Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution Mexicaine

 | 
Romain Robinet

Première partie. La fabrique de la « classe étudiante » : une œuvre révolutionnaire (1916-1929)

Chapitre I

La formation d’une union nationale étudiante

Texte intégral

  • 1 Prieto Laurens J., « La unión de los estudiantes », La Voz del Joven, 17-02-1917, p. 17.

« Nous les étudiants, avons vécu complètement isolés les uns des autres. De manière accidentelle, nous nous sommes unis, ceux des différentes Facultés et Écoles, quand s’est offerte à nous une opportunité de crier et de s’amuser dans les rues et avenues de la ville, les “16 septembre” ou pour les manifestations anti-yankee […]. De rares fois, nous nous sommes unis pour soutenir un groupe de camarades dont les demandes justes et insatisfaites [eussent] donné lieu à des “grèves scolaires”. Jamais, nous ne nous étions proposés de coordonner nos efforts pour l’amélioration morale, intellectuelle, physique et économique de la collectivité1. »

1Le projet d’union nationale étudiante, hérité des aspirations du xixe siècle et du congrès de 1910, fut réactivé entre 1915 et 1916, au moment où le rapport de force, à l’échelle nationale, devenait éminemment favorable aux carrancistes. Le mythe révolutionnaire transforma alors l’angoisse et le chaos qui régnait, en espoir ardent. Localisé à Mexico mais essaimant dans les provinces, le CLEDF fut la matrice de la Fédération des étudiants du District fédéral (1918), laquelle devint ensuite la pierre angulaire de la Confédération nationale des étudiants (1928). En 1929, l’union nationale étudiante, maintes fois désirée, était une réalité tangible. Elle se fit au nom de la Révolution.

« Nos jours de guerres et révolutions… » : le rôle pionnier des Congrès locaux étudiants (1916-1918)

2Le CLEDF naquit d’initiatives étudiantes concurrentes qui avaient toutes en commun de soutenir la Révolution constitutionnaliste et son « Chef Suprême », Venustiano Carranza. Le CLEDF sut imposer son modèle aux jeunes des provinces, lesquels créèrent des congrès locaux étudiants à l’image de celui de la capitale. Cette coordination nationale naissante fut néanmoins mise à l’épreuve par le mouvement étudiant de 1917, lequel prôna, après maints débats, la neutralité du Mexique dans la « guerre européenne ». L’organisation étudiante en sortit renforcée : le mouvement structuré qui s’affirmait en 1918 était le fils légitime de la Révolution.

Aux origines du Congrès local étudiant : le soutien à la Révolution constitutionnaliste

3La formation du CLEDF, le dimanche 7 mai 1916, fut le résultat d’une synthèse entre des projets venus d’écoles différentes, tous en faveur des forces constitutionnalistes.

  • 2 El Demócrata, 23-10-1915.
  • 3 Ibid. El Demócrata, 26-10-1915.
  • 4 El Demócrata, 28-10-1915.
  • 5 Ibid.

4L’union nationale étudiante était redevenue un objectif crédible en octobre 1915, au moment où les carrancistes contrôlaient la majeure partie du pays et déploraient publiquement que les étudiants eussent subi l’influence des científicos2. Fait non négligeable, le 19 octobre, l’administration Wilson avait reconnu le pouvoir de Carranza. Afin d’unir le « cœur » de la « jeunesse studieuse » à la « Révolution », les élèves partisans de la « cause constitutionnaliste » furent appelés, par la presse du nouveau régime, à former la « Confédération des étudiants révolutionnaires3 ». Si l’ambition était nationale, le critère d’appartenance à l’organisation ne pouvait qu’être explicitement politique : ses destinataires se réduisaient aux jeunes aux idées « nettement révolutionnaires », inscrits dans les écoles supérieures4. Fustigés en raison de leur « criminelle indifférence » passée, les jeunes des écoles devaient désormais travailler à leur rédemption et « élever le niveau intellectuel et moral du peuple », en luttant contre l’analphabétisme ou en organisant des conférences dans les centres ouvriers5. La Révolution constitutionnaliste, contrairement à celle de Madero, se pensait comme une « révolution sociale » et les étudiants devaient prêter leur concours à la réalisation de son programme. Néanmoins, ouvertement lié à la faction carranciste, ce projet ne rencontra pas d’échos immédiats parmi les étudiants.

  • 6 El Demócrata, 18-12-1915. Les signataires du projet étaient : G. A. Palma, J. Guadalupe Ná (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.

5L’échec de la « Confédération des étudiants révolutionnaires » incita cependant les jeunes carrancistes à présenter rapidement de nouvelles initiatives. Sept élèves de l’École normale de la capitale – un établissement non universitaire – rédigèrent un projet d’union nationale étudiante le 17 décembre 19156. Considérant « que l’étudiant [était] dans tous les pays du monde un des facteurs principaux de l’évolution des peuples, sinon le plus important », les élèves instituteurs demandèrent, par presse interposée, le soutien du nouveau ministre de l’Instruction publique, Félix Palavicini, pour organiser un « Congrès général des étudiants7 ». De ce congrès devait jaillir un « Athénée national », éclairant les « masses » par des conférences leur inculquant « l’âme nationale », le « sentiment de la race », impulsant le « progrès intellectuel » et « formant une véritable science et un art nationaux », tout en favorisant le « plus grand rapprochement possible avec tous les pays latino-américains8 ».

  • 9 Olcott J., Revolutionary Women in Postrevolutionary Mexico, Durham/Londres, Duke UP, 2005, (...)
  • 10 El Demócrata, 27-03-1916.
  • 11 L’origine de la dette des constitutionnalistes remontait à 1913 (le 26 avril 1913, Carranz (...)
  • 12 El Demócrata, 27-03-1916.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.
  • 15 El Demócrata, 09-01-1916.

