Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution Mexicaine

 | 
Romain Robinet

Deuxième partie. Le mouvement étudiant contre la révolution mexicaine ? (1929-1939)

Chapitre IV

La « révolution universitaire de mai » et son sillage (1929-1933)

Texte intégral

  • 1 « 23 de Mayo », Indo-América, vol. 1, no 5, 31-05-1931, p. 5.

« La Grève Étudiante de Mai n’a pas été faite, il faut le dire clairement, par des leaders étudiants ; elle a été faite par des étudiants, des étudiants rebelles, le plus souvent anonymes ; les révolutions sont des mouvements populaires, non des concours d’éloquence plus ou moins mauvais. Si la Grève n’a rien obtenu d’autre que des changements de postes, rien d’autre que le remplacement d’enseignants réguliers par des professeurs-étudiants à la culture peu ou pas du tout sérieuse, elle a en échange obtenu une chose : un plus grand respect pour l’étudiant1. »

  • 2 Voir les travaux, cités en introduction, de D. Mabry et R. Marsiske.

1Comment deux conflits pédagogiques mineurs et localisés purent-ils conduire à une grève nationale étudiante d’une ampleur sans précédent ? La « révolution universitaire de mai » reste en partie une énigme et les historiens du mouvement se sont souvent contentés de reconstruire les faits, certes avec précision mais sans proposer d’explication globale et sans s’intéresser à l’imaginaire des jeunes grévistes ou au fonctionnement de ce mouvement éruptif2. Ils ont surtout salué le coup de maître du président Portes Gil, lequel octroya une autonomie limitée à l’Université. Cette mesure mit fin à la grève, au moment où la campagne présidentielle battait son plein et quand de nombreux étudiants avaient rallié la candidature de José Vasconcelos à la magistrature suprême. Selon l’historienne Renate Marsiske, l’autonomie universitaire ne figurait pas parmi les demandes des jeunes grévistes. C’était vrai au sens strict (le mouvement dénonçait surtout l’arbitraire), mais discutable au sens large : la « Réforme universitaire » et sa dimension autonomiste étaient des notions précises et claires pour les dirigeants de mai 1929. D’ailleurs, comment l’autonomie aurait-elle pu être proposée comme porte de sortie si elle n’avait pas été une demande récurrente du mouvement étudiant ? Cette réforme avait été débattue en 1917, 1923 et 1928. En 1929, l’autonomie était donc plus attendue que jamais. Rappelons enfin que le point de départ du conflit était lié à l’imposition de nouveaux examens, méthodes d’évaluation honnies par les tenants de la « Réforme universitaire ».

2Si le mouvement éclata et se propagea aussi rapidement, ce fut en grande partie parce que la « classe étudiante » était devenue une réalité organique. Les cohortes dont étaient issus les dirigeants de mai 1929, s’étaient retrouvées annuellement dans les congrès nationaux et les concours d’éloquence. Les représentants étudiants se fréquentaient depuis le début des années 1920 et plusieurs d’entre eux avaient fait leurs armes en 1923, lors de la crise de l’ENP. Fait notable, ces dirigeants connaissaient très bien l’histoire de leur propre mouvement ainsi que celle des luttes étudiantes latino-américaines. Actrice de la Cité, cette jeune génération de civils se considérait enfin comme l’unique gardienne des principes révolutionnaires. Il était donc impensable de la traiter en subalterne. La « révolution étudiante » de 1929 se fit dès lors au nom des principes de la Révolution de 1910.

Soixante-huit jours de grève

3La grève étudiante qui éclata en mai 1929 fut d’abord un conflit opposant élèves et autorités académiques. Les étudiants dénoncèrent « l’imposition » : imposition d’un nouveau cursus à l’ENP, au programme déjà chargé, imposition d’examens écrits à la faculté de droit, réputée être un bastion de l’oralité. Plus profondément encore, ce conflit opposait deux générations de civils : l’une, celle de 1915, hégémonique du point de vue intellectuel et étroitement liée à un pouvoir jugé de plus en plus traître à la Révolution, l’autre, celle en gestation en 1929, prétendument pure quant à ses engagements révolutionnaires. Ce conflit touchait aussi deux écoles extrêmement prestigieuses de la capitale. Ses élèves n’eurent guère de difficultés à mobiliser leurs camarades, bien avant les réactions de solidarité engendrées par les brutalités policières du 23 mai : l’ENP était l’antichambre des écoles universitaires, la faculté de droit formait les grands orateurs et les principaux dirigeants étudiants. Tout conflit né à la capitale était potentiellement national : dès le début, les jeunes juristes obtinrent le soutien de la FEM et de la CNE. Ces deux organisations contribuèrent largement à la mobilisation nationale. Si le mouvement de 1929 n’accoucha que d’une autonomie au périmètre réduit, il démontra la puissance du collectif à l’échelle nationale. Échec à court terme, 1929 fut bien une révolution sociale et symbolique.

Les origines du conflit : l’honneur blessé de la « classe étudiante » (janvier-mai)

4Le conflit de 1929 peut s’expliquer par l’abîme, de plus en plus profond, entre les aspirations de la « classe étudiante » et la manière dont elle se sentit traitée. L’honneur des représentants de cette génération, lesquels pensaient détenir le monopole de la Révolution légitime, sembla soudainement bafoué publiquement par une poignée d’universitaires, jugés indignes du fait de leur compromission avec les « faux apôtres » du régime. La mise en œuvre arbitraire de décisions pédagogiques passées mit le feu aux poudres. Depuis le xixe siècle, toute question pédagogique pouvait rapidement devenir une question politique. Or, ces innovations s’inscrivaient dans un contexte de tension considérable liée à l’élection présidentielle et à la persistance de la guerre des cristeros. Si les étudiants en droit firent du refus des examens une authentique question d’honneur, ce fut parce que les premiers mois de 1929 leur étaient apparus extrêmement inquiétants : tout semblait soudain aller contre les aspirations scolaires (la « Réforme universitaire »), politiques (le « civilisme ») et sociales de la « classe étudiante ».

  • 3 El Informador, 12-01-1929.
  • 4 Dromundo B., op. cit., p. 45.
  • 5 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 37.

5Pour les étudiants, 1929 commença par un meurtre abject : le 10 janvier, l’étudiant cubain en exil Julio Antonio Mella avait été, selon ses camarades de la faculté de droit, assassiné par les sbires du régime tyrannique de Machado à Mexico3. Le lendemain, un « groupe nombreux d’étudiants en droit » pénétra dans l’ambassade cubaine afin de parler, en vain, à son excellence. Dans le patio de l’ambassade, le dirigeant étudiant Luis Meixueiro dénonça publiquement le crime. Les étudiants manifestèrent. Réunis en février dans le lointain Yucatán à l’occasion du VIe Congrès national étudiant, les étudiants observèrent une minute de silence en mémoire du dirigeant cubain4. Ils saluèrent en lui un homologue : Mella avait été un des fondateurs de la Fédération étudiante universitaire cubaine, un promoteur de la Reforma Universitaria, un membre du Parti communiste méfiant envers le pouvoir politique mexicain. Le VIe Congrès, organisé à Mérida, marqua l’apogée, dans la pensée étudiante, de la « Réforme universitaire » comme objectif immédiat, et de la Révolution comme programme social transcendant. Le congrès se déclara « catégoriquement pour la réforme universitaire » et « l’indépendance de l’Université nationale du Mexique par rapport à l’État ». Le « gouvernement » de l’Université devait être confié, par une loi, aux professeurs et aux élèves. À l’image des réalisations européennes, une « cité universitaire » devait, de plus, être fondée à Mexico. S’il concernait a priori toutes les écoles, ce discours corporatiste se centrait sur l’Université. Le mouvement étudiant était tiraillé entre sa réalité interscolaire et ses ambitions universitaires. En termes politiques, l’appel pour le congrès invitait la « jeunesse mexicaine » à réfléchir aux moyens de « renforcer les principes révolutionnaires » et à analyser les articles 27 et 123 de la Constitution. Gardienne du temple, la jeune génération insistait, en cette année électorale, sur la nécessité d’un « retour au civilisme », « unique forme de bien-être politique national ». Le « militarisme comme forme de gouvernement » et le « caudillisme » étaient condamnés. La « non-réélection » était perçue comme un principe intangible. Le congrès ne se prononça pas en faveur de Vasconcelos – c’eût été faire de la politique, statutairement interdite – mais sa figure tutélaire planait au-dessus des congressistes : un de ses partisans, Alejandro Gómez Arias, fut à cette occasion élu président de la CNE5.

  • 6 Lempérière A., op. cit., p. 91.

6La vie politique du pays connaissait alors d’importants changements qui ne pouvaient qu’inquiéter les étudiants : le Parti national révolutionnaire (PNR), censé être l’unique légataire de l’élan de 1910, avait publié son programme en janvier 1929. Le 3 mars 1929, le général Escobar se soulevait contre le président intérimaire Portes Gil, publiant le plan d’Hermosillo. Calles dirigea personnellement la campagne contre les derniers prétoriens insoumis. Le 4 mars, le PNR, parti officiel de la « famille révolutionnaire » auquel tout fonctionnaire devait contribuer financièrement, choisissait Pascual Ortiz Rubio comme candidat présidentiel. L’ancien gouverneur du Michoacán était un civil à la faible envergure politique, qui avait été fait militaire durant la guerre civile. À cette date, c’était surtout José Vasconcelos qui drainait les sympathies de la « classe étudiante ». Dès octobre 1928, plusieurs étudiants, dont le rôle dans la grève de 1929 fut ensuite loin d’être négligeable, avaient participé à la fondation d’un « Comité d’orientation pro-Vasconcelos6 ». Mais le présent était sombre : les escobaristes étaient réduits à néant et l’Occident cristero était à feu et à sang. L’avenir politique de la Révolution demeurait incertain : les généraux laissaient étrangement des civils se disputer une élection partiale.

  • 7 Ibid., p. 92.
  • 8 Mabry D., op. cit., p. 59. Azuela S., op. cit., p. 117.
  • 9 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 39-40. Azuela S., op. cit., p. 171.

7Le futur des écoles et de l’Université apparaissait tout aussi sombre. En mars 1929, le PNR s’immisçait dans la vie de l’Université nationale alors que son autonomie avait été officiellement évoquée par Calles fin 1928 : le parti du pouvoir préconisait désormais que « les connaissances [fussent] enseignées en harmonie avec les tendances du gouvernement7 ». Inquiétante assertion. Quelques mois auparavant, le président intérimaire avait par ailleurs pris soin d’installer de nouvelles autorités pédagogiques. Il était nécessaire de contrôler les étudiants, mais aussi d’offrir des postes à des personnes qui auraient pu soutenir Vasconcelos. Trois des « sept sages », les plus brillants étudiants de la « génération de 1915 », avaient ainsi pris leurs nouvelles fonctions : Antonio Castro Leal était recteur, Narciso Bassols dirigeait la faculté de droit et Alfonso Caso, l’ENP8. Un homme de la même génération, Daniel Cosío Villegas, président de la FEDF en 1921, était secrétaire de l’Université. Au-dessus d’eux se trouvait un homme de la « génération du centenaire », Ezequiel Padilla, étudiant gréviste en 1912, secrétaire à l’Éducation publique. D’anciens étudiants partisans de la liberté des écoles allaient-ils trahir la cause de la « classe étudiante » ? À côté de Vasconcelos, ces hommes paraissaient médiocres9.

  • 10 Lombardo García I., « Cronología del movimiento de 1929 », in Guevara Niebla G., op. cit., (...)
  • 11 Mabry D., op. cit., p. 59.
  • 12 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 41.
  • 13 Ibid., p. 39.

8Les tensions étaient notables à l’ENP et à la faculté de droit. Le 4 janvier 1929, plusieurs étudiants en droit avaient protesté contre la nomination de Bassols et le licenciement de son prédécesseur, Aquiles Elorduy10. À l’ENP, Alfonso Caso provoqua rapidement un conflit en annonçant la réforme du cursus aux élèves11. Le cursus passerait de deux à trois ans. Plusieurs étudiants (Alfonso Guerrero Briones, Ignacio Galvadón Salamanca, José Vallejo Novelo) protestèrent auprès du ministère. Une petite grève fut organisée, rapidement brisée par la police montée qui pénétra dans le patio de l’ENP. Deux dirigeants du mouvement (Ignacio Galvadón, José Vallejo Novelo) furent expulsés. Un comité de défense fut formé, en vain. Le problème fut surtout l’absence de conciliation. Selon l’étudiant Pacheco Calvo, la « réforme Caso » allait en réalité dans le bon sens : elle permettait la spécialisation et la hausse du niveau culturel de l’institution12. Pour Pacheco, qui exprimait là un point de vue vasconcéliste, le véritable problème avait été la transformation du premier cycle de l’ENP en cycle secondaire, opération effectuée en 1925. La création des écoles secondaires avait été l’œuvre de Moisés Sáenz, ancien directeur de l’ENP. Devenu à partir de 1923 l’inamovible sous-secrétaire de la SEP, Sáenz était perçu par certains étudiants comme un missionnaire protestant ayant introduit, de manière anti-nationale, des « méthodes éducatives yankee » au Mexique13. L’ENP risquait de devenir une high school, modèle scandaleux pour une génération étudiante profondément ibéro-américaine, réformiste et anti-impérialiste.

