Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution Mexicaine

 | 
Romain Robinet

Première partie. La fabrique de la « classe étudiante » : une œuvre révolutionnaire (1916-1929)

Chapitre III

Savants et politiques

Texte intégral

  • 1 Manifeste de la FEM. El Demócrata, 03-07-1924.

« La révolution, pour réussir, a hissé son drapeau sur la hampe de la force. Il est temps que la force intellectuelle se substitue à la force matérielle1. »

1Né durant la lutte armée pour soutenir la faction révolutionnaire dominante, le mouvement étudiant mexicain ne fut jamais étranger au politique. Il se mit dès lors à explorer les possibles orientations de la Révolution : le nationalisme sous toutes ses formes (politique, socioéconomique, culturelle), le socialisme, le coopérativisme, le solidarisme ou le fascisme, l’agrarisme, l’indigénisme, et plus rarement le féminisme. Le « civilisme » était, lui, le fondement de cet édifice idéologique en construction : à la révolution des militaires devait succéder celle des civils. Le « civilisme » fut ainsi une lutte étudiante pour changer les règles du monde politique mexicain, profondément modifié par la Révolution. Si les étudiants de la République restaurée et du Porfiriat avaient formé, selon François-Xavier Guerra, le conservatoire du libéralisme, ceux appartenant à la « génération de 1915 », et plus encore à celle de « 1929 », furent les gardiens de la Révolution, ou plus précisément, de l’idée révolutionnaire. Les plus chanceux et ambitieux d’entre eux en devinrent les cadres, dès la seconde moitié des années 1920. S’intéresser à leur socialisation politique permet de voir comment le mouvement étudiant irrigua le monde académique et politique, et éclaire, en partie, le xxe siècle mexicain dans son ensemble.

  • 2 El Pueblo, 20-10-1916.
  • 3 El Informador, 05-02-1928.

2Les générations étudiantes dites « de 1915 » et celle, alors en gestation, « de 1929 » s’affirmèrent comme les exégètes exclusifs de la Révolution. Le prestige de l’éducation, le privilège du savoir, le culte de la jeunesse dans une historicité révolutionnaire où le futur commandait l’ordre du temps, le fait d’avoir vécu enfant ou adolescent ces années terribles : tous ces éléments rendaient crédibles une telle ambition, pourtant venue d’acteurs qui n’avaient pas payé l’impôt du sang et très rarement pris les armes. Les deux générations n’eurent cependant pas le même lien avec la Révolution. Pour les fondateurs du mouvement étudiant, lesquels savaient pertinemment que le mot Revolución servait à conjurer l’angoisse de la guerre civile, l’essentiel fut, dès 1916, d’organiser la « classe étudiante » afin qu’elle coopérât à « l’œuvre de reconstruction nationale », en lien avec les autres classes sociales et le pouvoir public2. Cette génération s’appropria rapidement le programme révolutionnaire, tout en gardant à l’esprit les événements tragiques de la décennie 1910. À l’inverse, la seconde génération, plus jeune, idéalisait ce phénomène historique et affirmait adhérer pleinement, lors du Congrès national étudiant de 1928, aux « postulats doctrinaires de la Révolution mexicaine3 ». En un sens, cette seconde génération fut plus sensible à la dimension idéologique de ce mythe politique qui transcendait littéralement la nation. D’une manière très schématique, il est possible d’affirmer que la première génération étudiante observa la Révolution à partir d’un prisme nationaliste, alors que la seconde interpréta la multiplicité du réel à partir de la Révolution, pensée à la fois comme préalable et comme horizon. Cette différence de sensibilité et de perception explique l’apparition tardive du mot Revolución dans les congrès étudiants à vocation représentative : au sein du mouvement étudiant, la « Révolution », présente dès 1916, ne s’imposa qu’à partir du milieu des années 1920, et remplaça alors définitivement l’horizon d’attente qu’avait été la « reconstruction » du pays. Cette évolution, liée à la nature intergénérationnelle du mouvement étudiant, ne doit pas cacher la commune préoccupation, de 1916 à 1929, des représentants étudiants pour les « grands problèmes nationaux ». Qu’ils aient agi au sein des instances dirigeantes du mouvement étudiant ou à ses marges, tous, durant cette période fondatrice, essayèrent de résoudre ces problèmes et tentèrent, par là même, d’« orienter » le Mexique révolutionnaire.

De la matrice nationaliste à la sacralisation de la Révolution : itinéraires croisés de deux générations

3Le nationalisme fut, à la fin des années 1910, l’idéal de la première génération du mouvement étudiant. Cet élan fut partagé par la seconde génération, laquelle en fit l’axe principal du programme révolutionnaire. La sacralité associée à la Nation irrigua progressivement la Révolution, au point que cette dernière s’affirma, à la fin des années 1920, comme l’alpha et l’oméga du mouvement étudiant. Le prisme, par lequel ces jeunes intellectuels percevaient le réel, changea d’une génération à l’autre : la Nation laissa place à la Révolution. La construction nationale, inachevée, demeura cependant l’objet central de leurs réflexions durant toute la période.

4Dans un texte fréquemment cité par les historiens de la Révolution mexicaine, l’intellectuel Manuel Gómez Morin expliquait le réveil national de sa génération par une auto-analyse ethnique, stimulée par les événements de 1915 :

  • 4 Gómez Morin M., 1915, reproduit dans Castillo Peraza C. (compil.), Manuel Gómez Morin, con (...)

« L’isolement forcé dans lequel était la république en raison du cours de la lutte militaire favorisa la manifestation d’un sentiment d’autonomie. Nous ne pouvions peu recevoir de l’étranger. Des raisons militaires et même monétaires empêchaient notre connaissance journalière et véridique des événements extérieurs. […] Nous dûmes chercher en nous-mêmes un moyen de satisfaire nos nécessités de corps et d’âme […] et avec optimisme nous nous rendîmes compte de vérités insoupçonnées. Le Mexique existait. Le Mexique comme pays avec des capacités, avec une aspiration, une vie, avec des problèmes propres4. »

5Écrit en février 1926, cet essai était, en réalité, une habile reconstruction, qui en disait davantage sur le « paysage spirituel » de la fin des années 1920 que sur celui du milieu des années 1910. L’ancien étudiant Manuel Gómez Morin minorait considérablement l’importance de la Grande Guerre, perçue a posteriori comme un événement étranger, par là même superficiel et néfaste :

  • 5 Gómez Morin M., op. cit., p. 51.

« La grande guerre […], aux effets de laquelle notre mouvement politique ne put entièrement se soustraire, contribua à la désorientation en nous apportant des promesses, des inquiétudes et des valeurs qui, au lieu de nous donner une norme, accrurent le romantisme et l’aspiration mystique, nous éloignant davantage d’une définition urgemment nécessaire5. »

6À en croire le jeune professeur de droit, le conflit mondial n’aurait été qu’un épiphénomène ayant parasité le réveil national, lequel, par définition, ne pouvait trouver sa source qu’en lui-même. L’événement n’avait toutefois pas été mineur et celui qui rédigea 1915 le savait : l’étudiant alliadophile Gómez Morin avait alors milité pour « la neutralité en faveur de la neutralité » lors d’une session houleuse du CLEDF. Les deux fragments cités précédemment se contredisaient d’ailleurs entièrement : comment la « génération de 1915 », manifestement coupée de l’étranger selon Gómez Morin, aurait-elle pu être « désorientée » par la guerre mondiale ? Si sa génération avait indiscutablement été celle de la Révolution, elle avait aussi été, à bien des égards, celle de la Grande Guerre. Le nationalisme des premiers représentants du mouvement étudiant s’expliquait par l’interaction entre ces deux phénomènes.

  • 6 Ibid., p. 50 et p. 62.

7Le « message à la jeunesse », publié en janvier 1917 par la vice-présidente du CLEDF, Adelaïda Argüelles, échappe aux multiples biais entachant l’essai publié a posteriori par le concepteur de la Banque du Mexique. La structure même du message d’Argüelles, représentante officielle du mouvement étudiant, permet à l’historien de retrouver le cheminement intellectuel et affectif de la fameuse « génération de 1915 ». La logique argumentative de son message était, de fait, l’exact inverse de celle élaborée neuf ans plus tard par Gómez Morin. Alors que l’ancien alliadophile expliquait le réveil national par une miraculeuse introspection ethnique, avant de relier le destin de la patrie à la communauté ibéro-américaine et à la « civilisation occidentale », le manifeste d’Argüelles prenait comme point de départ la violence du siècle naissant pour ensuite explorer le nouveau rôle de l’Amérique latine et du Mexique6. La conscience d’entrer dans un nouveau siècle conjurait tout à la fois la violence passée de la guerre civile mexicaine et celle, vivace, de la guerre mondiale :

  • 7 Argüelles A., « Un Mensaje a la Juventud », La Voz del Joven, 08-01-1917, an II, no 27, p. (...)

