait presque unanime chez les étudiants et professeurs de la faculté de droit. Modérés, catholiques, communistes, tous s’étaient exprimés catégoriquement contre. La tension monta rapidement : le 30 septembre, le capitaine de la faculté, Brito Foucher, demanda à la CNE, contrôlée par les lombardistes, de quitter le local que l’établissement lui prêtait aimablement73. Le directeur ne tolérait pas d’opposition interne. Les étudiants demandèrent au recteur de jouer les médiateurs entre Brito Foucher et la CNE74.

  • 75 El Universal, 04-10-1933.
  • 76 Lombardo Toledano V., « Fascismo universitario », El Universal, 04-10-1933. Caso A., « Las (...)

34Le 3 octobre 1933, l’Académie de professeurs et d’élèves de la faculté de philosophie et lettres suivit l’exemple de la faculté de droit75. Alors que Lombardo s’acharnait à dénoncer le « fascisme universitaire » incarné par son vieux maître, Caso saluait l’action conjointe des « deux nobles sœurs », les facultés de philosophie et de droit76. Ainsi, contrairement au mouvement de 1929 où les étudiants s’opposaient à leurs directeurs, la crise originelle de 1933 s’apparentait à un conflit proprement universitaire, soudant professeurs et élèves, opposant deux facultés à la direction de l’Université. Le conflit aurait-il pu se résoudre de manière démocratique, par une série de délibérations et de votes, comme le souhaitait le recteur ? Les étudiants de la faculté de droit en décidèrent autrement.

  • 77 El Universal, 11-10-1933. Chávez Camacho A., « La célebre sesión del consejo universitario (...)
  • 78 El Universal, 11-10-1933.

35Le conflit se radicalisa brutalement durant la matinée du mardi 10 octobre 1933. À dix heures du matin, un groupe d’étudiants en droit pénétra de force dans le local de la CNE77. Inspirés par les autodafés nazis, les apprentis avocats vidèrent le local de ses meubles et de ses archives, pour ensuite les brûler dans le patio de l’école. Un de leurs porte-parole n’avait-il pas souligné que la jeunesse allemande avait fait périr les œuvres de Marx par le feu ? Plus prosaïquement, les partisans de Brito Foucher souhaitaient surtout que l’ordre d’expulsion de la CNE donné par leur directeur fût respecté. L’acte restait scandaleux. En réponse, 35 professeurs, menés par Antonio Caso, présentèrent immédiatement leur démission78. Durant l’après-midi, le recteur Medellín convoqua individuellement tous les directeurs des écoles et facultés. Le soir venu, le Conseil universitaire vota, par 47 voix contre quatre, la destitution de Brito Foucher.

  • 79 El Universal, 12-10-1933.
  • 80 Comité de grève composé de : R. Patiño Córdova, J. Guerrero, I. Mejía, B. Ponce, A. Dávila (...)
  • 81 Ibid.

36Les étudiants en droit se déclarèrent en grève le lendemain79. Réunis le matin du 11 octobre, les jeunes grévistes élaborèrent une plateforme commune : soutenant les professeurs démissionnaires, ils demandaient au recteur la démission de Lombardo. Ils se déclaraient en grève jusqu’à la réinstallation de Brito Foucher dans ses fonctions. Ils formulaient de plus un « vote de censure » contre la direction de l’Université, laquelle avait fait appel à la police et aux agents des services secrets. Les étudiants en droit continuaient de reconnaître la CNE comme une organisation représentative mais déniaient ce caractère à ses actuels dirigeants. Les jeunes juristes nommaient enfin un comité de grève, composé de cinq étudiants de la faculté de droit et de trois représentants de la faculté d’économie80. Le soir venu, les étudiants en droit tinrent une seconde assemblée. Le flamboyant Brito Foucher harangua la multitude étudiante, expliquant les intrigues du Conseil universitaire, déclarant mépriser la direction de la CNE et critiquant le duo Lombardo-Medellín. Les étudiants en droit étaient cependant isolés : leurs homologues de médecine jugeaient qu’ils perturbaient la « tranquillité et l’ordre universitaires81 ».

  • 82 El Universal, 13-10-1933.
  • 83 Commission de presse du Comité de Grève, animée par O. Paz (membre de la FER) et F. Ferrer (...)

37Le 12 octobre 1933, les étudiants en droit décidèrent d’élargir leur combat. Leur Comité de grève exigea une « véritable autonomie » universitaire, qui devait passer par une réforme radicale de la loi organique de 192982. La direction du mouvement était désormais claire : il fallait purifier l’Université et l’arracher aux bassesses de la politique83. Il était toutefois possible de douter de la sincérité d’un tel leitmotiv, tant les meneurs – catholiques, communistes et partisans de Brito Foucher – voyaient l’Université comme un objet politique.

  • 84 Communiqué de la SDA signé par deux catholiques, non membres de l’UNEC : J. Sánchez Navarr (...)

38Plusieurs groupes, en médecine, arts plastiques, commerce, déclarèrent alors vouloir rejoindre leurs homologues. Les étudiants de philosophie et lettres émirent un « vote de sympathie » envers les juristes84. Toutefois, il s’agissait d’un mouvement clivant : les jeunes de l’ENP se déclaraient, à l’inverse, solidaires du recteur et de Lombardo. Le recteur tenta de délégitimer le mouvement en déclarant que Brito était un rebelle, en qualifiant les démissions professorales de manœuvre, et en rappelant que seule la SDA de droit représentait les étudiants (contrairement au Comité de grève). Ayant probablement les événements de mai 1929 à l’esprit, Medellín ajouta que la police et les pompiers resteraient en dehors du conflit. Des heurts entre étudiants avaient pourtant déjà eu lieu, à grand renfort d’œufs pourris, de pétards et de pierres.

  • 85 El Universal, 14-10-1933. Mabry D., op. cit., p. 118-119.

39Le véritable bras de fer entre Medellín, Lombardo, leurs jeunes soutiens et les étudiants grévistes eut lieu le 13 octobre 193385. Les étudiants en droit avaient décidé de passer à l’offensive. La grève fut parallèlement votée dans les facultés de commerce et d’architecture, ainsi qu’à l’École d’arts plastiques. La violence étudiante fit alors irruption dans l’espace public. Les grévistes se réunirent dans la rue Justo Sierra, aux alentours de 11 heures du matin. Ils demandèrent à parler au recteur, lequel fit son apparition sur un des balcons de l’Université. Un premier orateur étudiant commença à présenter les doléances du groupe, depuis la rue. C’était faire fi des jeunes partisans du recteur et de Lombardo, lesquels se trouvaient sur le toit de l’Université et avaient perçu l’arrivée des grévistes comme une agression. Le jeune orateur fut très vite interrompu par une nuée de pierres, brutalement lancées par les anti-grévistes. Ceux se trouvant dans la rue à ses côtés, répliquèrent immédiatement. Une « lapidation mutuelle », aux proportions démesurées, s’en suivit. Elle dura de longues heures. Le bilan de la journée fut désastreux : plusieurs bâtiments lapidés, plusieurs rues du centre-ville paralysées, plusieurs tramways attaqués par les étudiants. Durant les affrontements, plusieurs grévistes s’étaient réunis à la faculté de droit, débattant alors qu’une pluie de pierres venues de l’ENP tombait sur leur toit. Autant dire que, comme le rapportait le journaliste d’El Universal, les jeunes grévistes étaient « très exaltés ». L’étudiant Brito Rosado (ancien de mai 1929, ancien président de la FEU) plaida alors pour une « grève générale étudiante ».

  • 86 Ibid.
  • 87 El Universal, 14-10-1933.

40C’était néanmoins un vœu pieux, tant certaines écoles semblaient rétives à la grève. Parmi les défenseurs de l’Université lapidée par les grévistes, se trouvaient les élèves de l’ENP (solidaires de Lombardo), ceux de sciences chimiques (partisans du recteur), de médecine, de l’École secondaire no 7 et plusieurs étudiants de la faculté de musique86. Ils avaient tous un même dirigeant : l’étudiant en chimie, frère du gouverneur du Tabasco, président de la FEU, Alonso Garrido Canabal, « chef suprême des étudiants ». Néanmoins, ceux qui avaient défendu, briques à la main, l’Université, n’étaient pas tous étudiants. Lombardo avait fait jouer ses réseaux syndicaux : plusieurs membres de la CROM étaient venus prêter main-forte aux étudiants87. L’authenticité des anti-grévistes était donc discutable.

Figure 3. – La « révolution étudiante d’octobre 1933 ».

Source : Reforma Universitaria, 17-10-1933.

  • 88 El Universal, 14-10-1933.
  • 89 Ceux qui organisèrent le putsch étaient membres de l’UNEC et du Conseil de la CNE : E. San (...)
  • 90 Bureau provisoire formé par : A. Guerrero Briones (San Luis Potosí), R. Retana Méndez (Que (...)

41Outre la violence et l’extension de la grève, le troisième fait le plus marquant du vendredi 13 fut l’élimination politique des dirigeants de la CNE. Plusieurs représentants des organisations étudiantes des États parvinrent à un accord : déclarer la CNE des lombardistes Ibarra et Boneta illégitime et installer une nouvelle organisation dans de nouveaux locaux88. L’UNEC joua un rôle clé dans la manœuvre89. Le bureau provisoire de la nouvelle CNE prit ses fonctions : sur six membres, deux étaient membres de l’UNEC90. Le nouveau président était Alfonso Guerrero Briones, ancien gréviste de 1929, ancien dirigeant de la FEU en 1932-1933.

  • 91 Mayo S., « La huelga universitaria de 1933 », in Guevara Niebla G., op. cit., p. 298-299.
  • 92 El Universal, 16-10-1933.

42Après le scandale du 13, tout s’accéléra. Lombardo fut expulsé de l’Université sur demande du recteur, de son secrétaire et des directeurs des facultés en grève, lesquels se disaient prêts à démissionner91. Le 14, le président Rodríguez annonça la mise en place d’une autonomie totale pour l’Université92. Medellín et Jiménez Rueda démissionnèrent le 15 sous la pression étudiante. La FEU échappa rapidement au contrôle du lombardiste Garrido Canabal pour tomber dans les mains de son rival, José Vallejo Novelo. Les fédérations étudiantes des États se déclaraient solidaires de la capitale.

  • 93 La dotation était de 10 millions de pesos. Somme ridicule : le budget prélevé sur cette do (...)
  • 94 Mabry D., op. cit., p. 121-130. Garciadiego J., « El rectorado de Manuel Gómez Morin : la (...)