  • 14 Mabry D., op. cit., p. 60-61.
  • 15 Tardiff G., El verbo de la juventud mexicana, Mexico, s. e., 1961.

9Ce fut cependant à la faculté de droit que les choses s’envenimèrent réellement. Le 27 février 1929, avant le début des cours, le recteur Castro Leal annonça la mise en place d’un nouveau système d’examens14. Le directeur Bassols appliqua la mesure, d’une manière jugée autoritaire par les étudiants. À compter de l’année universitaire 1929, les étudiants en droit devaient passer trois examens écrits (reconocimientos escritos) en lieu et place de l’examen oral de fin d’année. Il s’agissait d’une vieille réforme, systématiquement combattue ou contournée depuis 1925, par les apprentis juristes. Elle s’appliquait déjà aux autres écoles. Mais les étudiants en droit souhaitaient conserver leur privilège : l’examen oral n’était-il pas la meilleure manière d’évaluer de futurs avocats ? L’éloquence était perçue comme le plus bel exercice. Depuis 1926, El Universal organisait annuellement un concours national d’éloquence, qui passionnait les étudiants15. En comparant les participants aux Congrès nationaux étudiants et ceux des concours d’éloquence, l’historien croise systématiquement les mêmes noms. L’art oratoire avait été consubstantiel à l’unification de la « classe étudiante » et à la socialisation de la génération de 1929. Pour ses représentants, la mise en place d’examens écrits était dès lors incompréhensible. Les années 1920 avaient aussi vu fleurir la critique généralisée des examens. Pour se présenter aux examens, il était nécessaire d’avoir assisté à la majorité des cours. C’était remettre en cause l’assistance facultative, un autre principe de la « Réforme universitaire », perçue comme un trait identitaire latino-américain. C’était obliger les étudiants à venir à des cours qu’ils fuyaient pour des raisons intellectuelles (l’ennui) ou matérielles (de nombreux étudiants travaillaient pour subvenir à leurs besoins). Les premiers examens écrits devaient avoir lieu en mai. Face à cette nouvelle inquiétante, les étudiants optèrent d’abord pour le dialogue. Les organisations étudiantes à vocation représentative devaient assurer la médiation. N’avaient-elles pas été reconnues comme interlocutrices officielles du pouvoir par l’accord du 9 mars 1928 ?

  • 16 Mabry D., op. cit., p. 61.
  • 17 Lombardo García I., « Cronología del movimiento de 1929 », in Guevara Niebla G., op. cit., (...)
  • 18 El Universal Gráfico, 03-05-1929, in AppendiniG., Historia de la Universidad Nacional Autó (...)
  • 19 El Universal Gráfico, 03-05-1929.
  • 20 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 41-42. El Universal Gráfico, 05-05-1929. Excélsior, 05-05-1 (...)

10Le 27 avril 1929, le recteur confirma, par presse interposée, l’application du nouveau système d’examens16. Le 28, le président de la Société des élèves (SDA) de droit, Arcadio D. Guevara, évoqua la possibilité d’une grève17. Le temps jouait contre les étudiants : les examens approchaient18. Des « étudiants universitaires » réclamèrent dès lors que le projet d’autonomie fût réinscrit à l’ordre du jour19. Le conflit se noua le 4 mai 1929, dix jours avant les examens : la SDA de droit vota pour le maintien des examens oraux à 328 voix contre 2720. Les étudiants en droit décidèrent d’organiser une grève spécifique, la « grève des cerveaux », qui devait avoir lieu le 13 mai, jour du premier examen écrit. Les étudiants ne se présenteraient pas à l’examen et empêcheraient leurs camarades d’y participer. Cette menace devait permettre les négociations : une commission menée par Arcadio Guevara partit voir le recteur, étrangement absent, et parla finalement avec l’ancien dirigeant étudiant Daniel Cosío Villegas, devenu secrétaire général de l’Université. Fin connaisseur de l’histoire du mouvement étudiant, le jeune Luis Martínez Mezquida rappela alors à Cosío Villegas qu’il avait été président du Congrès international étudiant de Mexico en 1921 et qu’il avait défendu « l’assistance libre des étudiants aux cours ». Le fait était exact. La commission alla aussi voir le ministre Padilla, pendant que d’autres manifestaient devant la SEP. Padilla demanda à la commission de rédiger un mémorandum et de le présenter au Conseil universitaire afin de résoudre le problème. Il s’agissait d’une manœuvre : les étudiants de la faculté de droit n’avaient pas nommé de représentants au Conseil car ils exigeaient que leurs élus pussent y voter (comme annoncé en 1928). Le Conseil avait déjà validé les examens : pourquoi changerait-il d’avis ? Cette tentative de diversion ne prit pas. Les jeunes juristes sortirent donc du ministère en criant « Vive la grève ! »

11La « grève des esprits », annoncée pour négocier, devenait une grève étudiante classique, avec son lot de désordres dans l’espace public. Les étudiants en droit n’étaient pas seuls. Guevara assurait que la FEM les soutenait. Le recteur maintenait sa position : les étudiants devaient étudier. En cas de scandale, la faculté de droit serait temporairement fermée et ceux qui n’iraient pas aux examens seraient sanctionnés. Toutefois, les élèves voyaient dans le principe de « l’assistance libre » un acquis. Si le problème était lié à l’identité disciplinaire des juristes, le principe à défendre était interscolaire et latino-américain. Et comme les étudiants en droit étaient les plus impliqués dans le mouvement étudiant, la grève était potentiellement généralisable.

  • 21 Excélsior, 08-05-1929. Décision prise sur ordre de Portes Gil. Pacheco Calvo C., op. cit., (...)
  • 22 Mabry D., op. cit., p. 62.
  • 23 Cité par Portantiero J. C., op. cit., p. 284. Silva Herzog J., Una historia de la universi (...)

12Inflexibles, les autorités firent fermer la faculté de droit le 7 mai21. Des désordres intolérables avaient en effet eu lieu en son sein22 : les grévistes avaient empêché leurs camarades de rentrer et avaient manqué de respect à leurs professeurs. Un scandaleux orchestre de « jazz » s’était installé dans le patio de l’école. L’écusson de la FEM avait été fixé sur les portes de la faculté. Le drapeau rouge de la grève avait été hissé. Pour le recteur Castro Leal, la fermeture temporaire de la faculté pouvait devenir totale en 1930 : l’ancien étudiant de la « génération de 1915 » suggéra publiquement que le budget de la faculté pût être alloué à l’ouverture d’écoles polytechniques. Le 7 mai, les étudiants en droit, qui bénéficiaient du soutien théorique de la FEM, tentèrent de rallier leurs homologues de médecine, d’ingénierie et de l’ENP. En vain : ces derniers étaient déjà bien habitués aux examens écrits. Le même jour, le président (Arcadio Guevara) et le secrétaire (Antonio Damiano) de la SDA de droit publiaient un manifeste contre les reconocimientos23 : ces nouveaux examens tuaient « l’individualité » et « l’initiative personnelle » des élèves. Bassols et Padilla, en les introduisant de force, souhaitaient en réalité imiter les « systèmes yankee » venus du Nord, ce « pays d’athlètes » où coulait le « sang bleu du saxon impérialiste ». De tels examens n’avaient aucun sens au Mexique, pays « de race latine ». C’était au nom de la race et du nationalisme révolutionnaire que les étudiants contestaient. Ce discours radical semblait rencontrer peu d’échos parmi les autres étudiants, lesquels n’avaient pas été substantiellement transformés par les examens écrits.

  • 24 Excélsior, 09-05-1929.
  • 25 Commission formée par A. Guevara, A. Gómez Arias, F. Navar.
  • 26 El Universal Gráfico, 09-05-1929.
  • 27 El Universal, 09-05-1929.

13La fermeture de la faculté de droit, le 7 mai, provoqua des heurts entre étudiants et pompiers le matin du 824. Le 8 mai, le ministre Padilla suggéra aux mécontents de créer une nouvelle école. La référence invoquée était maladroite : l’École libre de droit (ELD), à la fondation de laquelle l’ex-étudiant Padilla avait participé en 1912, avait été longtemps perçue comme une école réactionnaire. Le 8, une commission d’étudiants en droit demanda, en vain, l’arbitrage du président Portes Gil25. Le 9, l’ancien directeur de la faculté de droit, Elorduy, publiait une longue tribune dénonçant les examens écrits26. L’imposition pédagogique apparaissait illégitime au moment où les autorités refusaient toute négociation. Le même jour, El Universal titrait de son côté « Fermeture définitive de l’École de droit » et affirmait que son budget serait reversé aux écoles « pour paysans27 ».

  • 28 El Universal Gráfico, 10-05-1929. El Universal, 09-05, 10-05-1929.
  • 29 Excélsior, 11-05-1929.
  • 30 El Universal Gráfico, 10-05-1929. El Universal, 10-05-1929.
  • 31 Excélsior, 11-05-1929.
  • 32 El Universal, 10-05-1929.
  • 33 La Prensa, 11-05-1929. Excélsior, 11-05-1929.

14Face à ces annonces et afin de mieux organiser leur mouvement, les étudiants en droit nommèrent un « Comité de grève ». Le Comité fut formé à l’issue de la réunion, à l’ENP, de 500 étudiants grévistes, dans l’après-midi du 9 mai28. L’arbitrage, concept fondamental pour les jeunes juristes, avait été refusé par Portes Gil : la grève était dès lors leur seul recours. Le Comité fut doté de facultés extraordinaires. Élément crucial : les étudiants en droit présents le 9 mai prêtèrent serment. Un « livre d’honneur », contenant leur pacte, commença à recueillir les signatures de tous les grévistes29. La grève qui commençait était bien un conflit à l’image de ces futurs avocats, notaires et magistrats : l’honneur, l’esprit procédurier et l’éloquence en étaient les caractéristiques majeures. Conscients de l’histoire du mouvement étudiant, les grévistes placardèrent sur la porte de la faculté de droit une phrase prononcée par Padilla lors de la grève de 1912 : « Passant : Arrête-toi, tu es devant un tombeau où un geôlier halluciné a pensé enterrer l’esprit étudiant30. » La phrase se retournait contre celui qui avait trahi la classe étudiante. Mais le ministre n’était pas le seul visé. Un tract pointant le recteur circula le 10 mai, en marge de rencontres sportives entre étudiants31. Il invitait, non sans humour, le recteur Castro Leal à débattre publiquement avec un étudiant : une telle « joute technique » ne pouvait effrayer « un des sept sages ». La « technique » renvoyait au fameux leitmotiv de Gómez Morin, théoricien de la « génération de 1915 ». Dans le même temps, la SDA de droit décidait d’exclure le même Castro Leal du jury du concours interne d’éloquence, lequel avait pour thème… les nouveaux examens32. Les élèves de la nouvelle École d’économie (une des branches de la faculté de droit et sciences sociales) rejoignirent alors la grève33. Toutefois, la grève apparaissait encore faite par et pour les étudiants en droit. Ce fut surtout grâce à l’action volontariste de la CNE et de la FEM que le conflit s’élargit finalement.

Une mobilisation nationale encouragée par les organisations étudiantes (8 mai-23 mai)

  • 34 El Universal Gráfico, 09-05-1929.

