Version classiqueVersion mobile

La Révolution mexicaine

 | 
Romain Robinet

Première partie. La fabrique de la « classe étudiante » : une œuvre révolutionnaire (1916-1929)

Chapitre II

L’élaboration d’un programme : la « Réforme universitaire »

Texte intégral

  • 1 AMGM, Discurso de inauguración de curso, 22-09-1918.

« Nous rêvons d’une Université centre et guide de l’évolution de notre peuple1. »

  • 2 Charle C., « Les références étrangères des universitaires. Essai de comparaison entre la F (...)

1« Réforme universitaire » ou réforme des écoles ? Pour les organisations prétendant représenter tout le corps étudiant (CLEDF, FEDF, CNE), les termes se confondaient largement. Le programme forgé par les organisations étudiantes était l’héritier de réflexions éparses, construites au tournant du siècle dans l’espace de circulations euro-américain2. Les échanges avec les étudiants du cône Sud permirent de structurer ces éléments novateurs, initialement pensés séparément, en un programme d’action cohérent qui devint un modèle latino-américain. La Reforma Universitaria voulait créer l’université du xxe siècle, une université sociale, démocratique et modernisatrice, et ce, par l’action étudiante, socle de ces trois piliers. Les écoles non universitaires ne pouvaient que suivre ce plan de rénovation. La Réforme des universités était partie prenante de la Révolution : les gouvernements révolutionnaires virent d’abord d’un bon œil cette volonté d’abattre les murs de la tour d’ivoire, afin d’en faire le phare de la pensée nationale éclairant le peuple. À l’inverse, la question de l’autonomie des établissements, pierre angulaire de la « Réforme universitaire », était nettement plus difficile à accepter pour les gouvernements jacobins qui prétendaient parler au nom de la Révolution.

Sortir de la tour d’ivoire : les chemins de l’« extension universitaire »

2Un abîme séparait les thèmes du congrès porfirien de 1910 de ceux développés par le CLEDF six ans plus tard. Intégrée à la « fonction sociale de l’étudiant », l’« extension universitaire » fut l’un de ces termes nouveaux qui marquèrent les orientations du mouvement étudiant naissant. Cela n’était pas uniquement dû à l’irruption des masses et à la Révolution. Née dans l’Angleterre victorienne, l’university extension connaissait un destin singulier dans les Amériques : au Mexique, elle fut, pour le mouvement étudiant, la meilleure manière de contribuer au réformisme social du nouveau régime.

De l’university extension à l’extensión universitaria

  • 3 El Universal, 12-10-1919.

3Le 12 octobre 1919 (« Jour de la race »), l’étudiant Antonio Pozzi rappelait dans les colonnes d’El Universal l’une des deux tâches les plus importantes des étudiants latino-américains : l’« extension universitaire3 ». Cette éducation populaire, assurée par les organisations étudiantes, devait compléter l’instruction obligatoire garantie par les États. Elle devait « vulgariser les hautes connaissances scientifiques », en les mettant à la portée « des individus les plus dépourvus de culture, des ouvriers, des travailleurs ». Cette « prolongation de l’Université » devait développer chez l’ouvrier « l’esprit d’initiative et le désir d’étudier » : cessant d’être un « instrument brut », il allait dès lors introduire des innovations. Sociale et économique, cette éducation devait aussi être civique afin que le peuple votât et ne fût plus indifférent aux « hautes questions politiques de l’État ». D’où venait cette généreuse idée qui séduisait alors les « classes étudiantes » de l’« Amérique espagnole » ? « Un pédagogue anglais, M. Thomas Hancock Numm, et plus récemment l’illustre Buisson, nous explique comme surgit en Angleterre l’extension universitaire », écrivait le jeune Pozzi. La « colonie universitaire de Toynbee Hall » fondée en 1880 et l’« Institution polytechnique », située dans l’East End et qui donnait une instruction nocturne à 18000 jeunes, en étaient les plus belles incarnations. L’autre volant de l’« extension universitaire » était assuré par ces « magnifiques fleurs d’amour » : les « Universités populaires ».

  • 4 Le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, paru en 1887 et réédité en 1911, consac (...)
  • 5 « À l’Exposition universelle de 1889, les envois du Cercle littéraire et scientifique de C (...)

4L’article de Pozzi, actif au sein de la FEDF, permet d’explorer les références étrangères des fondateurs du mouvement étudiant. Pozzi connaissait bien la généalogie de l’extension universitaire qu’il puisa, sans doute en partie, dans le dictionnaire pédagogique de Ferdinand Buisson4. Réponse universitaire à la question sociale, née dans l’industrieuse Grande-Bretagne, l’university extension fut découverte par les pédagogues français via les États-Unis5. Ce fut en partie par ce détour français que se fit la réception de « l’extension universitaire » au Mexique. La référence aux débats hexagonaux était tout aussi manifeste dans ce qui apparaissait aux étudiants mexicains comme une simple modalité de l’« extension » : le mouvement des universités populaires. Émergeant progressivement à la fin du xixe siècle, ce mouvement social fut à son apogée au moment de l’affaire Dreyfus.

  • 6 Ibid. Innes J., « The Universidad Popular Mexicana », The Americas, 1973, vol. 30, no 1, p (...)
  • 7 Un important représentant de l’université d’Oviedo, R. Altamira, effectua en 1909-1910 une (...)
  • 8 Le projet de Sierra en 1910 prévoyait la création d’un département d’Extension universitai (...)
  • 9 Innes J., art. cit., p. 114.
  • 10 El Pueblo, 20-10-1916.
  • 11 El Nacional, 19-09-1916.
  • 12 El Nacional, 19-09-1916.
  • 13 El Universal, 01-10-1921.
  • 14 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84.

5En octobre 1912, l’Université populaire mexicaine (UPM) initiait ses travaux6. Les athénéistes qui fondèrent cette institution connaissaient en réalité ce type d’établissement par l’Espagne : l’université d’Oviedo, inspirée des initiatives françaises, était leur principale référence7. Ce fut l’UPM qui conduisit les dirigeants étudiants à faire de « l’extension universitaire » une des attributions du CLEDF. L’UPM, initiative privée, palliait l’absence d’une extension universitaire publique8. Autonome, elle reposait principalement sur l’enthousiasme de la jeunesse cultivée, les enseignants n’étant pas rémunérés9. Alfonso Pruneda en fut le principal recteur jusqu’en 1922, aidé par l’étudiant Vicente Lombardo Toledano. Outre Lombardo, son secrétaire général, de nombreux dirigeants étudiants furent des conférenciers de l’UPM. Cette proximité avec les athénéistes expliquait que « l’extension universitaire », sous toutes ses formes, eût été centrale pour le mouvement étudiant. La notion était présente dès la fondation du Congrès local étudiant, qui l’inscrivit dans son projet de Second Congrès national10. Les « sept sages » de la Société de conférences et de concerts (association membre du CLEDF) en avaient été les principaux avocats11. Ces derniers avaient initié leur collaboration avec le CLEDF en septembre 1916 : la première conférence de la Société avait eu lieu au Musée national, à destination d’un public étudiant et ouvrier. Elle s’inscrivait dans un cycle intitulé « Possibilité du socialisme au Mexique12 ». « L’extension universitaire » fut ensuite inscrite en 1918 dans les statuts de la Fédération comme l’une de ses attributions essentielles. Le mouvement étudiant institutionnalisait cette pratique : la FEDF compta dès lors un secrétaire à l’Extension universitaire, renouvelé chaque année. Le Congrès international étudiant de 1921 permit de confronter les expériences, de latino-américaniser cette pratique et donc de la légitimer davantage13. La plupart des délégués latino-américains étaient tout à la fois des apôtres et des praticiens de l’éducation populaire. Le Congrès précisa14 :

« Que l’extension universitaire est une obligation des associations étudiantes, du fait que l’action première et fondamentale que l’étudiant doit développer dans la société est de diffuser la culture qu’il a reçue d’elle, parmi ceux qui en ont besoin. »

6Dans une société rurale et très peu éduquée, les étudiants, infime élite, pouvaient et devaient s’ériger en éducateurs du peuple. Une manière de divulguer les connaissances en dehors de la tour d’ivoire était d’établir des universités populaires :

« Le Congrès international des étudiants déclare que l’établissement des universités populaires est une obligation pour les étudiants, ces premières doivent être libres de tout esprit dogmatique et partisan et intervenir dans les conflits ouvriers inspirant leur action à partir des modernes postulats de la justice sociale. »

  • 15 Art. 7-2, Estatutos de la Federación Estudiantil Mexicana y Bases Constitutivas de la Conf (...)