6En réalité, l’initiative décisive vint des étudiantes de l’École normale féminine et de leur directrice, María Arias Bernal. Le Mexique constitutionnaliste appelait les femmes à jouer un rôle nouveau, dans la ligne du Premier Congrès féministe de janvier 1916, à Mérida9. Celle qui avait été surnommée « María Pistolas » après que le général Obregón lui eut donné son pistolet face à la tombe de Madero, proposa publiquement que les professeurs de l’École contribuassent au paiement de la dette intérieure de la Révolution constitutionnaliste10. Contribuer à l’amortissement de cette dette revenait à soutenir financièrement la Révolution carranciste et à encourager de facto la politique de terre brûlée menée contre les zapatistes, ainsi que la chasse aux villistes11. La mise à sac de Columbus, petite ville américaine frontalière, par Villa et ses troupes, conduisit le général Pershing à diligenter une « expédition punitive » contre lui, début mars 1916 : après l’opération de 1914, le Colosse du Nord violait de nouveau le sol sacré de la Patrie, pour y demeurer jusqu’en février 1917. L’initiative patriotique des étudiantes s’inscrivait dans ce contexte de profonde tension. Le 23 mars, les étudiantes de l’École, organisée en SDA, décidèrent, comme leurs enseignants, de verser une obole, considérant que la « Révolution triomphante dirigée par le citoyen Venustiano Carranza » favorisait la paix dans cette nation meurtrie12. Chaque étudiante devait donner entre 50 centimes et un peso. Leurs homologues masculins furent invités à faire de même et le succès de l’idée fut notable, de Mexico à San Luis Potosí13. Leurs camarades de l’ENJ critiquèrent cependant cette initiative féminine, accusant, à tort, les étudiantes de n’avoir jamais soutenu les constitutionnalistes14. Les jeunes juristes avaient alors esquissé une confédération étudiante : plusieurs de ses membres étaient partis faire de la propagande pour la Révolution carranciste, contribuant à « la régénération sociale » de plusieurs États du Mexique15.

  • 16 El Pueblo, 22-04-1916.
  • 17 Ibid.
  • 18 El Demócrata, 08-05-1916.

7Les étudiantes de l’École normale, à l’origine du projet, furent finalement contraintes de se contenter d’un rôle d’apparat, à mesure que leurs rivaux masculins se saisissaient de l’initiative. Les étudiants des écoles publiques et privées de la capitale furent invités à discuter des modalités du « grand emprunt » patriotique, les 23 et 30 avril 1916, à l’Internat national16. Le projet, reformulé par l’étudiant Gregorio Cristiani, prévoyait l’organisation de grandes festivités pour collecter les fonds17. Faute d’accord immédiat, une troisième réunion sur la dette intérieure eut lieu le 7 mai à l’ENJ : son objet fut l’élection d’un bureau directeur afin de formaliser les rencontres entre étudiants18. Ce bureau devait parvenir à un accord sur le grand emprunt. Fruit d’initiatives rivales, le Congrès local étudiant du District fédéral était né.

  • 19 Rapport du CECM (18-11-1916), AHAM, E, 5A, Asociación Pía, 147, exp. 72.
  • 20 El Demócrata, 12-06-1916.
  • 21 El Demócrata, 27-05-1916.
  • 22 El Demócrata, 12-06-1916.

8La constitution du bureau directeur fit la part belle aux révolutionnaires : la présidence échoua à un élève ayant suivi le cursus honorum (ENP puis ENJ) et dont l’engagement pour la Révolution constitutionnaliste était sans tâches. Jorge Prieto Laurens, premier président du CLEDF, était certes un catholique intransigeant, ce qui était mal vu par les carrancistes, ces « ennemis personnels de Dieu » qui avaient saccagé les locaux du CECM en février 191419. Il avait surtout été, comme les nouveaux hommes forts du pays, madériste puis constitutionnaliste. Cet orateur hors pair avait osé critiquer publiquement l’emprunt national voulu par les huertistes, avant de prendre les armes contre « l’usurpateur ». Ces faits, reproduits alors dans la presse nationale, étaient connus de tous les étudiants. La personne de Prieto Laurens permettait la reformulation publique de l’identité étudiante : associée auparavant aux científicos, caricatures de l’étranger, la « classe étudiante » devenait un groupe révolutionnaire et patriote. Son premier secrétaire, Feliciano Escudero, avait suivi un parcours similaire, et si le second, Miguel Torner, avait défendu l’emprunt huertiste, il avait ensuite été blessé sous les ordres du général Obregón à León. Juan Espejel, le second sous-secrétaire, avait signé la pétition demandant le départ de Díaz en 1911. La place des femmes ne fut pas négligeable. Adelaida Argüelles, représentante de l’école qui était à l’origine directe du projet d’amortissement de la dette constitutionnaliste, proche de Prieto Laurens, obtint la vice-présidence. Ce bureau directeur était l’organe permanent du CLEDF, lequel était composé des représentants des écoles de la capitale, et qui prit, dès lors, l’habitude de se réunir chaque dimanche matin dans une salle de l’ENJ20. Le CLEDF trancha fin mai 1916 la question de la dette interne du pays dans l’atmosphère angoissante de l’invasion nord-américaine21. En une dizaine de jours, 2500 pesos furent récoltés au sein des écoles22.

  • 23 El Pueblo, 24-05-1916.
  • 24 El Pueblo, 07-06-1916.
  • 25 El Demócrata, 10-06, 15-06-1916.
  • 26 El Nacional, 19-06-1916.
  • 27 El Demócrata, 28-06-1916.
  • 28 Ibid. El Pueblo, 28-06-1916.

9Le nationalisme obsidional des étudiants s’exprimait alors à pleins poumons. Le 23 mai 1916, les représentants des écoles déclarèrent devant Carranza qu’ils étaient prêts à une guerre contre les États-Unis23. À Mexico comme à Puebla, les déclarations de consentement au sacrifice suprême se multiplièrent, chez les étudiants comme chez les étudiantes24. La presse louait le « mouvement étudiant », fer de lance du patriotisme, et l’œuvre civique du CLEDF25. Chauffés à blanc par la presse qui fustigeait « les porcs qui [avaient] outragé [leur] patrie », les volontaires étudiants commençaient à défiler dans les rues de Mexico26. Le 27 juin, 2000 étudiants se réunirent au théâtre Lírico27. Reflétant le sentiment général, un étudiant expliqua devant l’assistance que la première chose à faire était de « prendre un fusil et repousser les envahisseurs du sol de la Patrie » : à la sortie du théâtre, les étudiants se rendirent en masse devant le Palais national pour ovationner Venustiano Carranza, qui leur promit une instruction militaire28.

  • 29 El Demócrata, 12-06-1916.
  • 30 El Pueblo, 07-06-1916.
  • 31 El Pueblo, 21-06-1916.

10Ce fut dans ce contexte belliqueux que le CLEDF s’appropria le projet de Second Congrès national étudiant29. L’idée d’un nouveau congrès national fut temporairement portée par un élève de l’École normale, Gabino A. Palma30. Ce dernier, dans son appel du 18 juin 1916, reconnut la légitimité du CLEDF à organiser le Second Congrès31. Il incita les étudiants du pays à collaborer à la réalisation d’une rencontre dont la portée était, en réalité, latino-américaine :

  • 32 Ibid.