15Le 8 mai, un jour avant la formation du Comité de grève des jeunes juristes, un fait majeur se produisit : le mouvement étudiant représentatif s’empara officiellement du problème. Jour du refus de l’arbitrage, jour de l’entrée en scène de la CNE, le 8 mai fut bel et bien le premier tournant du conflit. Depuis la fondation du CLEDF en 1916, le mois de mai correspondait à la prise de fonction des dirigeants du mouvement étudiant. Alejandro Gómez Arias, élu au Congrès national étudiant de Mérida en février, reçut ainsi officiellement la présidence de la CNE des mains d’Horacio Núñez, le 8 mai 192934. La première action de cet étudiant en droit, partisan frustré de l’arbitrage, fut d’inviter les représentants des autres écoles à débattre du sort de la faculté récemment fermée. À l’issue de cette session extraordinaire, les représentants de tous les étudiants du pays décidèrent de demander à toutes les écoles mexicaines (techniques, normales, universitaires) d’organiser un jour de grève en signe de solidarité : cette grève nationale était prévue pour le 13 mai, jour du premier examen écrit à la faculté de droit. Le lendemain, El Universal Gráfico relaya le discours de la CNE en annonçant la grève imminente de « cent trente mille étudiants », chiffre démesuré. Le journal publia aussi les extraits du manifeste de la CNE en faveur des grévistes. Les représentants de la jeunesse rappelaient qu’ils détenaient le monopole de la Révolution légitime : les étudiants étaient des « révolutionnaires de cœur » et des « ennemis acharnés » de tous les « tyrans ». La CNE exprimait un vote de sympathie envers les étudiants en droit. Fermer une école apparaissait comme un crime contre la culture nationale, digne des pires « tyrannies » ibéro-américaines et indigne du Mexique révolutionnaire. Les étudiants en droit n’étaient plus seuls : le 9 mai, ils eurent l’intelligence de nommer Alejandro Gómez Arias, nouveau chef de la CNE, dirigeant de leur Comité de grève. Le secrétaire du Comité n’était autre que le président de la FEM, Ricardo García Villalobos. Le Comité de grève ne pouvait que tirer profit du multi-positionnement de ces acteurs qui contrôlaient les deux piliers du mouvement étudiant à vocation représentative.

  • 35 El Universal Gráfico, 12-05-1929. Excélsior, 14-05-1929.
  • 36 La réunion eut lieu à l’École supérieure de commerce et d’administration (ESCA). Les délég (...)
  • 37 El Universal Gráfico, 12-05-1929.

16Organiser un mouvement de solidarité nationale depuis Mexico n’était pas chose aisée. La manifestation annoncée prit d’abord la forme d’une effrayante manifestation de papier : les journaux évoquèrent le spectre d’une « manifestation étudiante monstre » et d’une « grève générale étudiante35 ». En réalité, la grève nationale fut repoussée au 20 mai. Une grève de solidarité, limitée à Mexico, était prévue le 16. Les représentants de 16 écoles de la capitale (techniques, universitaires et supérieures non universitaires) s’étaient réunis le 11 pour examiner le brûlant dossier de la faculté de droit36. Si un éphémère « bloc d’orientation étudiant » naquit de la réunion, le 11 mai permit surtout la dissémination de l’esprit contestataire. Au même moment, le Comité de grève de droit souligna que deux étudiants de l’école secondaire no 3, solidaires de leurs camarades, avaient été expulsés sur décision du ministère37. Les velléités de contestation tardèrent cependant à germer. Le mouvement paraissait même s’affaiblir et se recentrer sur la faculté de droit. Le 13 mai, jour du premier examen écrit et point de non-retour, les étudiants en droit, encore et toujours seuls, décidèrent de poursuivre la grève, tout en formulant deux requêtes précises mais peu conciliables entre elles. Les jeunes juristes demandaient que le Conseil universitaire se réunît pour se prononcer une nouvelle fois sur les reconocimientos. Les membres du Comité de grève devaient y siéger exceptionnellement et pouvoir voter. Les voix étudiantes et professorales devaient s’équilibrer : ce principe fondamental (igualdad de circunstancias) se trouva par la suite au cœur du projet autonomiste étudiant. Les jeunes juristes exigeaient dans le même temps la démission du directeur Bassols. Aucune de ces deux demandes n’étaient à même de mobiliser les autres écoles. Un premier signe de solidarité étudiante se manifesta pourtant le 14 : les étudiants de la faculté de médecine décidèrent, sans entrer en grève, de soutenir leurs camarades de droit.

  • 38 Mendieta y Núñez L., Ensayo sociológico sobre la Universidad, Mexico, UNAM, 1952.

17Le même jour, le « journal mural » des grévistes paraissait38. Les étudiants en droit plaçaient leur combat sous le signe de la « Réforme universitaire ». Cette feuille intitulée La Huelga (« La Grève »), placardée dans le centre de Mexico, attaquait aussi le trio infernal Padilla-Castro Leal-Bassols. Elle portait la patte des juristes. Le ministre en fit les frais : un article rappelait – contrat notarial à l’appui – que Padilla était aussi commerçant de pulque, boisson alcoolisée dont la vente était plus que déplacée à l’heure des campagnes anti-alcooliques du Mexique révolutionnaire. Un « encart permanent » demandait aussi sobrement la démission du recteur Castro Leal.

  • 39 Excélsior, 15-05-1929.

18Le 14 mai dévoila aussi les faiblesses du pouvoir : le président Portes Gil, rendu fébrile par la médiatisation du phénomène en pleine campagne électorale, attribua à la grève des « finalités politiques39 ». Deux membres du Comité de Grève, Salvador Azuela et Alejandro Gómez Arias n’étaient-ils pas les « leaders proéminents d’un parti politique d’opposition » ?

  • 40 El Universal Gráfico, 16-05-1929.
  • 41 El Universal Gráfico, 17-05-1929.
  • 42 El Informador, 20-05-1929.
  • 43 La Prensa, 17-05-1929.

19Le 15 au soir, le Conseil universitaire se réunit, mais sans les grévistes et avec la participation active de Bassols. Comme le préconisait son prédécesseur Elorduy, le directeur de la faculté de droit opta pour la conciliation : annulation des examens écrits de mai (déjà entachés par la grève), aménagement de ceux de juillet et de novembre40. Le Conseil universitaire vota la réforme41. Le 17, la presse annonçait la réouverture de la faculté de droit. Les étudiants devaient tous se réinscrire. Pour les grévistes qui avaient juré sur l’honneur, le fait était humiliant42. Le secrétaire de l’Université, Cosío Villegas, fut dès lors qualifié de « traître à la classe étudiante43 ». La décision montrait la faiblesse des autorités pédagogiques. Faiblesse d’autant plus notable que les professeurs étaient très loin d’avoir une opinion unanime sur la question des examens et le faisaient savoir. Les graines de la contestation semées les 8 et 11 mai germèrent soudain.

  • 44 El Universal Gráfico, 19-05-1929.
  • 45 La SDA vota la grève à 60 voix contre 10 (session présidée par I. Gavaldón). Les orateurs (...)

20Le 18 mai, les étudiants de Jalapa (Veracruz) déclarèrent la grève44. Le fait était isolé mais montrait que le mouvement de Mexico pouvait trouver des échos en province. Marquée par un conflit latent évoqué précédemment, l’ENP (diurne) vota la grève le 20 mai45. Un « pacte de solidarité » fut immédiatement signé entre la SDA de l’ENP et le Comité de grève de la faculté de droit. La grève, désormais contagieuse, reposait sur l’axe ENP-Droit. Toutes les écoles pouvaient s’y agréger et faire part de leurs doléances. Le mouvement de grève ayant été précédemment qualifié de « travail d’agitation » par Portes Gil, les forces de l’ordre avaient toute latitude pour empêcher les troubles à l’ordre public. Or, toute grève étudiante charriait son lot de désordre. Et l’esprit de corps des grévistes s’exerçait avec violence : les élèves qui sabotaient la grève devaient être tondus. Le regard policier ne pouvait que s’en alarmer. Durant l’après-midi du 20 mai, les jeunes grévistes de l’ENP, se rendant à la faculté de médecine pour y tenir session, suscitèrent les soupçons des policiers et pompiers. La police montée donna des coups de crosse aux étudiants afin de les disperser. Leur chef les menaça même avec son pistolet. Les pompiers les aspergèrent avec des lances à incendie. Policiers et pompiers tentèrent, par trois fois, d’entrer dans la faculté de médecine, provoquant l’ire des étudiants qui leur jetèrent, depuis les toits, des briques, des bâtons et des balais. Une pluie de « pierres énormes » s’abattit sur les casques des pompiers, provoquant des bruits sourds. Le chef de la police, Valente Quintana, et le directeur de Médecine, Ocaranza, s’interposèrent. Alarmée, la SEP encourageait la police à dissoudre de manière « énergique » les groupes de grévistes dans la rue. Ce fut dans ce contexte que survinrent les événements du 23 mai 1929.

Des brutalités policières à l’octroi de l’autonomie (23 mai-juillet)

  • 46 El Universal Gráfico, 24-05-1929.

21La journée du 23 mai 1929 resta longtemps gravée dans la mémoire étudiante nationale. Elle fut presque, dans les années 1930 et 1940, l’équivalent du 2 octobre 1968 aujourd’hui. Elle devint le creuset d’une nouvelle identité étudiante, associée à la résistance à l’autoritarisme. Le 23 mai détrôna ainsi le 12 octobre, « fête de la Race » et date anniversaire de la « classe étudiante ». Ultime tournant du mouvement, les événements du 23 mai donnèrent une cause juste et noble à toute la clase estudiantil : le sang qui coula parfit l’unité d’un mouvement éruptif, né de deux insubordinations scolaires localisées. Si une partie des jeunes de Mexico étaient déjà acquis à la grève avant même le premier sang, les brutalités policières achevèrent de convaincre les étudiants de soutenir la grève. Que se passa-t-il réellement le 23 mai ? Étudiants et forces de l’ordre s’affrontèrent à trois reprises : près de la faculté de droit en début d’après-midi, devant la faculté de médecine en fin d’après-midi et sur l’avenue Juárez la nuit venue46. À l’issue de cette journée, une dizaine d’étudiants furent blessés et une trentaine de leurs camarades, appréhendés.

  • 47 El Universal Gráfico, 24-05-1929. El Universal, 24-05-1929.
  • 48 Dromundo B., op. cit., p. 60.
  • 49 El Universal, 24-05-1929. Mabry D., op. cit., p. 68.
  • 50 El Universal Gráfico, 24-05-1929.
  • 51 Dromundo B., op. cit., p. 61.

22Le 23 mai au matin, la grève étudiante semblait se généraliser telle une traînée de poudre47 : les écoles secondaires nos 1, 3 et 4 avaient voté la grève dans la nuit du 22 au 23 ; la faculté d’odontologie la vota dans la matinée. Cette propagation rapide était le résultat de l’action menée par les organisations à vocation représentative (FEM et CNE). Les troubles à l’ordre public ne pouvaient que s’accroître au fur et à mesure que le nombre de grévistes augmentait. Après avoir fait la tournée des journaux pour manifester leur décision, les jeunes grévistes des écoles secondaires rejoignirent leurs aînés de la faculté de droit et de l’ENP. La jonction entre ces groupes se fit à l’angle des rues Argentina et San Ildefonso, lequel fut le théâtre d’un meeting étudiant vers midi48. La faculté de droit se trouvait à ce point précis – point situé à 50 mètres de la SEP comme de l’ENP. Les plus jeunes lapidèrent la façade du ministère. Face à un tel vandalisme, policiers et pompiers ne ménagèrent pas leurs efforts pour disperser la masse étudiante. Trois étudiants furent blessés. Il était 13 heures. Une rumeur se propageait : un mort à la faculté de droit. Inquiets quant à l’absence d’informations, 200 étudiants tentèrent de pénétrer dans la faculté et durent affronter policiers et pompiers49. Après l’assaut raté, les étudiants s’installèrent sur la place Santo Domingo, devant la faculté de médecine. Tous attendaient son vote décisif : par son nombre d’inscrits et son prestige, la faculté de médecine pouvait décider du sort de la grève. La réunion des étudiants médecins commença à 16 heures50. Le même jour, La Huelga publiait un numéro spécial avec une vieille photographie de 1913 montrant l’étudiant Padilla soutenant l’usurpateur Huerta51. En s’opposant à Padilla, les étudiants avaient bien la Révolution de leur côté.

  • 52 El Universal Gráfico, 24-05-1929.

23Vers 17 ou 18 heures, au moment où les étudiants en médecine débattaient de la position de leur faculté vis-à-vis du mouvement, les étudiants en droit présents sur la place Santo Domingo agressèrent le jeune Enrique Acosta Raalú qui avait eu le malheur de critiquer publiquement la grève52. Les gendarmes intervinrent alors pour protéger Raalú, provoquant l’ire des étudiants, qui ne supportaient pas que l’on pût s’immiscer dans les relations internes au groupe. Policiers et étudiants s’affrontèrent. Des renforts furent demandés. Le bruit des sirènes semble alors avoir altéré le jugement des étudiants en médecine qui se rallièrent progressivement à la grève. Devant la faculté, une médiation s’opéra à la venue de l’inspecteur Quintana, qui demanda aux étudiants de se disperser dans les 15 minutes. Les étudiants chargés du dialogue n’eurent pas le temps d’être écoutés par leurs camarades : une pluie de pierres s’abattit sur les pompiers. D’autres groupes étudiants apparurent pour s’attaquer aux pompiers qui firent usage de leurs lances à incendies pour « doucher » les étudiants échaudés. Des coups de feu furent tirés. Une haute autorité vint mettre fin au conflit : le docteur Puig, régent du District fédéral, obtint le retrait préalable des forces de l’ordre afin d’apaiser les ardeurs des étudiants qui acceptèrent alors de se disperser.