43La nouvelle loi organique pour l’Université fut votée dans la plus extrême précipitation. Conçue par le ministre Bassols, la loi modifiant celle de juillet 1929 fut votée par le Sénat et la Chambre des députés le 17 octobre 1933. Elle donna une dotation fixe à l’Université autonome : c’était un cadeau empoisonné pour mieux l’asphyxier financièrement93. L’argent irait aux écoles techniques. Le pacte de 1929 était rompu. L’Université était désormais entièrement autonome, administrativement et économiquement, donc politiquement. Mais ce nouveau régime était intenable financièrement. Le compromis était clairement défavorable aux universitaires. La fin de la grève fut sonnée le 18 octobre 1933, par un comité mixte de professeurs et d’élèves. Le nouveau recteur élu par la communauté, le catholique Manuel Gómez Morin, fut contraint de réduire les dépenses de l’institution et divisa son salaire par trois94.

  • 95 AMGM, « En pie de lucha », Reforma Universitaria, no 1, 17-10-1933.
  • 96 Islas García L., « El sentido de la reforma universitaria », Proa, no 7-8-9, sept.-oct.-dé (...)
  • 97 El Machete, 30-10-1933.

44Quel bilan établissaient les étudiants du conflit ? La majorité semble s’être réjouie de la chute du « bourgeois – politicien – hypocrite Toledano », « véritable reptile venimeux95 ». Si l’UNEC se félicita aussi de l’expulsion de Lombardo, le « dresseur de serpents », elle appela parallèlement ses troupes à lutter pour la catholicisation de l’Université autonome96. Comme Lombardo, le jeune converti Luis Islas García entendait définir, pour l’éternité, l’« orientation de l’Université ». Cette orientation n’était évidemment pas « l’humanisme païen » mais le catholicisme. À la différence de la réforme universitaire marxiste imposée par un Lombardo jugé dogmatique, la réforme universitaire catholique devait s’établir grâce à l’usage de la raison, garanti par la « liberté d’enseignement ». Devant « la concurrence des diverses doctrines exposées par des professeurs [vivant] en accord avec elles », les étudiants opteraient nécessairement pour « la plus rationnelle, la plus humaine, la plus belle ». À l’inverse, les jeunes communistes pensaient que la grève avait été trahie par ses dirigeants. Pour la FER, l’autonomie totale était un piège tendu par le gouvernement, lequel souhaitait réincorporer l’institution à la SEP97.

45En s’affrontant une deuxième fois aux interprètes officiels de la Révolution, le mouvement étudiant semblait triomphant. 1933 s’inscrivait dans le sillage de 1929 : le mouvement défendait et approfondissait l’autonomie. Le nouveau mot d’ordre, « liberté d’enseignement ! », lancé à Mexico, trouva un écho national immédiat et durable. Bien que rejetée à Mexico, la réforme lombardiste devait s’appliquer à toutes les institutions de la République. Les mécontents des provinces rejoignirent dès lors la lutte contre l’orientation marxiste des Universités.

  • 98 Guevara Niebla G., op. cit., p. 61-62.

46Si 1929 n’avait fait que résonner dans les écoles et universités provinciales, la « révolution » d’octobre 1933 fut, elle, amplifiée, étendue par les mouvements étudiants des États, eux-mêmes encouragés par l’action des organisations domiciliées dans la capitale. De la fin de l’année 1933 à décembre 1934, les contestations étudiantes se multiplièrent. Plusieurs facteurs expliquaient cette soudaine poussée de fièvre : le mouvement étudiant, même réduit au secteur universitaire, était puissant et organisé. Mexico avait donné l’exemple et les deux piliers du mouvement (FEU, CNE) avaient subi, aux yeux de beaucoup, une saine épuration. Parallèlement, les organisations à caractère non représentatif étaient devenues très influentes : si la géographie de la contestation correspondait à celle de l’implantation de l’UNEC, le poids de la FER ne pouvait être minoré. Les structures de la FEU, de la CNE, de l’UNEC et de la FER se mettaient en branle et entraient en symbiose. De plus, 1933 et 1934 étaient des années politiques : la campagne présidentielle battait son plein. La Révolution entrait dans une « nouvelle phase ». Le parti du pouvoir, le PNR, avait inscrit dès décembre 1933 l’éducation socialiste dans son plan sexenal98. Le candidat Cárdenas était perçu comme le simple jouet de Calles. Dans le même temps, les gouverneurs des États, désireux de prouver leur fidélité à Calles, mettaient en application, avant même l’élection de Cárdenas, la réforme éducative annoncée. Le projet d’orientation idéologique des universités, issu du Congrès lombardiste, se trouvait englobé dans une réforme totale de l’éducation, visant à forger l’homme nouveau de la Révolution. Le combat était donc appelé à s’étendre. Il opposait les partisans de la famille révolutionnaire, lesquels avaient choisi d’orienter la Revolución par l’enseignement du socialisme scientifique, à une alliance composite désireuse de montrer que le mouvement de 1910 devait être, en réalité, le garant de la liberté sous toutes ses formes.

  • 99 Mabry D., op. cit., p. 131-132. El Universal, 27-10, 28-10, 31-10-1933. El Machete, 30-10, (...)
  • 100 AMGM, FEUJ, « Manifiesto al estudiantado y al pueblo de México », 23-10-1934.

47L’université de Guadalajara (UDG) fut la première touchée, au moment même où l’université autonome de Mexico perdait son caractère national99. Le recteur de l’UDG, Díaz de León, était bien décidé à appliquer les résolutions du Congrès des universitaires, soutenu en cela par le gouverneur Allende et par une Fédération étudiante à ses ordres. Les étudiants résistèrent. Organisée par les étudiants de l’école préparatoire, la grève éclata le 23 octobre 1933 avec l’occupation immédiate du rectorat et l’expulsion du recteur. La répression fut nettement plus violente qu’à Mexico : 150 étudiants furent arrêtés. La FEU de Silva Moreno et la CNE de Guerrero Briones dénoncèrent l’usage de la force contre la jeunesse des écoles, s’adressant au président de la République et au gouverneur Allende au nom de la « Révolution universitaire ». Les prisonniers furent libérés le 28 octobre, après une grève de la faim. Le gouverneur Allende fit fermer l’université de Guadalajara le même jour. Le conflit se poursuivit jusqu’à fin novembre 1933. De février à octobre 1934, les étudiants partisans de la liberté de l’enseignement s’affrontèrent de nouveau avec les tenants de l’éducation socialiste. En octobre 1934, le gouverneur fit une seconde fois fermer l’UDG. Le 23 octobre 1934, la Fédération des étudiants universitaires du Jalisco (FEUJ), présidée par l’unecico Carlos Cuesta Gallardo, publia un manifeste, établissant le bilan d’un an de lutte et appelant à poursuivre le combat contre le « socialisme », « le plus dangereux des absolutismes100 ». Par la suite, les conservateurs décidèrent de fonder l’université autonome de Guadalajara (UAG), reconnue par son homologue de Mexico en 1935.

  • 101 Mabry D., op. cit., p. 132.

48À Durango, le conflit fut résolu plus rapidement101. Les étudiants demandèrent une loi similaire à celle de l’université de Mexico pour régir l’Institut Juárez. La CNE donna son soutien aux étudiants début novembre 1933. Les premiers actes de violence survinrent à la mi-novembre. Un accord fut trouvé quelques jours plus tard, garantissant le caractère laïc (et non socialiste) de l’éducation dispensée par l’Institut.

  • 102 Ibid., p. 135-136.

49L’Institut scientifique et littéraire de Toluca (État de Mexico) réussit aussi à échapper à l’orientation socialiste en 1934102. Aidés par la CNE, les étudiants de Toluca cherchèrent à obtenir l’autonomie de l’Institut et un droit de représentation au Conseil de l’établissement. Se heurtant au refus du directeur, les étudiants se mirent en grève et occupèrent l’Institut, soutenus par la CNE, la FEU et la Ligue des enseignants des écoles primaires de l’État. Le gouverneur de l’État, Suárez Ocana, ferma l’Institut. Craignant une fermeture définitive, les anciens élèves (dirigés par Fernando Ocaranza) se joignirent au mouvement. L’autonomie fut obtenue le 11 juin 1934 et Ocaranza devint le premier directeur de l’Institut autonome.

  • 103 Ibid., p. 138-139.
  • 104 AMGM, El Mundo, 08-09-1934, Excélsior, 10-09-1934.
  • 105 AMGM, Excélsior, 10-09-1934, El Universal, 15-09-1934.

50Fin juillet 1934, le député Alberto Bremauntz fit part de son projet d’inclure les universités dans la réforme éducative socialiste103. Dès lors, la tension ne cessa de monter jusqu’à la réforme finale de l’article 3 de la Constitution, en décembre 1934. La CNE soutint les luttes des étudiants des États de Puebla, Zacatecas, Michoacán, Nuevo León et Coahuila, lesquels résistaient aux projets d’universités socialistes. La mobilisation des organisations représentatives fut capitale : les exécutifs de la CNE et de la FEU sillonnèrent le pays sans relâche, soutenant les fédérations locales, expliquant aux ouvriers, employés et pères de famille qu’il n’existait pas de « texte socialiste adapté à l’étape par laquelle le Mexique [passait] » et qu’il était absurde d’imposer une éducation socialiste dans un État capitaliste104. ÀTampico, le discours du représentant de la CNE, l’unecico Armando Chávez Camacho, fut même retransmis par la radio locale XEFW. Pour le jeune catholique, la Révolution de 1910 déviait : après « l’étape politique », après « l’étape sociale », venait « l’étape démagogique ». L’éducation socialiste était proprement « monstrueuse » parce qu’elle était prodiguée et imposée par un « régime bourgeois, colonial et réactionnaire ». Le combat pour l’autonomie et contre l’éducation socialiste se faisait bien au nom de la Révolution. En septembre 1934, la « liberté d’enseignement » était devenue un mot d’ordre national105.

  • 106 AMGM, El Universal, 28-09-1934.
  • 107 Mabry D., op. cit., p. 142-145.

51Le 17 septembre 1934, une première version du futur article 3 constitutionnel, modifié par Bremauntz, fut publiée : les universités échappaient à l’éducation socialiste. Néanmoins, le projet pouvait encore être modifié. La FEU, rappelant qu’elle n’était pas « réactionnaire » mais bien « révolutionnaire », réitéra son opposition106. L’université de Mexico, qui avait inauguré la bataille, ne pouvait rester étrangère à la réforme constitutionnelle107. Le 3 octobre 1934, les étudiants de l’Université autonome manifestèrent contre le projet Bremauntz. Les révolutionnaires officiels n’apprécièrent guère cette insubordination : le 5 octobre, les députés du PNR qualifièrent la CNE et la FEU d’organisations réactionnaires, manipulées par le clergé. Le journal du pouvoir, El Nacional, jugea l’université anti-révolutionnaire, ce qui provoqua ensuite la lapidation du quotidien par les étudiants. La FER organisa un meeting à l’ENP, affirmant que l’amendement Bremauntz était de nature fasciste.