« un siècle sans égal surgit […] ce sera le siècle de la liberté, le siècle de l’émancipation de la conscience, de l’apothéose de la dignité humaine, du triomphe de la justice et du droit. […] Pourquoi donc s’effrayer de ces convulsions tragiques qui semblent faire chavirer la planète vers le vide7 ? »

  • 8 Ibid., p. 5. Exclamation à mettre en parallèle avec celle de l’essai 1915 : « ¡Existían Mé (...)

8Après ce « sacrifice titanesque, qui [immolait] une génération entière », la « confraternité universelle » devait de nouveau éclairer la terre. La renaissance engendrée par la guerre mondiale devait permettre à l’Amérique latine, pensée en termes raciaux, de s’affirmer. Tout comme Gómez Morin en 1926, Adelaïda Argüelles évoquait, en 1917, le soudain réveil national : « La Patrie Mexicaine vit8 ! » Ce réveil ne trouvait toutefois pas sa source dans la seule introspection ethnique. La nation, dans ce contexte de bouleversements (la Révolution, la Guerre), apparaissait comme un rempart sacré :

  • 9 Ibid.

« Abolir la patrie, c’est supprimer la société, effacer la famille et retourner à la barbarie primitive ; les frontières sont les portes sacrées du foyer national ; le sol, les montagnes, les champs, les villes, les monuments, les œuvres d’art, le langage, les coutumes, la tradition, l’histoire ; et plus proche encore : nos fils, nos morts, notre vie intime9. »

  • 10 Ibid. Sur le réveil national et la Grande Guerre, voir également Compagnon O., L’adieu à l (...)
  • 11 De la Torre y Morali M., « Nuestra Labor », San-Ev-Ank, 08-08-1918, p. 1.

9Tout était nation et tout devait être nationalisé. Gómez Morin, en 1926, rappelait, dans un passage tout à fait semblable, l’élan nationaliste de sa génération : « Naquit la proposition de revendiquer tout ce qui pouvait nous appartenir : le pétrole et la chanson, la nationalité et les ruines. » Pour Arguëlles, en 1917, le rôle des étudiants était précisément de construire, ou plutôt de reconstruire cette jeune nation née « hier, dans le village de Dolores10 ». En 1918, plusieurs étudiants partageaient le constat de la vice-présidente du CLEDF, soulignant le rôle de la jeunesse dans l’œuvre de construction nationale, construction dont l’inachèvement avait été tragiquement révélé par la guerre civile. La jeunesse devait être le fondement sur lequel bâtir une véritable « nationalité », par-delà les différences de « races, de critère, d’aspirations11 ».

  • 12 El Informador, 17-01-1926.
  • 13 El Informador, 04-02-1926.
  • 14 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 30. El Informador, 05-02-1928.
  • 15 Aguirre Zertuche S., « La idea revolucionaria es inmaculada », La antorcha estudiantil, 15 (...)

10La seconde génération du mouvement étudiant, celle qui se baptisa « de 1929 » mais dont la sensibilité s’affirma dès le début des années 1920, hérita des aspirations nationalistes de celle de « 1915 ». Cette génération s’éveilla ainsi au moment où ses professeurs, Gómez Morin, Lombardo Toledano, Bassols ou encore Cosío Villegas, s’autoproclamèrent membres d’une génération dirigeante et révolutionnaire. Cette génération fut dès lors révolutionnaire et en conséquence nationaliste, alors que ses formateurs avaient fait le chemin inverse, en invoquant une Revolución pour régénérer une nation à reconstruire. Ce changement de sensibilité, sous-jacent les années précédentes, apparut de manière extrêmement nette lors du Congrès national étudiant de 1926 : alors que l’appel pour le congrès, signé par Manuel Gudiño, invitait les étudiants à réfléchir à leur rôle concernant « la reconstruction de la nation mexicaine », le thème dominant de la rencontre fut finalement la Révolution12. Le Congrès étudiant, prétendant s’exprimer au nom de tous les jeunes du pays et donc de la nation, formula une « Déclaration de Principes de la Jeunesse Mexicaine », lesquels étaient qualifiés d’« entièrement révolutionnaires13 ». La Revolución demeura au centre des congrès nationaux étudiants suivants : le congrès de 1927 réfléchit à un thème intitulé « Les étudiants face à la Révolution » et celui de 1928 proclama son adhésion à ses « postulats doctrinaires14 ». Pour ces étudiants qui connaissaient la Révolution par la lecture de Los de Abajo de Mariano Azuela ou par celle de 1915 de Gómez Morin, « l’idée révolutionnaire » apparaissait « immaculée15 ».

Les visages de la Révolution

11Pour eux, la Révolution était sacrée, peut-être davantage encore que la nation. Mythe et programme, elle impliquait la construction d’un nouvel État, la formation d’une nouvelle nationalité par-delà les « races » du Mexique, l’éducation des masses, la nationalisation des matières premières, la réforme agraire, la réponse aux problèmes sociaux nés de l’industrialisation et l’émancipation de « la Femme ». Si ces aspects saillants avaient déjà fait l’objet de réflexions éparses de la part des membres de la « génération de 1915 », la « génération de 1929 » systématisa les réponses.

L’organisation de l’État

  • 16 De Maeztu R., « El principio de limitación », San-Ev-Ank, 15-11-1918, p. 7.
  • 17 Krauze E., op. cit., p. 120.

12Largement dirigé et façonné par les élèves de l’École nationale de jurisprudence, le mouvement étudiant réfléchit, dès la fin des années 1910, à la question de l’État. Cette préoccupation fut commune à la « génération de 1915 », comme à celle « de 1929 ». Sur ce point, la référence de ces deux générations fut le théoricien de « l’école du service public », le juriste bordelais Léon Duguit (1859-1928). La réception de son œuvre se fit notamment par le biais de l’Espagnol Ramiro de Maeztu16. Étudiant dans les années 1910 puis directeur de la faculté de droit, Manuel Gómez Morin fut, par ailleurs, un lecteur direct de l’œuvre de Duguit17. Partisan d’une méthode scientifique, Duguit procéda, dans ses écrits, à une critique radicale de la puissance publique et à une démystification de la souveraineté :

  • 18 Cité par Didry C., « Léon Duguit, ou le service public en action », Revue d’ histoire mode (...)

« La distinction des gouvernés et des gouvernants dans un pays est un fait de plus grande force. Les gouvernants sont ceux qui monopolisent la force […]. Le concept de puissance publique est un concept métaphysique emprunté au droit romain et défendu par les hommes au pouvoir et leurs légistes pour donner un fondement d’apparence juridique à la force qu’ils détiennent ; c’est un concept que tout esprit positif doit rejeter18. »

  • 19 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84.

13Cette vision extrêmement critique de la souveraineté agit comme un révélateur chez les jeunes étudiants mexicains. L’œuvre de Duguit prenait en effet une tout autre dimension pour qui avait vécu la chute de Porfirio Díaz, l’échec de Madero, la restauration prétorienne de Huerta, la sanglante guerre des factions, les difficultés du régime carranciste à maintenir l’ordre mais aussi « le désastre des peuples » de 14-18. Pour les cohortes les plus jeunes, ce « fait de plus grande force » évoquait nécessairement l’assassinat de Carranza en 1920, l’échec de la rébellion delahuertista à l’hiver 1923-1924, voire la terrible lutte contre les cristeros en 1926-1929. Les générations « de 1915 » et « de 1929 » inscrivirent donc dans leurs déclarations officielles ces préceptes qui faisaient de la Revolución une fiction acceptable. Duguit fut dès lors présent en filigrane dans tous leurs congrès. Lors du Congrès international étudiant de 1921, la « jeunesse universitaire » fut ainsi officiellement appelée à lutter « pour l’abolition de l’actuel concept du pouvoir public19 ». La nouvelle génération, à l’issue du Congrès national étudiant de 1926, proclama des principes que le représentant de « l’école du service public » n’aurait pas reniés :

  • 20 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28-29.