  • 53 Ibid.

24Le dernier affrontement de la chaotique journée du 23 mai eut lieu vers 22 heures53. Une manifestation étudiante battait le pavé de l’avenue Juárez. Les pompiers intervinrent. Un premier choc entre pompiers et étudiants se produisit à la hauteur de l’Hémicycle à Juárez. Le président de la SDA de droit, Arcadio D. Guevara, avertit alors l’inspecteur Quintana que les étudiants dénonceraient ces violences auprès des journaux. Les pompiers se retirèrent. Un nouvel affrontement entre pompiers et étudiants se reproduisit. Un gendarme blessa grièvement Enrique Loaeza, fils d’un professeur de la faculté de médecine et étudiant de l’ELD (la grande rivale de la faculté de droit). Plusieurs étudiants se réfugièrent dans l’hôtel Regis, d’où les en sortirent violemment des agents de police.

  • 54 El Universal Gráfico, 24-05-1929.
  • 55 Ibid. Excélsior, 24-05-1929.
  • 56 Excélsior, 25-05-1929.

25Le sang avait coulé. La journée du 23 accéléra la généralisation de la grève : l’ENP nocturne se rallia dans l’après-midi, Bellas Artes dans la nuit54. Même l’anti-grève Enrique Acosta Raalú se prononça, après « l’absurde intervention de la police », pour la « grève générale ». D’autres écoles (ESCA, Escuela Nacional de Maestros) protestèrent sans s’engager55. L’usage de la violence contre les étudiants était perçu comme intolérable56.

  • 57 El Universal Gráfico, 24-05-1929.
  • 58 Demande reproduite dans Dromundo B., op. cit., p. 77-79. Dromundo a utilisé ce document po (...)

26La journée du 23 fut aussi une journée d’intense organisation : elle déboucha sur la formation du Comité central de grève (Comité Central de Huelga, CCH), organe représentant 22 écoles (universitaires, normales, techniques)57. Une plateforme interscolaire germait : les écoles devaient exprimer leurs demandes, lesquelles seraient condensées dans un mémorandum envoyé au président Portes Gil. Le CCH projetait l’organisation d’une manifestation le 28 mai. Plus tard dans la soirée, Gómez Arias s’adressa à Puig, demandant « l’ingérence » étudiante et « l’autodétermination universitaire58 ».

  • 59 La Prensa, 25-05-1929. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 43.
  • 60 El Universal Gráfico, 24-05-1929.
  • 61 Ibid. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 43.
  • 62 El Universal Gráfico, 24-05-1929.
  • 63 AGN, EPG, exp. 4/283/428.

27Les autorités tentèrent d’apaiser les étudiants. Portes Gil se lamenta publiquement des événements du 23 : il annonça, dans un communiqué émis le 24, le retrait des pompiers et de la police, effectif dès midi trente59. Les étudiants pouvaient désormais délibérer dans leurs écoles comme bon leur semblait60. Le 24, Bassols, le directeur de la faculté de droit, démissionna61. Le conflit avait changé de nature et n’était plus du tout circonscrit à l’ENP et à la faculté de droit. Aux écoles précédemment citées vinrent s’ajouter toutes les composantes de la « classe étudiante » : les élèves non universitaires, c’est-à-dire ceux des écoles normales et des écoles techniques, avec leurs branches féminines respectives. Tous rejoignaient le mouvement et nombre d’entre eux manifestèrent le 24. Fait révélateur : en grève dès le 24 mai 1929, les élèves de l’École technique de constructeurs expliquèrent à la presse qu’ils ne soutenaient absolument pas les étudiants en droit. Ces étudiants du cycle technique, profondément étrangers aux joutes oratoires des apprentis juristes et au cursus élitiste de l’ENP, protestaient uniquement contre la violence62. Sur les 22 écoles en grève le 24 mai, 17 d’entre elles avaient entièrement arrêté leurs activités. La presse dénombrait 18000 grévistes. La manifestation du 28 mai devait réunir 40 écoles et 30000 grévistes. Les étudiants des provinces se montrèrent solidaires du mouvement : une fois connus les événements du 23, une avalanche de télégrammes indignés s’abattit sur le président Portes Gil63.

  • 64 Réunion présidée par A. Gómez Arias (président de la CNE et du CCH) et R. García Villalobo (...)
  • 65 AGN, EPG, exp. 4/283/428, Comité general de huelga, 27-05-1929.
  • 66 El Universal Gráfico, 26-05-1929. AGN, EPG, exp. 4/283/428, Comité general de huelga, 27-0 (...)
  • 67 Tentant de convaincre les étudiants en médecine le 23 mai, Gómez Arias avait ainsi soutenu (...)
  • 68 Excélsior, 25-05-1929.
  • 69 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 44.
  • 70 El Universal Gráfico, 27-05-1929. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 44. La Prensa, El Informa (...)
  • 71 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 44. El Universal Gráfico, 28-05-1929. La Prensa, 29-05-1929

28Les étudiants ne tardèrent pas à constituer une plateforme commune. Votée à l’issue d’une réunion du CCH le 25 mai au soir64, formulée au nom de la « classe étudiante » et de la « Révolution65 », elle fut transmise à Portes Gil et publiée dans la presse66. Deux éléments de nature extrêmement différente structuraient ce programme : la dignité du groupe et la réforme des écoles. Il apparaissait nécessaire, en premier lieu, de laver l’honneur des étudiants et de garantir leurs droits fondamentaux – manifester et s’exprimer librement. Dès lors, des têtes devaient tomber : celles du ministre Padilla et de son secrétaire Sáenz, du recteur Castro Leal, des directeurs et employés de l’Université ou de la SEP responsables des représailles contre les étudiants, des directeurs des écoles secondaires nos 1, 3 et 4, de l’inspecteur Quintana et de Pablo Meneses, chef des commissions de sécurité. Les événements du 23 mai, « crimes de lèse-culture », étaient au cœur de l’argumentaire. L’autre élément structurant était la réforme des écoles. Il s’agissait bien d’une réforme scolaire et non simplement universitaire : les demandes du CCH concernaient l’Université ainsi que les écoles normales et techniques qui avaient soutenu le mouvement à partir du 24 mai. L’esprit de 1929 était simple : mettre sur un strict pied d’égalité les étudiants et les autorités pédagogiques, dans tous les types d’école. Ainsi, « l’œuvre de la Révolution », indissociable des valeurs de liberté et d’égalité, devait profiter à la « classe étudiante ». L’idée fondamentale, qui avait émergé durant le conflit, était que les voix et votes des étudiants et des autorités scolaires pussent systématiquement s’équilibrer67. Selon la presse, une « véritable démocratie » devait s’instaurer dans les institutions éducatives68. Élèves et professeurs devaient cogouverner les écoles : ils seraient égaux en voix et vote aux Conseils de direction. Fait souvent oublié, le projet était national et interscolaire. L’égalité entre étudiants et autorités éducatives devait d’abord s’appliquer au Conseil universitaire, lequel existait depuis 1910. Un Conseil national des écoles normales et un Conseil national des écoles techniques devaient être créés sur ce modèle69. En 1929, la Reforma Universitaria mexicaine s’élargissait encore pour épouser la diversité des composantes de la « classe étudiante ». Le projet devait aussi profiter aux organisations représentatives : FEM et CNE devaient avoir un droit d’information au Conseil universitaire. L’autonomie découlait logiquement de cette coparticipation systématique aux Conseils universitaire, normal et technique. Elle était formulée explicitement pour l’Université, latente pour les regroupements futurs des écoles techniques et normales. La querelle des examens était presque oubliée. La journée de manifestation du 28 mai, suivie dans les États (à Pachuca, Toluca, Orizaba et Saltillo), enfonça le clou70. Les 12000 manifestants (dont de très nombreuses manifestantes) rappelèrent que la « classe étudiante » était une classe révolutionnaire71. Le ferment des divisions vint toutefois rapidement.

Figure 2. – La manifestation étudiante du 28 mai 1929 à Mexico : « Réforme universitaire. Nous
voulons des professeurs révolutionnaires et non des hommes politiques d’occasion. »

Source : Dromundo B., Crónica…, op. cit.

  • 72 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 45-46. El Universal Gráfico, 29-05-1929.
  • 73 Ibid., p. 45. Il est nécessaire de noter que le docteur Puig, qui avait envoyé un mémorand (...)

29Le 28 mai, après avoir contemplé la manifestation monstre depuis le balcon du Palais présidentiel, Portes Gil répondit par écrit aux demandes des étudiants. L’ancien étudiant de 1910 s’adressait humblement au CCH comme « un homme d’extraction universitaire72 ». Mais, dans une large mesure, le président mutila l’esprit de 1929. Prétextant qu’il s’agissait d’un problème secondaire, Portes Gil refusa de répondre aux demandes des étudiants qui exigeaient le licenciement des autorités éducatives et policières. Il divisa la « classe étudiante » en donnant l’autonomie aux seuls universitaires73. La communauté de destin entre les étudiants des écoles secondaires, techniques, normales et universitaires avait vécu.

  • 74 El Informador, 31-05-1929.
  • 75 Ibid., p. 46-47.

30Portes Gil inversa enfin les termes d’une des propositions étudiantes. Le recteur de l’Université ne serait pas choisi par le président de la République sur une proposition de trois noms (terna) sélectionnés par le Conseil universitaire : le recteur serait en réalité désigné par le Conseil parmi les trois candidats sélectionnés par le président74. Dans tous les cas, le primus inter pares de l’Université ne pouvait qu’être l’homme-lige du président. L’autonomie n’était qu’un vernis. Elle devait se réduire aux choix des programmes, de la pédagogie et à la répartition d’un budget versé chaque année par l’État75.

  • 76 Ce fut progressif. À de nombreuses reprises, plusieurs leaders de la grève (F. Navar, C. Z (...)
  • 77 El Informador, 01-06-1929.
  • 78 El Informador, 02-06-1929.
  • 79 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 48.
  • 80 Ibid. El Informador, 11-06-1929. Azuela, Gómez Arias, Brito Rosado furent ceux qui demandè (...)
  • 81 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 48-49.

31Face à la proposition de Portes Gil, les étudiants se divisèrent. La proposition présidentielle ne concernait en effet que les « étudiants universitaires ». Obsédés par le sort de leur Alma Mater, ces derniers oublièrent jusqu’à l’existence même de leurs homologues des écoles normales et techniques76. L’autonomie fut saluée : elle devait permettre à l’Université, désormais aux mains des étudiants, de devenir authentiquement révolutionnaire. Toutefois, pour le mouvement étudiant, l’autonomie universitaire ne pouvait qu’enterrer le projet d’une vaste réforme scolaire. Portes Gil venait de tuer la « classe étudiante » sans le savoir. Début juin, cette dernière croyait encore qu’une puissante Université autonome pouvait être créée afin de regrouper toutes les écoles (du primaire au supérieur, en passant par les écoles techniques)77. Le 1er juin, Portes Gil coupa court aux spéculations : les écoles industrielles, techniques et normales resteraient bien en dehors de la future Université autonome78. Les rêves de mai laissaient place aux désillusions de juin. Faisant cavalier seul, les étudiants universitaires s’accordèrent tous pour demander que le Conseil choisît les trois aspirants-recteurs, que l’Université fût autonome du point de vue économique via l’acquisition d’un patrimoine propre et qu’elle absorbât les écoles secondaires79. En vain. Fait symptomatique, le CCH autorisa les écoles normales et techniques à arrêter la grève le 10 juin80. Un « directoire » fut créé par le CCH. Sa première action fut d’organiser une assemblée générale à l’ENP avec les seuls concernés, les « étudiants universitaires81 ». Les étudiants des écoles techniques et normales, qui avaient pourtant soutenu la grève, étaient marginalisés.

  • 82 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 49. AGN, EPG, exp. 4/283/428, télégramme de E. Brito Rosado (...)
  • 83 El Informador, 12-06-1929.
  • 84 El Informador, 14-06-1929.
  • 85 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 50. AGN, EPG, exp. 4/283/428.
  • 86 El Universal, 01-07-1929, in Pinto Mazal J., op. cit., p. 343 et suivantes.
  • 87 El Informador, 02-07-1929.
  • 88 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 50-51. El Informador, 12-07-1929.