52La crise finale survint quasiment un an après les événements d’octobre 1933, jour pour jour. Le 12 octobre 1934, les étudiants se joignirent à la manifestation organisée par l’Union nationale des pères de famille et en profitèrent pour lapider les forces de police. Bilan : 55 personnes arrêtées. La journée du 17 octobre tourna à l’émeute. Le 18 octobre, sous les menaces du président Rodríguez, prêt à réprimer la violence étudiante « avec énergie », le Conseil universitaire décida de fermer temporairement l’Université. Le 20, soutenue par la FEU et la FER, la grève à l’Université autonome semblait appelée à se généraliser. Dépassé par les événements, le recteur Gómez Morin présenta sa démission le 22. Le lendemain, la majorité des écoles arrêta la grève. Les universitaires avaient, en effet, eu gain de cause : l’amendement à l’article 3 venait d’être voté trois jours plus tôt et n’incluait pas les universités dans le programme éducatif socialiste. Le 26 novembre, le catholique Fernando Ocaranza fut désigné recteur. Le président Cárdenas prit ses fonctions et fit modifier la Constitution, selon le projet prévu, début décembre 1934. L’éducation, au Mexique, serait « socialiste », mais pas l’Université. Le mouvement étudiant représentatif avait gagné la première bataille. Mais il avait aussi ses ennemis : 1934 avait conduit les étudiants partisans de l’enseignement socialiste à s’organiser.

L’école socialiste et la division du mouvement étudiant (1934-1936)

53L’expulsion des lombardistes du mouvement étudiant en octobre 1933 et les mobilisations de l’année 1934 poussèrent les partisans de la escuela socialista à former la Confédération des étudiants socialistes du Mexique (CESM). Le schisme étudiant fut dès lors définitif : le mouvement socialiste étudiant et le mouvement représentatif, purgé, se construisirent dans une opposition mutuelle. Ces deux mouvements rivaux se déclaraient « révolutionnaires ». Leur affrontement devait décider du sort de la Révolution mexicaine sous Cárdenas : cette dernière devait-elle prendre pour exemple la Révolution russe de 1917 ou conserver son élan initial ? La CESM (1934) puis la CESUM (Confédération des étudiants socialistes unifiés du Mexique, 1937), constituées d’étudiants proches du pouvoir révolutionnaire ou liés à la SEP, jouèrent le rôle d’avant-garde du gouvernement, promouvant une réforme éducative socialiste intégrale, dans la perspective de la construction d’une « société sans classes ». A contrario, la CNE, influencée par l’UNEC, et la FEU s’opposèrent au « dogmatisme » éducatif et, de manière générale, à la radicalisation de la Révolution.

L’émergence du mouvement étudiant « socialiste » : une jeunesse au service du pouvoir révolutionnaire ?

541934 vit l’apparition, pour la première fois dans l’histoire du Mexique, d’un mouvement étudiant socialiste pérenne. Il ne faut pas concevoir ce mouvement comme la simple marionnette des dirigeants révolutionnaires. Si ce mouvement fut d’abord dirigé par des étudiants liés à Cárdenas ou Garrido Canabal, cette jeunesse socialiste n’en était pas moins sincère dans ses propositions.

  • 108 CESM, Conclusions [sic] del primer congreso de estudiantes socialistas de México, Jalapa, (...)
  • 109 Guevara Niebla G., op. cit., p. 42.
  • 110 CESM, op. cit., p. 3.
  • 111 Ibid., p. 4.
  • 112 Ibid., p. 22.

55Le 29 juillet 1934, à Álvaro Obregón, ville du Tabasco garridiste, s’ouvrit le congrès fondateur de la CESM, organisé par l’étudiant Carlos A. Madrazo108. Le congrès se tint dans une ambiance festive, aux cris de « vive Marx » et au son de L’Internationale109. Contrairement au mouvement à vocation représentative qui avait fait le choix de limiter son action aux « étudiants universitaires », la CESM souhaitait rassembler tous les jeunes socialistes, qu’ils fussent inscrits dans les facultés, dans les écoles techniques ou normales. La CESM, issue du schisme universitaire, se voulait une organisation interscolaire comme le mouvement étudiant de l’avant-1929. À l’été 1934, le but premier était toutefois d’organiser une réponse au XIe Congrès national étudiant, où s’était manifestée la « domination absolue de la faction catholique110 ». Le résultat fut la définition de la « position idéologique de la jeunesse révolutionnaire du pays111 ». Son programme était intégralement socialiste et s’inscrivait dans un « moment historique » précis, caractérisé par le choix entre socialisme et fascisme. Son modèle avoué était « le régime prolétaire de l’Union des républiques socialistes soviétiques », considéré comme « la plus grande expression socialiste [alors jamais] réalisée112 ». Cette déclaration d’amour lui valut toutefois la haine des jeunes communistes, alors alliés avec les catholiques par respect des consignes du Komintern.

  • 113 Ibid., p. 5-10. Les citations suivantes en sont extraites.

56Ces étudiants, qui s’identifiaient à la doctrine socialiste, proposaient un programme cohérent, plus radical que celui du PNR. Organisation étudiante, la CESM faisait logiquement de la « réforme éducative » sa priorité113. Le but était de pousser le législateur à adopter la réforme la plus à gauche possible, dans la perspective initiale de la réforme de l’article 3. Pour la CESM, l’enseignement était une « fonction exclusive de l’État » (les écoles privées devaient fermer) et son orientation devait être « fondée sur le Socialisme scientifique ». Consciente des résistances considérables de l’Université autonome au projet socialiste, la CESM prévoyait un plan de contournement : l’organisation proposait à la fois la création d’un Institut Polytechnique (le futur IPN de 1936), pour préparer les ouvriers à la socialisation des moyens de production, et la « création immédiate » d’une Université socialiste d’État à Mexico.

  • 114 Ibid., p. 10-11.

57La « réforme éducative » s’inscrivait toutefois dans une « réforme sociale » beaucoup plus vaste. La jeunesse étudiante devait participer « à la lutte des classes », combattre les « bandes terroristes du fascisme » apparues au Mexique, lutter « pour la suppression des cultes dans tout le pays et la transformation des bâtiments destinés aux pratiques religieuses en bibliothèques, écoles, centres culturels114 ». La réforme agraire devait être accélérée, les expropriations devaient se faire sans indemnités, la terre devait être possédée et travaillée collectivement.

  • 115 Madrazo C., « Un Congreso Nacional de los Estudiantes Socialistas Mexicanos », Futuro, sep (...)
  • 116 Ibid., p. 64-66.

58La CESM était d’autant plus radicale qu’elle était minoritaire en milieu étudiant, ce qu’avouait malgré lui Madrazo dans la revue Futuro115. Cela avait peu d’importance. À l’heure de la « lutte des classes », chacun devait choisir son camp. Pour Madrazo, l’analyse marxiste détruisait l’idée même d’une « classe étudiante » : les étudiants n’étaient pas des facteurs de production, seulement le prolongement de la bourgeoisie. Les luttes de classes, écrivait Pierre Bourdieu, étaient aussi et surtout des luttes de classement. Pour le chef de la CESM, l’adhésion au marxisme permettait d’en finir avec une catégorie sociale, « la classe étudiante », et avec ses organisations représentatives dont il avait été précédemment expulsé. Lutter au sein des organisations dites représentatives était devenu une « œuvre stérile116 ».

  • 117 Sur les statuts : CESM, op. cit., p. 15 et suivantes.
  • 118 Sa composition : J. A. Domínguez Canabal, C. A. Madrazo, E. Cruz Colín, J. González Beytia (...)

59La CESM ne fonctionnait pas comme les organisations étudiantes à vocation représentative117. Sa mission était de rassembler uniquement les étudiants professant l’idéologie socialiste. La jeune organisation était dirigée par un « Comité exécutif national » (CEN) de cinq membres, qui concentrait la quasi-totalité des pouvoirs. Elle était liée aux représentants officiels de la Révolution mexicaine : le premier CEN était composé d’étudiants proches de Garrido et de Lombardo118.

  • 119 Guevara Niebla G., op. cit., p. 40.
  • 120 CESM, Manifiesto y conclusiones de la primera asamblea estatal de estudiantes socialistas, (...)

60Qui étaient les adhérents de la CESM ? Parmi les 255 délégués du congrès fondateur de 1934, figuraient plusieurs organisations représentatives (la Fédération des étudiants techniques) ou politiques (comme le PNEPC)119. L’analyse du Premier Congrès des étudiants socialistes de l’État d’Oaxaca, réuni en avril 1935, permet de mieux comprendre la composition sociale de la jeune organisation120. Les délégués venus à ce congrès régional pouvaient représenter un établissement ou une organisation. Tous les cycles et tous les types d’écoles étaient représentés, du secondaire au supérieur, en passant par les écoles techniques et normales, rurales ou non. Missionnaires de l’éducation socialiste et piliers du régime cardéniste, les futurs enseignants étaient de loin les plus nombreux : sur la centaine de délégués, 39 venaient d’une école normale. 16 étudiants représentaient le secteur technique, six, le secondaire. Les 37 autres délégués présents appartenaient à la Fédération des étudiants socialistes d’Oaxaca (11 d’entre eux) et au Bloc révolutionnaire étudiant (sept), ou s’étaient affiliés directement au Congrès.

  • 121 AGN, LC, exp. 433/4, lettre du Comité local de Durango de la CESM à Cárdenas (04-12-1935).

61À Oaxaca comme à Mexico, la Revolución avait sa jeune avant-garde : durant toute son existence, la CESM et ses comités locaux s’acharnèrent contre le mouvement représentatif, composé d’« étudiants réactionnaires […] de filiation cléricale notoire […] manipulés avec astuce par ces vampires de l’humanité qui [disaient] être les représentants d’un Dieu ». Chiens de garde de la Révolution, les jeunes socialistes dénoncèrent, par voie de presse ou par télégrammes envoyés directement au président Cárdenas, les agissements de la CNE, qu’il s’agît de congrès ou de manifestations contre l’article 3 constitutionnel121. Ils souhaitaient torpiller l’action du mouvement représentatif en le privant de financements. La CESM demeura toutefois très minoritaire jusqu’à l’été 1935, au moment où l’alliance avec les communistes devint soudainement possible.

  • 122 Carr B., Marxism and Communism in Twentieth-Century Mexico, Lincoln/Londres, University of (...)
  • 123 El Machete, 14-09-1935. Parmi les organisations présentes lors de cette réunion : la Jeune (...)
  • 124 El Machete, 14-09-1935.
  • 125 Ibid.
  • 126 El Machete, 21-09-1935.
  • 127 El Machete, 05-10-1935.