7Alors que le mouvement des universités populaires avait été porté en France par une fraction du groupe ouvrier, c’était la « classe étudiante » qui, au Mexique, le promouvait. La référence française s’estompait au moment où l’exemple devenait latino-américain. La question de la politisation des matières enseignées se posait tout autant, à l’heure de la rénovation doctrinale qui germait sur les ruines de la Grande Guerre. « Justice sociale » était un compromis entre ceux qui recherchaient un socialisme mexicain, en réfléchissant à partir de la Révolution russe, et les plus modérés. L’extension universitaire fut une préoccupation constante de la Fédération durant les années 1920. Afin de ne pas exclure les non universitaires de cette tâche, la FEM, dans ses statuts de 1927, remplaça cette obligation d’« extension universitaire » par celle d’« extension éducative15 ».

La Révolution en marche : formes et pratiques de l’« extension éducative » mexicaine

8Notion large, l’« extension » des connaissances en dehors des écoles pouvait avoir des modalités très différentes. Le mouvement étudiant participa activement aux travaux de l’UPM durant la seconde moitié des années 1910. En dehors de cette institution, les activités d’extension universitaire furent réduites. Durant les années 1920, le travail d’éducation populaire fut beaucoup plus notable, en symbiose avec la politique révolutionnaire du ministre José Vasconcelos.

  • 16 Innes J., art. cit., p. 115-116. Dans son rapport à l’Athénée, portant sur la quatrième an (...)

9À Mexico, le CLEDF puis la Fédération prêtèrent main-forte à l’Université populaire. Les cours dispensés étaient de deux types : une partie était d’ordre pratique et portait sur des sujets concrets (comme l’hygiène). Les autres étaient d’ordre théorique ou culturel et invitaient le public à réfléchir à des sujets beaucoup plus larges16. En participant aux activités éducatives de l’UPM, les membres du CLEDF cherchaient aussi à politiser le groupe ouvrier, afin de faire émerger une contre-élite pouvant diriger le pays avec la « classe étudiante ». Le projet de conférences ouvrières proposé aux membres du CLEDF par Miguel Palacios Macedo et Vicente Lombardo Toledano en témoignait. Le fait que Lombardo Toledano devînt dans l’entre-deux-guerres l’un des grands organisateurs syndicaux du Mexique prit sa source dans l’expérience, incubatrice, du mouvement étudiant.

Tableau 3. – Projet de cycle de conférences du CLEDF et de l’UPM (1918).

Source : El Nacional, « El Congreso Local Estudiantil celebró una interesante junta », 05-03-1918.

  • 17 Innes J., art. cit., p. 118-119.

10Si en 1916, le recteur Pruneda pouvait s’enorgueillir des 16000 élèves qui avaient formé l’auditoire de son institution, le bilan restait mitigé : le public de l’Université populaire était davantage constitué d’employés et d’étudiants que d’ouvriers17. Notons par ailleurs que l’extension restait un phénomème essentiellement urbain dans un pays agraire.

  • 18 Garciadiego J., art. cit., p. 792.
  • 19 Ces missions « [comportaient], avec l’instituteur, une équipe sociale chargée de promouvoi (...)
  • 20 Policromías, « Si cada quién sembrase un grano de trigo… », 05-08-1920, p. 1.
  • 21 Fell C., op. cit., p. 300-303. Son responsable fut D. Cosío Villegas, président de la FEDF (...)
  • 22 El Demócrata, 23-09-1923.
  • 23 El Demócrata, 05-05-1925.
  • 24 El Demócrata, 20-09-1923.
  • 25 Fell C., op. cit., p. 350-351.
  • 26 El Demócrata, 01-03-1924.
  • 27 Marsiske R., « Antecedentes del movimiento estudiantil de 1929 en la Universidad de México (...)
  • 28 Ibid., p. 154.

11Le ministère Vasconcelos (1921-1924) fit de l’initiative de l’Athénée une politique d’État18. Après son bref passage au rectorat de l’université, Vasconcelos fonda un ministère à vocation nationale, le secrétariat à l’Éducation publique (SEP), en octobre 1921. Inspiré par Lounatcharski, l’ancien athénéiste put entreprendre une véritable « croisade éducative », avec le soutien des Sonoriens. La SEP lança la collection des « Classiques pour le Peuple ». Des « missions culturelles » furent envoyées dans les campagnes pour semer la graine de la modernité19. Liés par le même pacte au pouvoir révolutionnaire, les étudiants participèrent aux campagnes d’alphabétisation urbaines promues par l’université et la SEP. Leur organisation représentative, la FEDF, resta d’abord en retrait de ce mouvement20. Le département d’Extension universitaire fut finalement mis en marche en 1922 au sein de l’Université nationale, à l’image de celui fonctionnant au sein de la FEDF21. La même année, une vingtaine d’étudiants fondèrent la Société « Vasco de Quiroga », en référence à l’œuvre éducative de l’ancien évêque du Michoacán22. La Société étudiante organisa une « campagne contre l’analphabétisme » : elle recruta son public dans les usines, les ateliers, les rues, pour le réunir dans une salle de l’ENP afin de lui donner un « enseignement élémentaire » chaque soir. Au bout de cinq mois d’efforts, 219 personnes avaient été alphabétisées. Son président, Ángel Carvajal, devint par la suite président de la Fédération étudiante et contribua à la formation de la CNE. En 1925, la Société Vasco de Quiroga revendiquait 15 centres dans tout le pays23. D’autres associations étudiantes imitèrent le travail entrepris par la Société Vasco de Quiroga. En septembre 1923, fut fondée une éphémère « Ligue Pro-Patrie d’éducation élémentaire » ayant pour but de réunir tous les étudiants souhaitant coopérer avec le département de Campagne contre l’analphabétisme de la SEP24. La même année, la FEDF mettait en marche une Université ouvrière, dirigée par Rodulfo Brito Foucher25. En 1924, les étudiants de Puebla faisaient de même26. La société d’élèves Fray Pedro de Gante, formée en mars 1926, poursuivit le travail d’alphabétisation urbaine entrepris par la Société Vasco de Quiroga27. Certains faisaient le choix de l’implantation rurale, à l’instar de la Délégation universitaire Léon Tolstoï qui s’établit en avril 1926 dans le village de Santa Fe, en périphérie de la capitale, afin d’y enseigner la morale, le civisme et l’histoire du pays28.

  • 29 El Informador, 07-01-1927.
  • 30 El Informador, 14-02-1927.
  • 31 El Informador, 07-01-1927.
  • 32 El Universal, 06-10-1917.

12L’œuvre éducative et sociale des organisations étudiantes se limita, dans l’ensemble, aux espaces urbains. Les représentants étudiants avaient néanmoins conscience des inégalités régionales et projetaient une forme de répartition (contrainte ou incitative) des diplômés (médecins, ingénieurs) vers les zones déshéritées29. Ce ne fut qu’après 1929 que l’« extension universitaire » s’accrut et pénétra les campagnes. Les projets étudiants étaient devenus extrêmement ambitieux durant les années 1920 : en 1926, les partisans du Congrès constituant étudiant s’étaient donnés pour objectif « la création d’universités ouvrières et paysannes dans la République30 ». Le programme du Congrès national de 1927 évoquait l’idée d’une « université populaire autonome comme moyen de démocratiser l’enseignement31 ». Si l’extension avait des effets réduits mais réels sur la société, elle était surtout importante pour la formation des étudiants eux-mêmes. Lutter pour une université sociale ne signifiait d’ailleurs pas élargir son recrutement ou la démocratiser : la démocratisation de l’éducation se faisait en dehors de l’université. Les mêmes qui prêchaient l’« extension universitaire » plaidaient ouvertement la nécessité de mieux sélectionner l’élite et de limiter le nombre de diplômés32. Parallèlement à l’extension éducative rendue moralement nécessaire par ce privilège, l’autre volant de la réforme des écoles concernait le savoir, sa gestation et son enseignement.

La modernisation pédagogique et la « mexicanisation du savoir »

13Dès sa formation, le mouvement étudiant se saisit du projet modernisateur de Justo Sierra : de la nouvelle université nationale devait naître la mexicanisation du savoir. Pour ce faire, il était nécessaire de rénover entièrement la pédagogie, de remplacer les cours et leurs examens néfastes par des séminaires permettant de créer une culture et une science nationales, se répandant sur tout l’enseignement.