« Rappelez-vous que l’avenir de l’Hispano-Amérique repose sur le Second Congrès National Étudiant, parce que durant [cette rencontre] sera définie l’attitude qu’adopteront les Latino-Américains face au Colosse du Nord […] qui proclame la Démocratie avec l’Impérialisme le plus brutal jamais enregistré dans les annales de l’Histoire de l’Humanité, qui proclame la Liberté en réduisant Cuba en esclavage, qui proclame le Droit en opprimant quinze millions d’hommes de couleur […] en profanant le Territoire National à Veracruz et dans le Nord […] et en fournissant des armes aux peuples européens, pour qu’ils finissent de se détruire dans cette effroyable lutte qui semble être la fille d’un cauchemar rouge et sombre32. »

11Ce panorama international justifiait le projet d’une union nationale étudiante : l’objectif du congrès était la formation de la « Fédération nationale des étudiants », laquelle devait s’intégrer à une « Confédération internationale des étudiants latino-américains », elle-même maillon d’une « Union universelle » étudiante.

  • 33 El Demócrata, 02-07-1916.
  • 34 El Pueblo, 20-10-1916.
  • 35 El Pueblo, 14-11-1916.
  • 36 El Universal, 02-11-1916.
  • 37 El Universal, 23-05-1917.

12Une fois retombée la fièvre obsidionale, le programme du CLEDF s’équilibra : il était nécessaire de maintenir sur le même plan les aspects corporatifs et les grandes questions nationales ou internationales33. Le Second Congrès national ne put se tenir qu’en 1921, mais demeura un objectif constant34. Le CLEDF se tourna rapidement vers les besoins du groupe : la question des réductions étudiantes fut abordée pour la première fois en novembre 1916, tout comme le projet spécifique d’une fédération des étudiants de la capitale35. Le même mois, afin de dépolitiser l’image du CLEDF, ses membres créèrent la Ligue des étudiants révolutionnaires (LER), une organisation parallèle à vocation explicitement politique (pro-constitutionnaliste)36. Théoriquement neutre, le CLEDF acceptait en son sein les représentants des écoles mais aussi les associations culturelles (la Société de conférences et de concerts, animée par les « Sept Sages »), religieuses (à l’instar du CECM et de l’ACJM) et politiques (comme la LER). Un an après sa fondation, l’organisation disait représenter 8000 étudiants, membres de 26 écoles et de 14 sociétés scientifiques et littéraires37. Garant de la neutralité du groupe étudiant de la capitale, le CLEDF se tournait au même moment vers les provinces.

Mexico et les provinces : la multiplication des CLE

  • 38 El Demócrata, 20-08-1916. El Pueblo, 28-08-1916.
  • 39 El Pueblo, 07-06-1916.
  • 40 El Universal, 21-03-1917.
  • 41 El Universal, 06-03-1917.
  • 42 El Demócrata, 20-08-1916.
  • 43 Fin 1917, le président du CLEDF, M. Torner, écrivait qu’il existait 12 « congrès locaux ét (...)

13Construire une confédération nationale impliquait de nouer des contacts avec les étudiants des États. Dès août 1916, une commission du CLEDF partit pour le deuxième centre scolaire du pays : Puebla38. Les étudiants de cette ville étaient, eux, déjà venus dans la capitale en juin pour soutenir Carranza face aux États-Unis39. Afin de garantir le succès du Second Congrès national, des commissions du CLEDF sillonnèrent le pays. Les missi dominici du CLEDF contribuèrent à l’homogénéisation du mouvement naissant en expliquant les buts du futur Congrès national et en organisant localement les étudiants sur le modèle de la capitale : une association ni politique ni religieuse, représentant les étudiants de tous les types d’école. Le modèle du CLEDF s’imposait soit par greffe, lors du passage d’une commission de la capitale (comme dans les États de Coahuila, Durango et Hidalgo), soit par imitation, laquelle était favorisée par l’importante couverture médiatique donnée à l’action des étudiants de Mexico. Dans le premier cas de figure, le CLEDF pouvait faire appel à ses membres d’origine provinciale qui disposaient de contact dans l’État concerné : Manuel Fierro, trésorier dans le premier bureau du CLEDF, organisa la fondation de la Fédération des étudiants du Durango (FED), État dont était originaire sa famille40. Le CLEDF pouvait aussi compter sur l’appui des élites constitutionnalistes, tel l’ancien étudiant carranciste devenu gouverneur de l’État du Coahuila, Gustavo Espinosa Mireles41. Complétant le réseau des correspondances, la presse de la capitale était de facto l’organe de liaison des étudiants, à l’échelle de Mexico comme à l’échelle nationale. Certains centres, comme Puebla qui disposait d’une organisation étudiante aussi établie que Mexico, dialoguaient d’égal à égal avec les visiteurs de la capitale42. Les contacts directs entre organisations étudiantes reposaient essentiellement sur l’action du CLEDF, lequel envoya ses émissaires dans neuf États entre 1916 et 1918. Parmi les provinciaux, seuls les étudiants de Puebla et du Yucatán se rendirent à Mexico : le CLEDF était le principal pilier de l’organisation nationale43.

  • 44 Ortega A. et Robinet R., « “Nous les Latino-Américains, nous qui n’avons ni canons ni cuir (...)

14Cheville ouvrière de la future confédération nationale, le CLEDF se trouva de nouveau confronté, dès la fin de « l’expédition punitive », au spectre de la guerre étrangère. En 1917, après la publication du télégramme Zimmermann, l’engagement pour le maintien de la neutralité mexicaine dans la « guerre européenne » mobilisa les étudiants de tout le pays et mit à l’épreuve la coordination nationale promue par le CLEDF44. Après de tumultueux débats entre « alliadophiles » et « germanophiles », le CLEDF choisit finalement de se reconcentrer sur les questions proprement étudiantes et éducatives, beaucoup plus consensuelles que les débats sur la participation à la guerre. L’année 1918 vit ainsi se concrétiser le projet de Fédération des étudiants du District fédéral (FEDF).

Tableau 2. – Circulation des membres du CLEDF au Mexique (1916-1918).

Sources : El Demócrata, El Pueblo, El Nacional, El Universal, El Informador.

« L’unification » comme horizon : de la Fédération à la Confédération (1918-1929)

15La FEDF fut fondée en juillet 1918. Héritière légitime du CLEDF, la Fédération parvint à en réaliser les principaux objectifs : l’organisation, en 1921, de deux grandes réunions étudiantes : le Congrès international étudiant de Mexico et le Second Congrès national à Puebla. Durant les années 1920, de nouvelles cohortes assurèrent le bon fonctionnement de la FEDF, non sans émettre de profondes critiques à son égard. Cette institution réussit cependant à se maintenir et contribua à l’organisation pérenne et véritablement nationale des étudiants à partir de 1926.

La naissance de la Fédération, entre technique et politique (1918-1921)

  • 45 El Universal, 30-09-1917, 01-03-1918.
  • 46 El Universal, 30-09-1917.
  • 47 El Universal, 11-01-1918.