62Jusqu’à l’été 1935, les étudiants communistes avaient préféré dénoncer l’éducation socialiste comme la manœuvre d’un régime bourgeois et hypocrite. Analysant la situation européenne et la montée du fascisme, le VIIe Congrès de l’International communiste décida d’adopter une nouvelle tactique, favorable à l’alliance avec les sociaux-traîtres d’hier et propice à la création de fronts populaires. Le PCM finit par appliquer cette consigne, pensée pour l’Europe et non pour l’Amérique latine, non sans réticences122. En septembre 1935, le « premier grand meeting » du tout nouveau « Front unique juvénile » permit un premier dialogue entre la CESM et les étudiants communistes123. Toujours prompt à l’autocritique, le journal du PCM consacra son éditorial au tournant à 180 degrés du Komintern et dessina un nouveau plan d’action en matière de politique étudiante124. L’ennemi était désormais clairement désigné : c’était « la camarilla des cléricaux » contrôlant la CNE. Face à cette réaction cléricale, le PCM considérait fondamentale « la tâche d’unification étudiante en utilisant avec ténacité la tactique du front unique ». Plus concrètement, il s’agissait de réunir la CESM, la Fédération des étudiants techniques, les étudiants des écoles normales et ceux du secondaire. Le but du futur Front unique était de reprendre la CNE aux « réactionnaires ». Le bureau politique du PCM se chargeait dans le même temps de faire avaler la couleuvre de l’éducation socialiste : bien qu’elle fût uniquement possible dans une société socialiste, elle représentait de facto « un progrès et un élément d’attaque contre la politique réactionnaire dans l’enseignement ». Les communistes devaient non seulement accepter l’éducation socialiste dans les cycles primaires et secondaires mais aussi lutter pour son application à l’Université. Après avoir été des éléments particulièrement virulents dans la lutte pour l’autonomie universitaire, les communistes étaient contraints de combattre la « liberté d’enseignement ». La FER annonçait son nouveau triptyque : « Autonomie, Subside suffisant de l’État et Réorganisation démocratique, éliminant l’influence de l’appareil clérical contrôlant l’Institution125 ». Dénonçant les « cristeros » universitaires, la FER voulait « l’autonomie » mais pas « la liberté d’enseignement », consigne éminemment « réactionnaire126 ». La défense de l’autonomie était théoriquement maintenue alors même que les étudiants communistes précisaient qu’ils luttaient pour que les enseignements universitaires fussent conformes « au principe du matérialisme dialectique », « doctrine du prolétariat127 ». Cette autonomie devait être administrative, et non idéologique. L’alliance avec la CESM était dès lors possible.

  • 128 El Machete, 12-10-1935. Le congrès fut soutenu financièrement par Cárdenas et par la munic (...)
  • 129 El Machete, 07-11-1935.
  • 130 Hinojosa R., Justicia social en México, segundo congreso de estudiantes socialistas en Méx (...)
  • 131 Hinojosa R., op. cit., p. 64.

63Lors du Second Congrès national de la CESM, réuni du 8 au 12 octobre 1935 à Uruapán, la FER et la Fédération des Jeunesses communistes (FJC) décidèrent d’envoyer des « délégations collaboratrices » afin de consolider le Front unique juvénile à l’échelle nationale128. Ce Second Congrès fut salué par le PCM qui considérait les jeunes délégués comme « un facteur dans la lutte des classes opprimées129 ». Les dirigeants de la CESM, notamment Madrazo, profitèrent cependant de la présence des communistes au congrès pour leur rappeler leur ancienne alliance avec « l’archevêque du Mexique130 ». Enrique Ramírez y Ramírez, de la FER, fit son autocritique, reconnaissant que les communistes avaient fait des erreurs tactiques dans le passé131. L’alliance était scellée.

  • 132 Ibid., p. 21.
  • 133 Ibid., p. 42-43.
  • 134 Ibid., p. 43.

64Le programme de la CESM était désormais une plateforme commune. Au moment où les enseignants se faisaient couper les oreilles par les paysans, la bataille pour l’éducation socialiste, désormais inscrite dans la Constitution, entrait dans une nouvelle phase. La CESM proposait une nouvelle réforme constitutionnelle, avec une reformulation, toujours plus à gauche, de l’article 3 : « l’enseignement se fondera sur le matérialisme dialectique et affirmera la nécessité de détruire l’actuel régime social, en le substituant par un dans lequel la richesse sociale est distribuée de manière juste132 ». L’enseignement secondaire et supérieur devait être gratuit « pour les fils de travailleurs ». En contrepartie, tous les étudiants devaient effectuer un « service social ». Quant à la « Réforme Universitaire », elle exigeait la création d’une « Université d’avant-garde », faisant de l’enseignement et de la recherche, mettant ses diplômés « au service de la collectivité mexicaine », fonctionnant « avec une autonomie technique suffisante » et une « organisation interne […] largement démocratique133 ». L’autonomie intégrale était reniée. Fait nouveau, une véritable démocratisation était à l’ordre du jour, la « majorité » des inscrits devant être des ouvriers ou des paysans134. Ce n’était plus seulement à l’Université d’aller au peuple, mais au peuple d’entrer à l’Université.

  • 135 Lombardo Toledano V., 50 verdades sobre la U.R.S.S, Mexico, TGN, 1936.

65Minoritaire chez les universitaires, importante chez les normaliens et techniciens, la CESM bénéficiait aussi et surtout du soutien du pouvoir cardéniste. Les presses gouvernementales (les TGN) éditèrent les multiples travaux de la CESM. Cette dernière put ainsi faire publier les « 50 vérités sur l’URSS » de Lombardo Toledano135. Ce dernier était revenu envoûté de son voyage en URSS, à mille lieues du ressenti d’André Gide, dont les conclusions étaient alors reproduites dans El Universal. Pour Lombardo, véritable maître à penser de la CESM, « la dictature du prolétariat » était la « véritable démocratie », la planification quinquennale, une nécessité, la « discipline » du peuple russe, « parfaite ». Le deus ex machina de la gauche étudiante s’extasiait : l’éducation soviétique avait permis aux musulmanes d’enlever leur voile, l’athéisme était général et les églises vides, les femmes étaient considérées comme des hommes et pouvaient conduire des locomotives, le nombre d’élèves par classe était limité à 25. Lombardo concluait, dans son cinquantième point : « je viens de voyager dans le temps : l’URSS est le monde de l’avenir ». L’ami de la CESM fonda, cette même année, l’Université Ouvrière de Mexico, avec la collaboration de quelques étudiants de gauche. Toutefois, peu d’étudiants étaient partisans de l’axe Mexico-Moscou. La CNE et la FEU, piliers du mouvement représentatif, s’opposaient à cette soviétisation de la Révolution mexicaine, tout comme à l’éducation socialiste.

Le mouvement étudiant représentatif : du consensus révolutionnaire à la « réaction » ?

  • 136 El Universal, 01-05-1934.
  • 137 Guevara Niebla G., op. cit., p. 64-65. Mabry D., op. cit., p. 134. El Universal, 07-05, 14 (...)
  • 138 Le président élu fut A. Chávez Camacho (UNEC). Son vice-président, B. Coquet, n’était pas (...)

66La renaissance du mouvement représentatif s’opéra lors du XIe Congrès national étudiant de San Luis Potosí en mai 1934136. Après l’épuration de la CNE et de la FEU en octobre 1933, le mouvement étudiant se réorganisa et fit de la « Réforme universitaire » et de la « liberté d’enseignement » ses mots d’ordre exclusifs. Alors hostiles à Calles, les étudiants reçurent l’aide intéressée du gouverneur de San Luis Potosí, le général Saturnino Cedillo137. Le XIe Congrès réunit catholiques, libéraux et communistes. Mieux préparés et mieux organisés, les membres de l’UNEC réussirent à noyauter la CNE138.

  • 139 Proa, « Conclusiones del XI congreso nacional de estudiantes », juil.-août 1934, no 1, p.  (...)

67Les résolutions du congrès témoignaient de la nécessité d’établir un nouveau consensus au sein de la « classe étudiante ». Ce consensus était le produit d’un rapport de forces entre différentes tendances. De manière générale, le langage employé dans les conclusions du XIe Congrès était plus proche du « style » de l’UNEC que des revendications de la FER139. Le premier thème traité fut évidemment la « Réforme universitaire ». En réponse à la réforme universitaire lombardiste, les congressistes choisirent d’accentuer la dimension sociale de l’Université : cette dernière devait introduire l’étudiant à « la connaissance de la réalité sociale ». L’étudiant devait rendre un « service social » à la société. Malgré cette annonce, la Reforma Universitaria semblait surtout avoir lieu au sein de la tour d’ivoire. Pour les congressistes, « toute lutte contre l’Autonomie des universités mexicaines [était] une trahison envers les étudiants mexicains ». La catégorie « étudiant » se réduisait clairement aux élèves du supérieur et au combat initié en 1929.

  • 140 El Universal, 14-05-1934. Les membres de l’UNEC (dont L. Islas) firent l’éloge du fascisme (...)
  • 141 AHUNAM, M. Palomar y Vizcarra, 43, exp. 308, Los Universitarios de México. Les principaux (...)

68Formé par des communistes, des libéraux et des catholiques admirateurs de Mussolini, le XIe Congrès choisit de n’embrasser aucune « idéologie politico-sociale déterminée », ne s’opposant ni au communisme ni au fascisme140. L’assemblée reconnut néanmoins l’échec du « système capitaliste » et la nécessité de lutter pour un « nouveau système social juste ». Pour les étudiants, le problème de la terre, fondamental, n’avait toujours pas été résolu. Les syndicats n’étaient pas libres, les manifestations populaires étaient réprimées. La culture devait arriver aux masses rurales et indigènes. Les « groupes ethniquement attardés » devaient avoir la possibilité de rejoindre librement la « civilisation moderne ». Le nouveau programme du mouvement étudiant renouait donc avec les thèmes de 1932, comme si la déviation lombardiste n’avait jamais existé. Le congrès se voulait tout à la fois fidèle à la Révolution et critique du gouvernement qui prétendait en émaner. L’influence de l’UNEC, sensible dans les thèmes et formulations, se retrouvait davantage encore dans les méthodes : le Congrès appelait les fédérations et sociétés étudiantes locales à analyser les différents problèmes régionaux, en organisant des « cercles d’études » et des « semaines sociales ». L’influence de Marc Sangnier, du catholicisme social français et du père Desbuquois était frappante. Un « Institut d’études sociales » devait être créé pour enseigner l’« Histoire des revendications prolétaires dans le monde et au Mexique » et les différentes « doctrines sociales d’actualité » (libéralisme, communisme, socialisme, fascisme, catholicisme social). Le spectre d’orientation idéologique de la Révolution mexicaine était dès lors très ouvert. Car c’était bien de cela qu’il s’agissait : la foi des étudiants en la Révolution fut constante, à l’instar de la FEU, qui célébrait en 1934 l’anniversaire du 20 novembre 1910, appelant la jeunesse à poursuivre le processus révolutionnaire et critiquant Calles et le PNR141.

  • 142 AGN, LC, exp. 534.8/8, mémorandum, CNE, 25-03-1935.