La critique du cours magistral et des examens

  • 33 AMGM, Discurso de inauguración de curso, 22-09-1918.

14Prononçant un bref discours à l’occasion de l’inauguration des cours en septembre 1918, le représentant étudiant Manuel Gómez Morin résuma crûment les doléances de ses camarades33. Tournée, à tort, vers une « une petite et immédiate finalité pratique », « l’Université [travaillait] à faire des médecins, des ingénieurs ou des avocats et pour les faire elle [suivait] les méthodes les plus déplorables ». L’étudiant en droit lançait une virulente charge contre « le système des chaires orales », qui n’étaient que de « mauvaises répétitions de ce que l’élève [aurait pu] bien apprendre en allant directement aux textes », et contre « le système des examens, dont la valeur pédagogique [était] nulle et dont l’influence morale [était] détestable ».

  • 34 Campos Ortiz P., art. cit., San-Ev-Ank, 18-07-1918, p. 13.
  • 35 Campos Ortiz P., « Los seminarios universitarios », San-Ev-Ank, 29-08-1918, p. 2.
  • 36 El Informador, 14-06-1918.
  • 37 Díaz Barriga Á. (compil.), El Examen : textos para su historia y debate, Mexico, UNAM, 199 (...)
  • 38 Castellanos M., « Los Exámenes », Eco estudiantil, 15-11-1920, no 5, p. 39.
  • 39 El Informador, 15-04, 17-04-1926.

15Cette critique d’une pédagogie fondée sur un livre référent et des examens venant sanctionner l’apprentissage était commune à l’ensemble des dirigeants étudiants34. Liée à la Révolution, elle s’exprimait en plein conflit mondial, quand Kultur et « Civilisation » confrontaient leurs modèles éducatifs. En août 1918, le secrétaire général de la Fédération des étudiants de Mexico, Pablo Campos Ortiz, condamnait l’enseignement ordinaire, « dogmatique, autoritaire », faisant appel à l’apprentissage mémoriel35. Cette antienne était aussi celle des pédagogues mexicains, lesquels adhéraient sans réserve à la synthèse anti-examens rédigée par l’intellectuel libéral espagnol Francisco Giner de los Ríos au tournant du siècle. En juin 1918, le directeur de l’École normale de Guadalajara, Salvador Lima, signait une tribune intitulée « L’École actuelle condamne les examens36 ». Qualifié de « permis pour oublier », l’examen était condamné pour son « mécanisme niveleur ». L’auteur citait ensuite une série d’auteurs canoniques, tous réunis préalablement en 1894 par Giner de los Ríos dans son retentissant texte « Ou l’éducation, ou les examens37 ». Giner fondait une part importante de son propos sur une pétition anglaise de 1889, « le sacrifice de l’éducation à l’examen », condamnant le système des concours nécessaires à l’obtention des bourses. Pour le pédagogue espagnol, l’examen était nocif pour l’élève comme pour le professeur. L’examen sacrifiait « les facultés supérieures à la routine », favorisait l’oubli rapide, la superficialité, « la subordination de la spontanéité et de la sincérité » à un programme jugé conventionnel, ainsi que le dégoût de tout travail non rémunéré. L’examen influait sur la nature des cours : Giner critiquait l’enseignement lu et le manque d’interaction. Cette critique des examens était récurrente et partagée par les organisations étudiantes comme par les autorités pédagogiques, sans qu’ils fussent abolis. Fin 1920, un membre d’une association étudiante du Chiapas jugeait l’examen « antipédagogique » et « antihygiénique38 ». En avril 1926, après une campagne de la Confédération des étudiants du Jalisco, le recteur de l’université de Guadalajara concédait : « Notre système d’examens est médiéval39. » Cours reproduisant les manuels et examens sans raisons devaient s’éclipser au profit des séminaires de recherche, plus à même de contribuer à la formation de « l’âme nationale ».

L’enseignement et la recherche : de la nationalisation à l’exigence révolutionnaire

  • 40 Campos Ortiz P., « Los seminarios universitarios », San-Ev-Ank, 29-08-1918, p. 2-3.
  • 41 Ingenieros J., « La filosofía científica en la organización de las universidades », San-Ev (...)
  • 42 El Universal, 03-05-1918.

16S’inspirant de travaux menés à l’université de Buenos Aires, Pablo Campos Ortiz, alors secrétaire de la FEDF, expliquait à ses camarades la voie pour bâtir une université moderne, alliant formation professionnelle et recherche40. En 1918, passée « la guerre civile », l’Université nationale du Mexique commençait à peine à vivre : elle devait suivre les exemples européens et sud-américains, où, en dehors des « chaires professionnelles », s’étaient mis en place des séminaires de recherche. Ces séminaires fonctionnaient « sans programme officiel ». Les étudiants y rédigeaient des monographies sur des thèmes précis, contribuant à résoudre les problèmes scientifiques, « surtout ceux d’intérêt national ». Si le jeune Campos Ortiz faisait bien entendu référence aux « grands séminaires des universités anglaises et allemandes », son modèle concret était un volume du « résumé des recherches du séminaire de la faculté des sciences économiques de l’université de Buenos Aires de l’année 1917 » : ce tome contenait « des études lumineuses sur les problèmes nationaux, sur le projet d’une Banque d’État argentine, sur les pétroles argentins […] avec quelques projets de lois pétrolières formulés au sein du séminaire ». La conclusion s’imposait : les étudiants devaient méditer sur les grandes questions mexicaines, comme le « problème agraire » ou les aspects financiers. Un séminaire pouvait dès lors être mis en place en lien avec le cours d’économie politique. En octobre 1918, les rédacteurs de la revue étudiante San-Ev-Ank publièrent une communication de l’intellectuel argentin José Ingenieros, confortant leur perspective : l’Université ne devait pas être un « mécanisme décoratif et bureaucratique » mais bien donner une « direction morale et scientifique » à la nation41. À partir de 1918, une des finalités de la FEDF était de favoriser la production scientifique nationale par la diversification des textes à destination des étudiants : la réforme universitaire, la construction d’une université effectuant des activités des recherches, s’inscrivait dans la réforme de l’Éducation nationale42.

  • 43 Fell C., op. cit., p. 292. De même pour les citations suivantes.
  • 44 Ceniceros J. Á., « El alma nueva de la Universidad », La Antorcha, 07-02-1925, vol. 1, no  (...)
  • 45 El Demócrata, 31-05-1925. Un des grands slogans de la grève de 1929 (« Nous voulons des pr (...)
  • 46 Romano Muñoz J., « Maestros revolucionarios », La antorcha estudiantil, 15-08-1928, p. 3.

17Par ailleurs, la Révolution rendait obsolète certains savoirs. En décembre 1921, les étudiants de la faculté de droit déploraient que ses enseignements ne prissent pas en compte les problèmes du temps43. Le « droit du groupe » ne devait-il pas se substituer au « droit de l’individu » ? Dès lors, la faculté de droit devait neutraliser « la tranchée des minorités opprimantes ». En 1925, le jeune José Ángel Ceniceros, un des promoteurs de l’unification étudiante, rappelait que l’Université n’avait pas encore produit la « science mexicaine » tant attendue : où était la zoologie, l’économie politique, la « littérature scientifique mexicaine44 » ? Au Mexique, Nation et Révolution pouvaient être synonymes. Au moment des débats du milieu des années 1920 sur la culture révolutionnaire, la figure du « professeur révolutionnaire » fit son apparition. En mai 1925, le Parti communiste étudiant envoya un mémorandum à la Chambre des députés, exigeant « l’épuration définitive du personnel des professeurs des écoles supérieures, pour faire en sorte que les éducateurs de la jeunesse mexicaine [fussent] des hommes aux idées révolutionnaires et avancées45 ». En 1928, l’ancien étudiant devenu professeur, José Romano Muñoz, expliquait l’importance de l’enseignant révolutionnaire dans les colonnes d’une fameuse revue étudiante46. Farouchement opposé à l’individualisme, le maestro revolucionario devait enseigner une science et un art au service de tous. Ce professeur modèle devait aussi inculquer les normes juridiques qui restreignaient les droits individuels au bénéfice de la société, à l’instar des articles 27 et 123 de la Constitution de 1917. Avec lui, les étudiants devaient analyser les institutions sociales qui pourraient éloigner le Mexique de la « démocratie bourgeoise » et le rapprocher de la « république socialiste ». L’« éducation socialiste » des années 1930 était en germe. Antithèse du professeur « routinier » et « inculte »,

  • 47 Ibid.