16Acteur à part entière de la fabrique de la « classe étudiante », El Universal menait, depuis 1917, une campagne active en faveur de l’organisation nationale de la jeunesse des écoles, laquelle devait guider le peuple et rénover la vie politique45. Pour Palavicini, l’organisation étudiante était une œuvre révolutionnaire : elle devait permettre la réforme intellectuelle et morale du pays, condition préalable à la mise en pratique des idées politiques et sociales de la Révolution46. El Universal jouait à la fois le rôle d’organe national de liaison entre les étudiants et celui de passeur d’expériences internationales. Le quotidien avait notamment reproduit, en janvier 1918, les résolutions du IIIe Congrès des étudiants américains, lequel s’était tenu à Lima en 1912. Ce congrès international avait enjoint les étudiants du cône Sud à former « de grandes associations universitaires » donnant force aux « orientations scientifiques de la politique47 ».

  • 48 El Universal, 22-03-1918. Commission composée de M. Torner, V. Lombardo Toledano, T. Olea (...)
  • 49 El Universal, 03-05-1918.
  • 50 El Universal, 25-02-1918.
  • 51 L’article 11 disposait qu’à chaque fraction de 200 élèves correspondaient un délégué et so (...)

17Faute de pouvoir contribuer, dans l’immédiat, à la création de la confédération nationale, le CLEDF se focalisa sur le projet de Fédération. Une commission approuva les statuts48. Afin de faciliter leur ratification par les écoles de Mexico, El Universal publia les statuts de la future FEDF dans sa rubrique « les vendredis universitaires49 ». Nouvelle preuve d’un soutien officiel, le révolutionnaire Candido Aguilar, ministre des Affaires étrangères, avait fourni le papier pour l’impression des statuts50. À la différence du CLEDF, la nouvelle organisation adoptait un modèle semi-fédéral et non confédéral51. La Fédération, reprenant le périmètre du CLEDF, souhaitait regrouper

  • 52 Ibid.

« les étudiants des Écoles Universitaires, Préparatoires, Normales, Militaires, Techniques et Spéciales, publiques et privées, d’hommes, de jeunes filles ou mixtes, du District Fédéral, réunis en sociétés récréatives, coopératives, techniques, sportives, culturelles, journalistiques, etc.52 ».

18L’article 2 des statuts définissait le but de la FEDF, en reprenant les orientations de Palavicini : « Parvenir à la formation d’une classe étudiante compacte, forte et cultivée, avec des tendances sociales définies, et capable d’exercer une action efficace sur le destin de la Patrie. » L’article 3 donnait deux interprétations très différentes de cette « action ». Son alinéa 7 insistait sur la « participation directe » du groupe : cela pouvait signifier la participation des étudiants aux élections et l’utilisation de la FEDF comme parti politique, au moment où d’anciens dirigeants commençaient leur carrière à la mairie de Mexico. L’alinéa 8 interprétait la mission de la classe étudiante sous l’angle de l’« extension universitaire » : « la diffusion de la culture parmi les autres classes sociales, et principalement parmi les masses populaires ». Ces deux alinéas renvoyaient en fait à un débat entre deux groupes d’étudiants, les « politiques » (réunis autour de Jorge Prieto Laurens) et les « techniques » (les « Sept Sages » et leurs amis). Après l’éphémère synthèse écrite, le conflit éclata sans tarder.

  • 53 El Universal, 10-06-1918.
  • 54 El Universal, 17-07-1918.
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid.
  • 57 El Universal, 22-07-1918.
  • 58 El Universal, 26-07-1918.
  • 59 Campos Ortiz P., « El concepto del estudiante moderno », San-Ev-Ank, 18-07-1918, p. 13-14.

19Le 9 juin 1918, les nouvelles accréditations des « étudiants-régisseurs » (Miguel Torner, Fernando Saldaña Galván et Jorge Prieto Laurens, élus à la mairie de Mexico) furent refusées par les membres du CLEDF, avant d’être finalement acceptées53. Un mois plus tard, le spécialiste en matière d’éducation populaire, Vicente Lombardo Toledano, présenta une motion disposant que le CLEDF réprouvait les actes du bureau directeur antérieur et allait désormais s’abstenir de faire de la politique54. « L’unique moyen de faire de la politique, c’est de faire œuvre d’éducation », déclara Lombardo55. Prieto Laurens rétorqua que la « classe étudiante » avait des obligations civiques et qu’elle devait participer politiquement56. Le 21 juillet 1918, une déclaration catégorique de non-participation politique fut adoptée (à 27 voix contre 4)57. Durant la même session, le CLEDF devint officiellement « Fédération des étudiants du District fédéral ». Les partisans de la « technique », qui interprétaient l’action politique étudiante comme une action éducative, avaient gagné58. Un nouvel étudiant, « l’étudiant moderne », dont les principes étaient l’« ordre », l’« étude » et le « travail discipliné » devait remplacer l’ancien étudiant romantique, ami des « midinettes », lequel, souffrant de « bovarysme », se croyait encore au « quartier latin » ou à « Salamanque59 ». La « conscience de classe » des étudiants devait être réveillée afin que tous s’alignassent sur le modèle de « l’étudiant moderne », alors incarné par une infime minorité.

  • 60 El Universal, 28-04, 30-07, 17-08, 10-10-1919.
  • 61 El Universal, 09-10-1919. El Demócrata, 17-08-1920.
  • 62 El Universal, 18-10-1919.
  • 63 El Universal, 05-02-1920.

20Produit de longues démarches, les réductions étudiantes se systématisèrent en octobre 191960. Pour en bénéficier, les étudiants devaient montrer une carte vendue par la Fédération61. La FEDF profitait directement à ses adhérents : les multiples réductions permettaient aux étudiants de se vêtir dignement, d’acquérir des livres, d’avoir un accès privilégié à la santé et surtout de se divertir dans les nombreux « cinématographes » de la capitale. En dehors de la FEDF mais sans désaccord avec elle, les étudiants de la capitale exprimèrent par ailleurs la nécessité de réglementer les professions libérales, notamment contre les étrangers, exploitant les possibilités de la Constitution nationaliste de 191762. Leur manifeste qualifiait ces étrangers de « charlatans ». Au début de l’année 1920, la Fédération se mobilisa enfin contre la hausse des frais d’inscription63. À défaut de forger la « classe étudiante » à l’échelle nationale, la FEDF s’était concentrée sur les besoins de la jeunesse des écoles de Mexico.

  • 64 El Universal, 29-08, 11-12-1919.
  • 65 El Demócrata, 22-05-1920.