69Désireux d’obtenir le soutien de Cárdenas, le nouveau chef de la CNE, Daniel Kuri Breña, adressa un long rapport à la présidence, en mars 1935142. Le jeune catholique demandait au président, encore inféodé à Calles, d’intervenir en faveur de l’autonomie dans huit établissements et de financer l’université autonome de Mexico. L’unecico Kuri Breña insistait sur le « travail social » effectué par les étudiants. Évoquant un possible « service social étudiant », il demandait la multiplication des brigades de médecins et d’ingénieurs, grâce à « l’aide intelligente du gouvernement fédéral ». L’idée faisait son chemin.

  • 143 Sur ce congrès, voir CNE, El XII congreso nacional de estudiantes. Monterrey, N. L. Estado (...)
  • 144 La seconde « christiade » battait son plein. L’archevêque de Mexico venait d’être emprison (...)
  • 145 Les étudiants V. M. González et F. González furent assassinés par un ex-policier calliste. (...)
  • 146 Cárdenas commença à prendre ses distances avec Calles après la « boucherie de Coyoacán », (...)
  • 147 AGN, LC, exp. 433/56.
  • 148 Télégramme de J. Rivera Albarrán, 21-07-1935, AGN, LC, exp. 433/56. Selon Rivera, 150 délé (...)
  • 149 Manuel Brito Foucher, frère de Rodulfo, fut tué ainsi que César Pedrero. La CNE demanda un (...)
  • 150 AGN, LC, exp. 433/56. El Universal, 21-07-1935.
  • 151 CNE, op. cit., p. 17.
  • 152 CNE, op. cit., p. 19. AGN, LC, exp. 433/56.
  • 153 CNE, op. cit., p. 25.
  • 154 Ibid., p. 22-23.

70Dans une large mesure, le XIIe Congrès national étudiant (Monterrey, juillet 1935) s’inscrivit dans le droit fil de la rencontre de 1934143. Le congrès se déroula néanmoins dans un contexte extrêmement tendu. Les persécutions contre les catholiques s’étaient renforcées depuis 1934144. Les relations entre le gouvernement et l’Université autonome étaient exécrables. Deux étudiants furent assassinés par un tueur au service de la famille Calles, dès le premier jour du congrès, le 15 juillet 1935145. Cárdenas commençait à liquider politiquement Calles depuis juin 1935146. Le président dut dès lors assurer la sécurité d’un congrès très contesté, en faisant appel à l’armée pour protéger les étudiants147. De nombreuses organisations révolutionnaires s’opposèrent à une réunion étudiante jugée « cléricale ». Les étudiants de gauche ne purent y participer148. Les organisateurs du congrès affirmaient cependant que toutes les tendances étaient représentées. Au même moment, d’autres étudiants universitaires étaient partis accompagner l’ancien champion de 1933, l’ex-directeur de la faculté de droit, Brito Foucher, lequel menait une expédition dans son Tabasco natal, en pleine campagne électorale, contre le cacique Garrido Canabal. Plusieurs étudiants trouvèrent la mort, provoquant l’ire des congressistes et de la jeunesse des écoles en général149. Enfin, la domination des catholiques sur le mouvement étudiant se renforça très nettement. Durant le congrès de Monterrey, les membres de l’UNEC prirent le contrôle des commissions chargées de vérifier les accréditations et dirigèrent les commissions thématiques. La direction de la CNE resta dans les mains de l’UNEC : Manuel Pacheco Moreno succéda à son coreligionnaire Daniel Kuri Breña150. Ce contrôle étroit permit aux jeunes catholiques intransigeants d’imposer de manière éhontée leurs thèmes de prédilection. Les nombreux arguments des congressistes contre « l’éducation socialiste » venaient tout droit de la revue Proa. Les conclusions du premier thème du congrès, « État et éducation », datées du 19 juillet 1935, auraient pu être rédigées par un jésuite : le « monopole » de l’État sur l’éducation, jugé « irrationnel », allait à l’encontre des droits des « corporations enseignantes » et des « pères de famille151 ». De manière offensive, les congressistes reprenaient une proposition faite par l’UNEC en décembre 1931 : la « représentation proportionnelle scolaire152 ». Selon cette dernière, chaque citoyen imposable devait avoir le droit de financer l’école de son choix. Autrement dit, dans un pays comptant 90 % de catholiques, 90 % des écoles publiques devaient respecter « l’idéologie » des pères de famille catholiques. La CNE ne combattait pas seulement l’éducation socialiste dans les écoles primaires et secondaires : elle exigeait une réforme de l’article 3 et l’abandon de l’école laïque, pierre angulaire du libéralisme et de la Révolution153. Selon les étudiants, la « démagogique » école socialiste « ne [s’inscrivait] pas dans la continuité de la Révolution154 ». Le mouvement initié en 1910 avait été fait par les masses non pour établir le socialisme d’État, mais pour obtenir la destruction du latifundio, la création de l’ejido et le développement de la petite propriété. Les congressistes disaient accepter volontiers un « enseignement plus social », non l’éducation socialiste.

  • 155 Ibid., p. 32.
  • 156 Ibid., p. 35.
  • 157 Mabry D., op. cit., p. 150-153.

71Pour ne pas être dans le rejet pur et simple, les congressistes reprirent et théorisèrent une proposition issue de la rencontre de l’année précédente : le « service social155 ». Ce « travail que l’homme [devait effectuer] au service de la collectivité » était fondée sur la « justice sociale ». Ce service répondait à la dette contractée par les étudiants envers les « classes […] ouvrières et paysannes ». Ce service obligatoire devait aussi être utile pour la formation professionnelle des étudiants. Le mécanisme proposé était le suivant : les jeunes diplômés devaient être immédiatement employés par l’État fédéral ou les autorités locales pour, le cas échéant et en fonction des disciplines, fournir un service médical gratuit aux populations, rechercher les ressources naturelles de la région concernée afin de planifier le développement du pays, ou encore organiser la distribution du crédit. Le « service social » était donc l’institutionnalisation et la professionnalisation de l’ancienne « extension universitaire ». Il s’inscrivait dans l’expérience post-1929 des « brigades universitaires ». Ce service devait s’effectuer en dehors des grandes villes, suivant un plan « rationnel », permettant de répondre aux besoins du pays. Le servicio devait durer un an, les diplômés devant être payés par le futur « Institut universitaire de service social156 ». Évoqué en 1934, théorisé en 1935, le « service social », obligatoire en ce début de xxie siècle dans toutes les universités mexicaines, était appelé à un bel avenir. Il allait permettre une sortie à la crise universitaire qui se produisit en septembre 1935157.

  • 158 Le congrès se réunit du 30 août au 3 septembre 1936, avec 15 États représentés. Laredo Tim (...)
  • 159 Courrier du consul E. G. Domínguez de Laredo (Texas) à la SRE (02-09-1936), ASRE, exp. III (...)
  • 160 ASRE, exp. III-330-5.
  • 161 El Universal, 04-08, 07-08-1936.
  • 162 AGN, LC, exp. 534.8/8, lettre de R. Carriedo Rosales (vice-président de la CNE, UNEC), 20- (...)
  • 163 El Universal, 14-09-1936.

72Réuni à Nuevo Laredo à la fin du mois d’août 1936, le XIIIe Congrès national étudiant consolida l’effort des congrès de 1934 et 1935158. L’UNEC garda la mainmise sur la CNE. Le général Cedillo, encore proche de Cárdenas, soutenait cette CNE « cléricale159 ». Lors de l’inauguration du congrès, les délégués jurèrent de défendre, debouts et dans la plus grande solennité, le triptyque désormais classique : « Liberté d’enseignement, Autonomie universitaire et Service social160 ». Durant l’année 1935-1936, le nouveau servicio social avait été mis en pratique par les étudiants en médecine, partis vacciner les habitants des campagnes. Sous l’impulsion de la CNE, le « service social », dans sa dimension médicale, était devenu un objet de réflexions publiques161. Fin 1936, la CNE envoyait une lettre au président Cárdenas, montrant l’œuvre accomplie, coupures de presse à l’appui162. Sans surprise, la direction de la CNE passa des mains du catholique Manuel Pacheco Moreno à celles de son coreligionnaire Federico Rodríguez Hicks163. Dominée depuis trois ans par l’UNEC, la CNE faisait cependant de moins en moins l’unanimité en milieu étudiant.

1936 : la conjuration anti-catholique et la perte de légitimité croissante des organisations représentatives

  • 164 Mabry D., op. cit., p. 139. Les contestataires étaient J. Vallejo Novelo, J. Rivera Albarr (...)
  • 165 Les deux CNE furent dénoncées comme illégitimes par la FER et par la CESM. Ibid.
  • 166 Ibid., p. 147.
  • 167 Ibid. Calderón Vega L., op. cit., p. 86.

73Le contrôle du mouvement représentatif par les catholiques fut, dès 1934, l’objet de nombreuses critiques, à l’origine de tensions croissantes. Le problème n’était pas tant que les membres de l’UNEC fussent catholiques, mais bien que leur organisation fût perçue comme la marionnette des jésuites. En août 1934, les étudiants de gauche avaient déjà protesté contre les jeunes « réactionnaires » qui dirigeaient la CNE, demandant leur démission164. Le président de la CNE, Coquet, avait alors choisi de purger le mouvement de ses contestataires, lesquels avaient fondé en retour leur propre CNE. Du 11 au 19 août 1934, deux CNE rivales cohabitèrent, avant de se réunir finalement165. La CNE dissidente fut momentanément reconnue par la FEU, ce qui provoqua des scissions au sein de cette dernière. Par la suite, la reformation de la CNE et la lutte commune contre l’éducation socialiste n’effacèrent pas les tensions entre la gauche étudiante et les catholiques, criantes en 1935. En avril 1935, l’un des dirigeants de la gauche étudiante, Rivera Albarrán, démissionna de son poste de secrétaire général de la CNE166. En mai 1935, la FEU se divisa en deux : une FEU catholique (contrôlée par José González Jauregui de l’UNEC), une FEU de gauche dirigée par Efrén Beltrán167. La scission dura un an.

  • 168 Mabry D., op. cit., p. 154-158.
  • 169 Ibid., p. 162-167.
  • 170 Calderón Vega L., op. cit., p. 86-87. AGN, LC, exp. 534.8/8, télégramme de M. Pacheco More (...)
  • 171 UIA/ACM, « La Federación Estudiantil Universitaria señala a los enemigos de la Universidad (...)
  • 172 Les expulsés : A. Chávez Camacho, L. Islas García, C. Athié, J. de Anda, A. Aguirre Salas, (...)
  • 173 Mabry D., op. cit., p. 162.