« le professeur révolutionnaire veut que l’Université cesse d’être, comme jusqu’à présent, une simple fabrique de titres professionnels, au moyen desquels le médecin puisse continuer à exploiter impunément la douleur humaine, l’avocat continuer à chapeauter les mauvaises causes […] il souhaite, en revanche, qu’elle se transforme en institut de préparation technique duquel sortent des hommes conscients de leur rôle de serviteurs privilégiés de la société47 ».

  • 48 La question de l’unification des programmes était présente dans les congrès nationaux de 1 (...)

18Le savoir national produit par l’Université devait normer tout l’enseignement. Attentifs aux écoles non universitaires, les dirigeants étudiants revendiquèrent l’uniformisation, à l’échelle du pays, des programmes de l’enseignement normal et préparatoire, dès la fondation de leur mouvement48.

  • 49 Mendieta y Núñez L., « Apuntes para la historia de la Facultad de Derecho », Revista de la (...)
  • 50 Malagon Barcelo J., « Breve reseña histórica de la Escuela Nacional de Jurisprudencia », R (...)

19L’émergence d’une université comme centre de recherche fut tardive au Mexique. Les grands instituts de recherche furent fondés après la « révolution étudiante » de 1929. Néanmoins, le changement commença dès que la « génération de 1915 » put enseigner dans les écoles universitaires. Représentants étudiants en 1918, Manuel Gómez Morin et Narciso Bassols rénovèrent les enseignements de la faculté de droit qu’ils dirigèrent successivement durant les années 192049. Le directeur Gómez Morin introduisit les premiers séminaires, Bassols fit de la réforme agraire de la Révolution un objet d’enseignement50. Les initiatives apparues au sein du mouvement étudiant irriguaient l’université, quand les jeunes délégués devenaient professeurs. Toutefois, une telle volonté de rénovation se heurtait nécessairement à un problème de plus grande ampleur, la question de « l’indépendance de l’Université », seule à même de libérer les forces vives du savoir.

« L’intervention étudiante » et la lutte pour l’autonomie universitaire

20L’autonomie de l’Université était le point nodal de la « Réforme universitaire ». Permettre à l’université de se donner ses propres lois devait libérer deux énergies complémentaires : celle qui forgeait la culture nationale, celle qui l’étendait au reste de la société. Après Justo Sierra, les athénéistes Antonio Caso et Pedro Henríquez Ureña avaient prêché l’autonomie. Si le projet autonomiste était porté par toute la communauté académique, les étudiants cherchaient surtout à avoir voix au chapitre. En cela, leurs doléances étaient les mêmes que celles des élèves des écoles exclues des universités : être écoutés et participer aux décisions. Le mot d’ordre était l’« intervention étudiante ». Après l’échec de l’« indépendance » de l’Université nationale en 1917, le mouvement étudiant se concentra sur la question du cogouvernement des écoles, par les élèves et leurs professeurs, tout en mythifiant parallèlement cette Reforma Universitaria, devenue, au début des années 1920, l’horizon indépassable des étudiants hispano-américains.

Origines et échec du mouvement pour l’« indépendance universitaire » (1916-1917)

  • 51 En septembre 1914, le secrétaire à l’Instruction publique, F. Palavicini projeta l’autonom (...)
  • 52 El Pueblo, 20-10-1916.

21L’autonomie universitaire était un marqueur de modernité : souhaitée par les fondateurs de l’Université nationale, elle s’inspirait du fonctionnement des universités allemandes, érigées en exemple après Sedan. Durant la décennie 1910, l’idée autonomiste s’était traduite dans de nombreux projets qui n’avaient pas abouti du fait des affrontements continus entre révolutionnaires51. Passé 1915, professeurs et étudiants se réjouirent de l’autonomie annoncée par Carranza. En 1916, rédigeant les fondements du Second Congrès national étudiant, les dirigeants du CLEDF inscrivirent à l’ordre du jour l’indissociable question du « Gouvernement des Écoles » et de « l’indépendance de l’Université nationale du Mexique52 ». Ces deux éléments étaient liés, la participation des étudiants prenant tout son sens dans une université autonome. « Intervention » des étudiants et autonomie furent, dès la fondation du mouvement étudiant mexicain, des revendications constantes qui ne furent réellement prises en compte qu’en 1929. Carranza ne tint pas sa promesse. L’article 14 transitoire de la Constitution de février 1917 élimina le secrétariat à l’Instruction publique et aux Beaux-Arts. Cette décision impliquant de fait la suppression de l’Université nationale qui en dépendait, un nouvel organe fut créé en avril 1917 pour superviser l’établissement : le Département universitaire et des beaux-arts (DUBA). Ce département était une simple dépendance du gouvernement fédéral. Il s’agissait donc d’un retour en arrière par rapport à l’avancée qu’avait été la création en 1905 du premier secrétariat à l’Instruction publique. Dépendante d’un département lui-même dépendant de l’Exécutif, l’Université nationale était tout sauf autonome. Étudiants et professeurs se mobilisèrent contre cette réforme rétrograde.

  • 53 El Universal, 09-07-1917. Parmi les étudiants impliqués dans les débats : M. Torner, V. Lo (...)
  • 54 El Universal, 17-07-1917.
  • 55 Commission composée de six professeurs et de trois étudiants du CLEDF : M. Gómez Morin, A. (...)
  • 56 El Universal, 28-07-1917.

22Le 8 juillet 1917, le CLEDF se réunit en réaction à la décision des sénateurs de faire du DUBA une dépendance de la Subsecretaría de Estado del Interior, un portefeuille ministériel des plus politiques53. Le CLEDF souhaitait à l’inverse « l’indépendance de l’Université », dans le but d’obtenir « la liberté d’enseignement ». Le CLEDF travailla, dès le 16, en partenariat étroit avec les autorités académiques54. Une commission mixte, mêlant étudiants et professeurs, fut nommée55. Elle devait produire un avant-projet de loi pour que l’Université obtînt son autonomie. La commission accoucha d’un mémorandum publié le 25 juillet 1917, à destination de la Chambre des députés56. Reprenant une comparaison qu’aurait pu employer Justo Sierra en 1875, ses rédacteurs expliquaient que l’Université et l’Exécutif devaient être séparés, comme l’étaient l’Église et l’État. Il fallait, pour éviter une corruption mutuelle, séparer l’Université des « vicissitudes politiques ». Un Département universitaire relativement autonome, à l’image du tout niveau Département de santé publique relevant de l’autorité du président, était souhaitable, l’idéal étant l’Université autonome. Ce Département autonome, qui équivalait en fait à l’Université, devait inclure tous les organes d’enseignement. L’ENP devait rejoindre l’Université nationale car elle était fort différente des « écoles secondaires nord-américaines » et se définissait comme une école universitaire. Par ailleurs, sans « les instituts de recherche scientifique » et les musées, l’Université était un « corps mort ». Incarnation du savoir national, l’Université autonome devait tout englober.

  • 57 El Universal, 29-09-1917. El Demócrata, 29-09-1917. Diario de los Debates, 29-09-1917.

23Après l’argumentation, le temps du mouvement : les étudiants se mobilisèrent pour faire pression sur les députés qui commençaient à discuter du projet à la Chambre. Le 28 septembre 1917, 3000 étudiants se regroupèrent dans les galeries et à l’extérieur de l’enceinte parlementaire. Les députés étaient divisés entre jacobins (regroupés dans le Parti libéral constitutionnaliste, PLC) et girondins (du Bloc libéral réformiste, BLR), ces derniers étant favorables aux doléances de la communauté académique57. La gauche proposa que la session fût secrète, devant le chahut provoqué par les étudiants ; la droite, sous la houlette d’Aurelio Manrique, quitta les lieux en guise de protestation. Les étudiants descendirent des galeries pour manifester dans les rues, soutenus dans leur démarche par El Universal.

Figure 1. – La manifestation pour l’autonomie en une de El Universal.

Source : El Universal, 29-09-1917.

  • 58 El Demócrata, 06-10-1917.
  • 59 El Universal, 06-10-1917.
  • 60 Garciadiego J., art. cit., in Luna et al., op. cit., p. 86. L’ENP fut finalement réintégré (...)