21Projet récurrent depuis 1910, l’idée d’un second congrès national et d’un « congrès panaméricain » déclenchait l’enthousiasme, mais un soutien politique clair était nécessaire64. Or, le contexte politique était incertain : en 1920, Carranza cherchait à imposer Ignacio Bonillas comme son successeur. C’était sans tenir compte du général Obregón. De fait, la perspective de l’élection présidentielle divisait les étudiants. Carranza chercha à arrêter Obregón, lequel finit par se rebeller officiellement en proclamant le plan d’Agua Prieta avec les deux autres Sonoriens Adolfo de la Huerta et Plutarco Elías Calles. Les généraux se rallièrent au vigoureux chef de guerre qu’était Obregón. Fuyant vers le port de Veracruz qu’il ne put jamais atteindre, Carranza fut assassiné le 21 mai 1920 à Tlaxcalantongo. Dès le lendemain, les étudiants de l’ENP partirent saluer Obregón, le nouvel homme fort, afin de lui demander le départ de leur directeur, Moisés Sáenz, « despote incompétent65 ». Obregón, qui se déclara ami de la jeunesse, leur accorda cette grâce.

  • 66 El Demócrata, 13-08-1920.
  • 67 El Demócrata, 08-05-1921. Excélsior, 08-05-1921, BUN, juil. 1921, vol. 2, no 5, p. 221-225
  • 68 AGN, AO/PEC, exp. 805-E-16.

22Les régimes passaient, les étudiants restaient : la FEDF apparaissait toujours comme le « porte-parole sincère et désintéressé » de « l’actuel mouvement étudiant de la République66 ». Après la présidence intérim d’Adolfo de la Huerta, le général Obregón fut élu président et prit ses fonctions le 30 novembre 1920. Le 7 mai 1921, à l’occasion du cinquième anniversaire de l’organisation étudiante, son nouveau président, Daniel Cosío Villegas, jurait devant le président Obregón qu’il respecterait les statuts de la FEDF et les décisions des étudiants réunis en congrès67. Le pacte entre les dirigeants étudiants et les Sonoriens était scellé. Séduit par les activités d’« extension universitaire » de la FEDF, Obregón lui attribua, en juin 1921, une première subvention68. Cette nouvelle alliance entre le pouvoir révolutionnaire et les jeunes intellectuels leur permit, à l’occasion des secondes festivités du centenaire de l’Indépendance (1821), d’organiser les deux congrès étudiants initialement prévus par le CLEDF : le Congrès international de Mexico en septembre et le Second Congrès national qui eut lieu à Puebla en octobre 1921.

Démesure et misère de la FEDF (1921-1926)

  • 69 ASRE, exp. 7-16-58. El Demócrata, 20-09, 09-10-1921. « Informe acerca de la constitución y (...)
  • 70 ASRE, exp. 7-16-58. AGN, AO/PEC, exp. 815-C-65.
  • 71 Obregón n’obtint la reconnaissance officielle des États-Unis qu’en septembre 1923 à l’issu (...)
  • 72 Herrera León F., « México y la organización internacional del trabajo : los orígenes de un (...)
  • 73 ASRE, exp. 7-16-58.

23Préparé dans l’urgence, le Congrès international étudiant de Mexico se déroula du 20 septembre au 8 octobre 192169. La FEDF s’était chargée de l’organisation, avec l’aide active des diplomates et intellectuels mexicains, ainsi qu’avec le soutien de la présidence de la République70. Paria des relations internationales, le Mexique d’Obregón usait des ressorts de la diplomatie culturelle pour se légitimer auprès des puissances extérieures et obtenir la reconnaissance officielle du voisin du Nord71. Exclu de la Société des Nations, le pays portait encore les stigmates de sa prétendue germanophilie72. Par ailleurs, l’article 27 de la Constitution de 1917 heurtait de front les intérêts des pétroliers nord-américains et britanniques, tout comme ceux des grands propriétaires terriens étrangers. Le nouveau gouvernement donnait dès lors carte blanche aux initiatives pouvant permettre de redorer son blason. Le Congrès international étudiant de Mexico servit cet objectif. La FEDF projetait d’organiser un congrès étudiant panaméricain. Le soutien financier et diplomatique permit aux dirigeants de la Fédération de réaliser un rassemblement beaucoup plus ambitieux : le congrès devait être mondial, autant par ses invités que par son ordre du jour. La précipitation et les prétentions démesurées du congrès expliquent que sur 45 pays théoriquement invités, 16 furent effectivement représentés73. Organiser un congrès international en deux mois restait un exploit : le réseau international des « attachés étudiants » de la FEDF sut réagir avec suffisamment de rapidité pour répandre la bonne nouvelle en Amérique latine.

  • 74 Obregón versa 3000 pesos pour son organisation. AGN, AO/PEC, exp. 816-P-31. El Informador, (...)
  • 75 El Demócrata, 02-10-1921.

24Profitant du soutien du pouvoir révolutionnaire, la FEDF parvint aussi à organiser le Second Congrès national à Puebla, tenant une promesse faite 11 années auparavant74. Inauguré le 1er octobre 1921, le congrès de Puebla réunit 28 représentants venus de sept États et fut, en conséquence, très en deçà des 19 délégations de celui de 1910, qui avait regroupé 96 dirigeants étudiants75. Il avait été paradoxalement plus facile à la FEDF d’organiser un congrès international qu’une réunion nationale. Les congressistes décidèrent que le Jour de l’étudiant mexicain serait fixé au 10 octobre, en référence à la fondation de l’université du Michoacán en 1540, présentée comme la première université d’Amérique. La fête de la Race n’étant pas une particularité du pays, il était nécessaire d’inventer une tradition étudiante véritablement nationale. Le « Jour de l’étudiant » mettait aussi en valeur un modèle d’étudiant, l’étudiant universitaire. Une « Confédération nationale des étudiants » fut prétendument créée à l’issue du congrès : il s’agissait en réalité d’une coquille vide, tout comme la « Fédération internationale étudiante » fondée lors de la clôture du congrès de Mexico.

  • 76 AGN, AO/PEC, exp. 805-E-16, Federación de Estudiantes de México (17-01-1922).
  • 77 La Liga Estudiantil, fondée le 2 avril 1922, regroupait huit écoles et représentait 300 ét (...)
  • 78 Fell C., op. cit., p. 351. Tout en reconnaissant officiellement la « fonction sociale » de (...)
  • 79 Fell C., op. cit., p. 352.

25Forts des congrès de 1921, la FEDF poursuivit son lobbying auprès de la présidence de la République et projetait d’organiser un IIIe congrès national à Morelia pour janvier 192376. En 1922, la Fédération se présentait comme l’organisation étudiante légitime par excellence, s’adressant aux jeunes de tous les types d’écoles. L’association autorisait même en son sein les regroupements sectoriels, à l’instar de la « Ligue étudiante » des écoles techniques, laquelle rafla la présidence en avril 192277. En mars 1923, la FEDF fut reconnue formellement par la SEP et obtint des avantages matériels très conséquents78. En juin 1923, la Fédération de Mexico clamait représenter 24000 étudiants, c’est-à-dire tous ceux du pays79.