« La jeunesse étudiante mexicaine se prononce résolument en faveur des nouvelles doctrines juridiques qui modifient le concept et l’organisation de l’État et considèrent le gouvernement comme un service public social et non comme une institution nettement politique. […] L’exercice du Pouvoir public doit être considéré […] comme un phénomène de fait qui se réalise au profit de la collectivité, davantage que comme la conception métaphysique de la souveraineté déléguée par le peuple20. »

  • 21 Rivera J., « Juventud Amargada », La antorcha estudiantil, 15-08-1928, p. 7-8.

14La nouvelle génération faisait sienne la critique de la souveraineté qui avait tant marqué ses prédécesseurs. Aux marges du mouvement étudiant, certains jeunes intellectuels, avides d’ordre, ne cachaient pas leur admiration pour l’Italie fasciste : ce lointain pays était passé de l’anarchie à l’unité grâce à un « pouvoir centralisateur21 ». Le Mexique, lui aussi anarchique, pouvait connaître un développement similaire. Lavé de ses péchés originels, l’État devait se concentrer sur l’application du programme révolutionnaire.

La construction de la nation : l’incorporation raciale, l’éducation des masses et l’esthétique révolutionnaire

15Axe central du programme révolutionnaire, la question nationale fut au cœur des préoccupations des étudiants, dès les débuts de leur organisation. L’État devait forger la patrie, par une politique indigéniste, par l’éducation nationale et la création d’une esthétique propre au Mexique.

  • 22 Sanz Jara E., Los indios de la nación : los indígenas en los escritos de intelectuales y p (...)
  • 23 En 1940, se réunit le Premier Congrès interaméricain indigéniste à Pátzcuaro. Son principa (...)
  • 24 Sanz Jara E., op. cit., p. 105. Les recensements de 1940 et 1950 conservèrent des critères (...)

16Cette interrogation sur le national fut indissociable de la question raciale, véritable obsession de la jeunesse intellectuelle. Les étudiants partageaient la conviction que la nation mexicaine s’inscrivait dans un conglomérat ethnique plus grand, la « race ibéro-américaine ». L’homogénéisation nationale, pensée comme horizon, était partie prenante de cet élan racial. Pour parvenir à une fusion ethnique parfaite, il était impératif d’incorporer « l’Indien » à la société mexicaine. Ce discours était celui du temps : si les libéraux du xixe siècle s’étaient épouvantés de la « dégradation » de l’Indien et avaient prêché son « assimilation », « l’indigénisme », qui se structura à partir de la fin du Porfiriat, déplorait sa « misère » et appelait à sa « rédemption22 ». Durant la Révolution au sens large (1910-1940), le projet indigéniste, porté par des personnes ne se considérant pas comme indiennes, réfléchit à l’intégration des « races indigènes » dans la société, afin d’achever la construction nationale. La mise en pratique de cet indigénisme se fit surtout à partir des années 194023. Il s’agissait d’un projet d’origine racialiste. La « race » demeura une catégorie officielle jusqu’en 1930. Lors du recensement de 1921, trois choix s’offraient aux habitants pour répondre à la question « À quelle race vous sentez-vous appartenir ? » : « a) Race blanche b) métisse c) indienne24 ». La race eut la peau dure, quand bien même la Constitution de 1917 proclamait l’égalité devant la loi, sans considération de couleur ou d’origine.

  • 25 El Demócrata, 13-10-1917.
  • 26 El Demócrata, 29-10-1921.

17Si, au sein du mouvement étudiant, le constat de l’inachèvement national remontait à la fin des années 1910, il fallut attendre la seconde partie des années 1920 pour que ses représentants se saisissent réellement du projet d’incorporation des « races » indiennes à la nation. Le 12 octobre 1917, lors de la procession étudiante pour la « fête de la Race », un étudiant en droit s’exprimant au nom du CLEDF, Fernando Saldaña Galván, « s’adressa au peuple dans des termes d’une fougueuse sincérité, appelant l’indien à la rédemption […] et à la libération25 ». Toutefois, « l’Indien » ne fut, dans un premier temps, qu’une simple ressource identitaire pour la jeune nation. Lors des célébrations du centenaire, en 1921, l’unique réponse de la jeunesse des écoles à la question indigène fut ainsi l’organisation du « concours de la belle indienne et de l’indien le plus laid26 ». En réalité, les premiers à évoquer la situation sociale des indigènes furent les étudiants qui firent campagne en faveur de Calles en 1924. Le candidat à la présidence avait en effet fait de la rédemption de l’Indien un de ses thèmes de campagne. Le jeune Alfonso Romandía Ferreira, d’obédience lombardo-calliste, constatait amèrement en 1924 :

  • 27 El Demócrata, 19-05-1924.

« Dans mon pays, il y a douze millions d’indiens pour qui cette oriflamme tricolore ne signifie rien et pour lesquels il n’y a ni traditions, ni foyer, ni éducation, ni PAIN […] ils ignorent ce qu’est s’appeler mexicain […] dans un tel pays la Patrie n’existe pas, il faut la former27. »

  • 28 El Informador, 07-01-1927.
  • 29 Lewis S. E., op. cit., p. 60-63. La logique de la Casa (faire venir les Indiens au cœur de (...)
  • 30 El Informador, 21-01-1928.
  • 31 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 35.
  • 32 Rivera R., « El Choque de la Cultura Occidental con las Aborígenes », La antorcha estudian (...)
  • 33 Rivera R., « Nuestra arquitectura », La antorcha estudiantil, nov. 1928, p. 44.
  • 34 Gómez Arias A., « Notas », La antorcha estudiantil, 15-09-1928, p. 19.

18Le mouvement étudiant représentatif s’empara finalement du problème. Le programme du IVe Congrès national étudiant, prévu pour 1927, invitait les étudiants à réfléchir aux « causes économico-sociales de l’actuel sédentarisme de la masse indigène du pays » et aux « moyens de l’incorporer à la culture nationale28 ». Une solution évoquée par ledit programme était la mise en place d’un « corps d’explorateurs » chargés de partir à la rencontre de l’Indien, cet Autre à nationaliser à tout prix. La question indigène, chère au président Calles, faisait alors l’objet d’expérimentations notables : le ministère de l’Éducation venait d’ouvrir, en plein cœur de la capitale, la Maison de l’étudiant indigène (Casa del Estudiante Indígena, fondée en 1926 puis définitivement fermée en 1932)29. Lors du Ve Congrès national étudiant (1928), une commission fut formée pour rédiger un rapport portant sur les « moyens que [devait] employer la classe étudiante pour contribuer à l’intégration de la nationalité mexicaine30 ». Le Congrès s’accorda sur la nécessité de créer dans chaque fédération étudiante un « Département Technique, chargé d’étudier les conditions économiques et morales de la population en lien avec la race, le milieu, le langage, les coutumes31 ». Preuve de l’importance de ce thème au sein de la « classe étudiante », la même année, le représentant étudiant José María de los Reyes acceptait de publier dans sa revue deux articles de son camarade Ricardo Rivera, soulignant l’importance de l’héritage indien et appelant à son incorporation. Auteur d’un livre intitulé « Le problème racial du Mexique », Rivera rappelait le « péché de l’Espagne », qui avait détruit les civilisations autochtones32. Cette destruction était à l’origine de la « décadence de nos masses indigènes », races en extinction qu’il fallait « incorporer » à la nation le plus rapidement possible. Le même Rivera, dans un second article, insistait sur la nécessité de mettre en valeur l’architecture nationale, mélange entre l’esprit hispanique et indien33. Dans la même revue, le célèbre orateur étudiant Alejandro Gómez Arias analysait de manière philosophique l’apport de l’Indien à la nation mexicaine34. Si les caravelles espagnoles avaient apporté d’Occident la « Piété et l’Ironie », l’Indien avait lui offert « l’Action » : « Hier bête de somme, main qui laboure ou qui sème, aujourd’hui cela encore et chair des révolutions, l’indien exécute et œuvre. » Lecteur d’Oswald Spengler, le futur leader de la grève de 1929 répondait en 1928 au théoricien du « déclin de l’Occident » : équilibrée par les apports européens et indiens, la culture mexicaine était supérieure à la culture occidentale par sa fusion entre Piété, Ironie et Action. L’intégration philosophique, esthétique, sociale et culturelle de l’Indien était nécessaire pour parachever la nation mexicaine, bien décidée à inverser les stigmates l’infériorisant.

  • 35 Voir parmi une bibliographie abondante : Gómez Izquierdo J. J., El movimiento antichino en (...)
  • 36 Cagliostro (alias Amo Helú A.)., « El Misterio del Sorbete Negro », Policromías, mai 1921, (...)
  • 37 Domínguez V., « Patriotismo y patriotería », La antorcha estudiantil, nov. 1928, p. 45.

