Version classiqueVersion mobile

La Révolution mexicaine

 | 
Romain Robinet

Deuxième partie. Le mouvement étudiant contre la révolution mexicaine ? (1929-1939)

Introduction

Texte intégral

  • 1 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 11.

1Contrairement à ce qu’écrivit l’étudiant Ciriaco Pacheco Calvo au début des années 1930, la lutte étudiante de 1929 fut bien plus qu’une « parenthèse magnifique1 ». Le cycle inauguré par « la Révolution universitaire de mai 1929 » ne se ferma, en réalité, qu’au début des années 1940. Si la grève étudiante ne déboucha d’abord que sur une autonomie croupion concédée par le pouvoir à l’Université nationale, elle donna à la jeunesse des écoles une conscience aiguë de sa puissance et libéra toutes les énergies. Ce mouvement, d’ampleur nationale, surprit profondément les autorités politiques, académiques et religieuses. Il fit apparaître, dans l’espace public, la force d’un groupe, patiemment façonné par treize années de coordination. Après mai, tout devenait possible : pour le mouvement étudiant, l’autonomie universitaire, péniblement octroyée, devait être totale et s’appliquer à tous les établissements. « L’extension universitaire » prenait une dimension sans précédent et les « brigades culturelles » étudiantes sillonnaient les campagnes, soucieuses de montrer au peuple que l’Université nationale autonome n’était plus une « institution bourgeoise ». Sur le plan politique, la « classe étudiante » s’acharnait enfin, plus que jamais, à défendre la pureté des principes révolutionnaires de la jeune nation. Cet élan sans pareil provoqua logiquement de nombreuses tensions au sein du groupe : la radicalisation idéologique divisa peu à peu. L’octroi de l’autonomie engendra aussi la progressive sectorisation du mouvement étudiant, séparant les jeunes universitaires, seuls bénéficiaires de la réforme, de leurs homologues des écoles secondaires, normales et techniques. Le mouvement étudiant interscolaire, initié en 1916, devenait progressivement et non sans déchirements, un mouvement étudiant universitaire. Après mai, l’État et l’Église, au modus vivendi très incertain, optèrent pour une même et nouvelle stratégie : les intellectuels au service de l’État cherchèrent à utiliser le mouvement étudiant pour soutenir les nouvelles réformes éducatives menées par les gouvernements révolutionnaires (l’éducation sexuelle, l’éducation socialiste), lesquelles visaient à transformer radicalement la société mexicaine. L’Église catholique procéda de manière similaire afin d’effectuer l’opération inverse : la rechristianisation du Mexique révolutionnaire passait par la formation de ses futurs cadres. Ce nouveau pari de l’esprit fut à l’origine de la percée de l’Union nationale des étudiants catholiques (UNEC), laquelle infiltra peu à peu le mouvement étudiant représentatif.

2Les tensions à l’œuvre éclatèrent à la charnière des années 1933 et 1934 : la « Réforme universitaire » mourut alors de ses propres contradictions, au moment où le Mexique révolutionnaire connaissait une crise économique et idéologique extrêmement profonde. Si « l’extension universitaire » continuait globalement de faire consensus en milieu étudiant, les deux autres axes de la « Réforme universitaire » se télescopèrent. D’un côté, le mouvement pour l’autonomie universitaire impliquait le maintien absolu de la « liberté d’enseignement » (libertad de cátedra). De l’autre, la nécessité de sauver la Révolution impliquait, au contraire, de donner une orientation déterminée à l’enseignement universitaire : l’Université devait devenir « socialiste » afin de former les nouveaux cadres de la Révolution. Les jeunes universitaires partisans de la « liberté d’enseignement », en partie menés par les catholiques, s’opposèrent dès lors aux « étudiants socialistes », lesquels mobilisaient de nombreux étudiants non universitaires. Ces aspirations, devenues contradictoires en 1933-1934, étaient à l’œuvre depuis les années 1920, au sein du mouvement étudiant : ce furent ainsi d’anciens étudiants, Narciso Bassols et Vicente Lombardo Toledano, en accord avec de nouvelles recrues, qui portèrent le projet d’école socialiste, dans la lignée de nombreuses motions étudiantes passées concernant l’éducation. Dans une large mesure, cette grande réforme éducative, léguée par Calles (« Chef Suprême de la Révolution » de 1928 à 1934) au président Lázaro Cárdenas (1934-1940), ne peut se comprendre sans analyser le rôle central du mouvement étudiant. Si deux des axes de la « Réforme universitaire » cessèrent d’être complémentaires pour devenir antagoniques, provoquant par là même le grand affrontement des années 1930, ce fut, dans une large mesure, sous l’effet des transformations à l’œuvre durant l’année 1929. Pour mieux comprendre cette « révolution dans la révolution » aux conséquences cruciales pour les années paroxystiques de la Révolution mexicaine, il est nécessaire d’ouvrir cette « parenthèse magnifique » que fut mai 1929.

Notes

1 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 11.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search