24Le 5 octobre 1917, la Chambre des députés approuva la création d’un département universitaire et des Beaux-Arts, dépendant directement de l’Exécutif, non du secrétariat d’État, ce qui conférait une « certaine indépendance » à l’Université58. Le 6, Manuel Gómez Morin plaida une dernière fois dans El Universal pour la réintégration de l’ENP à l’Université, en essayant de démontrer que la « Prépa » avait été révolutionnaire : sur 15 millions d’habitants, le Mexique avait produit 150000 révolutionnaires, soit un pourcent de la population. Dans toutes les écoles préparatoires (soit 3000 étudiants), il était aisé de prouver que plus de 300 étudiants s’étaient engagés dans les files de la Révolution. Ces écoles avaient donc été révolutionnaires59. L’Université resta cependant « mutilée », l’ENP demeurant sous la direction de l’Éducation publique du DF, au grand désespoir de ses élèves qui protestèrent en novembre 1917 contre les méthodes pédagogiques jugées protestantes et pro-américaines du chef d’établissement Moisés Sáenz60.

  • 61 El Universal, 01-02-1918.
  • 62 El Universal, 03-05-1918.
  • 63 Campos Ortiz P., art. cit., San-Ev-Ank, 18-07-1918, p. 14.
  • 64 Ni La Prensa ni La Nación ne se firent écho du manifiesto liminar, texte programmatique de (...)

25Le mouvement étudiant maintint ses revendications. Début 1918, lorsque le CLEDF rédigea un nouvel ordre des débats pour un hypothétique Second Congrès national étudiant, « l’indépendance » de l’Université n’avait disparu qu’au profit d’un angle d’attaque similaire (« des Écoles Libres et de la Liberté Universitaire61 »). Quelques lignes plus loin, se maintenait aussi l’objectif complémentaire, commun aux étudiants inclus ou exclus de l’Université nationale : « l’intervention étudiante dans la direction technique et administrative des établissements d’éducation ». Les statuts de la FEDF disposaient de même, demandant « l’ingérence » pour les mêmes matières. Le rêve d’un pouvoir étudiant, pour l’université uniquement, se précisait : « que les élèves de toutes les facultés universitaires se trouvent constamment et efficacement représentés au sein du Conseil Universitaire62 ». Le Conseil universitaire ne conférait alors aux représentants étudiants qu’un droit d’expression (voz) sans droit de vote (voto). À l’été 1918, le ressentiment étudiant était encore fort face à la « politique de bas étage » qui avait tué l’autonomie universitaire63. Au même moment, une université nationale argentine, Córdoba, entrait en effervescence, fait d’apparence mineure en partie tu par la presse de Buenos Aires et inconnu de celle de Mexico64. Trois ans plus tard, cette expérience était érigée en exemple au Congrès international étudiant de Mexico, avant d’alimenter, par la lutte mythique dont elle avait été le produit, par ses répertoires d’action, l’imaginaire des mouvements étudiants latino-américains.

La jeunesse mexicaine et la circulation des révolutions étudiantes latino-américaines (1917-1929)

26Dès sa naissance, le mouvement étudiant mexicain s’intéressa à l’action des étudiants sud-américains, avant même l’expérience réformiste argentine née à Córdoba en 1918. Les étudiants du cône Sud s’étaient organisés de façon pérenne bien avant la création du CLEDF en 1916. Et, à la différence de la rachitique Université nationale que Sierra avait conçue en 1910, Uruguay, Chili et Argentine étaient dotés d’universités modernes depuis plusieurs décennies.

  • 65 El Universal, 29-03-1917.
  • 66 El Universal, 13-10-1917.
  • 67 El Universal, 25-02-1918.

27Dans une tribune publiée fin mars 1917, Jorge Prieto Laurens, membre émérite du CLEDF, invita ses camarades mexicains à découvrir l’Uruguayen Héctor Miranda, le principal organisateur des congrès étudiants sud-américains. Les Annales de la Ligue des étudiants américains (LEA), que Prieto avait alors en sa possession, le dépeignaient comme le « premier des jeunes de l’Amérique65 ». Le 12 octobre 1917, « fête de la Race », le chargé d’affaires de l’Uruguay, Pedro Erasmo Callorda, un ancien camarade de Miranda, remettait cérémonieusement aux étudiants du CLEDF réunis à l’ENP, un portrait et des ouvrages de la nouvelle idole latino-américaine66. En février 1918, El Universal consacrait à son tour la figure de Miranda, icône de la jeunesse studieuse67.

  • 68 Van Aken M. J., « University Reform before Córdoba », HAHR, 1971, vol. 51, no 3, p. 454. V (...)
  • 69 Première fédération internationale étudiante, Corda Fratres fut fondée à l’initiative des (...)
  • 70 Relación oficial del primer Congreso internacional de estudiantes americanos, celebrado en (...)
  • 71 Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Pérou, Paraguay, Uruguay.

28Qui était ce nouvel étudiant modèle ? Président de l’Association des étudiants de l’Uruguay (AEU) en 1907, Héctor Miranda avait été l’un des principaux maîtres d’œuvre du Premier Congrès des étudiants américains, réuni à Montevideo en 190868. Formée en 1893, l’AEU avait montré sa force en contraignant le recteur de l’université de Montevideo à la démission en 1906. L’année suivante, le mouvement s’était intensifié et Miranda avait revendiqué le droit d’élire des représentants étudiants aux conseils de l’Université. Le président Claudio Williman avait ensuite fait voter, en 1908, une loi permettant aux étudiants d’élire leurs représentants parmi les anciens élèves uniquement. À l’instar des autres étudiants du cône Sud, les étudiants uruguayens s’étaient rattachés à un regroupement international, Corda Fratres69. Après avoir envoyé leurs délégués à Milan (1906) puis Bordeaux (1907), ils avaient décidé d’organiser un congrès international étudiant, permettant de mutualiser les expériences réformistes. L’invitation avait alors été rédigée par Miranda en juin 190770. D’esprit continental, le Congrès avait été en réalité sud-américain, réunissant, du 26 janvier au 2 février 1908, 113 participants venus de sept pays différents71. Uruguayens, Argentins, Péruviens et Chiliens y avaient été les plus actifs. Le délégué uruguayen Baltasar Brum avait été à l’origine de la résolution portant sur l’élection de délégués étudiants, renouvelés périodiquement. Le délégué péruvien Victor Andrés Belaúnde avait plaidé pour la suppression des examens, reprenant l’antienne de Giner de los Ríos qui connaissait parallèlement un franc succès au Mexique. Les membres de la Fédération des étudiants du Chili (FECH) avaient fait part de leur expérience d’extension universitaire – laquelle ne s’initiait pas encore à Mexico. Dans l’ensemble, les résolutions avaient été très modérées et l’univers intellectuel des congressistes était resté dominé par le positivisme. À l’issue de cette rencontre fondatrice, une Ligue des étudiants américains (LEA) avait été créée, laquelle avait réussi à organiser deux nouveaux congrès internationaux durant sa brève existence, à Buenos Aires (1910) et Lima (1912). La LEA avait permis une première structuration du programme réformiste, repris ensuite lors de la « révolution » de Córdoba. Cette mise en programme s’était effectuée antérieurement et parallèlement à celle opérée par les étudiants mexicains qui, réfléchissant à partir des mêmes références euro-américaines, parvenaient à des conclusions relativement similaires. En 1917, la découverte d’un miroir latino-américain était pour les étudiants mexicains finalement plus importante que le contenu même du programme réformiste, lequel était déjà largement constitué.

  • 72 ASRE, exp. 16-24-56, Puntos de la charla sustentada en la Universidad de Santiago, 14-11-1 (...)
  • 73 Yankelevich P., « En la retaguardia de la Revolución Mexicana : Propaganda y propagandista (...)

29Les idées et figures réformistes ne circulèrent pas uniquement du cône Sud vers le Mexique. Fin 1917, un voyage triomphal entrepris aux frais de la Révolution constitutionnaliste par deux étudiants du CLEDF, Enrique Soto Peimbert et Adolfo Desentis, permit aux étudiants mexicains de faire connaître leur tragique histoire et de dialoguer avec leurs homologues péruviens, chiliens, argentins et brésiliens. Le 14 novembre 1917, à l’université de Santiago du Chili, Soto Peimbert expliqua aux membres de la FECH l’histoire du jeune mouvement étudiant mexicain. Les principaux points du discours résumaient les travaux du CLEDF : « influence de la révolution sur l’organisation (reconnaissance officielle des institutions étudiantes) », « indépendance de l’Université », « représentation au conseil Universitaire », « extension universitaire72 ». Le langage parlé par Enrique Soto Peimbert était bien le même que celui du président de la FECH, Carlos Gutiérrez Urrutia : l’échange était tout sauf inégal et l’effet de miroir ne pouvait qu’être éclairant pour les étudiants chiliens. Un an après sa création, le CLEDF était donc déjà « connecté » aux principaux mouvements étudiants sud-américains, que ce fût par le voyage, l’échange direct, la correspondance ou le télégramme. La tournée des étudiants mexicains fin 1917 contribua à légitimer la Révolution constitutionnaliste dans les pays du cône Sud, offrant par là même un exemple héroïque, synonyme d’union latino-américaine, qui fascina les étudiants argentins désorientés par la Grande Guerre et alimenta leur désir de régénération avant même les événements de Córdoba73.