74Élu en septembre 1935 et comptant initialement l’UNEC parmi ses soutiens, le nouveau recteur de l’Université autonome, Luis Chico Goerne, décida, dès son entrée en fonction, de se débarrasser de cette jeunesse catholique pour le moins turbulente168. Le nouveau recteur soutint la gauche étudiante qui reprit le contrôle de la FEU, en mai 1936. L’élection de Roberto Fernández Morán à la présidence de la FEU fut immédiatement contestée par les membres de l’UNEC, puis annulée169. L’affaire donna lieu à une importante crise interne en mai-juin 1936, impliquant le recteur Chico, et généra des affrontements entre droite et gauche étudiantes170. Présidée par Fernández Morán, la nouvelle FEU dénonça dans un manifeste véhément le pouvoir de l’UNEC et les intrigues du jésuite Ramón Martínez Silva, accusé de s’être rendu au XIIe Congrès et d’avoir rédigé les motions de ses poulains171. La FEU rompait les attaches avec la CNE, appelant à « la lutte pour la pleine liberté de l’esprit » contre le dogmatisme catholique et contre l’« organisation secrète » financée par les jésuites. Chico soutenant la gauche, plusieurs membres de l’UNEC-CNE furent finalement expulsés de l’Université172. De nouvelles élections furent organisées, donnant la présidence de la FEU à Francisco López Serrano173. Cette nouvelle FEU, non catholique et toujours hostile à la CNE, prenait aussi ses distances avec les étudiants de gauche.

  • 174 Le comité organisateur de cette CNE de gauche comptait des membres de la FER, de la Ala Iz (...)
  • 175 Ibid., p. 169.

75En 1936, les représentants de « l’aile gauche » du mouvement étudiant, qui avaient participé au congrès de 1934, restaient très mécontents d’avoir été exclus du congrès de 1935 et s’attendaient à l’être de nouveau. Menée par Rivera Albarrán, l’aile gauche avait improvisé un contre-congrès à Monterrey en juillet 1935 et tenta, d’abord en vain, de former une nouvelle CNE en mai 1936174. Elle organisa finalement, avec l’aide du gouvernement cardéniste, un congrès parallèle à celui de Nuevo Laredo, à Mérida, en septembre 1936175.

76Ainsi, fin 1936, le mouvement étudiant représentatif était très affaibli : deux CNE coexistaient, l’une pro-gouvernementale, l’autre cléricale. La FEU, inféodée au recteur de l’Université autonome, restait au-dessus de la mêlée. Ajoutons, à ces divisions d’ordre politique, celles sectorielles et disciplinaires. En 1936, malgré les rivalités et divisions, la tendance était néanmoins à l’apaisement : la question scolaire, liée à la question religieuse, devint moins centrale à partir de cette date. Le départ de Calles y fut pour beaucoup. La lutte pour la « liberté d’enseignement » à l’Université avait été remportée par le mouvement étudiant représentatif. Même divisée, cette jeunesse étudiante s’identifiait à la Révolution.

La Révolution malgré tout ? (1937-1939)

77Divisé depuis 1934 par l’école socialiste, le mouvement étudiant, pris dans son ensemble, continuait d’avoir la Révolution pour horizon. La Revolución était cependant plastique et il existait deux sensibilités très différentes. Pour la frange socialiste et communiste du mouvement étudiant, la Révolution devait poursuivre sa marche inexorable vers la « société sans classes ». Ce processus n’en était qu’à ses débuts et Cárdenas en était le héros. Pour la frange modérée et conservatrice, la Révolution était essentiellement l’élan initié en 1910, élan qui avait dévié sous l’influence des « jacobins » et des « rouges », comme Cárdenas et Lombardo Toledano, tenants fantasmés de l’axe Mexico-Moscou. Et pour qu’un éventuel socialisme ne fût pas rejeté, il devait être « mexicain ». Tout ce qui évoquait l’étranger était balayé d’un revers de la main.

  • 176 El Universal, 05-10, 25-10-1937. « El problema agrario en México », Vertice, no 5, nov.-dé (...)
  • 177 Arreguin E. Jr., « El Congreso Estudiantil en Querétaro », Futuro, nov. 1937, p. 39.

78Il est nécessaire d’insister sur l’étonnante fidélité de la frange conservatrice au projet révolutionnaire. Les jeunes de l’UNEC, qui maintenaient leur contrôle sur une CNE surnommée « Confédération nationale ecclésiastique » par ses détracteurs, continuaient d’analyser les grands problèmes nationaux, éléments centraux du programme révolutionnaire. Le XIVe Congrès national étudiant, réuni à Querétaro en octobre 1937, tout en défendant « la liberté d’enseignement » et le « service social », aborda longuement les questions ouvrières et paysannes176. Certes, ce congrès fit seulement l’éloge de la petite propriété et critiqua le collectivisme agraire, mis en œuvre par Cárdenas dans le Yucatán et à La Laguna177. Il s’inscrivait cependant explicitement dans le projet de 1910 et défendait une certaine idée de la Révolution, nécessairement nationale.

  • 178 AGN, LC, exp. 433/229. González Calzada M., Juventud izquierdista de México, Congreso cons (...)
  • 179 Le dernier grand conflit eut lieu à l’Ateneo Fuente de Saltillo (Coahuila). Cárdenas arbit (...)

79Au même moment, les jeunes cardénistes se regroupèrent de nouveau et fondèrent la Confédération des étudiants socialistes unifiés du Mexique (CESUM), lors d’un congrès organisé à Durango (8-13 octobre 1937), avec l’aide matérielle du gouvernement178. Concevant les étudiants comme une « partie de la classe travailleuse », ils soutenaient fermement le mouvement syndical cardéniste (les nouvelles centrales qu’étaient la Confédération des travailleurs mexicains et la Confédération nationale paysanne) et pensaient la Révolution en termes marxistes. Dans la lignée des congrès précédents, l’assemblée se déclara en faveur d’une éducation socialiste radicale, du jardin d’enfants à l’université. La bataille pour ou contre l’éducation socialiste continuait encore en 1938179.

  • 180 Ibid. Le 1er novembre 1937, l’Institut national du service social étudiant avait été fondé (...)

80Ces deux composantes du mouvement étudiant, malgré leurs profondes différences, restaient révolutionnaires. Les étudiants socialistes et les étudiants de la CNE-UNEC avaient en commun la pratique du « service social » et l’envoi de « brigades » culturelles ou médicales dans tout le pays180. Certes, le message des brigades pouvait varier (les catholiques jugeaient « démagogiques » les brigades socialistes, les socialistes qualifiaient de « touristique » et compassionnelle l’action des premiers), mais le fait d’aller au peuple était systématique.

  • 181 Ibid. Calderón Vega L., op. cit., p. 51.
  • 182 AGN, LC, exp. 534.8/8, rapport d’activités, CNE, 27-07-1938. Guevara Niebla G., op. cit., (...)
  • 183 Tinoco Ariza D., « Dos revoluciones », Proa, no 1, 12-11-1939, p. 1-2. Chávez Camacho A., (...)
  • 184 La revue Proa diffusa amplement la doctrine du parti. Sur les liens entre l’UNEC et la fon (...)

81Par ailleurs, si la CNE-UNEC avait vu la multiplication des grèves d’un mauvais œil, elle applaudit, certes non sans débats préalables, l’expropriation pétrolière de mars 1938, point d’orgue de la Révolution181. La FEU, en bonne entente avec le recteur Chico Goerne qui voulait démontrer que l’Université était révolutionnaire, rendit alors aussi hommage au président Cárdenas, tout comme la jeune CESUM182. Les étudiants furent très présents dans les manifestations de triomphe de mars 1938. La « classe étudiante » s’unit alors exceptionnellement. Hors du nationalisme, point de salut : si les révolutionnaires radicaux regardaient vers l’URSS, c’était au nom de l’intérêt national. Dans une veine opposée mais similaire, les tenants de la conservation de la Révolution, qui différenciaient clairement la « révolution madériste » de la « révolution cardéniste », haïrent jusqu’à la fin de son mandat Cárdenas et Lombardo, principalement pour leurs orientations jugées anti-nationales et « exotiques183 ». De nombreux membres de l’UNEC-CNE choisirent l’opposition et participèrent à la fondation du jeune Parti action nationale (PAN), créé en 1939, sous l’égide de Manuel Gómez Morin et d’Efraín González Luna : les unecicos exercèrent une influence tout à fait notable sur sa doctrine d’apparence laïque mais d’inspiration catholique184.

82Défendre le Mexique, défendre la Révolution, même en ne la prenant pas nécessairement en bloc, fut sans aucun doute l’idéal commun de la « classe étudiante ». Dès les années 1910, cette jeunesse anti-impérialiste avait pensé l’inclusion de la jeune patrie mexicaine dans un conglomérat racial plus vaste, l’Ibéro-Amérique. Ce fut vers cet espace unissant la péninsule Ibérique à l’Amérique latine, étrange territoire séparé par un océan, que la « classe étudiante » se tourna pour affirmer l’existence du Mexique et y projeter l’élan de sa Révolution.

Notes

1 « Manifiesto a los Estudiantes de la República », Futuro, sept. 1934, p. 112.

2 Lerner V., « Historia de la reforma educativa : 1933-1945 », HM, no 1, vol. 29, 1979, p. 91-132. Lerner V., La educación socialista. Historia de la Revolución Mexicana, Mexico, Colmex, 1979. Guevara Nieblag., La educación socialista en México (1934-1945), Mexico, El Caballito, 1985. Quintanilla S., Vaughan M. K. Escuela y sociedad en el periodo cardenista, Mexico, FCE, 1997.

3 Diario official, 13-12-1934.

4 Guevara Niebla G., op. cit., vol. 2, p. 19.

5 Cette volonté de contrôler les consciences a été explicitement formulée par Calles, dans son discours de Guadalajara en juillet 1934 : « Il est nécessaire d’entrer dans la nouvelle période de la révolution, que j’appellerai la période de la révolution psychologique ou de conquête spirituelle ; nous devons nous emparer des consciences de l’enfance, de la jeunesse parce qu’elles sont et doivent appartenir à la révolution ». Gardet M., op. cit., p. 124.

6 « Discurso pronunciado por el rector de la Universidad, Abogado Ignacio García Téllez », Universidad de México, juil. 1932, p. 291 et suivantes. Les citations qui suivent en sont extraites.

7 Krauze E., op. cit., p. 172.

8 Ibid., p. 173.

9 Lombardo Toledano V., Definiciones sobre derecho público, Mexico, Cultura, 1922, p. 13, cité par Krauze E., op. cit., p. 175.

10 Lombardo Toledano V., El problema de la educación en México, Mexico, Cultura, 1924, p. 16, cité par Krauze E., op. cit., p. 211.

11 Lombardo Toledano V., « Prólogo al debate sobre Idealismo vs. Materialismo dialéctico publicado por la Universidad Obrera en 1963 », Idealismo vs. Materialismo : polémicas filosóficas, Morelia, Masonería Filosófica de Michoacán, 2008, p. 193.

12 AUOM, lettre de Lombardo Toledano à Portes Gil, 26-05-1929.

13 Lombardo Toledano V., « El sentido humanista de la Revolución Mexicana », Conferencias del Ateneo de la Juventud, Mexico, UNAM, 2000, p. 163-180.

14 Krauze E., op. cit., p. 312.

15 Ibid., p. 315.

16 « IX Congreso Nacional de Estudiantes (Toluca, 1932) », in Lombardo Toledano V., Obra histórico-cronológica, Mexico, CEFPSVLT, 2002, t. II, vol. 3, p. 47-60. Les citations suivantes en sont extraites.