19Cette volonté d’inclure l’Indien, figure ethnique patrimonialisée, impliquait dans le même temps d’exclure les éléments jugés allogènes. Absent des congrès étudiants, le racisme anti-chinois fut bien présent dans les écrits des représentants étudiants. Ce rejet des migrants chinois, pourtant en faible nombre, avait déjà été exprimé par les précurseurs de la Révolution, les fondateurs du Parti libéral mexicain, et avait donné lieu à des explosions de violence régulières, précédant l’expulsion de cette « race dégénérée » au début des années 193035. Antonio Helú, directeur de Policromías, feuille lue dans la prestigieuse ENP, publia dans sa revue un feuilleton intitulé « Le mystère du sorbet noir36 ». Par la suite considéré comme l’initiateur du roman policier au Mexique, le jeune Helú narrait, en 1921, les déboires de Chinois se battant entre eux pour attraper et manger des rats. Helú, plus tard délégué au Congrès étudiant de 1926, s’apitoyait sur Fu-Ching, un « pauvre jaune » de Mexico, qui avait réussi à attirer un rat dans sa bouche en s’allongeant sur le sol, un morceau de gruyère sur la langue. Le « fils de Confucius » avait ensuite dévoré le rongeur vivant et avait essuyé sa bouche ensanglantée avec sa natte. Animalisé, le Chinois était l’Autre à exclure. Représentant de la FEDF au Congrès national de 1926, Virgilio Domínguez s’exprimait en 1928 dans des termes plus policés : après avoir défini le patriotisme comme une « attitude spirituelle » et rappelé les liens constitutifs de la patrie (« la race, la langue et la religion »), le dirigeant étudiant énumérait les éléments pouvant fragiliser les liens entre Mexicains37. Il préconisait l’interdiction des néologismes étrangers, la fin de « l’immigration des races non désirables, comme les orientaux », la fin des « méthodes éducatives exotiques » venues d’ailleurs et l’arrêt de la diffusion du protestantisme. Cette attitude était jugée plus patriote que celle consistant à rappeler, dans les écoles primaires, la perte des provinces perdues en 1847.

  • 38 Bobadilla L., « La educación en México », Policromías, 05-08-1920, p. 7.
  • 39 « Nuestros problemas educativos », La antorcha estudiantil, 15-09-1928, p. 29.

20Acteurs à part entière de l’éducation populaire, les étudiants devinrent rapidement les défenseurs acharnés du programme éducatif de la Révolution mexicaine. S’ils souhaitaient plus de liberté dans leurs établissements, ils s’accordaient sur la nécessité de développer une éducation pour toute la nation, et non pour quelques privilégiés. Ainsi, en dehors des questions propres aux établissements secondaires, techniques, normaux et universitaires, les représentants étudiants se préoccupèrent officiellement du « problème de l’éducation nationale » (programme du Congrès national de 1928). Dès 1920, certains étudiants soulignaient qu’il fallait multiplier les écoles pour mettre fin à l’analphabétisme endémique38. À cet égard, l’œuvre de Vasconcelos fut unanimement saluée, à son commencement comme a posteriori. Dans sa revue, le dirigeant étudiant José María de los Reyes décrivait de manière admirative, en 1928, le travail accompli par Vasconcelos et son successeur : une vaste campagne contre l’analphabétisme avait été entreprise, 3896 écoles rurales fonctionnaient, des missions culturelles parcouraient les campagnes39. Si les étudiants des années 1910 étaient restés dans les villes pour participer à l’éducation du peuple, ceux des années 1920 avaient timidement commencé à aller en milieu rural. Le mouvement se généralisa dans les années 1930 du fait de l’adhésion complète des étudiants au programme éducatif de la Révolution mexicaine.

  • 40 Meijia E., « Nuestra Psicología en el Arte Nacional », Acción estudiantil, 05-04-1920, p.  (...)
  • 41 Pour Vasconcelos, commanditaire des premières peintures murales, les étudiants constituaie (...)
  • 42 Schwartz J., Las Vanguardias Latinoamericanas : Textos Programáticos y Críticos, Mexico, F (...)

21Élément visible et saillant de la reformulation identitaire, l’esthétique de la nation devint, elle aussi, une préoccupation officielle du mouvement étudiant mexicain. Le premier numéro de la revue officielle de la FEDF soulignait que l’« art national » devait exprimer la « race » et l’« âme » de la patrie40. Si les peintures des muralistes divisèrent dans un premier temps les étudiants, l’enthousiasme succéda aux critiques et aux doutes41. À partir de la seconde moitié des années 1920, moment d’idéologisation maximale de la Révolution, le mouvement étudiant s’affirma comme le garant de l’esthétique nationale sous toutes ses formes, du folklore aux avant-gardes artistiques. Ainsi, le stridentisme (estridentismo), équivalent mexicain du surréalisme, ne saurait se comprendre sans analyser les liens qu’entretenaient ses membres avec le mouvement étudiant. Présent lors du IIIe Congrès national, en 1926, le groupe des jeunes stridentistes obtint des congressistes « un vote de sympathie et d’adhésion au mouvement esthétique révolutionnaire du Mexique42 ». Il s’agissait d’un soutien unanime à tous les artistes qui bouleversaient l’image du pays. Le mouvement étudiant honorait les nouveaux noms de l’art mexicain :

  • 43 Ibid.

« Diego María Rivera, Manuel Maples Arce, Jean Charlot, José Juan Tablada, Fermín Revueltas, Germán List Arzubide, Rafael López, Arqueles Vela, Carlos Chávez Ramírez, Ramón Alva, Salvador Gallardo, Rodríguez Lozano, José Clemente Orozco… etcétera, etcétera43. »

  • 44 Ibid.
  • 45 Del Conde T., « Frida Kahlo et les femmes peintres au Mexique », Mexique – Europe. Allers  (...)
  • 46 El Informador, 05-02-1928.

22Encouragée par les stridentistes qui voulaient alors envoyer « Chopin à la chaise électrique », la jeunesse mexicaine affirmait son « désir gigantesque de rénovation : Rénovation sociale, politique, esthétique… rénovation constructive44 ». Liée à l’étoile montante du mouvement étudiant, Alejandro Gómez Arias, la jeune Frida Kahlo se mit d’ailleurs à peindre durant cette même année : le modèle de l’un de ses premiers tableaux fut le représentant étudiant Miguel N. Lira45. Lors du Congrès national étudiant de 1928, les représentants de la jeunesse des écoles maintinrent leur conception nationaliste de l’art : « il est urgent de veiller sur notre folklore et sur toutes les modalités nationales de l’art », disposait la déclaration finale46.

23Par leur soutien au projet d’unification raciale, à l’éducation des masses et par leur défense de l’art national, les étudiants mexicains furent sans doute les plus nationalistes des révolutionnaires et les plus révolutionnaires des nationalistes. Ce nationalisme exacerbé et créatif était d’ailleurs le seul cadre envisageable pour répondre aux multiples avatars de la question sociale.

Les réponses à la question sociale : la défense des ouvriers, le nationalisme économique et la réforme agraire

24Phénomène éminemment national, la Revolución fut aussi une révolution sociale. Ces deux aspects étaient presque indissociables et se renforçaient mutuellement. Les problèmes sociaux étaient analysés comme des « problèmes nationaux ». Dans 1915, l’ancien étudiant Manuel Gómez Morin rappelait :

  • 47 Gómez Morin M., op. cit., p. 50.

« Le problème agraire, si profond et si nôtre, surgit alors comme un programme minimum, défini pour être le thème central de la Révolution. Le problème ouvrier fut aussi formellement inscrit sur le drapeau révolutionnaire47. »

  • 48 De nombreux membres de cette génération s’effrayaient du fléau zapatiste, pourtant indisso (...)

25L’auteur évoquait, dans un même élan, la question du nationalisme économique, liée au pétrole. Toutefois, la première génération du mouvement étudiant – celle à laquelle avait appartenu Morin – ne perçut pas ces enjeux de manière aussi synthétique. En réalité, tout en ayant conscience du caractère social de la Révolution, les pionniers du mouvement étudiant s’intéressèrent essentiellement à la question ouvrière et ignorèrent presque complètement la question agraire48. Le nationalisme économique fut à peine esquissé. À l’inverse, pour la seconde génération, cette synthèse sociale-nationale relevait de l’évidence : le problème ouvrier, la réforme agraire, la nationalisation des ressources du sol et sous-sol formaient un triptyque cohérent, inscrit en lettres d’or dans le programme révolutionnaire.