32La suite des événements fut plus éloquente encore : le 11 juin, les étudiants, sur proposition du directoire, décidèrent d’occuper l’Université jusqu’à la démission du recteur et la promulgation de la nouvelle loi organique consacrant l’autonomie82. Ils séquestrèrent le recteur et son secrétaire Cosío Villegas, ainsi qu’Antonio Caso83. Le 13, le président nomma un représentant pour rassurer les étudiants, lesquels quittèrent l’Université84. Le 14, la démission du recteur Castro Leal fut rendue publique85. L’autonomie fut votée dans la précipitation. Le 1er juillet, les étudiants du directoire, soulignant que leur classe était « substantiellement révolutionnaire », publièrent leurs propositions de rectifications concernant le projet de loi, dont très peu furent finalement retenues86. Épuisés par un mouvement sans fin, les grévistes se divisaient87. La loi sur l’autonomie fut promulguée le 9 juillet 1929. Le 10, le directoire étudiant rédigea son rapport final. Le rapport du directoire fut reçu le 11 par le CCH qui décida alors l’arrêt de la grève88. Un recteur intérimaire, Ignacio García Téllez, proche de Portes Gil et d’Ortiz Rubio, fut désigné. Le 31, le premier Conseil de l’Université autonome fut constitué, avec 28 représentants étudiants. L’année électorale s’acheva sans gloire par l’assassinat d’un étudiant vasconcéliste, Germán del Campo, et l’élection d’Ortiz Rubio, le candidat du PNR.

33La grève avait duré 68 jours. Si les frustrations étaient nombreuses, le champ des possibles apparaissait toutefois immense. La geste héroïque de 1929 invitait à combattre de nouveau. Sûrs de leur force, les étudiants prirent conscience qu’ils avaient accompli une « Révolution ». Leur énergie s’en trouva décuplée. La « génération de 1929 » était née.

L’œuvre révolutionnaire de la « génération de 1929 »

34Dans la mémoire universitaire du Mexique, la « génération de 1929 » demeure associée à une autonomie mythifiée, obtenue à l’issue d’une longue lutte. Autonomiste, cette génération étudiante le fut assurément. Néanmoins, elle fut aussi révolutionnaire – comme aucune autre avant elle ou après elle. Ceux qui avaient participé à la « révolution universitaire de mai » justifiaient toutes leurs actions par l’adhésion aux « postulats révolutionnaires » du processus initié en 1910. Il n’y avait là aucune contradiction : le discours corporatiste des jeunes universitaires servait à défendre une institution d’autant plus sacralisée qu’elle apparaissait comme le cerveau de la Révolution. Cette obsession croissante pour l’Université, héritée du mouvement de 1929, explique dans une large mesure la progressive fragmentation de la « classe étudiante ».

Le corporatisme universitaire et la fragmentation du mouvement étudiant

  • 89 Appendini G., op. cit., p. 153.
  • 90 Mabry D., op. cit., p. 92.
  • 91 Gardet M., op. cit., p. 147.

35Les autorités politiques et éducatives, désireuses d’éviter à tout prix un nouveau « mai 1929 », encouragèrent la fragmentation du mouvement étudiant. Les jeunes élèves des écoles secondaires fondèrent leur propre fédération dès juin 192989. Ils furent suivis, en mai 1931, par leurs homologues des écoles techniques, qui se séparèrent de la Fédération des étudiants de Mexico (FEM) pour créer la Fédération étudiante des écoles techniques, industrielles et commerciales (FEETIC)90. En 1935, les jeunes des écoles normales rurales fondèrent la FECSM (Fédération des étudiants paysans socialistes mexicains). Les derniers à quitter le navire furent les étudiants des écoles normales, qui ne bâtirent leur propre fédération qu’en 193691. Favorisée par la SEP, cette segmentation progressive s’expliquait aussi par l’obsession des « étudiants universitaires » pour l’Université. Néanmoins, la fragilité consécutive de la « classe étudiante », comme groupe interscolaire, n’apparut que dans un second temps. Après mai, le mouvement étudiant à vocation représentative semblait en effet tout puissant.

  • 92 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 53-58. Les informations suivantes en sont extraites.
  • 93 El Informador, 07-03-1930.
  • 94 AGN, POR, exp. 16/805, mémorandum, 10-12-1930.

36Le 23 janvier 1930, la CNE invitait triomphalement les étudiants de la République à envoyer leurs représentants au VIIe Congrès92. Son appel s’inscrivait explicitement dans le sillage du mouvement de 1929 : « la révolution universitaire de mai a donné à notre classe la conscience et la preuve entière de sa force ». Plusieurs des thèmes et résolutions en découlant étaient strictement universitaires. Les congressistes, réunis à Monterrey du 17 au 24 février 1930, approuvèrent ainsi un vaste projet de réorganisation universitaire : l’Université nationale devait être rebaptisée Université centrale. Autour d’elle quatre universités cardinales devaient graviter93. Aux universités d’Occident (Guadalajara), d’Orient (Veracruz) et du Sud-Est (Mérida), devait s’ajouter l’Université « autonome » du Nord. Cette dernière devait être fondée à Saltillo et soutenu financièrement par le gouvernement du Coahuila ainsi que par ceux des États frontaliers. Le but était le contrôle culturel et racial de la frontière : il s’agissait d’empêcher « l’immigration étudiante » vers les États-Unis. Ces universités devaient faire de la recherche – chose nouvelle – et penser l’application des réformes révolutionnaires : les étudiants exigeaient la « création d’un Institut de recherche et d’action sociale ». L’Université devenait le cerveau de la Révolution. En matière d’organisation universitaire, « l’autonomie » fut le maître mot de la rencontre. L’objectif était d’étendre la conquête de Mexico aux universités des États. Enfin, une nouvelle déclaration de principes, explicitement révolutionnaire, fut rédigée. La CNE vivait son apogée. Le 10 décembre 1930, ses représentants adressaient un mémorandum à caractère informatif au président Ortiz Rubio94 : la CNE se glorifiait de regrouper 36000 étudiants et 33 organisations. L’unique centrale nationale était par ailleurs membre de la Confédération internationale des étudiants (CIE) et réussissait, à l’hiver 1930-1931, à organiser le premier Congrès ibéro-américain des étudiants. La CNE devint ainsi la pierre angulaire de la flamboyante Confédération ibéro-américaine des étudiants (CIADE), laquelle dressait un pont entre les étudiants espagnols et latino-américains.

  • 95 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 79.
  • 96 Palavicini puis Vasconcelos en furent les impulseurs. La Direction générale de l’enseignem (...)
  • 97 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 59.
  • 98 Ibid., p. 80. AUOM, Rapport sur le conflit étudiant à l’occasion du VIIIe Congrès, 15-06-1 (...)
  • 99 El Informador, 15-06, 17-06-1931.
  • 100 AUOM, Rapport sur le conflit…, 15-06-1931.

37Impressionnés par les événements de mai 1929, les gouvernements du Maximato firent de leur mieux pour domestiquer le mouvement étudiant. Pour plusieurs représentants étudiants d’alors, l’action des autorités politiques et pédagogiques fut directement responsable de l’échec du VIIIe Congrès national, réuni en juin 193195. Ce congrès resta dans les annales comme celui de la division et du scandale. Un mois avant la rencontre, en mai 1931, la création de la FEETIC, soutenue par la SEP, avait contribué à miner la puissance de la FEM. La nouvelle FEETIC correspondait à une réalité sociologique : depuis la fin des années 1910, l’enseignement technique avait connu un essor sans précédent96. Avant la tenue du VIIIe Congrès, le président de la FEM, Brito Rosado – ancien ténor de 1929, élève de l’ENP et donc « étudiant universitaire » –, tenta d’éviter la séparation totale en proposant la création d’une nouvelle organisation fédérant les trois piliers de la « classe étudiante » métropolitaine : la nouvelle FEM regrouperait la FEETIC, la Fédération des élèves du secondaire et celle des « universitaires97 ». Cette option semble être apparue peu crédible aux yeux des « techniciens » : la FEM avait toujours été dominée par des « universitaires » et Brito Rosado, son président, avait accepté l’arrêt de la grève dans les écoles techniques et normales en juin 1929. Soutenus par la SEP, les « techniciens » refusèrent donc le projet Brito. La nouvelle FEETIC chercha logiquement à rejoindre la CNE. L’apparition d’une organisation rivale de la FEM à Mexico n’était pas de bon augure pour le congrès à venir. Le « schisme » couvait. Lors du VIIIe Congrès, la présence des deux fédérations (FEM, FEETIC) fut l’événement déclencheur de la crise98. Ne pouvant s’entendre sur l’authenticité des délégations, deux groupes étudiants se formèrent et tinrent chacun leur propre « Congrès national » avec deux présidents respectifs (Ciriaco Pacheco Calvo, Perfecto Gutiérrez Zamora)99. Les deux groupes s’accordèrent finalement, après une médiation où le professeur Lombardo Toledano joua un rôle prépondérant100.

  • 101 AGN, POR, exp. 24/3165, Copia de informe que rinde el agente núm.2 sobre el IXCongreso Nac (...)

38L’échec apparent du VIIIe Congrès ne doit pas cacher la force réelle du mouvement étudiant. Si certains étudiants eurent l’impression que le gouvernement, via les gouverneurs ou la SEP, manipulait les délégations, c’était en partie parce que le mouvement étudiant ne se limitait plus aux facultés de l’université de Mexico. Les délégués des États étaient plus nombreux et, malgré les financements extérieurs, sans doute plus authentiques. Le mouvement étudiant était devenu une force qu’il fallait observer attentivement afin de mieux la contrôler : comment expliquer autrement la présence d’un espion du gouvernement lors du IXe Congrès en 1932101 ?

  • 102 De nouveaux statuts furent rédigés fin 1932 et approuvés en 1933. FEU, Anuario 1932-1933, (...)
  • 103 Mabry D., op. cit., p. 95-96. FEU, Anuario…, p. 50-52.
  • 104 FEU, Discursos pronunciados en la ceremonia conmemorativa de la reforma universitaria, Mex (...)
  • 105 Mots de Guerrero Briones et de Pacheco Calvo. FEU, op. cit., p. 5 et 7.
  • 106 Ibid., p. 7, 17.
  • 107 Ibid., p. 21-22.
  • 108 Ibid., p. 21-23.
  • 109 Ibid., p. 27.

39Le souffle de 1929 se fit sentir jusqu’en 1933. Quatre ans après la geste magnifique, la FEM était toujours contrôlée par la « mafia » qui avait fait ses preuves lors des belles journées de mai. Fait notable, la FEM était devenue la « Fédération étudiante universitaire de Mexico » (FEU)102. Elle était présidée par un ancien orateur de 1929, Alfonso Guerrero Briones (proche de Ciriaco Pacheco Calvo, Salvador Azuela et d’Alejandro Gómez Arias)103. La nouvelle FEU organisa solennellement la commémoration de la « Réforme universitaire », le 23 mai 1933 – devenu « Jour de l’étudiant104 ». Les anciens de « 29 » tentèrent de faire le bilan de cette authentique « Révolution universitaire », fruit d’« une rébellion profonde et authentique » et dont le récit mythifié s’apparentait à celle de 1910105. Ils déplorèrent unanimement que la « journée de 29 » eût débouché sur une « autonomie incomplète106 ». Quelques jours après la cérémonie, l’ancien dirigeant étudiant Gómez Arias soulignait, lui aussi, à quel point 1929 avait été une « révolution107 ». L’ancien président de la CNE employait un langage radical pour décrire les nouveaux rapports de force au sein de son Alma Mater : « l’autonomie fut une conquête du peuple universitaire […] le peuple universitaire a toujours vu le Recteur comme un fonctionnaire imposé, un intrus108 ». Pour Gómez Arias, l’Université devait faire de la recherche et de l’enseignement : elle devait se limiter à « générer la culture supérieure d’une nation109 ». De manière étonnante, Gómez Arias préconisait même l’abandon de « l’Extension universitaire », jugée soudainement démagogique et illusoire. Les théoriciens de la Reforma Universitaria mexicaine doutaient-ils soudain du Peuple et de la Revolución ? Quatre ans après « mai », certains anciens de 1929 privilégiaient, de fait, le « peuple universitaire » à celui des campagnes et des faubourgs, et la « Révolution de 1929 » à celle de 1910.

40L’opinion de Gómez Arias était cependant minoritaire. Après 1929, d’autres étudiants avaient fait un choix profondément différent : « aller au peuple ». L’« extension universitaire » s’en trouvait démultipliée : elle ne se limitait plus à Mexico et aux capitales des États, elle s’étendait aux bourgades provinciales et aux campagnes.