30Pour les étudiants mexicains, la réception de la réforme universitaire argentine de 1918 ne se fit qu’à partir du Congrès international étudiant en 1921. Le congrès la légitima comme expérience latino-américaine. Elle éclipsa rapidement l’exemple uruguayen qui avait fasciné le Congrès local étudiant en 1917 et 1918 : la narration qui en était faite en était bien différente. S’adressant aux étudiants réunis à Mexico, Héctor Ripa Alberdi, délégué de la Fédération universitaire argentine (FUA), décrivit en ces termes « la dernière révolution universitaire », lors de l’inauguration du congrès, le 21 septembre 1921 :

  • 74 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 86.

« Nous venons des champs de bataille où nous avons renversé les murs de la vieille université figée dans la pensée du siècle passée et où nous lèverons la nouvelle université, ouverte à tous les courants spirituels […] nous venons, compagnons, de vaincre les forces réactionnaires qui nous empêchaient de franchir le pas définitif de la libération74. »

  • 75 « Palabras de Ripa Alberdi, presidente de la delegación argentina », BUN, déc. 1921, vol. (...)
  • 76 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 89.
  • 77 « Palabras del delegado argentino Enrique Dreyzin », BUN, déc. 1921, vol. 3, no 7, p. 92.
  • 78 El Informador, 26-10-1921.
  • 79 El Informador, 31-10-1921.

31Le lexique employé était celui de la guerre et de la Révolution, lequel suscita immédiatement l’adhésion des étudiants mexicains et de Vasconcelos75. La « révolution » de Córdoba, dont le nom n’était pas encore mentionné, était surtout une offensive contre le positivisme, orientation déjà condamnée au Mexique depuis la refonte du programme de l’ENP en 1913-1914. Reproduite dans le bulletin officiel de l’université de Mexico, la consigne finale du délégué argentin Ripa Alberdi était claire et brutale : « jeter les marchands de l’enseignement, renverser l’université professionnaliste et bâtir sur ses ruines l’académie idéale des hommes76 ». Cette radicalité s’inscrivait dans l’historicité futuriste née de la Grande Guerre et de ses bouleversements : un second délégué argentin, Enrique Dreyzin, souligna durant le congrès que le conflit mondial avait favorisé un « extraordinaire éveil de la Conscience collective77 ». Après avoir fait connaître leur « révolution » à Mexico, les étudiants de la FUA partirent expliquer la « tendance universitaire contemporaine » à leurs camarades de Guadalajara78. L’Argentine devenait une référence commune aux étudiants mexicains. La bataille de l’idéalisme contre le positivisme avait bien commencé en 1918 à Córdoba par la « grande grève universitaire79 ».

  • 80 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 17. Mabry D., op. cit., p. 44.
  • 81 El Demócrata, 18-03-1920.
  • 82 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84.

32La réception de l’expérience argentine conforta le mouvement étudiant mexicain qui s’affirmait parallèlement. En 1920, en raison d’un conflit entre le rectorat de l’université et les élèves de la faculté de droit, la FEDF conquit le droit de nommer un délégué, sans pouvoir autre que consultatif, au Conseil universitaire80. La même année, l’organisation des étudiants de l’université de Morelia, autonome, avait exigé le droit de vote lors des sessions du Conseil universitaire81. En 1921, lors du Congrès international de Mexico, la « participation des étudiants dans le gouvernement des universités » fut inscrite dans les résolutions finales. Plus important encore, le congrès considérait « obligatoire l’action immédiate des étudiants » pour l’obtenir82.

  • 83 Mabry D., op. cit., p. 35. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 18.
  • 84 El Demócrata, 22-11-1921.
  • 85 Vasconcelos J. (sélection de C. Betancourt Cid)., La creación de la SEP, Mexico, INEHRM, 2 (...)
  • 86 Fell C., « La polémique de l’École Nationale Préparatoire (Mexico, 1922) », Cahiers du CRI (...)
  • 87 El Demócrata, 26-08-1923.
  • 88 Diario de los Debates, 06-09-1923.
  • 89 En 1929, ce fut l’inverse qui fut décidé : le président choisissait les trois candidats (l (...)
  • 90 Mabry D., op. cit., p. 38.
  • 91 Fell C., op. cit., p. 309-311.

33Promoteur du congrès, Vasconcelos interpréta cette aspiration à sa guise : il expérimenta alors, temporairement, un système de « plébiscite » académique dont il restait le césar. Étudiants et professeurs devaient s’accorder sur une liste de trois noms (terna) pour désigner l’autorité qui leur était supérieure83. Le ministre gardait, dans la terna sélectionnée, le nom qui lui convenait. Fin 1921, les étudiants de toute l’Université furent invités à choisir entre deux listes de trois noms pour élire le recteur de l’Université nationale84. Les étudiants universitaires avaient un choix limité : la terna gagnante (Antonio Caso, Ezequiel A. Chávez, Federico Gamboa) ne fut guère différente de la perdante (Mariano Silva et les mêmes Caso et Chávez). Vasconcelos, qui voulait Caso, choisit Caso85. Au début de l’année 1922, les élèves de l’ENP purent aussi participer à l’élection de leur directeur86. La constitution de la terna se fit de manière différente : trois collèges électoraux (le Conseil universitaire, les professeurs de l’ENP, leurs étudiants) désignaient chacun un nom, lesquels constituaient ensemble la liste finale. Un des élus refusa finalement la fonction et le ministre Vasconcelos, pourtant à l’origine de l’élection, désavoua les deux autres postulants en décidant de prendre lui-même la direction de l’ENP, suscitant une vague d’indignation. Après un mois de crise, Vasconcelos écouta néanmoins les élèves quand il nomma un professeur de philosophie de 28 ans, Vicente Lombardo Toledano, pour diriger la prestigieuse école. Le très populaire directeur fut finalement licencié par Vasconcelos à l’été 1923, pour raisons politiques. Lombardo favorisait en effet la politisation de ses élèves dans le cadre de l’élection présidentielle. Le 26 août 1923, les jeunes partisans de Lombardo, regroupés dans la Ligue de résistance, proposèrent « l’autonomie universitaire » pour préserver ce qui leur apparaissait comme un acquis : la participation des étudiants à l’élection des directeurs87. Le 27, la Fédération des étudiants de Mexico essayait de désamorcer la crise en rédigeant un projet de loi sur l’autonomie. Le 6 septembre 1923, le projet de la FEM était discuté à la Chambre des députés88. Il s’agissait d’une autonomie d’ordre « pédagogique, technique et administrative », permettant à l’Université de choisir ses programmes, de nommer et licencier librement ses professeurs, directeurs et administrateurs (sans immixtion de la SEP), de disposer à sa guise des fonds budgétaires et des bâtiments en sa possession. Le recteur devait être désigné par le président de la République à partir d’une liste de trois candidats choisis par le Conseil universitaire, les professeurs et étudiants89. La tension politique qui déboucha sur la rébellion delahuertiste fin 1923 remit à plus tard les projets autonomistes90. Le 22 juillet 1924, le président Álvaro Obregón signa un projet d’autonomie, lequel fut finalement ajourné pour raisons budgétaires en septembre91. Le principe d’autonomie, défendu par le mouvement étudiant et par plusieurs autorités académiques, faisait son chemin.

  • 92 Arciniegas G., « Juventud », La Antorcha, 08-11-1924, p. 32.