  • 80 El Demócrata, 02-04-1923.
  • 81 AGN, AO/PEC, exp. 805-E-69. Obregón ordonna à différents ministères de subventionner le ca (...)

26En 1923 et 1924, la FEDF dut cependant affronter de nombreuses critiques. Étudiant à l’ELD, José Ángel Ceniceros appela publiquement, en mars 1923, à rénover la « fictive » FEDF, maîtresse de « l’inaction étudiante », par un « Congrès constituant étudiant80 ». Ceniceros fustigeait « l’omnipotent bureau directeur », formé par des individus qui n’avaient d’étudiants « que le nom », et proposait comme solution le renforcement des pouvoirs des délégués des écoles réunis en congrès. Ceniceros se prononçait pour un modèle confédéral où le nombre de voix par établissement devait être le même, indifféremment de la taille de sa population scolaire. Cette critique isolée fut toutefois sans suite. La FEDF poursuivait son labeur en organisant un cabinet médical réservé aux étudiants de la capitale, financé grâce à l’argent public81.

  • 82 F. del Río Cañedo, secrétaire de Vasconcelos et membre de la FEDF, rejoignit la rébellion (...)
  • 83 El Demócrata, 21-04-1924. Les élections opposèrent trois groupes, le Partido Rojo (le Part (...)
  • 84 Le président Obregón fut l’interlocuteur des deux fédérations entre avril et septembre 192 (...)

27La crise d’août 1923 à l’ENP, née de l’opposition étudiante au licenciement du jeune directeur Vicente Lombardo Toledano par le secrétaire de l’Éducation publique José Vasconcelos, mina bien davantage le prestige de la FEDF. Lombardo Toledano, actif soutien du candidat Plutarco Elías Calles à la magistrature suprême, avait appelé ses élèves à collaborer politiquement à la campagne présidentielle. Vasconcelos ne toléra pas cette instrumentalisation et Lombardo fut démis de son poste de directeur. Or, les dirigeants de la Fédération étaient proches de Vasconcelos (voire ses clients, comme Francisco del Río Cañedo), ce que les preparatorianos, fascinés par Lombardo Toledano, leur reprochèrent à maintes reprises. Enfin, le pays sombra, de décembre 1923 à février 1924, dans une nouvelle guerre intestine à la suite de la rébellion du Sonorien Adolfo de la Huerta, inacceptable candidat pour Obregón et Calles qui l’écrasèrent grâce à l’aide des États-Unis. La révolte « delahuertiste » rendit impossible l’organisation d’un nouveau congrès national82. Par la suite, les élections étudiantes d’avril 1924 provoquèrent une scission temporaire de la Fédération, la politique étudiante pouvant s’avérer tout aussi violente que la politique nationale à laquelle elle était liée83. Deux Fédérations, une contrôlée par le « Parti d’orientation étudiante » (liée aux juristes de l’ELD, partisans de la candidature de Vasconcelos au poste de gouverneur du Oaxaca), l’autre par le « Centre rénovateur » (liée aux élèves de l’ENJ qui soutenaient Obregón et Calles), coexistèrent durant quelques mois84. Un troisième groupe exclu des élections étudiantes de 1924, le Parti communiste étudiant (PCE, pro-Obregón et pro-Calles), tirait, lui, à boulets rouges sur la Fédération liée au « Parti d’orientation étudiante » :

  • 85 El Demócrata, 21-07-1924. Manifeste signé par le comité exécutif du Groupe communiste étud (...)

« La prénommée Fédération des étudiants de Mexico, institution bourgeoise, qui est l’organe du Secrétariat d’Éducation, lequel la subventionne, et de l’Université nationale, laquelle la dirige, est un nid d’hypocrites et de trompeurs. […] Camarades : jamais la Fédération des étudiants n’a été avec [l’École] Préparatoire. Souvenez-vous de l’an passé, durant ces glorieux jours de grève de protestation parce qu’ils nous avaient enlevé notre inoubliable professeur Lombardo Toledano ; durant ces jours où nous démontrâmes à tout le monde [que l’École préparatoire] savait mettre son cœur viril devant les mausers des tyrannies85. »

  • 86 Ibid.
  • 87 El Demócrata, 03-09-1924.
  • 88 El Informador, 25-04-1923.
  • 89 El Informador, 17-01-1926.

28Judas de la « classe étudiante », la Fédération avait accepté les « trente deniers du secrétariat d’Éducation » au moment même où les plus jeunes, la future génération dite de 1929, avaient défendu « les libertés étudiantes » face à la « force brute » de Vasconcelos86. Une des deux Fédérations rivales, celle contrôlée par le « Centre rénovateur » pro-Calles et présidée par Cayetano Ruiz García, obtint finalement la reconnaissance officielle de la part de la SEP, non sans déclencher l’ire des étudiants de l’ELD87. En 1925, le nouveau président de la FEDF, Manuel Yáñez, ancien soutien de Calles, réussit finalement à relancer l’organisation nationale. Les prétentions nationales de la Fédération de Mexico avaient rencontré peu d’échos dans les provinces : les étudiants de Guadalajara avaient ainsi fondé leur propre confédération en avril 1923, sans entretenir de liens avec ceux de la « métropole88 ». En janvier 1926, s’ouvrait le IIIe Congrès national étudiant dans l’État du Tamaulipas, dans la petite ville de Ciudad Victoria, grâce à l’action de Manuel Yáñez et de Manuel Gudiño89.

Des congrès nationaux à la CNE (1926-1929)

29En 1926, la mécanique d’unification nationale étudiante s’enclencha de manière irréversible. Les congrès étudiants, désormais annuels, permirent de mobiliser régulièrement la jeunesse des écoles. Les rencontres de Ciudad Victoria (1926), Oaxaca (1927) et Culiacán (1928) assurèrent l’organisation pérenne du mouvement étudiant mexicain, lequel ne s’essouffla qu’à la fin des années 1930. À l’issue de ces trois congrès, le mouvement gagna en autonomie, renforça son ancrage national, non sans tensions entre la capitale et les provinces, et obtint une nouvelle reconnaissance officielle des autorités éducatives.

  • 90 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 27. El Informador, 28-01-1926.
  • 91 El Informador, 28-01-1926. Mabry D., op. cit., p. 27.
  • 92 Le règlement du IIIe Congrès prévoyait que les délégations provinciales comptassent un max (...)
  • 93 El Democráta, 26-04-1926.
  • 94 El Informador, 07-01-1927.
  • 95 El Informador, 14-02-1927.
  • 96 El Informador, 21-01-1928.
  • 97 El Informador, 02-01-1928. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 33-35.