Les petits soldats de la Révolution : la démultiplication de l’« extension universitaire »

  • 110 AGN, EPG, exp. 4/283/428, Lettre du 12-09-1929. El Gráfico, 20-09-1929.
  • 111 AGN, EPG, exp. 6/465, « Programa a que sujetarán sus trabajos las brigadas que operarán en (...)
  • 112 R. Atwood pour la future UEPOC, C. Rodríguez pour le futur CASEU.

41En septembre 1929, la présidente de la Société des étudiantes universitaires, Carmen Anaya, envoya une lettre au président Portes Gil110. Après avoir critiqué, comme tant d’autres, la semi-autonomie accordée à l’Université, la jeune femme soulignait que l’institution devait répondre, malgré tout, aux attentes du « Peuple ». Reprenant une formule digne de l’Athénée de la Jeunesse, elle résumait de manière lapidaire l’esprit du temps : « Que l’Université aille au Peuple et non le Peuple à l’Université. » Sacralisée par la nouvelle génération, l’Université devait se consacrer, plus que jamais, à « l’extension universitaire ». Hérité des années 1910, cet idéal avait été mis en pratique dans les grandes villes et institutionnalisé par le mouvement étudiant. Après 1929, deux grandes organisations étudiantes, en partie rivales, en partie alliées, furent créées pour insuffler à « l’extension » une vigueur sans précédent. L’Union des étudiants pour l’ouvrier et le paysan (Unión de Estudiantes Pro Obrero y Campesino, UEPOC) et le Centre d’action sociale des étudiants universitaires (Centro de Acción Social de los Estudiantes Universitarios, CASEU), tous deux nés du ventre de « 29 », tentèrent de propager la Revolución sur tout le territoire national. Cet élan était encouragé par les autorités : fin 1929, le recteur García Téllez ordonna ainsi au département d’Extension universitaire de l’Université de mettre en place 30 « brigades » étudiantes111. Composée de cinq étudiants chacune, ces brigades devaient partir en « croisade ». On retrouve, parmi les étudiants volontaires, les futurs cadres de l’UEPOC et du CASEU, fondés en 1930112. Cette « croisade pour l’amélioration économique et l’élévation culturelle des travailleurs de la République » devait être organisée durant les vacances universitaires. Elle devait permettre à l’Université de remplir « ses devoirs d’institution aux tendances éminemment révolutionnaires ». L’Université demandait ainsi aux étudiants d’organiser des coopératives pour les ouvriers et paysans. Les jeunes orateurs devaient aussi prêcher la bonne parole : les thèmes imposés portaient sur les multiples « bénéfices » que « la Révolution de 1910 » avait apportés aux « travailleurs » et sur les avantages de l’organisation collective, seule à même de défendre le travail contre le capital. De manière plus large, les étudiants devaient contribuer à forger la patrie en prononçant des conférences permettant de fortifier le corps et l’esprit de la nation : alphabétisation, civisme, éducation technique, hygiène, sport et anti-alcoolisme constituaient l’épine dorsale de ce programme nationaliste. Les étudiants étaient invités à travailler avec les autorités locales. Les jeunes missionnaires devaient organiser les citoyens en comités, animer des dispensaires médicaux provisoires et des cabinets d’avocat éphémères, fonder des écoles et des « Centres civiques culturels ». En lien avec l’Université, deux groupes d’étudiants s’engagèrent dans ce vaste mouvement en direction du peuple. Si le CASEU était piloté par les autorités scolaires, l’UEPOC, tout en affichant les mêmes ambitions, affirmait son autonomie.

  • 113 Sheridan G., « Octavio Paz en Yucatán », Letras Libres, janv. 2001, p. 14-20.
  • 114 Estatutos de la « Unión de Estudiantes Pro-Obrero y Campesino », Mexico, TGN, 1930, p. 18- (...)
  • 115 Ibid., p. 9 et 18. L’UEPOC s’enorgueillissait néanmoins de la participation des étudiants (...)

42Point de rencontre de nombreux étudiants de la « génération de 1929 », l’UEPOC n’a pas fait l’objet de travaux spécifiques : cette organisation reste associée, tout au plus, à quelques grandes figures de l’histoire politique et culturelle du pays comme Adolfo López Mateos, Juan de la Cabada ou Octavio Paz113. Comme le CASEU, l’UEPOC fut l’enfant de 1929. Publié en 1930, le manifeste de l’organisation, rédigé par Roberto Atwood et par Santiago Aguirre Zertuche, rappelait que « la Révolution étudiante de Mai » avait été féconde114. Sa « force » permettait le « rapprochement » de la « classe étudiante » et du « Peuple ». L’organisation portait les stigmates du vasconcélisme : chaque « jeune » était invité à « sortir de la tour d’ivoire de son égoïsme » pour aller « illuminer la conscience » de la « race […] cosmique ». Plusieurs animateurs de l’organisation étaient d’anciens vasconcélistes. L’UEPOC, ouverte à tous les étudiants, recrutait surtout dans le milieu universitaire115. Toutefois, aucune faction ne semblait la contrôler. En 1930, le premier bureau directeur accueillait des étudiants aux horizons extrêmement différents : José Bosch, un jeune anarchiste catalan, y côtoyait Carlos Ramírez Zetina, catholique intransigeant et futur membre de l’UNEC.

  • 116 AUOM, Temas para las conferencias que se desarrollarán en los Centros Cívicos, dependiente (...)
  • 117 Ibid., p. 5.
  • 118 L’UEPOC comptait 14 membres honoraires, dont : A. Caso (directeur de la faculté de philoso (...)

43La croyance en la Revolución animait les militants de l’UEPOC. Le cerveau de l’organisation, Atwood, considérait dès 1929 que la Révolution était un « triomphe sur le terrain socio-économique » et un « échec sur le terrain politique116 ». En 1930, l’organisation souhaitait dès lors défendre la « Révolution Mexicaine », seule à même de détruire « l’ignorance et la misère » et de parvenir à « l’affirmation spirituelle » de la « race hispano-américaine », face à la contamination matérialiste venue du Nord117. Afin d’améliorer la situation économique et sociale du pays, l’UEPOC se proposait de « diffuser la culture générale au sein des classes laborieuses ». Pour ce faire, les membres de l’UEPOC devaient organiser des « brigades culturelles », des « écoles nocturnes », des centres civiques, des bibliothèques ainsi que des coopératives. Ces objectifs ambitieux étaient très proches de ceux émis par le département d’Extension universitaire de l’Université. Le monde universitaire soutenait d’ailleurs unanimement cet élan nationaliste118.

  • 119 Les États concernés et les directeurs des centres étaient respectivement : Tamaulipas (E. (...)
  • 120 « Delegaciones », Indo-América, vol. 1, no 5, 30-06-1931, p. 4.
  • 121 « La Posición y la Actitud de la Juventud Estudiantil », Indo-América, vol. 1, no 4, 30-04 (...)
  • 122 « Linterna mágica », Indo-América, vol. 1, no 5, 30-06-1931, p. 1.
  • 123 « De nuestra cruzada cultural », Indo-América, vol. 1, no 2, 28-02-1931, p. 4.
  • 124 Indo-América, vol. 1, no 2, 28-02-1931, p. 4 ; no 4, 30-04-1931, p. 4 ; no 5, 31-05-1931, (...)
  • 125 Sheridan G., art. cit., p. 16.

44L’action de l’UEPOC fut-elle efficace ? Oui, assurément. En 1930, la jeune organisation soulignait qu’elle avait fondé huit « centres éducatifs » dans tout le pays, dirigés à chaque fois par un étudiant ou une étudiante119. La lecture du journal de l’UEPOC, Indo-América, permet d’entrevoir le succès extrêmement rapide de cette jeune composante du mouvement étudiant : le nombre de ses délégations dans les États était passé de huit, en 1930, à 28, en juin 1931120. En l’espace d’un an, l’UEPOC était ainsi devenue une organisation nationale, structurée et influente. La jeune Union était entièrement tournée vers l’éducation populaire et regardait avec dédain les intrigues byzantines de la « politique étudiante » : elle voyait dans la FEM une « servile dépendance » de l’Université et jugeait inutile les cycles de conférences qu’elle organisait121. L’échec du VIIIe Congrès national fut considéré comme un non-événement122. Pour l’organisation, les véritables enjeux étaient ailleurs. En juin 1931, l’UEPOC animait 14 écoles nocturnes entièrement gratuites à Mexico. Ses brigades culturelles parcouraient des États ruraux comme le Chiapas et Oaxaca123. Les autorités locales entravaient parfois l’action de l’organisation, jugée subversive124. De manière générale, le bilan de l’UEPOC apparaissait extrêmement positif : l’organisation contribua, à son échelle, à l’alphabétisation et à la diffusion d’une culture nationale. Néanmoins, certains étudiants espéraient bien davantage de la rencontre avec le « Peuple », révolutionnaire par essence. Or, ce « Peuple » mythifié se contenta, dans l’immense majorité des cas, de recevoir une instruction élémentaire de la part de ces jeunes missionnaires125.

  • 126 « 23 de Mayo », Indo-América, vol. 1, no 5, 31-05-1931, p. 5.
  • 127 AHUNAM, Conclusiones aprobadas por el VIII congreso nacional de estudiantes en « puntos va (...)
  • 128 AGN, POR, exp. 24/3165, Copia de informe…, 05-07-1932.

45L’UEPOC fut sans doute une des plus grandes réalisations de la génération de 1929. Cette organisation fut la première association étudiante à célébrer le « 23 mai » et à rappeler que la « révolution » de mai avait été faite par une armée d’étudiants anonymes et non seulement par la poignée d’orateurs qui, depuis, avait réussi à obtenir un poste de professeur à l’Université126. Lors du VIIIe Congrès, en 1931, les congressistes se montrèrent solidaires de l’UEPOC en demandant le retour de José Bosch, l’étudiant catalan membre de l’organisation qui avait été expulsé du Mexique127. Vigoureuse et bien implantée, la jeune organisation envoya une délégation au IXe Congrès, à Toluca, en 1932128. L’UEPOC était devenue une composante légitime du mouvement étudiant national représentatif. Comme Octavio Paz le rappelait, l’UEPOC accueillit des étudiants dont les parcours furent, par la suite, extrêmement différents : si tous communiaient alors dans le nationalisme anti-impérialiste et cherchaient à propager l’idéal régénérateur de la Révolution mexicaine, une fraction s’orienta vers le marxisme, l’autre fut happée par le catholicisme intransigeant. Peu à peu, le contrôle de l’UEPOC devint un enjeu. Indépendante des autorités universitaires et politiques, l’UEPOC dut accepter, non sans critiques et amertumes, l’action d’une autre organisation, financée par l’Université. Le pouvoir révolutionnaire cherchait à contrôler l’élan fraternel des étudiants en direction du « Peuple ». Le CASEU fut son instrument.

  • 129 Le centre fut fondé le 28 mars 1930. AGN, POR, exp. 2/217.
  • 130 AGN, POR, exp. 2/217, Manifiesto a la Juventud Universitaria de Mexico.

46Comme l’UEPOC, le CASEU naquit début 1930129. Il s’agissait d’une organisation étudiante hétéronome, copilotée par les autorités politico-universitaires et par une poignée d’anciens leaders de « 1929 ». Le Comité exécutif était dirigé par un général (Antolín Piña Soria) et chapeauté par le recteur de l’Université. Plusieurs anciens de « mai » (notamment José María de los Reyes et Ignacio Gavaldón) y faisaient bonne figure. Comme son nom l’indiquait, l’organisation était à destination des seuls « étudiants universitaires ». Le CASEU prétendait à la fois analyser scientifiquement les problèmes sociaux pour les résoudre et développer une action pratique visant à rapprocher les étudiants du « Peuple », afin de « forger, avec lui, la nationalité mexicaine130 ».

  • 131 AUOM, mémorandum, CASEU, 09-12-1930.
  • 132 AUOM, mémorandum, CASEU, 12-08-1930.
  • 133 Ibid.
  • 134 AUOM, lettre de Piña Soria à Lombardo Toledano, 29-07-1931.

47Les premiers programmes du CASEU étaient ambitieux. Les réalisations furent modestes. Elles étaient comparables à celles de l’UEPOC : en décembre 1930, neuf mois après sa fondation, le CASEU s’enorgueillissait d’animer 14 « écoles nocturnes pour ouvriers131 ». Ces écoles suivaient le « plan général d’enseignement primaire et normal » de la SEP. Les professeurs, tous étudiants, donnaient aux élèves « une nouvelle conscience morale et un intense sens révolutionnaire ». Disposant de moyens institutionnels, le CASEU utilisait aussi la radio pour diffuser « l’idéologie de la Révolution », exposée par de brillants conférenciers132. À Mexico, le CASEU animait des cabinets dentaires gratuits. Comme l’UEPOC, le CASEU canalisa l’énergie étudiante par l’organisation de « brigades étudiantes » de tout type, « culturelles » ou « médicales133 ». Le CASEU s’essouffla lentement : en juillet 1931, seules huit de ses 14 écoles nocturnes subsistaient à Mexico134. L’organisation ne laissa plus de trace après l’année 1931, contrairement à l’UEPOC dont les derniers échos datent de 1934.