  • 49 En 1910, le Mexique comptait 200000 « ouvriers » (catégorie très hétérogène) pour 15 milli (...)
  • 50 El Universal, 19-05-1917. Sur la grève qui éclata le 1er août 1916, réprimée par Carranza  (...)
  • 51 El Demócrata, 17-08-1920.

26Organisation essentiellement urbaine, le CLEDF chercha, dès sa première année d’existence, à nouer des contacts au sein du monde ouvrier de Mexico, alors réduit numériquement49. En mai 1917, les délégués étudiants reçurent ainsi, dans le cadre d’une session ordinaire du CLEDF, leurs homologues de la Fédération des syndicats ouvriers du District fédéral, laquelle avait organisé une grève générale en 191650. En réalité, le mouvement ouvrier mexicain commençait à peine à se former. Comme les intellectuels par la suite, les représentants ouvriers pactisèrent, durant les années 1910, avec les chefs révolutionnaires, afin d’obtenir des avancées législatives en matière sociale : en 1915, la Maison de l’ouvrier mondial (Casa del Obrero Mundial) tempérait son anarcho-syndicalisme d’inspiration espagnole pour faire alliance avec Obregón, qui envoya les « bataillons rouges » de la Casa combattre les zapatistes. En 1918, le gouverneur carranciste Gustavo Espinosa Mireles, très proche du CLEDF, favorisa l’union syndicale, avec la création de la CROM (Confédération régionale ouvrière mexicaine). Cette dernière s’allia ensuite avec le général Obregón, lequel prit le pouvoir après l’assassinat de Carranza en 1920, afin de devenir l’interlocutrice officielle du nouveau gouvernement. Dans ce cadre, les représentants étudiants, futurs dirigeants de la Révolution, cherchèrent à orienter le mouvement ouvrier en formant ses membres par l’éducation populaire, en orientant idéologiquement son action, et en développant des contacts politiques en son sein. En août 1920, la FEDF lançait ainsi, à l’initiative de Brito Foucher et de Pozzi, une série de conférences destinées à « initier le rapprochement intellectuel et affectif entre les étudiants et l’élément ouvrier51 ».

  • 52 Erro L. E., « Yo creo en Alemania », San-Ev-Ank, 15-11-1918, p. 15.
  • 53 Krauze E., op. cit., p. 88.
  • 54 El Demócrata, 15-08-1920.
  • 55 El Demócrata, 25-09-1921.

27Au-delà de cette volonté affichée d’unir étudiants et ouvriers, les solutions apportées à la question ouvrière pouvaient varier considérablement selon les positions des représentants étudiants. Pour la première génération du mouvement étudiant, l’intérêt pour la question ouvrière et pour une solution de type socialiste naquit face à la « crise universelle » que fut la Grande Guerre. Ugartophile puis germanophile convaincu, le jeune Luis Enrique Erro se fit soudainement l’apôtre du socialisme au moment où survint la Révolution de novembre 1918 en Allemagne, pays de « supériorité morale » et de « haute culture52 » : la « Révolution sociale » commençait alors et s’inscrivait dans le « grand courant égalitaire », formé par la pensée hellénique, le Christianisme et la Réforme luthérienne. Pour Erro, l’Allemagne, par le socialisme, avait en fait gagné la guerre. Les révolutions de l’Europe ensanglantée « captivaient » les étudiants mexicains et apparaissaient comme des exemples ou des contre-exemples pour orienter leur Revolución : en 1919, Manuel Gómez Morin confessait sa fascination pour la « République fédérale socialiste des soviets53 ». Le coopératisme, porté par l’ancien étudiant Jorge Prieto Laurens et dont la référence était l’économiste français Charles Gide, était une autre manière de répondre à la question ouvrière. En 1920, la FEDF présidée par Brito Foucher, lequel avait pourtant fait campagne sur le thème du socialisme, organisa un important concours étudiant : le premier prix devait revenir à celui qui devait le mieux répondre à la question « Quelle influence peut avoir le coopératisme dans la résolution du problème économico-social du Mexique54 ? » Fruit des rapports de force entre des délégués aux analyses divergentes et se renouvelant sans cesse, le centre de gravité idéologique du mouvement étudiant oscilla dès lors fortement. Le nationalisme fut toutefois un élément central qui canalisa bien des ardeurs. Si, lors du Congrès international étudiant de 1921, plusieurs délégués présents s’exprimèrent – en écho à la Révolution russe – contre le « principe patriotique du nationalisme bourgeois » et pour l’« émancipation du prolétariat », d’autres congressistes, Mexicains (Miguel Palacios Macedo, Manuel Gómez Morin) ou étrangers (l’Argentin Erasmo Roca), affichèrent une position nettement plus modérée, éliminant le terme « prolétariat » et les propositions radicales des résolutions finales55. Conscients du nouveau siècle qui s’ouvrait avec fracas, les délégués s’accordèrent toutefois pour que la jeunesse luttât

  • 56 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84.

« pour l’avènement d’une nouvelle humanité, fondée sur les principes modernes de justice dans l’ordre économique et politique […] pour détruire l’exploitation de l’homme par l’homme et l’organisation actuelle de la propriété, évitant que le travail humain [ne fût] considéré comme une marchandise et établissant l’équilibre économique et social56 ».

  • 57 « Palabras del delegado argentino Enrique Dreyzin », BUN, déc. 1921, t. 3, no 7, p. 93-95.
  • 58 Ibid.

28En 1921, le spectacle de « l’épouvantable boucherie européenne », produit de « l’actuelle organisation sociale », hantait plus que jamais les congressistes57. Le jeune argentin Enrique Dreyzin clamait devant ses homologues mexicains que les principes du monde d’hier avaient vécu. Après le Christianisme et la Révolution de 1789, un nouveau chapitre devait s’ouvrir, celui de « l’égalité économique ». Il était nécessaire de ne pas répéter « la vieille histoire en mettant le privilégié face au paria, le patricien face au plébéien, le seigneur face à l’esclave, le patron face à l’ouvrier58 ». Si ces termes semblaient évoquer le manifeste du parti communiste, la Russie bolchevique n’apparaissait pas encore comme un modèle en tant que tel. De manière générale, si un socialisme devait alors convenir au pays, c’était nécessairement un socialisme national. Le syndicat dominant, la CROM, proclamait d’ailleurs, en 1923, lors de sa cinquième assemblée :

  • 59 Meyer J., art. cit., p. 52.

« La convention décide que le mouvement ouvrier mexicain est de caractère nationaliste, ce qui veut dire que s’il se considère comme solidaire des mouvements ouvriers de tous les pays, il affirme avoir le droit et le devoir de travailler à la solution des problèmes du Mexique59. »

29Théoricien cromiste par excellence, l’ancien étudiant Lombardo Toledano, justifia ensuite, en 1926, la collaboration avec le gouvernement. Cette même année, les nouvelles relèves étudiantes, tout en s’affirmant révolutionnaires, s’accordèrent pour délimiter le périmètre du réformisme mexicain. Leur vision du programme social de la Révolution fut à la fois plus systématique et idéalisée, donc plus critique vis-à-vis de ses premières réalisations.

  • 60 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28-29.
  • 61 El Informador, 04-02-1926.
  • 62 El Informador, 07-01-1927.

30Rédigée lors du IIIe Congrès national étudiant, la déclaration de principes de la jeunesse mexicaine figeait définitivement le nationalisme social de la Révolution : les étudiants rejetèrent officiellement la « lutte violente des classes » au profit de la « coopération60 ». La « coopération » ne devait pas être la « dépendance » vis-à-vis des puissants : l’action de la CROM, syndicat lié au pouvoir révolutionnaire, était ainsi critiquée à mots couverts. La coopération des travailleurs et des patrons prenait par ailleurs tout son sens dans la perspective de la future nationalisation des ressources naturelles et des entreprises les exploitant. Moment de synthèse idéologique, le IIIe Congrès aborda aussi l’épineuse question de la réforme agraire. Sa nécessité faisait l’unanimité. Mais ses possibles modalités d’application divisèrent les étudiants en trois groupes : le groupe radical, le « groupe révolutionnaire modéré » et le « groupe anti-radical61 ». L’idée que le régime de la propriété devait changer et que les péons devaient devenir, à terme, des petits producteurs indépendants, faisait consensus. Divisés sur la question de l’expropriation, les étudiants décidèrent toutefois qu’il fallait exproprier les propriétaires des latifundios sans indemnité et consacrer ce gain d’argent à la modernisation agricole. S’il y avait des clivages au sein du mouvement étudiant, l’orientation générale était bien révolutionnaire. Objets de débats passionnés, le « problème agraire » et ses solutions (« L’ejido. La petite propriété ») furent aussi inscrits au programme du IVe Congrès, tout comme la « conciliation des intérêts des patrons et des ouvriers62 ». La classe étudiante mexicaine était bien, du point de vue de son intérêt pour les « grands problèmes nationaux », une classe révolutionnaire. Représentée par des jeunes hommes, cette classe se définissait fréquemment comme « virile ». La question de l’émancipation féminine la divisait logiquement.