34Parallèlement aux lobbyings étudiants et professoraux, le réformisme latino-américain s’affirmait, aux yeux des Mexicains, comme une « révolution » en tant que telle. La Antorcha, l’hebdomadaire du très directif Vasconcelos, établissait un parallèle entre les indépendances américaines du xixe siècle et le mouvement pour les droits des étudiants et ouvriers, 100 ans après92. Le langage de la réforme universitaire, du pouvoir étudiant, était celui des révolutions :

« l’étudiant a le droit d’élire les directeurs de sa vie éducative, d’intervenir dans la vie administrative et pédagogique des institutions d’enseignement, étant donné qu’il est souverain dans les institutions qui existent seulement pour son bénéfice […] l’étudiant a le droit de respecter et d’attirer les grands professeurs […] et de mépriser et d’expulser les mauvais professeurs qui commercent avec la science ».

  • 93 « La Libertad de la Cátedra », La Antorcha, 20-06-1925, vol. 1, no 38.

35En contrepartie, les devoirs de l’étudiant, « prolétariat intellectuel », étaient de rechercher la vérité et de divulguer les connaissances auprès de son prochain, le « prolétariat manuel ». Le pouvoir étudiant impliquait nécessairement l’autonomie universitaire, car les étudiants étaient, dans cette conception républicaine, le peuple souverain d’une institution qui ne pouvait être contrôlée par l’Exécutif. Pour le jacobinisme mexicain, avide de contrôler l’enseignement, l’autonomie était inacceptable. La nomination des professeurs devait rester une prérogative de l’Exécutif : jamais un gouvernement révolutionnaire ne pourrait tolérer qu’un professeur s’exprimât contre la Revolución. La liberté d’enseignement (libertad de cátedra) était donc relative93.

  • 94 El Informador, 07-01-1927, 21-01-1928.
  • 95 AGN, AO/PEC, exp. 805-E-108.
  • 96 Marsiske R., art. cit., p. 172.

36À la fin des années 1920, les programmes des congrès nationaux étudiants continuèrent de rappeler leur objectif fondamental : « participation directe et réelle de l’étudiant dans la désignation des autorités, programmes et plans d’études » (1927), « intervention des étudiants dans la direction technique et administrative des écoles » (1928)94. Cela conduisait dans tous les cas à conférer une forme d’autonomie à l’Université, et même aux écoles en général, par rapport aux intromissions de l’Exécutif. L’accord du 9 mars 1928 entre le mouvement étudiant et la SEP consacra ce « droit d’intervention », sans en donner de traductions concrètes. En septembre 1928, une association peu représentative et peu pérenne, la Ligue nationale des étudiants, présenta un nouveau projet autonomiste où le recteur et les directeurs auraient été élus par le vote direct des étudiants95. Le président en fin d’exercice, Calles, torpilla le projet96.

37Quelques mois avant la « révolution étudiante » de 1929, l’expression « Réforme universitaire » avait donc un sens extrêmement clair pour les jeunes Mexicains. En novembre 1928, dans un éditorial intitulé « Réforme universitaire : maintenant ou jamais », l’étudiant José María de los Reyes, futur gréviste en 1929, résumait dans les colonnes de sa revue le sens du combat :

  • 97 « Reforma Universitaria : ahora o nunca », La antorcha estudiantil, 11-1928, p. 39.

« 1. Nous demandons une Université qui ne le soit pas seulement de nom, mais qui soit, de fait, un organisme unificateur des connaissances humaines qui, en lui, s’élaborent et se dispensent, ainsi qu’un exposant des idées générales de notre époque et un collaborateur efficace pour l’intégration, au sein de la conscience nationale, du nouvel idéal patriotique. 2. Nous demandons une orientation claire et précise en matière scientifique, philosophique et sociale, qui réponde aux nouvelles tendances et qui cristallise les nouvelles valeurs créées par la Révolution Sociale Mexicaine.
3. Nous demandons que l’Université se démocratise, c’est-à-dire, qu’on nous laisse, nous les étudiants, partager avec nos directeurs et nos professeurs la responsabilité dans l’intégration, à parts égales, du Conseil Universitaire, ainsi que la désignation des directeurs et professeurs, laissant seulement au Président de la République la nomination que présente à cet effet le Conseil Universitaire97. »

38Sociale, authentiquement mexicaine et démocratique, telle était l’école idéale du mouvement étudiant qui se façonnait alors. La mise en système de ces éléments réformistes s’était opérée dès 1916 et se consolida par la suite. Fruit de circulations euro-américaines, la « Réforme universitaire » mexicaine était semblable aux autres réformes continentales. Un élément fondamental la différenciait cependant de ses contemporaines : pour les représentants étudiants mexicains, la transformation de l’école ne prenait son sens que dans l’élan généré par la Révolution. De 1916 à 1929, « Réforme universitaire » et Révolution furent des projets compatibles, des horizons enchevêtrés. Profondément contradictoire, cette Reforma Universitaria mexicaine réclamait, à la fois, une université qui cristallisât la pensée révolutionnaire, et une université libérée des griffes des gouvernements issus de la Révolution. Seul le troisième terme, « l’extension universitaire », rendait le statu quo tenable. La contradiction éclata durant les années 1930, lorsque les étudiants se déchirèrent entre partisans de « l’université socialiste » et défenseurs de l’autonomie universitaire. Cette académie utopique fut le fruit d’étudiants nés durant la première révolution du xxe siècle. La Révolution les fascinait. Ces animaux politiques se passionnaient pour les grands problèmes nationaux qu’ils aspiraient à résoudre.

Notes

1 AMGM, Discurso de inauguración de curso, 22-09-1918.

2 Charle C., « Les références étrangères des universitaires. Essai de comparaison entre la France et l’Allemagne, 1870-1970 », Actes de la recherche en sciences sociales, 2003, no 148, p. 10. Weisz G., « Le corps professoral de l’enseignement supérieur et l’idéologie de la réforme universitaire en France, 1860-1885 », Revue française de sociologie, 1977, vol. 18, no 2, p. 205.

3 El Universal, 12-10-1919.

4 Le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, paru en 1887 et réédité en 1911, consacrait une longue notice à l’« extension universitaire ». En ligne : http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=2705.

5 « À l’Exposition universelle de 1889, les envois du Cercle littéraire et scientifique de Chautauqua furent très remarqués, et les éducateurs de profession étudièrent avec un intérêt particulier cet institut d’enseignement supérieur du peuple. Peu après parurent des publications et des articles de revue qui firent connaître à la France ce que les Anglais appellent University Extension » (ibid.).

6 Ibid. Innes J., « The Universidad Popular Mexicana », The Americas, 1973, vol. 30, no 1, p. 111-112.

7 Un important représentant de l’université d’Oviedo, R. Altamira, effectua en 1909-1910 une grande tournée américaine. Au Mexique, A. Reyes et P. Henríquez Ureña (à l’origine de l’UPM) assistèrent à ses conférences. Innes J., art. cit., p. 112.

8 Le projet de Sierra en 1910 prévoyait la création d’un département d’Extension universitaire. J. N. Macías, recteur sous Carranza, commença à le développer. Fell C., op. cit., p. 279 et p. 282.

9 Innes J., art. cit., p. 114.

10 El Pueblo, 20-10-1916.

11 El Nacional, 19-09-1916.

12 El Nacional, 19-09-1916.

13 El Universal, 01-10-1921.

14 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84.

15 Art. 7-2, Estatutos de la Federación Estudiantil Mexicana y Bases Constitutivas de la Confederación Nacional de Estudiantes, Mexico, TGN, 1928.

16 Innes J., art. cit., p. 115-116. Dans son rapport à l’Athénée, portant sur la quatrième année d’existence de l’UPM, le recteur Pruneda classait ainsi les 222 conférences données : archéologie (7), astronomie (10), beaux arts (7), botanique (4), éducation (13), physique (2), géographie (6), hygiène (49), histoire générale (14), histoire nationale (24), industrie (10), langues (2), littérature (28), médecine (1), morale (18), musique (9), psychologie (12), sociologie (4), zoologie (2).

17 Innes J., art. cit., p. 118-119.

18 Garciadiego J., art. cit., p. 792.

19 Ces missions « [comportaient], avec l’instituteur, une équipe sociale chargée de promouvoir dans les communautés l’hygiène, la puériculture, les travaux manuels et les améliorations agricoles, ainsi que la renaissance de l’artisanat ». Lempérière A., op. cit., p. 69.