  • 135 AGN, POR, exp. 24/5333, rapport d’une brigade culturelle de l’UNAM partie dans le Michoacá (...)
  • 136 Le syndicat corrompu était le Sindicato de Obreros Panaderos de Uruapán. Le nouveau syndic (...)
  • 137 Estrada était le président du Comité Pro-Huelga del Sindicato de Obreros Panaderos de Urua (...)

48L’action du CASEU fut-elle efficace ? Comme l’UEPOC, cette organisation contribua à l’alphabétisation des masses, à l’enseignement et à la diffusion des idéaux révolutionnaires. Dès lors que les autorités et les organisations locales prêtaient main-forte aux jeunes universitaires, la mission étudiante semblait couronnée de succès. Ainsi, le radical gouverneur du Veracruz, Tejeda, fit tout pour que la bonne parole étudiante fût entendue dans son État, mobilisant les forces nécessaires. Néanmoins, toutes les autorités politiques ne voyaient pas les « brigades étudiantes » d’un si bon œil. Un témoignage exceptionnel, retrouvé dans les archives présidentielles, permet d’entrevoir les désillusions des étudiants partis à la recherche du peuple révolutionnaire. Le 10 avril 1930, l’étudiant Constantino Rodríguez Castellanos écrivait directement au président de la République afin de lui rendre compte des activités de sa « brigade culturelle135 ». Animée par l’idéologie révolutionnaire, sa brigade étudiante avait défendu les ouvriers boulangers grévistes d’Uruapán (Michoacán) contre les autorités locales. Durant la grève, les jeunes intellectuels venus de Mexico avaient constaté que la décision émise par la Junta de Conciliación y Arbitraje locale (l’équivalent des prud’hommes), a priori favorable à la cause ouvrière, comportait pourtant une clause favorable aux patrons. Cette clause permettait aux patrons reconnaissant les demandes des grévistes de reprendre le travail avant la fin de la grève, ce qui était contraire à la législation de l’État. Jugeant corrompu le syndicat des ouvriers boulangers, les étudiants aidèrent les ouvriers grévistes à former un nouveau syndicat le 23 mars 1930136. Le même jour, Adolfo Estrada, le président du syndicat local corrompu injuria les étudiants, leur promettant la mort137. Le maire, Luis Corria Guido, refusa d’appréhender Estrada. Le 24 mars, la brigade étudiante organisa une manifestation de protestation avec le nouveau syndicat. La loi du travail du Michoacán disposant qu’il ne pouvait exister deux syndicats d’une même industrie dans une même ville, la Junta de Conciliación y Arbitraje de l’État demanda au maire de compter les membres des deux syndicats, afin de savoir lequel était majoritaire. Luis Corria Guido truqua le décompte et attribua 44 membres aux deux syndicats : les deux organisations étant ainsi à égalité, la résolution du cas appartenait au gouvernement de l’État du Michoacán. Ulcérés par la situation locale, les étudiants du CASEU dénoncèrent Corria Guido et le député local Juan Ayala dans leur missive au président. Le rapport du CASEU s’achevait par une angoissante interrogation : « Où allons-nous ? » Les étudiants semblaient effarés par la distance abyssale séparant les principes révolutionnaires de leur application. Ces jeunes fauteurs de trouble, venus de la lointaine capitale, furent rapidement invités à revenir sur les bancs de l’Université.

49La percée fulgurante du CASEU et de l’UEPOC, tout comme leur évanouissement progressif, furent symptomatiques de l’immense élan révolutionnaire propre à la « génération de 1929 ». Ces étudiants croyaient que l’Université devait aller au Peuple. La Révolution irriguait les esprits. Les années 1929-1933 marquèrent l’apogée de la conscience révolutionnaire parmi les dirigeants du mouvement étudiant.

La Révolution à son paroxysme

50Jamais le mouvement étudiant ne fut aussi révolutionnaire qu’après les journées de « mai ». Comme lors des congrès étudiants de la fin des années 1920, les dirigeants étudiants communièrent dans le culte de la Revolución, perçue autant comme un idéal mobilisateur (la Révolution transcendante) que comme un programme politique clairement défini (notamment les articles 27 et 123 de la Constitution de 1917). Néanmoins, à la différence des rencontres nationales de 1926, 1927, 1928 ou 1929, les Congrès nationaux étudiants de 1930 et 1931 se traduisirent par leur radicalité et leur soutien concret aux luttes sociales et nationalistes.

  • 138 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 54-55. La Autonomía Universitaria en México, Mexico, UNAM, (...)
  • 139 Ibid.
  • 140 El Gráfico, 17-02-1930.
  • 141 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 54-55 ; La Autonomía Universitaria en México, Mexico, UNAM, (...)

51En 1930, le VIIe Congrès adopta une nouvelle déclaration de principes nettement plus radicale que les précédentes. Les étudiants reconnaissaient que la Révolution mexicaine représentait plus que jamais une force idéologique d’actualité, quand bien même les individus qui l’avaient conduite avaient échoué138. Le discours sur les « faux apôtres » qui trahissaient la Révolution, né au moment de la réélection du président Obregón, était encore vivace. Par ailleurs, la nouvelle déclaration de principes semblait donner une orientation socialiste à la Révolution. L’horizon d’attente de la « jeunesse mexicaine » était désormais la « socialisation de tous les éléments de production139 ». L’économie apparaissait comme la donnée première des problèmes de l’humanité : la traditionnelle grille de lecture idéaliste laissait progressivement place à une analyse matérialiste. Néanmoins, « l’esprit » restait une catégorie de perception fondamentale, notamment en matière de construction nationale. Le nationalisme, culturel et économique, restait l’élément unificateur. Toutefois, qu’elle fût nationaliste ou socialiste, la Révolution n’était plus seulement une idée immaculée ou une somme de principes. Avant la tenue du Congrès de 1930, la délégation étudiante de l’État du Tlaxcala proposa ainsi un projet concret concernant la « dette agraire140 ». Les jeunes délégués jugeaient nécessaire d’annuler cette dette de 600 millions de pesos, représentant le montant total des indemnités d’expropriation, payées par l’État mexicain sous forme de « bons agraires ». Les étudiants adressaient cette proposition aux députés et sénateurs. Leur projet était plus radical que celui des organisations paysannes, lesquelles proposaient simplement la suspension (et non l’annulation) de la « dette agraire ». Les étudiants demandaient aussi au gouvernement de financer la modernisation agricole : 70 millions de pesos étaient nécessaires pour doter les paysans ejidatarios de machines et leur enseigner à cultiver de manière moderne. Étrange pays où les étudiants, censés discuter de la vie des écoles, interpellaient le gouvernement sur le sort des habitants des champs. La question de l’État révolutionnaire n’était pas oubliée. Le Congrès étudiant de 1930 affirma ses préférences pour l’établissement d’une « démocratie fonctionnelle », c’est-à-dire corporative, inspirée du modèle bolchevique141.

  • 142 AHUNAM, Conclusiones aprobadas por el VIII congreso nacional de estudiantes en « puntos va (...)

52À partir de 1931, la conscience d’une crise économique mondiale donna un coup de fouet au nationalisme étudiant. À l’issue du VIIIe Congrès, les étudiants approuvèrent une série de mesures relatives à la dette extérieure du pays142. Les congressistes décidèrent de rejeter l’accord Montes de Oca-Lamont, lequel avait été signé pour régler le paiement de la dette sur 45 ans. Angoissés par la crise mondiale, les jeunes congressistes demandaient aux députés de refuser l’accord et au président de réunir toutes les « forces vives du pays » pour mieux déterminer la capacité de paiement de la nation affaiblie. Durant toute l’année 1931, le journal de l’UEPOC, Indo-América, consacra de très nombreuses pages au nationalisme sous toutes ses formes : l’industrie et l’agriculture devaient passer avant le tourisme, une offensive devait être lancée contre tous les produits des États-Unis (le cinéma, le jazz, les cigarettes et le maïs importé). Il fallait défendre les « produits nationaux ». Les grandes figures de la Révolution – l’Étudiant, l’Ouvrier, le Paysan et l’Indien – étaient, elles, exaltées.

53Née d’une sourde contestation contre les programmes et les examens, la première « révolution étudiante » transforma profondément le mouvement interscolaire mexicain. Elle lui donna une importance sans précédents dans l’espace public. Cette rébellion juvénile, qui avait pris la forme d’une grève de solidarité nationale, devint la « révolution universitaire de mai 1929 ». Fascinés par la force du mouvement représentatif qu’ils prétendaient diriger, les « étudiants universitaires » étaient parallèlement déçus par la nouvelle loi organique, laquelle continuait d’inféoder le recteur au président de la République. Le germe de l’autonomie les encourageait cependant à mener à son terme la « Réforme universitaire ». La « génération de 1929 » chercha à bâtir l’académie idéale : un système d’universités autonomes, modernes dans leurs méthodes, capables d’analyser et de résoudre les grands problèmes nationaux afin d’orienter le cours de la Révolution ; des institutions de culture supérieure encourageant leurs étudiants à aller au « Peuple » pour mieux le connaître et le guider. La crise économique de 1929 poussa cette génération qui s’identifiait entièrement à l’idéologie révolutionnaire, à radicaliser ses propositions. L’élan de « mai 1929 » créa certes des tensions, notamment entre les étudiants universitaires et ceux des écoles techniques. Ces tensions étaient cependant symptomatiques d’un mouvement qui réussissait, de fait, à rassembler des étudiants aux horizons de plus en plus différents. Le mouvement étudiant changeait d’échelle. Ce fut logiquement après 1929 qu’une vénérable institution, considérablement affaiblie par la guerre des cristeros, s’intéressa de nouveau à la jeunesse des écoles. À partir de cette date, l’Église catholique chercha à utiliser la force du mouvement étudiant pour orienter, elle aussi, le cours de la Révolution.

Notes

1 « 23 de Mayo », Indo-América, vol. 1, no 5, 31-05-1931, p. 5.

2 Voir les travaux, cités en introduction, de D. Mabry et R. Marsiske.

3 El Informador, 12-01-1929.

4 Dromundo B., op. cit., p. 45.

5 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 37.

6 Lempérière A., op. cit., p. 91.

7 Ibid., p. 92.

8 Mabry D., op. cit., p. 59. Azuela S., op. cit., p. 117.

9 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 39-40. Azuela S., op. cit., p. 171.

10 Lombardo García I., « Cronología del movimiento de 1929 », in Guevara Niebla G., op. cit., p. 241.

11 Mabry D., op. cit., p. 59.

12 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 41.

13 Ibid., p. 39.

14 Mabry D., op. cit., p. 60-61.

15 Tardiff G., El verbo de la juventud mexicana, Mexico, s. e., 1961.

16 Mabry D., op. cit., p. 61.

17 Lombardo García I., « Cronología del movimiento de 1929 », in Guevara Niebla G., op. cit., p. 242.

18 El Universal Gráfico, 03-05-1929, in AppendiniG., Historia de la Universidad Nacional Autónoma de México, Mexico, Porrúa, 1981, p. 158. Sauf les articles d’El Informador, toutes les sources de presse (Excélsior, El Universal Gráfico, El Universal) sur le mouvement de 1929 proviennent de ce recueil exhaustif.

19 El Universal Gráfico, 03-05-1929.

20 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 41-42. El Universal Gráfico, 05-05-1929. Excélsior, 05-05-1929.

21 Excélsior, 08-05-1929. Décision prise sur ordre de Portes Gil. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 42.

22 Mabry D., op. cit., p. 62.

23 Cité par Portantiero J. C., op. cit., p. 284. Silva Herzog J., Una historia de la universidad de México, Mexico, FCE, 1974, p. 40.