« La Femme » et la Révolution mexicaine

  • 63 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28-29.
  • 64 El Informador, 07-02-1926.
  • 65 Ibid.
  • 66 Romero Sologuren J., « La Revolución y la Mujer », La antorcha estudiantil, 15-08-1928, p. (...)

31Absente des préoccupations de la génération étudiante de 1915, « la Femme » fut un sujet légitime pour la « génération de 1929 » alors en gestation. Le onzième point de la « déclaration de principes de la jeunesse mexicaine », gravée dans le marbre à l’issue du IIIe Congrès national étudiant (1926), disposait clairement : « Est déclarée l’absolue égalité entre l’homme et la femme et la nécessité de parvenir à l’égalité de leurs droits, dans les ordres politique, social, économique et moral63. » Le jeune Ignacio Calderón, représentant de la faculté de droit de Guadalajara, avait été à l’origine de ce principe jugé révolutionnaire, d’ailleurs conforté au moment de sa formulation par un tonnerre d’applaudissements de la part des señoritas présentes64. Ce principe était extrêmement avant-gardiste dans un pays qui refusait alors le droit de vote aux femmes et qui ne l’accorda qu’en 1953. Anticipant « l’éducation sexuelle » des années 1930, le délégué de Puebla, Rovirosa, fit preuve de plus d’audace encore en proposant l’instauration de cours d’« éthique sexuelle » dans toutes les écoles secondaires, normales et supérieures. Le jeune Rovirosa réussit à faire approuver son projet par l’assemblée étudiante, non sans avoir subi les foudres de la déléguée du Nuevo León, Amparo Elizondo, laquelle milita pour le rejet en bloc de cette proposition, au nom de la « moralité65 ». Tous les étudiants ne partageaient cependant pas l’orientation du IIIe Congrès. Écrivant dans la revue de l’étudiant José María de los Reyes (par ailleurs présent au congrès de 1926), le jeune Romero Sologuren opposait savamment dans un article deux notions, selon lui antagoniques : « la Femme » et « la Révolution66 ». Analysant les spécificités de la « femme mexicaine », Romero soulignait que cette dernière souhaitait en réalité le maintien de l’ordre patriarcal :

  • 67 Ibid.

« Notre femme conserve l’intuition de son rôle dans la comédie humaine, lequel est de remplir d’amour et de beauté l’œuvre de l’homme, et méprise les lois révolutionnaires de toute sorte, en particulier celles qui en faisant une interprétation absurde de la mission de la femme sur la terre, lui attribuent les mêmes droits qu’à l’homme et lui concèdent une intervention légitime dans les “sujets et affaires des hommes67”. »

32La femme était par essence anti-révolutionnaire car les révolutions étaient des « œuvres masculines » :

  • 68 Ibid.

« Une révolution a deux phases : celle de la lutte armée, qui termine quand les têtes roulent après le coup de hache ; et [celle de] la lutte de principes, qui est transcendante et survit aux hommes. La première phase est une entreprise qui réclame de la force ; les femmes n’ont pas les capacités physiques pour cela. La seconde réclame de puissants talents de guide ; en ceci, très spécifiquement, la femme n’intervient pas, en raison de son manque de préparation mentale68. »

33Le « foyer » n’était-il pas le « temple » de la femme ? Gardienne de la race latine, « la Femme » était bien « l’antidote des révolutions ». Confinée dans l’espace privée, elle garantissait la lutte pour les principes révolutionnaires, menée par les mâles, dans l’espace public. La Révolution, désormais aux mains de la « classe étudiante », se ferait sans elle. Cette sensibilité anti-féministe explique sans doute pourquoi les étudiantes firent le choix d’une organisation représentative séparée à la fin des années 1920.

Le civilisme et la non-réélection

  • 69 El Pueblo, 20-10-1916.
  • 70 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28-29.

34Les représentants étudiants cherchèrent-ils à faire du Mexique révolutionnaire une démocratie ? Cette question évoque davantage le combat de la génération de 1968 que celui des générations de 1915 ou 1929. Pour les dirigeants du premier mouvement étudiant organisé, la démocratie demeurait encore un horizon extrêmement lointain : le programme du Second Congrès national étudiant, formulé initialement en 1916, concevait la future « Confédération des étudiants mexicains » comme une « préparation pour la démocratie69 ». En réalité, la véritable priorité, pour les représentants étudiants, était de chasser les militaires du pouvoir et d’en finir avec les caudillos et les caciques. Le mot d’ordre de « non-réélection », lequel ne garantissait pas la démocratie mais pouvait y contribuer, apparaissait toutefois, à l’instar de la Révolution qui l’avait consacré, comme un principe fondamental. Présent de manière latente dès la fondation du mouvement étudiant, le « civilisme », ou l’anti-militarisme, ne devint l’objectif officiel du mouvement étudiant qu’à la fin des années 1920. Lors du Congrès national de janvier 1926, sans doute autant par pacifisme que par civilisme, la « classe étudiante » déclara publiquement que « la jeunesse mexicaine ne [reconnaissait] pas les titres honorifiques octroyés à des individus pour des mérites acquis à la guerre70 ».

  • 71 Meyer J., op. cit., p. 152. Pour ce faire, les articles 82 et 83 de la Constitution de 191 (...)
  • 72 El Informador, 07-01-1927.
  • 73 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 30.
  • 74 El Informador, 18-01-1927.
  • 75 Azuela S., op. cit., p. 62. Le CNEA était présidé par A. Pedrero et comptait parmi ses dir (...)
  • 76 Mabry D., op. cit., p. 53. Parti dirigé par A. Pulido Islas.
  • 77 Casasola G., Historia gráfica de la revolución mexicana, 1900-1970, Mexico, Trillas, 1970, (...)
  • 78 Casasola G., op. cit., p. 1815. Les citations suivantes en sont extraites.

35Le véritable tournant eut cependant lieu fin 1926, au moment où le général Obregón, désireux de succéder à son ancien dauphin Calles, fit réformer la Constitution de 1917, afin de légaliser un éventuel second mandat présidentiel non consécutif71. Ce faisant, Obregón violait, par le droit, le principe fondamental de « non-réélection », reconquis par la force lors de la Révolution. Parallèlement, le président Calles combattait avec acharnement le « fanatisme » des cristeros : l’affrontement sanglant entre ces paysans catholiques et l’armée semblait sans issue. Fin 1926, réfléchissant au programme du IVe Congrès et conscients de la gravité de la situation, les représentants de la jeunesse des écoles, véritables garants de la Révolution, jugèrent bon d’inviter leurs homologues à discuter de la remise en cause – temporaire – des deux principes habituellement proscrits des débats : la politique (politicienne) et la religion72. Sur ces points, le IVe Congrès fut électrique73. Dès son inauguration, le 11 janvier 1927, l’étudiant Gonzalo Martínez Escobar attaqua verbalement les gouvernements tyranniques, en particulier celui de l’État du Tabasco, dont il s’était « exilé74 ». Le gouverneur du Tabasco était alors le très anticlérical Tomás Garrido Canabal, civil mais fervent obrégoniste. Dans le même temps, de nombreux délégués souhaitèrent traiter de la question de la non-réélection, sans toutefois obtenir l’unanimité. La délégation du Jalisco chercha à empêcher le traitement de cette épineuse question : le gouverneur de leur État (lié à l’ancien gouverneur Zuno, un proche ami d’Obregón) leur avait en réalité interdit d’aborder ce thème jugé trop politique. Le congrès s’acheva sans qu’une position apparente fût déterminée. Plusieurs délégués s’étaient cependant accordés sur la publication d’un futur manifeste anti-réélectionniste. En février 1927, un groupe d’étudiants de la faculté de droit fonda le Centre national des étudiants anti-réélectionnistes (CNEA)75. Les étudiants pro-Obregón organisèrent, de leur côté, le Grand Parti étudiant universitaire (GPEU)76. Une crise politico-étudiante se préparait-elle ? En juin 1927, le général Obregón se déclara officiellement candidat à la magistrature suprême. Le 24 juillet, 3000 « étudiants universitaires » manifestèrent contre cette candidature et contre les députés qui avaient réformé la Constitution pour la rendre légale77. Le 12 août 1927, les étudiants de Mexico répondirent à Obregón par un manifeste éloquent, secrètement prévu lors du congrès passé78. En accord avec l’opinion générale de la « classe étudiante du District fédéral », de la « grande majorité des étudiants de la République » et même des « autres classes sociales », guidés par le « patriotisme », proclamant « la bonté et la transcendance de la Révolution de 1910 », les étudiants exigeaient du général Obregón qu’il renonçât « catégoriquement » à sa candidature. Voulait-il demeurer dans l’esprit des Mexicains le « paladin de la Révolution » ou devenir son fossoyeur ? Les étudiants invoquaient les anciens compagnons du caudillo, ceux qui étaient morts pour le suffrage effectif et la non-réélection : Gustavo Garmendia (capitaine madériste puis constitutionnaliste), Felipe Angeles (général madériste, constitutionnaliste puis villiste), Ángel Flores (madériste, général constitutionnaliste, participant à la révolte sonorienne d’Agua Prieta en 1920, candidat à la présidence contre Calles en 1924) et Venustiano Carranza, civil par excellence. Le « peuple », le « vrai peuple », n’était pas avec Obregón. Les étudiants s’en faisaient les porte-parole :