17 Les délégués du Tabasco étaient : J. A. Domínguez Canabal (neveu du gouverneur), J. Rivera Albarrán, L. Fernández del Campo, C. A. Madrazo. AGN, POR, exp. 24/3165, Copia de informe…, 05-07-1932.

18 AGN, POR, exp. 24/3165, Copia de informe…, 5-07-1932.

19 Del Castillo Troncoso A., « La polémica en torno a la educatión sexual en la ciudad de México durante la década de los años treinta : conceptos y representaciones de la infancia », Estudios Sociológicos, janv.-avril 2000, vol. 18, no 52, p. 203-226. L’UNEC y était hostile (Proa, avril-mai 1933, no 4, p. 12).

20 Mabry D., op. cit., p. 97-98.

21 FEU, Anuario 1932-1933, Mexico, FEU, 1933, p. 57 et 62. En décembre 1932, la FEU déclara refuser l’élection de Lombardo à la tête de l’ENP.

22 « 1933 Primer Congreso Iberoamericano de Estudiantes », Futuro, oct. 1934, p. 30.

23 Ibid., p. 31.

24 Mabry D., op. cit., p. 105-106. Le rival d’Alonso Garrido était l’étudiant en droit J. Vallejo Novelo, dirigeant du Parti autonomiste universitaire, soutenu par le directeur de la faculté de droit (l’anti-lombardiste R. Brito Foucher) et l’UNEC.

25 Ibid., p. 105. Les camisas rojas étaient la milice anticléricale du gouverneur. Le frère du gouverneur du Tabasco, étudiant en chimie, était soutenu par le recteur, par Lombardo, par le secrétaire général de l’Université J. Jiménez Rueda et par le président de la SDA de l’ENP diurne (C. Madrazo).

26 Mabry D., op. cit., p. 107. Partido Nacional Estudiantil (PNE), Bases y Programa, Mexico, PNE, 1933, p. 7.

27 PNE, op. cit., p. 3.

28 « Convocatoria a la Juventud Estudiantil Revolucionaria de la República », PNE, op. cit., p. 7-8.

29 « Salutación de Ramón Magaña Ch. », PNE, op. cit., p. 12-14. « Palabras del estudiante Alejandro Gómez Maganda », PNE, op. cit., p. 15-16.

30 « Bases de Reforma Pedagógica », PNE, op. cit., p. 35-36.

31 « Reforma Universitaria », PNE, op. cit., p. 45.

32 « Arenga del estudiante Luis Fermín Cuéllar », PNE, op. cit., p. 20. Voir aussi « Reforma Universitaria », PNE, op. cit., p. 45-47 ; « Declaración de principios », PNE, op. cit., p. 52.

33 « Bases de Reforma al Artículo Tercero Constitucional », PNE, op. cit., p. 39.

34 « Declaración… », PNE, op. cit., p. 51.

35 Mabry D., op. cit., p. 108.

36 El Universal, 04-09-1933.

37 Lombardo fut officiellement convié par les dirigeants de la CNE (le président P. Gutiérrez Zamora et le secrétaire G. G. Ibarra) à participer comme « délégué collaborateur » et « invité d’honneur ». AUOM, Lettre de la CNE à Lombardo, 04-08-1933.

38 AUOM, Temario del X congreso de la Confederación Nacional de Estudiantes, 1933. « 1933 Décimo Primer Congreso Nacional de Estudiantes », Futuro, oct. 1934.

39 Ibid.

40 AUOM, « El Congreso Nacional de Estudiantes frente a los problemas nacionales », 1933.

41 Idealismo vs. Materialismo : polémicas filosóficas, Mexico, CEFPSVLT, 2008, p. 20. El Universal, 07-09-1933.

42 El Universal, 09-09-1933. Il s’agissait des étudiants suivants : C. Osorio, J. de J. Amaro, N. Olrich Solano, R. Rueda Magro, I. Andraca Malda, J. González Beytia, F. de la Fuente, P. Gutiérrez Zamora, M. Boneta, H. Labastida, J. Wilfredo Gastélum, E. Herrera G., P. Calero Jordán, L. Martínez Mezquida, R. Rangel, M. Rábago Cornejo, J. Dipp, J. Alcocer, D. Kuri Breña, M. Anaya Romero, S. Contreras V., R. Hinojosa, F. García Rodríguez.

43 « 1933 Primer Congreso de Universitarios Mexicanos », Futuro, oct. 1934, p. 37-38. Les citations suivantes en sont extraites.

44 AUOM, « Pro-Reforma Universitaria. Manifiesto de los estudiantes marxistas », sept. 1933.

45 AUOM, « Primer congreso nacional de universidades. Trabajo presentado por el Consejo Estudiantil Nicolaita y la Unión Socialista Universitaria de Michoacán », sept. 1933, Morelia.

46 « Opinión del maestro Caso sobre las conclusiones », Idealismo vs. Materialismo : polémicas filosóficas, Mexico, CEFPSVLT, 2008, p. 26.

47 « Primera intervención del maestro Antonio Caso », op. cit., p. 29.

48 « Respuesta del maestro Lombardo », op. cit., p. 38.

49 Ibid., p. 42.

50 Ibid., p. 43.

51 « Respuesta del maestro Lombardo », op. cit., p. 45, 47.

52 « Segunda intervención del maestro Antonio Caso », op. cit., p. 52.

53 « Respuesta del maestro Lombardo », op. cit., p. 56.

54 Hernández Luna J., « Prólogo a la polémica en la prensa », op. cit., p. 59.

55 Ibid.

56 Lombardo Toledano V., « Bases de la reforma universitaria », El Universal, 20-09-1933.

57 Caso A., « El marxismo en la preparatoria », Excélsior, 27-09-1933.

58 Lombardo Toledano V., « Límites de la libertad de pensamiento », El Universal, 27-09-1933.

59 Caso A., « El marxismo y la universidad contemporánea », Excélsior, 29-09-1933.

60 Mabry D., op. cit., p. 98-99. Brito avait été élu fin novembre 1932.

61 FEU, Discursos pronunciados…, Mexico, FEU, 1933, p. 11-15.

62 El Universal, 20-09-1933.

63 AHPMCJ, fonds J. Vértiz, « UNEC. Segundo Congreso Sesión de Clausura. 1933 ».

64 Mabry D., op. cit., p. 113.

65 El Universal, 23-09-1933.

66 El Universal, 24-09-1933.

67 Ibid. Originaire du Yucatán, ce dernier avait participé au IXe Congrès national étudiant de 1932. Ponce était catholique mais non membre de l’UNEC. Calderón Vega L., op. cit., p. 98.

68 El Universal, 25-09-1933.

69 El Universal, 26-09-1933. Trois professeurs s’exprimèrent contre les conclusions du congrès, ainsi que cinq étudiants : B. Ponce, O. Fernández, C. Ramírez Zetina (membre de l’UNEC), E. Brito Rosado (ancien de 1929) et García Rodríguez. Un étudiant, venu de la faculté de médecine, s’exprima pour.

70 El Universal, 27-09-1933.

71 Ibid.

72 El Universal, 30-09-1933. Manifeste rédigé le 29 par A. Ortega Martínez et G. Franco Garza.

73 Mabry D., op. cit., p. 115.

74 El Universal, 02-10-1933.

75 El Universal, 04-10-1933.

76 Lombardo Toledano V., « Fascismo universitario », El Universal, 04-10-1933. Caso A., « Las dos nobles hermanas », Excélsior, 05-10-1933.

77 El Universal, 11-10-1933. Chávez Camacho A., « La célebre sesión del consejo universitario », Proa, sept.- oct.-nov. 1933, p. 7. Calderón Vega L., op. cit., p. 81-82. Mabry D., op. cit., p. 116.

78 El Universal, 11-10-1933.

79 El Universal, 12-10-1933.

80 Comité de grève composé de : R. Patiño Córdova, J. Guerrero, I. Mejía, B. Ponce, A. Dávila, G. Martínez, L. Monroy, H. Rangel.

81 Ibid.

82 El Universal, 13-10-1933.

83 Commission de presse du Comité de Grève, animée par O. Paz (membre de la FER) et F. Ferrer. El Universal, 13-10-1933.

84 Communiqué de la SDA signé par deux catholiques, non membres de l’UNEC : J. Sánchez Navarro, L. Baeza.

85 El Universal, 14-10-1933. Mabry D., op. cit., p. 118-119.

86 Ibid.

87 El Universal, 14-10-1933.

88 El Universal, 14-10-1933.

89 Ceux qui organisèrent le putsch étaient membres de l’UNEC et du Conseil de la CNE : E. Santiago López et L. Garay. Calderón Vega L., op. cit., p. 83.

90 Bureau provisoire formé par : A. Guerrero Briones (San Luis Potosí), R. Retana Méndez (Querétaro), J. Alvarado (Nuevo León, UNEC), R. Treviño Martínez (Saltillo), A. Chávez Camacho (Sonora, UNEC), A. López de la Torre (Zacatecas). 14 délégations provinciales ratifièrent l’accord. El Universal, 14-10-1933.

91 Mayo S., « La huelga universitaria de 1933 », in Guevara Niebla G., op. cit., p. 298-299.

92 El Universal, 16-10-1933.

93 La dotation était de 10 millions de pesos. Somme ridicule : le budget prélevé sur cette dotation ne pouvait être que de 800000 pesos annuels (à comparer avec les trois millions de pesos du budget de l’année 1933).

94 Mabry D., op. cit., p. 121-130. Garciadiego J., « El rectorado de Manuel Gómez Morin : la defensa de la Universidad y de la libertad », Universidad de México, no 602-604, mars-mai 2001, p. 71-80.

95 AMGM, « En pie de lucha », Reforma Universitaria, no 1, 17-10-1933.

96 Islas García L., « El sentido de la reforma universitaria », Proa, no 7-8-9, sept.-oct.-déc. 1933, p. 1-4. Les citations suivantes en sont extraites.

97 El Machete, 30-10-1933.

98 Guevara Niebla G., op. cit., p. 61-62.

99 Mabry D., op. cit., p. 131-132. El Universal, 27-10, 28-10, 31-10-1933. El Machete, 30-10, 30-11-1933. AGN, LC, exp. 580/213.

100 AMGM, FEUJ, « Manifiesto al estudiantado y al pueblo de México », 23-10-1934.

101 Mabry D., op. cit., p. 132.

102 Ibid., p. 135-136.

103 Ibid., p. 138-139.

104 AMGM, El Mundo, 08-09-1934, Excélsior, 10-09-1934.

105 AMGM, Excélsior, 10-09-1934, El Universal, 15-09-1934.

106 AMGM, El Universal, 28-09-1934.

107 Mabry D., op. cit., p. 142-145.

108 CESM, Conclusions [sic] del primer congreso de estudiantes socialistas de México, Jalapa, Talleres tipográficos del Gobierno del estado, 1934.