30Se référant aux congrès de 1910 et 1921, le congrès de Ciudad Victoria renouait avec le projet d’union nationale. Signe de continuité, sa cheville ouvrière, Manuel Gudiño, élu président du bureau directeur de la réunion, avait été secrétaire général de la FEDF en 1919 puis délégué au congrès de Puebla en 192190. L’organisation du IIIe Congrès fut rendue possible grâce au soutien financier d’un ancien leader étudiant, le gouverneur Emilio Portes Gil91. Le IIIe Congrès, qui se tint du 21 au 30 janvier 1926 dans le théâtre Juárez, réunit plus de 20 délégations et environ 80 représentants étudiants. S’agissait-il d’une représentation authentiquement nationale ? Organisé depuis Mexico, le congrès était presque l’organe des étudiants du DF. Les règles de la réunion leur octroyaient une présence numérique supérieure à celle des provinciaux92. Par ailleurs, de nombreux délégués des provinces étaient, en réalité, des étudiants inscrits dans les établissements de la capitale : ils prétendaient le plus souvent représenter leur État d’origine. Les entités fédérales où existait une organisation étudiante locale suffisamment solide (Puebla, Oaxaca, Jalisco, Nuevo León) échappaient à ce rapt de représentation. Cette pratique, liée à l’hégémonie de la capitale en termes scolaires, rendait plus que jamais nécessaire la minutieuse procédure préparatoire de vérification des accréditations, rituelle depuis le congrès de 1910. Le IIIe Congrès national eut enfin comme conséquence de réactiver le projet unioniste. En avril 1926, un Comité organisateur se réunit pour propager l’idée d’un « Congrès constituant étudiant », voué à accoucher de la « Fédération des étudiants de la République mexicaine93 ». Si le projet ne connut pas de traduction immédiate, la proximité du prochain congrès permettait de l’inscrire à l’agenda. Le Congrès de Oaxaca réunit, du 8 au 18 janvier 1927, une cinquantaine de délégués, représentant 15 entités différentes94. À peine la rencontre achevée, le comité organisateur du « Congrès constituant étudiant » réitéra son appel à former une organisation nationale95. Inauguré le 21 janvier 1928 à Culiacán sous les auspices du gouverneur Manuel Páez, le Ve Congrès national étudiant concrétisa les aspirations passées96. De manière à éviter toute dispersion, les congressistes choisirent de limiter leur action à l’organisation d’une « puissante Fédération nationale des étudiants97 ». Les provinces tranchèrent en faveur d’une « Confédération » nationale des étudiants (et non une « Fédération »). L’acte de fondation de la CNE fut signé le 28 janvier 1928.

  • 98 Estatutos de la Federación Estudiantil Mexicana y Bases Constitutivas de la Confederación (...)
  • 99 Ibid., p. 37.
  • 100 Ibid., p. 57-58. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 32.
  • 101 Ibid., p. 3.

31La consécration vint rapidement : le 9 mars 1928, un accord entre le secrétaire d’Éducation publique, José Manuel Puig Casauranc, et les étudiants déclara la CNE officiellement représentative, en matière d’« éducation secondaire, technique, industrielle, commerciale, normale et universitaire dans tout le pays98 ». La CNE nationalisait les ambitions de la FEDF : elle devait lutter « pour que la classe étudiante [fût] chaque jour plus unie et disciplinée et [pût] exercer ainsi une plus grande influence sur la collectivité99 ». L’accord ministériel reconnaissait les autres acteurs de la pyramide : la Fédération des étudiants de Mexico (FEDF, devenue FEM) était l’interlocutrice officielle dans le périmètre de la capitale, et les Sociétés d’élèves (SDA) l’étaient pour la vie des écoles concernées100. L’accord consacra le droit d’« intervention » des étudiants « dans la direction technique et administrative des écoles101 ».

32Quand s’ouvrit le VIe Congrès à Mérida en février 1929, l’union nationale étudiante était une réalité. Œuvre de plusieurs cohortes d’étudiants, formées avec le soutien des élites révolutionnaires, la « classe étudiante » existait bel et bien à l’échelle du pays. Si politique et religion pouvaient la diviser, un référentiel commun la structurait : la réforme des écoles.

Notes

1 Prieto Laurens J., « La unión de los estudiantes », La Voz del Joven, 17-02-1917, p. 17.

2 El Demócrata, 23-10-1915.

3 Ibid. El Demócrata, 26-10-1915.

4 El Demócrata, 28-10-1915.

5 Ibid.

6 El Demócrata, 18-12-1915. Les signataires du projet étaient : G. A. Palma, J. Guadalupe Nájera, P. Montero, J. L. Pedroza, F. Villalobos, J. Á. Ceniceros et L. G. Ramos. Selon Prieto Laurens, Palma avait été madériste. Prieto Laurens J., op. cit., p. 19.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Olcott J., Revolutionary Women in Postrevolutionary Mexico, Durham/Londres, Duke UP, 2005, p. 28.

10 El Demócrata, 27-03-1916.

11 L’origine de la dette des constitutionnalistes remontait à 1913 (le 26 avril 1913, Carranza publia un décret à Piedras Negras, autorisant une première dette intérieure de 5 millions de pesos via l’émission de billets, afin de financer la restauration de l’ordre constitutionnel contre « l’usurpation » huertiste). Torres Gaytán R., Un siglo de devaluaciones del peso mexicano, Mexico, Siglo XXI, 1980, p. 40.

12 El Demócrata, 27-03-1916.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 El Demócrata, 09-01-1916.

16 El Pueblo, 22-04-1916.

17 Ibid.

18 El Demócrata, 08-05-1916.

19 Rapport du CECM (18-11-1916), AHAM, E, 5A, Asociación Pía, 147, exp. 72.

20 El Demócrata, 12-06-1916.

21 El Demócrata, 27-05-1916.

22 El Demócrata, 12-06-1916.

23 El Pueblo, 24-05-1916.

24 El Pueblo, 07-06-1916.

25 El Demócrata, 10-06, 15-06-1916.

26 El Nacional, 19-06-1916.

27 El Demócrata, 28-06-1916.

28 Ibid. El Pueblo, 28-06-1916.

29 El Demócrata, 12-06-1916.

30 El Pueblo, 07-06-1916.

31 El Pueblo, 21-06-1916.

32 Ibid.

33 El Demócrata, 02-07-1916.

34 El Pueblo, 20-10-1916.

35 El Pueblo, 14-11-1916.

36 El Universal, 02-11-1916.

37 El Universal, 23-05-1917.

38 El Demócrata, 20-08-1916. El Pueblo, 28-08-1916.

39 El Pueblo, 07-06-1916.

40 El Universal, 21-03-1917.

41 El Universal, 06-03-1917.

42 El Demócrata, 20-08-1916.

43 Fin 1917, le président du CLEDF, M. Torner, écrivait qu’il existait 12 « congrès locaux étudiants » et deux autres organisations étudiantes au nom différent (la Liga de Estudiantes Neoleoneses dans le Nuevo León et le Comité Liberal de Estudiantes dans l’État de Mexico). « Organizaciones estudiantiles », Boletín de la Universidad (BUN), t. 1, déc. 1917, no 1, p. 246.