« Si nous avons lutté durant quinze ans, si nos campagnes se sont couvertes de sang en mille occasions, si nous avons supporté la misère durant de longues années […] ce fut précisément pour conquérir le principe de la NON-RÉÉLECTION. »

36Si Obregón ne voulait pas devenir une « caricature de Porfirio Díaz », il devait se démettre. Le manifeste était signé par plus de sept cents étudiants. La « génération de 1929 » était déjà là.

  • 79 El Informador, 05-02-1928.
  • 80 Ibid.

37Peu après, la politique reprenait ses droits : Calles faisait assassiner, en octobre 1927, les généraux Arnulfo Gómez et Francisco Serrano, lesquels avaient eu le malheur de se présenter à la présidence avant Obregón et apparaissaient désormais comme des opposants et des conspirateurs. Soucieux des problèmes politique et religieux (la guerre des cristeros continuait plus que jamais), les étudiants rédigèrent, à l’issue du Ve Congrès national, une nouvelle déclaration de principes, fin janvier 1928. Les « postulats doctrinaires de la Révolution mexicaine » ne devaient y être limités par « aucune personnalité79 ». Il s’agissait d’une référence directe au manifeste d’août 1927 et à Obregón, dont la campagne battait son plein. Alors que la Christiade faisait rage, les étudiants insistaient sur la nécessité de respecter la « liberté de conscience » et la « vie humaine80 ». Leur position sur la question religieuse avait bien changé depuis le congrès de 1926, lequel avait cherché à « émanciper définitivement les consciences humaines des institutions appelées églises ». En 1928, la « classe étudiante » apparaissait très hostile aux militaires qui, de son point de vue, avaient perverti la Révolution.

  • 81 « La llamada », La antorcha estudiantil, 15-09-1928, p. 24. Les citations suivantes en son (...)
  • 82 Aguirre Zertuche S., « Nuez vomica o suicidio », La antorcha estudiantil, nov. 1928, p. 43

38Le 1er juillet 1928, le général Obregón fut réélu. La suite des événements empêcha néanmoins la crise politico-étudiante qui couvait. Le 17 juillet 1928, un jeune catholique, José de León Toral, alors sous l’emprise de la Mère Conchita, assassina Obregón lors d’un banquet en son honneur. Les obrégonistes pensèrent que Calles (ou son allié Morones) était le commanditaire du meurtre : mille rumeurs se répandirent. Ce dernier feignit de se retirer. Devant le congrès, Calles annonça la fin des caudillos et le début de la vie civile et institutionnelle, le 1er septembre 1928. Il semblait répondre aux aspirations civilistes de la « classe étudiante ». Un de ses représentants s’en félicita81 : pour José María de los Reyes, grâce à Calles, « le moment de la Jeunesse [était] venu ». La responsabilité des étudiants, futurs gouvernants, était dès lors de « sauver l’œuvre de la Révolution ». La jeune génération devait sortir de son « apathie », faire preuve « d’esprit de sacrifice », afin de créer un Mexique « propre », aux « vertus citoyennes ». Quelques semaines après, son homologue Santiago Aguirre Zertuche soulignait que la transition à l’œuvre se faisait effectivement de manière honorable : après la mort du dernier caudillo, le président refusait d’être l’homme indispensable82. Une « démocratie pure et constructive » allait-elle commencer ? Pour l’ébaucher, les étudiants devaient s’engager. Santiago Aguirre donnait la consigne : « Un civil doit diriger le Mexique lors de la prochaine période présidentielle. Que cette nécessité s’incruste jusqu’à la moelle, chez chacun d’entre nous. » À géométrie variable durant la première moitié des années 1920, le civilisme devenait, à la fin de la décennie, l’objectif politique ultime de la « classe étudiante ».

39Au début de l’année 1929, « la politique » et « le politique » passionnaient, plus que jamais, les représentants de la jeunesse des écoles. Ces jeunes intellectuels, hommes de pouvoir à l’échelle du mouvement étudiant, aspiraient à entrer bruyamment dans l’arène des révolutionnaires. Or, depuis le 1er septembre 1928, les règles du jeu politique semblaient enfin évoluer dans leur sens. Les oratores n’étaient-ils pas appelés à remplacer les bellatores dont les rangs avaient été clairsemés par les multiples soulèvements des années 1920 ? Le civilisme était à l’ordre du jour : le 1er décembre 1928, un ancien étudiant de la « génération du centenaire », le licenciado Emilio Portes Gil, assurait l’intérim présidentiel. L’ex-gouverneur du Tamaulipas connaissait bien les étudiants : leur IIIe Congrès national (1926) avait eu lieu dans son fief. Jeunes incarnations de la Révolution, les étudiants prétendaient la défendre et la définir politiquement. Parallèlement, leur organisation, véritablement nationale depuis 1928, semblait, pour la première fois, garantir l’existence pérenne de la « classe étudiante ». Depuis 1926, les congrès annuels favorisaient la socialisation d’une nouvelle génération, laquelle percevait moins la Révolution comme une décennie sanglante que comme une idée immaculée. Ce nouveau groupe aux frontières encore indéfinies mais à la sensibilité marquée, héritier de la génération de « 1915 », cherchait à s’affirmer au moment même où cette dernière proclamait son hégémonie intellectuelle. Préoccupés, comme leurs aînés, par les problèmes de la Cité, les nouveaux représentants de la jeunesse des écoles concevaient aussi la « Réforme universitaire », au programme ciselé par treize ans de réflexions, comme une nécessité vitale. Pour eux, la Reforma Universitaria appartenait au programme révolutionnaire : si elle devait déboucher in fine sur l’autonomie universitaire et le pouvoir étudiant, c’était parce que seule « l’ingérence étudiante » permettrait aux écoles de se mobiliser pleinement pour participer à l’éducation populaire. Seule « l’intervention étudiante » permettrait la nationalisation du savoir et l’élection de « professeurs révolutionnaires ». Sans cette réforme, la Révolution était condamnée à demeurer une œuvre inachevée.

40Si la suite des événements avait été différente, les étudiants auraient peut-être continué, sans succès, à inscrire ce mot d’ordre dans les déclarations finales de leurs congrès annuels. Les gouvernements jacobins de la Révolution auraient sans doute salué, sans agir, cette revendication qu’ils jugeaient éminemment corporatiste. Toutefois, 1929 était une année électorale dont l’enjeu était la magistrature suprême. La guerre des cristeros continuait de faire rage. Pendant que la campagne présidentielle battait son plein, deux conflits mineurs couvaient à la faculté de droit et à l’ENP. Ils auraient sans doute été réglés rapidement si les étudiants n’en avaient pas fait une question d’honneur. Né à Mexico, le conflit prit en un laps de temps extrêmement court une importance nationale. La « révolution universitaire » de 1929 fit brutalement prendre conscience aux gouvernants qu’un nouvel acteur était entré en scène.

Notes

1 Manifeste de la FEM. El Demócrata, 03-07-1924.

2 El Pueblo, 20-10-1916.

3 El Informador, 05-02-1928.

4 Gómez Morin M., 1915, reproduit dans Castillo Peraza C. (compil.), Manuel Gómez Morin, constructor de instituciones, Mexico, FCE, 1994, p. 49-50.

