Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Révolution mexicaine

 | 
Romain Robinet

Première partie. La fabrique de la « classe étudiante » : une œuvre révolutionnaire (1916-1929)

Introduction

Texte intégral

11916 fut une véritable rupture dans l’histoire étudiante du Mexique. La « classe étudiante » cessa d’être un tigre de papier : le Congrès local étudiant du District fédéral (CLEDF) posa alors les fondements d’une organisation nationale à vocation représentative, laquelle réussit à survivre à la meurtrière instabilité politique, née des conflits entre les interprètes autoproclamés de la Revolución. De 1916 à 1929, ce mouvement étudiant pérenne se forgea au nom de la « Patrie » et de la « Race », avec le soutien matériel et moral des élites révolutionnaires. S’adressant aux élèves de tous les types d’écoles, ce mouvement se concentra paradoxalement sur un objectif qui ne concernait guère les nombreux inscrits des écoles normales et techniques. La « Réforme universitaire » devint, en effet, son principal combat. Elle était cependant conciliable avec le vaste projet d’éducation populaire cher aux révolutionnaires, lesquels encourageaient les étudiants à « aller au peuple ». Enfin, à défaut de faire de la « classe étudiante » une réalité sociologique entièrement unifiée, l’organisation croissante des étudiants permit à ceux qui s’engageaient en son nom de faire leurs premières armes en politique. Éloquence, débats enflammés sur la nature de la Révolution, luttes électorales : la « classe étudiante » était aussi une classe politique.

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540