44 Ortega A. et Robinet R., « “Nous les Latino-Américains, nous qui n’avons ni canons ni cuirassés” : les élites du Mexique révolutionnaire face à la Grande Guerre », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 125, janv.-mars 2015, p. 105-120.

45 El Universal, 30-09-1917, 01-03-1918.

46 El Universal, 30-09-1917.

47 El Universal, 11-01-1918.

48 El Universal, 22-03-1918. Commission composée de M. Torner, V. Lombardo Toledano, T. Olea y Leyva, O. Medellín, C. Batalla, Á. Sánchez, L. Norma, A. Caso. El Universal, 02-12-1917.

49 El Universal, 03-05-1918.

50 El Universal, 25-02-1918.

51 L’article 11 disposait qu’à chaque fraction de 200 élèves correspondaient un délégué et son suppléant. Néanmoins, une école ne pouvait avoir plus de cinq délégués auprès de la Fédération. El Universal, 03-05- 1918. Pacheco Calvo C., La organización estudiantil en México, Culiacán, UAS, 1980, p. 17.

52 Ibid.

53 El Universal, 10-06-1918.

54 El Universal, 17-07-1918.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 El Universal, 22-07-1918.

58 El Universal, 26-07-1918.

59 Campos Ortiz P., « El concepto del estudiante moderno », San-Ev-Ank, 18-07-1918, p. 13-14.

60 El Universal, 28-04, 30-07, 17-08, 10-10-1919.

61 El Universal, 09-10-1919. El Demócrata, 17-08-1920.

62 El Universal, 18-10-1919.

63 El Universal, 05-02-1920.

64 El Universal, 29-08, 11-12-1919.

65 El Demócrata, 22-05-1920.

66 El Demócrata, 13-08-1920.

67 El Demócrata, 08-05-1921. Excélsior, 08-05-1921, BUN, juil. 1921, vol. 2, no 5, p. 221-225.

68 AGN, AO/PEC, exp. 805-E-16.

69 ASRE, exp. 7-16-58. El Demócrata, 20-09, 09-10-1921. « Informe acerca de la constitución y labores del primer congreso internacional de estudiantes », BUN, déc. 1921, vol. 3, no 7, p. 59-60.

70 ASRE, exp. 7-16-58. AGN, AO/PEC, exp. 815-C-65.

71 Obregón n’obtint la reconnaissance officielle des États-Unis qu’en septembre 1923 à l’issue des négociations secrètes de la rue Bucareli (14 mai-15 août 1923), portant principalement sur la question pétrolière.

72 Herrera León F., « México y la organización internacional del trabajo : los orígenes de una relación », Foro internacional, 2011, vol. LI, no 204, p. 338.

73 ASRE, exp. 7-16-58.

74 Obregón versa 3000 pesos pour son organisation. AGN, AO/PEC, exp. 816-P-31. El Informador, 17-09-1921.

75 El Demócrata, 02-10-1921.

76 AGN, AO/PEC, exp. 805-E-16, Federación de Estudiantes de México (17-01-1922).

77 La Liga Estudiantil, fondée le 2 avril 1922, regroupait huit écoles et représentait 300 étudiants. El Demócrata, 06-04-1922.

78 Fell C., op. cit., p. 351. Tout en reconnaissant officiellement la « fonction sociale » de l’étudiant, la SEP admettait « l’indépendance absolue » de la Fédération. La SEP était chargée de collecter les cotisations pour la FEDF et de lui remettre la somme obtenue. Les représentants de la FEDF obtenaient des réductions dans les chemins de fer. Le document fut signé par le ministre Vasconcelos, le président de la FEDF (B. Flores) et R. Brito Foucher (recteur de l’université ouvrière de la FEDF).

79 Fell C., op. cit., p. 352.

80 El Demócrata, 02-04-1923.

81 AGN, AO/PEC, exp. 805-E-69. Obregón ordonna à différents ministères de subventionner le cabinet de la FEDF (SEP, secrétariat à l’Agriculture, département de Santé publique).

82 F. del Río Cañedo, secrétaire de Vasconcelos et membre de la FEDF, rejoignit la rébellion delahuertiste. El Demócrata, 30-01-1924.

83 El Demócrata, 21-04-1924. Les élections opposèrent trois groupes, le Partido Rojo (le Parti communiste étudiant), le Partido Orientador Estudiantil (animé par J. Á. Ceniceros, auteur de la tribune anti-FEDF de 1923) et le Centro Renovador.

84 Le président Obregón fut l’interlocuteur des deux fédérations entre avril et septembre 1924. AGN, AO/PEC, exp. 814-E-33, 813-E-51, 428-E-4. Une Fédération fut dirigée par E. Torres puis par M. Muñoz (membres du Partido Orientador Estudiantil). Elle avait été reconnue par la direction antérieure de la FEDF (celle de J. Lelo de Larrea). L’autre Fédération (liée au « Centre renovateur ») était dirigée par C. Ruiz García. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 27.

85 El Demócrata, 21-07-1924. Manifeste signé par le comité exécutif du Groupe communiste étudiant de l’ENP (H. Gurrión, C. Zapata Vela, C. Boyseauneau), réunissant 154 élèves.

86 Ibid.

87 El Demócrata, 03-09-1924.

88 El Informador, 25-04-1923.

89 El Informador, 17-01-1926.

90 Pacheco Calvo C., op. cit., p. 27. El Informador, 28-01-1926.

91 El Informador, 28-01-1926. Mabry D., op. cit., p. 27.

92 Le règlement du IIIe Congrès prévoyait que les délégations provinciales comptassent un maximum de six délégués. La délégation de la capitale pouvait se composer de dix étudiants. El Informador, 17-01-1926.

93 El Democráta, 26-04-1926.

94 El Informador, 07-01-1927.

95 El Informador, 14-02-1927.

96 El Informador, 21-01-1928.

97 El Informador, 02-01-1928. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 33-35.

98 Estatutos de la Federación Estudiantil Mexicana y Bases Constitutivas de la Confederación Nacional de Estudiantes, Mexico, TGN, 1928, p. 57-58.

99 Ibid., p. 37.

100 Ibid., p. 57-58. Pacheco Calvo C., op. cit., p. 32.

101 Ibid., p. 3.

Table des illustrations

Légende Tableau 2. – Circulation des membres du CLEDF au Mexique (1916-1918).
Crédits Sources : El Demócrata, El Pueblo, El Nacional, El Universal, El Informador.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/138691/img-1.jpg
Fichier image/, 43k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540