5 Gómez Morin M., op. cit., p. 51.

6 Ibid., p. 50 et p. 62.

7 Argüelles A., « Un Mensaje a la Juventud », La Voz del Joven, 08-01-1917, an II, no 27, p. 4.

8 Ibid., p. 5. Exclamation à mettre en parallèle avec celle de l’essai 1915 : « ¡Existían México y los mexicanos ! » (Gómez Morin M., op. cit., p. 50).

9 Ibid.

10 Ibid. Sur le réveil national et la Grande Guerre, voir également Compagnon O., L’adieu à l’Europe : l’Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2013.

11 De la Torre y Morali M., « Nuestra Labor », San-Ev-Ank, 08-08-1918, p. 1.

12 El Informador, 17-01-1926.

13 El Informador, 04-02-1926.

14 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 30. El Informador, 05-02-1928.

15 Aguirre Zertuche S., « La idea revolucionaria es inmaculada », La antorcha estudiantil, 15-09-1928, p. 29.

16 De Maeztu R., « El principio de limitación », San-Ev-Ank, 15-11-1918, p. 7.

17 Krauze E., op. cit., p. 120.

18 Cité par Didry C., « Léon Duguit, ou le service public en action », Revue d’ histoire moderne et contemporaine, 2005, no 52-53, p. 91-95.

19 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84.

20 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28-29.

21 Rivera J., « Juventud Amargada », La antorcha estudiantil, 15-08-1928, p. 7-8.

22 Sanz Jara E., Los indios de la nación : los indígenas en los escritos de intelectuales y políticos del México independiente, Madrid, Iberoamericana, 2011, p. 15 et 112-113. Si l’indigénisme s’affirma surtout dans les années 1920, il est nécessaire de rappeler que les projets indigénistes naquirent avant la Révolution : ce fut sous les auspices de Díaz que se tint le Primer Congreso Indianista Mexicano en 1910. La même année, Francisco Belmar transmettait à Díaz un projet pour la création d’une Sociedad Indianista Mexicana, dont le but était l’étude des « races indigènes » du pays.

23 En 1940, se réunit le Premier Congrès interaméricain indigéniste à Pátzcuaro. Son principal fruit fut la création de l’Institut indigéniste interaméricain. Son pendant mexicain fut l’Institut national indigéniste, fondé en 1948.

24 Sanz Jara E., op. cit., p. 105. Les recensements de 1940 et 1950 conservèrent des critères culturels. La langue s’imposa comme critère unique lors du recensement de 1960.

25 El Demócrata, 13-10-1917.

26 El Demócrata, 29-10-1921.

27 El Demócrata, 19-05-1924.

28 El Informador, 07-01-1927.

29 Lewis S. E., op. cit., p. 60-63. La logique de la Casa (faire venir les Indiens au cœur de la civilisation) était l’inverse de celle des missions culturelles (apporter la civilisation aux Indiens). Après des débuts laborieux (il fallut kidnapper les indigènes), la Casa connut un succès relatif. Ce succès allait à l’encontre du but recherché : la plupart des indigènes refusèrent de rentrer dans leurs communautés. L’expérimentation fut alors abandonnée.

30 El Informador, 21-01-1928.

31 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 35.

32 Rivera R., « El Choque de la Cultura Occidental con las Aborígenes », La antorcha estudiantil, 15-08- 1928, p. 10.

33 Rivera R., « Nuestra arquitectura », La antorcha estudiantil, nov. 1928, p. 44.

34 Gómez Arias A., « Notas », La antorcha estudiantil, 15-09-1928, p. 19.

35 Voir parmi une bibliographie abondante : Gómez Izquierdo J. J., El movimiento antichino en México (1871-1934) : problemas del racismo y del nacionalismo durante la Revolución Mexicana, Mexico, INAH, 1991. Sous Calles, de nombreux États interdirent les mariages entre Mexicains et Chinois. Le PNR soutenait la Liga Mexicana Antichina, dont la devise était « Unidos deschinatizaremos México ».

36 Cagliostro (alias Amo Helú A.)., « El Misterio del Sorbete Negro », Policromías, mai 1921, p. 11 et suivantes.

37 Domínguez V., « Patriotismo y patriotería », La antorcha estudiantil, nov. 1928, p. 45.

38 Bobadilla L., « La educación en México », Policromías, 05-08-1920, p. 7.

39 « Nuestros problemas educativos », La antorcha estudiantil, 15-09-1928, p. 29.

40 Meijia E., « Nuestra Psicología en el Arte Nacional », Acción estudiantil, 05-04-1920, p. 55.

41 Pour Vasconcelos, commanditaire des premières peintures murales, les étudiants constituaient le public par excellence de cette nouvelle forme d’expression. Par anti-vasconcélisme ou par classicisme, de nombreux étudiants rejetèrent cette initiative. Un groupe d’étudiants se déclara même « en grève » contre la « laideur » des fresques et attaqua verbalement les artistes. À l’inverse, le groupe communiste étudiant de l’ENP défendit le caractère viril, populaire et nationaliste de ces peintures. El Demócrata, 21-07-1924.

42 Schwartz J., Las Vanguardias Latinoamericanas : Textos Programáticos y Críticos, Mexico, FCE, 2002, p. 203-204. El Informador, 07-02-1926.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Del Conde T., « Frida Kahlo et les femmes peintres au Mexique », Mexique – Europe. Allers – Retours 1910-1960, Paris, Cercle d’Art, p. 189.

46 El Informador, 05-02-1928.

47 Gómez Morin M., op. cit., p. 50.

48 De nombreux membres de cette génération s’effrayaient du fléau zapatiste, pourtant indissociable de la question agraire. En 1917, la revue Pegaso, en partie étudiante, s’émerveillait de l’extermination des zapatistes. En 1919, C. Pellicer fêta l’assassinat de leur chef : « Celebré la muerte de Zapata ». Pellicer C., Correo familiar : 1918-1920, éd. et prol. S. I. Zaïtzeff, Mexico, Factoría, 1998, p. 106.

49 En 1910, le Mexique comptait 200000 « ouvriers » (catégorie très hétérogène) pour 15 millions d’habitants.
Meyer J., « Les ouvriers et la révolution mexicaine : les bataillons rouges », Annales ESC, 1970, vol. 25, no 1, p. 31.

50 El Universal, 19-05-1917. Sur la grève qui éclata le 1er août 1916, réprimée par Carranza : Meyer J., art. cit., p. 43.

51 El Demócrata, 17-08-1920.

52 Erro L. E., « Yo creo en Alemania », San-Ev-Ank, 15-11-1918, p. 15.

53 Krauze E., op. cit., p. 88.

54 El Demócrata, 15-08-1920.

55 El Demócrata, 25-09-1921.

56 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84.

57 « Palabras del delegado argentino Enrique Dreyzin », BUN, déc. 1921, t. 3, no 7, p. 93-95.

58 Ibid.

59 Meyer J., art. cit., p. 52.

60 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28-29.

61 El Informador, 04-02-1926.

62 El Informador, 07-01-1927.

63 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28-29.

64 El Informador, 07-02-1926.

65 Ibid.

66 Romero Sologuren J., « La Revolución y la Mujer », La antorcha estudiantil, 15-08-1928, p. 9.

67 Ibid.

68 Ibid.

69 El Pueblo, 20-10-1916.

70 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 28-29.

71 Meyer J., op. cit., p. 152. Pour ce faire, les articles 82 et 83 de la Constitution de 1917 furent réformés en octobre 1926. Azuela S., La aventura vasconcelista, Mexico, Diana, 1980, p. 61.

72 El Informador, 07-01-1927.

73 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 30.

74 El Informador, 18-01-1927.

75 Azuela S., op. cit., p. 62. Le CNEA était présidé par A. Pedrero et comptait parmi ses dirigeants : E. Carpy Manzano, M. Alemán, A. Gómez Arias, L. Meixueiro, H. Ahumada.

76 Mabry D., op. cit., p. 53. Parti dirigé par A. Pulido Islas.

77 Casasola G., Historia gráfica de la revolución mexicana, 1900-1970, Mexico, Trillas, 1970, vol. 5, p. 1813-1814.

78 Casasola G., op. cit., p. 1815. Les citations suivantes en sont extraites.

79 El Informador, 05-02-1928.

80 Ibid.

81 « La llamada », La antorcha estudiantil, 15-09-1928, p. 24. Les citations suivantes en sont extraites.

82 Aguirre Zertuche S., « Nuez vomica o suicidio », La antorcha estudiantil, nov. 1928, p. 43.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540