109 Guevara Niebla G., op. cit., p. 42.

110 CESM, op. cit., p. 3.

111 Ibid., p. 4.

112 Ibid., p. 22.

113 Ibid., p. 5-10. Les citations suivantes en sont extraites.

114 Ibid., p. 10-11.

115 Madrazo C., « Un Congreso Nacional de los Estudiantes Socialistas Mexicanos », Futuro, sept. 1934, p. 64.

116 Ibid., p. 64-66.

117 Sur les statuts : CESM, op. cit., p. 15 et suivantes.

118 Sa composition : J. A. Domínguez Canabal, C. A. Madrazo, E. Cruz Colín, J. González Beytia, I. Corzo Blanco. Le premier était membre de la famille du gouverneur du Tabasco ; le second, lui aussi originaire du Tabasco, avait soutenu Lombardo à l’ENP ; le quatrième avait participé à la rédaction de la motion sur la position idéologique de l’Université lors du congrès lombardiste de septembre 1933. « Manifiesto a los Estudiantes de la República », Futuro, sept. 1934, p. 113.

119 Guevara Niebla G., op. cit., p. 40.

120 CESM, Manifiesto y conclusiones de la primera asamblea estatal de estudiantes socialistas, reunida en la ciudad de Oaxaca de Juárez, Oax., del 17 al 23 de abril de 1935 (éditeur et lieu d’édition inconnus).

121 AGN, LC, exp. 433/4, lettre du Comité local de Durango de la CESM à Cárdenas (04-12-1935).

122 Carr B., Marxism and Communism in Twentieth-Century Mexico, Lincoln/Londres, University of Nebraska Press, 1992, p. 8-9.

123 El Machete, 14-09-1935. Parmi les organisations présentes lors de cette réunion : la Jeunesse communiste, les Jeunesses socialistes, la CESM, la FER, la Fédération des écoles techniques, le département de jeunesse de la CSUM (communiste).

124 El Machete, 14-09-1935.

125 Ibid.

126 El Machete, 21-09-1935.

127 El Machete, 05-10-1935.

128 El Machete, 12-10-1935. Le congrès fut soutenu financièrement par Cárdenas et par la municipalité. AGN, LC, exp. 433/4.

129 El Machete, 07-11-1935.

130 Hinojosa R., Justicia social en México, segundo congreso de estudiantes socialistas en México, Mexico, CESM, 1935.

131 Hinojosa R., op. cit., p. 64.

132 Ibid., p. 21.

133 Ibid., p. 42-43.

134 Ibid., p. 43.

135 Lombardo Toledano V., 50 verdades sobre la U.R.S.S, Mexico, TGN, 1936.

136 El Universal, 01-05-1934.

137 Guevara Niebla G., op. cit., p. 64-65. Mabry D., op. cit., p. 134. El Universal, 07-05, 14-05-1934.

138 Le président élu fut A. Chávez Camacho (UNEC). Son vice-président, B. Coquet, n’était pas membre de l’UNEC. Chávez Camacho démissionna au bout de quelques mois, passant la présidence à Coquet. Ce dernier démissionna lui aussi, le 5 novembre 1934, confiant la présidence à D. Kuri (UNEC).

139 Proa, « Conclusiones del XI congreso nacional de estudiantes », juil.-août 1934, no 1, p. 14 et suivantes. Les communistes reconnaissaient avoir échoué à poser les vraies questions (les frais d’inscription, le budget de l’Université). El Machete, 30-05-1934.

140 El Universal, 14-05-1934. Les membres de l’UNEC (dont L. Islas) firent l’éloge du fascisme, ce qui était inacceptable pour la FER (représentée par E. Ramírez y Ramírez, grand défenseur de l’URSS).

141 AHUNAM, M. Palomar y Vizcarra, 43, exp. 308, Los Universitarios de México. Les principaux leaders de la FEU étaient alors E. R. Beltrán, E. Brito Rosado, J. Vallejo Novelo et R. de la Fuente.

142 AGN, LC, exp. 534.8/8, mémorandum, CNE, 25-03-1935.

143 Sur ce congrès, voir CNE, El XII congreso nacional de estudiantes. Monterrey, N. L. Estado y educación. Servicio social, Mexico, 1936. Le congrès commença le 15 juillet avec 250 délégués. El Universal, 19-07-1935.

144 La seconde « christiade » battait son plein. L’archevêque de Mexico venait d’être emprisonné en mars 1935. Le président Cárdenas voulait supprimer les écoles privées qui refusaient l’éducation socialiste. Meyer J., op. cit., p. 204.

145 Les étudiants V. M. González et F. González furent assassinés par un ex-policier calliste. Le 16, toute la ville fut en deuil. CNE, op. cit., p. 7. AGN, LC, exp. 433/56.

146 Cárdenas commença à prendre ses distances avec Calles après la « boucherie de Coyoacán », fin décembre 1934, lorsque les « Chemises rouges » de Garrido Canabal (ministre de l’Agriculture et soutien de Calles) tuèrent plusieurs personnes à la sortie d’une Église. La rupture décisive eut lieu les 13 et 14 juin 1935. Le 18, Calles s’exilait. Meyer J., op. cit., p. 207-211.

147 AGN, LC, exp. 433/56.

148 Télégramme de J. Rivera Albarrán, 21-07-1935, AGN, LC, exp. 433/56. Selon Rivera, 150 délégués étudiants de gauche se virent refuser l’entrée au congrès. J. Rivera Albarrán, R. Vega Córdoba, J. Trinidad López et G. Peraza animaient le « Comité directeur de l’aile gauche des étudiants révolutionnaires ». Ils organisèrent un contre-congrès à Monterrey. El Universal, 20-07, 21-07-1935.

149 Manuel Brito Foucher, frère de Rodulfo, fut tué ainsi que César Pedrero. La CNE demanda une intervention immédiate contre Garrido (télégramme de D. Kuri, 17-07-1935, AGN, LC, exp. 433/56). Sous la pression des étudiants et de la presse, Cárdenas demanda au Congrès de faire disparaître les pouvoirs dans le Tabasco. La CNE l’en félicita (El Universal, 25-07-1935). Garrido Canabal s’exila au Costa Rica.

150 AGN, LC, exp. 433/56. El Universal, 21-07-1935.

151 CNE, op. cit., p. 17.

152 CNE, op. cit., p. 19. AGN, LC, exp. 433/56.

153 CNE, op. cit., p. 25.

154 Ibid., p. 22-23.

155 Ibid., p. 32.

156 Ibid., p. 35.

157 Mabry D., op. cit., p. 150-153.

158 Le congrès se réunit du 30 août au 3 septembre 1936, avec 15 États représentés. Laredo Times, 30-08-1936, ASRE, exp. III-330-5. AGN, LC, exp. 433/147. El Universal, 02-08, 01-09, 03-09-1936.

159 Courrier du consul E. G. Domínguez de Laredo (Texas) à la SRE (02-09-1936), ASRE, exp. III-330-5. AGN, LC, exp. 433/147.

160 ASRE, exp. III-330-5.

161 El Universal, 04-08, 07-08-1936.

162 AGN, LC, exp. 534.8/8, lettre de R. Carriedo Rosales (vice-président de la CNE, UNEC), 20-12-1936.

163 El Universal, 14-09-1936.

164 Mabry D., op. cit., p. 139. Les contestataires étaient J. Vallejo Novelo, J. Rivera Albarrán, R. de la Fuente et I. Mejía.

165 Les deux CNE furent dénoncées comme illégitimes par la FER et par la CESM. Ibid.

166 Ibid., p. 147.

167 Ibid. Calderón Vega L., op. cit., p. 86.

168 Mabry D., op. cit., p. 154-158.

169 Ibid., p. 162-167.

170 Calderón Vega L., op. cit., p. 86-87. AGN, LC, exp. 534.8/8, télégramme de M. Pacheco Moreno, 03-06-1936.

171 UIA/ACM, « La Federación Estudiantil Universitaria señala a los enemigos de la Universidad », 31-05-1936.

172 Les expulsés : A. Chávez Camacho, L. Islas García, C. Athié, J. de Anda, A. Aguirre Salas, G. García Travesi, T. Shumacher.

173 Mabry D., op. cit., p. 162.

174 Le comité organisateur de cette CNE de gauche comptait des membres de la FER, de la Ala Izquierda Estudiantil, de la Federación Nacional de Estudiantes Normalistas, de la Federación Juvenil Comunista et de la CESM. Ibid., p. 161.

175 Ibid., p. 169.

176 El Universal, 05-10, 25-10-1937. « El problema agrario en México », Vertice, no 5, nov.-déc. 1937, p. 14-15.

177 Arreguin E. Jr., « El Congreso Estudiantil en Querétaro », Futuro, nov. 1937, p. 39.

178 AGN, LC, exp. 433/229. González Calzada M., Juventud izquierdista de México, Congreso constituyente de la C.E.S.U.M., Guanajuato, Gto, enero de 1938, Mexico, DAPP, 1938. 20 États furent représentés. La CESUM prenait la suite d’une CESM, jugée décrédibilisée par l’action de ses leaders « opportunistes » à partir de 1936.

179 Le dernier grand conflit eut lieu à l’Ateneo Fuente de Saltillo (Coahuila). Cárdenas arbitra en faveur des étudiants. AGN, LC, exp. 534.8/8, rapport d’activités, CNE, 27-07-1938.

180 Ibid. Le 1er novembre 1937, l’Institut national du service social étudiant avait été fondé par la CNE, avec des sections dans tout le pays. À Mexico, la CNE animait quatre écoles nocturnes pour ouvriers. Trois brigades de service médico-social avaient parcouru la république durant l’année 1937-1938, en étroite collaboration avec les autorités nationales, locales, universitaires et avec le soutien des laboratoires médicaux (Bayer). Une brigade partit ainsi en janvier 1938 pour l’État de Oaxaca. Bilan : 1696 personnes vaccinées, 8 opérations chirurgicales, 200 brosses à dents distribuées, 26 villages visités.

181 Ibid. Calderón Vega L., op. cit., p. 51.

182 AGN, LC, exp. 534.8/8, rapport d’activités, CNE, 27-07-1938. Guevara Niebla G., op. cit., p. 34.

183 Tinoco Ariza D., « Dos revoluciones », Proa, no 1, 12-11-1939, p. 1-2. Chávez Camacho A., « Balance », Proa, no 3, janv. 1940, p. 36-38.

184 La revue Proa diffusa amplement la doctrine du parti. Sur les liens entre l’UNEC et la fondation du PAN : Loaeza S., « Los orígenes de la propuesta modernizadora de Manuel Gómez Morin », HM, vol. 46, no 2, 1996, p. 425-478.

Table des illustrations

Légende Figure 3. – La « révolution étudiante d’octobre 1933 ».
Crédits Source : Reforma Universitaria, 17-10-1933.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540