20 Policromías, « Si cada quién sembrase un grano de trigo… », 05-08-1920, p. 1.

21 Fell C., op. cit., p. 300-303. Son responsable fut D. Cosío Villegas, président de la FEDF d’avril 1921 à avril 1922.

22 El Demócrata, 23-09-1923.

23 El Demócrata, 05-05-1925.

24 El Demócrata, 20-09-1923.

25 Fell C., op. cit., p. 350-351.

26 El Demócrata, 01-03-1924.

27 Marsiske R., « Antecedentes del movimiento estudiantil de 1929 en la Universidad de México : actividades y organización estudiantil », in Marsiske R. (dir.), Movimientos estudiantiles en la historia de América Latina, Mexico, UNAM, 2006, vol. 3, p. 153.

28 Ibid., p. 154.

29 El Informador, 07-01-1927.

30 El Informador, 14-02-1927.

31 El Informador, 07-01-1927.

32 El Universal, 06-10-1917.

33 AMGM, Discurso de inauguración de curso, 22-09-1918.

34 Campos Ortiz P., art. cit., San-Ev-Ank, 18-07-1918, p. 13.

35 Campos Ortiz P., « Los seminarios universitarios », San-Ev-Ank, 29-08-1918, p. 2.

36 El Informador, 14-06-1918.

37 Díaz Barriga Á. (compil.), El Examen : textos para su historia y debate, Mexico, UNAM, 1993, p. 72-82. Giner y citait l’historien Freeman, le positiviste Harrison, l’écrivain australien Gatton Grasby, le pédagogue français Compayré, tous repris par Salvador Lima en juin 1918. Ce texte était connu des dirigeants du CLEDF. Lombardo Toledano V., « La Universidad Nacional. Un estudio », in Lombardo Toledano V., Obra histórico-cronológica (coord. M. Lombardo Otero), Mexico, Centro de Estudios Filosóficos, Políticos y Sociales « Vicente Lombardo Toledano » (CEFPSVLT), 1994, vol. 1, p. 4.

38 Castellanos M., « Los Exámenes », Eco estudiantil, 15-11-1920, no 5, p. 39.

39 El Informador, 15-04, 17-04-1926.

40 Campos Ortiz P., « Los seminarios universitarios », San-Ev-Ank, 29-08-1918, p. 2-3.

41 Ingenieros J., « La filosofía científica en la organización de las universidades », San-Ev-Ank, 17-10-1918, p. 3.

42 El Universal, 03-05-1918.

43 Fell C., op. cit., p. 292. De même pour les citations suivantes.

44 Ceniceros J. Á., « El alma nueva de la Universidad », La Antorcha, 07-02-1925, vol. 1, no 19.

45 El Demócrata, 31-05-1925. Un des grands slogans de la grève de 1929 (« Nous voulons des professeurs révolutionnaires et non des politiciens d’occasion ») s’explique ainsi.

46 Romano Muñoz J., « Maestros revolucionarios », La antorcha estudiantil, 15-08-1928, p. 3.

47 Ibid.

48 La question de l’unification des programmes était présente dans les congrès nationaux de 1921, 1927 et 1928. Elle apparut dès 1918, dans le projet de second congrès national.

49 Mendieta y Núñez L., « Apuntes para la historia de la Facultad de Derecho », Revista de la Facultad de Derecho de México, 1953, no 10, p. 47.

50 Malagon Barcelo J., « Breve reseña histórica de la Escuela Nacional de Jurisprudencia », Revista de la Facultad de Derecho de México, 1953, no 10, p. 96. Mendieta y Núñez L., art. cit., p. 58.

51 En septembre 1914, le secrétaire à l’Instruction publique, F. Palavicini projeta l’autonomie de l’Université nationale, avec l’élection du recteur par la communauté universitaire. En 1915, le président élu par la convention d’Aguascalientes, Eulalio Gutiérrez, signa un décret d’autonomie, dont l’idée revenait à son ministre J. Vasconcelos, mais la victoire des constitutionnalistes la même année l’invalida. Mabry D., op. cit., p. 32-33.

52 El Pueblo, 20-10-1916.

53 El Universal, 09-07-1917. Parmi les étudiants impliqués dans les débats : M. Torner, V. Lombardo Toledano, J. Prieto Laurens, A. Caso, L. Norma.

54 El Universal, 17-07-1917.

55 Commission composée de six professeurs et de trois étudiants du CLEDF : M. Gómez Morin, A. Castro Leal, A. Caso. Ibid.

56 El Universal, 28-07-1917.

57 El Universal, 29-09-1917. El Demócrata, 29-09-1917. Diario de los Debates, 29-09-1917.

58 El Demócrata, 06-10-1917.

59 El Universal, 06-10-1917.

60 Garciadiego J., art. cit., in Luna et al., op. cit., p. 86. L’ENP fut finalement réintégrée à l’Université par décret du président intérimaire Adolfo de la Huerta, le 12 septembre 1920.

61 El Universal, 01-02-1918.

62 El Universal, 03-05-1918.

63 Campos Ortiz P., art. cit., San-Ev-Ank, 18-07-1918, p. 14.

64 Ni La Prensa ni La Nación ne se firent écho du manifiesto liminar, texte programmatique des étudiants de la Fédération universitaire de Córdoba. Mockel R., « Le mouvement de la réforme universitaire en Argentine. Origines et recherches d’une modernisation », in Aymesj.-R., Felle.-M. et Guereñaj.-L. (éd.), L’Université en Espagne et en Amérique latine du Moyen Âge à nos jours, tome I : Structures et acteurs, Tours, Publications de l’université de Tours, 1991, p. 553. L’organe du parti socialiste argentin La Vanguardia soutenait cependant les étudiants de Córdoba. Richard W., « The Intellectual Background of the 1918 University Reform in Argentina », HAHR, 1969, vol. 49, no 2, p. 237.

65 El Universal, 29-03-1917.

66 El Universal, 13-10-1917.

67 El Universal, 25-02-1918.

68 Van Aken M. J., « University Reform before Córdoba », HAHR, 1971, vol. 51, no 3, p. 454. Van Aken déconstruisit dans cet article le mythe de Córdoba, à savoir l’extension quasi magique du réformisme argentin à l’Amérique latine.

69 Première fédération internationale étudiante, Corda Fratres fut fondée à l’initiative des étudiants italiens en 1898. Argentins, Brésiliens et Uruguayens étaient présents à son congrès de Milan en 1906.

70 Relación oficial del primer Congreso internacional de estudiantes americanos, celebrado en Montevideo del 26 de Enero al 2 de Febrero de 1908, p. 3.

71 Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Pérou, Paraguay, Uruguay.

72 ASRE, exp. 16-24-56, Puntos de la charla sustentada en la Universidad de Santiago, 14-11-1917.

73 Yankelevich P., « En la retaguardia de la Revolución Mexicana : Propaganda y propagandistas mexicanos en América Latina, 1914-1920 », Mexican Studies, 1999, vol. 15, no 1, p. 58-59.

74 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 86.

75 « Palabras de Ripa Alberdi, presidente de la delegación argentina », BUN, déc. 1921, vol. 3, no 7, p. 85 et suivantes.

76 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 89.

77 « Palabras del delegado argentino Enrique Dreyzin », BUN, déc. 1921, vol. 3, no 7, p. 92.

78 El Informador, 26-10-1921.

79 El Informador, 31-10-1921.

80 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 17. Mabry D., op. cit., p. 44.

81 El Demócrata, 18-03-1920.

82 Del Mazo G., op. cit., vol. 2, p. 81-84.

83 Mabry D., op. cit., p. 35. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 18.

84 El Demócrata, 22-11-1921.

85 Vasconcelos J. (sélection de C. Betancourt Cid)., La creación de la SEP, Mexico, INEHRM, 2011, p. 34.

86 Fell C., « La polémique de l’École Nationale Préparatoire (Mexico, 1922) », Cahiers du CRICCAL, 1998, no 21, p. 157.

87 El Demócrata, 26-08-1923.

88 Diario de los Debates, 06-09-1923.

89 En 1929, ce fut l’inverse qui fut décidé : le président choisissait les trois candidats (la terna) et laissait le Conseil universitaire choisir le recteur.

90 Mabry D., op. cit., p. 38.

91 Fell C., op. cit., p. 309-311.

92 Arciniegas G., « Juventud », La Antorcha, 08-11-1924, p. 32.

93 « La Libertad de la Cátedra », La Antorcha, 20-06-1925, vol. 1, no 38.

94 El Informador, 07-01-1927, 21-01-1928.

95 AGN, AO/PEC, exp. 805-E-108.

96 Marsiske R., art. cit., p. 172.

97 « Reforma Universitaria : ahora o nunca », La antorcha estudiantil, 11-1928, p. 39.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search