24 Excélsior, 09-05-1929.

25 Commission formée par A. Guevara, A. Gómez Arias, F. Navar.

26 El Universal Gráfico, 09-05-1929.

27 El Universal, 09-05-1929.

28 El Universal Gráfico, 10-05-1929. El Universal, 09-05, 10-05-1929.

29 Excélsior, 11-05-1929.

30 El Universal Gráfico, 10-05-1929. El Universal, 10-05-1929.

31 Excélsior, 11-05-1929.

32 El Universal, 10-05-1929.

33 La Prensa, 11-05-1929. Excélsior, 11-05-1929.

34 El Universal Gráfico, 09-05-1929.

35 El Universal Gráfico, 12-05-1929. Excélsior, 14-05-1929.

36 La réunion eut lieu à l’École supérieure de commerce et d’administration (ESCA). Les délégués représentaient les établissements suivants : ESCA, Médecine (C. Véjar Lacave), Ingénierie (E. Velarde Dondé), École Malinalxóchitl (L. González), ELD (J. Barros Sierra), École technique de constructeurs (O. Rosado Aragón), Philosophie et Lettres (A. Escalona), École Lerdo de Tejada (G. Chirino), École d’enseignement domestique (M. A. Lira), École d’ingénieurs mécaniciens et électriciens (A. González), École Doctor Balmis (D. Martell), Institut technique industriel nocturne (E. Angeles), diurne (S. Delgado), École industrielle (I. Tenorio), École libre d’homéopathie (M. Quiroga), Médecine homéopathique (P. Castellano).

37 El Universal Gráfico, 12-05-1929.

38 Mendieta y Núñez L., Ensayo sociológico sobre la Universidad, Mexico, UNAM, 1952.

39 Excélsior, 15-05-1929.

40 El Universal Gráfico, 16-05-1929.

41 El Universal Gráfico, 17-05-1929.

42 El Informador, 20-05-1929.

43 La Prensa, 17-05-1929.

44 El Universal Gráfico, 19-05-1929.

45 La SDA vota la grève à 60 voix contre 10 (session présidée par I. Gavaldón). Les orateurs de droit s’exprimèrent (T. Montalván, S. Azuela, C. Zapata Vela), suivi de ceux de l’ENP diurne (J. Vallejo Novelo, Barrera Madero, O. Rivas Cid et C. Pacheco Calvo) et nocturne (E. Brito Rosado). Les raisons de la grève étaient l’expulsion par le directeur A. Caso de quatre élèves et l’opposition au nouveau programme approuvé par le Conseil universitaire. El Universal Gráfico, 21-05-1929.

46 El Universal Gráfico, 24-05-1929.

47 El Universal Gráfico, 24-05-1929. El Universal, 24-05-1929.

48 Dromundo B., op. cit., p. 60.

49 El Universal, 24-05-1929. Mabry D., op. cit., p. 68.

50 El Universal Gráfico, 24-05-1929.

51 Dromundo B., op. cit., p. 61.

52 El Universal Gráfico, 24-05-1929.

53 Ibid.

54 El Universal Gráfico, 24-05-1929.

55 Ibid. Excélsior, 24-05-1929.

56 Excélsior, 25-05-1929.

57 El Universal Gráfico, 24-05-1929.

58 Demande reproduite dans Dromundo B., op. cit., p. 77-79. Dromundo a utilisé ce document pour prouver que le mouvement étudiant avait bien demandé l’autonomie universitaire (ce qui relevait de l’évidence, même si le mot « autonomie » n’apparaissait pas dans la missive).

59 La Prensa, 25-05-1929. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 43.

60 El Universal Gráfico, 24-05-1929.

61 Ibid. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 43.

62 El Universal Gráfico, 24-05-1929.

63 AGN, EPG, exp. 4/283/428.

64 Réunion présidée par A. Gómez Arias (président de la CNE et du CCH) et R. García Villalobos (président de la FEM et secrétaire général du CCH). 124 représentants étudiants (cinq par école) étaient présents. El Universal Gráfico, La Prensa, 26-05-1929.

65 AGN, EPG, exp. 4/283/428, Comité general de huelga, 27-05-1929.

66 El Universal Gráfico, 26-05-1929. AGN, EPG, exp. 4/283/428, Comité general de huelga, 27-05-1929.

67 Tentant de convaincre les étudiants en médecine le 23 mai, Gómez Arias avait ainsi soutenu que les conflits devaient être résolus au Conseil Universitaire, avec des « représentations proportionnelles » de professeurs et d’élèves. La Prensa, 25-05-1929.

68 Excélsior, 25-05-1929.

69 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 44.

70 El Universal Gráfico, 27-05-1929. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 44. La Prensa, El Informador, 29-05-1929.

71 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 44. El Universal Gráfico, 28-05-1929. La Prensa, 29-05-1929.

72 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 45-46. El Universal Gráfico, 29-05-1929.

73 Ibid., p. 45. Il est nécessaire de noter que le docteur Puig, qui avait envoyé un mémorandum sur l’autonomie à Portes Gil le 25 mai, proposait une Université autonome avec une « Branche polytechnique ». Il jugeait indispensable que « les écoles techniques, industrielles et commerciales » fussent intégrées dans la nouvelle Université. Dromundo B., op. cit., p. 143.

74 El Informador, 31-05-1929.

75 Ibid., p. 46-47.

76 Ce fut progressif. À de nombreuses reprises, plusieurs leaders de la grève (F. Navar, C. Zapata Vela) maintinrent l’idée que les écoles normales et techniques étaient concernées. T. Montalván Múgica et J. Serrano C. jugeaient indispensable la création des Conseils technique et normal. El Universal, 30-05-1929.

77 El Informador, 01-06-1929.

78 El Informador, 02-06-1929.

79 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 48.

80 Ibid. El Informador, 11-06-1929. Azuela, Gómez Arias, Brito Rosado furent ceux qui demandèrent aux écoles normales et techniques de reprendre les cours. Les étudiants communistes s’y opposaient. Azuela S., op. cit., p. 121.

81 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 48-49.

82 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 49. AGN, EPG, exp. 4/283/428, télégramme de E. Brito Rosado. El Informador, 12-06-1929. Azuela S., op. cit., p. 121.

83 El Informador, 12-06-1929.

84 El Informador, 14-06-1929.

85 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 50. AGN, EPG, exp. 4/283/428.

86 El Universal, 01-07-1929, in Pinto Mazal J., op. cit., p. 343 et suivantes.

87 El Informador, 02-07-1929.

88 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 50-51. El Informador, 12-07-1929.

89 Appendini G., op. cit., p. 153.

90 Mabry D., op. cit., p. 92.

91 Gardet M., op. cit., p. 147.

92 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 53-58. Les informations suivantes en sont extraites.

93 El Informador, 07-03-1930.

94 AGN, POR, exp. 16/805, mémorandum, 10-12-1930.

95 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 79.

96 Palavicini puis Vasconcelos en furent les impulseurs. La Direction générale de l’enseignement technique (fondée en 1917) gagna en importance et devint en 1925 le Departamento de Educación Técnica Industrial y Comercial (DETIC). Rodríguez M.d. l. A., « Historia de la educación técnica », in Galván L. E. (dir.), op. cit.

97 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 59.

98 Ibid., p. 80. AUOM, Rapport sur le conflit étudiant à l’occasion du VIIIe Congrès, 15-06-1931.

99 El Informador, 15-06, 17-06-1931.

100 AUOM, Rapport sur le conflit…, 15-06-1931.

101 AGN, POR, exp. 24/3165, Copia de informe que rinde el agente núm.2 sobre el IXCongreso Nac. Estudiantil reunido en la Ciudad de Toluca, 05-07-1932.

102 De nouveaux statuts furent rédigés fin 1932 et approuvés en 1933. FEU, Anuario 1932-1933, Mexico, FEU, 1933.

103 Mabry D., op. cit., p. 95-96. FEU, Anuario…, p. 50-52.

104 FEU, Discursos pronunciados en la ceremonia conmemorativa de la reforma universitaria, Mexico, FEU, 1933.

105 Mots de Guerrero Briones et de Pacheco Calvo. FEU, op. cit., p. 5 et 7.

106 Ibid., p. 7, 17.

107 Ibid., p. 21-22.

108 Ibid., p. 21-23.

109 Ibid., p. 27.

110 AGN, EPG, exp. 4/283/428, Lettre du 12-09-1929. El Gráfico, 20-09-1929.

111 AGN, EPG, exp. 6/465, « Programa a que sujetarán sus trabajos las brigadas que operarán en los estados », 19-12-1929.

112 R. Atwood pour la future UEPOC, C. Rodríguez pour le futur CASEU.

113 Sheridan G., « Octavio Paz en Yucatán », Letras Libres, janv. 2001, p. 14-20.

114 Estatutos de la « Unión de Estudiantes Pro-Obrero y Campesino », Mexico, TGN, 1930, p. 18-20.

115 Ibid., p. 9 et 18. L’UEPOC s’enorgueillissait néanmoins de la participation des étudiants techniques en son sein. « La UEPOC se fortalece », Indo-América, vol. 1, no 5, 30-06-1931, p. 3.

116 AUOM, Temas para las conferencias que se desarrollarán en los Centros Cívicos, dependientes de la Unión de Estudiantes Pro-Obrero y Campesino, 1929.

117 Ibid., p. 5.

118 L’UEPOC comptait 14 membres honoraires, dont : A. Caso (directeur de la faculté de philosophie et lettres), P. de Alba (directeur de l’ENP), L. Chico Goerne (directeur de la faculté de droit) ou V. Lombardo Toledano. Ibid., p. 15.

119 Les États concernés et les directeurs des centres étaient respectivement : Tamaulipas (E. R. Beltrán), Colima (Z. T. Anguiano), San Luis Potosí (F. Padrón Jr.), Oaxaca (A. Escobar Santibáñez), Guerrero (T. A. Martínez), Jalisco (M. A. Macías), Michoacán (Á. N. Camargo), Guanajuato (E. Gamiño).

120 « Delegaciones », Indo-América, vol. 1, no 5, 30-06-1931, p. 4.

121 « La Posición y la Actitud de la Juventud Estudiantil », Indo-América, vol. 1, no 4, 30-04-1931, p. 3.

122 « Linterna mágica », Indo-América, vol. 1, no 5, 30-06-1931, p. 1.

123 « De nuestra cruzada cultural », Indo-América, vol. 1, no 2, 28-02-1931, p. 4.

124 Indo-América, vol. 1, no 2, 28-02-1931, p. 4 ; no 4, 30-04-1931, p. 4 ; no 5, 31-05-1931, p. 1.

125 Sheridan G., art. cit., p. 16.

126 « 23 de Mayo », Indo-América, vol. 1, no 5, 31-05-1931, p. 5.

127 AHUNAM, Conclusiones aprobadas por el VIII congreso nacional de estudiantes en « puntos varios ». « La violación de las garantías individuales », Indo-América, vol. 1, no 5, 31-05-1931, p. 1.

128 AGN, POR, exp. 24/3165, Copia de informe…, 05-07-1932.

129 Le centre fut fondé le 28 mars 1930. AGN, POR, exp. 2/217.

130 AGN, POR, exp. 2/217, Manifiesto a la Juventud Universitaria de Mexico.

131 AUOM, mémorandum, CASEU, 09-12-1930.

132 AUOM, mémorandum, CASEU, 12-08-1930.

133 Ibid.

134 AUOM, lettre de Piña Soria à Lombardo Toledano, 29-07-1931.

135 AGN, POR, exp. 24/5333, rapport d’une brigade culturelle de l’UNAM partie dans le Michoacán (écrit à Uruapán, Michoacán, 10-04-1930). Signé par C. Rodríguez Castellanos, E. A. Cruz, L. Vargas Mena.

136 Le syndicat corrompu était le Sindicato de Obreros Panaderos de Uruapán. Le nouveau syndicat, formé le 23 mars 1930, était le Sindicato de Panaderos Uruapenses. Il comptait 79 ouvriers, soit deux fois plus que l’autre syndicat.

137 Estrada était le président du Comité Pro-Huelga del Sindicato de Obreros Panaderos de Uruapán. Les étudiants l’accusaient d’avoir volé les fonds de la caisse de grève. AGN, POR, exp. 24/5333.

138 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 54-55. La Autonomía Universitaria en México, Mexico, UNAM, 1979, p. 388.

139 Ibid.

140 El Gráfico, 17-02-1930.

141 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 54-55 ; La Autonomía Universitaria en México, Mexico, UNAM, 1979, p. 388. La démocratie fonctionnelle avait été théorisée par l’Argentin José Ingenieros en 1920 (La democracia funcional en Rusia). Funes P., Salvar la nación : intelectuales, cultura y política en los años veinte latinoamericanos, Buenos Aires, Prometeo, 2006, p. 335. Ce terme a été employé pour justifier l’organisation corporatiste du PRM en 1938 par Lombardo Toledano.

142 AHUNAM, Conclusiones aprobadas por el VIII congreso nacional de estudiantes en « puntos varios ». El Nacional Revolucionario, 22-06-1931.

Table des illustrations

Légende Figure 2. – La manifestation étudiante du 28 mai 1929 à Mexico : « Réforme universitaire. Nousvoulons des professeurs révolutionnaires et non des hommes politiques d’occasion. »
Crédits Source : Dromundo B., Crónica…, op. cit.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540